Archives de catégorie : Actualités

Acquisition de la collection Records of the Kurds : Près de 8 000 pages d’archives britanniques sur les Kurdes désormais consultables à la BnF

Alors que nous approchons, doucement mais sûrement, du centenaire du Traité de Sèvres (1921), prévoyant la création d’un État kurde, puis de celui du Traité de Lausanne (1923), qui entérina les frontières actuelles des différents États du Moyen-Orient, la question kurde, issue de la partition du peuple kurde entre quatre États modernes – Iran, Irak, Turquie et Syrie – ne cesse de revenir, depuis plusieurs années, dans toute son urgence sur le devant de la scène internationale.

L’horizon politique des Kurdes et leurs luttes passées continuent de s’affirmer dans une résistance face au nouvel ordre mondial créé, à l’initiative de la Grande-Bretagne et de la France, au moment de la partition de l’empire ottoman. Dans ce contexte, la publication aux presses de l’université de Cambridge d’une collection éditée par Anita L.P. Burdett et intitulée Records of the Kurds: Territory, Revolt and Nationalism, 1831-1979, regroupant les documents d’archives britanniques concernant les Kurdes sur cette période, fait figure d’immense service rendu aux chercheurs qui se penchent d’ores-et-déjà sur cette histoire trouble et encore peu étudiée.

F. 55. Kurdes venant d’Ayridja pour hiverner au pied de l’Ararat, [mission du Baron de Baye en 1898]. Société de Géographie.
Continuer la lecture de Acquisition de la collection Records of the Kurds : Près de 8 000 pages d’archives britanniques sur les Kurdes désormais consultables à la BnF

Sacha Alsancakli

Doctorant en Histoire moderne à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3/UMR 7528 Mondes iranien et indien

More Posts

Émanciper le peuple par le savoir ? (1860-1939). De l’histoire à l’actualité

Le 13 novembre 2018, un colloque aura lieu à la BnF sur le thème : Émanciper le peuple par le savoir ? (1860-1939). De l’histoire à l’actualité.  Ce colloque s’inscrit dans la continuité de celui qui a été organisé à Lille par Carole Christen et Laurent Besse en 2015, et a donné lieu à une publication en 20161.

Organisé par le service Histoire du Département Philosophie, histoire, sciences de l’homme, la mission de diversification des publics de la BnF et Jean-Charles Buttier (chercheur associé  à l’UNIGE, ancien chercheur associé à la BnF), le colloque de 2018 s’articule avec un travail mené en amont avec le milieu associatif sous forme d’ateliers. En effet, tout intervenant qui s’adresse aujourd’hui à des populations dites éloignées de la culture trouvera des résonances dans les pratiques et réflexions de ceux qui, dès le XIXe siècle, voulaient émanciper le peuple grâce aux savoirs.

Deux séries d’ateliers sont donc à signaler. La première débute aujourd’hui, jeudi 11 janvier 2018, à 14 h30, salle Aquarium. Elle invite 3 associations d’éducation populaire à témoigner de leurs modes d’action et présenter les outils, toujours d’actualité, qu’elles ont inventés (voir le programme détaillé ici).

La seconde série d’ateliers, les 12 avril, 3 mai et 14 juin, portera sur les matériaux historiques de l’éducation populaire. Le programme en sera prochainement donné sur ce blog.

 

Dessin de Lucien Emery. N° de L’Assiette eu beurre consacré en juin 1903 aux instituteurs.

Pour comprendre ce dessin : Lucien Emery consacre en 1903 un n° de L’Assiette au beurre aux institutrices et instituteurs. Il y souligne les difficultés rencontrées par les enseignants devant la complexification de leurs tâches. Ici l’instituteur, face aux multiples demandes qui lui sont adressées en plus de ses fonctions d’instituteur (secrétariat de mairie, etc.), et dont certaines relèvent de l’éducation populaire (cours d’adultes, conférences populaires), semble implorer l’aide de Marianne, symbole de la République. Il appartient à ceux qu’on nommait « les hussards noirs » de la IIIe République.

  1. Histoire de l’éducation populaire 1815-1945 : perspectives françaises et internationales / Carole Christen, Laurent Besse, dir. Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2017. []

Agnès Sandras

chargée de collections en histoire de France au département Philosophie, histoire, sciences de l’homme

More Posts

[Centenaire de l’indépendance finlandaise] Focus sur quelques voyageurs francophones en Finlande

Le 6 décembre 2017, la Finlande fête le centenaire de son indépendance. C’est un pays qui reste mal connu : ainsi on continue, même dans des ouvrages récents, à l’associer à la Scandinavie dont elle ne fait pourtant par partie, comme le rappelle la légende de cette carte de 1928.

« Le soleil de minuit », illustration tirée de Le pays du soleil de minuit : voyages d’été en Suède, en Norwège, en Laponie et dans la Finlande septentrionale par Paul Du Chaillu. Paris, C. Lévy, 1882. Gallica (BnF).

La Finlande n’évoque le plus souvent que les saunas, les lacs et des pilotes d’automobile.  Pourtant des Français se rendent en Finlande depuis bien longtemps, même si les récits sur ce pays sont assez rares : le voyage en Finlande fait généralement partie d’un tour plus général dans les pays nordiques ou d’une exploration en Laponie, qui concerne alors essentiellement la Norvège.

Pour accompagner l’histoire de ces périples en Finlande deux guides sont indispensables : Le Voyage en Scandinavie, anthologie de voyageurs, 1627-1914 (2001) qui malgré son titre s’intéresse aussi à la Finlande et Au pays des vendeurs de vent : voyager en Laponie et en Finlande du XVe au XIXe siècle (2017) qui propose notamment les itinéraires empruntés par chacun des voyageurs.

Continuer la lecture de [Centenaire de l’indépendance finlandaise] Focus sur quelques voyageurs francophones en Finlande

Bertrand Tassou

Bertrand Tassou est conservateur au département Philosophie, histoire sciences de l’homme à la BnF, chargé de collections en géographie.

More Posts

Autour de la Révolution d’Octobre

Les collections de la Bibliothèque nationale de France (BnF) sont riches de nombreux documents consacrés à la Russie ou documentant l’évolution de ses relations avec la France. Ils se font ainsi l’écho aussi bien de l’histoire du pays lui-même que de sa diplomatie.

À la fin du XIXe siècle, l’intérêt russophile des Français redouble avec la venue du couple impérial en France (1896) et la médiatisation de « l’amitié franco-russe ».

Le Piquet de l’Alliance : [jeu de cartes franco-russe au portrait à deux têtes édité à l’occasion de la visite de Nicolas II à Paris en octobre 1896]. Paris, B. P. Grimaud, 1897. Gallica (BnF)
Continuer la lecture de Autour de la Révolution d’Octobre

Cycle de conférences sur les relations franco-italiennes aux XIXe-XXe siècles

Les relations pluricentenaires qu’entretiennent la France et l’Italie sont à l’origine du fonds patrimonial extrêmement riche que conserve la Bibliothèque nationale de France (BnF)  sur la péninsule italique.

Par ce cycle de conférences, qui s’inscrit dans la politique de diversification des publics menée par la BnF, le département Philosophie, histoire, sciences de l’homme souhaite promouvoir une meilleure connaissance des collections italiennes disponibles dans ses salles de lecture, ses magasins et, plus largement, sur tous les sites de la BnF.

Pour ces six premières conférences, la période allant du début du XIXe siècle à aujourd’hui a été privilégiée en raison des événements clé qui s’y sont produits et qui ont façonné les relations entre les deux pays à l’époque contemporaine : le rôle décisif de la France dans le processus historique du Risorgimento italien, les conflits coloniaux dans le continent africain, l’importante émigration vers l’Hexagone à partir de l’unification italienne, les tensions dues à la montée du fascisme, le rétablissement des relations bilatérales dans le deuxième après-guerre.

Continuer la lecture de Cycle de conférences sur les relations franco-italiennes aux XIXe-XXe siècles

Emanuela Prosdotti

Chargée de collections en histoire de l’Italie, de la péninsule ibérique et de l’Amérique latine au département Philosophie, histoire, sciences de l’homme

More Posts

20e Rendez-vous de l’Histoire de Blois – 4 au 8 octobre 2017

RENDEZ-VOUS DE L’HISTOIRE DE BLOIS – 20e ÉDITION

« Eurêka – inventer, découvrir, innover »

 

La 20e édition des Rendez-vous de l’Histoire de Blois se tiendra du 4 au 8 octobre 2017 et explorera le thème « Eurêka – inventer, découvrir, innover ». Cette année encore, la BnF est présente au festival sur le stand 27 du Salon du livre d’histoire (Halle aux grains) : vendredi et samedi de 10h à 19h30 et dimanche de 10h à 18h30. Plusieurs intervenants de la BnF donneront également des conférences ou participeront à des tables rondes, dont vous trouverez le programme ci-dessous :

Vendredi 6 octobre

Samedi 7 octobre

Dimanche 8 octobre

Continuer la lecture de 20e Rendez-vous de l’Histoire de Blois – 4 au 8 octobre 2017

Préparer l’épreuve d’histoire médiévale de l’agrégation externe d’histoire 2018-2019

CONFRONTATION, ÉCHANGES ET CONNAISSANCE DE L’AUTRE AU NORD ET À L’EST DE L’EUROPE DE LA FIN DU VIIe SIÈCLE AU MILIEU DU XIe SIÈCLE

Image du bandeau : (extrait de) Flotte normande allant assiéger Guérande, Illustrations de la vie de saint Aubin d’Angers ,  1050-1150, Bibliothèque nationale de France, Département des manuscrits, NAL 1390

Le ministère de l’Éducation nationale a publié la présentation détaillée de la nouvelle question de médiévale de l’agrégation externe d’histoire 2018-2019 le 24 mars 2017.

Le thème aborde les mondes francs, slaves, vikings, celtes, anglo-saxons et germaniques dans leurs dimensions tant politiques, sociales que culturelles, sans oublier d’attirer l’attention sur les définitions, les chronologies, les géographies, les personnages clés, les interactions et les grands enjeux de cette période. Depuis l’Irlande jusqu’au nord des Balkans en passant par la Scandinavie et les établissements vikings, les marges slaves, baltes et hongroises et la Rus’ de Kiev, il s’agit d’étudier à partir de sources multiples les phénomènes de contact entre ces espaces et ces peuples, par affrontements, compétition religieuse ou missions, mais aussi les lieux et les espaces de contacts, les frontières, les relations diplomatiques, les migrations et les exils.

Continuer la lecture de Préparer l’épreuve d’histoire médiévale de l’agrégation externe d’histoire 2018-2019

Séverine Boullay

chargée de collections en histoire médiévale au département Philosophie, histoire, sciences de l’homme

More Posts

14-18 Archéologie de la Grande Guerre : une exposition Inrap à la BnF

L’exposition Inrap sur l’archéologie de la Grande Guerre sur le site François-Mitterrand de la Bibliothèque nationale de France (voir ci-dessous) s’accompagnera le 11 octobre 2017 d’une intervention de Gilles Prilaux dressant un panorama synthétique de l’apport de ces fouilles. Il inaugurera ainsi un cycle de conférences consacré aux différents aspects de l’archéologie de la Guerre, toutes périodes confondues, se déroulant entre octobre 2017 et juin 2018.

Vous trouverez ici le programme de ces conférences.

Lors de la Grande Guerre, des millions d’hommes ont vécu l’enfer des « orages d’acier » et des tranchées qui ont marqué durablement le territoire. Près de 700 000 disparus et des tonnes de débris métalliques y sont toujours ensevelis.

Au gré des fouilles préventives liées à l’aménagement du territoire, des traces tangibles remontent du sol : restes humains, tranchées, abris de fortune et munitions de tout calibre sont mis au jour. Ces vestiges apportent un nouvel éclairage à la connaissance de la guerre de 14-18.

En identifiant, analysant et interprétant les témoins les plus significatifs issus de fouilles préventives, les archéologues permettent de documenter des aspects méconnus de la Grande Guerre : armement, sépultures, bâtiments, alimentation, artisanat…

Quelques précisions sur l’exposition Inrap sur kakémonos, labellisée par la Mission du Centenaire:

Lieu

Entrée EST (face au MK2), Foyer du petit auditorium – site François-Mitterrand, avenue de France Paris (75013)

Accès

accès libre

Dates

du 30 septembre au 11 octobre 2017

Pour en savoir plus sur cette thématique

Pour en savoir plus sur la BnF et la commémoration de la Grande Guerre

 

 

Visitez un endroit original pendant l’Exposition universelle de 1867 !

« Paris. Inauguration de la Bibliothèque impériale le 15 juin. » Recueil. Topographie de Paris. IIe arrondissement. 6ème quartier. Département des Estampes. Banque d’images de la BnF.

On a surtout retenu de l’Exposition universelle de 1867 la démonstration de force qu’elle constituait pour Napoléon III, inquiet du rayonnement britannique. De nombreux témoignages montrent les très nombreux visiteurs venus de toute la France et de l’étranger émerveillés par les richesses étalées dans le Palais de l’Industrie.

Champ de Mars, Exposition Universelle [1867]. Estampe. Paris, M.on Martinet. Gallica (BnF).

D’autres manifestations prévues ici et là à cette occasion dans Paris ont moins retenu l’attention du grand public et de la presse, et ont été rapidement oubliées. C’est le cas d’une exposition à la Bibliothèque impériale, visant à valoriser les missions scientifiques menées sous les auspices de Victor Duruy, ministre de l’Instruction publique. Pour en savoir plus sur cette manifestation, l’une des premières expositions organisées par la Bibliothèque impériale, c’est par ici !

Vous pourrez également découvrir ici les différentes « expositions universelles dans Gallica », grâce à divers documents (rapports, guides de visites, journaux…) numérisés par la BnF et le CNAM.

Journal amusant, 22 juin 1867. Gallica, BnF.

 

Un nouveau site de la BnF à explorer: France-Pologne

 

« Le chapeau de la liberté » : [estampe] / [non identifié]. Éditeur : [J.M. Will] (Augsburg). 1792. Gallica (BnF). Le coq est le symbole de la France, l’ours celui de la Pologne.

Dans la nouvelle collection numérique de la BnF, « Patrimoines partagés », signalons la naissance  du site France-Pologne dédié à cinq siècles de relations entre les deux nations. Il est le fruit d’une collaboration entre la Biblioteka Narodowa (Bibliothèque nationale de Pologne), la BnF, la BDIC (Bibliothèque de documentation internationale contemporaine), les BMN (Bibliothèques municipales de Nancy), l’INA (Institut national de l’audiovisuel) et le MNHI (Musée national de l’histoire de l’immigration).

Ce site propose quatre rubriques : Rois et souveraines/ Grandes heures/ Sciences et arts/ Littérature