Un impôt sur les chiens ? ce que nous dit la satire (partie II)

Nadar, « Les philosophes du jour », Petit Journal pour rire, 1856. n° 42. BnF, Département Philosophie, Histoire, Sciences de l’homme. Cote : 4-LC2-3830.

Instituée à l’été 1855 après plus d’un demi-siècle d’hésitations (voir billet précédent), la taxe sur les chiens entre en vigueur en 1856. Elle doit être comprise entre un à dix francs et distingue deux classes de chiens, l’une dite d’agrément l’autre utilitaire.  Les législateurs ont prévu qu’elle rapporterait des sommes importantes aux communes, et permettrait de diminuer le nombre de chiens errants donc de lutter contre la rage alors meurtrière. Ils ont aussi argué que la nourriture consacrée aux chiens pourrait revenir  à des populations mal nourries. Les premières réactions de la presse en 1855 sont spéculatives : on a volontiers imaginé que les propriétaires allaient se débarrasser de leurs chiens. S’il semble en effet que certains d’entre eux ont  noyé ou abandonné leurs bêtes avant l’entrée en vigueur du nouvel impôt, les caricatures dépeignent surtout des stratégies de résistance des rétives et rétifs à la taxe mais  désireux de conserver leur animal. Cet écart  par rapport à une littérature réaliste qui s’est plus volontiers penchée sur l’élimination sordide des animaux1 montre une fois encore qu’on doit envisager la presse satirique comme une caisse de résonance plus subtile qu’il n’y paraît des mutations sociétales.

Continuer la lecture de Un impôt sur les chiens ? ce que nous dit la satire (partie II)

  1. Par exemple dans Les Contes de la Bécasse de Maupassant : « Elle n’avait nullement songé à l’impôt, et quand on lui réclama huit francs, – huit francs, Madame ! – pour ce freluquet de quin qui ne jappait seulement point, elle faillit s’évanouir de saisissement. Il fut immédiatement décidé qu’on se débarrasserait de Pierrot. » Voir Éric Baratay, « Chacun jette son chien. De la fin d’une vie au XIXe siècle », Romantisme, 2011/3 (n°153), p. 147-162. En ligne ici. []

Agnès Sandras

chargée de collections en histoire de France au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts

Un impôt sur les chiens ? ce que nous dit la satire (partie I)

Imagerie d’Epinal. N° 345, Une histoire de chien : [estampe] / P. D. Pellerin & Cie, imp.-édit. [Epinal, 1896]. Gallica (BnF).

Un impôt sur les chiens ? Il a bel et bien existé en France entre 1855 et 1971, comme le soulignent nombre d’articles sur internet qui s’amusent ou s’indignent de cette ancienne fiscalité.

On s’intéressera ici non pas au point de vue du contribuable lassé par les nouvelles taxes au XIXe siècle (impôt sur les portes et fenêtres en 17981 ; etc.) mais à ce qui détermine la mise en place de cet impôt, et à la manière dont il est accueilli par la population. En effet, la taxe canine vue au travers de la presse satirique permet de mieux appréhender la relation des Français à leurs animaux domestiques en ce milieu de XIXe siècle. Continuer la lecture de Un impôt sur les chiens ? ce que nous dit la satire (partie I)

  1. Clément Coste, « Penser l’impôt au XIXe siècle. Controverses fiscales et contributions saint-simoniennes dans la France des années 1830 », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 124 | 2014. []

Agnès Sandras

chargée de collections en histoire de France au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts

Il y a cinquante ans … « Mai 68 » et la BnF

Affiche, 45 x 64 cm – Atelier populaire de l’ex-École des beaux-arts BnF, Département des Estampes et de la photographie, ENT QB-(1968) /W3926.

Du 17 avril 2018 au 26 août 2018, la Bibliothèque nationale de France propose une exposition intitulée «Icônes de Mai 68 – Les images ont une histoire ». On trouvera tous les renseignements pratiques concernant cette exposition ici. Une exposition virtuelle permet une première découverte de ces icônes, complétée par des interviews de personnes qui ont collecté certains de ces documents il y a cinquante ans. À consulter sans modération ici.

 Envie de lectures en ligne ? Sur le blog des lecteurs, Julien Farenc évoque « Chris Marker ou La mémoire imparfaite», tandis qu’Olivier Jacquot sur le Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France nous parle de « Mai 68 à la BnF : tradition et innovation dans la sauvegarde de sources de l’histoire du temps présent ».
Avec « L’autre printemps 68 : « ne prenez plus les auspices, prenez le pouvoir  » », le carnet de recherches L’Antiquité à la BnF, nous fait découvrir la révolte fomentée contre Néron en l’an 68 de notre ère…
Besoin de bibliographies récentes sur mai 68 ? La BnF vous propose une bibliographie intitulée « 68, la parole libérée ».
Enfin, n’oubliez pas de consulter le site soixante-huit qui fédère le programme de plusieurs partenaires culturels, à Paris et en Ile-de-France.
Affiche, 80 x 60 cm – Département des Estampes et de la photographie, ENT QB-(1968) /W3684

L’archéologie de la Grande Guerre vue de l’est [Conférence du mercredi 23 mai, à 18h30]

archive ill. 1 Champ de bataille de Verdun (Auteur : R. de Matos Machado, mars 2015)

Le mercredi 23 mai, M. Michaël Landolt et Mme Stéphanie Jacquemot, archéologues auprès du Service régional de l’archéologie à la Direction Régionale des Affaires Culturelles du Grand Est donneront des conférences illustrant deux facettes de l’apport de l’archéologie à la connaissance de la Grande Guerre dans la région Grand Est.

Pour les informations pratiques (lieu, horaires), voir ici.

Découvrez comment l’Histoire s’élabore au fil des fouilles, de l’étude des objets ou des textes à travers la rencontre avec ceux qui l’enrichissent chaque jour par leurs recherches. Ce nouveau rendez-vous est consacré à l’actualité de la recherche archéologique de la Guerre.

Continuer la lecture de L’archéologie de la Grande Guerre vue de l’est [Conférence du mercredi 23 mai, à 18h30]

Les Dossiers biographiques à la Bibliothèque nationale de France : histoire de la constitution d’un fonds

Ce billet vous est proposé par :

  • Valdo Bouyard, conservateur, chargé de collections, responsable du fonds des Dossiers biographiques, département de l’Orientation et la Recherche bibliographique
  • Catherine Éloi, conservateur, adjointe à la directrice, département de l’Orientation et la Recherche bibliographique

Salle pluridisciplinaire et transverse, la salle X est la salle de références dans l’espace recherche de la Bibliothèque nationale de France du site François Mitterrand.

Héritière de la Salle des catalogues et des bibliographies du département des Imprimés de la Bibliothèque nationale, créée en 1934, autrefois implantée sur le site Richelieu, elle rassemble la plus importante collection en libre accès de bibliographies toutes disciplines confondues. Seule salle du Rez-de-jardin où se déploient les dix classes de la classification Dewey, la salle X présente une collection d’outils de référence, de répertoires biobibliographiques et de bibliographies spécialisées particulièrement riches en ce qui concerne la littérature, l’histoire, la philosophie, la religion, les sciences sociales, l’art et l’histoire des sciences. Ces collections pluridisciplinaires permettent de débuter une recherche, de compléter des travaux déjà engagés à l’aide d’outils spécialisés et de poursuivre ainsi un travail de recherche approfondi.

Le lecteur y trouvera également un important pôle biographique et pourra en particulier consulter les principaux dictionnaires biographiques nationaux, ainsi qu’un certain nombre d’outils concernant les personnalités du monde politique, scientifique, littéraire ou artistique. À ce titre, depuis 2005, le Département de l’Orientation et de la Recherche bibliographique, gestionnaire de la salle X, s’est attaché à mettre en valeur un fonds d’archives dont il a hérité : les dossiers biographiques, œuvre d’Armand Boutillier du Retail (1882-1943). Continuer la lecture de Les Dossiers biographiques à la Bibliothèque nationale de France : histoire de la constitution d’un fonds

Trois contributions à l’archéologie du camp de Drancy [Conférence du mercredi 11 avril, à 18h30]

Camp de Drancy, cliché issu des fonds de l’ Allgemeiner Deutscher Nachrichtendienst – Zentralbild (Bild 183) Bundesarchiv, Bild 183-B10919 / Wisch / CC-BY-SA 3.0

 

Le mercredi 11 avril M. Benoît Pouvreau, chercheur au Service du patrimoine culturel, Conseil départemental de la Seine-Saint-Denis donnera une conférence intitulée « Trois contributions à l’archéologie du camp de Drancy ».

Pour les informations pratiques (lieu, horaires), voir ici.

Découvrez comment l’Histoire s’élabore au fil des fouilles, de l’étude des objets ou des textes à travers la rencontre avec ceux qui l’enrichissent chaque jour par leurs recherches. Ce nouveau rendez-vous est consacré à l’actualité de la recherche archéologique de la Guerre.

Estampe à l’eau-forte de Georges Horan-Koiransky en couverture de Le Camp de Drancy (seuil de l’enfer juif) de G. Horan-Koiransky, 1947 (Archives départementales de la Seine-Saint-Denis)


Le classement au titre des Monuments historiques (2001) puis la première restauration engagée ont beaucoup renforcé le temps dédié à la cité de la Muette, théâtre du camp de Drancy entre 1941 et 1944. En 2009, un important corpus de graffiti d’internés fut mis au jour. Sa valorisation fut en partie articulée à un projet plus vaste de mise en réseau des lieux d’histoire de la Déportation du département. La médiation de celui-ci permis une redécouverte : l’œuvre d’un interné connu par quelques estampes constituant, en fait, un ensemble cohérent et majeur. Dessinateur mais aussi écrivain, Georges Horan-Koiransky fut, enfin, un témoin clé documentant d’une façon unique le lieu de départ des convois de déportation en gare du Bourget-Drancy, ultime sujet de recherches autour de ce site primordial de la persécution des Juifs de France.

Bibliographie

  • Curdy M., « L’étude préalable et la conservation – restauration des graffiti des internés au camp de Drancy », CeROArt, revue électronique[En ligne], EGG 2 | 2012, mis en ligne le 19 juin 2012 : http://ceroart.revues.org/2598
  • Fichet de Clairfontaine F., « Pour fouiller les camps d’enfermement de la seconde guerre mondiale ? », Les nouvelles de l’archéologie [En ligne], 143 | 2016, mis en ligne le 12 mai 2016 : http://journals.openedition.org/nda/3410
  • Horan-Koiransky G., Le camp de Drancy, seuil de l’enfer juif : dessins et estampes, 1942-1947, [Ivry-sur-Seine] : Créaphis éditions, 2017. BnF Tolbiac – Magasin inv.  2017-298757
  • Pouvreau B. (dir.), Curdy M., Peschanski D. & Zimmer T. Les graffiti du camp de Drancy. Des noms sur des murs. Gand, [Bobigny], éditions Snoeck, CG93, 2014. BnF Tolbiac – Magasin inv. 2016-257833
  • Pouvreau B., « La stratigraphie complexe du camp de Drancy », Les nouvelles de l’archéologie [En ligne], 137 | 2014, mis en ligne le 01 janvier 2016: http://journals.openedition.org/nda/2604
  • Sarcey P.,  Endewelt R., Razynscki A., « Cité de la Muette – Des archives audiovisuelles pour l’histoire du camp de Drancy et de la résistance juive », Conférence en ligne du 29 janvier 2015 à la BnF
  • Wieviorka A., Laffitte M. À l’intérieur du camp de Drancy. Paris, Perrin, 2012. BnF Tolbiac – Magasin inv.   2012-106616

Archéologie du Fort Saint-Sébastien de Saint-Germain-en-Laye et La préparation des troupes de Louis XIV [Conférence du mercredi 21 mars, à 18h30]

légende: Médaillon du calendrier-estampe de l’almanach de 1670. RESERVE QB-201 (171)-FT 5 [Hennin, 4534] : « l’Exercice et Attaque faîte du Fort de Saint-Sebastien en presence de leur Maiestez »

Le mercredi 21 mars Mme Séverine Hurard, Ingénieure de recherches à l’ Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap) donnera une conférence intitulée « Le Fort Saint-Sébastien de Saint-Germain-en-Laye (78) : La préparation des troupes de Louis XIV à la guerre de siège (1669-1770) ».

Pour les informations pratiques (lieu, horaires), voir ici.

Découvrez comment l’Histoire s’élabore au fil des fouilles, de l’étude des objets ou des textes à travers la rencontre avec ceux qui l’enrichissent chaque jour par leurs recherches. Ce nouveau rendez-vous est consacré à l’actualité de la recherche archéologique de la Guerre.

Le fort et le camp de Saint-Sébastien correspondent à deux ouvrages militaires et leurs campements distinctifs. Ils se succédèrent lors de deux campagnes réunissant les troupes de la maison militaire du roi au cours des printemps et été 1669 et 1670. Ils ont été fouillés à hauteur de 1/4 et 1/10e de leur surface totale. ( © P.Raymond, S. Hurard).

Situé, à l’intérieur de la boucle de la Seine, dans la plaine alluviale dite d’Achères, le Fort Saint-Sébastien accueillit, vraisemblablement à partir de 1669 et pour quelques années seulement, les troupes dites de la « Maison du Roi », soit entre 9000 et 30 000 soldats, faisant l’apprentissage des techniques de la guerre de siège. La fouille archéologique, menée entre 2011 et 2012 sur une surface de 28 hectares, a révélé l’existence de deux ouvrages fortifiés distincts associés à leurs aires de campement. Cette lecture archéologique inédite de la préparation à la guerre de siège offre un éclairage différent, à une échelle inaccoutumée, sur la rationalisation des pratiques militaires sous Louis XIV. Elle permet de s’intéresser plus globalement à la société des gens de guerre, à laquelle appartiennent les compagnies de mousquetaires et d’examiner la réalité matérielle de cette société composite.

légende: Médaillon du calendrier-estampe de l’almanach de 1670. RESERVE QB-201 (171)-FT 5 [Hennin, 4534] : « l’Exercice et Attaque faîte du Fort de Saint-Sebastien en presence de leur Maiestez »; 

L’ Almanach représente la famille royale et les mousquetaires devant le fort. Le médaillon décrit l’assaut mené au Fort Saint-Sébastien en présence de la famille royale, représentant l’angle sud-ouest du rempart de l’ouvrage de 1669. Soumis à l’assaut des fantassins et piquiers, Il est enveloppé d’un épais nuage de fumée. Une rangée de pieux, placée au deux tiers de la hauteur du rempart, est fichée presque horizontalement dans la masse de terre.

Cycle de conférences : « Archéologie de la Guerre : de la fouille à l’écriture de l’Histoire » – les mercredis, à 18h30, site François-Mitterrand, salle 70 (entrée libre).
En savoir plus : notre programmenotre bibliographie.

Pour en savoir plus:

  • le site de l’Inrap sur les fouilles du fort
  • la bibliographie de la BnF sur Louis XIV, la diplomatie et la guerre (1661-1715) [mai 2013]
  • Frédéric Chauviré, « La Maison du Roi sous Louis XIV, une troupe d’élite. Étude tactique », Revue historique des armées [En ligne], 255 | 2009, mis en ligne le 14 mai 2009, consulté le 06 mars 2018. URL : http://journals.openedition.org/rha/6764
  • Frédéric Chauviré, « La Maison du Roi sous Louis XIV, une troupe d’élite », Revue historique des armées [En ligne], 242 | 2006, mis en ligne le 26 novembre 2008, consulté le 07 mars 2018. URL : http://journals.openedition.org/rha/4012
  • Séverine Hurard, « Le fort Saint-Sébastien de Saint-Germain-en-Laye, camp d’entrainement du XVIIe siècle », dans BURNOUF Joëlle, ARRIBET-DEROIN Danielle, DESACHY Bruno, JOURNOT Florence, NISSEN-JAUBERT Anne, Manuel d’Archéologie médiévale et moderne. Armand Colin, Collection U Histoire, p. 45-46. Disponible à la BnF en libre-accès en salle J cote: 930.6 BURN m
  • Stéphane Perréon, « Le roi stratège. Louis XIV et la direction de la guerre, 1661-1715 », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 118-4 | 2011, mis en ligne le 30 décembre 2011, consulté le 07 mars 2018. URL : http://journals.openedition.org/abpo/2212 

Gallica pour les historiens (Partie I. Quelques suggestions de parcours)

Gallica, la Bibliothèque numérique de la BnF, a (déjà!) 20 ans. Nombreux sont désormais  les historiens en herbe, les historiens en formation, les amateurs d’histoire(s), les professeurs d’histoire, les chercheurs en histoire, etc., qui fréquentent cette considérable bibliothèque et disent l’apprécier. Récemment, Gérard Noiriel racontait par exemple comment il a pu redonner vie au clown Chocolat grâce à Gallica, et ajoutait :

En consultant la version papier des journaux (ce que j’ai fait pendant plus de vingt ans pour mes recherches avant l’invention de Gallica), je n’aurais jamais pu trouver ces informations perdues dans l’océan des pages imprimées1.

Footit et Chocolat, artistes de cirque : documents iconographiques. Gallica, BnF.

En discutant avec les lecteurs, en présentant les ressources de Gallica dans différentes manifestations, les bibliothécaires de la BnF découvrent parfois que certains « gallicanautes » n’en connaissent pas toutes les fonctionnalités ô combien précieuses, et que tous les férus d’histoire ne se sont pas encore aventurés sur le continent Gallica. Nous vous proposons donc ici une session de rattrapage…

Continuer la lecture de Gallica pour les historiens (Partie I. Quelques suggestions de parcours)

  1. Voir Sophie Robert et Philippe Mezzasalma, « Quand Gérard Noiriel redonne vie à Chocolat ». Blog Gallica, novembre 2017. []

Agnès Sandras

chargée de collections en histoire de France au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts

La BnF au festival Historia (Strasbourg – 16 au 18 février 2018)

La Bibliothèque nationale de France (BnF) est présente au festival Historia qui se déroule au Palais des Congrès de Strasbourg du vendredi 16 février au dimanche  18 février inclus.

À cette occasion, la BnF vous propose des interventions et des focus.

Les interventions

Elles auront lieu dans l’espace Master Class du Hall Rhin (B11).

Samedi  17 février

10h45 – 11h15  :  À la découverte du passé à travers journaux et livres d’histoire : Retronews et le coffret « 100 livres d’histoire à télécharger », par Nicole Brossollet et Anne-Stéphane Ogerau, BnF- Partenariats

15h-15h30 :  Les collections de presse ancienne, par Agnès Sandras, chargée de collections en histoire de France, BnF

Dimanche 18 février

10h-10h30   :  Rechercher des costumes et des décors : autour des collections numériques dédiées aux spectacles, par Émilie Fissier, adjointe au chef du service Histoire, BnF

14h- 14h30  : L’histoire en images à travers les collections numériques, par Frédéric Manfrin, chef du service Histoire, BnF

Sarah Bernhardt : [photographie, tirage de démonstration] / [Atelier Nadar]. Gallica (BnF).
Les focus

Plusieurs focus seront proposés sur le stand de la BnF tout au long du festival (Hall Rhin, allée D).

Vendredi  16 février :

11h00 : focus sur les Expositions virtuelles de la BnF et le site Les Essentiels
14h30 : focus sur les Blogs L’Histoire à la BnF et L’Antiquité à la BnF
16h00 : focus sur le livre Palais Royal à la Table des Rois  publié aux éditions de la BnF

Samedi 17 février :

11h00 : focus sur le livre Palais Royal à la Table des Rois publié aux éditions de la BnF
15h30 : focus jeunes publics : Fabricabrac et Gallicadabra
17h00 : focus sur les Blogs L’Histoire à la BnF et L’Antiquité à la BnF

Dimanche 18 février :

11h00 : focus sur les Blogs L’Histoire à la BnF et L’Antiquité à la BnF
15h30 : focus jeunes publics : Fabricabrac et Gallicadabra
17h00 : focus sur le livre Palais Royal à la Table des Rois publié aux éditions de la BnF

 

 Nous vous attendons nombreux.ses !

Nouveau site du Comité d’histoire de la BnF pour les 650 ans de la bibliothèque

2018 est une année exceptionnelle pour la Bibliothèque nationale de France (BnF) puisqu’elle marque les 20 ans de l’ouverture de la bibliothèque de recherche (le Rez-de-jardin du site François-Mitterrand), inaugurée le 7 octobre 1998 et les 650 ans de la création de la Bibliothèque.

Pour célébrer ces anniversaires, la BnF a procédé à la rénovation de son Comité d’histoire, désormais doté d’un Conseil scientifique composé d’universitaires et lance un site Web dont l’adresse est : http://comitehistoire.bnf.fr/, qui permettra de faire mieux connaître ses travaux, de fédérer les recherches en cours et les ressources utiles à tous ceux qui s’intéressent à la longue histoire de la Bibliothèque royale, nationale, impériale, nationale de France…

Continuer la lecture de Nouveau site du Comité d’histoire de la BnF pour les 650 ans de la bibliothèque

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts