La coutume, petite histoire d’une source de droit

 » Coupable faisant amende honorable « , Coutumes de Toulouse, Bibliothèque nationale de France, Département des manuscrits, Latin 9187, f. 34 r°. Gallica (BnF).

 

Si un auteur s’est intéressé à la coutume, c’est bien  Michel de Montaigne (1533-1592) … Elle est omniprésente dans les Essais où il l’aborde sous ses différents aspects. S’il déplore qu’elle restreigne singulièrement la liberté de l’homme, il estime son respect nécessaire à la vie en société. Le terme renvoie tantôt à des habitudes collectives, tantôt à des habitudes individuelles. Enfin, la coutume revêt une définition sous laquelle Montaigne, magistrat, la connaît bien … Il s’agit aussi d’actes publics et paisibles ayant acquis, par leur ancienneté et leur répétition – « Une fois n’est pas coutume ! », force de loi sur un territoire donné. L’ensemble de ces usages constitue le droit coutumier. C’est cette acception de la coutume qui nous intéresse ici1.

Continuer la lecture de La coutume, petite histoire d’une source de droit

  1. Guillaume Cazeaux, Montaigne et la coutume, Mimesis, coll. « Philosophie et société », 2015.
    Édition contemporaine des Essais : Michel de Montaigne, Les essais, éd. établie et présentée par Claude Pinganaud, [Paris], Arléa, 1992
    Édition des Essais sur Gallica : Essais de Michel seigneur de Montaigne. Cinquiesme edition, augmentée d’un troisiesme livre et de six cens additions aux deux premiers, À Paris, Chez Abel L’Angelier, 1588. []

Stéphanie Tonnerre-Seychelles

Chargée de collections en science politique et de valorisation en droit et science politique au département Droit, économie, politique.

More Posts

Acquisition de la collection Records of the Kurds : Près de 8 000 pages d’archives britanniques sur les Kurdes désormais consultables à la BnF

Alors que nous approchons, doucement mais sûrement, du centenaire du Traité de Sèvres (1921), prévoyant la création d’un État kurde, puis de celui du Traité de Lausanne (1923), qui entérina les frontières actuelles des différents États du Moyen-Orient, la question kurde, issue de la partition du peuple kurde entre quatre États modernes – Iran, Irak, Turquie et Syrie – ne cesse de revenir, depuis plusieurs années, dans toute son urgence sur le devant de la scène internationale.

L’horizon politique des Kurdes et leurs luttes passées continuent de s’affirmer dans une résistance face au nouvel ordre mondial créé, à l’initiative de la Grande-Bretagne et de la France, au moment de la partition de l’empire ottoman. Dans ce contexte, la publication aux presses de l’université de Cambridge d’une collection éditée par Anita L.P. Burdett et intitulée Records of the Kurds: Territory, Revolt and Nationalism, 1831-1979, regroupant les documents d’archives britanniques concernant les Kurdes sur cette période, fait figure d’immense service rendu aux chercheurs qui se penchent d’ores-et-déjà sur cette histoire trouble et encore peu étudiée.

F. 55. Kurdes venant d’Ayridja pour hiverner au pied de l’Ararat, [mission du Baron de Baye en 1898]. Société de Géographie.
Continuer la lecture de Acquisition de la collection Records of the Kurds : Près de 8 000 pages d’archives britanniques sur les Kurdes désormais consultables à la BnF

Sacha Alsancakli

Doctorant en Histoire moderne à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3/UMR 7528 Mondes iranien et indien

More Posts

Émanciper le peuple par le savoir ? (1860-1939). De l’histoire à l’actualité

Le 13 novembre 2018, un colloque aura lieu à la BnF sur le thème : Émanciper le peuple par le savoir ? (1860-1939). De l’histoire à l’actualité.  Ce colloque s’inscrit dans la continuité de celui qui a été organisé à Lille par Carole Christen et Laurent Besse en 2015, et a donné lieu à une publication en 20161.

Organisé par le service Histoire du Département Philosophie, histoire, sciences de l’homme, la mission de diversification des publics de la BnF et Jean-Charles Buttier (chercheur associé  à l’UNIGE, ancien chercheur associé à la BnF), le colloque de 2018 s’articule avec un travail mené en amont avec le milieu associatif sous forme d’ateliers. En effet, tout intervenant qui s’adresse aujourd’hui à des populations dites éloignées de la culture trouvera des résonances dans les pratiques et réflexions de ceux qui, dès le XIXe siècle, voulaient émanciper le peuple grâce aux savoirs.

Deux séries d’ateliers sont donc à signaler. La première débute aujourd’hui, jeudi 11 janvier 2018, à 14 h30, salle Aquarium. Elle invite 3 associations d’éducation populaire à témoigner de leurs modes d’action et présenter les outils, toujours d’actualité, qu’elles ont inventés (voir le programme détaillé ici).

La seconde série d’ateliers, les 12 avril, 3 mai et 14 juin, portera sur les matériaux historiques de l’éducation populaire. Le programme en sera prochainement donné sur ce blog.

 

Dessin de Lucien Emery. N° de L’Assiette eu beurre consacré en juin 1903 aux instituteurs.

Pour comprendre ce dessin : Lucien Emery consacre en 1903 un n° de L’Assiette au beurre aux institutrices et instituteurs. Il y souligne les difficultés rencontrées par les enseignants devant la complexification de leurs tâches. Ici l’instituteur, face aux multiples demandes qui lui sont adressées en plus de ses fonctions d’instituteur (secrétariat de mairie, etc.), et dont certaines relèvent de l’éducation populaire (cours d’adultes, conférences populaires), semble implorer l’aide de Marianne, symbole de la République. Il appartient à ceux qu’on nommait « les hussards noirs » de la IIIe République.

  1. Histoire de l’éducation populaire 1815-1945 : perspectives françaises et internationales / Carole Christen, Laurent Besse, dir. Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2017. []

Agnès Sandras

chargée de collections en histoire de France au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts

1848 et la « foire aux idées nouvelles » (Partie II).

Dans un précédent billet, j’évoquais le charivari orchestré à partir des idées des socialistes « utopiques » de 1848, et comment il s’est concentré autour de Cabet, Considerant, Leroux et Proudhon. Ces quatre « meneurs », désormais accompagnés de symboles récurrents comme la queue terminée par un œil de Considerant, ou par exemple  la redingote crasseuse et le peuplier de Leroux, obtiennent dans la presse satirique une place proportionnelle à leur présence à l’Assemblée et/ou à leurs écrits dont l’inventivité stimule parodie et imagination. Nous verrons dans ce billet comment les caricaturistes oscillent entre stigmatisation et sacralisation des utopistes, allant jusqu’à présenter leurs écrits comme une nouvelle religion.  Puis nous nous demanderons de qui ou de quoi l’on se moque précisément dans ces caricatures.

Continuer la lecture de 1848 et la « foire aux idées nouvelles » (Partie II).

Agnès Sandras

chargée de collections en histoire de France au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts