Une « industrie fort connue » : le couronnement des rosières (Partie I. La mode de Salency au XVIIIe siècle)

«La rosière de Salency« . Estampe, seconde moitié du XIXe siècle; Coll. Jaquet. Gallica (BnF).

Racontant sa visite à Brie-Comte-Robert (Seine-et-Marne), où il a vu une exposition de roses, Adrien Marx souligne en 1866 :

Tous les ans, le maire de cette localité couronne, vers le 8 juillet, non pas des rosières, mais des rosiéristes, deux produits qu’il ne faut pas confondre. La rosière passe son temps à dire à ses contemporains : Vous n’aurez pas ma rose. Les rosiéristes, au contraire, offrent les leurs à qui les veut acheter.

Pour prix de son humeur sauvage, la rosière reçoit une timbale (sans macaroni) et un certificat de vertu farouche. En récompense de ses recherches, le rosiériste palpe une médaille et encaisse un toast, au banquet du soir, entre le veau froid et la tourte au fromage.

Mais je ne veux point poursuivre ce parallèle. L’industrie de la rosière étant fort connue, et celle des rosiéristes l’étant moins, je passe à cette dernière, certain d’édifier les dîneurs de la taverne américaine sur des phénomènes nouveaux pour eux1.

Quatre années plus tôt, dans l’article « rosière »  d’un ouvrage intitulé Hommes et bêtes, physiologies anthropozoologiques mais amusantes, Galoppe d’Onquaire indiquait : « l’on sait que Nanterre, qui avait ses fromages et ses galettes, y a joint, depuis longtemps, l’entreprise des rosières2».

La cérémonie du couronnement des rosières a connu au XIXe siècle un véritable effet de mode. « Il pleut des rosières » constate Jules Noriac en 18743 ! Si cette fête a des origines religieuses anciennes, elle prend aussi parfois des allures républicaines. Écrivains, humoristes, chansonniers, agacés ou amusés  s’en donnent à cœur joie et parodient les écrits édifiants louant les jeunes filles « vertueuses ». Les couronnements de rosières disparaissent pour la plupart au XXe siècle, non sans avoir suscité l’intérêt des cinéastes, documentaristes, ethnologues, etc., qui en ont ainsi fixé le souvenir.

Continuer la lecture de Une « industrie fort connue » : le couronnement des rosières (Partie I. La mode de Salency au XVIIIe siècle)

  1. Adrien Marx, Indiscrétions parisiennes. Paris, A. Faure, 1866. []
  2. Galoppe d’Onquaire, Hommes et bêtes, physiologies anthropozoologiques mais amusantes. Paris, Amyot, 1862. []
  3. Jules Noriac, «Courrier de Paris», Le Monde illustré, 4 juillet 1874. []

Agnès Sandras

chargée de collections en histoire de France au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts

Querelle iconoclaste, querelle des images dans l’Empire byzantin (VIIIe-IXe siècle)

Ce billet s’inscrit dans le thème des Rendez-vous de l’Histoire de Blois 2018 « La puissance des images ».

Dans l’Empire byzantin, les querelles sur les images atteignirent un tel paroxysme entre les VIIIe et IXe siècles qu’on qualifie cette période de « Période iconoclaste1 ». Une réflexion transversale s’impose pour croiser tout à la fois l’histoire politique comme l’histoire religieuse, l’histoire de l’art comme l’archéologie et la numismatique. Une mise en garde à propos des sources est indispensable : textes antiques et traces archéologiques ne sont que les témoignages d’une seule version du conflit, à savoir la vision des vainqueurs, partisans des images, les iconodoules. Comme presque tous les textes iconoclastes ont été détruits, l’historien en est réduit à interpréter des indices et à faire des conjectures.  

Continuer la lecture de Querelle iconoclaste, querelle des images dans l’Empire byzantin (VIIIe-IXe siècle)

  1. Étymologie grecque :  de eikôn, image et klasma, brisé, cassé. À différencier de l’aniconisme : an, sans et eikôn, image, qui refuse la représentation du vivant. []

Séverine Boullay

chargée de collections en histoire médiévale au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts

CONFÉRENCE 23 JANVIER 18H30 AGRIPPINE, MÈRE DE NÉRON : UNE FEMME À LA TÊTE DE L’EMPIRE ROMAIN

23 janvier à 18h30 : Conférence: « Agrippine, mère de Néron : une femme à la tête de l’empire romain » par Mme. Virginie Girod, docteure de l’Université Paris-Sorbonne (Histoire romaine).

Découvrez comment l’Histoire s’élabore au fil des fouilles, de l’étude des objets ou des textes à travers la rencontre avec ceux qui l’enrichissent chaque jour par leurs recherches. Ce nouveau rendez-vous est consacré à l’actualité de la recherche archéologique autour des femmes de pouvoir.

À lire sur le blog L’Antiquité à la BnF

« Année Clemenceau » – après-midi d’étude à la BnF « Georges Clemenceau et la culture : d’une bibliothèque à l’autre »

S’inscrivant dans le cadre de la commémoration nationale de « l’Année Clemenceau »  en 2018, elle-même émanant directement de la Mission Centenaire 14-18, la BnF propose le vendredi 18 janvier 2019 une après-midi d’étude autour de « Georges Clemenceau et la culture : d’une bibliothèque à l’autre ».

Georges Clemenceau chez lui (portrait) : [photographie de presse] / Agence Meurisse Paris, 1928. Dép. des Estampes et de la photographie, EI-13 (2823)
Georges Clemenceau chez lui (portrait) : [photographie de presse] / Agence Meurisse Paris, 1928. Dép. des Estampes et de la photographie, EI-13 (2823)

Président du conseil à compter de novembre 1917, Georges Clemenceau a mené la France à la victoire de 1918 et contribué à la fin du Premier conflit mondial. Un aspect essentiel mais un peu moins connu de sa personnalité est son profond amour pour les lettres et les arts, qui ont marqué son éducation et occupé une place importante dans sa vie jusqu’à ses derniers jours. Une décennie après le don à la Bibliothèque nationale de France des manuscrits de la Fondation du musée Clemenceau, cette journée d’études mettra l’accent sur les goûts artistiques et littéraires et les relations que le Tigre a entretenues avec des artistes et écrivains de tout premier plan, tels Claude Monet, Auguste Rodin, Charles Péguy ou encore Octave Mirbeau.

Dans le cadre de l’Année Clemenceau, avec le soutien de la Mission du Centenaire et le concours scientifique de Sylvie Brodziak et de Jacqueline Sanson (Fondation du musée Clemenceau).

Continuer la lecture de « Année Clemenceau » – après-midi d’étude à la BnF « Georges Clemenceau et la culture : d’une bibliothèque à l’autre »

Conférence 16 janvier 2019 : La mer partagée : la France, l’Angleterre et la Manche (XVIIe-XVIIIe siècles)

Mercredi 16 janvier, à 18h30, la BnF vous propose, dans le cadre du cycle Histoire des mers : échanges et conflits de l’Antiquité au XXIe siècle, une conférence : « La mer partagée : la France, l’Angleterre et la Manche (XVIIe-XVIIIe siècles)« , par Renaud Morieux, senior lecturer à l’Université de Cambridge.

Continuer la lecture de Conférence 16 janvier 2019 : La mer partagée : la France, l’Angleterre et la Manche (XVIIe-XVIIIe siècles)