« L’historien de demain sera programmeur… » : Emmanuel Le Roy Ladurie et les défis de la science

Caricature accompagnant l’article « la fin des érudits », révélatrice du climat de suspicion autour de l’ordinateur, aux débuts de son utilisation .

 

Cet article résume la conférence « « L’historien de demain sera programmeur… » Emmanuel Le Roy Ladurie et les défis de la science » présentée le 7 octobre 2017 lors des Rendez-vous de l’Histoire de Blois,  et s’inscrit ainsi dans la droite ligne du thème de la 20e édition « Eurêka – inventer, découvrir, innover ».

À partir des années 1960, Emmanuel Le Roy Ladurie, disciple de Fernand Braudel, incarne brillamment l’École des Annales et contribue à sa renommée en France et au-delà des frontières. Son œuvre lui a valu les appréciations les plus enthousiastes de ses pairs, qui ont salué en lui un « un grand historien », un « historien total », un « magicien » de l’histoire1.

Aussi exceptionnel est l’accueil que ses ouvrages ont rencontré de la part du grand public. Sa vivacité, sa simplicité, son sens de la formule et son humour ont permis à certains de saluer en lui un « nouveau Michelet »2. Mais l’histoire illustrée par Emmanuel Le Roy Ladurie ne se distingue pas seulement par les qualités de son récit. Elle est marquée aussi fortement par les nouvelles méthodologies et, peut-on dire, les nouvelles technologies de la recherche qui en sont encore à leurs débuts au moment où il fait ses armes.

Continuer la lecture de « L’historien de demain sera programmeur… » : Emmanuel Le Roy Ladurie et les défis de la science

  1. Jacques Le Goff, « Un grand territoire pour un grand historien », Psychologie, n° 106, novembre 1978, p. 90-92 ; Peter Lennon, « Annales of a Total Historian », Times, 8 décembre 1984, p. 6 ; Lauro Martines, « Emmanuel Le Roy Ladurie, Magician of History », The Washington Post, 19 décembre 1982, p. 6. []
  2. Apud André Burguière, « L’historien et l’actualité », texte ms. en vue d’un colloque à Chartres, qui finalement n’a pas eu lieu. []

Stefan Lemny

Chargé de collections en histoire de l'Europe centrale et de l'Est Département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts

1848 et la « foire aux idées nouvelles » (Partie I)

Résultat de recherches iconographiques à travers les collections de journaux satiriques conservés par le Département Philosophie, histoire, sciences de l’homme de la Bibliothèque nationale de France (BnF) et de la Bibliothèque numérique Gallica, ce billet restitue et complète le contenu de la conférence « 1848 et la ‘foire aux idées nouvelles’ » présentée le 7 octobre 2017 lors des Rendez-vous de l’Histoire de Blois,  et s’inscrit ainsi dans la droite ligne du thème de la 20e édition « Eurêka – inventer, découvrir, innover » .

L’année 1848 est celle d’un intense bouillonnement politique. Avec les trois journées révolutionnaires de février (22 au 24), la Monarchie de Juillet est renversée. Le 25, la République est proclamée et le gouvernement provisoire prend des mesures politiques et sociales  concernant le suffrage universel, la liberté de réunion, la liberté de la presse, l’enseignement primaire gratuit et obligatoire, l’abolition de l’esclavage, le travail, etc. Les journées de juin (23 au 26), motivées par une crise économique et sociale,  sont cependant réprimées dans le sang. Le 4 novembre, la Constitution de la Seconde République est promulguée. L’Assemblée (pouvoir législatif) et le président (pouvoir exécutif) sont élus au suffrage universel masculin.  En décembre, Louis-Napoléon Bonaparte remporte largement l’élection présidentielle, soutenu par le « Parti de l’Ordre  »1.

Au beau milieu de cette agitation politique, la presse connaît un moment de grâce. Elle est libérée en mars des contraintes juridiques  et financières lourdes qui pesaient sur elle depuis la loi de septembre 1835 : demande d’autorisation préalable ; emprisonnement des responsables des journaux ayant enfreint la censure ; etc2. On assiste à une floraison de titres dans lesquels journalistes et dessinateurs laissent libre cours à une inventivité longtemps réfrénée. Ce moment de grâce est fugace : dès juin, plusieurs journaux sont interdits dont La Presse d’Émile de Girardin. En août, des décrets indiquent les délits de presse amenant à nouveau amendes et/ou emprisonnements : attaques contre les institutions, la liberté des cultes, le principe de la propriété, les droits de la famille, etc3.

Continuer la lecture de 1848 et la « foire aux idées nouvelles » (Partie I)

  1. Voir entre autres : Maurice Agulhon, André Nouschi, Antoine Olivesi, La France de 1848 à nos jours,  Paris, A. Colin, 2008 ; Sylvie Aprile, La révolution inachevée : 1815-1870 [ouvrage dirigé par Henry Rousso], Paris, Belin, 2014 ;  Jean-Charles Geslot, La France de 1848 à 1914,  Paris, A. Colin, 2014 ; Maurizio Gribaudi & Michèle Riot-Sarcey, 1848, la révolution oubliée, Paris, la Découverte, 2008. []
  2. Voir le Bulletin officiel du Ministère de l’intérieur, 1848, n°2, pages 58 et 59. []
  3. Voir le Bulletin officiel du Ministère de l’intérieur, 1848, n°2, pages 359 et 360. []

Agnès Sandras

chargée de collections en histoire de France au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts

Le Moyen Âge : temps obscurs ou siècles d’innovations ?

Résultat de recherches iconographiques à travers la Bibliothèque numérique de la Bibliothèque nationale de France Gallica, cet article résume la conférence « Le Moyen Âge : temps obscurs ou siècles d’innovations ? » présentée le 7 octobre 2017 lors des Rendez-vous de l’Histoire de Blois,  et s’inscrit ainsi dans la droite ligne du thème de la 20e édition « Eurêka – inventer, découvrir, innover ».

Rappelons tout d’abord que la terminologie « Moyen Âge » est une véritable invention de la Renaissance. Auparavant les hommes ne pouvaient par définition avoir conscience de vivre dans une période intermédiaire1. Ce n’est qu’au XXe siècle que les historiens vont nuancer cette vision négative ; Régine Pernoud en 1979 indique dans Pour en finir avec le Moyen Âge :

Dans la vision, dans la mentalité de ce temps (et non seulement du XVIe siècle, mais des trois siècles suivants), il y aurait eu deux époques de lumière : Antiquité et Renaissance – les temps classiques. Et, entre les deux, un « âge moyen » – période intermédiaire, bloc uniforme, « siècles grossiers », « temps obscurs ».

Continuer la lecture de Le Moyen Âge : temps obscurs ou siècles d’innovations ?

  1. Traditionnellement le Moyen Âge débute à la fin du Ve siècle avec la déposition de l’Empereur romain d’Occident Romulus Augustule en 476 et s’achève à la fin du XVe siècle avec  le voyage de Christophe Colomb aux Amériques en 1492. []

Séverine Boullay

chargée de collections en histoire médiévale au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts

[Centenaire de l’indépendance finlandaise] Focus sur quelques voyageurs francophones en Finlande

Le 6 décembre 2017, la Finlande fête le centenaire de son indépendance. C’est un pays qui reste mal connu : ainsi on continue, même dans des ouvrages récents, à l’associer à la Scandinavie dont elle ne fait pourtant par partie, comme le rappelle la légende de cette carte de 1928.

« Le soleil de minuit », illustration tirée de Le pays du soleil de minuit : voyages d’été en Suède, en Norwège, en Laponie et dans la Finlande septentrionale par Paul Du Chaillu. Paris, C. Lévy, 1882. Gallica (BnF).

La Finlande n’évoque le plus souvent que les saunas, les lacs et des pilotes d’automobile.  Pourtant des Français se rendent en Finlande depuis bien longtemps, même si les récits sur ce pays sont assez rares : le voyage en Finlande fait généralement partie d’un tour plus général dans les pays nordiques ou d’une exploration en Laponie, qui concerne alors essentiellement la Norvège.

Pour accompagner l’histoire de ces périples en Finlande deux guides sont indispensables : Le Voyage en Scandinavie, anthologie de voyageurs, 1627-1914 (2001) qui malgré son titre s’intéresse aussi à la Finlande et Au pays des vendeurs de vent : voyager en Laponie et en Finlande du XVe au XIXe siècle (2017) qui propose notamment les itinéraires empruntés par chacun des voyageurs.

Continuer la lecture de [Centenaire de l’indépendance finlandaise] Focus sur quelques voyageurs francophones en Finlande

Bertrand Tassou

Bertrand Tassou est conservateur au département Philosophie, histoire sciences de l'homme à la BnF, chargé de collections en géographie.

More Posts