Archives par mot-clé : histoire moderne

Archéologie du Fort Saint-Sébastien de Saint-Germain-en-Laye et La préparation des troupes de Louis XIV [Conférence du mercredi 21 mars, à 18h30]

légende: Médaillon du calendrier-estampe de l’almanach de 1670. RESERVE QB-201 (171)-FT 5 [Hennin, 4534] : « l’Exercice et Attaque faîte du Fort de Saint-Sebastien en presence de leur Maiestez »

Le mercredi 21 mars Mme Séverine Hurard, Ingénieure de recherches à l’ Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap) donnera une conférence intitulée « Le Fort Saint-Sébastien de Saint-Germain-en-Laye (78) : La préparation des troupes de Louis XIV à la guerre de siège (1669-1770) ».

Pour les informations pratiques (lieu, horaires), voir ici.

Découvrez comment l’Histoire s’élabore au fil des fouilles, de l’étude des objets ou des textes à travers la rencontre avec ceux qui l’enrichissent chaque jour par leurs recherches. Ce nouveau rendez-vous est consacré à l’actualité de la recherche archéologique de la Guerre.

Le fort et le camp de Saint-Sébastien correspondent à deux ouvrages militaires et leurs campements distinctifs. Ils se succédèrent lors de deux campagnes réunissant les troupes de la maison militaire du roi au cours des printemps et été 1669 et 1670. Ils ont été fouillés à hauteur de 1/4 et 1/10e de leur surface totale. ( © P.Raymond, S. Hurard).

Situé, à l’intérieur de la boucle de la Seine, dans la plaine alluviale dite d’Achères, le Fort Saint-Sébastien accueillit, vraisemblablement à partir de 1669 et pour quelques années seulement, les troupes dites de la « Maison du Roi », soit entre 9000 et 30 000 soldats, faisant l’apprentissage des techniques de la guerre de siège. La fouille archéologique, menée entre 2011 et 2012 sur une surface de 28 hectares, a révélé l’existence de deux ouvrages fortifiés distincts associés à leurs aires de campement. Cette lecture archéologique inédite de la préparation à la guerre de siège offre un éclairage différent, à une échelle inaccoutumée, sur la rationalisation des pratiques militaires sous Louis XIV. Elle permet de s’intéresser plus globalement à la société des gens de guerre, à laquelle appartiennent les compagnies de mousquetaires et d’examiner la réalité matérielle de cette société composite.

légende: Médaillon du calendrier-estampe de l’almanach de 1670. RESERVE QB-201 (171)-FT 5 [Hennin, 4534] : « l’Exercice et Attaque faîte du Fort de Saint-Sebastien en presence de leur Maiestez »; 

L’ Almanach représente la famille royale et les mousquetaires devant le fort. Le médaillon décrit l’assaut mené au Fort Saint-Sébastien en présence de la famille royale, représentant l’angle sud-ouest du rempart de l’ouvrage de 1669. Soumis à l’assaut des fantassins et piquiers, Il est enveloppé d’un épais nuage de fumée. Une rangée de pieux, placée au deux tiers de la hauteur du rempart, est fichée presque horizontalement dans la masse de terre.

Cycle de conférences : « Archéologie de la Guerre : de la fouille à l’écriture de l’Histoire » – les mercredis, à 18h30, site François-Mitterrand, salle 70 (entrée libre).
En savoir plus : notre programmenotre bibliographie.

Pour en savoir plus:

  • le site de l’Inrap sur les fouilles du fort
  • la bibliographie de la BnF sur Louis XIV, la diplomatie et la guerre (1661-1715) [mai 2013]
  • Frédéric Chauviré, « La Maison du Roi sous Louis XIV, une troupe d’élite. Étude tactique », Revue historique des armées [En ligne], 255 | 2009, mis en ligne le 14 mai 2009, consulté le 06 mars 2018. URL : http://journals.openedition.org/rha/6764
  • Frédéric Chauviré, « La Maison du Roi sous Louis XIV, une troupe d’élite », Revue historique des armées [En ligne], 242 | 2006, mis en ligne le 26 novembre 2008, consulté le 07 mars 2018. URL : http://journals.openedition.org/rha/4012
  • Séverine Hurard, « Le fort Saint-Sébastien de Saint-Germain-en-Laye, camp d’entrainement du XVIIe siècle », dans BURNOUF Joëlle, ARRIBET-DEROIN Danielle, DESACHY Bruno, JOURNOT Florence, NISSEN-JAUBERT Anne, Manuel d’Archéologie médiévale et moderne. Armand Colin, Collection U Histoire, p. 45-46. Disponible à la BnF en libre-accès en salle J cote: 930.6 BURN m
  • Stéphane Perréon, « Le roi stratège. Louis XIV et la direction de la guerre, 1661-1715 », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 118-4 | 2011, mis en ligne le 30 décembre 2011, consulté le 07 mars 2018. URL : http://journals.openedition.org/abpo/2212 

Nouveau site du Comité d’histoire de la BnF pour les 650 ans de la bibliothèque

2018 est une année exceptionnelle pour la Bibliothèque nationale de France (BnF) puisqu’elle marque les 20 ans de l’ouverture de la bibliothèque de recherche (le Rez-de-jardin du site François-Mitterrand), inaugurée le 7 octobre 1998 et les 650 ans de la création de la Bibliothèque.

Pour célébrer ces anniversaires, la BnF a procédé à la rénovation de son Comité d’histoire, désormais doté d’un Conseil scientifique composé d’universitaires et lance un site Web dont l’adresse est : http://comitehistoire.bnf.fr/, qui permettra de faire mieux connaître ses travaux, de fédérer les recherches en cours et les ressources utiles à tous ceux qui s’intéressent à la longue histoire de la Bibliothèque royale, nationale, impériale, nationale de France…

Continuer la lecture de Nouveau site du Comité d’histoire de la BnF pour les 650 ans de la bibliothèque

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

La coutume, petite histoire d’une source de droit

 » Coupable faisant amende honorable « , Coutumes de Toulouse, Bibliothèque nationale de France, Département des manuscrits, Latin 9187, f. 34 r°. Gallica (BnF).

 

Si un auteur s’est intéressé à la coutume, c’est bien  Michel de Montaigne (1533-1592) … Elle est omniprésente dans les Essais où il l’aborde sous ses différents aspects. S’il déplore qu’elle restreigne singulièrement la liberté de l’homme, il estime son respect nécessaire à la vie en société. Le terme renvoie tantôt à des habitudes collectives, tantôt à des habitudes individuelles. Enfin, la coutume revêt une définition sous laquelle Montaigne, magistrat, la connaît bien … Il s’agit aussi d’actes publics et paisibles ayant acquis, par leur ancienneté et leur répétition – « Une fois n’est pas coutume ! », force de loi sur un territoire donné. L’ensemble de ces usages constitue le droit coutumier. C’est cette acception de la coutume qui nous intéresse ici1.

Continuer la lecture de La coutume, petite histoire d’une source de droit

  1. Guillaume Cazeaux, Montaigne et la coutume, Mimesis, coll. « Philosophie et société », 2015.
    Édition contemporaine des Essais : Michel de Montaigne, Les essais, éd. établie et présentée par Claude Pinganaud, [Paris], Arléa, 1992
    Édition des Essais sur Gallica : Essais de Michel seigneur de Montaigne. Cinquiesme edition, augmentée d’un troisiesme livre et de six cens additions aux deux premiers, À Paris, Chez Abel L’Angelier, 1588. []

Stéphanie Tonnerre-Seychelles

Chargée de collections en science politique et de valorisation en droit et science politique au département Droit, économie, politique.

More Posts

Le verre à la Renaissance (part. I) : verre et arts de la table

Le 20 septembre 2017 s’est ouverte au Musée de Cluny l’exposition « Le Verre, un Moyen Âge inventif » . La majorité des œuvres présentées sont évidemment des objets de verre, issus de fouilles archéologiques ou de collections muséales, mais la BnF a également contribué de façon significative en prêtant pour l’occasion une vingtaine de manuscrits et d’incunables dont les enluminures et gravures  illustrent le contexte de l’usage des verres au Moyen Âge. Il n’est en effet pas toujours évident de déduire la fonction des pièces que l’on retrouve en fouilles d’après leur forme (très peu décrite dans les archives) et en cela les manuscrits et livres imprimés constituent une source d’informations précieuse. L’exposition met ainsi en regard les objets présentés et leur représentation figurée. Les ressources offertes par la BnF sont également très utiles pour étudier l’histoire du verre à une période plus tardive : nous nous intéresserons ici plus particulièrement au XVIe siècle français, période qui suit immédiatement celle étudiée dans le cadre de l’exposition, et en l’occurrence au lien entre verre et service de la boisson. L’étude des verres spécialisés (verrerie d’apothicaire, de médecine, objets insolites…) fera l’objet d’un second billet.

Continuer la lecture de Le verre à la Renaissance (part. I) : verre et arts de la table

Elise Vanriest

Archiviste Paléographe. Doctorante au Labex Hastec/Ecole Pratique des Hautes Etudes.

More Posts

La dénonciation : de l’incitation du roi à la parole du peuple (II)

Ce double billet reprend une communication présentée dans le cadre de l’atelier de travail intitulé « Écrits au pouvoir. Enjeux, pratiques et acteurs », tenu le 23 juin 2010 à l’université  Paris 1-Panthéon Sorbonne.

Retrouvez la première partie de ce billet ici.

Le dénonciateur devant les institutions judiciaires

Les dénonciations faites par propre initiative ou en réponse aux incitations précédemment mentionnées deviennent ainsi l’objet des institutions judiciaires. C’est le cas de cet arrêt de la Chambre de justice du 11 janvier 1662 sur « un service de vermeil doré […] défaillant acquis et confisqué au profit du roi » avec la décision « que la sixième partie du prix provenant de la vente, sera baillé au dénonciateur, conformément à la déclaration du roi »1. Aussi étonnant semble l’acte du 9 avril 1720 intitulé Arrêt du conseil d’État du roi qui ordonne la confiscation des espèces trouvées en la possession du nommé Mey, au profit des dénonciateurs2, acte déclenché parce que le « nommé » a caché « dans ses culottes » 1579 livres, en contravention de l’arrêt du 27 février 1720 « qui defens de garder plus de 500 livres en espèces » ;  le  Conseil d’État lui concède la somme tolérée de 500 livres mais exige, en plus d’une lourde amende, que « le surplus demeurera acquis et confisqué au profit des dénonciateurs ».

Continuer la lecture de La dénonciation : de l’incitation du roi à la parole du peuple (II)

  1. Arrêt de la chambre de justice, qui déclare un service de vermeil doré appartenant au sieur Boislene, accusé, défaillant acquis et confisqué au profit du roi et ordonne que la sixième partie du prix provenant de la vente, sera baillé au denonciateur, conformément à la déclaration du roi. (11 janvier 1662) [Texte imprimé]. (S. l. n. d.) []
  2. Arrêt du conseil d’Etat du roi qui ordonne la confiscation des espèces trouvées en la possession du nommé Mey, au rofit des dénonciateurs [Texte imprimé]. Paris : imp. royale, 1720 []

Stefan Lemny

Chargé de collections en histoire de l'Europe centrale et de l'Est Département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts

La dénonciation : de l’incitation du roi à la parole du peuple (I)

Ce double billet reprend une communication présentée dans le cadre de l’atelier de travail intitulé « Écrits au pouvoir. Enjeux, pratiques et acteurs », tenu le 23 juin 2010 à l’université  Paris 1-Panthéon Sorbonne.

Un corpus comme hypothèse de travail

L’importance de la dénonciation dans la société française à partir de 1789 est un fait bien connu et étudié en partie1. Cependant de nombreuses questions sur cette débordante passion révolutionnaire restent sans réponse. Le succès de ce thème dans la presse du temps serait-il autre chose qu’une « invention de journaliste, […] jouant sur la dramatisation absolue de l’événement », comme l’a ingénieusement mis en évidence Antoine de Baecque2 ?

Ce n’est bien évidemment pas la seule interrogation soulevée par l’ampleur de la dénonciation sous la Révolution, qui peut donner l’impression que tout le monde dénonçait tout le monde. Il convient d’approfondir la réflexion sur la relation entre ce phénomène pendant le temps court et intense de la Révolution et l’histoire de plus longue durée qui la précède.

Continuer la lecture de La dénonciation : de l’incitation du roi à la parole du peuple (I)

  1. Lucien Jaume, Le Discours jacobin et la démocratie, Paris, Fayard, 1989, p. 192-215 ; p.257-302 ;  J.  Guilhaumou, « Fragments of a Discourse of Denunciation (1789-1794) », dans  The French Revolution and the Creation of Modern Political Culture, sous la dir. de  K. M. Baker, C. Lucas, F. Furet,  Oxford, vol. IV, The Terror, 1994, p. 139-153 ; Colin Lucas, « The Theory and practice of denunciation in the French Revolution », The Journal of Modern History, vol. 68, N° 4, 1996, p. 768-785, etc. []
  2. Antoine de Baecque, Le Corps de l’histoire. Métaphore et  politique, 1770-1800,  Calmann-Lévy, 1993, p. 269. []

Stefan Lemny

Chargé de collections en histoire de l'Europe centrale et de l'Est Département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts