Archives par mot-clé : mis-en-avant

Le Moyen Âge : temps obscurs ou siècles d’innovations ?

Résultat de recherches iconographiques à travers la Bibliothèque numérique de la Bibliothèque nationale de France Gallica, cet article résume la conférence « Le Moyen Âge : temps obscurs ou siècles d’innovations ? » présentée le 7 octobre 2017 lors des Rendez-vous de l’Histoire de Blois,  et s’inscrit ainsi dans la droite ligne du thème de la 20e édition « Eurêka – inventer, découvrir, innover ».

Rappelons tout d’abord que la terminologie « Moyen Âge » est une véritable invention de la Renaissance. Auparavant les hommes ne pouvaient par définition avoir conscience de vivre dans une période intermédiaire1. Ce n’est qu’au XXe siècle que les historiens vont nuancer cette vision négative ; Régine Pernoud en 1979 indique dans Pour en finir avec le Moyen Âge :

Dans la vision, dans la mentalité de ce temps (et non seulement du XVIe siècle, mais des trois siècles suivants), il y aurait eu deux époques de lumière : Antiquité et Renaissance – les temps classiques. Et, entre les deux, un « âge moyen » – période intermédiaire, bloc uniforme, « siècles grossiers », « temps obscurs ».

Les dix siècles qui constituent le Moyen Âge sont-ils vraiment une période d’obscurantisme et de régression ? Quelles sont les découvertes qui en émanent ? Ne peut-on pas plutôt y voir une grande continuité ? Ne discerne-t-on pas dans le Moyen Âge les prémices de cette Renaissance tant louée ?

I. La continuité de l’Antiquité

La continuité de l’Antiquité au Moyen Âge transparaît en politique dans la notion de Translatio imperii2. En effet, les attributs du pouvoir temporel passent du IIIe au Xe siècle d’empire en empire, depuis Rome jusqu’à Byzance, maintenant une certaine idée de romanité dans l’Empire carolingien, puis le Saint Empire romain Germanique. Cette continuité politique passe aussi par la constitution progressive de l’État moderne dans les royautés européennes se fondant sur le système de la féodalité et l’accroissement de l’administration et de la codification des lois. Une grande part de ces idées politiques est conservée dans des traités d’éducation à l’usage des Princes, autrement dénommés Miroirs des princes.  Le Policraticus (1159) de Jean de Salisbury est le premier grand traité de sciences politiques du Moyen Âge. Il évoque la société politique par la métaphore du corps humain dont la tête serait le roi, tout en prônant un idéal de sagesse et de roi savant.

Les Idées politico-religieuses d’un évêque au IXe siècle : Jonas d’Orléans et son « De Institutione regia » ; étude et texte critique par Jean Reviron, Vrin, 1930. BnF, Département Philosophie, histoire, sciences de l’homme. Cote: 8 R 37322 (1).

Outre les savoirs politiques, la majeure partie du savoir antique a été véhiculée par les copies et les traductions des textes de l’Antiquité. Le Moyen Âge a souvent été perçu comme ayant perdu les savoirs du monde antique, alors que dès le haut Moyen Âge, les abbayes et monastères se dotent de scriptoria, des ateliers de copistes qui ont permis la transmission des grands auteurs latins. Le commentaire sur ces textes notamment théologiques ou philosophiques, ou glose, devient la base de l’enseignement. Ce n’est qu’au XIIe siècle que l’Occident redécouvre Aristote et les auteurs grecs par l’entremise du monde arabe. La translatio studiorum3 déplace la connaissance des textes grecs de l’Antiquité du monde grec vers le Proche-Orient perse et syriaque, puis arabe oriental jusqu’à Cordoue et Tolède. L’Espagne musulmane voit circuler les œuvres grecques traduites ; elles sont étudiées par les penseurs arabes, comme Averroès. Ensuite, les textes d’Aristote sont copiés et traduits de l’arabe en latin vers l’Occident.

L’Organon, la Rhétorique et la Poétique d’Aristote, et l’Isagoge de Porphyre, 1027, Bibliothèque nationale de France, Département des manuscrits, Arabe 2346, Fol 1v. Gallica (BnF).

La pensée médicale4 a suivi le même chemin. La médecine médiévale européenne s’est nourrie des nombreux textes médicaux en arabe traduits au cours du XIIe siècle provenant à la fois de la médecine grecque et de la médecine arabo-musulmane5. Parmi ces textes, celui qui a eu le plus d’influence est le Canon de la médecine d’Avicenne, une encyclopédie médicale écrite vers 1030 qui fait la synthèse entre la médecine grecque, la médecine de l’Inde ancienne et la pratique des médecins musulmans. D’autres textes médicaux importants ont été traduits à la même époque. Ils se réfèrent le plus souvent au Corpus hippocratique et aux théories des humeurs fondées sur les écrits des médecins grecs tels qu’Hippocrate ou Galien.

Mansour b. Eliyās Chirāzi. Tashrih al-badan, manuscrit persan, Bibliothèque nationale de France, Département des manuscrits, Supplément Persan 1555, Fol 29r. Gallica (BnF)

On voit bien que les sciences médiévales, fondées sur l’enseignement et l’écrit, prolongent les sciences antiques. Cette continuité se retrouve dans les techniques quant à elles fondées sur la pratique et les travaux manuels, considérés comme moins nobles. Elles gagnent pour certaines des améliorations notoires. Les techniques agricoles reçoivent l’apport de la charrue qui remplace l’araire ou du collier d’épaule qui déploie la puissance animale. La brouette aide aux travaux manuels. Au quotidien, l’habillement voit l’apparition des boutons et surtout à partir du XIIIe siècle des lunettes avec le perfectionnement de l’optique et de la technique du verre. Les métiers reçoivent des perfectionnements, que ce soit les métiers à tisser ou les bas fourneaux. Si les moulins à traction humaine ou animale restent monnaie courante, les moulins à eau, les moulins à marée et les moulins à vent se déploient dans le paysage médiéval occidental. Dans une tout autre mesure, la diffusion de la lance, de l’arbalète puis de la poudre et du canon transforme l’art de la guerre et préfigure les guerres qui s’échelonnent tout au long de la période.

Très belles Heures de Notre-Dame, manuscrit du XVe siècle, Bibliothèque nationale de France, Département des Manuscrits, NAL 3093, Fol 61v. Gallica (BnF)

Et le reste du monde dans tout cela, direz-vous… La Chine, l’Inde, et surtout le monde arabe sont des terreaux de sciences et d’inventions qui prennent leurs racines dans l’Antiquité. La Péninsule ibérique musulmane et la Sicile des rois Normands très ouverts à la culture sont des lieux stratégiques de porosité en Méditerranée.

On discerne le dépassement de l’Antiquité dont les fondamentaux restent, tout en proposant de nouvelles formes d’innovations.

II. Des innovations médiévales ?

La tradition oppose souvent Église médiévale et modernité, à l’exemple de la controverse copernicienne prônant l’héliocentrisme contre le géocentrisme religieux ; or ces deux entités sont intimement liées et enchevêtrées. En effet, d’une activité intellectuelle intense au sein même de l’Église découlent de nombreuses innovations religieuses. À l’image de la diffusion du monachisme, les monastères deviennent de véritables centres culturels,  la multiplication du culte des reliques organise les pèlerinages et l’effervescence hérétique (à l’exemple du catharisme ou du hussitisme), et se développe avant d’échapper au contrôle de l’Église… Autant de signes qui démontrent que les hommes d’Église sont plongés dans ce bouillonnement d’idées et apparaissent comme les grands hommes de sciences de l’époque à l’instar de Gerbert d’Aurillac ou d’Albert le Grand. Au XIIIe siècle, la science se compile peu à peu en traités et en encyclopédies. Le Speculum majus du dominicain Vincent de Beauvais en est l’un des exemples les plus volumineux. Enfin, c’est cette même Église qui fait fleurir les cathédrales et façonne ainsi l’architecture médiévale et l’architecture des villes pour longtemps.

Le Livre des propriétés des choses, Barthélémy l’Anglais, traduction de Jean Corbichon, manuscrit du XVe siècle, Bibliothèque nationale de France, Département des manuscrits, Français 216, fol 87. Gallica (BnF).

Mais la principale invention de l’Occident médiéval naît dans les villes, il s’agit de l’Université6. À partir du XIIe siècle, les clercs acquièrent davantage d’autonomie et se regroupent pour enseigner ; ils s’installent dans les villes ouvertes et sont encouragés par les princes. Ainsi l’Université de Paris acquiert rapidement une forte renommée et se structure en quatre facultés : les arts libéraux7, la médecine, le droit et la théologie. L’Université contribue à donner aux villes les plus importantes une dynamique d’apprentissage, de raisonnement et de développement des sciences.

Autre élément emblématique du Moyen Âge, c’est l’apparition des horloges mécaniques sur les églises ou les bâtiments communaux. La question de la notion du temps et des rythmes, de l’innovation rythmique, taraude les médiévistes8. Visibles dans la liturgie, à la récitation du psautier, par le jeu des cloches, dans l’observation des rythmes cosmiques, les rythmes fondamentaux des saisons, de la semaine, du jour, scandent le temps de la société médiévale. Les horloges mécaniques qui se dressent peu à peu dans les villes cadencent la vie des hommes. On voit aussi au début du XIe siècle la mesure et l’écriture de la musique prendre la forme qu’on lui connaît actuellement avec sa portée et son système de notes grâce à Gui d’Arezzo9 .

Ce temps est également marqué par la montée de la bourgeoisie. Résidant dans les villes, les marchands sont le fruit de l’accroissement du commerce en Occident, de l’expansion des villes et du mouvement communal. Beaucoup de cités sont le théâtre de luttes à caractère social au cours du Moyen Âge ; le terme de « bourgeois » implique dès lors une certaine aisance, la possession de droits sur le terroir de la cité10. Église, universités, bourgeoisie, les fondements de la société médiévale créent un terreau favorable et propice, porteur des germes de la Renaissance.

III. Les germes de la Renaissance

À la fin du XVe siècle, l’humanisme renouvelle les savoirs et prône l’épanouissement de l’Homme par la connaissance et l’éducation. Ce mouvement, plus qu’une révolution, est le fruit de l’évolution des siècles précédents. Il se nourrit de la transformation des livres et de la croissance de l’imprimerie. Le Moyen Âge voit le passage du volumen au codex, du papyrus au parchemin, puis au papier, de la xylographie aux débuts de l’imprimerie par caractères mobiles. Des presses s’installent rapidement dans les grandes villes d’Europe à la fin du XVe siècle, en 1470 à Paris, donnant naissance aux incunables11. et apportant une plus ample diffusion de l’écrit par l’imprimé.

Ces innovations, on les trouve aussi dans l’art en général, à tel point que le démarrage de la Renaissance varie en fonction des avancées artistiques des pays. Ainsi on considère traditionnellement que  l’Italie débute sa Renaissance plus tôt que les autres pays européens, au XIIIe siècle. Si l’orfèvrerie est un art purement médiéval, la peinture évolue au cours du XVe siècle reproduisant davantage le réel et la perspective et s’approprie les sujets profanes.

Enfin, la Renaissance, c’est surtout une connaissance du monde par les Européens amplifiée avec la découverte de continents inconnus. La multiplication des voyages correspond à une amélioration des moyens de transports (gouvernail), de la cartographie et de la connaissance des itinéraires et des localisations (boussole et astrolabe). Cependant, avant le XVIe siècle, les voyages médiévaux12 sont courants ; il suffit de penser aux grandes migrations des IIIe-IVe siècles, aux moines missionnaires, aux invasions vikings ou encore aux croisades. À l’exemple d’Ibn Battuta (1304-1377), l’explorateur et voyageur marocain qui a parcouru des kilomètres entre Tombouctou et la Volga et de Tanger à l’extrême Orient. L’assaut de l’Occident vers les océans, les Amériques et les routes des Indes le fait basculer dans l’époque moderne.

Globe terrestre, Martin Behaim, Reproduction en fac-similé de 1847 du globe de Nuremberg, Musée germanique de Nuremberg, département Cartes et plans, Rés. Ge D 7661. Gallica (BnF).

 

Conclusion

Issues des savoirs et des techniques de l’Antiquité, les sciences médiévales nourrissent la période postérieure du XVIe siècle, siècle en France de la Renaissance certes, mais il ne s’agit pas d’une véritable révolution. Les paroles attribuées à Bernard de Chartres, maître du XIIe siècle, cité par Jean de Salisbury dans le livre III du Metalogicon (1159), résument bien cette pensée médiévale :

Nous sommes des nains juchés sur des épaules de géants. Nous voyons ainsi davantage et plus loin qu’eux, non parce que notre vue est plus aigüe ou notre taille plus haute, mais parce qu’ils nous portent en l’air et nous élèvent de toute leur hauteur gigantesque.

 

Manuscrit encyclopédique contenant des dessins allégoriques et médicaux, Library of Congress, 1410, Rosenwald Collection ms. no. 4, FOL 5r, fig.44.

Quelques pistes bibliographiques :

Liste iconographique présentée à la conférence « Le Moyen Âge : temps obscurs ou siècles d’innovation ? » BnF – Rendez-vous de l’Histoire de Blois – 7 octobre 2017 

La continuité de l’Antiquité

[Monnaie. Follis, Justinien I, Empire byzantin, Antioche] Bibliothèque nationale de France, département Monnaies, médailles et antiques, BYZ-719,  http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b10455851k

[Monnaies mérovingiennes] Bibliothèque nationale de France, département Monnaies, médailles et antiques, MER-2055, http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b10458270q/f1.double

Denier de Charlemagne, Bibliothèque nationale de France, département Monnaies, médailles et antiques exemplaire unique, Denier Carol. 981, http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b7700118m

Le livre de Jehan Bocace des cas des nobles hommes et femmes, Giovanni Boccaccio, Laurent de Premierfait, Pierre Favre, Bayerische Staatsbibliothek, 1458, Cod.gall. 6, http://daten.digitale-sammlungen.de/~db/0009/bsb00092987/images/index.html?seite=6&fip=193.174.98.30

Policraticus, octo libris : praemittitur ejusdem eutheticus versibus elegiacis, Jean de Salisbury, manuscrit du XVIe siècle, Bibliothèque nationale de France, Département des manuscrits, Latin 6417, Fol 2, http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b90665313/f1.item.zoom

Carolinus Aegidii, scriptus ad instructionem illustris pueri Ludovici IX. Francorum Regis ; sive gesta Caroli Magni, versibus heroïcis : praemittuntur quinque folia, in quibus, manuscrit du XIIIe siècle, Bibliothèque nationale de France, Département des manuscrits, Latin 6191, http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b9066816f

Missale benedictinum ad usum Trecensem, manuscrit du XIe siècle, Bibliothèque nationale de France, Département des manuscrits, Latin 818, Fol 2v, http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b8432307f/f12.item

L’Organon d’Aristote, avec le commentaire de Godefroid de Fontaines, manuscrit fin du XIIIe siècle, Bibliothèque nationale de France, Manuscrits, latin 16080, Fol 2, http://classes.bnf.fr/ecritures/grand/e150.htm

L’Organon, la Rhétorique et la Poétique d’Aristote, et l’Isagoge de Porphyre, 1027, Bibliothèque nationale de France, Département des manuscrits, Arabe 2346, Fol 1v, http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b8422956q?rk=85837;2

Mansour b. Eliyās Chirāzi. Tashrih al-badan, manuscrit persan, Bibliothèque nationale de France, Département des manuscrits, Supplément Persan 1555, Fol 29r, http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b8432221c/f63.item

Biblia. Pentateuchus [Pentateuque dit d’Ashburnham ou de Tours], Bibliothèque nationale de France, Département des Manuscrits, NAL 2334, Fol 6r, http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b53019392c/f21.item

Français 126, manuscrit du XVe siècle, Contient Extrait du Livre du Régime des Princes, de « Gille de Romme », Bibliothèque nationale de France, Département des manuscrits, Français 126, Fol 7r, http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b105389095/f15.image

Albucasis. Observations sur la nature et les propriétés de divers produits alimentaires et hygiéniques, sur des phénomènes météorologiques, sur divers actes de la vie humaine, etc. manuscrit du XVe siècle, Bibliothèque nationale de France, Département des manuscrits, NAL 1673, http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b105380445

Très belles Heures de Notre-Dame, manuscrit du XVe siècle, Bibliothèque nationale de France, Département des Manuscrits, NAL 3093, Fol 61v, http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b84496839/f80.item

Retable de l’église de Bas Wildungen, Allemagne, Conrad von Soest, 1403, https://evangelische-kirchengemei.jimdo.com/unsere-kirchen/stadtkirche/altarbild/

Livre des femmes nobles et renommées,  Giovanni Boccaccio, 1403, Bibliothèque nationale de France, Département des Manuscrits, Français 598, Fol 13r, http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b84521932/f37

Graduale ad usum ecclesiae Sancti Deodati, manuscrit du XVIe siècle, bibliothèque municipale de Saint-Dié, accès sur la Bibliothèque virtuelle des manuscrits de l’IRHT, manuscrit 74, Fol 338, http://bvmm.irht.cnrs.fr/consult/consult.php?mode=ecran&panier=false&reproductionId=15777&VUE_ID=1398977&carouselThere=false&nbVignettes=4×3&page=21&angle=0&zoom=petit&tailleReelle=

Fragments du Traité sur les plantes de Dioscoride, manuscrit du XIIe siècle, Bibliothèque nationale de France, Département des manuscrits, Arabe 4947, Fol 16r, http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b84229648/f77

Averroès (1126-1198), Lithographie du XIXe siècle, collection du Dr. Munaret, Collection Bibliothèque de l’Académie nationale de médecine, BIU-Santé, http://www.biusante.parisdescartes.fr/histoire/images/index.php?refphot=anmpx09x0115

Le Moyen Âge, des innovations médiévales ?

Le pape Sylvestre II avec le diable [Papst Silvester II mit dem Teufel], Chronicon pontificum et imperatorum, Hagenau, Bibliothèque universitaire d’Heidelberg, 1460, Cod. Pal. germ. 137, Fol 216v, http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/cpg137/0428/image?sid=dae735fa56a97542567341932a46df0e

Liber Scivias, Hildegarde de Bingen, Bibliothèque universitaire d’Heidelberg, 1220, Cod. Sal. X, 16, Fol 3v, http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/salX16/0008

[Recueil. Portraits de saint Albert le Grand], Bibliothèque nationale de France, département Estampes et photographie, N-2 (ALBERT LE GRAND, Saint), http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b85282446/f15.item

De animalibus, Albert le Grand, manuscrit du XIVe siècle, Bibliothèque nationale de France, Département des manuscrits, Latin 16169, Fol 134r, http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b85409542/f269.image

Saint Thomas d’Aquin prêchant devant des fidèles, gravure sur bois, Liber quattuor causarum Beati Thome de Aquino opus dignissimu cuilibet virtuose viuere voleti atque anime sue salute desiderati perutilissimum quaternatim p[ ro] cedens incipit feliciter, manuscrit du XVIe siècle, Bibliothèque municipale de Toulouse, Res. D XVI 1135 – Fol 1v, http://numerique.bibliotheque.toulouse.fr/ark:/74899/B315556101_RD16_1135_001V

Album de dessins et croquis, Villard de Honnecourt, manuscrit du XIIIe siècle, Bibliothèque nationale de France, Département des manuscrits, Français 19093, http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b10509412z/

Le Livre des propriétés des choses, Barthélémy l’Anglais, traduction de Jean Corbichon, manuscrit du XVe siècle, Bibliothèque nationale de France, Département des manuscrits, Français 216, Fol 87, http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b90594745/f87.item

Hortus deliciarum, Herrade de Landsberg, Christian Maurice Engelhardt, J-G Cotta, 1818, Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg, R43, p.8, http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9400936h/f12.image

Miroir historial, Vincent de Beauvais, traduit par Jean de Vignay, 1333, Bibliothèque nationale de France, Département des Manuscrits, Français 316, Fol 1r, http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b10507212h

[Recueil. Portraits d’Abailard, philosophe], Pierre Abélard, Bibliothèque nationale de France, département Estampes et photographie, N-2 (ABAILARD), http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b8509921c/f1.item

[Illustrations de Le Grant testament Villon et le petit], François Villon, 1489, Bibliothèque nationale de France, Réserve des Livres Rares, Res Ye 245, http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b22000255/f8

Livre des profits champêtres et ruraux ou Rustican, Pierre de Crescens, 1470-1475, Bibliothèque de l’Arsenal, Ms-5064 réserve, Fol 299v, http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b7100618w/f622

[Partie de l’Antiphonaire de l’office], musique liturgique manuscrite, XVe siècle, Bibliothèque nationale de France, département Musique, RES F-965, Fol 1v, http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b530805157/f6.item

Livre du gouvernement des princes, Gilles de Rome, 1444, Bibliothèque de l’Arsenal, Ms-5062, Fol 149v, http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b55010125f/f302.item

Les germes de la Renaissance

« Piéton » de l’échiquier de Charlemagne, Ivoire fin XIe siècle, Bibliothèque nationale de France, département des Monnaies, médailles et antiques, inv.55.323, http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b55009944n

Recueil. Tarot dit de Charles VI, jeu de cartes, fin XVe siècle, Bibliothèque nationale de France, département Estampes et photographie, RESERVE KH-24-BOITE ECU, http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb403537867

Jeu de cartes à enseignes espagnoles, Antoine de Logiriera, fin XVe siècle, Bibliothèque nationale de France, département Estampes et photographie, RESERVE KH-206 (2)-BOITE FOL < ESTNUM-7195  >, http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b10543738s

Histoire de la guerre sainte, Guillaume de Tyr, manuscrit du XIIIe siècle, Bibliothèque nationale de France, département des manuscrits, Français 2824, Fol 1r, http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b85295204/f11.item

Chroniques de Jean Froissart, manuscrit du XVe siècle, Bibliothèque nationale de France, département des manuscrits, Français 2643, Fol 387r, http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b84386043/f797.image

Les Vigiles de Charles VII, Martial de Paris, dit D’Auvergne, manuscrit du XVe siècle, Bibliothèque nationale de France, département des manuscrits, Français 5054, Fol 203r, http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b105380390/f419.image

Beatus a Liebana, Commentaire de l’Apocalypse, manuscrit du XIe siècle, Bibliothèque nationale de France, département des manuscrits, Latin 8878, Fol 45 bis v, http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b52505441p/f104.image

Globe terrestre, Martin Behaim, Reproduction en fac-similé de 1847 du globe de Nuremberg, Musée germanique de Nuremberg,  département Cartes et plans, Rés. Ge D 7661, http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b55008737g/f1.medres3d

Les premières Œuvres de Jacques Devaulx, pilote de la marine, 1583, Bibliothèque nationale de France, département des manuscrits, Français 150, Fol 20r, http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b550024840/f60.image

L’astrolabe, Cuivre, 1526, Nuremberg, Bibliothèque nationale de France, département des Cartes et plans, GEA 330, http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b52505767b.r=astrolabe

Les Makamat de Hariri, exemplaire orné de peintures exécutées par Yahya ibn Mahmoud ibn Yahya ibn Aboul-Hasan ibn Kouvarriha al-Wasiti, manuscrit arabe, 1236-1237, Bibliothèque nationale de France, département des manuscrits, Arabe 5847, Fol 119v, http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b8422965p/f248.image

Decretum Pii II. de bello contra Turcos gerendo, manuscrit du XVe siècle, Bibliothèque nationale de France, département des manuscrits, Latin 5565A, http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b9067654r/f106.image

Manuscrit encyclopédique contenant des dessins allégoriques et médicaux, Library of Congress, 1410, Rosenwald Collection ms. no. 4, FOL 5r, http://memory.loc.gov/service/rbc/rbc0001/2006/2006rosen0004/2006rosen0004.pdf

Citer ce billet : Séverine Boullay, "Le Moyen Âge : temps obscurs ou siècles d’innovations ?," in L'Histoire à la BnF, 14/12/2017, https://histoirebnf.hypotheses.org/1378, [consulté le 17/12/2017].
  1. Traditionnellement le Moyen Âge débute à la fin du Ve siècle avec la déposition de l’Empereur romain d’Occident Romulus Augustule en 476 et s’achève à la fin du XVe siècle avec  le voyage de Christophe Colomb aux Amériques en 1492. []
  2. Transfert de puissance. []
  3. Transfert des études. « Ad notitiam ignoti » : l' »Organon » dans la « translatio studiorum » à l’époque d’Albert le Grand, édité par Julie Brumberg-Chaumont, Brepols, 2013. []
  4. Histoire de la pensée médicale en Occident. 1, Antiquité et Moyen âge / J. Agrimi, J.-N. Biraben, C. Crisciani… [et al.] ; sous la direction de Mirko D. Grmek, Éd. du Seuil, 2014. []
  5. Montpellier et la médecine andalouse au Moyen âge : transfert des textes et des savoirs / Jean-Louis Bosc ; Presses universitaires de la Méditerranée, 2016. []
  6. Les universités au Moyen âge / Jacques Verger, PUF, 2013. []
  7. Depuis l’Antiquité, les arts libéraux en matière d’enseignement forment le socle de connaissance divisé entre le Trivium (grammaire, dialectique, rhétorique) et le Quadrivium (arithmétique, musique, géométrie, astronomie). []
  8. Les rythmes au Moyen âge / Jean-Claude Schmitt, Gallimard, 2016. []
  9. Dennery Annie. Du melos à la note : Les notations musicales au Moyen Âge. In: Médiévales, n°3, 1983. Trajectoire du sens. pp. 40-54. []
  10. Les racines de la bourgeoisie : Europe, Moyen âge / Simone Roux, Éd. Sulliver, 2011. []
  11. Un incunable est, par convention, un livre imprimé avant 1501 : http://classes.bnf.fr/livre/arret/histoire-du-livre/imprimerie/02.htm []
  12. Les grandes découvertes : d’Alexandre à Magellan / Jean Favier, Fayard, 2010 []

Séverine Boullay

chargée de collections en histoire médiévale au département Philosophie, histoire, sciences de l’homme

More Posts

[Centenaire de l’indépendance finlandaise] Focus sur quelques voyageurs francophones en Finlande

Le 6 décembre 2017, la Finlande fête le centenaire de son indépendance. C’est un pays qui reste mal connu : ainsi on continue, même dans des ouvrages récents, à l’associer à la Scandinavie dont elle ne fait pourtant par partie, comme le rappelle la légende de cette carte de 1928.

« Le soleil de minuit », illustration tirée de Le pays du soleil de minuit : voyages d’été en Suède, en Norwège, en Laponie et dans la Finlande septentrionale par Paul Du Chaillu. Paris, C. Lévy, 1882. Gallica (BnF).

La Finlande n’évoque le plus souvent que les saunas, les lacs et des pilotes d’automobile.  Pourtant des Français se rendent en Finlande depuis bien longtemps, même si les récits sur ce pays sont assez rares : le voyage en Finlande fait généralement partie d’un tour plus général dans les pays nordiques ou d’une exploration en Laponie, qui concerne alors essentiellement la Norvège.

Pour accompagner l’histoire de ces périples en Finlande deux guides sont indispensables : Le Voyage en Scandinavie, anthologie de voyageurs, 1627-1914 (2001) qui malgré son titre s’intéresse aussi à la Finlande et Au pays des vendeurs de vent : voyager en Laponie et en Finlande du XVe au XIXe siècle (2017) qui propose notamment les itinéraires empruntés par chacun des voyageurs.

Les premiers voyageurs français font partie de ce que l’on peut appeler les découvreurs. Jean-François Regnard, dont le récit de voyage en Laponie (1681) est toujours réédité, ne fait qu’effleurer la Finlande, à Tornio. Maupertuis, qui le suit de quelques décennies (1735-1736), fera de ce même Tornio son camp de base : son voyage, comme l’indique son titre (La figure de la terre déterminée par les observations de Mm. de Maupertuis, Clairaut, Camus, Le Monnier,..), a une visée scientifique, pour laquelle Maupertuis visite rapidement le nord-ouest de la Finlande, notamment le village de Pello.

Il faudra donc attendre un peu pour voir des voyageurs séjourner plus longuement en Finlande et s’y intéresser vraiment. Xavier Marmier, s’il fait lui aussi partie d’une commission scientifique, consacre le dernier chapitre de ses Souvenirs de voyages et traditions populaires (1841) aux traditions finlandaises :

« Entre les sauvages montagnes de la Laponie et les deux principaux golfes de la mer Baltique, il existe une contrée pittoresque, curieuse, qui, à travers toutes les vicissitudes du temps, a conservé, comme notre Bretagne, sa langue ancienne et sa poésie. C’est la Finlande […] peu de voyageurs ont parcouru cette vaste province, mais ceux qui y ont été font un tableau curieux de ses habitations de paysans, ouvertes par le haut, éclairées par quelques torches de résine, inondées de fumée, de ces bains à vapeur ou les hommes et les femmes s’en vont ensemble dans une température de soixante degrés pour se rouler ensuite dans la neige. »

Marmier évoque ici deux des éléments qui vont le plus dépayser les voyageurs : les saunas et la langue finnoise (si le pays est sous domination suédoise et si la plupart des voyageurs citent les noms des localités en suédois, la grande majorité de la population parle le finnois). Il n’oublie pas non plus ce qui va fasciner les chercheurs : « L’histoire primitive de la Finlande est un des points les plus obscurs qui existent dans les annales du Nord ».

Deux autres voyageurs importants, qui passeront davantage de temps en Finlande, auront pour leur part une approche ethnologique dans leurs récits. Ainsi Louis-Antoine Léouzon Le Duc,  dont le titre du livre (1845) annonce clairement l’ambitieux programme : La Finlande : son histoire primitive, sa mythologie, sa poésie épique, avec la traduction complète de sa grande épopée : le Kalewala, son génie national, sa condition politique et sociale, depuis la conquête russe. Il publie en effet dans ce livre la première traduction en français du Kalevala d’Elias Lönnrot, considéré comme l’épopée nationale finlandaise. Paul du Chaillu le suit de quelques décennies. Après avoir fait d’abord de longs séjours en Afrique, ce personnage étonnant publie en 1882 Le pays du soleil de minuit : voyages d’été en Suède, en Norwège, en Laponie et dans la Finlande septentrionale, fruit de deux longs séjours dans les pays nordiques une dizaine d’années plus tôt. Le titre, pour attirer le lecteur, fait référence à ce qui est déjà avec les aurores boréales un topos du tourisme en Finlande : le soleil de minuit. On le voit également attentif aux moustiques, autre classique du voyageur en Finlande, mais aussi soucieux d’étudier la population locale quand il parle des cabanes de pêcheurs :

« L’intérieur et les abords étaient repoussants de saleté ; des entrailles et des têtes de poissons gisaient de tous les côtés et deux barils remplis de poisson salé répandaient une odeur de poisson qui donnait des nausées […] ; les lits se composaient d’herbe et de boue, et les couvertures en peau de mouton avaient depuis longtemps perdu leur blancheur première pour devenir noires et malpropres. »

« Attaqués par les moustiques ». illustration tirée de Le pays du soleil de minuit : voyages d’été en Suède, en Norwège, en Laponie et dans la Finlande septentrionale par Paul Du Chaillu. Paris, C. Lévy, 1882. Gallica (BnF).

Quelques écrivains qui ont visité la Finlande en rapportent aussi des témoignages. Ainsi Bernardin de Saint-Pierre dans ses étonnantes Observations sur la Finlande d’août 1763 :

« Ce serait un journal bientôt fait que celui de mon voyage en finlande, des roches, des bois, des lacs, quelques malheureux villages, des villes fort pauvres, voila tout ce que vous voyés jusqu’aux frontières de suede. les  mœurs des habitants sont tristes comme le pays, il y  en a deux grandes raisons, le climat et la mauvaise nourriture, ils mangent en quelques endroits du pain fait de le seconde ecorse du bouleau mêlé avec des racines de marais. c’est un aliment détestable qui empoisonne beaucoup de ces malheureux. ce n’est pas que le pays ne puisse fournir à la subsistance de ses habitants ; mais les Seigneurs disent que les paysans sont paresseux, et les paisans de plaignent de la dureté de leurs seigneurs.

Voilà à peu pres ce qu’observera tout voyageur qui parcourera la finlande ; mais l’homme de guerre doit y voir autre chose que des malheureux et des roches [orthographe originale respectée]. »

Germaine de Staël  traverse pour sa part la Finlande dans un voyage entre Saint-Pétersbourg et la Russie en 1812 : elle ne fait, comme elle le dit elle-même, qu’un passage en Finlande dont elle ne retient hélas pas grand-chose. Quant à Alexandre Dumas dans ses Impressions de voyage en Russie (depuis 1812 la Finlande, jusqu’alors sous domination suédoise, est passée sous domination russe), il résume en quelques paragraphes, à grand traits et avec quelques généralisations,  l’histoire de la Finlande et de ses habitants :

« Les Finnois, en latin Fenni, sont tout simplement des Huns égarés dans leur route. Ils ressemblent encore prodigieusement aujourd’hui, comme type national, au portrait que nous avons d’Attila, sauvage pasteur de leur sauvage troupeau. »

« Pêcheurs du lac Givijarvi« . illustration tirée de Le pays du soleil de minuit : voyages d’été en Suède, en Norwège, en Laponie et dans la Finlande septentrionale par Paul Du Chaillu. Paris, C. Lévy, 1882. Gallica (BnF).

À partir de la fin du XIXe siècle les voyageurs en Finlande sont moins nombreux. Plus précisément, moins nombreux sont ceux qui en rapportent un récit. Il faut toutefois noter l’exception notable du Belge Jules Leclercq qui fut Président de la Société royale de géographie de Belgique mais qui fit paraître l’essentiel de ses livres à Paris. Il offre avec La Finlande aux mille lacs publié en 1914 une remarquable synthèse du pays. C’est d’abord un livre qui par son titre annonce sa vocation touristique : il est en effet illustré de magnifiques photographies, et s’avère être un précieux guide avec des conseils et les curiosités à voir.

Ainsi, ce grand voyageur compare les chutes d’Imatra à celles du Niagara et de Victoria. Il propose également une carte avec les lignes des bateaux à vapeur et des voies de chemin de fer (y compris celles en projet !). Mais dès son avant-propos l’auteur annonce ses ambitions :

« Peut-on parler de la Finlande sans toucher à des sujets d’histoire, de littérature, et sans entrer dans le domaine brûlant de la politique contemporaine ? Ce volume contient les impressions recueillies au cours de deux voyages en Finlande entrepris à quelques années d’intervalle. »

Jules Leclercq. La Finlande aux mille lacs… Paris : Plon-Nourrit, 1914. Dpt Philosophie, histoire, sciences de l’homme, cote 8-M-17040

Il nous guide donc à la fois dans la Finlande des forêts et celle des villes, la Finlande industrielle de Tampere (« le Manchester du Nord »), nous donne un aperçu du Kalevala, « son épopée nationale, belle comme l’Iliade », et finit par un chapitre sur le « Droit de la Finlande » qui est un plaidoyer lucide et engagé pour son indépendance.

Il faut bien reconnaître qu’aujourd’hui il n’y a plus beaucoup de récits de voyages en Finlande : elle est devenue un pays de touristes, de voyageurs, mais qui ne racontent pas. Elle n’est plus assez exotique, trop occidentale : on la connaît mieux aussi grâce notamment aux romans d’Arto Paasilinna et aux films d’Aki Kaurismäki. La littérature sur la Finlande, c’est donc aujourd’hui surtout les guides touristiques, dans lesquels on retrouve sans surprise les lacs, les saunas et les aurores boréales.

 

Citer ce billet : Bertrand Tassou, "[Centenaire de l’indépendance finlandaise] Focus sur quelques voyageurs francophones en Finlande," in L'Histoire à la BnF, 06/12/2017, https://histoirebnf.hypotheses.org/1350, [consulté le 17/12/2017].

 

Bertrand Tassou

Bertrand Tassou est conservateur au département Philosophie, histoire sciences de l’homme à la BnF, chargé de collections en géographie.

More Posts

Le verre à la Renaissance (part. I) : verre et arts de la table

Le 20 septembre 2017 s’est ouverte au Musée de Cluny l’exposition « Le Verre, un Moyen Âge inventif » . La majorité des œuvres présentées sont évidemment des objets de verre, issus de fouilles archéologiques ou de collections muséales, mais la BnF a également contribué de façon significative en prêtant pour l’occasion une vingtaine de manuscrits et d’incunables dont les enluminures et gravures  illustrent le contexte de l’usage des verres au Moyen Âge. Il n’est en effet pas toujours évident de déduire la fonction des pièces que l’on retrouve en fouilles d’après leur forme (très peu décrite dans les archives) et en cela les manuscrits et livres imprimés constituent une source d’informations précieuse. L’exposition met ainsi en regard les objets présentés et leur représentation figurée. Les ressources offertes par la BnF sont également très utiles pour étudier l’histoire du verre à une période plus tardive : nous nous intéresserons ici plus particulièrement au XVIe siècle français, période qui suit immédiatement celle étudiée dans le cadre de l’exposition, et en l’occurrence au lien entre verre et service de la boisson. L’étude des verres spécialisés (verrerie d’apothicaire, de médecine, objets insolites…) fera l’objet d’un second billet.

Continuer la lecture de Le verre à la Renaissance (part. I) : verre et arts de la table

Elise Vanriest

Archiviste Paléographe. Doctorante au Labex Hastec/Ecole Pratique des Hautes Etudes.

More Posts

1933 : le Japon photographie la Mandchourie occupée

Contexte historique

Le terme de « Mandchourie », d’origine occidentale, n’a qu’un sens géographique correspondant au Nord-Est de la Chine, sauf pendant la très brève période (1931-1945) au cours de laquelle la Mandchourie politique a coïncidé avec la Mandchourie géographique.

Carte de la Russie, Japon, Corée, Mandchourie, publiée par A. Taride, 1903-1904. Gallica (BnF).

C’est de cette époque que date la publication japonaise présentée ici : Report of the first scientific expedition to Mandchoukuo under the leadership of Shigeyasu Tokunaga : June-October 1993. Tokyo : Office of the scientific expedition to Mandchoukuo, Faculty of science and engineering, Waseda University, 1934-1939.

Continuer la lecture de 1933 : le Japon photographie la Mandchourie occupée

Florence Paschal

Gestionnaire de collections en sciences sociales au département Philosophie, histoire, sciences de l’homme

More Posts

Journal d’un médecin de campagne : un chirurgien français dans les guerres balkaniques

Le docteur Rebreyend à la Bibliothèque nationale de France

Intervention présentée à l’occasion de la journée d’étude « Les Balkans au tournant de leur histoire : 1912-1913 », organisée le 5 décembre 2013 par la Bibliothèque nationale de France en collaboration avec l’EHESS, l’Université Paris I Panthéon Sorbonne, l’INALCO, la BULAC, Paris : Bibliothèque nationale de France, 2013.

En 1914, à Tours, la maison d’édition Alfred Mame et fils édite l’ouvrage d’un médecin français, le docteur Paul Rebreyend1, envoyé en Bulgarie par la Société française de secours aux blessés, d’abord à Philippopoli en octobre 1912 puis, en avril de l’année suivante, à Andrinople. Entré aussitôt à la Bibliothèque nationale au titre du dépôt légal, ce document constitue un témoignage au cœur des guerres balkaniques. Près de lui, dans les rayonnages de la bibliothèque, reposent d’autres récits personnels – journalistiques ou militaires pour la plupart – dédiés aux mêmes évènements.

Certaines de ces publications sont réparties entre plusieurs départements de la BnF : les thèses de médecine fondées sur l’expérience de ces guerres se trouvent par exemple dans le département Sciences et techniques. Mais le lot essentiel des ouvrages est groupé dans le département Philosophie, histoire, sciences de l’homme : une bonne partie d’entre eux se trouve sous la lettre « J » conformément à l’ancien classement thématique et topographique des collections.

L’ensemble des documents entrant à la Bibliothèque nationale par la voie du dépôt légal à cette époque apparaît comme un miroir de l’attention éditoriale et intellectuelle accordée aux guerres balkaniques de 1912 et 1913. L’abondance des publications en français révèle un vif intérêt pour ce qu’on appelle encore souvent « les évènements des Balkans ». Dans le même temps et bien que le dépôt légal ne s’applique pas encore aux photographies (il faudra pour cela attendre 1925), les agences de presse Rol et Meurisse déposent à la bibliothèque des clichés des combats et des populations civiles engagées malgré elles dans ces conflits2.

Balkans, soins à un soldat serbe allongé sur une civière / Agence Rol, Novembre 1912. photogr. nég. sur verre ; 13 x 18 cm. dép. des Estampes et de la photographie, cote EI-13 (217)

Alors que les ouvrages entrés dans les collections par voie d’acquisition ou de don ont un caractère sélectif, fondé sur des critères visant à opérer les choix les plus judicieux possibles dans une vaste production mondiale en plusieurs langues, les ouvrages entrés par dépôt légal, qui représentent en principe l’exhaustivité de l’édition française, forment, eux,  un ensemble assez hétéroclite. Deux grands ensembles s’y distinguent toutefois :

  • Le premier regroupe divers textes à caractère militaire, souvent de première main, sur le déroulement des opérations et les stratégies mises en œuvre.
  • Le second rassemble des témoignages plus personnels, généralement produits par des journalistes, rédigés à la première personne et livrant des observations socio-politiques sur la situation dans les pays balkaniques. À côté de ces ensembles figurent des contributions plus ponctuelles et dont certaines nous semblent originales, notamment celle que nous présentons ici.

Continuer la lecture de Journal d’un médecin de campagne : un chirurgien français dans les guerres balkaniques

  1. P. Rebreyend, Les Français aux armées de Bulgarie, Tours, A. Mame et fils, 1914 []
  2. Une centaine de ces photographies sont disponibles sur Gallica, la bibliothèque numérique de la BnF []

Simon Bertin

Conservateur des bibliothèques en disponibilité. Étudiant en médecine à l’Université Paris-Descartes.

More Posts