Archives par mot-clé : caricature

Faites parler les images ! qui est cet étrange personnage ?

Dans la lithographie ci-dessous, un immense personnage semble déchaîner les quolibets : saurez-vous l’identifier ? La légende est la suivante : « Oh ! c’te tête ! Ah ! la chianlili ! ah ! la chianli ! »

Premier indice : non, vous ne rêvez pas, le personnage est masqué !  Mais il ne s’agit pas d’un masque de protection contre la grippe ou le choléra (voir « Isolement et port du masque : la pédagogie de la caricature »  sur ce carnet de recherches) …

 

Deuxième indice : la marchande représentée dans l’estampe ci-dessous vend  des fruits. Cela vous devrait vous mettre sur la piste …

Troisième indice : et si vous relisiez L’Éducation sentimentale ? Flaubert y  évoque ce personnage caricaturé « en pâtissier, en saltimbanque, en chien, en sangsue » …

=> Vous pouvez feuilleter ci-dessous les premières pages du manuscrit de L’Éducation sentimentale grâce aux flèches …

 

 

L’ambivalente réception de La Case de l’oncle Tom en France : pleurer ou persifler ? (Partie III. La question de l’image.)

On sait toute l’Oncle-Tomanie qui s’est emparée de l’Angleterre et de la France ; le roman de Mme STOWE, écrit dans sa cuisine entre l’enfant auquel elle donnait à téter et le rôt qui se dorait au feu, s’est trouvé un chef-d’œuvre : on l’a dépecé par quartier, on l’a mis à toutes les sauces ; on en a fait des drames, des vaudevilles, des romances, des tableaux ; le bœuf gras s’est appelé l’Oncle Tom. Enfin : Aimez-vous l’Oncle Tom ? On en a mis partout1.

Cette critique aujourd’hui surprenante de La Case de l’Oncle Tom reflète parfaitement la situation en 1853. Nous avons vu dans les deux billets précédents que le roman de l’Américaine Harriett Beecher Stowe connaît immédiatement en France plusieurs traductions, conquiert les rez-de-chaussées des journaux nationaux et provinciaux, et est adapté sous des formes différentes au théâtre. La presse satirique est agacée non pas tant par le contenu de l’œuvre que par la démesure de son succès. La « réception de la réception » (voir billet 1) est toujours précieuse pour appréhender les phénomènes de mode ou de rejet, et affiner les informations livrées par la presse généraliste. Avec ses textes parodiques, ses fausses nouvelles (voir billet 2), ses caricatures, la presse satirique expose au grand jour les contradictions de l’opinion, et sous prétexte de rire ou d’ironiser révèle les non-dits. Rappelons que La Case de l’Oncle Tom constitue alors un brûlot à destination des adultes – et non pas des enfants – car il s’attaque à l’esclavagisme aux États-Unis. Longtemps considéré comme l’ouvrage qui aurait déclenché la guerre de Sécession et abouti à la suppression de l’esclavage américain2, La Case de l’Oncle Tom est dénoncé parfois aujourd’hui comme une fabrique de stéréotypes sur les Noirs. Le personnage de l’Oncle Tom est particulièrement décrié : on lui reproche sa résignation et sa propension à excuser ses “maîtres3”. Or ces stéréotypes ont été repérés dès les origines par la presse satirique française. Les a-t-elle dénoncés ou les a-t-elle au contraire cultivés ? Nous allons voir que pour tenter de répondre à cette question, il est plus que jamais indispensable – mais compliqué – de nous replonger dans les années 1850, pour ne pas juger à l’aune des stéréotypes actuels, sans pour autant sous-estimer ceux du XIXe siècle …

Continuer la lecture de L’ambivalente réception de La Case de l’oncle Tom en France : pleurer ou persifler ? (Partie III. La question de l’image.)

  1. Francis Linossier, « Causeries« , L’Argus et le Vert-vert réunis, 13 mars 1853. []
  2. On trouve dans les ouvrages les plus sérieux une citation pourtant apocryphe du président américain Abraham Lincoln qui aurait dit à Harriette Stowe en 1862 : ‘”So you’re the little woman who wrote the book that made this great war!' ». Voir Daniel R. Vollaro, “Lincoln, Stowe, and the « Little Woman/Great War » Story: The Making, and Breaking, of a Great American Anecdote”, Journal of the Abraham Lincoln Association, Volume 30, Issue 1, Winter 2009, pp. 18-34. []
  3. Voir entre autres Levy, David W. “Racial Stereotypes in Antislavery Fiction.” Phylon, vol. 31, no. 3, 1970, pp. 265–279. JSTOR, www.jstor.org/stable/274302 et David Pilgrim,  “The Tom Caricature”, Jim Crow Museum of Racist Memorabilia, 2012. David Pilgrilm identifie deux interprétations différentes de Tom dans les adaptations théâtrales et cinématographiques qui ont rendu le personnage de Tom impopulaire : le Tom trop servile et heureux de son sort ; le Tom calculateur qui espère tirer bénéfice de son asservissement au détriment des autres esclaves. []

Agnès Sandras

chargée de collections en histoire de France au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts

L’ambivalente réception de La Case de l’oncle Tom en France : pleurer ou persifler ? (Partie II. Un message anti-esclavagiste plus ou moins apprécié)

Dans le précédent billet (à lire ici), nous avons vu comment et combien le succès éditorial de La Case de l’oncle Tom avait été orchestré. Le roman à la mode arrive en France, via l’Angleterre, avec  une injonction aux larmes et à l’émotion. Sa publication sous forme de feuilletons ou d’ouvrages est suivie de près par les adaptations théâtrales. Aux traductions variées s’ajoutent donc des mises en scène différentes, se partageant larmes et rires. Ce sont autant d’occasions pour les critiques et les humoristes d’évoquer La Case de l’oncle Tom. Au cœur des sourires et attendrissements, mais aussi d’agacements très marqués, se logent deux questions rarement évoquées de façon frontale : que penser de ce roman présenté comme un manifeste anti-abolitionniste ? De quelle façon les Noirs y sont-ils représentés (voir billet suivant) ? Ces deux interrogations sont d’une actualité forte dans la France de 1853 : l’esclavage y a été aboli récemment (1848) ; l’empereur Napoléon III songe à étendre les colonies françaises …

Continuer la lecture de L’ambivalente réception de La Case de l’oncle Tom en France : pleurer ou persifler ? (Partie II. Un message anti-esclavagiste plus ou moins apprécié)

Agnès Sandras

chargée de collections en histoire de France au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts

L’ambivalente réception de La Case de l’oncle Tom en France : pleurer ou persifler ? (Partie I. Un succès éditorial orchestré)

Les premières traductions de La Case de l’oncle Tom sont publiées fin 1852 en France. Les dimensions hors normes du succès de cet ouvrage ont été magistralement étudiées par Claire Parfait1, qui a montré comment et pourquoi le lectorat français adulte se prend pour la première fois de passion pour un roman anglophone en provenance des États-Unis. L’objet de ce billet et des deux suivants est d’étudier ce qu’on pourrait nommer la réception de la réception. De 1840 à 1900, tout succès littéraire est en effet décortiqué par la presse satirique. Les travers en sont grossis par la parodie, des textes humoristiques et des caricatures, et l’auteur est parfois livré à la curiosité du public par la charge2. Comment la presse satirique – formidable caisse de résonance et véritable laboratoire de réflexion sur les champs littéraires et les gens de lettres – a-t-elle observé et disséqué le succès du roman d’Henriette Beecher Stowe ? Deux dimensions sont particulièrement intéressantes et délicates à traiter tant il faut les contextualiser sous peine d’en faire des analyses erronées et/ou anachroniques : la réception d’un ouvrage réputé pour son message anti-esclavagiste (ce sera l’objet du deuxième billet) et la représentation des héros noirs de l’ouvrage (objet du troisième et dernier billet).

Continuer la lecture de L’ambivalente réception de La Case de l’oncle Tom en France : pleurer ou persifler ? (Partie I. Un succès éditorial orchestré)

  1. Claire Parfait, « Un succès américain en France : La Case de l’Oncle Tom », E-rea, 2010 [version remaniée d’une communication prononcée à la Bibliothèque nationale de France le 16 mai 2006, dans le cadre des ateliers du livre (« Du succès au palmarès : évolution de la notion de best-seller »)], et The Publishing History of Uncle Tom’s Cabin, 1852-2002, Ashgate, 2007. []
  2. Voir Agnès Sandras,  » ‘La purée de littérature moderne’ : les genres du roman chahutés par la presse satirique« , Colloque « Les genres du roman au XIXe siècle« , Villetaneuse, 2016. []

Agnès Sandras

chargée de collections en histoire de France au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts

Une « industrie fort connue » : le couronnement des rosières (Partie IV – charivaris autour des rosiers de Nanterre et d’ailleurs)

(Ce billet vient clore une série de 4 sur les Rosières : retrouvez ici le billet 1, billet 2, billet 3, et à lire ci-dessous le billet 4.)

Nous avons vu dans le billet précédent que les couronnements de rosières se multiplient au XIXe siècle. Si celui de Salency  avait séduit les aristocrates en quête de fêtes naïves et champêtres au XVIIIe siècle, ceux du XIXe siècle drainent les foules en région parisienne grâce aux  chemins de fer. Parmi les nombreuses personnes de l’assistance, il faut compter les habitants des localités concernées qui viennent pour des raisons religieuses et/ou festives. Le cérémonial – avec ses déplacements, généralement du domicile de la rosière à l’église puis de l’église à la mairie, ses discours, ses danses, jeux et repas – contribue au sentiment d’appartenance à une communauté, et prend parfois plus d’importance que les fêtes patronales.  Annoncés à grand renfort d’affiches et dans la presse, parfois cités par les guides touristiques, les couronnements de rosières attirent toutes sortes de curieux. Certains d’entre eux, peu convaincus du bien-fondé d’une fête couronnant la chasteté (voir billet précédent), racontent ce qu’ils ont vu de manière ethnographique, journalistique, voire satirique. Par sa proximité avec Paris et son ampleur, la fête de Nanterre fait particulièrement les frais de l’obsession humoristique pour les rosières. Enfin, la parodie appelant le travestissement charivarique, l’idée de couronner un rosier (comme on rit des pompières…) éclot rapidement au théâtre, dans les chansons et les fêtes, et bientôt en littérature …

La Vie Parisienne, 22 avril 1911. Gallica (BnF).

Continuer la lecture de Une « industrie fort connue » : le couronnement des rosières (Partie IV – charivaris autour des rosiers de Nanterre et d’ailleurs)

Agnès Sandras

chargée de collections en histoire de France au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts

Carjat et Nadar : quand la caricature était plus fidèle que la photographie…?

   L’amateur de presse ancienne et d’images déformées peut actuellement admirer le Panthéon-Nadar, dans deux expositions différentes :  « Les Nadar, une légende photographique » proposée à la BnF1, et « Caricatures : Hugo à la Une »2 dans la maison du maître située place des Vosges. Continuer la lecture de Carjat et Nadar : quand la caricature était plus fidèle que la photographie…?

  1. Voir aussi sous la direction de Sylvie Aubenas et d’Anne Lacoste, Les Nadar, une légende photographique. Paris, Éditions de la BnF, 2018. []
  2. Voir sous la direction de Vincent Gille, Caricatures : Hugo à la Une. Paris, Paris-Musées, 2018. []

Les images ont parlé ! « le Pensionnat Bourbon » (1882)

Dans un précédent billet (que vous pouvez (re)lire ici), le Blog Histoire vous a présenté une série de 9 vignettes, issue de La Petite République, qui avait provoqué un beau tollé  en 1882. En effet, l’Assemblée nationale y était présentée comme une bande d’élèves indisciplinés et irrespectueux. Leur « professeur », Gambetta, ne rétablissait le calme qu’en prononçant la dissolution de la Chambre. L’auteur des vignettes, le caricaturiste Pépin, était soupçonné de maladresse, voire de participer à une orchestration politique. Certains journaux insinuaient en effet que La Petite République, dont l’un des actionnaires majoritaires était Gambetta en personne, ne pouvait avoir publié ces dessins que par goût du césarisme… Continuer la lecture de Les images ont parlé ! « le Pensionnat Bourbon » (1882)

Faites parler les images ! « le Pensionnat Bourbon » (1882)

Le thème des Rendez-vous de l’histoire de Blois 2018 sera la puissance des images. Et si on s’entraînait un peu ?!

Il est fréquent dans la presse du XIXe siècle de relayer, commenter, voire de « sous-titrer »  de manière sarcastique les images publiées par d’autres supports. Le carnet de recherches L’Histoire à la BnF vous propose de découvrir aujourd’hui cet usage à travers une série de 9 vignettes, « Le pensionnat Bourbon », publiée le 5 février 1882 dans le supplément de La Petite République.

Continuer la lecture de Faites parler les images ! « le Pensionnat Bourbon » (1882)

JEU – Faites parler les images !

Afin de prolonger les Rendez-vous de l’histoire de Blois (10-14 octobre 2018) dont le thème était « LA PUISSANCE DES IMAGES », le carnet L’Histoire à la BnF vous invite à un petit jeu autour des images dans les collections de la BnF : caricatures, album de propagande, illustrations en tout genre, il y en aura pour tous les goûts !

***FAITES PARLER LES IMAGES !***

En une série de billets énigmes, entraînez-vous à identifier des personnages caricaturés ou à retrouver des images qui ont créé le « buzz » au XIXe siècle…

Pour ce faire, vous devrez mener des explorations dans Gallica, la bibliothèque numérique de la BnF !

Continuer la lecture de JEU – Faites parler les images !

Un impôt sur les chiens ? ce que nous dit la satire (partie I)

Imagerie d’Epinal. N° 345, Une histoire de chien : [estampe] / P. D. Pellerin & Cie, imp.-édit. [Epinal, 1896]. Gallica (BnF).
 

Un impôt sur les chiens ? Il a bel et bien existé en France entre 1855 et 1971, comme le soulignent nombre d’articles sur internet qui s’amusent ou s’indignent de cette ancienne fiscalité.

On s’intéressera ici non pas au point de vue du contribuable lassé par les nouvelles taxes au XIXe siècle (impôt sur les portes et fenêtres en 17981 ; etc.) mais à ce qui détermine la mise en place de cet impôt, et à la manière dont il est accueilli par la population. En effet, la taxe canine vue au travers de la presse satirique permet de mieux appréhender la relation des Français à leurs animaux domestiques en ce milieu de XIXe siècle. Continuer la lecture de Un impôt sur les chiens ? ce que nous dit la satire (partie I)

  1. Clément Coste, « Penser l’impôt au XIXe siècle. Controverses fiscales et contributions saint-simoniennes dans la France des années 1830 », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 124 | 2014. []

Agnès Sandras

chargée de collections en histoire de France au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts