À l’origine des manuels d’histoire de France

Si les manuels d’histoire au sens actuel du terme n’apparaissent qu’au XIXe siècle1, avec le développement d’une instruction publique peu à peu gratuite et obligatoire et la mise en place des premiers programmes scolaires2, la Bibliothèque nationale de France (BnF) rattache à cette famille d’ouvrages des éditions bien antérieures remontant pour certaines au XVIe siècle. Le fonds L39, dit « Histoires élémentaires »3, rassemble ainsi plusieurs milliers d’éditions consacrées à la vulgarisation de l’histoire de France, de 1563 à 1990 environ4. Ces ouvrages constituent d’intéressants témoignages sur le niveau de connaissances, l’approche pédagogique ou encore une certaine vision de l’histoire de France propre à chaque époque. Nous présentons dans ce billet trois titres représentatifs des collections antérieures à la Révolution française, le premier datant du tournant des XVIe et XVIIe siècles, le second publié au milieu du règne de Louis XIV, le troisième à la fin du règne de Louis XV.

Continuer la lecture de À l’origine des manuels d’histoire de France

  1. Le terme de manuel apparaît pour la première fois dans le Manuel de l’histoire du moyen âge de C.-O. Des Michels, paru en 1825. []
  2. La notion de programme est introduite dans une circulaire de 1820 établissant des « programmes de cours » cf. Patrick Garcia, Jean Leduc. L’Enseignement de l’histoire en France de l’Ancien régime à nos jours, Paris, A. Colin, 2003. []
  3. Voir notre précédent billet sur le Catalogue de l’histoire de France. []
  4. L’un des derniers ouvrages intégrés dans cet ensemble est la 2e édition de la Petite histoire de la France au XXe siècle d’Antoine Prost, parue chez Armand Colin en 1992. À la BnF, les manuels scolaires reçus au titre du dépôt légal connaissent deux traitements différenciés : les manuels des filières générales sont décrits comme des monographies et trouvables à la pièce dans le catalogue général ; les manuels des filières technique et professionnelle sont conservés dans le fonds dit des Recueils où ils sont très sommairement décrits. Pour trouver ces derniers au catalogue, le plus efficace est de croiser, dans une Recherche avancée, les données *WZ dans le champ « Dans toute la notice » et le nom de la maison d’édition (ex. *Belin) dans le champ « Données éditoriales« . Pour localiser plus aisément les manuels scolaires, voir le guide de recherche en bibliothèque Manuels scolaires français. []

Fabien PLAZANNET

Directeur du département Philosophie-Histoire-Sciences de l'homme à la Bibliothèque nationale de France

More Posts

« Les filles de mémoire » : retenir les dates au XIXe siècle

Les filles de Mémoire ou le Mnémoniste, vaudeville de Dieulafoy et Gersin : costume de Vertpré (Finmerle). Eau-forte de  Carle. Paris, Martinet, 1807. Gallica (BnF)

Dans Bouvard et Pécuchet (édité de manière posthume en 1881), Flaubert bouscule gentiment les historiens du XIXe siècle. Au passage, il égratigne également les personnes qui s’évertuent à retenir les dates sans connaître la nature des événements correspondants, voire même sans certitude que les faits se soient produits et à la date supposée… C’est l’occasion pour lui de tourner en ridicule la science mnémotechnique.

Qu’est-ce que la mnémotechnie ? Comment l’a-t-on appliquée à l’histoire au XIXe siècle ? Le succès a-t-il été au rendez-vous auprès du grand public et des spécialistes de la pédagogie ?

Continuer la lecture de « Les filles de mémoire » : retenir les dates au XIXe siècle

Agnès Sandras

chargée de collections en histoire de France au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts

Cycle de conférences sur les relations franco-italiennes aux XIXe-XXe siècles

Les relations pluricentenaires qu’entretiennent la France et l’Italie sont à l’origine du fonds patrimonial extrêmement riche que conserve la Bibliothèque nationale de France (BnF)  sur la péninsule italique.

Par ce cycle de conférences, qui s’inscrit dans la politique de diversification des publics menée par la BnF, le département Philosophie, histoire, sciences de l’homme souhaite promouvoir une meilleure connaissance des collections italiennes disponibles dans ses salles de lecture, ses magasins et, plus largement, sur tous les sites de la BnF.

Pour ces six premières conférences, la période allant du début du XIXe siècle à aujourd’hui a été privilégiée en raison des événements clé qui s’y sont produits et qui ont façonné les relations entre les deux pays à l’époque contemporaine : le rôle décisif de la France dans le processus historique du Risorgimento italien, les conflits coloniaux dans le continent africain, l’importante émigration vers l’Hexagone à partir de l’unification italienne, les tensions dues à la montée du fascisme, le rétablissement des relations bilatérales dans le deuxième après-guerre.

Continuer la lecture de Cycle de conférences sur les relations franco-italiennes aux XIXe-XXe siècles

Emanuela Prosdotti

Chargée de collections en histoire de l'Italie, de la péninsule ibérique et de l'Amérique latine au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts

20e Rendez-vous de l’Histoire de Blois – 4 au 8 octobre 2017

RENDEZ-VOUS DE L’HISTOIRE DE BLOIS – 20e ÉDITION

« Eurêka – inventer, découvrir, innover »

 

La 20e édition des Rendez-vous de l’Histoire de Blois se tiendra du 4 au 8 octobre 2017 et explorera le thème « Eurêka – inventer, découvrir, innover ». Cette année encore, la BnF est présente au festival sur le stand 27 du Salon du livre d’histoire (Halle aux grains) : vendredi et samedi de 10h à 19h30 et dimanche de 10h à 18h30. Plusieurs intervenants de la BnF donneront également des conférences ou participeront à des tables rondes, dont vous trouverez le programme ci-dessous :

Vendredi 6 octobre

Samedi 7 octobre

Dimanche 8 octobre

Continuer la lecture de 20e Rendez-vous de l’Histoire de Blois – 4 au 8 octobre 2017

Préparer l’épreuve d’histoire médiévale de l’agrégation externe d’histoire 2018-2019

CONFRONTATION, ÉCHANGES ET CONNAISSANCE DE L’AUTRE AU NORD ET À L’EST DE L’EUROPE DE LA FIN DU VIIe SIÈCLE AU MILIEU DU XIe SIÈCLE

Image du bandeau : (extrait de) Flotte normande allant assiéger Guérande, Illustrations de la vie de saint Aubin d’Angers ,  1050-1150, Bibliothèque nationale de France, Département des manuscrits, NAL 1390

Le ministère de l’Éducation nationale a publié la présentation détaillée de la nouvelle question de médiévale de l’agrégation externe d’histoire 2018-2019 le 24 mars 2017.

Le thème aborde les mondes francs, slaves, vikings, celtes, anglo-saxons et germaniques dans leurs dimensions tant politiques, sociales que culturelles, sans oublier d’attirer l’attention sur les définitions, les chronologies, les géographies, les personnages clés, les interactions et les grands enjeux de cette période. Depuis l’Irlande jusqu’au nord des Balkans en passant par la Scandinavie et les établissements vikings, les marges slaves, baltes et hongroises et la Rus’ de Kiev, il s’agit d’étudier à partir de sources multiples les phénomènes de contact entre ces espaces et ces peuples, par affrontements, compétition religieuse ou missions, mais aussi les lieux et les espaces de contacts, les frontières, les relations diplomatiques, les migrations et les exils.

Continuer la lecture de Préparer l’épreuve d’histoire médiévale de l’agrégation externe d’histoire 2018-2019

Séverine Boullay

chargée de collections en histoire médiévale au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts

14-18 Archéologie de la Grande Guerre : une exposition Inrap à la BnF

L’exposition Inrap sur l’archéologie de la Grande Guerre sur le site François-Mitterrand de la Bibliothèque nationale de France (voir ci-dessous) s’accompagnera le 11 octobre 2017 d’une intervention de Gilles Prilaux dressant un panorama synthétique de l’apport de ces fouilles. Il inaugurera ainsi un cycle de conférences consacré aux différents aspects de l’archéologie de la Guerre, toutes périodes confondues, se déroulant entre octobre 2017 et juin 2018.

Vous trouverez ici le programme de ces conférences.

Lors de la Grande Guerre, des millions d’hommes ont vécu l’enfer des « orages d’acier » et des tranchées qui ont marqué durablement le territoire. Près de 700 000 disparus et des tonnes de débris métalliques y sont toujours ensevelis.

Au gré des fouilles préventives liées à l’aménagement du territoire, des traces tangibles remontent du sol : restes humains, tranchées, abris de fortune et munitions de tout calibre sont mis au jour. Ces vestiges apportent un nouvel éclairage à la connaissance de la guerre de 14-18.

En identifiant, analysant et interprétant les témoins les plus significatifs issus de fouilles préventives, les archéologues permettent de documenter des aspects méconnus de la Grande Guerre : armement, sépultures, bâtiments, alimentation, artisanat…

Quelques précisions sur l’exposition Inrap sur kakémonos, labellisée par la Mission du Centenaire:

Lieu

Entrée EST (face au MK2), Foyer du petit auditorium – site François-Mitterrand, avenue de France Paris (75013)

Accès

accès libre

Dates

du 30 septembre au 11 octobre 2017

Pour en savoir plus sur cette thématique

Pour en savoir plus sur la BnF et la commémoration de la Grande Guerre

 

 

Visitez un endroit original pendant l’Exposition universelle de 1867 !

« Paris. Inauguration de la Bibliothèque impériale le 15 juin. » Recueil. Topographie de Paris. IIe arrondissement. 6ème quartier. Département des Estampes. Banque d’images de la BnF.

On a surtout retenu de l’Exposition universelle de 1867 la démonstration de force qu’elle constituait pour Napoléon III, inquiet du rayonnement britannique. De nombreux témoignages montrent les très nombreux visiteurs venus de toute la France et de l’étranger émerveillés par les richesses étalées dans le Palais de l’Industrie.

Champ de Mars, Exposition Universelle [1867]. Estampe. Paris, M.on Martinet. Gallica (BnF).

D’autres manifestations prévues ici et là à cette occasion dans Paris ont moins retenu l’attention du grand public et de la presse, et ont été rapidement oubliées. C’est le cas d’une exposition à la Bibliothèque impériale, visant à valoriser les missions scientifiques menées sous les auspices de Victor Duruy, ministre de l’Instruction publique. Pour en savoir plus sur cette manifestation, l’une des premières expositions organisées par la Bibliothèque impériale, c’est par ici !

Vous pourrez également découvrir ici les différentes « expositions universelles dans Gallica », grâce à divers documents (rapports, guides de visites, journaux…) numérisés par la BnF et le CNAM.

Journal amusant, 22 juin 1867. Gallica, BnF.

 

Un nouveau site de la BnF à explorer: France-Pologne

 

« Le chapeau de la liberté » : [estampe] / [non identifié]. Éditeur : [J.M. Will] (Augsburg). 1792. Gallica (BnF). Le coq est le symbole de la France, l’ours celui de la Pologne.

Dans la nouvelle collection numérique de la BnF, « Patrimoines partagés », signalons la naissance  du site France-Pologne dédié à cinq siècles de relations entre les deux nations. Il est le fruit d’une collaboration entre la Biblioteka Narodowa (Bibliothèque nationale de Pologne), la BnF, la BDIC (Bibliothèque de documentation internationale contemporaine), les BMN (Bibliothèques municipales de Nancy), l’INA (Institut national de l’audiovisuel) et le MNHI (Musée national de l’histoire de l’immigration).

Ce site propose quatre rubriques : Rois et souveraines/ Grandes heures/ Sciences et arts/ Littérature

Découvrez les Jeanne d’Arc de papier du XIXe siècle

« Hippodrome. Jeanne d’Arc, pantomime équestre à grand spectacle ». Affiche de Jules Chéret, 1881. Gallica (BnF)

En 2012, lors de son introduction orale au colloque « Jeanne d’Arc : histoire et mythes », Gerd Krumeich insistait sur un véritable clivage qui a partagé la société française à la fin du XIXe siècle :

Sait-on encore aujourd’hui que la “bataille Jeanne d’Arc” fut, vers 1900, après l’Affaire Dreyfus, le litige qui séparait le plus les Français ? Dans le culte de la Pucelle, le nationalisme de gauche et le nationalisme de droite s’affrontèrent d’une façon irréconciliable. Pour les uns, Jeanne fut la Vénérable, la Sainte de la Patrie ; pour les autres, elle fut l’héroïne nationale, trahie par son roi et brûlée par l’Église1.

Accompagnant la maturation de ce litige, une véritable déferlante éditoriale a balayé le XIXe siècle, produisant des centaines de Jeanne d’Arc et de « Pucelles » de papier. Historiens, hommes d’Église, romanciers, dessinateurs, musiciens, etc., ont rivalisé au gré des évènements politiques et des polémiques pour raconter leur Jeanne d’Arc : de l’« l’héroïne nationale » sous la plume de Michelet, à la « sainte guerrière » dont Monseigneur Dupanloup dresse de vibrants panégyriques et réclame la canonisation, ces Jeanne d’Arc du XIXe siècle sont bien éloignées de La Pucelle d’Orléans de Voltaire. L’analyse de la construction de ces mythes, de leur emploi et de leurs résonances jusqu’à aujourd’hui dans le monde politique a été  menée par différents historiens2.

Continuer la lecture de Découvrez les Jeanne d’Arc de papier du XIXe siècle

  1. Jean-Patrice Boudet et Xavier Hélary, Introduction à Jeanne d’Arc : histoire et mythes,  Rennes : Presses universitaires de Rennes, 2014. Gerd Krumeich est l’auteur de Jeanne d’Arc à travers l’histoire [Jeanne d’Arc in der Geschichte, trad. de l’allemand], Paris : A. Michel, 1993. []
  2. Aux ouvrages récents déjà cités, ajoutons entre autres Jeanne d’Arc : vérité et légendes par Colette Beaune, 2008; Philippe Contamine, Jeanne d’Arc : histoire et dictionnaire, 2011; Jeanne d’Arc entre la terre et le ciel du Midi  : regards méridionaux sur la bonne Lorraine, XVe-XXIe siècles [Christian Amalvi et Julie Deramond, dirs.], 2012; De l’hérétique à la sainte : les procès de Jeanne d’Arc revisités : actes du colloque international de Cerisy [édités par François Neveux], 2012 ; Jeanne d’Arc au XXe siècle : art, histoire, politique, colloque du 1er décembre 2012, Paris; De Domrémy à Tokyo [actes du colloque universitaire international, Domrémy et Vaucouleurs, 2012, sous la direction de Catherine Guyon, Magali Delavenne]; Jeanne politique : la réception du mythe de Voltaire aux Femen : « la pitié qu’il y avait au royaume de France » [sous la direction de Vincent Cousseau, Florent Gabaude, Aline Le Berre], 2017. On pourra compléter ces quelques références bibliographiques par les liens donnés par le site Clioweb []

Agnès Sandras

chargée de collections en histoire de France au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts

La dénonciation : de l’incitation du roi à la parole du peuple (II)

Ce double billet reprend une communication présentée dans le cadre de l’atelier de travail intitulé « Écrits au pouvoir. Enjeux, pratiques et acteurs », tenu le 23 juin 2010 à l’université  Paris 1-Panthéon Sorbonne.

Retrouvez la première partie de ce billet ici.

Le dénonciateur devant les institutions judiciaires

Les dénonciations faites par propre initiative ou en réponse aux incitations précédemment mentionnées deviennent ainsi l’objet des institutions judiciaires. C’est le cas de cet arrêt de la Chambre de justice du 11 janvier 1662 sur « un service de vermeil doré […] défaillant acquis et confisqué au profit du roi » avec la décision « que la sixième partie du prix provenant de la vente, sera baillé au dénonciateur, conformément à la déclaration du roi »1. Aussi étonnant semble l’acte du 9 avril 1720 intitulé Arrêt du conseil d’État du roi qui ordonne la confiscation des espèces trouvées en la possession du nommé Mey, au profit des dénonciateurs2, acte déclenché parce que le « nommé » a caché « dans ses culottes » 1579 livres, en contravention de l’arrêt du 27 février 1720 « qui defens de garder plus de 500 livres en espèces » ;  le  Conseil d’État lui concède la somme tolérée de 500 livres mais exige, en plus d’une lourde amende, que « le surplus demeurera acquis et confisqué au profit des dénonciateurs ».

Continuer la lecture de La dénonciation : de l’incitation du roi à la parole du peuple (II)

  1. Arrêt de la chambre de justice, qui déclare un service de vermeil doré appartenant au sieur Boislene, accusé, défaillant acquis et confisqué au profit du roi et ordonne que la sixième partie du prix provenant de la vente, sera baillé au denonciateur, conformément à la déclaration du roi. (11 janvier 1662) [Texte imprimé]. (S. l. n. d.) []
  2. Arrêt du conseil d’Etat du roi qui ordonne la confiscation des espèces trouvées en la possession du nommé Mey, au rofit des dénonciateurs [Texte imprimé]. Paris : imp. royale, 1720 []

Stefan Lemny

Chargé de collections en histoire de l'Europe centrale et de l'Est Département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts