Archives par mot-clé : rosières

Une “industrie fort connue” : le couronnement des rosières (Partie IV – charivaris autour des rosiers de Nanterre et d’ailleurs)

(Ce billet vient clore une série de 4 sur les Rosières : retrouvez ici le billet 1, billet 2, billet 3, et à lire ci-dessous le billet 4.)

Nous avons vu dans le billet précédent que les couronnements de rosières se multiplient au XIXe siècle. Si celui de Salency  avait séduit les aristocrates en quête de fêtes naïves et champêtres au XVIIIe siècle, ceux du XIXe siècle drainent les foules en région parisienne grâce aux  chemins de fer. Parmi les nombreuses personnes de l’assistance, il faut compter les habitants des localités concernées qui viennent pour des raisons religieuses et/ou festives. Le cérémonial – avec ses déplacements, généralement du domicile de la rosière à l’église puis de l’église à la mairie, ses discours, ses danses, jeux et repas – contribue au sentiment d’appartenance à une communauté, et prend parfois plus d’importance que les fêtes patronales.  Annoncés à grand renfort d’affiches et dans la presse, parfois cités par les guides touristiques, les couronnements de rosières attirent toutes sortes de curieux. Certains d’entre eux, peu convaincus du bien-fondé d’une fête couronnant la chasteté (voir billet précédent), racontent ce qu’ils ont vu de manière ethnographique, journalistique, voire satirique. Par sa proximité avec Paris et son ampleur, la fête de Nanterre fait particulièrement les frais de l’obsession humoristique pour les rosières. Enfin, la parodie appelant le travestissement charivarique, l’idée de couronner un rosier (comme on rit des pompières…) éclot rapidement au théâtre, dans les chansons et les fêtes, et bientôt en littérature …

La Vie Parisienne, 22 avril 1911. Gallica (BnF).

Continuer la lecture de Une “industrie fort connue” : le couronnement des rosières (Partie IV – charivaris autour des rosiers de Nanterre et d’ailleurs)

Agnès Sandras

chargée de collections en histoire de France au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts

Une “industrie fort connue” : le couronnement des rosières (Partie III. La chasteté en question au XIXe siècle)

Le Mollet de la Rosière” : chansonnette : piano [et chant] / musique de Emile Bouillon ; paroles de Lucien Delormel ; [ill. par] Henriot. Société anonyme (Paris), 1889. Gallica (BnF).

Nous avons vu dans un précédent billet (à lire ici) que la fête de la rosière de Salency, mise à la mode par la Comtesse de Genlis en 1766, connut une grande fortune dans les arts et ce jusqu’à la Cour de Versailles. Ce succès national a sans doute incité le prieur de Salency à pousser sa paroisse jusqu’au procès contre son seigneur qui désirait présider au choix de la rosière et conserver au couronnement sa tradition de simplicité. Le Parlement de Paris ayant donné raison à Salency contre son seigneur en 1774, le couronnement, désormais fixé avec un cérémonial plus imposant et plus religieux, mais relevant aussi davantage du spectacle divertissant, a connu diverses imitations en Normandie, région parisienne, etc.  La Révolution puis l’Empire ont entraîné la disparition de certaines de ces fêtes et le remodelage d’autres. Les couronnements de rosières ont ensuite constitué un enjeu entre les conservateurs cléricaux et les Républicains : dans la seconde moitié du XIXe siècle, on assiste à une floraison de fêtes de la rosière. Le phénomène passionne les érudits locaux et ethnologues, devient un véritable marronnier pour la presse, et inspire la satire et le travestissement. C’est à l’aune de ces parodies qu’il faut relire par exemple le célèbre “Rosier de Madame Husson” …

Continuer la lecture de Une “industrie fort connue” : le couronnement des rosières (Partie III. La chasteté en question au XIXe siècle)

Agnès Sandras

chargée de collections en histoire de France au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts

Une “industrie fort connue” : le couronnement des rosières (Partie II. Du procès de Salency à la multiplication des fêtes)

Les Rosières. [Par J.-B. Nougaret]. Sd, sn. Gallica (BnF).

Nous avons vu dans un précédent billet que le succès des couronnements de rosières au XIXe siècle a résulté d’une visite enthousiaste de Madame de Genlis à Salency en 1766, amplement relayée par les gazettes qui mirent ainsi la rosière picarde à l’honneur à la fin du XVIIIe siècle. Peintres, musiciens, poètes, écrivains,  célébrèrent la vertu pluriséculaire des jeunes filles de Salency, au grand dam d’esprits des Lumières tels que Grimm et Voltaire. Le Dictionnaire d’anecdotes, de traits singuliers et caractéristiques, historiettes, bons mots1 consacra par exemple au couronnement de Salency  un article de  trois pages, intitulé « fête remarquable », dans son édition de 1769. En 1771, Robert de Hesseln donna un article « Salency » pour le tome 6 du Dictionnaire universel de la France, contenant la description géographique et historique des provinces, de même que l’abbé de Courte-Épée dans L’Esprit de l’ Encyclopédie, ou Choix des articles les plus curieux… de ce grand dictionnaire…2. On inventa jusqu’à des éventails représentant le couronnement de la rosière3

J.-B. Nougaret, Les Rosières. Paris, F. Didot [début XIXe s]. Gallica (BnF).

 

Continuer la lecture de Une “industrie fort connue” : le couronnement des rosières (Partie II. Du procès de Salency à la multiplication des fêtes)

  1. Dictionnaire d’anecdotes, de traits singuliers et caractéristiques, historiettes, bons mots… [Par H. Lacombe de Prezel.]. Paris, La Combe, 1769. []
  2. L’Esprit de l’ Encyclopédie, ou Choix des articles les plus curieux… de ce grand dictionnaire… [Par l’abbé J. de La Porte.] Paris, Briasson, 1771. []
  3. Voir par exemple au musée Galliera :  cet éventail et cet autre éventail. []

Agnès Sandras

chargée de collections en histoire de France au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts

Une “industrie fort connue” : le couronnement des rosières (Partie I. La mode de Salency au XVIIIe siècle)

«La rosière de Salency“. Estampe, seconde moitié du XIXe siècle; Coll. Jaquet. Gallica (BnF).

 

(Ce billet est le premier d’une série de 4 sur les Rosières : retrouvez ici le billet 2, billet 3  et billet 4.)

Racontant sa visite à Brie-Comte-Robert (Seine-et-Marne), où il a vu une exposition de roses, Adrien Marx souligne en 1866 :

Tous les ans, le maire de cette localité couronne, vers le 8 juillet, non pas des rosières, mais des rosiéristes, deux produits qu’il ne faut pas confondre. La rosière passe son temps à dire à ses contemporains : Vous n’aurez pas ma rose. Les rosiéristes, au contraire, offrent les leurs à qui les veut acheter.

Pour prix de son humeur sauvage, la rosière reçoit une timbale (sans macaroni) et un certificat de vertu farouche. En récompense de ses recherches, le rosiériste palpe une médaille et encaisse un toast, au banquet du soir, entre le veau froid et la tourte au fromage.

Mais je ne veux point poursuivre ce parallèle. L’industrie de la rosière étant fort connue, et celle des rosiéristes l’étant moins, je passe à cette dernière, certain d’édifier les dîneurs de la taverne américaine sur des phénomènes nouveaux pour eux1.

Quatre années plus tôt, dans l’article « rosière »  d’un ouvrage intitulé Hommes et bêtes, physiologies anthropozoologiques mais amusantes, Galoppe d’Onquaire indiquait : « l’on sait que Nanterre, qui avait ses fromages et ses galettes, y a joint, depuis longtemps, l’entreprise des rosières2».

La cérémonie du couronnement des rosières a connu au XIXe siècle un véritable effet de mode. « Il pleut des rosières » constate Jules Noriac en 18743 ! Si cette fête a des origines religieuses anciennes, elle prend aussi parfois des allures républicaines. Écrivains, humoristes, chansonniers, agacés ou amusés  s’en donnent à cœur joie et parodient les écrits édifiants louant les jeunes filles « vertueuses ». Les couronnements de rosières disparaissent pour la plupart au XXe siècle, non sans avoir suscité l’intérêt des cinéastes, documentaristes, ethnologues, etc., qui en ont ainsi fixé le souvenir.

Continuer la lecture de Une “industrie fort connue” : le couronnement des rosières (Partie I. La mode de Salency au XVIIIe siècle)

  1. Adrien Marx, Indiscrétions parisiennes. Paris, A. Faure, 1866. []
  2. Galoppe d’Onquaire, Hommes et bêtes, physiologies anthropozoologiques mais amusantes. Paris, Amyot, 1862. []
  3. Jules Noriac, «Courrier de Paris», Le Monde illustré, 4 juillet 1874. []

Agnès Sandras

chargée de collections en histoire de France au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts