Histoire de l’octroi

Georges Meunier, « A l’octroi ». [Collection Jaquet, défets d’illustrations de périodiques. Tome 17]. Gallica (BnF)

Le 12 septembre 1896, Émile Zola dénonce dans Le Figaro « la visite des bagages ».

De retour de sa propriété de Médan, le romancier est en effet confronté à un employé de l’octroi très zélé en gare de Saint-Lazare. Un bocal de cornichons s’est fêlé, et les effets personnels du couple Zola ont subi une inspection poussée. L’écrivain conclut son article par un appel à la révolte :

Et vous souffrez ça depuis tant d’années, Parisiens, mes frères? Savez-vous bien que vous avez fait des révolutions pour moins que ça, et que ma surprise est grande de voir que vous n’avez pas encore couvert Paris de barricades pour échapper au zèle imbécile de l’octroi ?

Les « cornichons de M. Zola » déclenchent les sarcasmes de la presse. Mais bientôt, les journalistes rendent grâce à l’auteur naturaliste, car une circulaire du directeur de l’Octroi de Paris rappelle aux employés d’employer « des formes polies à l’égard des contribuables »1.

Qu’est-ce que l’octroi ? Quand a-t-il disparu ? Vous le saurez en lisant le billet du blog Gallica intitulé « Vie et mort de l’octroi, un impôt au profit des villes ».

  1. Voir « Un article oublié d’Émile Zola – la visite des bagages », Les Cahiers naturalistes, 1962 []

Egyptomania : quand la Bibliothèque nationale conservait des sarcophages…

Amnéris. [Aïda : douze projets de costumes par Henry de Montaut, 1871]. Gallica (BnF)

Le sarcophage longtemps conservé à la Bibliothèque-musée de l’Opéra vient d’être transféré au Musée du Louvre.

Un article du carnet L’Antiquité à la BnF vous révèle l’identité de la momie et les circonstances de l’installation du sarcophage au Musée de l’Opéra. Vous découvrirez également que la Bibliothèque impériale puis nationale conservait plusieurs sarcophages…
Par ici!

Dessin de Henriot, Le Journal amusant, 4 avril 1903. Gallica (BnF).

PRESSELOCALEANCIENNE : un site de la BnF exclusivement dédié à la presse locale ancienne et d’intérêt général

Pour faciliter l’accès aux collections de presse locale ancienne et d’intérêt général de la BnF et des établissements documentaires en région, la BnF a développé un outil web de recherche et de valorisation documentaire dont les fonctionnalités se rapprochent des usages propres aux moteurs de recherche : le site internet http://presselocaleancienne.bnf.fr, mis en ligne le 10 février 2016, exclusivement dédié aux journaux d’intérêt local parus en France (y compris l’Outre-Mer), des origines à 1944.

Depuis cette date, le site presselocaleancienne ne cesse de s’enrichir. Il offre aux internautes de nouveaux points de vue sur la presse locale ancienne via sa rubrique « Nouveau ! » recensant tous les nouveaux articles sur :

Le site recense au 5 juillet 2017 : 29 835 titres de presse française politique et d’information générale dont 3136 journaux anciens numérisés. Les notices des départements Aube (10), Nièvre (58), Alpes-de-Haute-Provence (04) seront visibles à l’automne 2017 sur le site. La première gazette répertoriée par le site date de 1623, époque des tout débuts de la presse française. Il faut attendre le XVIIIe siècle pour voir arriver dans les futurs départements français, les affiches, annonces et avis divers qui sont les relais immédiats de l’information du pouvoir parisien. Progressivement, des informations locales sont ajoutées annonçant  les prémices d’une presse locale qui se déploiera tout au long du XIXe siècle.

Un outil de coopération nationale

Ce site s’appuie donc sur les données de la Bibliographie de la presse française politique et d’information générale (BIPFPIG), sur celles de deux catalogues collectifs vivants : le Catalogue général de la BnF, le Catalogue collectif des périodiques (SUDOC-PS) ainsi que sur un recensement des titres disponibles en ligne sur Gallica, et les bibliothèques numériques des établissements en régions. En affichant les localisations du SUDOC-PS (catalogue collectif des périodiques) et les numérisations externes, cet outil  met l’accent sur la complémentarité existante des collections entre les différents établissements documentaires (bibliothèques municipales et spécialisées, archives départementales et municipales, etc.) sur tout le territoire français.

Il est à noter que le site presselocaleancienne ne permet pas la recherche dans le texte des journaux. Là est sa limite, sa spécificité étant d’être la bibliographie en ligne de référence, dédiée aux collections de presse locale ancienne et d’intérêt général. Le site a pour vocation de faciliter l’accès aux collections de journaux numérisés de la bibliothèque numérique de la BnF : Gallica et sa collection presse locale et régionale, et les bibliothèques numériques des établissements en région qui permettent à l’internaute (dans la plupart des cas) d’effectuer des recherches plein texte dans le contenu des journaux.

Le site presselocaleancienne.bnf.fr :

          • présente une notice bibliographique pour chaque titre de presse (qu’il soit ou non numérisé)
          • signale les lieux de conservation des collections de presse à l’échelle nationale et donne le lien vers les éventuelles numérisations
          • donne accès aux collections de journaux numérisés dans et hors Gallica
          • offre une recherche par mots simple ou avancée dans les titres de journaux

Par exemple : en mode recherche avancée, si nous souhaitons explorer les journaux numérisés pour le département Charente-Maritime (17) publiés aux alentours de 1900, à la recherche de Pierre Loti, écrivain originaire de Rochefort-sur-Mer (17) : nous obtenons une liste de résultats de 10 journaux anciens numérisés où figure en 6e occurrence « Le Rigolo : journal hebdomadaire satirique, humouristique [sic] et littéraire ». La notice bibliographique du journal Le Rigolo sur le site presselocaleancienne donne accès à une version numérisée de ce titre dans Gallica.

Si l’on tape ensuite en mot-clé, dans le moteur de recherche de Gallica, -Pierre Loti-  on obtient une liste de 15 résultats où les termes  Pierre et/ou Loti sont surlignés.

 

        • offre une recherche sur une carte de FranceCette recherche cartographique permet de situer en un clic les collections de presse ancienne concernant une zone précise du territoire national (y compris l’Outre-Mer). Par exemple : si je clique juste au nord de Nantes, j’obtiens trois types de résultats à une échelle différente : les journaux anciens concernant la région des Pays de la Loire, ceux concernant le département de la Loire-Atlantique et son chef-lieu Nantes, mais aussi les journaux concernant plus précisément un des trois arrondissements au nord de Nantes, ici l’« Arrondissement de Châteaubriant ».

Des parcours guidés

Les rubriques d’aide du site offrent à l’internaute plusieurs parcours guidés (appelés « liens directs ») qui sont des recherches prédéfinies par : langues, thèmes, tendances politiques, etc. Si on souhaite trouver par exemple :

ou bien utiliser la recherche avancée : rechercher dans le département du Calvados (14), « dans le nom du journal » quelques mots pertinents pour ce sujet : immobilier* immeuble* locat* vente* propriétaires propriétés logement*

Pour aller plus loin et connaître l’ensemble des astuces permettant de réaliser en quelques clics une recherche pertinente sur le site presselocaleancienne, voir la « Foire aux questions (FAQ) ».

Citer ce billet : Valérie Louison-Oudot, "PRESSELOCALEANCIENNE : un site de la BnF exclusivement dédié à la presse locale ancienne et d’intérêt général," in L'Histoire à la BnF, 13/07/2017, http://histoirebnf.hypotheses.org/817, [consulté le 23/08/2017].

Valérie Louison-Oudot

Valérie Louison-Oudot est coordonnatrice scientifique de la coopération avec des réseaux territoriaux spécifiques dans le département de la Coopération de la BnF.

More Posts

Les apports d’une analyse de la cotation Clément à l’étude de la réception du genre du catéchisme politique

Caricature de Cham publiée par Le Charivari du 16 juillet 1848. Cote BnF : FOL-LC2-1328.

Comme indiqué dans un billet précédent, ces réflexions sur la cotation Clément résultent d’échanges avec Yann Fauchois, mon tuteur lorsque j’étais chercheur associé à la Bibliothèque nationale de France. J’ai donc choisi, pour accompagner ce billet sur la cotation Clément, de mettre en exergue des citations tirées d’une étude récente qu’il a publiée sur les collections révolutionnaires de la BnF1.

En 1897, Léopold Delisle évoque dans l’introduction du Catalogue général des livres imprimés de la Bibliothèque nationale les limites de toute entreprise de catalogage :

« Les meilleurs catalogues méthodiques, quand ils embrassent des collections très considérables, présentent beaucoup de classements fautifs, discutables et arbitraires. Les rédacteurs y ont toujours laissé l’empreinte de leurs goûts et de leurs préoccupations, goûts et préoccupations qui subissent parfois de profondes modifications chez un même individu et qu’on ne saurait faire adopter à toutes les personnes appelées à se servir d’un catalogue2. »

Ce sont précisément ces « goûts et préoccupations » qui nous intéressent ici. La cote apposée sur chacun des 615 catéchismes politiques conservés à la Bibliothèque nationale de France est une trace de la perception que les bibliothécaires avaient de ces manuels élémentaires de vulgarisation politique. Ces intentions se précisent lorsque subsiste une cote barrée illustrant le passage d’un système de cotation hérité de l’Ancien Régime à sa version simplifiée de la seconde moitié du XIXe siècle.

Continuer la lecture de Les apports d’une analyse de la cotation Clément à l’étude de la réception du genre du catéchisme politique

  1. Yann Fauchois, « Histoire de la constitution et du signalement des fonds révolutionnaires au département des Imprimés de la Bibliothèque nationale (1790-1875) », in G. Bertrand, M. Biard, A. Chevalier, M. Poirson, P. Serna (dir.), Collectionner la Révolution française, Paris, Société des études robespierristes, 2016, p. 139-150. []
  2. Catalogue général des livres imprimés de la Bibliothèque nationale. Auteurs. Tome 1. Paris, Imprimerie nationale, 1897, 565 p. Introduction par L. Delisle, pp.XLV-XLVI. []