Trois contributions à l’archéologie du camp de Drancy [Conférence du mercredi 11 avril, à 18h30]

Camp de Drancy, cliché issu des fonds de l’ Allgemeiner Deutscher Nachrichtendienst – Zentralbild (Bild 183) Bundesarchiv, Bild 183-B10919 / Wisch / CC-BY-SA 3.0

 

Le mercredi 11 avril M. Benoît Pouvreau, chercheur au Service du patrimoine culturel, Conseil départemental de la Seine-Saint-Denis donnera une conférence intitulée « Trois contributions à l’archéologie du camp de Drancy ».

Pour les informations pratiques (lieu, horaires), voir ici.

Découvrez comment l’Histoire s’élabore au fil des fouilles, de l’étude des objets ou des textes à travers la rencontre avec ceux qui l’enrichissent chaque jour par leurs recherches. Ce nouveau rendez-vous est consacré à l’actualité de la recherche archéologique de la Guerre.

Estampe à l’eau-forte de Georges Horan-Koiransky en couverture de Le Camp de Drancy (seuil de l’enfer juif) de G. Horan-Koiransky, 1947 (Archives départementales de la Seine-Saint-Denis)


Le classement au titre des Monuments historiques (2001) puis la première restauration engagée ont beaucoup renforcé le temps dédié à la cité de la Muette, théâtre du camp de Drancy entre 1941 et 1944. En 2009, un important corpus de graffiti d’internés fut mis au jour. Sa valorisation fut en partie articulée à un projet plus vaste de mise en réseau des lieux d’histoire de la Déportation du département. La médiation de celui-ci permis une redécouverte : l’œuvre d’un interné connu par quelques estampes constituant, en fait, un ensemble cohérent et majeur. Dessinateur mais aussi écrivain, Georges Horan-Koiransky fut, enfin, un témoin clé documentant d’une façon unique le lieu de départ des convois de déportation en gare du Bourget-Drancy, ultime sujet de recherches autour de ce site primordial de la persécution des Juifs de France.

Bibliographie

  • Curdy M., « L’étude préalable et la conservation – restauration des graffiti des internés au camp de Drancy », CeROArt, revue électronique[En ligne], EGG 2 | 2012, mis en ligne le 19 juin 2012 : http://ceroart.revues.org/2598
  • Fichet de Clairfontaine F., « Pour fouiller les camps d’enfermement de la seconde guerre mondiale ? », Les nouvelles de l’archéologie [En ligne], 143 | 2016, mis en ligne le 12 mai 2016 : http://journals.openedition.org/nda/3410
  • Horan-Koiransky G., Le camp de Drancy, seuil de l’enfer juif : dessins et estampes, 1942-1947, [Ivry-sur-Seine] : Créaphis éditions, 2017. BnF Tolbiac – Magasin inv.  2017-298757
  • Pouvreau B. (dir.), Curdy M., Peschanski D. & Zimmer T. Les graffiti du camp de Drancy. Des noms sur des murs. Gand, [Bobigny], éditions Snoeck, CG93, 2014. BnF Tolbiac – Magasin inv. 2016-257833
  • Pouvreau B., « La stratigraphie complexe du camp de Drancy », Les nouvelles de l’archéologie [En ligne], 137 | 2014, mis en ligne le 01 janvier 2016: http://journals.openedition.org/nda/2604
  • Sarcey P.,  Endewelt R., Razynscki A., « Cité de la Muette – Des archives audiovisuelles pour l’histoire du camp de Drancy et de la résistance juive », Conférence en ligne du 29 janvier 2015 à la BnF
  • Wieviorka A., Laffitte M. À l’intérieur du camp de Drancy. Paris, Perrin, 2012. BnF Tolbiac – Magasin inv.   2012-106616

RetroNews pour les historiens (Partie II. A la découverte des fonctionnalités avancées)

Lancé en mars 2016, le site RetroNews  offre un accès inédit à trois siècles de presse francophone. Le fonds actuel de cinq millions de pages augmentera de 7 millions de pages supplémentaires au cours de l’année 2018 et constituera ainsi la base  de presse francophone la plus riche du monde.

Bien sûr, l’utilité d’une collection si vaste doit être mesurée par sa  capacité à diriger le chercheur vers des résultats pertinents. Des fonctionnalités offrant une recherche fine sont donc de première importance pour permettre une valorisation du fonds de RetroNews. Après avoir découvert les fonctionnalités du site (voir partie I), nous allons présenter ici le mode recherche avancée du site, qui permet une requête ciblée en peu de clics.

Continuer la lecture de RetroNews pour les historiens (Partie II. A la découverte des fonctionnalités avancées)

Philipp Leu

Philipp Leu, chargé de sélection et de valorisation presse chez BnF Partenariats pour le site RetroNews.

More Posts

Archéologie du Fort Saint-Sébastien de Saint-Germain-en-Laye et La préparation des troupes de Louis XIV [Conférence du mercredi 21 mars, à 18h30]

légende: Médaillon du calendrier-estampe de l’almanach de 1670. RESERVE QB-201 (171)-FT 5 [Hennin, 4534] : « l’Exercice et Attaque faîte du Fort de Saint-Sebastien en presence de leur Maiestez »

Le mercredi 21 mars Mme Séverine Hurard, Ingénieure de recherches à l’ Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap) donnera une conférence intitulée « Le Fort Saint-Sébastien de Saint-Germain-en-Laye (78) : La préparation des troupes de Louis XIV à la guerre de siège (1669-1770) ».

Pour les informations pratiques (lieu, horaires), voir ici.

Découvrez comment l’Histoire s’élabore au fil des fouilles, de l’étude des objets ou des textes à travers la rencontre avec ceux qui l’enrichissent chaque jour par leurs recherches. Ce nouveau rendez-vous est consacré à l’actualité de la recherche archéologique de la Guerre.

Le fort et le camp de Saint-Sébastien correspondent à deux ouvrages militaires et leurs campements distinctifs. Ils se succédèrent lors de deux campagnes réunissant les troupes de la maison militaire du roi au cours des printemps et été 1669 et 1670. Ils ont été fouillés à hauteur de 1/4 et 1/10e de leur surface totale. ( © P.Raymond, S. Hurard).

Situé, à l’intérieur de la boucle de la Seine, dans la plaine alluviale dite d’Achères, le Fort Saint-Sébastien accueillit, vraisemblablement à partir de 1669 et pour quelques années seulement, les troupes dites de la « Maison du Roi », soit entre 9000 et 30 000 soldats, faisant l’apprentissage des techniques de la guerre de siège. La fouille archéologique, menée entre 2011 et 2012 sur une surface de 28 hectares, a révélé l’existence de deux ouvrages fortifiés distincts associés à leurs aires de campement. Cette lecture archéologique inédite de la préparation à la guerre de siège offre un éclairage différent, à une échelle inaccoutumée, sur la rationalisation des pratiques militaires sous Louis XIV. Elle permet de s’intéresser plus globalement à la société des gens de guerre, à laquelle appartiennent les compagnies de mousquetaires et d’examiner la réalité matérielle de cette société composite.

légende: Médaillon du calendrier-estampe de l’almanach de 1670. RESERVE QB-201 (171)-FT 5 [Hennin, 4534] : « l’Exercice et Attaque faîte du Fort de Saint-Sebastien en presence de leur Maiestez »; 

L’ Almanach représente la famille royale et les mousquetaires devant le fort. Le médaillon décrit l’assaut mené au Fort Saint-Sébastien en présence de la famille royale, représentant l’angle sud-ouest du rempart de l’ouvrage de 1669. Soumis à l’assaut des fantassins et piquiers, Il est enveloppé d’un épais nuage de fumée. Une rangée de pieux, placée au deux tiers de la hauteur du rempart, est fichée presque horizontalement dans la masse de terre.

Cycle de conférences : « Archéologie de la Guerre : de la fouille à l’écriture de l’Histoire » – les mercredis, à 18h30, site François-Mitterrand, salle 70 (entrée libre).
En savoir plus : notre programmenotre bibliographie.

Pour en savoir plus:

  • le site de l’Inrap sur les fouilles du fort
  • la bibliographie de la BnF sur Louis XIV, la diplomatie et la guerre (1661-1715) [mai 2013]
  • Frédéric Chauviré, « La Maison du Roi sous Louis XIV, une troupe d’élite. Étude tactique », Revue historique des armées [En ligne], 255 | 2009, mis en ligne le 14 mai 2009, consulté le 06 mars 2018. URL : http://journals.openedition.org/rha/6764
  • Frédéric Chauviré, « La Maison du Roi sous Louis XIV, une troupe d’élite », Revue historique des armées [En ligne], 242 | 2006, mis en ligne le 26 novembre 2008, consulté le 07 mars 2018. URL : http://journals.openedition.org/rha/4012
  • Séverine Hurard, « Le fort Saint-Sébastien de Saint-Germain-en-Laye, camp d’entrainement du XVIIe siècle », dans BURNOUF Joëlle, ARRIBET-DEROIN Danielle, DESACHY Bruno, JOURNOT Florence, NISSEN-JAUBERT Anne, Manuel d’Archéologie médiévale et moderne. Armand Colin, Collection U Histoire, p. 45-46. Disponible à la BnF en libre-accès en salle J cote: 930.6 BURN m
  • Stéphane Perréon, « Le roi stratège. Louis XIV et la direction de la guerre, 1661-1715 », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 118-4 | 2011, mis en ligne le 30 décembre 2011, consulté le 07 mars 2018. URL : http://journals.openedition.org/abpo/2212 

RetroNews pour les historiens (Partie I. A la découverte du site)

Billet de Philipp Leu (RetroNews)

RetroNews, site de la Bibliothèque nationale de France (BnF), repose sur un modèle freemium : l’accès aux documents et à la recherche simple sont gratuits, mais pour profiter des fonctionnalités avancées, il est nécessaire de souscrire à un abonnement payant. Néanmoins, dans les salles de lecture de la BnF, on accède à l’intégralité des fonctionnalités proposées par le site – sur simple inscription.

=> Pour profiter d’un accès premium à RetroNews depuis les salles de lecture, connectez-vous au réseau Internet de la BnF par connexion filaire ou wifi. Sur le site www.retronews.fr, créez un compte gratuit, ou connectez-vous à votre compte. Le site reconnait automatiquement que vous êtes dans l’enceinte de la BnF et affiche une notification, vous disant que vous naviguez désormais en mode premium.

 Lancé avec les principaux quotidiens généralistes, Retronews.fr offre aujourd’hui 30 millions d’articles, issus de plus de 200 journaux publiés entre 1631 et 1945, et s’enrichit  chaque mois de nouveaux titres de presse régionale, coloniale et spécialisée.

Dès l’origine, la mission principale n’était pas seulement de mettre à disposition une base de documents, mais d’offrir une interface de lecture intuitive et souple proposant des outils de travail puissants et innovants pour le chercheur, ainsi qu’une recherche avancée (voir le prochain billet).

Ce billet est consacré aux fonctionnalités du lecteur RetroNews.

Continuer la lecture de RetroNews pour les historiens (Partie I. A la découverte du site)

Philipp Leu

Philipp Leu, chargé de sélection et de valorisation presse chez BnF Partenariats pour le site RetroNews.

More Posts

Gallica pour les historiens (Partie III. Les recherches plus complexes)

Dans les précédents billets portant sur Gallica et les historiens, nous avons flâné (partie I), découvert des itinéraires, feuilleté des pages et des pages, mené des recherches simples et enregistré leurs résultats (partie II). Forts de ces rudiments, nous pouvons désormais mener des recherches plus complexes.

Continuer la lecture de Gallica pour les historiens (Partie III. Les recherches plus complexes)

Agnès Sandras

chargée de collections en histoire de France au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts

Gallica pour les historiens (Partie II. Quelques conseils pratiques)

Dans un précédent billet, nous avons vu comment voyager des jours entiers grâce à Gallica et au blog Gallica … De ces périples, le gallicanaute aime à rapporter des souvenirs, voire à partager en direct les plus délicieuses de ses découvertes. Il peut souhaiter aussi revenir à des documents particulièrement intéressants. Ce billet se veut donc un guide pour aider les historiens et les férus d’histoire à tirer pleinement profit des fonctionnalités de Gallica.

Continuer la lecture de Gallica pour les historiens (Partie II. Quelques conseils pratiques)

Agnès Sandras

chargée de collections en histoire de France au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts

Gallica pour les historiens (Partie I. Quelques suggestions de parcours)

Gallica, la Bibliothèque numérique de la BnF, a (déjà!) 20 ans. Nombreux sont désormais  les historiens en herbe, les historiens en formation, les amateurs d’histoire(s), les professeurs d’histoire, les chercheurs en histoire, etc., qui fréquentent cette considérable bibliothèque et disent l’apprécier. Récemment, Gérard Noiriel racontait par exemple comment il a pu redonner vie au clown Chocolat grâce à Gallica, et ajoutait :

En consultant la version papier des journaux (ce que j’ai fait pendant plus de vingt ans pour mes recherches avant l’invention de Gallica), je n’aurais jamais pu trouver ces informations perdues dans l’océan des pages imprimées1.

Footit et Chocolat, artistes de cirque : documents iconographiques. Gallica, BnF.

En discutant avec les lecteurs, en présentant les ressources de Gallica dans différentes manifestations, les bibliothécaires de la BnF découvrent parfois que certains « gallicanautes » n’en connaissent pas toutes les fonctionnalités ô combien précieuses, et que tous les férus d’histoire ne se sont pas encore aventurés sur le continent Gallica. Nous vous proposons donc ici une session de rattrapage…

Continuer la lecture de Gallica pour les historiens (Partie I. Quelques suggestions de parcours)

  1. Voir Sophie Robert et Philippe Mezzasalma, « Quand Gérard Noiriel redonne vie à Chocolat ». Blog Gallica, novembre 2017. []

Agnès Sandras

chargée de collections en histoire de France au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts

La BnF au festival Historia (Strasbourg – 16 au 18 février 2018)

La Bibliothèque nationale de France (BnF) est présente au festival Historia qui se déroule au Palais des Congrès de Strasbourg du vendredi 16 février au dimanche  18 février inclus.

À cette occasion, la BnF vous propose des interventions et des focus.

Les interventions

Elles auront lieu dans l’espace Master Class du Hall Rhin (B11).

Samedi  17 février

10h45 – 11h15  :  À la découverte du passé à travers journaux et livres d’histoire : Retronews et le coffret “100 livres d’histoire à télécharger”, par Nicole Brossollet et Anne-Stéphane Ogerau, BnF- Partenariats

15h-15h30 :  Les collections de presse ancienne, par Agnès Sandras, chargée de collections en histoire de France, BnF

Dimanche 18 février

10h-10h30   :  Rechercher des costumes et des décors : autour des collections numériques dédiées aux spectacles, par Émilie Fissier, adjointe au chef du service Histoire, BnF

14h- 14h30  : L’histoire en images à travers les collections numériques, par Frédéric Manfrin, chef du service Histoire, BnF

Sarah Bernhardt : [photographie, tirage de démonstration] / [Atelier Nadar]. Gallica (BnF).
Les focus

Plusieurs focus seront proposés sur le stand de la BnF tout au long du festival (Hall Rhin, allée D).

Vendredi  16 février :

11h00 : focus sur les Expositions virtuelles de la BnF et le site Les Essentiels
14h30 : focus sur les Blogs L’Histoire à la BnF et L’Antiquité à la BnF
16h00 : focus sur le livre Palais Royal à la Table des Rois  publié aux éditions de la BnF

Samedi 17 février :

11h00 : focus sur le livre Palais Royal à la Table des Rois publié aux éditions de la BnF
15h30 : focus jeunes publics : Fabricabrac et Gallicadabra
17h00 : focus sur les Blogs L’Histoire à la BnF et L’Antiquité à la BnF

Dimanche 18 février :

11h00 : focus sur les Blogs L’Histoire à la BnF et L’Antiquité à la BnF
15h30 : focus jeunes publics : Fabricabrac et Gallicadabra
17h00 : focus sur le livre Palais Royal à la Table des Rois publié aux éditions de la BnF

 

 Nous vous attendons nombreux.ses !

Nouveau site du Comité d’histoire de la BnF pour les 650 ans de la bibliothèque

2018 est une année exceptionnelle pour la Bibliothèque nationale de France (BnF) puisqu’elle marque les 20 ans de l’ouverture de la bibliothèque de recherche (le Rez-de-jardin du site François-Mitterrand), inaugurée le 7 octobre 1998 et les 650 ans de la création de la Bibliothèque.

Pour célébrer ces anniversaires, la BnF a procédé à la rénovation de son Comité d’histoire, désormais doté d’un Conseil scientifique composé d’universitaires et lance un site Web dont l’adresse est : http://comitehistoire.bnf.fr/, qui permettra de faire mieux connaître ses travaux, de fédérer les recherches en cours et les ressources utiles à tous ceux qui s’intéressent à la longue histoire de la Bibliothèque royale, nationale, impériale, nationale de France…

Continuer la lecture de Nouveau site du Comité d’histoire de la BnF pour les 650 ans de la bibliothèque

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

La coutume, petite histoire d’une source de droit

Coupable faisant amende honorable “, Coutumes de Toulouse, Bibliothèque nationale de France, Département des manuscrits, Latin 9187, f. 34 r°. Gallica (BnF).

 

Si un auteur s’est intéressé à la coutume, c’est bien  Michel de Montaigne (1533-1592) … Elle est omniprésente dans les Essais où il l’aborde sous ses différents aspects. S’il déplore qu’elle restreigne singulièrement la liberté de l’homme, il estime son respect nécessaire à la vie en société. Le terme renvoie tantôt à des habitudes collectives, tantôt à des habitudes individuelles. Enfin, la coutume revêt une définition sous laquelle Montaigne, magistrat, la connaît bien … Il s’agit aussi d’actes publics et paisibles ayant acquis, par leur ancienneté et leur répétition – « Une fois n’est pas coutume ! », force de loi sur un territoire donné. L’ensemble de ces usages constitue le droit coutumier. C’est cette acception de la coutume qui nous intéresse ici1.

Continuer la lecture de La coutume, petite histoire d’une source de droit

  1. Guillaume Cazeaux, Montaigne et la coutume, Mimesis, coll. « Philosophie et société », 2015.
    Édition contemporaine des Essais : Michel de Montaigne, Les essais, éd. établie et présentée par Claude Pinganaud, [Paris], Arléa, 1992
    Édition des Essais sur Gallica : Essais de Michel seigneur de Montaigne. Cinquiesme edition, augmentée d’un troisiesme livre et de six cens additions aux deux premiers, À Paris, Chez Abel L’Angelier, 1588. []

Stéphanie Tonnerre-Seychelles

Chargée de collections en science politique et de valorisation en droit et science politique au département Droit, économie, politique.

More Posts