Archives de catégorie : Billets d’Histoire

Pour une histoire des voyages à bicyclette

« Debenne, 3 ans, Boisserel [?] 3 ans [deux jeunes enfants à vélo] », photographie, Agence Rol, sd. Gallica (BnF).

Dans quelques jours débute le Tour de France : c’est l’occasion de passer rapidement en revue les collections de récits de voyages et de guides touristiques cyclistes…

Même sans avoir lu le « Supplément littéraire » du Figaro du 4 octobre 1890, on s’en doutait : Aristote n’a pas connu le vélocipède ! Mais ce texte est intéressant à plus d’un titre. D’abord parce que la question (« Aristote a-t-il connu le vélocipède ? »)  renvoie à  celle de l’origine de la bicyclette, qui n’a pas de date d’invention précise, sauf à considérer la draisienne comme la première bicyclette : ce sont seulement les améliorations ou changements successifs, parfois précisément datés, qui ont permis de passer des machines des origines à celles que nous connaissons aujourd’hui. Ensuite parce que ces quatre pages consacrées à la pratique de la bicyclette ont paru dans un supplément littéraire ! La « Belle époque » ? Heureux temps en tout cas, où l’on découvrait, sous la plume de Pierre Giffard, héraut s’il en fut de la cause cycliste,  l’art de vivre à bicyclette…

Continuer la lecture de Pour une histoire des voyages à bicyclette

Bertrand Tassou

Bertrand Tassou est conservateur au département Philosophie, histoire sciences de l'homme à la BnF, chargé de collections en géographie.

More Posts

La dénonciation : de l’incitation du roi à la parole du peuple (I)

Ce double billet reprend une communication présentée dans le cadre de l’atelier de travail intitulé « Écrits au pouvoir. Enjeux, pratiques et acteurs », tenu le 23 juin 2010 à l’université  Paris 1-Panthéon Sorbonne.

Un corpus comme hypothèse de travail

L’importance de la dénonciation dans la société française à partir de 1789 est un fait bien connu et étudié en partie1. Cependant de nombreuses questions sur cette débordante passion révolutionnaire restent sans réponse. Le succès de ce thème dans la presse du temps serait-il autre chose qu’une « invention de journaliste, […] jouant sur la dramatisation absolue de l’événement », comme l’a ingénieusement mis en évidence Antoine de Baecque2 ?

Ce n’est bien évidemment pas la seule interrogation soulevée par l’ampleur de la dénonciation sous la Révolution, qui peut donner l’impression que tout le monde dénonçait tout le monde. Il convient d’approfondir la réflexion sur la relation entre ce phénomène pendant le temps court et intense de la Révolution et l’histoire de plus longue durée qui la précède.

Continuer la lecture de La dénonciation : de l’incitation du roi à la parole du peuple (I)

  1. Lucien Jaume, Le Discours jacobin et la démocratie, Paris, Fayard, 1989, p. 192-215 ; p.257-302 ;  J.  Guilhaumou, « Fragments of a Discourse of Denunciation (1789-1794) », dans  The French Revolution and the Creation of Modern Political Culture, sous la dir. de  K. M. Baker, C. Lucas, F. Furet,  Oxford, vol. IV, The Terror, 1994, p. 139-153 ; Colin Lucas, « The Theory and practice of denunciation in the French Revolution », The Journal of Modern History, vol. 68, N° 4, 1996, p. 768-785, etc. []
  2. Antoine de Baecque, Le Corps de l’histoire. Métaphore et  politique, 1770-1800,  Calmann-Lévy, 1993, p. 269. []

Stefan Lemny

Chargé de collections en histoire de l'Europe centrale et de l'Est Département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts

Les catéchismes politiques conservés dans les fonds de la Bibliothèque nationale de France

Essai de catéchisme socialiste par Jules Guesde, 1878. Gallica (BnF)

L’expression « catéchisme politique » désigne un genre de la littérature populaire qui repose sur une pédagogie destinée à faciliter la mémorisation d’une doctrine politique. Ces ouvrages élémentaires (courts et bon marché en général) sont composés d’une succession de questions et de réponses. Les catéchismes chrétiens qui se développèrent pendant la Réforme puis la Contre-Réforme en furent les modèles, le catéchisme politique étant le fruit d’un transfert pédagogique qui s’opère à la faveur de la Révolution française. Ces livres élémentaires républicains, royalistes ou encore socialistes furent assez largement diffusés pendant un « long XIXe  siècle » qui s’étend de 1789 à la Première Guerre mondiale.

Continuer la lecture de Les catéchismes politiques conservés dans les fonds de la Bibliothèque nationale de France

Peindre l’arbre au Moyen Âge. Les herbiers enluminés de la Bibliothèque nationale de France.

Du poirier familier au mythique arbre à baume (fig.1), en passant par l’exotique grenadier ou le figuier fertile, de nombreuses essences d’arbres peuplent les pages des herbiers médiévaux1.

Mais qu’est-ce qu’un arbre dans le savoir médiéval ? Comment définir cette catégorie du monde végétal, et quelles sont les plantes qui y appartiennent ? Ces questions, auxquelles les botanistes actuels n’ont toujours pas donné de réponse définitive, taraudent déjà les naturalistes médiévaux. Les longues listes de plantes dressées dans les ouvrages scientifiques sont structurées selon des logiques internes qui reposent sur l’emploi de la nomenclature. Le monde végétal est scindé en deux grandes catégories que sont les arbres (arbor) d’une part et les herbes (herba) de l’autre. À cette distinction fondamentale s’ajoutent les arbustes (arbustum), arbrisseaux (frutex) et autres buissons. Déterminer ce qui relève de telle ou telle catégorie constitue néanmoins un enjeu de taille. Continuer la lecture de Peindre l’arbre au Moyen Âge. Les herbiers enluminés de la Bibliothèque nationale de France.

  1. Nous employons ici le terme herbier dans une acception bien précise, celle qui désigne tout livre de pharmacopée évoquant des plantes, leurs caractéristiques et leurs vertus thérapeutiques. Il s’agit d’ouvrages énumérant des simples, ces produits végétaux, minéraux et animaux utilisés en médecine dans leur état naturel, sans qu’ils n’aient été mêlés à d’autres substances. []

Alice Laforêt

Archiviste paléographe et conservatrice stagiaire des bibliothèques.

More Posts

Follow Me:
Twitter

L’archéologie mérovingienne à travers les siècles

L’exposition Les Temps mérovingiens au musée de Cluny qui s’est tenue jusqu’au 13 février 2017 a mis sous les feux de l’actualité le Haut Moyen Âge. L’archéologie est l’une des sources principales de l’histoire mérovingienne, en raison du faible nombre de sources écrites. Elle est, de ce fait, la science qui engendre le renouvellement le plus profond des études mérovingiennes. Que nous apporte l’archéologie mérovingienne ? Quelles évolutions a-t-elle connues ?

Continuer la lecture de L’archéologie mérovingienne à travers les siècles

Séverine Boullay

chargée de collections en histoire médiévale au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts

L’empereur en représentation : décor et chorégraphie des soirées impériales au théâtre

Alors que vient de s’achever au musée d’Orsay l’exposition Spectaculaire Second Empire, 1852-1870, ayant fait la part belle aux thématiques de la fête impériale et des fastes du pouvoir, il est intéressant de revenir sur ce qui constitue l’une de leurs vitrines : le spectacle. Car le spectacle n’est-il pas le lieu par excellence où justement l’on regarde… ce qui se donne à voir ?

Le Second Empire, malgré sa réputation de période pauvre pour les spectacles1, connaît une vie théâtrale aussi bien créative, mondaine, qu’architecturale assez intense.
Le couple impérial sort régulièrement dans les grandes salles que sont l’Opéra et le Théâtre-Français, mais également dans une multitude d’autres théâtres2, quand ce ne sont pas les troupes elles-mêmes qui viennent jusqu’à eux dans les palais impériaux ; et souvent, lors de ces sorties, le cérémonial et le décor somptueux créent le spectacle autant dans la salle que sur la scène.

Continuer la lecture de L’empereur en représentation : décor et chorégraphie des soirées impériales au théâtre

  1. « Le Second Empire correspond sans doute à l’une des époques les plus ternes de l’histoire de notre théâtre » : Maurice Descotes, Histoire de la critique littéraire en France, Tübingen : G. Narr ; Paris : J.-M. Place, cop. 1980. p. 290 []
  2. Xavier Mauduit, « Les souverains au théâtre et le spectacle dans les palais impériaux sous le Second Empire », in Les Spectacles sous le Second Empire, dir. Jean-Claude Yon, Paris : A. Colin, impr. 2010. p. 22 []

Emilie Fissier

adjointe au chef du service Histoire, département Philosophie, histoire, sciences de l'homme.

More Posts

Le « premier vagissement de la progéniture impériale » : faste et propagande autour de la naissance du fils de Napoléon III (1856)

Trifler, « Cris de Paris Pendant les fêtes du baptême », sd. Département Estampes et photographie. Trifler est vraisemblablement un pseudonyme de Félicien Rops qui publiait alors dans Le Charivari belge

L’impressionnante exposition du musée d’Orsay récemment consacrée au « spectaculaire Second Empire » a vu de nombreux visiteurs contempler avec une curiosité teintée d’effarement le berceau de Napoléon Eugène Louis Jean Joseph Bonaparte habituellement conservé au Musée Carnavalet.

Dès la chute du Second Empire, des écrits hostiles à la famille napoléonienne avaient narré la naissance du « prince impérial » et son baptême de manière très critique, soulignant les frais énormes engagés à cette occasion :

Paris, malgré ses misères cachées, étonnait cependant par sa splendeur, les têtes couronnées s’y succédaient répondant aux invitations des souverains et c’était chaque jour de nouvelles fêtes aux Tuileries. À ces fêtes succédèrent bientôt celles de la naissance du prince impérial. La cérémonie du baptême fut célébrée le 14 juin 1856 avec toute la pompe monarchique et, malgré les embarras financiers du moment, on ne dépensa à cette occasion, pas moins de 898,000 francs. Les médecins reçurent 62,000 francs, la sage-femme 6,000 fr., le cortège seul coûta 172,000 fr. Le premier vagissement de la progéniture impériale eut pour effet, comme on le voit, un nouvel accroc à nos finances. Mais Jacques Bonhomme paie et doit être content; quand on a un souverain, c’est l’usage1.

Continuer la lecture de Le « premier vagissement de la progéniture impériale » : faste et propagande autour de la naissance du fils de Napoléon III (1856)

  1. A. Lesolc, Documents pour servir à l’histoire de l’empire, Saintes, A. Gay, 1883, p.186 []

Agnès Sandras

chargée de collections en histoire de France au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts