20e Rendez-vous de l’Histoire de Blois – 4 au 8 octobre 2017

RENDEZ-VOUS DE L’HISTOIRE DE BLOIS – 20e ÉDITION

« Eurêka – inventer, découvrir, innover »

 

La 20e édition des Rendez-vous de l’Histoire de Blois se tiendra du 4 au 8 octobre 2017 et explorera le thème « Eurêka – inventer, découvrir, innover ». Cette année encore, la BnF est présente au festival sur le stand 27 du Salon du livre d’histoire (Halle aux grains) : vendredi et samedi de 10h à 19h30 et dimanche de 10h à 18h30. Plusieurs intervenants de la BnF donneront également des conférences ou participeront à des tables rondes, dont vous trouverez le programme ci-dessous :

Vendredi 6 octobre

Samedi 7 octobre

Dimanche 8 octobre

 Transmettre et réfléchir sur la transmission

[Lab de l’enseignant et du chercheur / Atelier]

Vendredi 6 octobre, 9h30-10h30 – Conservatoire, auditorium

Cette rencontre invitera enseignants et responsables associatifs à réfléchir à des modes de transmission adaptés à des publics fragilisés socialement. Comment transmettre de façon inclusive ? Comment réfléchir à des modes d’appropriation qui rendent les personnes concernées acteurs et participants ?

Sylvie Dreyfus Alphandery, responsable de la Mission de diversification des publics à la BnF

Jean-Charles Buttier, professeur à Blois et ancien chercheur associé à la BnF

De la drachme au bitcoin. La monnaie, une invention en perpétuel renouvellement

[Le lab de l’enseignant et du chercheur / Journée d’étude]

Vendredi 6 octobre, 10h-18h – Site Chocolaterie de l’IUT, salle 214

Des débuts de son histoire à nos jours, la monnaie a suscité des expérimentations et des innovations techniques. Ses évolutions accompagnent et nourrissent depuis ses origines les débats et les projets qui leur sont associés. A notre époque, les SEL et les monnaies locales sont les prolongements directs du débat sur la chrématistique né dans l’Athènes du Ve s. et auquel Platon et Aristote ont donné leur base théorique.
Le propos de cette journée sera donc d’étudier sur la longue durée, de la Chine antique au Bitcoin, le perpétuel renouvellement d’une monnaie de plus en plus immatérielle.

En savoir plus sur cette journée d’étude et ses intervenants sur le carnet L’Antiquité à la BnF.

 Gustave Trouvé, un inventeur oublié de la seconde révolution industrielle

[Carte blanche BnF / Communication]

Vendredi 6 octobre, 16h-17h – Bibliothèque Abbé Grégoire, fonds patrimonial

EUREKA ! C’est le nom de la société fondée par l’inventeur Gustave Trouvé ! Dans la 2e moitié du XIXe siècle, il déposa des dizaines de brevets dans le domaine de l’électricité. Cette intervention porte sur sa vie, ses brevets, ses inventions…

Anne Boyer, chargée de collections en histoire des sciences (dép. Sciences et techniques)

Luc Menapace, chargé de collections en biologie et paléontologie (dép. Sciences et techniques)

Écrire l’histoire au XIXe siècle, romans historiques, récits de voyage classiques, manuels

[Salon du livre / Table ronde]

Vendredi 6 octobre, 17h30-19h – Université, Amphi 2

Tout au long du XIXe siècle, une très importante production éditoriale a participé à la construction de l’histoire de France. Historiens de génie mais aussi mémorialistes et romanciers ont signé nombre d’œuvres dont beaucoup n’ont pas été rééditées. La BnF, aidée par des historiens de renom, a réalisé une sélection rigoureuse de ces textes qui méritent d’être relus aujourd’hui. Grâce aux dernières technologies du numérique, 100 ouvrages sont réunis, dans un seul coffret, au format epub. Les thématiques et les textes proposés seront commentés par une table ronde d’historiens. Quel est l’intérêt de ces textes pour le lecteur d’aujourd’hui ? Quel apport historique irremplaçable ces travaux constituent-ils ?

Écrire l’histoire au XIXe siècle. 100 livres d’histoire à (re)découvrir. Coffret BnF, collection eBooks. BnF – Partenariats, sortie en octobre 2017.

Antoine Lefebure, historien

Frédéric Manfrin, chef du service Histoire (dép. Philosophie, histoire, sciences de l’homme)

Paule Petitier, professeur à l’université Paris-Diderot

Agnès Sandras, chargée de collections en histoire de France (dép. Philosophie, histoire, sciences de l’homme)

Emmanuel de Waresquiel, historien, spécialiste de la France du XIXe siècle.

Modéré par Emmanuel Laurentin, producteur de La Fabrique de l’histoire sur France Culture.

Fouiller, découvrir, déchiffrer l’Orient au XIXe siècle

[Carte blanche BnF / Communication]

Vendredi 6 octobre, 17h30-18h30 – Bibliothèque Abbé Grégoire, fonds patrimonial

Entre émulation scientifique et enjeux diplomatiques, le XIXe siècle marque un tournant dans le déchirement des écritures de l’Orient ancien : égyptien, phénicien, cunéiforme se dévoilent progressivement grâce aux découvertes archéologiques.

Vanessa Desclaux, chargée de collections en préhistoire, histoire ancienne et archéologie (dép. Philosophie, histoire, sciences de l’homme)

Hélène Virenque, chargée de collections en lettres classiques (dép. Langues, littérature et arts)

En savoir plus sur cette communication sur le carnet L’Antiquité à la BnF.

« L’historien de demain sera programmeur… »
Emmanuel Le Roy Ladurie et les défis de la science

[Carte blanche BnF / Communication]

Samedi 7 octobre, 11h30-12h30 – Bibliothèque Abbé Grégoire, Fonds patrimonial

Publié dans Le Nouvel Observateur du 8 mai 1968, en plein tumulte des événements qui ont marqué l’histoire du pays, l’article d’Emmanuel Le Roy Ladurie, « La Fin des érudits » a eu un formidable retentissement dans les débats des historiens. L’injonction du sous-titre (« l’historien de demain sera programmeur ou  ne sera pas »), reprise en conclusion, a eu une large fortune, malgré son ton catégorique que l’auteur nuancera ultérieurement. Cette image n’est pas seulement une preuve du talent journalistique de l’auteur. Elle exprime également  la passion et la  préoccupation profonde de l’historien pour l’ouverture de sa discipline aux nouvelles conquêtes technologiques, ce que la  conférence se propose de rappeler.

Emmanuel Le Roy Ladurie, administrateur général de la Bibliothèque nationale, devant un des premiers ordinateurs installés dans la salle des catalogues de la Bibliothèque nationale, février 1988.

Stefan Lemny, chargé de collections en histoire moderne et contemporaine (dép. Philosophie, histoire, sciences de l’homme)

Gallica, une bibliothèque numérique au service de la recherche

[Lab de l’enseignant et du chercheur / Conférence]

Samedi 7 octobre, 14h-15h30 – Site Chocolaterie de l’IUT, Amphi 2

Gallica accompagne ses utilisateurs dans leurs pratiques de recherche et de production, par la réappropriation et la rediffusion de ses ressources vers les sites, blogs et outils collaboratifs, prolongeant expertises et spécialités déjà en ligne.

Arnaud Dhermy, coordinateur scientifique pour Gallica (dép. de la Coopération)

1848 et la « Foire aux idées nouvelles »

[Carte blanche BnF / Communication]

Samedi 7 octobre, 15h-16h – Bibliothèque Abbé Grégoire, fonds patrimonial

Les « idées nouvelles » de 1848, comme celles de Proudhon, Cabet, ou Considerant, ont stimulé le crayon des caricaturistes et la plume des satiristes. Sortis de leur contexte initial, ces dessins et parodies peuvent sembler aujourd’hui violemment à charge contre les « utopies » politiques. Mais en 1848, ils ont eu vraisemblablement une fonction et un impact supplémentaires : rire des « inventeurs » politiques, déconstruire leurs discours de manière parodique et en imaginer la réception, ont été autant de moyens d’apprivoiser des nouveautés alors présentées de manière souvent inintelligible par la presse non satirique.

Cham, « Ce qu’on appelle des idées nouvelles en 1848 ». Estampe, Imp. Aubert & C.ie, 1848. Gallica (BnF).

Agnès Sandras, chargée de collections en histoire de France (dép. Philosophie, histoire, sciences de l’homme)

Le Moyen Âge : temps obscurs ou siècles d’innovation ?

[Carte blanche BnF / Communication]

Samedi 7 octobre, 17h-18h – Bibliothèque Abbé Grégoire, Fonds patrimonial

Longtemps considéré en Occident comme le basculement de l’Antiquité vers des siècles d’obscurantisme, le Moyen Âge s’avère une période bien plus nuancée. En parcourant Gallica, Partez à la rencontre des découvertes, des améliorations techniques et des innovations médiévales.  Reprenant les théories hippocratiques, la médecine progresse en tant que science à l’image de cette page de manuscrit anatomique persan de femme enceinte.

Mansour b. Eliyās Chirāzi. Tashrih al-badan, manuscrit persan, Bibliothèque nationale de France, Département des manuscrits, Supplément Persan 1555.

Séverine Boullay, chargée de collections en histoire médiévale (dép. Philosophie, histoire, sciences de l’homme)

Moi, un Noir de Jean Rouch

[Cycle cinéma / Projection]

Dimanche 8 octobre, 9h30-11h15 – Cinéma Les Lobis, salle 3
Séance complémentaire le Lundi 9 octobre à 18h

En 1959, le cinéaste-ethnographe Jean Rouch présente un film en rupture complète avec les normes du documentaire. Il a filmé un jeune manœuvre du port d’Abidjan dans son quotidien, puis lui a projeté les images et lui a demandé de les commenter. Pour la première fois, le sujet observé par l’ethnographe a véritablement la parole. Au même moment, au Canada, une révolution comparable s’opère dans la manière de filmer le quotidien de ceux qui ont été jusqu’alors des « sansvoix ».

Alain Carou, chef du service Images (dép. de l’Audiovisuel) et commissaire de l’exposition Jean Rouch, l’homme-cinéma.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *