Une « chasse aux drôleries » dans le Bréviaire dominicain à destination royale, dit de Saint-Louis de Poissy

À l’occasion de la mise en ligne du Bréviaire dominicain à destination royale dit de Saint-Louis de Poissy, manuscrit médiéval classé Trésor national, le blog Gallica décrypte ses plus belles illustrations et propose une « chasse aux drôleries » pour en découvrir les moindres détails.

Par ici pour la « chasse aux drôleries »!

 

Les ressources électroniques en Histoire à la Bibliothèque nationale de France

1/ Comment accéder aux ressources électroniques à la BnF ?

Les ressources électroniques peuvent être consultées dans toutes les salles de lecture de la bibliothèque : Bibliothèque du Haut-de-jardin et Bibliothèque de recherche (Rez-de-Jardin). Une partie de ces ressources est également consultable à distance pour les lecteurs titulaires d’un Pass Recherche illimité. On trouvera ici la méthode à employer pour s’y connecter.

Continuer la lecture de Les ressources électroniques en Histoire à la Bibliothèque nationale de France

Les collections sur l’Amérique latine à la Bibliothèque nationale de France : aperçu historique

Les collections de la Bibliothèque nationale de France sur l’Amérique latine demeurent relativement peu connues du grand public. Pourtant, de par sa longue histoire, le fonds patrimonial concernant cette vaste aire géographique est riche et très varié1 .

Site François-Mitterrand

Imprimés

Dès la découverte de l’Amérique, les rois de France constituent le fonds, puis l’enrichissent grâce au dépôt légal instauré par François Ier en 1537, aux nombreux dons reçus et aux acquisitions. Parmi les pièces imprimées les plus anciennes, sources incontournables pour l’histoire du Nouveau Monde, nous pouvons citer les premières traductions françaises des récits de voyage rédigés en latin par Pietro Martire d’Anghiera (1457-1526), humaniste et diplomate milanais, devenu chapelain et chroniqueur à la cour de Ferdinand II d’Aragon. Le recueil intitulé Extraict ou Recueil des isles nouvellement trouvées en la grand mer Ocean au temps du Roy d’Espaigne Ferñad & Elisabeth sa femme faict premierement en latin par Pierre Martyr de Millan & depuis translate en languaige françoys date de 1532. Traduit par Simon de Colines, imprimeur à Paris dans les années 1520-1530, et dédié à Marguerite de France, il contient un des premiers récits de la conquête de l’île de Cuba par Diego Velázquez de Cuéllar,  gouverneur de l’île et fondateur de La Havane en 1514.

Continuer la lecture de Les collections sur l’Amérique latine à la Bibliothèque nationale de France : aperçu historique

  1. Déjà en 1982, le bibliographe américain, William Vernon Jackson, de l’université de Austin, Texas, classait les collections imprimées de la Bibliothèque nationale  parmi les plus importantes d’Europe avec celles conservées, par ordre d’importance,  à  l’Ibero-Amerikanisches Institut de Berlin, à la Biblioteca Hispánica de la Agencia Española de cooperación internacional para el desarrollo de Madrid et à la British Library de Londres []

Emanuela Prosdotti

Chargée de collections en histoire de l'Italie, de la péninsule ibérique et de l'Amérique latine au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts

Des sources pour l’histoire des femmes : un guide de la Bibliothèque nationale de France à (re)découvrir

L’histoire des femmes est une histoire protéiforme et pluridisciplinaire qu’il est malaisé d’aborder quand on ne connaît pas toutes les ressources à disposition. À la Bibliothèque nationale de France (BnF), la quantité et la multiplicité des documents, de leurs supports et de leurs modes d’entrée permettent de disposer de fonds très riches et variés sur les femmes et leur histoire. La dissémination des sources, réparties entre plusieurs sites et départements,  constitue toutefois une difficulté supplémentaire pour les chercheurs. C’est pour les aider à s’y retrouver que la BnF publie en 2004 le guide Des sources pour l’histoire des femmes.

Des sources pour l’histoire des femmes : guide. coord. Annick Tillier avec collab. Odile Faliu. Paris, BnF, 2004. 203 p.

Continuer la lecture de Des sources pour l’histoire des femmes : un guide de la Bibliothèque nationale de France à (re)découvrir

L’archéologie mérovingienne à travers les siècles

L’exposition Les Temps mérovingiens au musée de Cluny qui s’est tenue jusqu’au 13 février 2017 a mis sous les feux de l’actualité le Haut Moyen Âge. L’archéologie est l’une des sources principales de l’histoire mérovingienne, en raison du faible nombre de sources écrites. Elle est, de ce fait, la science qui engendre le renouvellement le plus profond des études mérovingiennes. Que nous apporte l’archéologie mérovingienne ? Quelles évolutions a-t-elle connues ?

Continuer la lecture de L’archéologie mérovingienne à travers les siècles

Séverine Boullay

chargée de collections en histoire médiévale au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts

« La Grande Guerre sur le web » à la Bibliothèque nationale de France

Les chercheurs peuvent consulter les collections du dépôt légal de l’internet depuis les salles du rez-de-jardin de la Bibliothèque nationale de France (BnF).  Des collectes larges annuelles existent depuis 2004, et certaines archives remontent à 1996 grâce à des acquisitions provenant d’Internet Archive. Des collectes ciblées sont également menées sur les thèmes de société et d’actualité. À l’occasion du Centenaire de la Première Guerre mondiale, une collecte des sites ayant trait à la Grande Guerre et ses commémorations est menée, à laquelle ont été associées la DMPA (Direction de la mémoire, du patrimoine et des archives), la BNU (Bibliothèque universitaire de Strasbourg), la BDIC (Bibliothèque de documentation internationale contemporaine)  et les bibliothèques d’Amiens Métropole.

Continuer la lecture de « La Grande Guerre sur le web » à la Bibliothèque nationale de France

En savoir plus sur la collection du Duc de Luynes

Raccolta delle più interessanti dipinture e de’più belli musaici rinvenuti negli scavi di Ercolano Éditeur : Librairie Clavreuil-Teissèdre (Naples). BnF, Département Philosophie, histoire, sciences de l’homme (Gallica).

Le duc de Luynes (1802-1867) appartient à ces férus d’antiquités et d’archéologie qui ont sillonné Europe, Afrique et Asie au XIXe siècle, cherchant à promouvoir de nouveaux champs de la recherche. Bibliophile éclairé, il a enrichi une extraordinaire bibliothèque. La BnF a récemment fait l’acquisition d’une partie de cette bibliothèque…

Vous voulez en savoir plus sur la « Bibliothèque de Luynes » ? Visitez le blog L’Antiquité à la BnF.

 

L’empereur en représentation : décor et chorégraphie des soirées impériales au théâtre

Alors que vient de s’achever au musée d’Orsay l’exposition Spectaculaire Second Empire, 1852-1870, ayant fait la part belle aux thématiques de la fête impériale et des fastes du pouvoir, il est intéressant de revenir sur ce qui constitue l’une de leurs vitrines : le spectacle. Car le spectacle n’est-il pas le lieu par excellence où justement l’on regarde… ce qui se donne à voir ?

Le Second Empire, malgré sa réputation de période pauvre pour les spectacles1, connaît une vie théâtrale aussi bien créative, mondaine, qu’architecturale assez intense.
Le couple impérial sort régulièrement dans les grandes salles que sont l’Opéra et le Théâtre-Français, mais également dans une multitude d’autres théâtres2, quand ce ne sont pas les troupes elles-mêmes qui viennent jusqu’à eux dans les palais impériaux ; et souvent, lors de ces sorties, le cérémonial et le décor somptueux créent le spectacle autant dans la salle que sur la scène.

Continuer la lecture de L’empereur en représentation : décor et chorégraphie des soirées impériales au théâtre

  1. « Le Second Empire correspond sans doute à l’une des époques les plus ternes de l’histoire de notre théâtre » : Maurice Descotes, Histoire de la critique littéraire en France, Tübingen : G. Narr ; Paris : J.-M. Place, cop. 1980. p. 290 []
  2. Xavier Mauduit, « Les souverains au théâtre et le spectacle dans les palais impériaux sous le Second Empire », in Les Spectacles sous le Second Empire, dir. Jean-Claude Yon, Paris : A. Colin, impr. 2010. p. 22 []

Emilie Fissier

adjointe au chef du service Histoire, département Philosophie, histoire, sciences de l'homme.

More Posts

Le Catalogue de l’histoire de France dans les Mémos « Chercher et Trouver »

Le Catalogue de l’histoire de France recense plus d’un million de documents entrés jusqu’en 1987 dans les collections de la BnF sur l’histoire de France et de ses anciennes colonies. L’intégralité de ce catalogue est consultable dans les salles de lecture de la BnF, notamment dans la salle E du Haut-de-Jardin (sans la Table générale alphabétique des ouvrages anonymes), dans la salle des Sources de l’histoire de France (salle annexe de la salle L) et dans la salle X du Rez-de-Jardin sur le site François-Mitterrand et à la Bibliothèque de l’Arsenal. Une partie a été numérisée sur le site Internet Archives 1.

Continuer la lecture de Le Catalogue de l’histoire de France dans les Mémos « Chercher et Trouver »

  1. La partie non numérisée concerne en particulier la Table générale alphabétique des ouvrages anonymes, classement par noms de personnes et par noms de lieux []

Marianne Arnold

Bibliothèque nationale de France, département de l'Orientation et de la recherche bibliographique.

More Posts

Le « premier vagissement de la progéniture impériale » : faste et propagande autour de la naissance du fils de Napoléon III (1856)

Trifler, « Cris de Paris Pendant les fêtes du baptême », sd. Département Estampes et photographie. Trifler est vraisemblablement un pseudonyme de Félicien Rops qui publiait alors dans Le Charivari belge

L’impressionnante exposition du musée d’Orsay récemment consacrée au « spectaculaire Second Empire » a vu de nombreux visiteurs contempler avec une curiosité teintée d’effarement le berceau de Napoléon Eugène Louis Jean Joseph Bonaparte habituellement conservé au Musée Carnavalet.

Dès la chute du Second Empire, des écrits hostiles à la famille napoléonienne avaient narré la naissance du « prince impérial » et son baptême de manière très critique, soulignant les frais énormes engagés à cette occasion :

Paris, malgré ses misères cachées, étonnait cependant par sa splendeur, les têtes couronnées s’y succédaient répondant aux invitations des souverains et c’était chaque jour de nouvelles fêtes aux Tuileries. À ces fêtes succédèrent bientôt celles de la naissance du prince impérial. La cérémonie du baptême fut célébrée le 14 juin 1856 avec toute la pompe monarchique et, malgré les embarras financiers du moment, on ne dépensa à cette occasion, pas moins de 898,000 francs. Les médecins reçurent 62,000 francs, la sage-femme 6,000 fr., le cortège seul coûta 172,000 fr. Le premier vagissement de la progéniture impériale eut pour effet, comme on le voit, un nouvel accroc à nos finances. Mais Jacques Bonhomme paie et doit être content; quand on a un souverain, c’est l’usage1.

Continuer la lecture de Le « premier vagissement de la progéniture impériale » : faste et propagande autour de la naissance du fils de Napoléon III (1856)

  1. A. Lesolc, Documents pour servir à l’histoire de l’empire, Saintes, A. Gay, 1883, p.186 []

Agnès Sandras

chargée de collections en histoire de France au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts