Archives par mot-clé : blanchisseuses

C’est du propre ! – Partie 3 : le blanchissage domestique

À l’occasion de la 24e édition des Rendez-vous de l’histoire à Blois en octobre 2021, qui étaient consacrés au thème « Le travail », ce billet propose de revenir sur le blanchissage domestique, en complément des deux billets déjà parus sur la blanchisseuse professionnelle et sur la blanchisserie industrielle.

Pal, Lessiveuse française… Viville, 1897. Gallica (BnF).

L’entretien du linge est influencé par les disponibilités économiques et technologiques et par l’état des mentalités. Pour laver le linge, il faut de l’eau chaude propre, du détergent et un outillage plus ou moins perfectionné. Il a fallu aux ménagères – car la tâche était généralement féminine – des trésors d’inventivité, de courage et de persévérance pour venir à bout de la saleté qui entachait le linge. Des sociétés rurales préindustrielles à nos populations urbaines actuelles, nous sommes passés du battoir à linge à la boule à lessive. Voyons comment. Continuer la lecture de C’est du propre ! – Partie 3 : le blanchissage domestique

Luc Menapace

Chargé de collections en biologie et paléontologie au département Sciences et techniques

More Posts

C’est du propre ! – Partie 2 : La blanchisserie industrielle

À l’occasion de la 24e édition des Rendez-vous de l’histoire à Blois en octobre 2021, qui étaient consacrés au thème « Le travail », deux billets proposent de revenir sur la blanchisserie professionnelle, de la figure de la blanchisseuse à la grande industrie qui se met en place à la fin du XIXe siècle. Ce deuxième billet traite de la blanchisserie industrielle et des risques de la profession, après un premier billet sur la blanchisseuse de métier.

Aux côtés de la blanchisseuse à la pièce, du cadre artisanal de la boutique de blanchisserie ou des buanderies plus importantes installées en région parisienne, qui reste présents tout au long du XIXe siècle et début du XXe siècle, un nouveau type d’établissement voit le jour à la fin du XIXe siècle : la blanchisserie industrielle. Ce changement d’échelle répond à une demande accrue. Continuer la lecture de C’est du propre ! – Partie 2 : La blanchisserie industrielle

Chloé Cottour

Chargée de collections en sciences de l'ingénieur au département Sciences et Techniques

More Posts

C’est du propre ! – Partie 1 : La blanchisseuse professionnelle

À l’occasion de la 24e édition des Rendez-vous de l’histoire à Blois en octobre 2021, qui étaient consacrés au thème « Le travail », deux billets proposent de revenir sur la blanchisserie professionnelle, de la figure de la blanchisseuse à la grande industrie qui se met en place à la fin du XIXe siècle. Dans ce premier billet sont abordés la blanchisseuse à la pièce, le cadre artisanal de la boutique et les buanderies de la région parisienne.

Le terme « blanchissage » englobe toutes les étapes de traitement du linge sale (coulage ou trempage, lessivage ou savonnage, essorage, séchage et repassage ainsi que des traitements d’apprêt tels que l’amidonnage ou le passage au bleu autrement nommé azurage). Il se distingue du blanchiment qui désigne l’ensemble des procédés de traitement des textiles neufs, tout en lui empruntant certaines machines et composés chimiques. La blanchisserie désigne les étapes du traitement du linge sale mais aussi parfois le lieu où s’effectuent une partie d’entre elles. Continuer la lecture de C’est du propre ! – Partie 1 : La blanchisseuse professionnelle

Chloé Cottour

Chargée de collections en sciences de l'ingénieur au département Sciences et Techniques

More Posts

Vapeurs, efforts et mutations : représenter le labeur à l’ère industrielle 2/2

Théophile Alexandre Steinlen, La bonne année, Paris, 1893, département des Estampes et de la Photographie, Gallica (BnF).

À l’occasion de la 24e édition des Rendez-vous de l’histoire à Blois en octobre 2021, qui étaient consacrés au thème « Le travail », ce billet propose de revenir sur les représentations littéraires et visuelles du travail au XIXe siècle, en France et en Angleterre. Il fait suite à un précédent billet d’Isabelle Le Pape, consacré à la représentation des villes industrielles

En France, des commandes publiques favorisent l’émergence d’une peinture de grand format ou de décors dont les personnages sont des meuleurs, des parquetteurs, des mineurs, des travailleurs du bois ou des forgerons. Mais la promotion républicaine du travail sert souvent la glorification de l’industrie et l’exaltation de la cohésion de l’ordre social et de l’effort collectif pour le bien commun. Continuer la lecture de Vapeurs, efforts et mutations : représenter le labeur à l’ère industrielle 2/2

Isabelle Le Pape

Isabelle Le Pape, cheffe du service Art, département Littérature et Art - Bibliothèque nationale de France

More Posts