Archives par mot-clé : Émile Zola

Histoire de l’octroi

Georges Meunier, « A l’octroi ». [Collection Jaquet, défets d’illustrations de périodiques. Tome 17]. Gallica (BnF)

Le 12 septembre 1896, Émile Zola dénonce dans Le Figaro « la visite des bagages ».

De retour de sa propriété de Médan, le romancier est en effet confronté à un employé de l’octroi très zélé en gare de Saint-Lazare. Un bocal de cornichons s’est fêlé, et les effets personnels du couple Zola ont subi une inspection poussée. L’écrivain conclut son article par un appel à la révolte :

Et vous souffrez ça depuis tant d’années, Parisiens, mes frères? Savez-vous bien que vous avez fait des révolutions pour moins que ça, et que ma surprise est grande de voir que vous n’avez pas encore couvert Paris de barricades pour échapper au zèle imbécile de l’octroi ?

Les « cornichons de M. Zola » déclenchent les sarcasmes de la presse. Mais bientôt, les journalistes rendent grâce à l’auteur naturaliste, car une circulaire du directeur de l’Octroi de Paris rappelle aux employés d’employer « des formes polies à l’égard des contribuables »1.

Qu’est-ce que l’octroi ? Quand a-t-il disparu ? Vous le saurez en lisant le billet du blog Gallica intitulé « Vie et mort de l’octroi, un impôt au profit des villes ».

  1. Voir « Un article oublié d’Émile Zola – la visite des bagages », Les Cahiers naturalistes, 1962 []

Le « premier vagissement de la progéniture impériale » : faste et propagande autour de la naissance du fils de Napoléon III (1856)

Trifler, « Cris de Paris Pendant les fêtes du baptême », sd. Département Estampes et photographie. Trifler est vraisemblablement un pseudonyme de Félicien Rops qui publiait alors dans Le Charivari belge

L’impressionnante exposition du musée d’Orsay récemment consacrée au « spectaculaire Second Empire » a vu de nombreux visiteurs contempler avec une curiosité teintée d’effarement le berceau de Napoléon Eugène Louis Jean Joseph Bonaparte habituellement conservé au Musée Carnavalet.

Dès la chute du Second Empire, des écrits hostiles à la famille napoléonienne avaient narré la naissance du « prince impérial » et son baptême de manière très critique, soulignant les frais énormes engagés à cette occasion :

Paris, malgré ses misères cachées, étonnait cependant par sa splendeur, les têtes couronnées s’y succédaient répondant aux invitations des souverains et c’était chaque jour de nouvelles fêtes aux Tuileries. À ces fêtes succédèrent bientôt celles de la naissance du prince impérial. La cérémonie du baptême fut célébrée le 14 juin 1856 avec toute la pompe monarchique et, malgré les embarras financiers du moment, on ne dépensa à cette occasion, pas moins de 898,000 francs. Les médecins reçurent 62,000 francs, la sage-femme 6,000 fr., le cortège seul coûta 172,000 fr. Le premier vagissement de la progéniture impériale eut pour effet, comme on le voit, un nouvel accroc à nos finances. Mais Jacques Bonhomme paie et doit être content; quand on a un souverain, c’est l’usage1.

Continuer la lecture de Le « premier vagissement de la progéniture impériale » : faste et propagande autour de la naissance du fils de Napoléon III (1856)

  1. A. Lesolc, Documents pour servir à l’histoire de l’empire, Saintes, A. Gay, 1883, p.186 []

Agnès Sandras

chargée de collections en histoire de France au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts