Les apports d’une analyse de la cotation Clément à l’étude de la réception du genre du catéchisme politique

Caricature de Cham publiée par Le Charivari du 16 juillet 1848. Cote BnF : FOL-LC2-1328.

Comme indiqué dans un billet précédent, ces réflexions sur la cotation Clément résultent d’échanges avec Yann Fauchois, mon tuteur lorsque j’étais chercheur associé à la Bibliothèque nationale de France. J’ai donc choisi, pour accompagner ce billet sur la cotation Clément, de mettre en exergue des citations tirées d’une étude récente qu’il a publiée sur les collections révolutionnaires de la BnF1.

En 1897, Léopold Delisle évoque dans l’introduction du Catalogue général des livres imprimés de la Bibliothèque nationale les limites de toute entreprise de catalogage :

« Les meilleurs catalogues méthodiques, quand ils embrassent des collections très considérables, présentent beaucoup de classements fautifs, discutables et arbitraires. Les rédacteurs y ont toujours laissé l’empreinte de leurs goûts et de leurs préoccupations, goûts et préoccupations qui subissent parfois de profondes modifications chez un même individu et qu’on ne saurait faire adopter à toutes les personnes appelées à se servir d’un catalogue2. »

Ce sont précisément ces « goûts et préoccupations » qui nous intéressent ici. La cote apposée sur chacun des 615 catéchismes politiques conservés à la Bibliothèque nationale de France est une trace de la perception que les bibliothécaires avaient de ces manuels élémentaires de vulgarisation politique. Ces intentions se précisent lorsque subsiste une cote barrée illustrant le passage d’un système de cotation hérité de l’Ancien Régime à sa version simplifiée de la seconde moitié du XIXe siècle.

Continuer la lecture de Les apports d’une analyse de la cotation Clément à l’étude de la réception du genre du catéchisme politique

  1. Yann Fauchois, « Histoire de la constitution et du signalement des fonds révolutionnaires au département des Imprimés de la Bibliothèque nationale (1790-1875) », in G. Bertrand, M. Biard, A. Chevalier, M. Poirson, P. Serna (dir.), Collectionner la Révolution française, Paris, Société des études robespierristes, 2016, p. 139-150. []
  2. Catalogue général des livres imprimés de la Bibliothèque nationale. Auteurs. Tome 1. Paris, Imprimerie nationale, 1897, 565 p. Introduction par L. Delisle, pp.XLV-XLVI. []

Pour une histoire des voyages à bicyclette

« Debenne, 3 ans, Boisserel [?] 3 ans [deux jeunes enfants à vélo] », photographie, Agence Rol, sd. Gallica (BnF).

Dans quelques jours débute le Tour de France : c’est l’occasion de passer rapidement en revue les collections de récits de voyages et de guides touristiques cyclistes…

Même sans avoir lu le « Supplément littéraire » du Figaro du 4 octobre 1890, on s’en doutait : Aristote n’a pas connu le vélocipède ! Mais ce texte est intéressant à plus d’un titre. D’abord parce que la question (« Aristote a-t-il connu le vélocipède ? »)  renvoie à  celle de l’origine de la bicyclette, qui n’a pas de date d’invention précise, sauf à considérer la draisienne comme la première bicyclette : ce sont seulement les améliorations ou changements successifs, parfois précisément datés, qui ont permis de passer des machines des origines à celles que nous connaissons aujourd’hui. Ensuite parce que ces quatre pages consacrées à la pratique de la bicyclette ont paru dans un supplément littéraire ! La « Belle époque » ? Heureux temps en tout cas, où l’on découvrait, sous la plume de Pierre Giffard, héraut s’il en fut de la cause cycliste,  l’art de vivre à bicyclette…

Continuer la lecture de Pour une histoire des voyages à bicyclette

Bertrand Tassou

Bertrand Tassou est conservateur au département Philosophie, histoire sciences de l’homme à la BnF, chargé de collections en géographie.

More Posts

La dénonciation : de l’incitation du roi à la parole du peuple (I)

Ce double billet reprend une communication présentée dans le cadre de l’atelier de travail intitulé « Écrits au pouvoir. Enjeux, pratiques et acteurs », tenu le 23 juin 2010 à l’université  Paris 1-Panthéon Sorbonne.

Un corpus comme hypothèse de travail

L’importance de la dénonciation dans la société française à partir de 1789 est un fait bien connu et étudié en partie1. Cependant de nombreuses questions sur cette débordante passion révolutionnaire restent sans réponse. Le succès de ce thème dans la presse du temps serait-il autre chose qu’une « invention de journaliste, […] jouant sur la dramatisation absolue de l’événement », comme l’a ingénieusement mis en évidence Antoine de Baecque2 ?

Ce n’est bien évidemment pas la seule interrogation soulevée par l’ampleur de la dénonciation sous la Révolution, qui peut donner l’impression que tout le monde dénonçait tout le monde. Il convient d’approfondir la réflexion sur la relation entre ce phénomène pendant le temps court et intense de la Révolution et l’histoire de plus longue durée qui la précède.

Continuer la lecture de La dénonciation : de l’incitation du roi à la parole du peuple (I)

  1. Lucien Jaume, Le Discours jacobin et la démocratie, Paris, Fayard, 1989, p. 192-215 ; p.257-302 ;  J.  Guilhaumou, « Fragments of a Discourse of Denunciation (1789-1794) », dans  The French Revolution and the Creation of Modern Political Culture, sous la dir. de  K. M. Baker, C. Lucas, F. Furet,  Oxford, vol. IV, The Terror, 1994, p. 139-153 ; Colin Lucas, « The Theory and practice of denunciation in the French Revolution », The Journal of Modern History, vol. 68, N° 4, 1996, p. 768-785, etc. []
  2. Antoine de Baecque, Le Corps de l’histoire. Métaphore et  politique, 1770-1800,  Calmann-Lévy, 1993, p. 269. []

Stefan Lemny

Chargé de collections en histoire de l’Europe centrale et de l’Est
Département Philosophie, histoire, sciences de l’homme

More Posts

Mise en ligne de l’intégralité du Dictionnaire historique du Japon

Le Dictionnaire historique du Japon publié par la Maison franco-japonaise est un outil de référence pour qui s’intéresse à l’histoire nippone. Il s’appuie à la fois sur les travaux d’historiens japonais qui forment son comité de rédaction, comme sur des ouvrages scientifiques japonais très reconnus.

Continuer la lecture de Mise en ligne de l’intégralité du Dictionnaire historique du Japon

Les catéchismes politiques conservés dans les fonds de la Bibliothèque nationale de France

Essai de catéchisme socialiste par Jules Guesde, 1878. Gallica (BnF)

L’expression « catéchisme politique » désigne un genre de la littérature populaire qui repose sur une pédagogie destinée à faciliter la mémorisation d’une doctrine politique. Ces ouvrages élémentaires (courts et bon marché en général) sont composés d’une succession de questions et de réponses. Les catéchismes chrétiens qui se développèrent pendant la Réforme puis la Contre-Réforme en furent les modèles, le catéchisme politique étant le fruit d’un transfert pédagogique qui s’opère à la faveur de la Révolution française. Ces livres élémentaires républicains, royalistes ou encore socialistes furent assez largement diffusés pendant un « long XIXe  siècle » qui s’étend de 1789 à la Première Guerre mondiale.

Continuer la lecture de Les catéchismes politiques conservés dans les fonds de la Bibliothèque nationale de France

Colloque « Tableaux de la France : écrire, présenter, partager l’Histoire »

Le récit de la Nation en débat : peut-on écrire l’Histoire de France ? Comment l’institution culturelle s’en empare ? Quelle Histoire partager ensemble entre un récit national perçu comme un vecteur de patriotisme et une pluralité de mémoires qui aspirent à la reconnaissance ? Peut-on faire histoire commune quand tant de choses éloignent ? À quelles conditions l’Histoire peut-elle permettre à chacun de construire son propre lien au passé ?

Tableau de l’histoire de France depuis les Gaulois jusqu’à nos jours

Programme

9h30 ouverture par Laurence Engel, présidente de la Bibliothèque nationale de France

10h-11h Comment écrire l’Histoire de France aujourd’hui ?
Débat animé par Vincent Martigny , Maître de conférences en science politique à l’Ecole polytechnique et producteur à France Culture avec Patrick Boucheron, historien, professeur au Collège de France, et Joël Cornette, historien, professeur à l’Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis

11h15-13h Comment mettre en exposition l’Histoire de France ?
Rencontre animée par Vincent Martigny avec Pierre Fournié, conservateur général du patrimoine aux Archives nationales, responsable du département de l’action culturelle et éducative, Isabelle Bardiès-Fronty, Conservateur en chef au Musée Cluny, Sophie Nagiscarde, responsable du Service des activités culturelles au Mémorial de la Shoah, et Bruno Ponsonnet, directeur du département des Expositions et manifestations, BnF

14h30-15h Regards d’ailleurs : le récit national français vu d’Italie
Conférence par Antonino De Francesco, professeur d’histoire moderne à l’Université de Milan

15h-17h Mémoire et oubli dans l’histoire des nations
Table ronde animée par Jean Lebrun, producteur de La Marche de l’Histoire à France Inter, avec Annette Becker, historienne, professeur à l’Université Paris-Nanterre, Silyane Larcher, Chargée de recherche en science politique au CNRS, Vincent Martigny, Maître de conférences en science politique à l’Ecole polytechnique et producteur à France Culture, et Mathias Dreyfuss, historien et responsable du Service éducatif du Musée d’Art et d’Histoire du Judaïsme, et Laurence De Cock, professeure d’histoire-géographie et chercheuse en éducation

Modalités pratiques

17 mai 2017 de 9h à 17h30
Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand, petit auditorium
Quai François-Mauriac – Paris 13e

Entrée libre sur réservation obligatoire au 01 53 79 49 49 ou visites@bnf.fr

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Peindre l’arbre au Moyen Âge. Les herbiers enluminés de la Bibliothèque nationale de France.

Du poirier familier au mythique arbre à baume (fig.1), en passant par l’exotique grenadier ou le figuier fertile, de nombreuses essences d’arbres peuplent les pages des herbiers médiévaux1.

Mais qu’est-ce qu’un arbre dans le savoir médiéval ? Comment définir cette catégorie du monde végétal, et quelles sont les plantes qui y appartiennent ? Ces questions, auxquelles les botanistes actuels n’ont toujours pas donné de réponse définitive, taraudent déjà les naturalistes médiévaux. Les longues listes de plantes dressées dans les ouvrages scientifiques sont structurées selon des logiques internes qui reposent sur l’emploi de la nomenclature. Le monde végétal est scindé en deux grandes catégories que sont les arbres (arbor) d’une part et les herbes (herba) de l’autre. À cette distinction fondamentale s’ajoutent les arbustes (arbustum), arbrisseaux (frutex) et autres buissons. Déterminer ce qui relève de telle ou telle catégorie constitue néanmoins un enjeu de taille. Continuer la lecture de Peindre l’arbre au Moyen Âge. Les herbiers enluminés de la Bibliothèque nationale de France.

  1. Nous employons ici le terme herbier dans une acception bien précise, celle qui désigne tout livre de pharmacopée évoquant des plantes, leurs caractéristiques et leurs vertus thérapeutiques. Il s’agit d’ouvrages énumérant des simples, ces produits végétaux, minéraux et animaux utilisés en médecine dans leur état naturel, sans qu’ils n’aient été mêlés à d’autres substances. []

Alice Laforêt

Archiviste paléographe et conservatrice stagiaire des bibliothèques.

More Posts

Follow Me:
Twitter

Du nouveau sur le portail « France-Japon : une rencontre, 1850-1914 »

Suite à la Rencontre Gallica du 25 avril dernier, prolongez la découverte du portail « France-Japon : une rencontre, 1850-1914 » !

Le portail « France-Japon : une rencontre, 1850-1914 » a ouvert fin 2014 à l’occasion de l’anniversaire de la fondation de la Maison franco-japonaise de Tokyo, conjointement avec le site « Japon moderne et France » de la Bibliothèque nationale de la Diète. Ces deux sites majeurs couvrent les relations franco-japonaises dans tous les domaines représentés par les collections des deux bibliothèques : politique, économique, culturel…

Depuis cette date, le portail « France-Japon » n’a cessé de s’enrichir par de nouveaux ensembles numérisés : estampes japonaises du peintre Henri Rivière, précieux livres japonais de la Réserve des Estampes, photographies de Beato, eaux-fortes de Bracquemond pour le fameux « service Rousseau ». La sélection se monte à présent à 4 400 documents.

« Agua de Kananga del Japon », affiche. V. Rigaud, Paris, France. 1897. Département Estampes et photographie. Gallica (BnF)

Continuer la lecture de Du nouveau sur le portail « France-Japon : une rencontre, 1850-1914 »

Véronique Béranger

Bibliothèque nationale de France, département des Manuscrits. Responsable des collections japonaises.

More Posts