Archives par mot-clé : histoire médiévale

La coutume, petite histoire d’une source de droit

 » Coupable faisant amende honorable « , Coutumes de Toulouse, Bibliothèque nationale de France, Département des manuscrits, Latin 9187, f. 34 r°. Gallica (BnF).

 

Si un auteur s’est intéressé à la coutume, c’est bien  Michel de Montaigne (1533-1592) … Elle est omniprésente dans les Essais où il l’aborde sous ses différents aspects. S’il déplore qu’elle restreigne singulièrement la liberté de l’homme, il estime son respect nécessaire à la vie en société. Le terme renvoie tantôt à des habitudes collectives, tantôt à des habitudes individuelles. Enfin, la coutume revêt une définition sous laquelle Montaigne, magistrat, la connaît bien … Il s’agit aussi d’actes publics et paisibles ayant acquis, par leur ancienneté et leur répétition – « Une fois n’est pas coutume ! », force de loi sur un territoire donné. L’ensemble de ces usages constitue le droit coutumier. C’est cette acception de la coutume qui nous intéresse ici1.

Continuer la lecture de La coutume, petite histoire d’une source de droit

  1. Guillaume Cazeaux, Montaigne et la coutume, Mimesis, coll. « Philosophie et société », 2015.
    Édition contemporaine des Essais : Michel de Montaigne, Les essais, éd. établie et présentée par Claude Pinganaud, [Paris], Arléa, 1992
    Édition des Essais sur Gallica : Essais de Michel seigneur de Montaigne. Cinquiesme edition, augmentée d’un troisiesme livre et de six cens additions aux deux premiers, À Paris, Chez Abel L’Angelier, 1588. []

Stéphanie Tonnerre-Seychelles

Chargée de collections en science politique et de valorisation en droit et science politique au département Droit, économie, politique.

More Posts

20e Rendez-vous de l’Histoire de Blois – 4 au 8 octobre 2017

RENDEZ-VOUS DE L’HISTOIRE DE BLOIS – 20e ÉDITION

« Eurêka – inventer, découvrir, innover »

 

La 20e édition des Rendez-vous de l’Histoire de Blois se tiendra du 4 au 8 octobre 2017 et explorera le thème « Eurêka – inventer, découvrir, innover ». Cette année encore, la BnF est présente au festival sur le stand 27 du Salon du livre d’histoire (Halle aux grains) : vendredi et samedi de 10h à 19h30 et dimanche de 10h à 18h30. Plusieurs intervenants de la BnF donneront également des conférences ou participeront à des tables rondes, dont vous trouverez le programme ci-dessous :

Vendredi 6 octobre

Samedi 7 octobre

Dimanche 8 octobre

Continuer la lecture de 20e Rendez-vous de l’Histoire de Blois – 4 au 8 octobre 2017

Préparer l’épreuve d’histoire médiévale de l’agrégation externe d’histoire 2018-2019

CONFRONTATION, ÉCHANGES ET CONNAISSANCE DE L’AUTRE AU NORD ET À L’EST DE L’EUROPE DE LA FIN DU VIIe SIÈCLE AU MILIEU DU XIe SIÈCLE

Image du bandeau : (extrait de) Flotte normande allant assiéger Guérande, Illustrations de la vie de saint Aubin d’Angers ,  1050-1150, Bibliothèque nationale de France, Département des manuscrits, NAL 1390

Le ministère de l’Éducation nationale a publié la présentation détaillée de la nouvelle question de médiévale de l’agrégation externe d’histoire 2018-2019 le 24 mars 2017.

Le thème aborde les mondes francs, slaves, vikings, celtes, anglo-saxons et germaniques dans leurs dimensions tant politiques, sociales que culturelles, sans oublier d’attirer l’attention sur les définitions, les chronologies, les géographies, les personnages clés, les interactions et les grands enjeux de cette période. Depuis l’Irlande jusqu’au nord des Balkans en passant par la Scandinavie et les établissements vikings, les marges slaves, baltes et hongroises et la Rus’ de Kiev, il s’agit d’étudier à partir de sources multiples les phénomènes de contact entre ces espaces et ces peuples, par affrontements, compétition religieuse ou missions, mais aussi les lieux et les espaces de contacts, les frontières, les relations diplomatiques, les migrations et les exils.

Continuer la lecture de Préparer l’épreuve d’histoire médiévale de l’agrégation externe d’histoire 2018-2019

Séverine Boullay

chargée de collections en histoire médiévale au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts

Peindre l’arbre au Moyen Âge. Les herbiers enluminés de la Bibliothèque nationale de France.

Du poirier familier au mythique arbre à baume (fig.1), en passant par l’exotique grenadier ou le figuier fertile, de nombreuses essences d’arbres peuplent les pages des herbiers médiévaux1.

Mais qu’est-ce qu’un arbre dans le savoir médiéval ? Comment définir cette catégorie du monde végétal, et quelles sont les plantes qui y appartiennent ? Ces questions, auxquelles les botanistes actuels n’ont toujours pas donné de réponse définitive, taraudent déjà les naturalistes médiévaux. Les longues listes de plantes dressées dans les ouvrages scientifiques sont structurées selon des logiques internes qui reposent sur l’emploi de la nomenclature. Le monde végétal est scindé en deux grandes catégories que sont les arbres (arbor) d’une part et les herbes (herba) de l’autre. À cette distinction fondamentale s’ajoutent les arbustes (arbustum), arbrisseaux (frutex) et autres buissons. Déterminer ce qui relève de telle ou telle catégorie constitue néanmoins un enjeu de taille. Continuer la lecture de Peindre l’arbre au Moyen Âge. Les herbiers enluminés de la Bibliothèque nationale de France.

  1. Nous employons ici le terme herbier dans une acception bien précise, celle qui désigne tout livre de pharmacopée évoquant des plantes, leurs caractéristiques et leurs vertus thérapeutiques. Il s’agit d’ouvrages énumérant des simples, ces produits végétaux, minéraux et animaux utilisés en médecine dans leur état naturel, sans qu’ils n’aient été mêlés à d’autres substances. []

Alice Laforêt

Archiviste paléographe et conservatrice stagiaire des bibliothèques.

More Posts

Follow Me:
Twitter

L’archéologie mérovingienne à travers les siècles

L’exposition Les Temps mérovingiens au musée de Cluny qui s’est tenue jusqu’au 13 février 2017 a mis sous les feux de l’actualité le Haut Moyen Âge. L’archéologie est l’une des sources principales de l’histoire mérovingienne, en raison du faible nombre de sources écrites. Elle est, de ce fait, la science qui engendre le renouvellement le plus profond des études mérovingiennes. Que nous apporte l’archéologie mérovingienne ? Quelles évolutions a-t-elle connues ?

Continuer la lecture de L’archéologie mérovingienne à travers les siècles

Séverine Boullay

chargée de collections en histoire médiévale au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts