Archives de catégorie : Actualités

Visitez un endroit original pendant l’Exposition universelle de 1867 !

“Paris. Inauguration de la Bibliothèque impériale le 15 juin.” Recueil. Topographie de Paris. IIe arrondissement. 6ème quartier. Département des Estampes. Banque d’images de la BnF.

On a surtout retenu de l’Exposition universelle de 1867 la démonstration de force qu’elle constituait pour Napoléon III, inquiet du rayonnement britannique. De nombreux témoignages montrent les très nombreux visiteurs venus de toute la France et de l’étranger émerveillés par les richesses étalées dans le Palais de l’Industrie.

Champ de Mars, Exposition Universelle [1867]. Estampe. Paris, M.on Martinet. Gallica (BnF).

D’autres manifestations prévues ici et là à cette occasion dans Paris ont moins retenu l’attention du grand public et de la presse, et ont été rapidement oubliées. C’est le cas d’une exposition à la Bibliothèque impériale, visant à valoriser les missions scientifiques menées sous les auspices de Victor Duruy, ministre de l’Instruction publique. Pour en savoir plus sur cette manifestation, l’une des premières expositions organisées par la Bibliothèque impériale, c’est par ici !

Vous pourrez également découvrir ici les différentes « expositions universelles dans Gallica », grâce à divers documents (rapports, guides de visites, journaux…) numérisés par la BnF et le CNAM.

Journal amusant, 22 juin 1867. Gallica, BnF.

 

Un nouveau site de la BnF à explorer: France-Pologne

 

“Le chapeau de la liberté” : [estampe] / [non identifié]. Éditeur : [J.M. Will] (Augsburg). 1792. Gallica (BnF). Le coq est le symbole de la France, l’ours celui de la Pologne.

Dans la nouvelle collection numérique de la BnF, « Patrimoines partagés », signalons la naissance  du site France-Pologne dédié à cinq siècles de relations entre les deux nations. Il est le fruit d’une collaboration entre la Biblioteka Narodowa (Bibliothèque nationale de Pologne), la BnF, la BDIC (Bibliothèque de documentation internationale contemporaine), les BMN (Bibliothèques municipales de Nancy), l’INA (Institut national de l’audiovisuel) et le MNHI (Musée national de l’histoire de l’immigration).

Ce site propose quatre rubriques : Rois et souveraines/ Grandes heures/ Sciences et arts/ Littérature

Histoire de l’octroi

Georges Meunier, “A l’octroi”. [Collection Jaquet, défets d’illustrations de périodiques. Tome 17]. Gallica (BnF)

Le 12 septembre 1896, Émile Zola dénonce dans Le Figaro “la visite des bagages”.

De retour de sa propriété de Médan, le romancier est en effet confronté à un employé de l’octroi très zélé en gare de Saint-Lazare. Un bocal de cornichons s’est fêlé, et les effets personnels du couple Zola ont subi une inspection poussée. L’écrivain conclut son article par un appel à la révolte :

Et vous souffrez ça depuis tant d’années, Parisiens, mes frères? Savez-vous bien que vous avez fait des révolutions pour moins que ça, et que ma surprise est grande de voir que vous n’avez pas encore couvert Paris de barricades pour échapper au zèle imbécile de l’octroi ?

Les “cornichons de M. Zola” déclenchent les sarcasmes de la presse. Mais bientôt, les journalistes rendent grâce à l’auteur naturaliste, car une circulaire du directeur de l’Octroi de Paris rappelle aux employés d’employer “des formes polies à l’égard des contribuables”1.

Qu’est-ce que l’octroi ? Quand a-t-il disparu ? Vous le saurez en lisant le billet du blog Gallica intitulé “Vie et mort de l’octroi, un impôt au profit des villes”.

  1. Voir “Un article oublié d’Émile Zola – la visite des bagages”, Les Cahiers naturalistes, 1962 []

Egyptomania : quand la Bibliothèque nationale conservait des sarcophages…

Amnéris. [Aïda : douze projets de costumes par Henry de Montaut, 1871]. Gallica (BnF)

Le sarcophage longtemps conservé à la Bibliothèque-musée de l’Opéra vient d’être transféré au Musée du Louvre.

Un article du carnet L’Antiquité à la BnF vous révèle l’identité de la momie et les circonstances de l’installation du sarcophage au Musée de l’Opéra. Vous découvrirez également que la Bibliothèque impériale puis nationale conservait plusieurs sarcophages…
Par ici!

Dessin de Henriot, Le Journal amusant, 4 avril 1903. Gallica (BnF).

Colloque « Tableaux de la France : écrire, présenter, partager l’Histoire »

Le récit de la Nation en débat : peut-on écrire l’Histoire de France ? Comment l’institution culturelle s’en empare ? Quelle Histoire partager ensemble entre un récit national perçu comme un vecteur de patriotisme et une pluralité de mémoires qui aspirent à la reconnaissance ? Peut-on faire histoire commune quand tant de choses éloignent ? À quelles conditions l’Histoire peut-elle permettre à chacun de construire son propre lien au passé ?

Tableau de l’histoire de France depuis les Gaulois jusqu’à nos jours

Programme

9h30 ouverture par Laurence Engel, présidente de la Bibliothèque nationale de France

10h-11h Comment écrire l’Histoire de France aujourd’hui ?
Débat animé par Vincent Martigny , Maître de conférences en science politique à l’Ecole polytechnique et producteur à France Culture avec Patrick Boucheron, historien, professeur au Collège de France, et Joël Cornette, historien, professeur à l’Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis

11h15-13h Comment mettre en exposition l’Histoire de France ?
Rencontre animée par Vincent Martigny avec Pierre Fournié, conservateur général du patrimoine aux Archives nationales, responsable du département de l’action culturelle et éducative, Isabelle Bardiès-Fronty, Conservateur en chef au Musée Cluny, Sophie Nagiscarde, responsable du Service des activités culturelles au Mémorial de la Shoah, et Bruno Ponsonnet, directeur du département des Expositions et manifestations, BnF

14h30-15h Regards d’ailleurs : le récit national français vu d’Italie
Conférence par Antonino De Francesco, professeur d’histoire moderne à l’Université de Milan

15h-17h Mémoire et oubli dans l’histoire des nations
Table ronde animée par Jean Lebrun, producteur de La Marche de l’Histoire à France Inter, avec Annette Becker, historienne, professeur à l’Université Paris-Nanterre, Silyane Larcher, Chargée de recherche en science politique au CNRS, Vincent Martigny, Maître de conférences en science politique à l’Ecole polytechnique et producteur à France Culture, et Mathias Dreyfuss, historien et responsable du Service éducatif du Musée d’Art et d’Histoire du Judaïsme, et Laurence De Cock, professeure d’histoire-géographie et chercheuse en éducation

Modalités pratiques

17 mai 2017 de 9h à 17h30
Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand, petit auditorium
Quai François-Mauriac – Paris 13e

Entrée libre sur réservation obligatoire au 01 53 79 49 49 ou visites@bnf.fr

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Du nouveau sur le portail « France-Japon : une rencontre, 1850-1914 »

Suite à la Rencontre Gallica du 25 avril dernier, prolongez la découverte du portail “France-Japon : une rencontre, 1850-1914” !

Le portail « France-Japon : une rencontre, 1850-1914 » a ouvert fin 2014 à l’occasion de l’anniversaire de la fondation de la Maison franco-japonaise de Tokyo, conjointement avec le site « Japon moderne et France » de la Bibliothèque nationale de la Diète. Ces deux sites majeurs couvrent les relations franco-japonaises dans tous les domaines représentés par les collections des deux bibliothèques : politique, économique, culturel…

Depuis cette date, le portail « France-Japon » n’a cessé de s’enrichir par de nouveaux ensembles numérisés : estampes japonaises du peintre Henri Rivière, précieux livres japonais de la Réserve des Estampes, photographies de Beato, eaux-fortes de Bracquemond pour le fameux « service Rousseau ». La sélection se monte à présent à 4 400 documents.

“Agua de Kananga del Japon”, affiche. V. Rigaud, Paris, France. 1897. Département Estampes et photographie. Gallica (BnF)

Continuer la lecture de Du nouveau sur le portail « France-Japon : une rencontre, 1850-1914 »

Véronique Béranger

Bibliothèque nationale de France, département des Manuscrits. Responsable des collections japonaises.

More Posts

Exposition « Sciences pour tous, 1850-1900 »

L’exposition « Sciences pour tous, 1850-1900 », qui a lieu du 25 avril au 27 août 2017 dans l’allée Julien Cain à la BnF, retrace l’extraordinaire histoire de la science populaire à la fin du XIXe siècle dans un parcours de seize panneaux.

Le XVIIIe siècle : les sciences pour un public éclairé

Jusqu’à la fin du XVIIIe siècle, la science était réservée aux élites, comme par exemple les exploits des premiers vols en ballons de Pilâtre de Rozier ou de Montgolfier dont les aventures ont donné lieu à de multiples textes et gravures.

Expérience de l’Aérostat nommé La Montgolfière faite par Mr. Pilatre du Rozier à Versailles le 23 juin 1784 en présence de la famille Royale et de Mr. le Cte d’Haga : [estampe]. N° 79. Gallica (BnF)
Continuer la lecture de Exposition « Sciences pour tous, 1850-1900 »

Anne Boyer

Chargée d'acquisitions, Bibliothèque nationale de France, département Sciences et techniques

More Posts

Japon : un voyage dans Gallica (Rencontres de Gallica, 25 avril 2017)

 

“Sous la vague au large de Kanagawa” Les « Trente-six vues du mont Fuji » (Fuji sanjûrokkei), 1re vue Hokusai Katsushika (1760-1849) BnF, département des Estampes et de la Photographie, RESERVE DE-10 © Bibliothèque nationale de France

La Bibliothèque nationale de France a le plaisir de vous inviter à ses Rencontres de Gallica qui porteront sur le Japon:

 “Japon : voyage dans Gallica”

Mardi 25 avril 2017

17h30 – 18h30

En salle 70 (entrée libre, dans la limite des places disponibles)

BnF (Bibliothèque François Mitterrand)

Avec :

Véronique Béranger, responsable des collections japonaises au département des Manuscrits

Coralie Castel, coordinatrice de l’information bibliographique au département des Arts du Spectacle

La richesse des collections de la BnF témoigne de la multiplicité des regards portés sur le Japon depuis la France : attirance pour une terre aux mœurs radicalement différentes, à la langue difficile à appréhender, fermée aux étrangers pendant plusieurs siècles.

Quelles sources ont influencé l’imaginaire des Occidentaux pendant la période de fermeture ? Comment retrouver les témoignages d’époque sur la première ambassade des Japonais à Paris en 1862 ? Quels objets étaient exposés aux  Expositions universelles, et quel en a été l’écho dans la presse ? Comment retrouver les estampes de Hokusai dans Gallica ?

Pour répondre à ces questions – et à tant d’autres… – Véronique Béranger et Coralie Castel interrogeront, lors de la rencontre Gallica du 25 avril 2017, le corpus de documents du portail « France-Japon », et suivront son parcours thématique guidé dans Gallica.