Peindre l’arbre au Moyen Âge. Les herbiers enluminés de la Bibliothèque nationale de France.

Du poirier familier au mythique arbre à baume (fig.1), en passant par l’exotique grenadier ou le figuier fertile, de nombreuses essences d’arbres peuplent les pages des herbiers médiévaux1.

Mais qu’est-ce qu’un arbre dans le savoir médiéval ? Comment définir cette catégorie du monde végétal, et quelles sont les plantes qui y appartiennent ? Ces questions, auxquelles les botanistes actuels n’ont toujours pas donné de réponse définitive, taraudent déjà les naturalistes médiévaux. Les longues listes de plantes dressées dans les ouvrages scientifiques sont structurées selon des logiques internes qui reposent sur l’emploi de la nomenclature. Le monde végétal est scindé en deux grandes catégories que sont les arbres (arbor) d’une part et les herbes (herba) de l’autre. À cette distinction fondamentale s’ajoutent les arbustes (arbustum), arbrisseaux (frutex) et autres buissons. Déterminer ce qui relève de telle ou telle catégorie constitue néanmoins un enjeu de taille.

Fig. 1 : Livre des simples médecines. Récolte du baume. BnF, Arsenal 2888, f.25v.

Dans cette entreprise d’organisation du monde des plantes, l’iconographie a son importance : de nombreux ouvrages comportent en effet des enluminures. L’illustration botanique médiévale participe, selon des procédés qui lui sont propres, de la définition des différentes catégories du monde végétal. Il s’agit par ailleurs d’un champ d’étude encore largement ouvert, et les collections de la Bibliothèque nationale de France constituent un terreau idéal pour se livrer à des recherches sur le sujet.

L’illustration botanique : une tradition picturale ancienne

La représentation des plantes à des fins de transmission d’un savoir botanique s’inscrit dans une tradition longue et complexe. L’une des grandes sources du savoir naturel médiéval est le De materia medica de Dioscoride, médecin, pharmacologue et botaniste grec d’Asie mineure ayant vécu au Ier siècle après Jésus-Christ. Les premiers manuscrits contenant cet ouvrage n’étaient sans doute pas illustrés. Cependant, l’un des plus anciens exemplaires qui nous soient parvenus, le codex de Juliana Anicia2 réalisé au début du VIe siècle pour cette princesse byzantine, comporte plus de quatre cents illustrations, sans doute copiées d’après des modèles de tradition hellénistique. Le De materia medica grec est abondamment copié et illustré tout au long de la période, de même que dans le monde arabe. En Occident, jusqu’au XIIe siècle, l’herbier illustré connaissant la plus grande faveur est l’Herbarium du Pseudo Apulée, dont la BnF conserve notamment un très bel exemplaire du IXe siècle, disponible sur Gallica.

Illustrer les ouvrages botaniques ne relevait pourtant pas de l’évidence, aux yeux de nombreux naturalistes. Pline l’Ancien exprime déjà sa méfiance vis-à-vis de l’iconographie, dans son Histoire Naturelle :

« La peinture même est trompeuse, tant les couleurs sont nombreuses, surtout si on veut rivaliser avec la nature, et elle est fort altérée par les divers hasards de la copie. De plus, il ne suffit pas de peindre chacune des plantes dans une période unique de sa vie, puisqu’elles changent d’aspect avec les quatre saisons de l’année.3 »

Cette suspicion vis-à-vis de l’image botanique est une constante. Linné4 lui-même mettra en doute de manière virulente l’efficacité de l’illustration, concernant la diffusion d’un quelconque savoir sur les plantes5. Malgré ces réticences, nous ne pouvons que constater qu’un certain nombre d’ouvrages botaniques, tout au long des périodes médiévale et moderne, ont été illustrés. Les herbiers de matière médicale, notamment, qui ont pour objectif d’énumérer des simples utilisés dans la pharmacopée, comportent souvent des illustrations représentant chaque plante dont les propriétés médicales sont déclinées.

Nous avons choisi de nous pencher ici sur les herbiers enluminés de la fin du Moyen Âge, qui dérivent pour la grande majorité d’une même tradition textuelle, celle du Circa instans 6 . Attribué à Matthaeus Platearius et réalisé, sans doute à la fin du XIe siècle, dans le contexte de l’école de médecine qui se développe à Salerne, le Circa instans est incontestablement l’ouvrage dont l’influence fut la plus décisive sur les traités de pharmacopée et de médecine postérieurs. Vers le milieu du XIVe siècle, il sert ainsi de base à une compilation de pharmacopée latine, le Tractatus de herbis, attribué à Barthélemy Mini de Sienne, qui conserve l’organisation générale du Circa instans tout en l’amplifiant par d’autres sources, telles que l’Herbarium du Pseudo Apulée, le De viribus herbarum de Macer Floridus ou encore les ouvrages de matière médicale d’Isaac Israeli. Ce texte nous est notamment parvenu par le biais du célèbre manuscrit Egerton 747 conservé à la British Library à Londres. Ce manuscrit, qui comporte des illustrations (fig.2) est le plus ancien témoin du Tractatus de herbis : de cet ouvrage dérive toute une tradition iconographique postérieure, que l’on retrouve dans les herbiers des XIVe et XVe siècles.

Fig. 2 : Tractatus de herbis. Représentation du pin et du prunier. British Library, Egerton Ms 747.

Le Tractatus de herbis est à l’origine d’une traduction française, connue sous le titre de Livre des simples médecines, qui comporte un certain nombre d’interpolations par rapport à la version latine. Cette version vernaculaire est presque toujours illustrée : plus de quatre cents essences de plantes peuplent les pages de ces manuscrits d’exception. On y trouve également quelques figures humaines, à travers la représentation de scènes de récolte (fig.2) : l’arbre à baume, dont la résine est réputée pour ses diverses qualités médicales et pour ses vertus contre la corruption des chairs, est souvent le prétexte de petites scènes de genre. La faune n’est pas non plus absente de ces ouvrages, puisque certaines substances animales sont utilisées en pharmacopée : c’est le cas du musc des chèvres porte-musc (fig.3), des testicules du castor ou de l’ambre de la baleine.

L’usage réel de ces herbiers enluminés pose question. Si certains portent des marques de lectures témoignant d’une utilisation pratique, la plupart constituent des ouvrages d’apparat et relèvent d’une production somptuaire. Ils témoignent ainsi de l’intérêt, de la part de publics divers, pour l’histoire naturelle et la représentation des végétaux.

La Bibliothèque nationale de France possède le plus important ensemble d’herbiers enluminés des XIVe et XVe siècles appartenant à la tradition du Tractatus de herbis. Le département des Manuscrits conserve notamment deux manuscrits enluminés du Tractatus de herbis7, ainsi que onze manuscrits du Livre des simples médecines8. Un douzième manuscrit, récemment numérisé , se trouve à la bibliothèque de l’Arsenal9 (fig.1).

Les historiens face à l’iconographie botanique

L’intérêt suscité chez les historiens et les historiens de l’art par ces herbiers enluminés n’est pas nouveau. L’un des premiers à avoir attiré l’attention sur la portée des enluminures du manuscrit Egerton 747 est Otto Pächt, dans un article publié en 195010. Si son propos peut désormais être nuancé, le mérite lui revient d’avoir attiré l’attention sur cet herbier. Felix A. Baumann se penche lui aussi sur cet ouvrage11 et tente des regroupements entre les différentes versions enluminées du Tractatus de herbis et du Livre des simples médecines, selon leur plus ou moins grande fidélité à ce manuscrit source et selon leurs origines géographiques. L’étude de Baumann porte en outre sur un herbier italien de la British Library, le manuscrit Egerton 2020, qui a lui aussi souvent concentré l’intérêt des chercheurs, en raison de son iconographie. Réalisé pour Francesco II Carrara, seigneur de Padoue, il s’agit en effet d’un ouvrage particulièrement somptueux, qui contient une traduction italienne d’un texte de pharmacopée de Serapion le jeune. Une nouvelle étude consacrée à cet herbier, par Sarah R. Kyle, vient par ailleurs de paraître fin 201612. Pour une vision synthétique de la tradition iconographique des herbiers enluminés, nous renvoyons également à l’ouvrage de Minta Collins, Medieval Herbals. The illustrative traditions.

Fig. 3 : Livre des simples médecines. Noisetier, cerisier, frêne et chèvres porte-musc. BnF, Français 12322, f.187.

Un manuscrit du Livre des simples médecines conservé à la BnF, le manuscrit Français 12322, a également attiré l’attention des historiens. Ouvrage d’apparat produit dans les années 1530 ou 1540, il s’agit d’une copie d’un manuscrit enluminé par Robinet Testard pour Charles d’Angoulême13, désormais conservé à Saint-Pétersbourg. Un ouvrage consacré à cet herbier14 souligne le caractère « naturaliste » des illustrations, qui viendrait s’opposer aux images « déformées et interprétées par les copistes »15. Cet ouvrage revient sur les regroupements de manuscrits effectués par Baumann, et les complète. De tels regroupements sont nécessaires afin de mieux comprendre les mécanismes de copie et la circulation de ces manuscrits. Il est compréhensible que les manuscrits source de ces différentes traditions iconographiques, ainsi que les ouvrages s’éloignant de ces mêmes traditions, du fait du caractère particulièrement « naturaliste » de leurs illustrations, aient davantage suscité d’études. Néanmoins, il convient de ne pas délaisser certains ouvrages sous prétexte qu’ils ne constitueraient que de simples copies. Il est en effet possible de relever des distinctions iconographiques signifiantes entre plusieurs manuscrits d’un même groupe. Les manuscrits conservés à la BnF sont, à ce titre, particulièrement intéressants et dessinent un paysage complexe.

Représenter l’arbre : l’exemple du chêne

Comparer les représentations d’un même végétal à travers plusieurs manuscrits est un moyen de dresser des typologies plus fines de cycles iconographiques. Un végétal canonique, le chêne, systématiquement présent dans les herbiers de matière médicale du fait des vertus médicales des noix de galle16, nous permet par exemple d’explorer les différentes solutions retenues par l’illustration botanique médiévale pour distinguer les arbres des plantes herbacées. Le chêne n’est-il pas en effet, à bien des égards, considéré comme le roi des arbres ? Il s’agit par ailleurs d’un végétal dont la présence dans l’iconographie médiévale est fréquente, du vénérable chêne de Mambré à l’allégorie de l’arbre de la force, en passant par le chêne nourricier représenté dans les scènes de glandée.  Mais qu’en est-il de sa représentation dans les herbiers ? Comment dépeint-on une telle plante ? Quels sont les procédés utilisés pour distinguer les arbres des autres végétaux ?

Fig. 4 : Livre des simples médecines. Chêne à galles et gallitricum. BnF, Français 19081, f.95.

Un premier type de représentation (fig.4) ne distingue pas formellement les plantes herbacées des arbres. Le manuscrit Français 19081 permet une comparaison entre le chêne et une plante représentée à ses côtés, le gallitricum (un genre de renoncule). Dans les deux cas, le végétal est ramifié dès la base ; ni les dimensions ni les couleurs employées ne permettent de distinction immédiate entre ces deux catégories. Davantage d’attention est accordée à la représentation des attributs caractéristiques de l’essence (la forme des feuilles, la présence de glands chez le chêne) qu’aux proportions des deux plantes. L’objectif principal des herbiers est en effet de reconnaître l’essence dont il s’agit, quand bien même il s’agirait d’un manuscrit d’apparat qui ne serait pas utilisé dans un but pratique.

Fig. 5 : Livre des simples médecines. Chêne à galles. BnF, Français 9137, f.162.

Un deuxième type de représentation (fig.5) distingue davantage le tronc chez les arbres, au contraire des plantes herbacées. Les branches s’ordonnent de manière symétrique de part et d’autre de cet axe principal. Le tronc est souligné par une couleur foncée, le vert étant de plus en plus réservé aux tiges des plantes herbacées. C’est ainsi le cas dans la plupart des manuscrits du Livre des simples médecines – ce genre de représentation se retrouve par exemple dans le manuscrit Français 12322, qui a fait l’objet d’une étude approfondie citée plus haut.

Un troisième type de représentation (fig.6) se caractérise par la figuration d’un tronc qui fait office de claire séparation entre les racines et les branches, lesquelles ne s’ordonnent pas de manière symétrique autour de lui, mais s’épanouissent au-dessus. Les racines ne sont pas représentées de manière détaillée pour les arbres, contrairement aux herbes (fig.7). Plusieurs herbiers médiévaux distinguent les différents types de végétaux par la représentation des racines : les plantes herbacées, tout juste arrachées du sol, ont des racines apparentes, tandis que celles de l’arbre, solidement planté en terre, ne sont pas figurées. Le manuscrit NAF 6593  est l’un de ces herbiers – si ce manuscrit n’a guère bénéficié d’études pour l’heure, le cycle iconographique qu’il présente est particulièrement intéressant et diffère à de nombreux égards des autres manuscrits du Livre des simples médecines.

Enfin, dans certains manuscrits du Tractatus de herbis, le chêne bénéficie d’une pleine page, privilège qui n’est accordé qu’à quelques plantes, des arbres pour la plupart. C’est ainsi le cas dans un manuscrit conservé à la British Library17.

L’iconographie botanique des XIVe et XVe siècles témoigne donc d’une approche des différentes catégories du monde végétal souvent plus complexe qu’il n’y paraît au premier abord. Arbres et plantes herbacées sont distingués selon différents procédés, par le jeu sur les couleurs, les proportions, la représentation des différentes parties des plantes. Ces typologies d’illustrations coexistent tout au long de la période. Cette iconographie botanique a en outre servi d’inspiration aux premiers herbiers imprimés, tels que l’Hortus sanitatis ou l’Arbolayre dont certains exemplaires présentent des traces d’utilisation allant jusqu’au premier XVIIe siècle. Les collections de la BnF regorgent donc de trésors en la matière, qui pour beaucoup demandent encore à être explorés.

 

Pour aller plus loin :

Bartholomaeus Mini de Senis, Tractatus de herbis (Ms London, British Library, Egerton 747), éd. Iolanda Ventura, Florence, SISMEL – Ed. del Galluzzo, 2009.

Minta CollinsMedieval herbals. The illustrative traditions, Londres, British Library, 2000.

Alice Laforêt, L’arbre et le livre au Moyen Âge. Encyclopédie et herbiers : les arbres dans le savoir botanique occidental (XIIIe-XVe siècle), Thèse pour le diplôme d’archiviste-paléographe, École nationale des chartes, 2016.

Visualizing medieval medicine and natural history, 1200 – 1550, éd. Jean A. Givens, Karen M. Reeds, Alain Touwaide, Aldershot, Ashgate Publishing, 2006.

Massimo Venturi Ferriolo, Mater herbarum : fonti e tradizione del giardino dei semplici della scuola medica salernitana, Guerini e associati, 1995.

Citer ce billet : Alice Laforêt, "Peindre l’arbre au Moyen Âge. Les herbiers enluminés de la Bibliothèque nationale de France.," in L'Histoire à la BnF, 10/05/2017, http://histoirebnf.hypotheses.org/564, [consulté le 17/12/2017].
  1. Nous employons ici le terme herbier dans une acception bien précise, celle qui désigne tout livre de pharmacopée évoquant des plantes, leurs caractéristiques et leurs vertus thérapeutiques. Il s’agit d’ouvrages énumérant des simples, ces produits végétaux, minéraux et animaux utilisés en médecine dans leur état naturel, sans qu’ils n’aient été mêlés à d’autres substances. []
  2. Vienne, ONB, ms. Med grec 1. Du nom de la princesse Anicia Juliana, petite-fille de l’empereur Valentinien III, née vers 462, décédée vers 527. Pour de plus amples détails concernant Dioscoride et le codex de Vienne, nous renvoyons au volume de commentaire du fac-similé de ce manuscrit édité par Otto Mazal : Der Wiener Dioskurides: Codex medicus Graecus 1 der Österreichischen Nationalbibliothek, Graz, Akademische Druck u.Verlagsanstalt, 1998. []
  3. Pline l’Ancien, Histoire naturelle, éd. et trad. Jacques André, Paris, les Belles Lettres, 1974l. XXV, 4, p. 28-29. []
  4. Les travaux de Carl von Linné, célèbre naturaliste suédois du XVIIIe siècle, sont à l’origine du système moderne de nomenclature botanique binominale. []
  5. Carl von Linné, Genera plantarum, eorumque characteres naturales secundum numerum, figuram, situm et proportionem, omnium fructificationis partium, Lyon, Conrad Wishoff, 1737, fol**, paragraphe 13. []
  6. Pour un aperçu très synthétique de la tradition textuelle du Circa instans, nous renvoyons à un article de Iolanda Ventura publié sur le blog de la Wellcome Library : « A medieval medical besteller : the Circa instans ». Pour plus de détails, voir Iolanda Ventura, ‘Il “Circa instans” attribuito a Platearius : trasmissione manoscritta, redazioni, criteri di costruzione di un’edizione critica’., Revue d’Histoire des Textes, 10, 2015, p.249–362 []
  7. Il s’agit des manuscrits BnF, Latin 6822 et 6823. Ce dernier, disponible sur Gallica, est une compilation dérivée du Tractatus de herbis et attribuée à Manfredus de Monte Imperiali. []
  8. Il s’agit des manuscrits BnF, Français 623, 1307, 1309-1312, 9136, 9137, 12319, 12320, 12321, 12322, 19081 et NAF 6593 []
  9. BnF, Arsenal 2888. []
  10. Otto Pächt, « Early Italian nature studies and the early calendar landscape », dans Journal of the Warburg and Courtauld Institutes, 13, 1950, p. 13-47. L’article a depuis bénéficié d’une traduction française par Patrick Joly, et nous renvoyons au chapitre qui nous intéresse particulièrement : Otto Pächt, « L’illustration des herbiers », dans Le paysage dans l’art italien : les premières études d’après nature dans l’art italien et les premiers paysages de calendrier, trad. Patrick Joly, Saint-Pierre-de-Salerne, G.Monfort, 1991, p. 45-93. []
  11. Felix Andreas Baumann, Das Erbario Carrarese und di Bildtradition des Tractatus de herbis : ein Beitrag zur Geschichte der Pflanzendarstellung im Übergang von Spätmittelalter zur Frührenaissance, Berne, Benteli, 1975. []
  12. Sarah R. Kyle, Medicine and humanism in late medieval Italy : the Carrara Herbal in Padua, Londres, Routledge, 2016. []
  13. Charles d’Angoulême (1522-1545), duc d’Orléans, troisième fils de François Ier  []
  14. Le livre des simples médecines, d’après le manuscrit français 12322 de la Bibliothèque nationale de Paris, trad. et adapt. de Ghislaine Malandin ; étude codicologique de François Avril ; commentaire historique, botanique et médical de Pierre Lieutaghi. Paris, Ozalid et Textes Cardinaux, 1986. []
  15. Pierre Lieutaghi, « Commentaire historique, botanique et médical », dans Le livre des simples médecines, d’après le manuscrit français 12322 de la Bibliothèque nationale de Paris,1986, p. 288. []
  16. Les noix de galle sont de petites excroissances présentes sur les feuilles du chêne, produites par un insecte. Le lien entre ces excroissances et l’insecte parasite qui les cause n’est pas établi par les botanistes avant le XVIIe siècle. []
  17. Londres, BL, Sloane 4016, f. 79v. []

Alice Laforêt

Archiviste paléographe et conservatrice stagiaire des bibliothèques.

More Posts

Follow Me:
Twitter

Une réflexion sur « Peindre l’arbre au Moyen Âge. Les herbiers enluminés de la Bibliothèque nationale de France. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *