Archives par mot-clé : almanach

Almanach du chercheur associé – II. Jour de colloque !

La thèse que j’ai consacrée au républicain et chimiste François-Vincent Raspail (1794-1878)1 m’a permis de découvrir le rôle éducatif des almanachs dans la société du XIXe siècle. En effet, Raspail avait compris qu’avec ses almanachs politiques ou scientifiques, il pouvait émanciper le « peuple » grâce à l’instruction.

Lors de l’appel à chercheurs associés lancé par la BnF en 2018, j’ai proposé l’axe de recherche suivant : Par sa diffusion au moyen du colportage, l’almanach peut-il être vu comme un instrument majeur dans l’apprentissage des savoirs en France de la Restauration à la veille de la Première Guerre mondiale ? À la suite des travaux de Jacques Rancière, peut-on évaluer la fonction émancipatrice des almanachs dans la société française ? Mon projet a été retenu, et j’ai la chance de le développer depuis l’automne  dernier (voir les billets précédents).

Le 13 novembre 2018, le service Histoire du département Philosophie, histoire, sciences de l’homme de la BnF, organisait un colloque intitulé « Émanciper le peuple par le savoir ? (1860-1939). De l’histoire à l’actualité », dans le cadre d’un projet plus vaste sur l’éducation populaire en partenariat avec les Archives nationales et le PAJEP2, qui s’est tenu dans le Petit auditorium de la BnF. J’ai été ainsi invité à prendre part à une table ronde ayant pour titre « Les sources de l’histoire de l’éducation populaire », et j’ai pu présenter mes premières pistes de recherche concernant l’éducation populaire dans les almanachs au XIXe siècle !

S’il y a un mot à retenir pour caractériser les almanachs au XIXe siècle, c’est leur diversité : diversité des formats et des couleurs ; diversité des thématiques (politique, religieuse, scientifique, ludique, etc.) ; diversité des lectorats (hommes, femmes, enfants, professionnels, etc.) et surtout diversité de leurs rôles éducatifs puisqu’ils prétendent vulgariser des savoirs théoriques et appliqués, populariser des valeurs morales et spirituelles ou encore propager des idées politiques auprès des lecteurs.

Les photographies que vous pouvez voir dans le diaporama Émanciper le peuple par le savoir (cliquez sur le lien qui précède) illustrent cette mosaïque de couleurs, de thématiques et de fonctions caractérisant les almanachs ! L’exploration de la grande variété de ces périodiques annuels est en cours. Prochainement, je vous présenterai un almanach à la fois mystique et mystérieux…

Au-delà de mes recherches, je voudrais terminer ce billet en évoquant un point qui me paraît essentiel : ce colloque a été l’occasion de rencontrer des intervenants venant d’horizons très différents. Chercheurs confirmés, jeunes chercheurs et archivistes ont pu dialoguer autour de la thématique de l’éducation populaire. La BnF a dévoilé aussi au public à cette occasion quelques uns de ses trésors comme des films consacrés à l’éducation populaire  dans le cadre du Cinéma de midi  ! Des intervenants de différents pays (Espagne, France, Suisse) ont donné également une coloration internationale à cette journée ! Pour finir, je garderai en tête le souvenir d’un moment d’échanges destiné à tous : universitaires, enseignants, bibliothécaires, archivistes, professionnels de l’éducation populaire, étudiants, élèves, spectateurs en soif de savoirs étaient réunis dans une même salle !  Une vraie leçon d’université populaire ! Et vous ? Qu’attendez-vous pour écouter les conférences du Petit auditorium de la BnF   ?

 

Almanach astrologique, 1854. BnF, Département Philosophie, histoire, sciences de l’homme. Cote : 8-V-529.
Citer ce billet : Jonathan BARBIER, "Almanach du chercheur associé – II. Jour de colloque !," in L'Histoire à la BnF, 16/07/2019, https://histoirebnf.hypotheses.org/7767, [consulté le 16/07/2019].

 

  1. Voir Les républiques de François‐Vincent Raspail : entre mythes et réalité, thèse soutenue par  par Jonathan Barbier sous la direction de Natalie Petiteau – Avignon, 2016. []
  2. Ce projet, désormais élargi à d’autres institutions, en est à sa seconde phase : voir ici. []

Almanach d’un chercheur associé – I. Premier jour…

 

Tour des Temps (T1), Bibliothèque nationale de France. Site François Mitterrand (Dominique Perrault)

26 octobre 2018 : premier jour à la BnF


La date du 26 octobre 2018 correspond à mon premier jour de travail à la BnF. Ma référente vient à ma rencontre dans la Tour des Temps, puis me fait visiter les « coulisses » de la BnF, c’est-à-dire tout ce qui n’est pas accessible au public. J’ai l’impression d’entrer dans le cœur d’une gigantesque machine. Première surprise, tout est informatisé ! Pour pousser la moindre porte, il faut avoir un badge magnétique à son nom. Vient ensuite la découverte des longs couloirs blancs ponctués de repères colorés pour identifier chacune des quatre tours. On passe alors devant le service postal, les bureaux du dépôt légal et surtout on lève la tête pour voir ces étranges nacelles bleues qui acheminent des livres d’un bout à l’autre de la bibliothèque, le long d’un rail métallique. Si tu ne viens pas au livre, le livre vient à toi à la BnF ! Dans ce vaisseau métallique, je prends mes marques dans le département Philosophie, histoire, sciences de l’Homme.

 

 

Le chef du service Histoire m’accueille et me montre, pour la première fois, la collection d’almanachs de la BnF. Dans les magasins, j’ai la sensation de me trouver face à un continent de papier inconnu. Je comprends que je vais devoir explorer un îlot de cet immense territoire. Mon terrain d’enquête initial sera le fonds « Almanachs » 8-V-529 (à prononcer octavo U 529). Il contient plus de 600 références d’almanachs datant de la période contemporaine. Un tel volume me donnera un bon aperçu de la diversité de ces imprimés. Pour me repérer dans tous ces exemplaires, il faut utiliser les fiches cartonnées des différentes cotes des documents, rangées dans un tiroir en bois, de ces vieux meubles qui apparaissent aujourd’hui obsolètes avec la généralisation des moteurs de recherche sur Internet, mais offrent en réalité toujours de magnifiques trouvailles pour le chercheur !

 

 

Mon premier travail consistera donc à transcrire les informations de ces fiches cartonnées dans un fichier Excel. Ce document informatique me servira de base pour analyser la pluralité des langues, éditeurs, auteurs, dates, titres de ces almanachs. Par ailleurs, il pourra être un outil pour les bibliothécaires dans la mesure où il harmonisera les données des fiches avec celles qui ont été entrées dans le catalogue général de la BnF. L’exploration des almanachs de la BnF peut alors commencer ! 

Publicité pour les almanachs de 1852 édités par l’imprimerie Aubert. Le Journal pour rire, 7 novembre 1851.

ASTUCE !
Retrouvez l’intégralité de mes billets sur le carnet grâce au mot-clé « Almanach d’un chercheur associé »

Citer ce billet : Jonathan BARBIER, "Almanach d’un chercheur associé – I. Premier jour…," in L'Histoire à la BnF, 03/05/2019, https://histoirebnf.hypotheses.org/7284, [consulté le 16/07/2019].

Almanach d’un chercheur associé – Présentation

Un petit mot de présentation


Chercheur associé à la Bibliothèque nationale de France (BnF) ? Que peut bien signifier ce statut ?

Depuis que je suis chercheur associé à la BnF, j’ai été confronté à de nombreuses reprises à ces interrogations venant de proches et d’amis. Ce journal de bord se veut une réponse à tous ces questionnements. Il a pour objectif de faire comprendre au grand public les échanges qui existent entre cette bibliothèque et le monde universitaire. Il ne vise pas à définir le travail du chercheur associé d’une manière générale et théorique mais rend compte de l’expérience singulière, empirique et subjective d’un chercheur associé parmi d’autres.

Cham, Almanach comique. Paris : Lith. Ch Fernique , 1866. [Affiche]. Médiathèque de Chaumont

Depuis mes années de Master, j’ai toujours été fasciné par la BnF. D’où vient cette attirance ? Un goût prononcé pour l’atmosphère des bibliothèques ? Un plaisir à consulter des sources ou à visiter les expositions temporaires dans ce lieu dédié à la connaissance ? Une envie « provinciale » de découvrir l’effervescence culturelle parisienne ? Un logo percutant qui tape dans l’œil d’un jeune historien ? C’est sans doute un peu tout cela qui m’a conduit à vouloir explorer cette année les coulisses de la Bibliothèque nationale de France. Après un doctorat en histoire contemporaine, il m’a semblé opportun de vivre cette aventure unique ! Ayant manipulé, dans le cadre de ma thèse ces curieux imprimés que sont les almanachs, il m’a paru naturel de répondre à l’appel à chercheurs de la BnF 2018-2019 qui proposait, notamment, un sujet de recherche consacré à l’éducation du « peuple » dans les almanachs du XIXe siècle. J’ai alors été accueilli en octobre dernier par l’équipe du département Philosophie, histoire, sciences de l’Homme (PHS), installé sur le site de Tolbiac (ceci fera l’objet d’une prochaine chronique !).

Je vous proposerai donc au fil de mes futurs billets une plongée dans l’univers pédagogique, drôle et coloré de ces petits livrets. Humeur du jour, focus sur un document d’archives, moments vécus…Voici en quelque sorte le programme de ce “blog” ou plutôt, si je puis dire, de cet almanach d’un chercheur associé !


BONNE LECTURE !


ASTUCE !
Retrouvez l’intégralité de mes billets sur le carnet grâce au mot-clé “Almanach d’un chercheur associé”

Citer ce billet : Jonathan BARBIER, "Almanach d’un chercheur associé – Présentation," in L'Histoire à la BnF, 08/04/2019, https://histoirebnf.hypotheses.org/7279, [consulté le 16/07/2019].