Archives de catégorie : Billets d’Histoire

Les apports d’une analyse de la cotation Clément à l’étude de la réception du genre du catéchisme politique

Caricature de Cham publiée par Le Charivari du 16 juillet 1848. Cote BnF: FOL-LC2-1328.

Comme je l’ai indiqué dans un billet précédent, ces réflexions sur la cotation Clément résultent d’échanges avec Yann Fauchois, mon tuteur lorsque j’étais chercheur associé à la Bibliothèque nationale de France. J’ai donc choisi, pour accompagner ce billet sur la cotation Clément, de mettre en exergue des citations tirées d’une étude récente qu’il a publiée sur les collections révolutionnaires de la BnF1.

En 1897, Léopold Delisle évoque dans l’introduction du Catalogue général des livres imprimés de la Bibliothèque nationale les limites de toute entreprise de catalogage :

« Les meilleurs catalogues méthodiques, quand ils embrassent des collections très considérables, présentent beaucoup de classements fautifs, discutables et arbitraires. Les rédacteurs y ont toujours laissé l’empreinte de leurs goûts et de leurs préoccupations, goûts et préoccupations qui subissent parfois de profondes modifications chez un même individu et qu’on ne saurait faire adopter à toutes les personnes appelées à se servir d’un catalogue2. »

Ce sont précisément ces « goûts et préoccupations » qui nous intéressent ici. La cote apposée sur chacun des 615 catéchismes politiques conservés à la Bibliothèque nationale de France est une trace de la perception que les bibliothécaires avaient de ces manuels élémentaires de vulgarisation politique. Ces intentions se précisent lorsque subsiste une cote barrée illustrant le passage d’un système de cotation hérité de l’Ancien Régime à sa version simplifiée de la seconde moitié du XIXe siècle.

Dans la seconde moitié du XVIIe siècle, Nicolas Clément élabore un classement des livres imprimés selon un classement intellectuel qui se divise en cinq grands domaines correspondant à autant de lettrages :

  • Religion (lettres A à D)
  • Droit (lettres E et F)
  • Histoire (lettres G à P)
  • Sciences et Arts (lettres R à V)
  • Littérature (lettre X à Z).

Laurent Portes a qualifié la cotation Clément de « mode d’indexation encyclopédique »3, la cote étant le reflet de la localisation des livres dans les magasins. L’accroissement extrêmement rapide des collections de l’ancienne bibliothèque royale suite aux saisies révolutionnaires a rendu ce minutieux classement impossible à perpétuer :

L’accroissement des fonds imprimés de la Bibliothèque du roi devenue nationale pendant la Révolution française a été sans commune mesure avec les périodes qui l’ont précédée. La masse des livres rejoignant ainsi la Bibliothèque nationale lui permit de doubler ses fonds imprimés: environ 300 000 volumes entrèrent alors dans les collections qu’on évaluait déjà à 300 000 volumes4.

Après 1789, le lettrage fut conservé mais les ouvrages furent classés provisoirement sans cote individuelle. Il fallut ainsi attendre 1852 pour que soit instauré un catalogue méthodique pour l’histoire de France (correspondant au lettrage L).

Nous allons tenter de montrer ici ce qu’une analyse des cotes peut nous apprendre de la réception des catéchismes politiques, la dispersion des ouvrages sous divers lettrages (notamment L et R) reflétant la difficulté des bibliothécaires contemporains à penser le catéchisme politique comme un genre à part entière.

Caricature de Cham publiée par Le Charivari du 16 juillet 1848. Cote BnF: FOL-LC2-1328.

Nous étudierons dans un premier temps comment la Bibliothèque a fait face à l’afflux des saisies révolutionnaires afin d’analyser en quoi le choix du lettrage permet de déduire les partis pris intellectuels. Il sera ensuite fructueux de faire une étude plus approfondie du lettrage R qui rassemble un cinquième des catéchismes politiques conservés à la BnF (soit 112 volumes)5. Nous essaierons enfin de pénétrer plus avant dans l’architecture intellectuelle de la cotation Clément à l’aide des quelques traces conservées (cotation systématique héritée de l’Ancien Régime et contiguïté des cotes y compris postérieures).

Dans quels domaines furent classés les catéchismes politiques ?

Parmi les 615 catéchismes politiques de la BnF, 50 % sont conservés sous le lettrage L, 20 % en R et 10 % en Y pour les lettrages les plus fréquents. Pour les ouvrages en L, il s’agit plus précisément de l’histoire « par règnes » (Lb). Sous le Second Empire, Jules Taschereau (administrateur-adjoint de la bibliothèque impériale) fut à l’origine de la parution des volumes du Catalogue de l’Histoire de France qui se poursuivit ensuite de 1855 à 1879. Il s’agissait alors de répertorier et d’organiser méthodiquement les fonds historiques accumulés depuis la Révolution française. C’est l’occasion pour Taschereau d’exposer en introduction la distinction entre l’ancien fonds français (les livres antérieurs à 1792) et les acquisitions révolutionnaires et postérieures « qui étaient demeurées en liasses et en paquets6 ». Les ouvrages sont désormais identifiés par une cote unique composée d’un lettrage correspondant à l’histoire de France (L) complété par une lettre et un chiffre afin d’en indiquer le règne (Lb39 correspondant par exemple à Louis XVI et à la Révolution française) et d’un numéro d’entrée identifié dans le catalogue:

On a en revanche conservé son unité au règne de Louis XVI, arrêté au10 août 1792, sous lequel se trouve donc classée une part très importante des collections révolutionnaires. Là, les bibliothécaires se sont trouvés face à une difficulté : ils ont dû créer un lettrage (Lb40) qui concerne théoriquement la période qui va du 10 août 1792 au 21 septembre, la Révolution après la chute du trône et avant la République, mais n’ont pas su lui trouver un intitulé7.

Les 367 catéchismes politiques datant de la première moitié du XIXe siècle (de 1789 à 1851) furent principalement classés en L (238 volumes soit 65 %) contre 12 % en R (45). Il faut cependant rappeler que les catéchismes de l’époque révolutionnaire devaient avant tout remplacer les manuels hérités de l’Ancien Régime.

Pourtant le lettrage R qui concerne la philosophie mais aussi la pédagogie n’a pas été la destination première de ces volumes. Les livres datant de la seconde moitié du siècle sont beaucoup moins nombreux (227) mais leur répartition est intéressante.  En effet, alors que l’utilisation scolaire du catéchisme politique est une spécificité révolutionnaire avec quelques rares résurgences sous la Seconde puis la Troisième République, les volumes cotés en R représentent cette fois-ci 27 % de l’ensemble (62 catéchismes) et ceux en L 60 % (136). Les catéchismes de la Troisième République y sont proportionnellement plus représentés que les textes antérieurs, ce qui signifie que lors de leur entrée par le dépôt légal, les bibliothécaires ont considéré ces manuels comme liés à la pédagogie. La proportion de catéchismes à utilisation scolaire n’est pourtant pas différente de l’ensemble des catéchismes de la BnF, un tiers environ de ces livres.

Même si la cotation en L reste très majoritaire, l’écart entre les deux lettrages se réduit, ceci alors que l’utilisation scolaire disparaît progressivement et est même combattue par les pédagogues républicains dans le contexte de la laïcisation scolaire.

Les catéchismes politiques cotés sous R

Les 112 volumes qui portent actuellement une cote commençant par le lettrage R représentent 20 % du fonds de catéchismes politiques de la BnF. Le lettrage R concerne la philosophie et son histoire (logique, morale, politique), la théorie de l’âme, la métaphysique et la philosophie naturelle (notre science physique) et inclut l’éducation et l’instruction civique.

Or, certains de ces volumes conservèrent jusque sous le Directoire une ancienne cote royale ensuite barrée pour être remplacée par une nouvelle cote. En 1796-an IV fut primé à l’issue du concours pour la rédaction des manuels élémentaires l’ouvrage suivant : Instruction élémentaire sur la morale 8. Ce catéchisme est coté R. 2982 avec écrit sous le chiffre « + 32 », la réédition de 1799-an VII9 portant la cote contigüe R.2982 avec écrit en dessous « – 32 ». Un autre catéchisme scolaire du Directoire a reçu une cote proche : R.2982 – 30 : Le livre utile et agréable pour la jeunesse, de Thomas Rousseau10. Les deux derniers catéchismes que nous pouvons rattacher à cet ensemble ont reçu la cote royale R.2992. Il s’agit tout d’abord du Traité élémentaire de morale, à l’usage des Instituteurs des Ecoles primaires, et des pensionnats, écrit par Jean-Baptiste Géruzez en 1800 -an VIII11. Il a été coté en R. 2992 avec écrit en dessous les lettres « T.g ». La dernière cote R barrée correspond à un ouvrage de 1802 -an X : La boussole de l’homme vivant en société, ou précis de morale pour l’éducation de la jeunesse, par demandes et par réponses 12. La cote est la suivante, consécutive de celle du Géruzez : R. 2992 avec en dessous « T.h ».

À ce stade, il faut signaler que chaque lettrage est lui-même charpenté en sous-chapitres thématiques et divisé en sections réservées chacune aux livres d’un format déterminé, tout nouveau livre entrant devant s’insérer dans ce découpage strict qui permettait, notamment de ranger chronologiquement les différentes éditions d’un même ouvrage ou de rapprocher les ouvrages se répondant13.

Les catéchismes politiques portant une ancienne cote royale ont ensuite été classés entre les cotes R-20286 et R-23020, mélangés avec d’autres ouvrages de morale et d’instruction civique destinés aux enfants. Comme nous l’avons précédemment montré, les catéchismes politiques ont principalement été classés par règnes (en Lb) à l’exception des ouvrages entrés par le biais du dépôt légal après le lancement du Catalogue de l’histoire de France.

Ce que nous apprend la contiguïté des cotes

Il peut être fructueux de trouver des séries de cotes continues comme par exemple 12 catéchismes classés entre Lb41-3837 et Lb41-3844, tous datés de 1794-an II.

Des catéchismes ont été cotés de façon continue de Lb53-354 à 360 et ont comme point commun d’être tous datés de 1848 et de comporter le terme « catéchisme » dans leur titre. 7 autres catéchismes ont reçu des cotes qui se suivent entre Lb53-1223 et Lb53-1228. Enfin, trois ouvrages dont celui de Jean Macé14 se suivent de Lb53-1613 à Lb53-1615. La proximité des dates de parution et des titres est souvent à l’origine de cette contiguïté des cotes puisque deux catéchismes de 1850, pourtant l’un proudhonien et l’autre républicain ont reçu les cotes Lb55-1856 et 1857.

La série de 5 catéchismes cotés entre Lb57-1155 et 1159 (La série Lb57 correspondant à la Troisième République) est intéressante dans la mesure où elle n’est pas issue uniquement d’un rapprochement alphabétique ou chronologique. Le premier catéchisme de la série est daté de 1871 et s’intitule Catéchisme politique à l’usage des villes et des campagnes15, le suivant s’intitule Catéchisme politique16 publié en 1873, le n° 1157 est le Manuel du bon français, ou les vrais principes religieux et politiques17 publié en 1871 et composé sous la forme de questions/réponses tout comme le n° 1158, ouvrage de Barbès intitulé Petit manuel républicain18, et enfin le n° 1159 qui s’intitule Les devoirs et les droits de l’homme19, paru également en 1871. Il s’agit dans ce dernier cas d’une explication du texte de la Déclaration des droits de l’Homme et du citoyen de 1789.

La proximité formelle mais aussi l’usage supposé sont à l’origine de cette série continue de cotes, illustrant dans ce cas-là le fait que ces petits manuels ont été considérés comme appartenant au même genre au moment du catalogage.

Conclusion

Il n’existe pas de classement a priori des catéchismes politiques et la répartition entre les lettrages L, R ou encore Y en est la claire illustration, y compris dans le cadre intellectuel de la cotation Clément. Les rares cotes royales identifiées sont la preuve d’une tentative pour en perpétuer l’architecture intellectuelle jusque sous le Directoire et le Consulat. Toutefois l’accroissement des fonds sous la Révolution française a fait voler en éclats ce système.

La période révolutionnaire a offert plus globalement à la Bibliothèque nationale une occasion incomparable d’accroître ses fonds imprimés, mais l’établissement sera aussi victime de cet enrichissement dans le sens où l’effet de masse entravera durablement le signalement de ses collections20.

Les bibliothécaires ont pourtant fait des rapprochements entre ces petits manuels élémentaires de vulgarisation politique en raison de la parenté rhétorique ou d’usage de certains de ces catéchismes. Les traces encore perceptibles aujourd’hui en sont la ventilation du corpus entre les lettrages L et R ou bien la contiguïté de certaines cotes. Celles-ci ne doivent pas être considérées par les historien.ne.s uniquement comme un outil pour retrouver un ouvrage mais aussi comme une trace de la perception de l’ouvrage par celui ou celle qui l’a catalogué et donc un indice de leur réception.

Pour mieux comprendre les caricatures illustrant ce billet…

Caricature de Cham publiée par Le Charivari du 16 juillet 1848. Cote BnF: FOL-LC2-1328.

En 1848, Charles Renouvier publia chez Pagnerre son Manuel républicain de l’homme et du citoyen, sous les auspices d’Hippolyte Carnot, ministre de l’Instruction publique. Ce fut l’occasion d’une attaque politique virulente qui obligea Carnot à démissionner. Cette attaque fut l’un des épisodes de la campagne réactionnaire qui suivit l’écrasement des journées de juin 1848. La  caricature du Charivari fut éditée dans le contexte de cette crise politique marquée notamment par une intervention du représentant Louis Bonjean le 5 juillet 1848, ce dernier prétendant que le catéchisme de Renouvier prêchait le communisme, et citant ce passage :

L’Élève. Existe-t-il au moins des moyens d’empêcher les riches d’être oisifs et les pauvres d’être mangés par les riches?

L’instituteur. Oui, il en existe, et d’excellents. Les directeurs de la République trouveront ces moyens aussitôt qu’ils voudront sérieusement pratiquer la fraternité. Il en est de la propriété et du libre usage du capital comme de toutes les autres libertés. La loi qui les reconnaît peut et doit les renfermer dans certaines bornes. Sans détruire le droit d’héritage, on peut le limiter pour l’intérêt public; et, sans supprimer l’intérêt du capital, on peut prendre beaucoup de mesures pour le rendre aussi faible qu’on voudra. Alors l’oisiveté sera difficile au riche et le pauvre trouvera facilement crédit pour s’enrichir.

La caricature de Cham peut être perçue comme réactionnaire mais elle  se moque peut-être tout autant de l’ouvrage incriminé que de l’imaginaire de ses adversaires pour qui le « communisme » équivaut à la disparition de la propriété et de la famille classique.

Caricature de Cham publiée par Le Charivari du 16 juillet 1848. Cote BnF: FOL-LC2-1328.

 

Citer ce billet : Buttier Jean-Charles, "Les apports d’une analyse de la cotation Clément à l’étude de la réception du genre du catéchisme politique," in L'Histoire à la BnF, 07/07/2017, http://histoirebnf.hypotheses.org/746, [consulté le 25/07/2017].
  1. Yann Fauchois, « Histoire de la constitution et du signalement des fonds révolutionnaires au département des Imprimés de la Bibliothèque nationale (1790-1875) », in G. Bertrand, M. Biard, A. Chevalier, M. Poirson, P. Serna (dir.), Collectionner la Révolution française, Paris, Société des études robespierristes, 2016, p. 139-150. []
  2. Catalogue général des livres imprimés de la Bibliothèque nationale. Auteurs. Tome 1. Paris, Imprimerie nationale, 1897, 565 p. Introduction par L. Delisle, pp.XLV-XLVI. []
  3. Portes (Laurent), « L’ordre des livres selon Nicolas Clément » in Blasselle (Bruno), Portes (Laurent)(dir.) Mélanges autour de l’histoire des livres imprimés et périodiques, Paris, Éditions de la BnF, 1998, p. 65. []
  4. Yann Fauchois, op. cit. p. 140 []
  5. Ledos (Eugène Gabriel), Histoire du catalogue des livres imprimés de la Bibliothèque nationale, Paris, éditions des Bibliothèques nationales, 1936, 258 p. []
  6. Taschereau (Jules), Catalogue de l’histoire de France, tome premier, 1855, p. XII. []
  7. Yann Fauchois, op. cit. p. 149-150 []
  8. Bulard, Instruction élémentaire sur la morale ; ouvrage qui a été jugé propre à l’instruction publique par le Jury des livres élémentaires et le Corps législatif, Et qui a obtenu une récompense nationale par la loi du 11 germinal an IV. Par le citoyen Bulard, Paris, Caillot, 1796-an IV, 216 p. []
  9. Bulard, Instruction élémentaire sur la morale ; ouvrage qui a été jugé propre à l’instruction publique par le Jury des livres élémentaires et le Corps législatif, Et qui a obtenu une récompense nationale par la loi du 11 germinal an IV. Suivies des notions sur le monde physique. Seconde édition, revue et corrigée. Par le citoyen Bulard, Paris, Caillot, 1799-an VII, 226 p. []
  10. Rousseau (Thomas), Le livre utile et agréable pour la jeunesse. Contenant la déclaration des droits, etc. Les sentences de P. Syrus, en distiques français et les distiques de D. Caton, en quatrains, traductions nouvelles, toutes deux par L.C.T. Rousseau : les distiques de Muret, imitées en quatrains français par L.C. François (de Neuf-Château). Notice sur plusieurs grands hommes, etc. Le tout orné de douze gravures, Paris, Bonneville, 1799-an VII, 188 p. []
  11. Géruzez (Jean-Baptiste), Traité élémentaire de morale, à l’usage des Instituteurs des Ecoles primaires ; Par le citoyen Géruzez. Employé de l’Instruction publique, cinquième division du Ministère de l’Intérieur, Paris, Delance, 1800-an VIII, 140 p. []
  12. Decressac (R.), La boussole de l’homme vivant en société, ou précis de morale pour l’éducation de la jeunesse, par demandes et par réponses. Par R. Decressac, Ex-archiviste de l’Ordre de Malthe, et Géomètre, Meaux, Dubois, 1802-an X, 115 p. []
  13. Yann Fauchois, op. cit. p. 145 []
  14. Macé (Jean), Petit catéchisme républicain, par Jean Macé. Auteur des Vertus du Républicain et des Entretiens du père Moreau, Paris, Garnier Frères, 1848, 24 p. []
  15. Marc-Antoine, Catéchisme républicain des villes et des campagnes par Marc-Antoine,Paris, Vialat, 1848, 106 p. []
  16. Vellaud (A.), Causerie du village. Catéchisme politique. Formulaire du républicain, par Vellaud. Avocat, docteur en droit, Conseiller général (Seine-et-Marne), ancien maire de Samois. 4ème édition., Melun, Paban, 1873, 40 p. []
  17. Manuel du bon français, ou les vrais principes religieux et politiques, Toulouse, Bénézet, 1871, 108 p. []
  18. Barbès (Henri Louis), Petit manuel républicain. Dédié aux conservateurs qui ne connaissent la république que d’après l’évangile de St-Rouher, Avignon, Offray, 1871, 12 p. []
  19. Les devoirs et les droits de l’homme, Rouen, Desisles-Brière, 1871, 4 p. []
  20. Yann Fauchois, op. cit., p. 140 []

Pour une histoire des voyages à bicyclette

« Debenne, 3 ans, Boisserel [?] 3 ans [deux jeunes enfants à vélo] », photographie, Agence Rol, sd. Gallica (BnF).

Dans quelques jours débute le Tour de France : c’est l’occasion de passer rapidement en revue les collections de récits de voyages et de guides touristiques cyclistes…

Même sans avoir lu le « Supplément littéraire » du Figaro du 4 octobre 1890, on s’en doutait : Aristote n’a pas connu le vélocipède ! Mais ce texte est intéressant à plus d’un titre. D’abord parce que la question (« Aristote a-t-il connu le vélocipède ? »)  renvoie à  celle de l’origine de la bicyclette, qui n’a pas de date d’invention précise, sauf à considérer la draisienne comme la première bicyclette : ce sont seulement les améliorations ou changements successifs, parfois précisément datés, qui ont permis de passer des machines des origines à celles que nous connaissons aujourd’hui. Ensuite parce que ces quatre pages consacrées à la pratique de la bicyclette ont paru dans un supplément littéraire ! La « Belle époque » ? Heureux temps en tout cas, où l’on découvrait, sous la plume de Pierre Giffard, héraut s’il en fut de la cause cycliste,  l’art de vivre à bicyclette…

Dès son apparition, ou plutôt dès le début d’un usage qui allait devenir de masse, la pratique de la bicyclette a été encadrée, témoin cet étonnant volume de la « Bibliothèque du contribuable » : le Code du cycliste écrit en 1895 par des rédacteurs de la jurisprudence des Conseils de Préfecture ;  la justice s’en mêle aussi avec en 1897 La Bicyclette et les tribunaux.

Très tôt les bienfaits de la pratique de ce qui était encore le vélocipède ont été mis en valeur. Élisée Désiré Bellencontre peut ainsi écrire dès 1869 dans son Hygiène du vélocipède :

Aujourd’hui le vélocipède ne doit plus être considéré comme un jouet, c’est un objet d’utilité, un instrument de locomotion et j’ai voulu démontrer combien, appliqué à l’hygiène et à la gymnastique, il peut être utile à la santé, quel plaisir il procure et à quel but il conduit en concourant même au progrès de haute moralisation des masses, vers lequel les esprits tendent sans cesse.

Dès 1891, la vélocipédie bénéficie d’une histoire, préfacée par Jean Richepin, qui n’était pas encore académicien. L’ouvrage revient avec un regard amusé sur les difficultés rencontrées pour imposer la pratique féminine de la bicyclette :  « Les femmes s’étaient prises de curiosité pour l’instrument de leur mari ou de leur ami, et, comme il arrive d’ordinaire des objets qu’elles ne connaissent pas, voulurent voir le loup nouveau […] La Faculté de médecine en tressauta d’horreur et monta sur ses grand bocaux. L’amour du cheval de fer, la ruine de la femme, la perturbation des organes sacrés sur lesquels le code civil a édifié le mariage, la stérilité incurable vengeresse de ces excès, tous les anathèmes médicaux tirèrent la femme en bas du vélocipède ».

Quelques années plus tard dans De l’exercice vélocipédique : ses effets physiologiques et pathologiques, ses indications, ses contre-indications le Docteur Édouard Pize pouvait constater : « à l’heure actuelle […] tout le monde va peu ou prou à bicyclette. Vieillards, femmes, enfants, tous pédalent avec acharnement ». Mais si « toutes les objections qu’on a pu faire à la vélocipédie féminine ont été réduites à néant par M. Lucas Championnière, le savant défenseur du cyclisme », cette pratique reste toutefois prudemment déconseillée, entre autres malades, aux « porteurs de chancres mous ou indurés ».

Plus rien ne  semble donc s’opposer au succès de la bicyclette : les publicités abondent.

« Manufacture de vélocipèdes G. Dupont ». Affiches Camis (Paris), 1892. Gallica (BnF).
« Fabrique française de vélocipèdes Blanc et Gautard », affiche, Imprimerie Edward Ancourt, vers 1900. Gallica (BnF).

 

Les revues spécialisées commencent à paraître. Ainsi La France vélocipédique illustrée : revue indépendante de la vélocipédie française & étrangère, de Francisque Greppo. Ce n’est pas la première chronologiquement mais c’est une des plus complètes (avec une étonnante rubrique consacrée aux « Faits divers vélocipédiques ») et  résolument tournée vers une pratique sportive : les compétitions, déjà, attirent les foules.

« A partir du 29 mai courses de vélocipèdes sur le vélodrome Buffalo… », affiche, Lithographie F. Appel, sd. Gallica (BnF).

La bicyclette a  aussi ses premières célébrités, comme en témoignent des photographies d’écrivains se promenant à bicyclette, Émile Zola ou Paul Féval fils.

Jules Beau, « Mme Paul Féval [fils] – M. Paul Féval [fils] », collection de photographie sportive, 1896-1897. Gallica (BnF).

Surtout, la démocratisation et l’engouement pour le vélo passeront par les premières excursions et les premiers voyages. Dans Le Cyclisme théorique et pratique, de Baudry de Saunier (1893), ouvrage qui recense tout ce que l’on doit savoir à l’époque sur la pratique de la bicyclette, le « portrait-robot » du touriste idéal est donné :

Louis Baudry de Saunier, Le Cyclisme théorique et pratique, précédé d’une préface de Pierre Giffard, Librairie illustrée (Paris), 1893. Gallica (BnF).

Les premiers récits de voyage à bicyclette sont édités et on est encore ému aujourd’hui par l’enthousiasme de Régis Brochet, parcourant le bocage vendéen en 1893 :

Pour parcourir avec fruit comme il le mérite ce bocage aux aspects si romantiques, il est indispensable d’user d’un mode de locomotion pratique avant tout, autant qu’agréable.

Il est une sorte de véhicule aujourd’hui fort en honneur, qui semble assez bien répondre à ces deux conditions : je veux parler de ce petit cheval d’acier, qu’en des termes moins recherchés on nomme la Reine-Bicyclette.

Ici cependant, pas de remarques sur l’aspect sportif de la pratique de la bicyclette ; certes, malgré « quelques côtes assez rudes », le bocage vendéen n’est pas réputé pour ses reliefs. Il ne faut cependant pas oublier qu’à cette époque il n’y avait pas de dérailleurs et que la moindre colline pouvait devenir une épreuve. Toutefois l’ouvrage est essentiellement un guide touristique et historique.

Cela change un peu avec les Onze jours en Touraine. Bien que l’auteur s’en défende, il s’agit là aussi d’un guide ; mais les péripéties du voyage à bicyclette ne sont pas oubliées :

Non loin d’ Amboise, existe un château du XVe siècle, que le propriétaire ne veut pas laisser visiter. C’est la seule fois que dans notre voyage nous ayons eu affaire à un châtelain aussi peu hospitalier. Vouons donc aux divinités infernales le propriétaire du château de Pocé et faisons des vœux pour que les cyclistes, nos frères, ne fassent pas une route inutile, surtout s’ils doivent comme nous ramasser de brillantes « pelles » en faisant ce peu intéressant parcours.

On y trouve des expressions d’une charmante désuétude : « vélophobe », « sceller nos bicyclettes » ; des remarques sur la nécessité d’une alimentation conséquente : « restaurés par un excellent petit vin du pays et par les seules rillettes que nous ayons mangées dans tout le voyage, nous pédalons avec une nouvelle énergie » ; sans oublier un discret éloge du matériel : « nos trois bicyclettes munies de leurs excellents pneumatiques (pas de noms de fournisseurs pour ne pas avoir l’air de faire de réclame) ». L’ouvrage est signé « Trois membres du cycle amateur versaillais et du Touring club » et s’adresse clairement aux (futurs ?) pratiquants.

Plus sportif sera En bicyclette à travers l’Engadine, la Valteline, le Tyrol et l’Italie du Nord de W. Quick (Georges Curtel) paru en 1893, un des premiers chefs-d’œuvre de la littérature cycliste. Du tourisme certes, mais aussi et surtout de la bicyclette. On commence par les conseils de voyage :

Encore une recommandation. Ne partez jamais avec des compagnons trop faibles. La bonne humeur est inséparable de la bonne santé. La fatigue rend les gens grognons.

On poursuit avec la présentation des compagnons, de leurs « montures » et de leur matériel. Puis on attaque les montagnes où « les glissades […] ne sont pas seulement désagréables, elles sont véritablement dangereuses ». On évoque la fringale, « ces effroyables pentes côtoyant l’abîme », les gens qu’ils croisent dans les descentes et qui s’attendent à les « voir filer par-dessus les balustrades au premier tournant », mais aussi « tous les quarts d’heure, un moment d’arrêt pour contempler le paysage et reposer nos mains ». Ajoutons que le compte rendu de chaque journée se termine par l’itinéraire et le nombre de kilomètres parcourus. Et que dire de la terrible descente qui salue leur arrivée en Autriche, « si l’on peut appeler descente les 52 marches gigantesques qui sont taillés dans le flanc de l’Ortler. Au reste, la photo ci-contre en donne quelque idée » :

« Col de l’Orbier vu du versant autrichien », En bicyclette à travers l’Engadine, la Valteline, le Tyrol et l’Italie du Nord / par W. Quick (Georges Curtel), Théolier (Saint-Étienne), 1893. Gallica (BnF).

 

Dès la fin du XIXe siècle, les récits sont d’une grande variété. Ainsi La France en bicyclette : étapes d’un touriste : de Paris à Grenoble et à Marseille… où se mêlent conseils pour l’entraînement et la préparation du voyage, narration des péripéties de chaque étape, guide touristique des régions traversées… et hommage discret aux montures : « Appuyés sur nos bicyclettes, nous les caressions involontairement, en face de spectacle imposant, comme pour les remercier de nous avoir amenés jusque-là ». Si En vélo autour de Quimper est relativement calme, plus sportifs sont Les Pyrénées et l’Auvergne à bicyclette : Chartres à Gavarnie par Bordeaux, retour par Clermont ou Excursions en Savoie . En 1896 A travers les cactus : traversée de l’Algérie à bicyclette répond au désir d’exotisme et cible un des principaux problèmes :

Je connais bien les précautions à prendre : je sais ce que c’est que la chaleur à bicyclette. Une traversée de la vieille Castille au mois de juillet 1893 m’en a donné une idée.

– Oh ! mais vous l’aurez plus forte encore, ici, la chaleur, d’autant plus que la saison a été retardée cette année et que septembre nous donne la chaleur du mois d’août.

– Sapristi, pas de chance alors.

Pas de chance, en effet, puisque « la chaleur se fit sentir très vite et très violente »…

Signe des temps et du succès de cette pratique, la bicyclette a désormais droit de cité dans les guides touristiques. Ainsi les fameux guides Joanne, souvent réédités, comme l’ Itinéraire général de la France qui comporte un appendice : la Corse à bicyclette, par M. A. Courtet.

Itinéraire général de la France. La Corse, par Paul Joanne [H. Boland et P. Leca], avec un appendice : la Corse à bicyclette, par M. A. Courtet… Paris, Hachette, 1905. BnF. Cote: 8-L25-56 (8,C).
Itinéraire général de la France. La Corse, par Paul Joanne [H. Boland et P. Leca], avec un appendice : la Corse à bicyclette, par M. A. Courtet… Paris, Hachette, 1905. BnF. Cote: 8-L25-56 (8,C)

Bien plus tard apparaîtront des guides entièrement consacrés à la pratique de la bicyclette. Signe de l’évolution de l’édition, la couverture indique de suite le public visé : Randonnées à bicyclette en Île de France : itinéraires choisis et commentés (1977).

Randonnées à bicyclette en Île de France : itinéraires choisis et commentés / par Évelyne Lempereur ; publié par le C.D.M. [Club des dix mille], Arcueil, 1977. BnF. Cote: 16-L26-409.

Aujourd’hui ce sont désormais les guides qui ont le vent en poupe. Certes, on publie toujours des récits, qui lorgnent volontiers vers l’exploit sportif. Certains guides suivent cet engouement à la fois pour la performance et pour l’exotisme en donnant des conseils pratiques.

Itinéraires à vélo en France/ Sally Dillon, Neil Irvine, Catherine Palmer… [et al.], Lonely planet publ., 2001. BnF. Cote: 2001-79450.
D’autres restent dans un format plus familial, comme les Itinéraires à vélo en France et/ou  sur des terrains plus abordables, comme Les plus beaux cyclotours de France.

Enfin, la plus récente des évolutions concerne les guides de cyclisme en ville qui veulent apporter un éclairage complet et s’intéresser à toutes les pratiques, que ce soit pour aller travailler ou pour se promener ;  là encore,  tout est annoncé sur la couverture : balades, sécurité, conseils histoires… comme dans Paris à vélo (2011). Il semblerait que le vélo ait enfin retrouvé la place qui était la sienne sous la plume de Pierre Giffard dès octobre 1890 !

Paris à vélo / rédacteur en chef, Pierre Josse ; auteurs, Erick Marchandise et Philippe Piot ; rédaction, Olivier Page, Véronique de Chardon, Isabelle Al Subaihi… [et al.]. Paris, Hachette, 2011. BnF. Cote: 2011-189604.
Si vous aimez le tour de France, le blog Gallica vous réserve bien des aventures cet été. La BnF et les partenaires de Gallica se sont en effet associés pour vous faire découvrir le patrimoine des régions traversées par les coureurs du Tour 2017. Du 1er au 23 juillet, le blog Gallica fera ainsi étape dans une trentaine de villes.
Citer ce billet : Bertrand Tassou, "Pour une histoire des voyages à bicyclette," in L'Histoire à la BnF, 28/06/2017, http://histoirebnf.hypotheses.org/763, [consulté le 25/07/2017].

Bertrand Tassou

Bertrand Tassou est conservateur au département Philosophie, histoire sciences de l'homme à la BnF, chargé de collections en géographie.

More Posts

La dénonciation : de l’incitation du roi à la parole du peuple (I)

Ce double billet reprend une communication présentée dans le cadre de l’atelier de travail intitulé « Écrits au pouvoir. Enjeux, pratiques et acteurs », tenu le 23 juin 2010 à l’université  Paris 1-Panthéon Sorbonne.

Un corpus comme hypothèse de travail

L’importance de la dénonciation dans la société française à partir de 1789 est un fait bien connu et étudié en partie1. Cependant de nombreuses questions sur cette débordante passion révolutionnaire restent sans réponse. Le succès de ce thème dans la presse du temps serait-il autre chose qu’une « invention de journaliste, […] jouant sur la dramatisation absolue de l’événement », comme l’a ingénieusement mis en évidence Antoine de Baecque2 ?

Ce n’est bien évidemment pas la seule interrogation soulevée par l’ampleur de la dénonciation sous la Révolution, qui peut donner l’impression que tout le monde dénonçait tout le monde. Il convient d’approfondir la réflexion sur la relation entre ce phénomène pendant le temps court et intense de la Révolution et l’histoire de plus longue durée qui la précède.

Continuer la lecture de La dénonciation : de l’incitation du roi à la parole du peuple (I)

  1. Lucien Jaume, Le Discours jacobin et la démocratie, Paris, Fayard, 1989, p. 192-215 ; p.257-302 ;  J.  Guilhaumou, « Fragments of a Discourse of Denunciation (1789-1794) », dans  The French Revolution and the Creation of Modern Political Culture, sous la dir. de  K. M. Baker, C. Lucas, F. Furet,  Oxford, vol. IV, The Terror, 1994, p. 139-153 ; Colin Lucas, « The Theory and practice of denunciation in the French Revolution », The Journal of Modern History, vol. 68, N° 4, 1996, p. 768-785, etc. []
  2. Antoine de Baecque, Le Corps de l’histoire. Métaphore et  politique, 1770-1800,  Calmann-Lévy, 1993, p. 269. []

Stefan Lemny

Chargé de collections en histoire de l'Europe centrale et de l'Est Département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts

Les catéchismes politiques conservés dans les fonds de la Bibliothèque nationale de France

Essai de catéchisme socialiste par Jules Guesde, 1878. Gallica (BnF)

L’expression « catéchisme politique » désigne un genre de la littérature populaire qui repose sur une pédagogie destinée à faciliter la mémorisation d’une doctrine politique. Ces ouvrages élémentaires (courts et bon marché en général) sont composés d’une succession de questions et de réponses. Les catéchismes chrétiens qui se développèrent pendant la Réforme puis la Contre-Réforme en furent les modèles, le catéchisme politique étant le fruit d’un transfert pédagogique qui s’opère à la faveur de la Révolution française. Ces livres élémentaires républicains, royalistes ou encore socialistes furent assez largement diffusés pendant un « long XIXe  siècle » qui s’étend de 1789 à la Première Guerre mondiale.

Continuer la lecture de Les catéchismes politiques conservés dans les fonds de la Bibliothèque nationale de France

Peindre l’arbre au Moyen Âge. Les herbiers enluminés de la Bibliothèque nationale de France.

Du poirier familier au mythique arbre à baume (fig.1), en passant par l’exotique grenadier ou le figuier fertile, de nombreuses essences d’arbres peuplent les pages des herbiers médiévaux1.

Mais qu’est-ce qu’un arbre dans le savoir médiéval ? Comment définir cette catégorie du monde végétal, et quelles sont les plantes qui y appartiennent ? Ces questions, auxquelles les botanistes actuels n’ont toujours pas donné de réponse définitive, taraudent déjà les naturalistes médiévaux. Les longues listes de plantes dressées dans les ouvrages scientifiques sont structurées selon des logiques internes qui reposent sur l’emploi de la nomenclature. Le monde végétal est scindé en deux grandes catégories que sont les arbres (arbor) d’une part et les herbes (herba) de l’autre. À cette distinction fondamentale s’ajoutent les arbustes (arbustum), arbrisseaux (frutex) et autres buissons. Déterminer ce qui relève de telle ou telle catégorie constitue néanmoins un enjeu de taille. Continuer la lecture de Peindre l’arbre au Moyen Âge. Les herbiers enluminés de la Bibliothèque nationale de France.

  1. Nous employons ici le terme herbier dans une acception bien précise, celle qui désigne tout livre de pharmacopée évoquant des plantes, leurs caractéristiques et leurs vertus thérapeutiques. Il s’agit d’ouvrages énumérant des simples, ces produits végétaux, minéraux et animaux utilisés en médecine dans leur état naturel, sans qu’ils n’aient été mêlés à d’autres substances. []

Alice Laforêt

Archiviste paléographe et conservatrice stagiaire des bibliothèques.

More Posts

Follow Me:
Twitter

L’archéologie mérovingienne à travers les siècles

L’exposition Les Temps mérovingiens au musée de Cluny qui s’est tenue jusqu’au 13 février 2017 a mis sous les feux de l’actualité le Haut Moyen Âge. L’archéologie est l’une des sources principales de l’histoire mérovingienne, en raison du faible nombre de sources écrites. Elle est, de ce fait, la science qui engendre le renouvellement le plus profond des études mérovingiennes. Que nous apporte l’archéologie mérovingienne ? Quelles évolutions a-t-elle connues ?

Continuer la lecture de L’archéologie mérovingienne à travers les siècles

Séverine Boullay

chargée de collections en histoire médiévale au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts

L’empereur en représentation : décor et chorégraphie des soirées impériales au théâtre

Alors que vient de s’achever au musée d’Orsay l’exposition Spectaculaire Second Empire, 1852-1870, ayant fait la part belle aux thématiques de la fête impériale et des fastes du pouvoir, il est intéressant de revenir sur ce qui constitue l’une de leurs vitrines : le spectacle. Car le spectacle n’est-il pas le lieu par excellence où justement l’on regarde… ce qui se donne à voir ?

Le Second Empire, malgré sa réputation de période pauvre pour les spectacles1, connaît une vie théâtrale aussi bien créative, mondaine, qu’architecturale assez intense.
Le couple impérial sort régulièrement dans les grandes salles que sont l’Opéra et le Théâtre-Français, mais également dans une multitude d’autres théâtres2, quand ce ne sont pas les troupes elles-mêmes qui viennent jusqu’à eux dans les palais impériaux ; et souvent, lors de ces sorties, le cérémonial et le décor somptueux créent le spectacle autant dans la salle que sur la scène.

Continuer la lecture de L’empereur en représentation : décor et chorégraphie des soirées impériales au théâtre

  1. « Le Second Empire correspond sans doute à l’une des époques les plus ternes de l’histoire de notre théâtre » : Maurice Descotes, Histoire de la critique littéraire en France, Tübingen : G. Narr ; Paris : J.-M. Place, cop. 1980. p. 290 []
  2. Xavier Mauduit, « Les souverains au théâtre et le spectacle dans les palais impériaux sous le Second Empire », in Les Spectacles sous le Second Empire, dir. Jean-Claude Yon, Paris : A. Colin, impr. 2010. p. 22 []

Emilie Fissier

Bibliothèque nationale de France, département Philosophie, histoire, sciences de l'homme.

More Posts

Le « premier vagissement de la progéniture impériale » : faste et propagande autour de la naissance du fils de Napoléon III (1856)

Trifler, « Cris de Paris Pendant les fêtes du baptême », sd. Département Estampes et photographie. Trifler est vraisemblablement un pseudonyme de Félicien Rops qui publiait alors dans Le Charivari belge

L’impressionnante exposition du musée d’Orsay récemment consacrée au « spectaculaire Second Empire » a vu de nombreux visiteurs contempler avec une curiosité teintée d’effarement le berceau de Napoléon Eugène Louis Jean Joseph Bonaparte habituellement conservé au Musée Carnavalet.

Dès la chute du Second Empire, des écrits hostiles à la famille napoléonienne avaient narré la naissance du « prince impérial » et son baptême de manière très critique, soulignant les frais énormes engagés à cette occasion :

Paris, malgré ses misères cachées, étonnait cependant par sa splendeur, les têtes couronnées s’y succédaient répondant aux invitations des souverains et c’était chaque jour de nouvelles fêtes aux Tuileries. À ces fêtes succédèrent bientôt celles de la naissance du prince impérial. La cérémonie du baptême fut célébrée le 14 juin 1856 avec toute la pompe monarchique et, malgré les embarras financiers du moment, on ne dépensa à cette occasion, pas moins de 898,000 francs. Les médecins reçurent 62,000 francs, la sage-femme 6,000 fr., le cortège seul coûta 172,000 fr. Le premier vagissement de la progéniture impériale eut pour effet, comme on le voit, un nouvel accroc à nos finances. Mais Jacques Bonhomme paie et doit être content; quand on a un souverain, c’est l’usage1.

Continuer la lecture de Le « premier vagissement de la progéniture impériale » : faste et propagande autour de la naissance du fils de Napoléon III (1856)

  1. A. Lesolc, Documents pour servir à l’histoire de l’empire, Saintes, A. Gay, 1883, p.186 []

Agnès Sandras

chargée de collections en histoire de France au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts