Archives par mot-clé : Grippe « espagnole »

Vaincre les épidémies entre 1900 et 1929 : isolement, masques, sérums ou vaccins – Partie II. Masque ou voilette ?

En 1918, le corps médical préconise le port du masque ou de la voilette contre la grippe espagnole. Une telle incitation était-elle naïve ou simplement maladroite ? Dans l’imaginaire collectif, le masque comme la voilette renvoyaient en effet aux fantasmes les plus variés. De surcroît, le traumatisme des masques à gaz était très présent. Cette communication ratée a peut-être  contribué à détourner les Français(e)s de ce moyen de protection contre la grippe de 1918 à 1929 … voire plus tard !

Dans le précédent billet, j’ai évoqué les mesures prophylactiques prônées par les scientifiques contre la grippe espagnole en 1918-1919 en attendant des traitements efficaces et/ou sérums et vaccins. Isolement et masques faisaient partie des préconisations. Plusieurs photographies datant de cette période ont circulé récemment sur Internet à la faveur de la pandémie de Covid-19 : elles montrent des gens portant des masques dans l’espace public, et peuvent donner à croire que de nombreuses nations ont usé de ces protections en 1918-1919. Mais en réalité, le masque a été imposé et porté dans peu de pays (et de surcroît seulement dans quelques zones de ces États) à cette période. En France, en 1918-1919, le masque  a pu séduire une partie du corps médical, étonner et faire rire le grand public grâce à une tentative de pédagogie des caricaturistes, mais il n’a pas été obligatoire en dehors de l’univers hospitalier.

« Infirmier portant le masque en gaze contre la grippe », La Nature : Revue des sciences et de leurs applications, 1918. Base Medica : https://www.biusante.parisdescartes.fr/histmed/image?04565 Open licence.

Continuer la lecture de Vaincre les épidémies entre 1900 et 1929 : isolement, masques, sérums ou vaccins – Partie II. Masque ou voilette ?

Agnès Sandras

chargée de collections en histoire de France au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts

Vaincre les épidémies entre 1900 et 1929 : isolement, masques, sérums ou vaccins – Partie III. Le fiasco du masque (et de la voilette !)

Dans le précédent billet, nous avons vu que lors de la pandémie de grippe de 1918-1919 les médecins ont proposé le port d’un masque ou d’une voilette aseptique pour se prémunir de la contagion. Présentée avec maladresse, cette préconisation est d’autant moins acceptée que masques et voilettes renvoient à un imaginaire complexe et genré, comme nous allons le découvrir dans ce billet.

« Les conseils du docteur« , Le Régiment, 26 mars 1919. Gallica (BnF).

Continuer la lecture de Vaincre les épidémies entre 1900 et 1929 : isolement, masques, sérums ou vaccins – Partie III. Le fiasco du masque (et de la voilette !)

Agnès Sandras

chargée de collections en histoire de France au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts

Vaincre les épidémies entre 1900 et 1929 : isolement, masques, sérums ou vaccins – Partie I. Mesures prises ou à prendre ?

Lucien Laforge, « La grippe espagnole« , Le Populaire, 19 juillet 1918. Gallica (BnF).

Dans ce billet, vous découvrirez les mesures prophylactiques contre la grippe proposées par les médecins en 1918 et la manière dont les autorités publiques, absorbées par la fin du conflit, tentèrent de les appliquer. La presse joua alors un rôle complexe, entre pédagogie, soutien et contestation. L’exemple des théâtres et cinémas est très parlant … Continuer la lecture de Vaincre les épidémies entre 1900 et 1929 : isolement, masques, sérums ou vaccins – Partie I. Mesures prises ou à prendre ?

Agnès Sandras

chargée de collections en histoire de France au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts

L’humour face aux épidémies – Partie III. Au plus fort de la pandémie de grippe (1918-1919)

H. Armengol, « Naïveté« , Le Pêle-Mêle, 16 février 1919.

 

Dans le précédent billet, nous avons vu comment la grippe de 1918-1919 suscite tout d’abord dans une partie de la presse française des réactions de bravade ou d’incrédulité quant à sa gravité possible. Les premiers sourires, rires et chansons, cristallisent autour du nom donné à cette grippe, qui de « grippe des tranchées » devient rapidement une « grippe espagnole », et autour d’un traitement prophylactique et curatif parfois préconisé, consistant en grogs à base de rhum (voir billet précédent). Devant l’ampleur de la pandémie, l’humour s’éteint vite dans la presse généraliste, laquelle peut difficilement concilier des pages d’information sur la maladie et des blagues sur le même thème. L’heure n’est plus au rire. Si un journaliste du Figaro sourit encore devant une chanson qui voit Yvonne Printemps se transformer en « danseuse espagnole pour narguer la grippe1 », un de ses confrères du Gaulois s’indigne fin octobre 1918 : « Je voudrais aussi que certain couplet un peu macabre, ou plutôt charge d’atelier, sur la grippe espagnole et les maladies, fût coupé, car il est vraiment de trop douloureuse actualité2… » En revanche, la presse satirique continue à sourire, non pas de la grippe en elle-même et de ses ravages, mais des sujets qui lui sont associés : le thème des grogs perdure ; les masques étonnent ; les plus riches feignent d’être malades pour être dorlotés ou ont des comportements suprenants … Continuer la lecture de L’humour face aux épidémies – Partie III. Au plus fort de la pandémie de grippe (1918-1919)

  1. Régis Gignoux, « Les Premières – Théâtre du Vaudeville », Le Figaro, 2 novembre 1918. []
  2. Louis Schneider, « LES PREMIERES – Vaudeville. La Revue de Paris, revue en quatre actes, de MM. Sacha Guitry et Albert Willemetz« , Le Gaulois, 31 octobre 1918. Les revues de fin d’année racontaient les événements écoulés des derniers mois. « La grippe espagnole » était chantée dans ce spectacle par Yvonne Printemps : voir le programme de cette revue ici. []

Agnès Sandras

chargée de collections en histoire de France au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts

L’humour face aux épidémies – Partie II. Rire au moment où se conjuguent la Grande Guerre et la grippe dite espagnole (1918)

La pandémie de grippe de 1918 et 1919 aurait fait entre 28 et 50 millions de morts dans le monde, dont 240 000 en France1. Pour autant, il y eut au début de cette pandémie des chansons et des caricatures. Inconscience ? Mauvais goût ? Peut-être, mais plus sûrement tentatives de résistance et résilience face à l’indicible. Voyons comment la presse satirique, et plus largement la presse, a essayé de sourire ou de rire de la grippe pour mettre la peur à distance, dans une période particulièrement difficile puisque la pandémie a coïncidé avec la fin de la Première Guerre mondiale. Au traumatisme des combats s’est donc superposé celui d’une pandémie, ennemi moins visible et identifiable, mais dont les dégâts s’opèrent de toutes parts, y compris à l’arrière.
Je propose donc ici, comme dans le billet précédent, une évocation des thèmes les plus saillants – du moins ceux que la censure a acceptés en 1918 … 2 – et/ou ayant une résonance particulière aujourd’hui. Face à l’ampleur de la pandémie de la « Grande Grippe3 », le rire a rapidement décru, comme le montrera un prochain billet.

Continuer la lecture de L’humour face aux épidémies – Partie II. Rire au moment où se conjuguent la Grande Guerre et la grippe dite espagnole (1918)

  1. Voir « Retour sur la grippe espagnole : ‘On pensait en avoir fini avec les grandes épidémies. Et patatras, 240 000 morts’ « , propos de Freddy Vinet recueillis par Florent Georgesco, Le Monde, 18 mars 2020. Freddy Vinet est l’auteur de La Grande Grippe. 1918. La pire épidémie du siècle, Paris, Vendémiaire, 2018. []
  2. Philippe Louis-Joseph Dugué dans  » La grippe espagnole, une pandémie embusquée ? » (Papiers Nickelés, La Revue de l’image populaire, septembre 2019) attribue en partie à la censure le peu d’images sur la grippe qu’il a rencontrées dans La Baïonnette, Le Canard enchaîné, Excelsior, Fantasio, L’Illustration, Le Journal, Le Rire rouge, Le supplément illustré du Petit Journal. []
  3. Freddy Vinet, op. cit. []

Agnès Sandras

chargée de collections en histoire de France au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts