Almanach du chercheur associé – II. Jour de colloque !

La thèse que j’ai consacrée au républicain et chimiste François-Vincent Raspail (1794-1878)1 m’a permis de découvrir le rôle éducatif des almanachs dans la société du XIXe siècle. En effet, Raspail avait compris qu’avec ses almanachs politiques ou scientifiques, il pouvait émanciper le « peuple » grâce à l’instruction.

Lors de l’appel à chercheurs associés lancé par la BnF en 2018, j’ai proposé l’axe de recherche suivant : Par sa diffusion au moyen du colportage, l’almanach peut-il être vu comme un instrument majeur dans l’apprentissage des savoirs en France de la Restauration à la veille de la Première Guerre mondiale ? À la suite des travaux de Jacques Rancière, peut-on évaluer la fonction émancipatrice des almanachs dans la société française ? Mon projet a été retenu, et j’ai la chance de le développer depuis l’automne  dernier (voir les billets précédents).

Continuer la lecture de Almanach du chercheur associé – II. Jour de colloque !

  1. Voir Les républiques de François‐Vincent Raspail : entre mythes et réalité, thèse soutenue par  par Jonathan Barbier sous la direction de Natalie Petiteau – Avignon, 2016. []

ÉDUCATION POPULAIRE : ENGAGEMENT, MÉDIATION, TRANSMISSION (XIXe-XXIe SIÈCLES)

Du 9 avril au 20 novembre 2019, les Archives nationales proposent une exposition, un cycle d’ateliers et un colloque consacrés à l’histoire et à l’actualité de l’éducation populaire, en partenariat avec la Bibliothèque nationale de France (BnF), le Fonds de coopération de la jeunesse et de l’éducation populaire (Fonjep) ainsi que les universités de Paris-8, Paris-Nanterre et Tours.

Ce programme prend la suite des actions initiées en 2017-2018 par la BnF autour de l’émancipation par l’éducation populaire : 6 ateliers et un colloque (“Émanciper le peuple par le savoir ? (1860-1939) – De l’histoire à l’actualité”) en novembre 2018.

Les ateliers proposés en 2019 ont pour vocation de faire connaître les fonds conservés par les AN, la BnF et le PAJEP, tout en donnant la parole à des acteurs, des témoins et des chercheurs afin d’interroger l’actualité de l’éducation populaire, et les liens entre passé et présent.  Ces ateliers seront complétés par une exposition à compter du mois de septembre et un colloque de clôture, le 20 novembre 2019.

Retrouvez le programme complet sur le site des Archives nationales 

Continuer la lecture de ÉDUCATION POPULAIRE : ENGAGEMENT, MÉDIATION, TRANSMISSION (XIXe-XXIe SIÈCLES)

Almanach d’un chercheur associé – I. Premier jour…

 

Tour des Temps (T1), Bibliothèque nationale de France. Site François Mitterrand (Dominique Perrault)

26 octobre 2018 : premier jour à la BnF


La date du 26 octobre 2018 correspond à mon premier jour de travail à la BnF. Ma référente vient à ma rencontre dans la Tour des Temps, puis me fait visiter les « coulisses » de la BnF, c’est-à-dire tout ce qui n’est pas accessible au public. J’ai l’impression d’entrer dans le cœur d’une gigantesque machine. Première surprise, tout est informatisé ! Pour pousser la moindre porte, il faut avoir un badge magnétique à son nom. Vient ensuite la découverte des longs couloirs blancs ponctués de repères colorés pour identifier chacune des quatre tours. On passe alors devant le service postal, les bureaux du dépôt légal et surtout on lève la tête pour voir ces étranges nacelles bleues qui acheminent des livres d’un bout à l’autre de la bibliothèque, le long d’un rail métallique. Si tu ne viens pas au livre, le livre vient à toi à la BnF ! Dans ce vaisseau métallique, je prends mes marques dans le département Philosophie, histoire, sciences de l’Homme.

 

 

Le chef du service Histoire m’accueille et me montre, pour la première fois, la collection d’almanachs de la BnF. Dans les magasins, j’ai la sensation de me trouver face à un continent de papier inconnu. Je comprends que je vais devoir explorer un îlot de cet immense territoire. Mon terrain d’enquête initial sera le fonds « Almanachs » 8-V-529 (à prononcer octavo U 529). Il contient plus de 600 références d’almanachs datant de la période contemporaine. Un tel volume me donnera un bon aperçu de la diversité de ces imprimés. Pour me repérer dans tous ces exemplaires, il faut utiliser les fiches cartonnées des différentes cotes des documents, rangées dans un tiroir en bois, de ces vieux meubles qui apparaissent aujourd’hui obsolètes avec la généralisation des moteurs de recherche sur Internet, mais offrent en réalité toujours de magnifiques trouvailles pour le chercheur !

 

 

Mon premier travail consistera donc à transcrire les informations de ces fiches cartonnées dans un fichier Excel. Ce document informatique me servira de base pour analyser la pluralité des langues, éditeurs, auteurs, dates, titres de ces almanachs. Par ailleurs, il pourra être un outil pour les bibliothécaires dans la mesure où il harmonisera les données des fiches avec celles qui ont été entrées dans le catalogue général de la BnF. L’exploration des almanachs de la BnF peut alors commencer ! 

Publicité pour les almanachs de 1852 édités par l’imprimerie Aubert. Le Journal pour rire, 7 novembre 1851.

ASTUCE !
Retrouvez l’intégralité de mes billets sur le carnet grâce au mot-clé « Almanach d’un chercheur associé »

Citer ce billet : Jonathan BARBIER, "Almanach d’un chercheur associé – I. Premier jour…," in L'Histoire à la BnF, 03/05/2019, https://histoirebnf.hypotheses.org/7284, [consulté le 25/08/2019].

Cahiers de doléances de 1789 : les retrouver, les consulter, les connaître

Vous recherchez des cahiers de doléances de 1789 ? Des explications simples sur leur rédaction ? Des analyses plus poussées de leur contenu ? Le blog L’Histoire à la BnF vous livre quelques résultats trouvés en ligne … N’hésitez pas à nous signaler tout oubli, toute piste complémentaire, etc.

Mais que signifie « doléance »?

Dictionnaire de l’Académie française. – Le Grand Dictionnaire de l’Académie françoise, dédié au Roy. Seconde édition, reveüe et corrigée de plusieurs fautes, et où l’on a mis dans l’ordre alphabétique les additions qui estoient à la fin de l’édition précédente. A Amsterdam, suivant la copie de Paris) . 1695. Gallica (BnF).

Continuer la lecture de Cahiers de doléances de 1789 : les retrouver, les consulter, les connaître

La Manche dans les collections de la Bibliothèque nationale de France

Renaud Morieux, senior lecturer à l’université de Cambridge, a bien voulu donner le 16 janvier dernier à la BnF une conférence « La mer partagée : la France, l’Angleterre et la Manche (XVIIe-XVIIIe siècles) », dans le cadre du cycle « Histoire des mers ». Son propos analyse les relations franco-britanniques selon trois angles : l’approche géographique, les rapports entre les États, les relations entre les peuples.

En prolongement de cette conférence, nous proposons dans ce billet un petit voyage à travers les collections de la Bibliothèque nationale de France (BnF) relatives à la Manche.

Continuer la lecture de La Manche dans les collections de la Bibliothèque nationale de France

Fabien PLAZANNET

Directeur du département Philosophie-Histoire-Sciences de l'homme à la Bibliothèque nationale de France

More Posts

CONFÉRENCE : “Arctique, enjeux stratégiques dans un contexte qui change” (10 avril 2019, 18h30)

Mercredi 10 avril, à 18h30, la BnF vous propose, dans le cadre du cycle Histoire des mers : échanges et conflits de l’Antiquité au XXIesiècle, une conférence : “Arctique, enjeux stratégiques dans un contexte qui change” , par Barbara Kunz, chercheuse à l’Institut français des relations internationales.

Continuer la lecture de CONFÉRENCE : “Arctique, enjeux stratégiques dans un contexte qui change” (10 avril 2019, 18h30)

Almanach d’un chercheur associé – Présentation

Un petit mot de présentation


Chercheur associé à la Bibliothèque nationale de France (BnF) ? Que peut bien signifier ce statut ?

Depuis que je suis chercheur associé à la BnF, j’ai été confronté à de nombreuses reprises à ces interrogations venant de proches et d’amis. Ce journal de bord se veut une réponse à tous ces questionnements. Il a pour objectif de faire comprendre au grand public les échanges qui existent entre cette bibliothèque et le monde universitaire. Il ne vise pas à définir le travail du chercheur associé d’une manière générale et théorique mais rend compte de l’expérience singulière, empirique et subjective d’un chercheur associé parmi d’autres.

Cham, Almanach comique. Paris : Lith. Ch Fernique , 1866. [Affiche]. Médiathèque de Chaumont

Depuis mes années de Master, j’ai toujours été fasciné par la BnF. D’où vient cette attirance ? Un goût prononcé pour l’atmosphère des bibliothèques ? Un plaisir à consulter des sources ou à visiter les expositions temporaires dans ce lieu dédié à la connaissance ? Une envie « provinciale » de découvrir l’effervescence culturelle parisienne ? Un logo percutant qui tape dans l’œil d’un jeune historien ? C’est sans doute un peu tout cela qui m’a conduit à vouloir explorer cette année les coulisses de la Bibliothèque nationale de France. Après un doctorat en histoire contemporaine, il m’a semblé opportun de vivre cette aventure unique ! Ayant manipulé, dans le cadre de ma thèse ces curieux imprimés que sont les almanachs, il m’a paru naturel de répondre à l’appel à chercheurs de la BnF 2018-2019 qui proposait, notamment, un sujet de recherche consacré à l’éducation du « peuple » dans les almanachs du XIXe siècle. J’ai alors été accueilli en octobre dernier par l’équipe du département Philosophie, histoire, sciences de l’Homme (PHS), installé sur le site de Tolbiac (ceci fera l’objet d’une prochaine chronique !).

Je vous proposerai donc au fil de mes futurs billets une plongée dans l’univers pédagogique, drôle et coloré de ces petits livrets. Humeur du jour, focus sur un document d’archives, moments vécus…Voici en quelque sorte le programme de ce “blog” ou plutôt, si je puis dire, de cet almanach d’un chercheur associé !


BONNE LECTURE !


ASTUCE !
Retrouvez l’intégralité de mes billets sur le carnet grâce au mot-clé “Almanach d’un chercheur associé”

Citer ce billet : Jonathan BARBIER, "Almanach d’un chercheur associé – Présentation," in L'Histoire à la BnF, 08/04/2019, https://histoirebnf.hypotheses.org/7279, [consulté le 25/08/2019].

Une “industrie fort connue” : le couronnement des rosières (Partie III. La chasteté en question au XIXe siècle)

Le Mollet de la Rosière” : chansonnette : piano [et chant] / musique de Emile Bouillon ; paroles de Lucien Delormel ; [ill. par] Henriot. Société anonyme (Paris), 1889. Gallica (BnF).

Nous avons vu dans un précédent billet (à lire ici) que la fête de la rosière de Salency, mise à la mode par la Comtesse de Genlis en 1766, connut une grande fortune dans les arts et ce jusqu’à la Cour de Versailles. Ce succès national a sans doute incité le prieur de Salency à pousser sa paroisse jusqu’au procès contre son seigneur qui désirait présider au choix de la rosière et conserver au couronnement sa tradition de simplicité. Le Parlement de Paris ayant donné raison à Salency contre son seigneur en 1774, le couronnement, désormais fixé avec un cérémonial plus imposant et plus religieux, mais relevant aussi davantage du spectacle divertissant, a connu diverses imitations en Normandie, région parisienne, etc.  La Révolution puis l’Empire ont entraîné la disparition de certaines de ces fêtes et le remodelage d’autres. Les couronnements de rosières ont ensuite constitué un enjeu entre les conservateurs cléricaux et les Républicains : dans la seconde moitié du XIXe siècle, on assiste à une floraison de fêtes de la rosière. Le phénomène passionne les érudits locaux et ethnologues, devient un véritable marronnier pour la presse, et inspire la satire et le travestissement. C’est à l’aune de ces parodies qu’il faut relire par exemple le célèbre “Rosier de Madame Husson” …

Continuer la lecture de Une “industrie fort connue” : le couronnement des rosières (Partie III. La chasteté en question au XIXe siècle)

Agnès Sandras

chargée de collections en histoire de France au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts

CONFÉRENCE : “Genre et archéologie, quand les sociétés anciennes ne sont pas tendres avec nos stéréotypes” (3 avril 2019, 18h30)

3 avril à 18h30 : Conférence : « Genre et archéologie : quand les sociétés anciennes ne sont pas tendres avec nos stéréotypes » par Chloé Belard, docteure de l’EPHE-PSLUMR 8546 AOrOc École normale supérieure.

Découvrez comment l’Histoire s’élabore au fil des fouilles, de l’étude des objets ou des textes à travers la rencontre avec ceux qui l’enrichissent chaque jour par leurs recherches. Ce nouveau rendez-vous est consacré à l’actualité de la recherche archéologique autour des femmes de pouvoir.


INFOS PRATIQUES

Cycle de conférences : « Archéologie des femmes de pouvoir: de la fouille à l’écriture de l’Histoire » – les mercredis, à 18h30, site François-Mitterrand, salle 70 (entrée libre).
En savoir plus : notre programme – notre bibliographie.

COLLOQUE : Les complaintes criminelles en France après 1870 : inventaire, problématisation, valorisation d’un corpus méconnu (2/3 avril 2019, Archives nationales, BnF)

2 avril 2019 : auditorium des Archives nationales, Pierrefitte-sur-Seine

3 avril 2019 : petit auditorium, BnF/Site François Mitterrand. Quai François Mauriac. Paris 13e.

Entrée libre dans la limite des places disponibles. Inscription obligatoire auprès du Clamor : clamor@criminocorpus.org

La complainte criminelle – au sens strict du terme, un texte chanté narrant dans un but informatif et/ou édifiant les détails d’un authentique fait divers criminel – s’inscrit dans une histoire longue, depuis les occasionnels du XVIe siècle, jusqu’aux « Canards sanglants » du premier XIXe siècle. Autrefois tiré de l’oubli par des collectionneurs, ou des érudits, ce type d’éphémère est l’objet d’une attention par trop occasionnelle.

Trois générations marquent l’historiographie récente des canards criminels. Jean-Pierre Seguin, le pionnier, les a tirés de l’ombre au tournant des années 1960, puis, dans les années 1980, en particulier en Bretagne, la recherche sur les « chansons sur feuilles volantes » a connu un grand succès. Enfin, la mise en ligne récente de la base de données « Complaintes criminelles 1870-1940 » sur le site Criminocorpus ouvre un nouveau chantier visant à interroger les derniers soubresauts de cette forme, des débuts de la IIIe République à la Seconde Guerre mondiale.

Le propos de ce colloque est de poser les jalons d’une nouvelle  approche pluridisciplinaire des complaintes criminelles, qui peuvent être considérées comme des sources auxiliaires à l’histoire des délits et des peines, des pratiques populaires de paralittérature, des médias « alternatifs » avant l’heure ou encore des témoins des goûts musicaux populaires.

Durant le colloque, au gré des intervenants, des complaintes criminelles seront interprétées – partiellement ou in-extenso – par Catherine Perrier, Roland Brou, Patrick Couton et J.F. “Maxou” Heintzen.

Illustration parue dans Le Rire : journal humoristique, 9 mars 1907
Illustration parue dans Le Rire : journal humoristique, 9 mars 1907

Programme

Continuer la lecture de COLLOQUE : Les complaintes criminelles en France après 1870 : inventaire, problématisation, valorisation d’un corpus méconnu (2/3 avril 2019, Archives nationales, BnF)