[Centenaire de l’indépendance finlandaise] Focus sur quelques voyageurs francophones en Finlande

Le 6 décembre 2017, la Finlande fête le centenaire de son indépendance. C’est un pays qui reste mal connu : ainsi on continue, même dans des ouvrages récents, à l’associer à la Scandinavie dont elle ne fait pourtant par partie, comme le rappelle la légende de cette carte de 1928.

« Le soleil de minuit », illustration tirée de Le pays du soleil de minuit : voyages d’été en Suède, en Norwège, en Laponie et dans la Finlande septentrionale par Paul Du Chaillu. Paris, C. Lévy, 1882. Gallica (BnF).

La Finlande n’évoque le plus souvent que les saunas, les lacs et des pilotes d’automobile.  Pourtant des Français se rendent en Finlande depuis bien longtemps, même si les récits sur ce pays sont assez rares : le voyage en Finlande fait généralement partie d’un tour plus général dans les pays nordiques ou d’une exploration en Laponie, qui concerne alors essentiellement la Norvège.

Pour accompagner l’histoire de ces périples en Finlande deux guides sont indispensables : Le Voyage en Scandinavie, anthologie de voyageurs, 1627-1914 (2001) qui malgré son titre s’intéresse aussi à la Finlande et Au pays des vendeurs de vent : voyager en Laponie et en Finlande du XVe au XIXe siècle (2017) qui propose notamment les itinéraires empruntés par chacun des voyageurs.

Les premiers voyageurs français font partie de ce que l’on peut appeler les découvreurs. Jean-François Regnard, dont le récit de voyage en Laponie (1681) est toujours réédité, ne fait qu’effleurer la Finlande, à Tornio. Maupertuis, qui le suit de quelques décennies (1735-1736), fera de ce même Tornio son camp de base : son voyage, comme l’indique son titre (La figure de la terre déterminée par les observations de Mm. de Maupertuis, Clairaut, Camus, Le Monnier,..), a une visée scientifique, pour laquelle Maupertuis visite rapidement le nord-ouest de la Finlande, notamment le village de Pello.

Il faudra donc attendre un peu pour voir des voyageurs séjourner plus longuement en Finlande et s’y intéresser vraiment. Xavier Marmier, s’il fait lui aussi partie d’une commission scientifique, consacre le dernier chapitre de ses Souvenirs de voyages et traditions populaires (1841) aux traditions finlandaises :

« Entre les sauvages montagnes de la Laponie et les deux principaux golfes de la mer Baltique, il existe une contrée pittoresque, curieuse, qui, à travers toutes les vicissitudes du temps, a conservé, comme notre Bretagne, sa langue ancienne et sa poésie. C’est la Finlande […] peu de voyageurs ont parcouru cette vaste province, mais ceux qui y ont été font un tableau curieux de ses habitations de paysans, ouvertes par le haut, éclairées par quelques torches de résine, inondées de fumée, de ces bains à vapeur ou les hommes et les femmes s’en vont ensemble dans une température de soixante degrés pour se rouler ensuite dans la neige. »

Marmier évoque ici deux des éléments qui vont le plus dépayser les voyageurs : les saunas et la langue finnoise (si le pays est sous domination suédoise et si la plupart des voyageurs citent les noms des localités en suédois, la grande majorité de la population parle le finnois). Il n’oublie pas non plus ce qui va fasciner les chercheurs : « L’histoire primitive de la Finlande est un des points les plus obscurs qui existent dans les annales du Nord ».

Deux autres voyageurs importants, qui passeront davantage de temps en Finlande, auront pour leur part une approche ethnologique dans leurs récits. Ainsi Louis-Antoine Léouzon Le Duc,  dont le titre du livre (1845) annonce clairement l’ambitieux programme : La Finlande : son histoire primitive, sa mythologie, sa poésie épique, avec la traduction complète de sa grande épopée : le Kalewala, son génie national, sa condition politique et sociale, depuis la conquête russe. Il publie en effet dans ce livre la première traduction en français du Kalevala d’Elias Lönnrot, considéré comme l’épopée nationale finlandaise. Paul du Chaillu le suit de quelques décennies. Après avoir fait d’abord de longs séjours en Afrique, ce personnage étonnant publie en 1882 Le pays du soleil de minuit : voyages d’été en Suède, en Norwège, en Laponie et dans la Finlande septentrionale, fruit de deux longs séjours dans les pays nordiques une dizaine d’années plus tôt. Le titre, pour attirer le lecteur, fait référence à ce qui est déjà avec les aurores boréales un topos du tourisme en Finlande : le soleil de minuit. On le voit également attentif aux moustiques, autre classique du voyageur en Finlande, mais aussi soucieux d’étudier la population locale quand il parle des cabanes de pêcheurs :

« L’intérieur et les abords étaient repoussants de saleté ; des entrailles et des têtes de poissons gisaient de tous les côtés et deux barils remplis de poisson salé répandaient une odeur de poisson qui donnait des nausées […] ; les lits se composaient d’herbe et de boue, et les couvertures en peau de mouton avaient depuis longtemps perdu leur blancheur première pour devenir noires et malpropres. »

« Attaqués par les moustiques ». illustration tirée de Le pays du soleil de minuit : voyages d’été en Suède, en Norwège, en Laponie et dans la Finlande septentrionale par Paul Du Chaillu. Paris, C. Lévy, 1882. Gallica (BnF).

Quelques écrivains qui ont visité la Finlande en rapportent aussi des témoignages. Ainsi Bernardin de Saint-Pierre dans ses étonnantes Observations sur la Finlande d’août 1763 :

« Ce serait un journal bientôt fait que celui de mon voyage en finlande, des roches, des bois, des lacs, quelques malheureux villages, des villes fort pauvres, voila tout ce que vous voyés jusqu’aux frontières de suede. les  mœurs des habitants sont tristes comme le pays, il y  en a deux grandes raisons, le climat et la mauvaise nourriture, ils mangent en quelques endroits du pain fait de le seconde ecorse du bouleau mêlé avec des racines de marais. c’est un aliment détestable qui empoisonne beaucoup de ces malheureux. ce n’est pas que le pays ne puisse fournir à la subsistance de ses habitants ; mais les Seigneurs disent que les paysans sont paresseux, et les paisans de plaignent de la dureté de leurs seigneurs.

Voilà à peu pres ce qu’observera tout voyageur qui parcourera la finlande ; mais l’homme de guerre doit y voir autre chose que des malheureux et des roches [orthographe originale respectée]. »

Germaine de Staël  traverse pour sa part la Finlande dans un voyage entre Saint-Pétersbourg et la Russie en 1812 : elle ne fait, comme elle le dit elle-même, qu’un passage en Finlande dont elle ne retient hélas pas grand-chose. Quant à Alexandre Dumas dans ses Impressions de voyage en Russie (depuis 1812 la Finlande, jusqu’alors sous domination suédoise, est passée sous domination russe), il résume en quelques paragraphes, à grand traits et avec quelques généralisations,  l’histoire de la Finlande et de ses habitants :

« Les Finnois, en latin Fenni, sont tout simplement des Huns égarés dans leur route. Ils ressemblent encore prodigieusement aujourd’hui, comme type national, au portrait que nous avons d’Attila, sauvage pasteur de leur sauvage troupeau. »

« Pêcheurs du lac Givijarvi« . illustration tirée de Le pays du soleil de minuit : voyages d’été en Suède, en Norwège, en Laponie et dans la Finlande septentrionale par Paul Du Chaillu. Paris, C. Lévy, 1882. Gallica (BnF).

À partir de la fin du XIXe siècle les voyageurs en Finlande sont moins nombreux. Plus précisément, moins nombreux sont ceux qui en rapportent un récit. Il faut toutefois noter l’exception notable du Belge Jules Leclercq qui fut Président de la Société royale de géographie de Belgique mais qui fit paraître l’essentiel de ses livres à Paris. Il offre avec La Finlande aux mille lacs publié en 1914 une remarquable synthèse du pays. C’est d’abord un livre qui par son titre annonce sa vocation touristique : il est en effet illustré de magnifiques photographies, et s’avère être un précieux guide avec des conseils et les curiosités à voir.

Ainsi, ce grand voyageur compare les chutes d’Imatra à celles du Niagara et de Victoria. Il propose également une carte avec les lignes des bateaux à vapeur et des voies de chemin de fer (y compris celles en projet !). Mais dès son avant-propos l’auteur annonce ses ambitions :

« Peut-on parler de la Finlande sans toucher à des sujets d’histoire, de littérature, et sans entrer dans le domaine brûlant de la politique contemporaine ? Ce volume contient les impressions recueillies au cours de deux voyages en Finlande entrepris à quelques années d’intervalle. »

Jules Leclercq. La Finlande aux mille lacs… Paris : Plon-Nourrit, 1914. Dpt Philosophie, histoire, sciences de l’homme, cote 8-M-17040

Il nous guide donc à la fois dans la Finlande des forêts et celle des villes, la Finlande industrielle de Tampere (« le Manchester du Nord »), nous donne un aperçu du Kalevala, « son épopée nationale, belle comme l’Iliade », et finit par un chapitre sur le « Droit de la Finlande » qui est un plaidoyer lucide et engagé pour son indépendance.

Il faut bien reconnaître qu’aujourd’hui il n’y a plus beaucoup de récits de voyages en Finlande : elle est devenue un pays de touristes, de voyageurs, mais qui ne racontent pas. Elle n’est plus assez exotique, trop occidentale : on la connaît mieux aussi grâce notamment aux romans d’Arto Paasilinna et aux films d’Aki Kaurismäki. La littérature sur la Finlande, c’est donc aujourd’hui surtout les guides touristiques, dans lesquels on retrouve sans surprise les lacs, les saunas et les aurores boréales.

 

Citer ce billet : Bertrand Tassou, "[Centenaire de l’indépendance finlandaise] Focus sur quelques voyageurs francophones en Finlande," in L'Histoire à la BnF, 06/12/2017, http://histoirebnf.hypotheses.org/1350, [consulté le 17/12/2017].

 


Bertrand Tassou

Bertrand Tassou est conservateur au département Philosophie, histoire sciences de l’homme à la BnF, chargé de collections en géographie.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *