30e anniversaire de la disparition de Michel Leiris : sur les traces de L’Afrique fantôme (1ère partie)

Le 19 mai 1931, Michel Leiris (1901-1990), dont nous commémorons cette année le trentième anniversaire de la disparition, embarque à Bordeaux sur le Saint-Firmin pour une expédition ethnographique transafricaine qui durera près de deux ans. L’homme est poète, il vient d’avoir trente ans et, a priori, rien ne le prédispose à participer à la mission ethnographique et linguistique Dakar-Djibouti qui marquera profondément l’histoire de l’ethnologie française et dont il tirera L’Afrique fantôme, étrange objet littéraire.

Membres de la Mission Dakar-Djibouti au Musée d’ethnographie du Trocadéro. De gauche à droite : André Schaeffner, Jean Mouchet, Georges-Henri Rivière, Michel Leiris, le baron Outomsky, Marcel Griaule, Éric Lutten, Jean Moufle, Gaston-Louis Roux, Marcel Larget, 1931. Charles Mallison / CC BY-SA

« Changer d’atmosphère »

Je voulais absolument changer d’atmosphère, voir autre chose, voir d’autres gens, prendre contact avec une autre civilisation que la civilisation occidentale que, comme tous les surréalistes, je peux presque dire que je vomissais1.

Documents

En février 1929, après plusieurs années passées au sein du mouvement surréaliste2, Michel Leiris rompt avec André Breton (1896-1966) et entre en dissidence. Celui qui poursuivait de hautes ambitions littéraires et publiait jusque-là dans des revues d’avant-garde, éprouve un sentiment de faillite et traverse une crise existentielle, à la fois personnelle, conjugale et professionnelle.

En juin, il saisit l’opportunité de devenir secrétaire de rédaction de la revue Documents3, fondée par Georges-Henri Rivière (1897-1985), sous-directeur du Musée d’ethnographie du Trocadéro et que Michel Leiris connaît depuis 1921, Carl Einstein (1885-1940) et Georges Bataille (1897-1962). En août, il partage le poste avec l’ethnographe Marcel Griaule (1898-1956)4, de retour d’Abyssinie, où il a mené sa première mission ethnographique et linguistique5. Les jeunes gens sympathisent et Griaule propose à Leiris une place dans la prochaine expédition qu’il projette déjà.

En quête de terrains

Cette première expérience porte en elle les germes d’une mission bien plus vaste, sous l’égide combinée de l’Institut d’ethnologie de l’Université de Paris et du Musée d’ethnographie du Trocadéro. Les objectifs poursuivis sont multiples et ambitieux, les moyens devront être à la hauteur !

Il s’agit pour l’ethnologie française non moins que de rattraper son retard en matière d’enquêtes de terrain par rapport à la Grande-Bretagne ou encore l’Allemagne. Paul Rivet (1876-1958), professeur au Muséum national d’histoire naturelle et directeur du Musée d’ethnographie du Trocadéro, et Georges-Henri Rivière souhaitent professionnaliser la recherche ethnologique et lui donner un cadre institutionnel.

Le Musée d’ethnographie du Trocadéro

En outre, selon Jean Jamin6, anthropologue et exécuteur testamentaire de Michel Leiris, les motifs de la Mission Dakar-Djibouti sont liés au projet de réorganisation du Musée d’ethnographie du Trocadéro, fondé en 1878, rattaché au Muséum national d’histoire naturelle en 1928 et qui deviendra le Musée de l’homme en 1937. La réalisation du projet s’accélère du fait du succès populaire de l’Exposition coloniale internationale qui se déroule à Paris et dans le bois de Vincennes de mai à novembre 1931.

D’après le Projet de la Mission ethnographique et linguistique Dakar-Djibouti ((Jamin, op. cit.)), rédigé par Marcel Griaule en janvier 1931, la mission vise à « rassembler systématiquement des collections nombreuses accompagnées de tous les renseignements concernant chaque objet », « donner des directives à ceux qui vivent sur le terrain », combler les lacunes des collections africaines du Musée d’ethnographie du Trocadéro et « doter le premier musée d’ethnographie français de collections inégalables qui continueront l’œuvre de l’Exposition coloniale7 ».

Paris et l’Exposition coloniale internationale : [programme], 1931. Cote : 16-WZ-1550. Département Philosophie, histoire, sciences de l’homme (BnF).

=> cliquez sur les images des galeries ci-dessous pour mieux les voir

Préparatifs

Le projet, élaboré dès mai 1930, prend de l’ampleur au fil du temps et l’équipe passe de 4 à 11 membres8 tandis que le budget, d’abord évalué à 300 000 francs sera de plus d’un million de francs en mai 1931. Afin de séduire des partenaires institutionnels et privés, pour obtenir le financement et le matériel nécessaires à l’expédition, un véritable plan de communication est déroulé. Une exceptionnelle campagne de presse est lancée en octobre 1930, à l’initiative de G.-H. Rivière, destinée à promouvoir la mission, et l’ethnologie même, auprès du grand public, rencontrant son goût pour l’exotisme.

Marcel Griaule donne des conférences publiques, le 14 novembre à la Société de géographie à propos de sa première mission en Éthiopie, le 21 décembre, au Centre national de synthèse où il présente « La Mission Dakar-Djibouti dans son rapport avec les études ethnologiques et archéologiques ».

Fait inédit, une loi parlementaire portant sur la création de la mission est votée, à l’unanimité,  par les députés le 28 mars 1931 et par les sénateurs dans la nuit du 31 mars au 1er avril9 ; elle dote la mission d’un extraordinaire budget de 700 000 francs ! Michel Leiris se souviendra de cette nuit passée au Sénat, le 10 mai 1932 à Gallabat au Soudan anglo-égyptien, alors qu’il a appris la veille l’assassinat du Président de la République française Paul Doumer10.

De surcroit, deux évènements donnent un fort retentissement  au projet d’expédition.

Un mois avant le départ, le 15 avril 1931, Paris-Ring organise un gala de boxe au Cirque d’Hiver, à Paris, au profit de la mission Dakar-Djibouti. Le champion du monde poids coq, Alfonso Brown dit Panama Al Brown, originaire des États-Unis, ami de G.-H. Rivière, se bat contre Roger Simendé, champion de France des poids plume : plus de 100 000 francs rapportés. Et le projet est évoqué jusque dans l’actualité sportive !

Al Brown, boxeur en garde et en pied, Agence Meurisse, 1926. Gallica (BnF).

 

La subvention qu’Al. Brown accorde à la mission Dakar-Djibouti en se battant ce soir est autant qu’une marque très émouvante de générosité, un acte symbolique, manifestant clairement comment, sous le signe de l’ethnographie, la science, si longtemps reléguée dans des cadres austères et vieillis, commence à se réconcilier avec la vie 11.

 

Le Journal, 16 avril 1931, p. 3. Gallica (BnF).

Enfin, l’équipement de la mission donne lieu à une exposition au Musée d’ethnographie du Trocadéro, qui bénéficie ainsi d’une publicité bienvenue. Elle rend hommage aux entreprises partenaires du projet, le clou du spectacle étant, à défaut des véhicules de l’expédition, le bateau métallique démontable. De plus cet évènement valorise les aspects scientifique et moderne de la mission auprès des visiteurs et des médias.

L’Intransigeant, 1er mai 1931, p. 43. Gallica (BnF).

Partir

Mais que fait Michel Leiris pendant l’année que durera la préparation d’une telle mission ? Au cours de l’année 1930, il écrit Le promeneur de Barcelone d’abord, après un séjour en Catalogne avec Zette12, son épouse, puis l’important texte Lucrèce, Judith et Holopherne ((Qui sera publié, dans une version modifiée, intégré à L’Âge d’homme, en 1939.)).

Il suit quelques cours de Marcel Mauss13, contribue aux préparatifs, publie des comptes rendus et l’article « L’œil de l’ethnographe (À propos de la mission Dakar-Djibouti) », dans la revue Documents. Avec l’appui de G.-H. Rivière, il est officiellement recruté, en janvier 1931, en tant que secrétaire-archiviste de la Mission Dakar-Djibouti et rédige l’ouvrage Instructions sommaires pour les collecteurs d’objets ethnographiques, « d’après les cours professés à l’Institut d’ethnologie »14. Le manuel est publié en mai, grâce au bénéfice du gala de boxe organisé au profit de la mission.

Il se sent las des milieux littéraires parisiens et, « regardant le voyage comme une aventure poétique15 », il part désireux de « devenir un autre homme, plus ouvert et guéri de ses obsessions16 ».

Dans le prochain billet, nous accompagnerons Michel Leiris de Dakar à Djibouti et découvrirons comment L’Afrique fantôme témoigne des conditions d’exercice de l’ethnographie en situation coloniale.

Leiris, Michel. « L’œil de l’ethnographe ». Dans Documents : doctrines, archéologie, beaux-arts, ethnographie, n° 7, deuxième année, 1930. P. 405-414. Gallica (BnF).

=> cliquez sur les flèches ci-dessous pour feuilleter l’ouvrage

  1. Chavasse, Paule. Entretiens avec : Michel Leiris.  France Culture, 1968. []
  2. Michel Leiris adhère au mouvement surréaliste en novembre 1924. []
  3. La revue est sous-titrée doctrines, archéologie, beaux-arts, ethnographie puis archéologie, beaux-arts, ethnographie, variétés. []
  4. Élève du linguiste et sociologue Marcel Cohen (1884-1974), professeur à l’École des langues orientales, spécialiste de l’amharique parlé en Éthiopie. []
  5. Mission Abyssinie, 25 septembre 1928 – 5 août 1929. []
  6. Jamin, Jean. « Introduction à Miroir de l’Afrique ». Dans Miroir de l’Afrique. Paris : Gallimard, 1996. P. 9-[59]. – Quarto (réimpression de 2003). []
  7. L’Exposition coloniale internationale de Paris est inaugurée le 5 mai 1931. Le Saint-Firmin quitte le port de Bordeaux le 19 mai. []
  8. 4 membres permanents et 7 membres temporaires []
  9. « Projet de loi de la mission ethnographique et linguistique DakarDjibouti », Journal de la société des africanistes, t. I, fasc. 2, 1931, p. 300. []
  10. Paul Doumer, élu le 13 mai 1931 à la Présidence de la République, est assassiné le 6 mai 1932 (il meurt le 7 mai au matin), par Paul Gorgulov. []
  11. Marcel Griaule, Paris-soir, 15 avril 1931, p. 4. []
  12. Louise Leiris née Godon (1902-1988), galeriste, surnommée Zette, épousée en 1926. []
  13. Lucien Lévy-Bruhl (1857-1939), Marcel Mauss (1872-1950) et Paul Rivet (1876-1958) fondent l’Institut d’ethnologie de l’Université de Paris, en janvier 1925. []
  14. Jamin, Jean. « Michel Leiris : vie et œuvre ». Dans Miroir de l’Afrique. Paris : Gallimard, 1996. P. 1371-[1405]. – Quarto (réimpression de 2003. []
  15. Hollier, Denis. « Préface ». Dans L’âge d’homme ; précédé de L’Afrique fantôme. [Paris] : Gallimard, 2014. P. [IX]-XXXV. (Bibliothèque de la Pléiade ; 600). Extrait du « Prière d’insérer » de l’édition originale de L’Afrique fantôme en 1934. []
  16. Leiris, Michel. « Préambule à L’Afrique fantôme ». Dans L’âge d’homme ; précédé de L’Afrique fantôme. [Paris] : Gallimard, 2014. P. [37]-39. (Bibliothèque de la Pléiade ; 600). Préambule rédigé pour la réédition de L’Afrique fantôme en 1981. []

Cécile Geoffroy-Oriente

Chargée de collections en anthropologie et ethnologie au département Philosophie, Histoire, Sciences de l'Homme

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.