Archives par mot-clé : histoire contemporaine

Trois contributions à l’archéologie du camp de Drancy [Conférence du mercredi 11 avril, à 18h30]

Camp de Drancy, cliché issu des fonds de l’ Allgemeiner Deutscher Nachrichtendienst – Zentralbild (Bild 183) Bundesarchiv, Bild 183-B10919 / Wisch / CC-BY-SA 3.0

 

Le mercredi 11 avril M. Benoît Pouvreau, chercheur au Service du patrimoine culturel, Conseil départemental de la Seine-Saint-Denis donnera une conférence intitulée « Trois contributions à l’archéologie du camp de Drancy ».

Pour les informations pratiques (lieu, horaires), voir ici.

Découvrez comment l’Histoire s’élabore au fil des fouilles, de l’étude des objets ou des textes à travers la rencontre avec ceux qui l’enrichissent chaque jour par leurs recherches. Ce nouveau rendez-vous est consacré à l’actualité de la recherche archéologique de la Guerre.

Estampe à l’eau-forte de Georges Horan-Koiransky en couverture de Le Camp de Drancy (seuil de l’enfer juif) de G. Horan-Koiransky, 1947 (Archives départementales de la Seine-Saint-Denis)


Le classement au titre des Monuments historiques (2001) puis la première restauration engagée ont beaucoup renforcé le temps dédié à la cité de la Muette, théâtre du camp de Drancy entre 1941 et 1944. En 2009, un important corpus de graffiti d’internés fut mis au jour. Sa valorisation fut en partie articulée à un projet plus vaste de mise en réseau des lieux d’histoire de la Déportation du département. La médiation de celui-ci permis une redécouverte : l’œuvre d’un interné connu par quelques estampes constituant, en fait, un ensemble cohérent et majeur. Dessinateur mais aussi écrivain, Georges Horan-Koiransky fut, enfin, un témoin clé documentant d’une façon unique le lieu de départ des convois de déportation en gare du Bourget-Drancy, ultime sujet de recherches autour de ce site primordial de la persécution des Juifs de France.

Bibliographie

  • Curdy M., « L’étude préalable et la conservation – restauration des graffiti des internés au camp de Drancy », CeROArt, revue électronique[En ligne], EGG 2 | 2012, mis en ligne le 19 juin 2012 : http://ceroart.revues.org/2598
  • Fichet de Clairfontaine F., « Pour fouiller les camps d’enfermement de la seconde guerre mondiale ? », Les nouvelles de l’archéologie [En ligne], 143 | 2016, mis en ligne le 12 mai 2016 : http://journals.openedition.org/nda/3410
  • Horan-Koiransky G., Le camp de Drancy, seuil de l’enfer juif : dessins et estampes, 1942-1947, [Ivry-sur-Seine] : Créaphis éditions, 2017. BnF Tolbiac – Magasin inv.  2017-298757
  • Pouvreau B. (dir.), Curdy M., Peschanski D. & Zimmer T. Les graffiti du camp de Drancy. Des noms sur des murs. Gand, [Bobigny], éditions Snoeck, CG93, 2014. BnF Tolbiac – Magasin inv. 2016-257833
  • Pouvreau B., « La stratigraphie complexe du camp de Drancy », Les nouvelles de l’archéologie [En ligne], 137 | 2014, mis en ligne le 01 janvier 2016: http://journals.openedition.org/nda/2604
  • Sarcey P.,  Endewelt R., Razynscki A., « Cité de la Muette – Des archives audiovisuelles pour l’histoire du camp de Drancy et de la résistance juive », Conférence en ligne du 29 janvier 2015 à la BnF
  • Wieviorka A., Laffitte M. À l’intérieur du camp de Drancy. Paris, Perrin, 2012. BnF Tolbiac – Magasin inv.   2012-106616

Nouveau site du Comité d’histoire de la BnF pour les 650 ans de la bibliothèque

2018 est une année exceptionnelle pour la Bibliothèque nationale de France (BnF) puisqu’elle marque les 20 ans de l’ouverture de la bibliothèque de recherche (le Rez-de-jardin du site François-Mitterrand), inaugurée le 7 octobre 1998 et les 650 ans de la création de la Bibliothèque.

Pour célébrer ces anniversaires, la BnF a procédé à la rénovation de son Comité d’histoire, désormais doté d’un Conseil scientifique composé d’universitaires et lance un site Web dont l’adresse est : http://comitehistoire.bnf.fr/, qui permettra de faire mieux connaître ses travaux, de fédérer les recherches en cours et les ressources utiles à tous ceux qui s’intéressent à la longue histoire de la Bibliothèque royale, nationale, impériale, nationale de France…

Continuer la lecture de Nouveau site du Comité d’histoire de la BnF pour les 650 ans de la bibliothèque

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

1848 et la « foire aux idées nouvelles » (Partie II).

Dans un précédent billet, j’évoquais le charivari orchestré à partir des idées des socialistes « utopiques » de 1848, et comment il s’est concentré autour de Cabet, Considerant, Leroux et Proudhon. Ces quatre « meneurs », désormais accompagnés de symboles récurrents comme la queue terminée par un œil de Considerant, ou par exemple  la redingote crasseuse et le peuplier de Leroux, obtiennent dans la presse satirique une place proportionnelle à leur présence à l’Assemblée et/ou à leurs écrits dont l’inventivité stimule parodie et imagination. Nous verrons dans ce billet comment les caricaturistes oscillent entre stigmatisation et sacralisation des utopistes, allant jusqu’à présenter leurs écrits comme une nouvelle religion.  Puis nous nous demanderons de qui ou de quoi l’on se moque précisément dans ces caricatures.

Continuer la lecture de 1848 et la « foire aux idées nouvelles » (Partie II).

Agnès Sandras

chargée de collections en histoire de France au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts

Autour de la Révolution d’Octobre

Les collections de la Bibliothèque nationale de France (BnF) sont riches de nombreux documents consacrés à la Russie ou documentant l’évolution de ses relations avec la France. Ils se font ainsi l’écho aussi bien de l’histoire du pays lui-même que de sa diplomatie.

À la fin du XIXe siècle, l’intérêt russophile des Français redouble avec la venue du couple impérial en France (1896) et la médiatisation de « l’amitié franco-russe ».

Le Piquet de l’Alliance : [jeu de cartes franco-russe au portrait à deux têtes édité à l’occasion de la visite de Nicolas II à Paris en octobre 1896]. Paris, B. P. Grimaud, 1897. Gallica (BnF)
Continuer la lecture de Autour de la Révolution d’Octobre

1933 : le Japon photographie la Mandchourie occupée

Contexte historique

Le terme de « Mandchourie », d’origine occidentale, n’a qu’un sens géographique correspondant au Nord-Est de la Chine, sauf pendant la très brève période (1931-1945) au cours de laquelle la Mandchourie politique a coïncidé avec la Mandchourie géographique.

Carte de la Russie, Japon, Corée, Mandchourie, publiée par A. Taride, 1903-1904. Gallica (BnF).

C’est de cette époque que date la publication japonaise présentée ici : Report of the first scientific expedition to Mandchoukuo under the leadership of Shigeyasu Tokunaga : June-October 1993. Tokyo : Office of the scientific expedition to Mandchoukuo, Faculty of science and engineering, Waseda University, 1934-1939.

Continuer la lecture de 1933 : le Japon photographie la Mandchourie occupée

Florence Paschal

Gestionnaire de collections en sciences sociales au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts

Cycle de conférences sur les relations franco-italiennes aux XIXe-XXe siècles

Les relations pluricentenaires qu’entretiennent la France et l’Italie sont à l’origine du fonds patrimonial extrêmement riche que conserve la Bibliothèque nationale de France (BnF)  sur la péninsule italique.

Par ce cycle de conférences, qui s’inscrit dans la politique de diversification des publics menée par la BnF, le département Philosophie, histoire, sciences de l’homme souhaite promouvoir une meilleure connaissance des collections italiennes disponibles dans ses salles de lecture, ses magasins et, plus largement, sur tous les sites de la BnF.

Pour ces six premières conférences, la période allant du début du XIXe siècle à aujourd’hui a été privilégiée en raison des événements clé qui s’y sont produits et qui ont façonné les relations entre les deux pays à l’époque contemporaine : le rôle décisif de la France dans le processus historique du Risorgimento italien, les conflits coloniaux dans le continent africain, l’importante émigration vers l’Hexagone à partir de l’unification italienne, les tensions dues à la montée du fascisme, le rétablissement des relations bilatérales dans le deuxième après-guerre.

Continuer la lecture de Cycle de conférences sur les relations franco-italiennes aux XIXe-XXe siècles

Emanuela Prosdotti

Chargée de collections en histoire de l'Italie, de la péninsule ibérique et de l'Amérique latine au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts

20e Rendez-vous de l’Histoire de Blois – 4 au 8 octobre 2017

RENDEZ-VOUS DE L’HISTOIRE DE BLOIS – 20e ÉDITION

« Eurêka – inventer, découvrir, innover »

 

La 20e édition des Rendez-vous de l’Histoire de Blois se tiendra du 4 au 8 octobre 2017 et explorera le thème « Eurêka – inventer, découvrir, innover ». Cette année encore, la BnF est présente au festival sur le stand 27 du Salon du livre d’histoire (Halle aux grains) : vendredi et samedi de 10h à 19h30 et dimanche de 10h à 18h30. Plusieurs intervenants de la BnF donneront également des conférences ou participeront à des tables rondes, dont vous trouverez le programme ci-dessous :

Vendredi 6 octobre

Samedi 7 octobre

Dimanche 8 octobre

Continuer la lecture de 20e Rendez-vous de l’Histoire de Blois – 4 au 8 octobre 2017

14-18 Archéologie de la Grande Guerre : une exposition Inrap à la BnF

L’exposition Inrap sur l’archéologie de la Grande Guerre sur le site François-Mitterrand de la Bibliothèque nationale de France (voir ci-dessous) s’accompagnera le 11 octobre 2017 d’une intervention de Gilles Prilaux dressant un panorama synthétique de l’apport de ces fouilles. Il inaugurera ainsi un cycle de conférences consacré aux différents aspects de l’archéologie de la Guerre, toutes périodes confondues, se déroulant entre octobre 2017 et juin 2018.

Vous trouverez ici le programme de ces conférences.

Lors de la Grande Guerre, des millions d’hommes ont vécu l’enfer des « orages d’acier » et des tranchées qui ont marqué durablement le territoire. Près de 700 000 disparus et des tonnes de débris métalliques y sont toujours ensevelis.

Au gré des fouilles préventives liées à l’aménagement du territoire, des traces tangibles remontent du sol : restes humains, tranchées, abris de fortune et munitions de tout calibre sont mis au jour. Ces vestiges apportent un nouvel éclairage à la connaissance de la guerre de 14-18.

En identifiant, analysant et interprétant les témoins les plus significatifs issus de fouilles préventives, les archéologues permettent de documenter des aspects méconnus de la Grande Guerre : armement, sépultures, bâtiments, alimentation, artisanat…

Quelques précisions sur l’exposition Inrap sur kakémonos, labellisée par la Mission du Centenaire:

Lieu

Entrée EST (face au MK2), Foyer du petit auditorium – site François-Mitterrand, avenue de France Paris (75013)

Accès

accès libre

Dates

du 30 septembre au 11 octobre 2017

Pour en savoir plus sur cette thématique

Pour en savoir plus sur la BnF et la commémoration de la Grande Guerre

 

 

Découvrez les Jeanne d’Arc de papier du XIXe siècle

« Hippodrome. Jeanne d’Arc, pantomime équestre à grand spectacle ». Affiche de Jules Chéret, 1881. Gallica (BnF)

En 2012, lors de son introduction orale au colloque « Jeanne d’Arc : histoire et mythes », Gerd Krumeich insistait sur un véritable clivage qui a partagé la société française à la fin du XIXe siècle :

Sait-on encore aujourd’hui que la “bataille Jeanne d’Arc” fut, vers 1900, après l’Affaire Dreyfus, le litige qui séparait le plus les Français ? Dans le culte de la Pucelle, le nationalisme de gauche et le nationalisme de droite s’affrontèrent d’une façon irréconciliable. Pour les uns, Jeanne fut la Vénérable, la Sainte de la Patrie ; pour les autres, elle fut l’héroïne nationale, trahie par son roi et brûlée par l’Église1.

Accompagnant la maturation de ce litige, une véritable déferlante éditoriale a balayé le XIXe siècle, produisant des centaines de Jeanne d’Arc et de « Pucelles » de papier. Historiens, hommes d’Église, romanciers, dessinateurs, musiciens, etc., ont rivalisé au gré des évènements politiques et des polémiques pour raconter leur Jeanne d’Arc : de l’« l’héroïne nationale » sous la plume de Michelet, à la « sainte guerrière » dont Monseigneur Dupanloup dresse de vibrants panégyriques et réclame la canonisation, ces Jeanne d’Arc du XIXe siècle sont bien éloignées de La Pucelle d’Orléans de Voltaire. L’analyse de la construction de ces mythes, de leur emploi et de leurs résonances jusqu’à aujourd’hui dans le monde politique a été  menée par différents historiens2.

Continuer la lecture de Découvrez les Jeanne d’Arc de papier du XIXe siècle

  1. Jean-Patrice Boudet et Xavier Hélary, Introduction à Jeanne d’Arc : histoire et mythes,  Rennes : Presses universitaires de Rennes, 2014. Gerd Krumeich est l’auteur de Jeanne d’Arc à travers l’histoire [Jeanne d’Arc in der Geschichte, trad. de l’allemand], Paris : A. Michel, 1993. []
  2. Aux ouvrages récents déjà cités, ajoutons entre autres Jeanne d’Arc : vérité et légendes par Colette Beaune, 2008; Philippe Contamine, Jeanne d’Arc : histoire et dictionnaire, 2011; Jeanne d’Arc entre la terre et le ciel du Midi  : regards méridionaux sur la bonne Lorraine, XVe-XXIe siècles [Christian Amalvi et Julie Deramond, dirs.], 2012; De l’hérétique à la sainte : les procès de Jeanne d’Arc revisités : actes du colloque international de Cerisy [édités par François Neveux], 2012 ; Jeanne d’Arc au XXe siècle : art, histoire, politique, colloque du 1er décembre 2012, Paris; De Domrémy à Tokyo [actes du colloque universitaire international, Domrémy et Vaucouleurs, 2012, sous la direction de Catherine Guyon, Magali Delavenne]; Jeanne politique : la réception du mythe de Voltaire aux Femen : « la pitié qu’il y avait au royaume de France » [sous la direction de Vincent Cousseau, Florent Gabaude, Aline Le Berre], 2017. On pourra compléter ces quelques références bibliographiques par les liens donnés par le site Clioweb []

Agnès Sandras

chargée de collections en histoire de France au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts

Les apports d’une analyse de la cotation Clément à l’étude de la réception du genre du catéchisme politique

Caricature de Cham publiée par Le Charivari du 16 juillet 1848. Cote BnF : FOL-LC2-1328.

Comme indiqué dans un billet précédent, ces réflexions sur la cotation Clément résultent d’échanges avec Yann Fauchois, mon tuteur lorsque j’étais chercheur associé à la Bibliothèque nationale de France. J’ai donc choisi, pour accompagner ce billet sur la cotation Clément, de mettre en exergue des citations tirées d’une étude récente qu’il a publiée sur les collections révolutionnaires de la BnF1.

En 1897, Léopold Delisle évoque dans l’introduction du Catalogue général des livres imprimés de la Bibliothèque nationale les limites de toute entreprise de catalogage :

« Les meilleurs catalogues méthodiques, quand ils embrassent des collections très considérables, présentent beaucoup de classements fautifs, discutables et arbitraires. Les rédacteurs y ont toujours laissé l’empreinte de leurs goûts et de leurs préoccupations, goûts et préoccupations qui subissent parfois de profondes modifications chez un même individu et qu’on ne saurait faire adopter à toutes les personnes appelées à se servir d’un catalogue2. »

Ce sont précisément ces « goûts et préoccupations » qui nous intéressent ici. La cote apposée sur chacun des 615 catéchismes politiques conservés à la Bibliothèque nationale de France est une trace de la perception que les bibliothécaires avaient de ces manuels élémentaires de vulgarisation politique. Ces intentions se précisent lorsque subsiste une cote barrée illustrant le passage d’un système de cotation hérité de l’Ancien Régime à sa version simplifiée de la seconde moitié du XIXe siècle.

Continuer la lecture de Les apports d’une analyse de la cotation Clément à l’étude de la réception du genre du catéchisme politique

  1. Yann Fauchois, « Histoire de la constitution et du signalement des fonds révolutionnaires au département des Imprimés de la Bibliothèque nationale (1790-1875) », in G. Bertrand, M. Biard, A. Chevalier, M. Poirson, P. Serna (dir.), Collectionner la Révolution française, Paris, Société des études robespierristes, 2016, p. 139-150. []
  2. Catalogue général des livres imprimés de la Bibliothèque nationale. Auteurs. Tome 1. Paris, Imprimerie nationale, 1897, 565 p. Introduction par L. Delisle, pp.XLV-XLVI. []