Archives par mot-clé : passe vaccinal

Le ‘certificat de vaccine’ : un papier indispensable au XIXe siècle (2/2)

Dans le billet précédent, nous avons pu voir que la vaccination antivariolique est en théorie devenue difficile à contourner au cours du XIXe siècle. En effet, crèches, écoles, armées1, hospices, métiers divers, ont peu à peu fait de la présentation du certificat de vaccine ou des traces de variole la condition de l’admission en leur sein, rendant ainsi la vaccination de la population masculine de plus en plus systématique. Les femmes des milieux ruraux modestes sont alors les grandes oubliées de cet effort vaccinal jusqu’aux lois Ferry de 1881 qui, en rendant l’instruction obligatoire, permettent qu’une fois au moins dans leur vie elles soient interrogées sur leur variolisation et (en principe !) vaccinées.

Docteur X…, “Le monde savant“, Le Petit Journal, 25 mars 1890. Gallica (BnF).

Continuer la lecture de Le ‘certificat de vaccine’ : un papier indispensable au XIXe siècle (2/2)

  1. Instituée en 1798, la conscription masculine prévoit un tirage au sort entre ceux qui effectuent leur service et ceux qui ne l’effectuent pas. À partir de 1872, tous – sauf exemption médicale – doivent faire leur service. Voir Frédéric Maguet, « La conscription au XIXe siècle », Histoire par l’image. []

Agnès Sandras

chargée de collections en histoire de France au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts

Le ‘certificat de vaccine’ : un papier indispensable au XIXe siècle (1/2)

Bulletin du Ministère de l’Intérieur, 1907. Page 72. Gallica (BnF).

 

Le « pass(e) vaccinal » a-t-il eu des ancêtres en France ? Nous nous intéresserons ici au « certificat de vaccine » du XIXe siècle qui s’en approche par certains aspects. Si la vaccination antivariolique n’a pas été obligatoire en toutes circonstances au XIXe siècle, elle a été vivement encouragée : mesure après mesure, il a fallu en effet fournir un « certificat de vaccine » pour suivre scolarité et formations, faire son service militaire, et accéder à certains métiers. Le certificat est alors devenu un « papier » qui constituait parfois l’unique preuve d’identité que l’on pouvait spontanément produire. En revanche, il n’a pas pleinement atteint le but recherché par les législateurs et les médecins : parfois rédigé à la hâte ou falsifié, il constituait une preuve imparfaite de la vaccination et ne permettait pas non plus de savoir si la personne avait reçu l’indispensable rappel vaccinal. Il a donc été tout au long du XIXe siècle un élément central des discussions sur la vaccination obligatoire : comment en faire un auxiliaire précieux de l’obligation vaccinale ? Comment en améliorer forme et support ? Autant de questions que la loi sur l’obligation vaccinale de 1902 et son application n’ont qu’imparfaitement résolues, si l’on en croit “La ruée vers les vaccins lors d’une épidémie de variole en 1907” …

Pignat, “Nuance“, Le Journal amusant, 6 janvier 1929. Gallica (BnF).

Continuer la lecture de Le ‘certificat de vaccine’ : un papier indispensable au XIXe siècle (1/2)

Agnès Sandras

chargée de collections en histoire de France au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts