Archives par mot-clé : caricature

1848 et la « foire aux idées nouvelles » (Partie II).

Dans un précédent billet, j’évoquais le charivari orchestré à partir des idées des socialistes « utopiques » de 1848, et comment il s’est concentré autour de Cabet, Considerant, Leroux et Proudhon. Ces quatre « meneurs », désormais accompagnés de symboles récurrents comme la queue terminée par un œil de Considerant, ou par exemple  la redingote crasseuse et le peuplier de Leroux, obtiennent dans la presse satirique une place proportionnelle à leur présence à l’Assemblée et/ou à leurs écrits dont l’inventivité stimule parodie et imagination. Nous verrons dans ce billet comment les caricaturistes oscillent entre stigmatisation et sacralisation des utopistes, allant jusqu’à présenter leurs écrits comme une nouvelle religion.  Puis nous nous demanderons de qui ou de quoi l’on se moque précisément dans ces caricatures.

Continuer la lecture de 1848 et la « foire aux idées nouvelles » (Partie II).

Agnès Sandras

chargée de collections en histoire de France au département Philosophie, histoire, sciences de l’homme

More Posts

1848 et la « foire aux idées nouvelles » (Partie I)

Résultat de recherches iconographiques à travers les collections de journaux satiriques conservés par le Département Philosophie, histoire, sciences de l’homme de la Bibliothèque nationale de France (BnF) et de la Bibliothèque numérique Gallica, ce billet restitue et complète le contenu de la conférence « 1848 et la ‘foire aux idées nouvelles’ » présentée le 7 octobre 2017 lors des Rendez-vous de l’Histoire de Blois,  et s’inscrit ainsi dans la droite ligne du thème de la 20e édition « Eurêka – inventer, découvrir, innover » .

L’année 1848 est celle d’un intense bouillonnement politique. Avec les trois journées révolutionnaires de février (22 au 24), la Monarchie de Juillet est renversée. Le 25, la République est proclamée et le gouvernement provisoire prend des mesures politiques et sociales  concernant le suffrage universel, la liberté de réunion, la liberté de la presse, l’enseignement primaire gratuit et obligatoire, l’abolition de l’esclavage, le travail, etc. Les journées de juin (23 au 26), motivées par une crise économique et sociale,  sont cependant réprimées dans le sang. Le 4 novembre, la Constitution de la Seconde République est promulguée. L’Assemblée (pouvoir législatif) et le président (pouvoir exécutif) sont élus au suffrage universel masculin.  En décembre, Louis-Napoléon Bonaparte remporte largement l’élection présidentielle, soutenu par le « Parti de l’Ordre  »1.

Au beau milieu de cette agitation politique, la presse connaît un moment de grâce. Elle est libérée en mars des contraintes juridiques  et financières lourdes qui pesaient sur elle depuis la loi de septembre 1835 : demande d’autorisation préalable ; emprisonnement des responsables des journaux ayant enfreint la censure ; etc2. On assiste à une floraison de titres dans lesquels journalistes et dessinateurs laissent libre cours à une inventivité longtemps réfrénée. Ce moment de grâce est fugace : dès juin, plusieurs journaux sont interdits dont La Presse d’Émile de Girardin. En août, des décrets indiquent les délits de presse amenant à nouveau amendes et/ou emprisonnements : attaques contre les institutions, la liberté des cultes, le principe de la propriété, les droits de la famille, etc3.

Continuer la lecture de 1848 et la « foire aux idées nouvelles » (Partie I)

  1. Voir entre autres : Maurice Agulhon, André Nouschi, Antoine Olivesi, La France de 1848 à nos jours,  Paris, A. Colin, 2008 ; Sylvie Aprile, La révolution inachevée : 1815-1870 [ouvrage dirigé par Henry Rousso], Paris, Belin, 2014 ;  Jean-Charles Geslot, La France de 1848 à 1914,  Paris, A. Colin, 2014 ; Maurizio Gribaudi & Michèle Riot-Sarcey, 1848, la révolution oubliée, Paris, la Découverte, 2008. []
  2. Voir le Bulletin officiel du Ministère de l’intérieur, 1848, n°2, pages 58 et 59. []
  3. Voir le Bulletin officiel du Ministère de l’intérieur, 1848, n°2, pages 359 et 360. []

Agnès Sandras

chargée de collections en histoire de France au département Philosophie, histoire, sciences de l’homme

More Posts

Découvrez les Jeanne d’Arc de papier du XIXe siècle

« Hippodrome. Jeanne d’Arc, pantomime équestre à grand spectacle ». Affiche de Jules Chéret, 1881. Gallica (BnF)

En 2012, lors de son introduction orale au colloque « Jeanne d’Arc : histoire et mythes », Gerd Krumeich insistait sur un véritable clivage qui a partagé la société française à la fin du XIXe siècle :

Sait-on encore aujourd’hui que la “bataille Jeanne d’Arc” fut, vers 1900, après l’Affaire Dreyfus, le litige qui séparait le plus les Français ? Dans le culte de la Pucelle, le nationalisme de gauche et le nationalisme de droite s’affrontèrent d’une façon irréconciliable. Pour les uns, Jeanne fut la Vénérable, la Sainte de la Patrie ; pour les autres, elle fut l’héroïne nationale, trahie par son roi et brûlée par l’Église1.

Accompagnant la maturation de ce litige, une véritable déferlante éditoriale a balayé le XIXe siècle, produisant des centaines de Jeanne d’Arc et de « Pucelles » de papier. Historiens, hommes d’Église, romanciers, dessinateurs, musiciens, etc., ont rivalisé au gré des évènements politiques et des polémiques pour raconter leur Jeanne d’Arc : de l’« l’héroïne nationale » sous la plume de Michelet, à la « sainte guerrière » dont Monseigneur Dupanloup dresse de vibrants panégyriques et réclame la canonisation, ces Jeanne d’Arc du XIXe siècle sont bien éloignées de La Pucelle d’Orléans de Voltaire. L’analyse de la construction de ces mythes, de leur emploi et de leurs résonances jusqu’à aujourd’hui dans le monde politique a été  menée par différents historiens2.

Continuer la lecture de Découvrez les Jeanne d’Arc de papier du XIXe siècle

  1. Jean-Patrice Boudet et Xavier Hélary, Introduction à Jeanne d’Arc : histoire et mythes,  Rennes : Presses universitaires de Rennes, 2014. Gerd Krumeich est l’auteur de Jeanne d’Arc à travers l’histoire [Jeanne d’Arc in der Geschichte, trad. de l’allemand], Paris : A. Michel, 1993. []
  2. Aux ouvrages récents déjà cités, ajoutons entre autres Jeanne d’Arc : vérité et légendes par Colette Beaune, 2008; Philippe Contamine, Jeanne d’Arc : histoire et dictionnaire, 2011; Jeanne d’Arc entre la terre et le ciel du Midi  : regards méridionaux sur la bonne Lorraine, XVe-XXIe siècles [Christian Amalvi et Julie Deramond, dirs.], 2012; De l’hérétique à la sainte : les procès de Jeanne d’Arc revisités : actes du colloque international de Cerisy [édités par François Neveux], 2012 ; Jeanne d’Arc au XXe siècle : art, histoire, politique, colloque du 1er décembre 2012, Paris; De Domrémy à Tokyo [actes du colloque universitaire international, Domrémy et Vaucouleurs, 2012, sous la direction de Catherine Guyon, Magali Delavenne]; Jeanne politique : la réception du mythe de Voltaire aux Femen : « la pitié qu’il y avait au royaume de France » [sous la direction de Vincent Cousseau, Florent Gabaude, Aline Le Berre], 2017. On pourra compléter ces quelques références bibliographiques par les liens donnés par le site Clioweb []

Agnès Sandras

chargée de collections en histoire de France au département Philosophie, histoire, sciences de l’homme

More Posts

Le « premier vagissement de la progéniture impériale » : faste et propagande autour de la naissance du fils de Napoléon III (1856)

Trifler, « Cris de Paris Pendant les fêtes du baptême », sd. Département Estampes et photographie. Trifler est vraisemblablement un pseudonyme de Félicien Rops qui publiait alors dans Le Charivari belge

L’impressionnante exposition du musée d’Orsay récemment consacrée au « spectaculaire Second Empire » a vu de nombreux visiteurs contempler avec une curiosité teintée d’effarement le berceau de Napoléon Eugène Louis Jean Joseph Bonaparte habituellement conservé au Musée Carnavalet.

Dès la chute du Second Empire, des écrits hostiles à la famille napoléonienne avaient narré la naissance du « prince impérial » et son baptême de manière très critique, soulignant les frais énormes engagés à cette occasion :

Paris, malgré ses misères cachées, étonnait cependant par sa splendeur, les têtes couronnées s’y succédaient répondant aux invitations des souverains et c’était chaque jour de nouvelles fêtes aux Tuileries. À ces fêtes succédèrent bientôt celles de la naissance du prince impérial. La cérémonie du baptême fut célébrée le 14 juin 1856 avec toute la pompe monarchique et, malgré les embarras financiers du moment, on ne dépensa à cette occasion, pas moins de 898,000 francs. Les médecins reçurent 62,000 francs, la sage-femme 6,000 fr., le cortège seul coûta 172,000 fr. Le premier vagissement de la progéniture impériale eut pour effet, comme on le voit, un nouvel accroc à nos finances. Mais Jacques Bonhomme paie et doit être content; quand on a un souverain, c’est l’usage1.

Continuer la lecture de Le « premier vagissement de la progéniture impériale » : faste et propagande autour de la naissance du fils de Napoléon III (1856)

  1. A. Lesolc, Documents pour servir à l’histoire de l’empire, Saintes, A. Gay, 1883, p.186 []

Agnès Sandras

chargée de collections en histoire de France au département Philosophie, histoire, sciences de l’homme

More Posts