Du nouveau sur le portail « France-Japon : une rencontre, 1850-1914 »

Suite à la Rencontre Gallica du 25 avril dernier, prolongez la découverte du portail « France-Japon : une rencontre, 1850-1914 » !

Le portail « France-Japon : une rencontre, 1850-1914 » a ouvert fin 2014 à l’occasion de l’anniversaire de la fondation de la Maison franco-japonaise de Tokyo, conjointement avec le site « Japon moderne et France » de la Bibliothèque nationale de la Diète. Ces deux sites majeurs couvrent les relations franco-japonaises dans tous les domaines représentés par les collections des deux bibliothèques : politique, économique, culturel…

Depuis cette date, le portail « France-Japon » n’a cessé de s’enrichir par de nouveaux ensembles numérisés : estampes japonaises du peintre Henri Rivière, précieux livres japonais de la Réserve des Estampes, photographies de Beato, eaux-fortes de Bracquemond pour le fameux « service Rousseau ». La sélection se monte à présent à 4 400 documents.

« Agua de Kananga del Japon », affiche. V. Rigaud, Paris, France. 1897. Département Estampes et photographie. Gallica (BnF)

La richesse des collections de la BnF témoigne de la multiplicité des regards portés sur ce lointain pays. En effet, peu de régions du monde ont suscité autant de passion que le Japon, dès les premiers contacts au XVIe siècle, à travers les récits de négociants portugais et de missionnaires. La fermeture du pays au début du XVIIe siècle alimente la curiosité des Occidentaux jusqu’autour de 1850, date à laquelle les relations culturelles et commerciales reprennent. Dès lors, les collections témoignent de l’évolution du regard sur le Japon : impatience de la découverte, surprise face à un pays « civilisé » qui prend en charge sa propre modernisation, passion pour l’esthétique japonaise, sentiment de nostalgie pour le Japon ancien… La victoire du Japon sur la Russie en 1905 modifie brutalement la vision de l’Occident ; la France en tire un enseignement du point de vue militaire, mais aussi d’une portée plus générale : par exemple, les manuels d’arts martiaux sont traduits en français…

Un vaste corpus

La sélection du portail « France-Japon » s’élève actuellement à 4 400 documents numérisés allant du XVIe au début du XXe siècle. Ces ouvrages ont été choisis pour leur intérêt relatif à la thématique des relations franco-japonaises dans des domaines aussi divers que la stratégie militaire ou la collection des netsuke. Ce vaste corpus est interrogeable sur Gallica, onglet « Sélections », choisir « Asie » puis « France-Japon ». On peut y effectuer une recherche avancée en sélectionnant « France-Japon » dans le menu déroulant « Par collection numérique »

700 ouvrages imprimés ont été sélectionnés au total et sont consultables en plein texte pour la plupart. À côté de titres majeurs, comme les Promenades japonaises d’Émile Guimet, le Japon artistique, ou les manuels des premiers cours de japonais, les curieux peuvent accéder à des textes plus inattendus, pris aux quotidiens illustrés ou aux revues savantes. On trouve également plusieurs centaines de photographies en albums, 200 cartes illustrant la découverte du territoire japonais, 1 500 estampes de différents graveurs témoignant de l’influence de l’art japonais sur les milieux artistiques français.

Enfin, ce projet a conduit à la numérisation active des fonds anciens japonais  : estampes ukiyoe, livres et rouleaux enluminés, précieux xylographes. Citons également des documents rares, qui n’avaient pas été mis en valeur jusque-là : les collections d’objets (inrô, netsuke …) et les enregistrements sonores de langue ou musique japonaises.

Un parcours guidé

Le parcours thématique porte sur les années 1850-1914. Il propose une succession de textes rédigés par des spécialistes expliquant le contexte de publication et de création de quelques œuvres significatives. À partir de documents d’époque, l’internaute peut saisir comment s’est déroulée la redécouverte du Japon sur cette période, par le voyage, les échanges diplomatiques et scientifiques, les expositions universelles, l’étude de la langue, la réception passionnée d’un art quasiment inconnu jusque-là, et le mouvement du japonisme. Il peut se laisser guider vers des détails précis : telle page d’un roman de Loti, donnant une vision très particulière du pays, ou tel croquis de Régamey, qui fait transparaître toute une conception du voyage.

Utagawa, Hiroshige 1 (1797-1858, « La vue de la baie Tago no ura », 1857. Coll. Henri Rivière. Gallica (BnF).
Citer ce billet : Véronique Béranger, "Du nouveau sur le portail « France-Japon : une rencontre, 1850-1914 »," in L'Histoire à la BnF, 28/04/2017, http://histoirebnf.hypotheses.org/534, [consulté le 25/06/2017].

Véronique Béranger

Bibliothèque nationale de France, département des Manuscrits. Responsable des collections japonaises.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *