Archives par mot-clé : Napoléon Ier

Journée d’étude : Napoléon, l’enseignement et les bibliothèques (diffusion en ligne – 12 mars 2021)

Romain Jeuffroy, Napoléon Bonaparte, buste de profil, à droite, avec l’habit de premier Consul, camée, 1801. Gallica (BnF).

Journée d’étude « Napoléon, l’enseignement et les bibliothèques »

La journée d’étude a été mise en ligne sur la chaîne youtube et le site de la BnF au moment même de sa diffusion en direct, vendredi 15 mars. Elle est désormais disponible aux adresses suivantes :
https://www.bnf.fr/fr/agenda/napoleon-lenseignement-et-les-bibliotheques et https://www.youtube.com/watch?v=inznpI7mUSE&t=1s

 

(Diffusion en ligne, 12 mars 2021 – Informations pratiques ici, sur l’Agenda de la BnF)

Dans le cadre des commémorations de l’ « Année Napoléon 2021 », une journée d’étude revient sur les réformes éducatives de l’Empire et le rapport de Napoléon aux bibliothèques. Continuer la lecture de Journée d’étude : Napoléon, l’enseignement et les bibliothèques (diffusion en ligne – 12 mars 2021)

Napoléon à la BnF : les fonds imprimés

A. Mastini. Napoléon Ier, tête nue, de profil, vers la droite. Camée. BnF, Monnaies, médailles et antiques. Gallica (BnF).

Fréquentée par Napoléon Ier, la Bibliothèque nationale, devenue impériale, fut l’objet d’une attention régulière de l’Empereur qui projeta diverses évolutions et reconstructions et lui affecta d’importants subsides pour qu’elle s’organise après l’afflux massif de documents consécutif aux confiscations révolutionnaires. Napoléon Ier est aussi le créateur en 1811 de la Bibliographie de la France (alors intitulée Bibliographie de l’Empire français), qui depuis deux siècles recense systématiquement à partir du dépôt légal l’ensemble de la production éditoriale française1.

La mémoire de l’Empire est présente dans de nombreuses collections et dans presque tous les départements de la Bibliothèque nationale de France (BnF) : écrits personnels de l’Empereur et de son entourage, témoignages et études sur son action ou son règne, production imprimée – la presse notamment – réalisée sous l’Empire, documentation iconographique – cartes ou estampes-, monnaies et médailles – de celui qui fut le créateur du Franc Germinal…

Ce billet présente succinctement les principaux fonds imprimés en rapport avec Napoléon Ier et son règne.

Continuer la lecture de Napoléon à la BnF : les fonds imprimés

  1. Voir le site de la Bibliographie nationale française. []

Fabien PLAZANNET

Directeur du département Philosophie-Histoire-Sciences de l'homme à la Bibliothèque nationale de France

More Posts

L’Enseignement de l’Histoire sous la Révolution et l’Empire

[Ce billet fait suite à une conférence donnée en mars 2018 par l’auteur à la Fondation Napoléon.]

L’enseignement de l’histoire connaît d’importants bouleversements durant la période révolutionnaire et impériale : pour la première fois la France se dote d’un cadre d’enseignement national et officiel ; discipline de second rang sous l’Ancien régime, l’histoire devient l’objet d’enjeux politiques et suscite un vif intérêt du pouvoir1.

L’héritage du XVIIIe siècle

Plan de l’ancienne abbaye de Saint-Germain des prés en 1687. Extraite du Monasticon Gallicanum de Dom Michel Germain, édité en 1871. Exemplaire du dép. des Manuscrits, BnF.

À la veille de la Révolution française, l’histoire est une science qui a beaucoup progressé : depuis le XVIIe siècle, elle peut s’appuyer sur une méthode critique et des travaux d’érudition de qualité. Les Bénédictins de la Congrégation de Saint-Maur2 en particulier ont produit des œuvres de haut niveau scientifique : Acta sanctorum, Gallia Christiana ; Art de vérifier les dates… Depuis la fin du XVIe siècle, l’histoire représente de manière assez constante environ 10 % de la production éditoriale en France3. Les règnes de Louis XIV et de Louis XV ont vu la publication d’Histoires de France réputées, grands succès de librairie souvent réédités : Histoire de France de François de Mézeray dans les années 1640-1650, Histoire de France de Claude Velly un siècle plus tard4.

Continuer la lecture de L’Enseignement de l’Histoire sous la Révolution et l’Empire

  1. Même si cet intérêt a bien entendu existé sous l’Ancien Régime : cf. La Monarchie absolutiste et l’histoire en France : théories du pouvoir, propagandes monarchiques et mythologies nationales : colloque tenu en Sorbonne les 26-27 mai 1986 / [organisé par le Centre de recherches sur l’Occident moderne de l’Université de Paris IV]. Paris, Presses de l’université de la Sorbonne, 1987. []
  2. M. Laurain, « Les travaux d’érudition des Mauristes : origine et évolution », Revue d’Histoire de l’Église de France, t.43 (1957), p.231-272. []
  3. Histoire de l’édition française / sous la dir. de Henri-Jean Martin et Roger Chartier. Tome 2, Le livre triomphant, 1660-1830. Paris, Promodis, 1984. []
  4. En particulier : François Eudes, sieur de de Mézeray (1610-1683), commissaire des guerres et pensionné de Richelieu publia de 1643 à 1651 une Histoire de France en 3 volumes dédiée à Louis XIII. Libre-penseur et critique du système fiscal, il perdit sa pension sur ordre de Colbert mais fut toutefois élu à l’Académie française en 1675.  Son Histoire de France fut un immense succès d’édition et Sainte-Beuve la considérait encore au XIXe siècle comme « une lecture des plus fertiles et des plus nourrissantes pour l’esprit ». []

Fabien PLAZANNET

Directeur du département Philosophie-Histoire-Sciences de l'homme à la Bibliothèque nationale de France

More Posts