Disparition de Dominique Kalifa (12 septembre 2020)

Le 12 septembre 2020, Dominique Kalifa a « écrit la fin de son histoire1 ». De nombreux articles, billets et tweets attestent de l’immense tristesse de la communauté des historiens et de la peine manifeste de ses lecteurs. Tous ces témoignages sont empreints d’une grande élégance littéraire et d’humanité en écho au personnage disparu et à ses écrits. Ils rappellent également comment Dominique Kalifa a prolongé avec bonheur les apports intellectuels de Michelle Perrot (sa directrice de thèse) et d’Alain Corbin (son directeur d’habilitation), transgressant délicieusement les limites classiques de l’histoire et de l’historiographie pour s’interroger sur les bas-fonds de Paris, ou plus récemment sur les chrononymes 2.

Dominique Kalifa (1957-2020) était un ancien élève de l’École normale supérieure de Saint-Cloud, agrégé d’histoire, professeur à L’Université Paris I (Panthéon-Sorbonne), où il dirigeait le Centre d’histoire du XIXe siècle. Il écrivait aussi régulièrement pour la presse et avait été l’invité de nombreuses universités étrangères. Revenons ici, grâce aux témoignages de ses collègues et ses propres écrits, sur ses productions majeures.

Sa thèse, soutenue sous la direction de Michelle Perrot en 1984, portait sur « L’encre et le sang : récits de crimes dans la France de la « Belle Époque » (1894-1914) » :

Elle devient, l’année suivante, son premier ouvrage, L’Encre et le Sang (Fayard), dont « Le Monde des livres » écrit : « L’inventivité et l’érudition se mêlent ici pour faire de ce livre un modèle d’étude culturelle. » L’œuvre qui vient de s’ouvrir sera marquée jusqu’au bout par un mélange d’insatiable curiosité et de rigueur, d’éclectisme et de recherche tenace d’une image exacte des manières de vivre et de se représenter la vie3.

L’Encre et le Sang analyse l’imaginaire social à partir des faits divers, le « rôle nouveau joué par la presse en régime de culture de masse4 ».

The Apache trot. Fox-trot. Paroles L. Hillier. Paroles françaises de Amor (P). Sté française d’éd. musicales, théâtrales et cinématographiques, 1918. Gallica (BnF).

Dès cet ouvrage, « le nom de Dominique Kalifa est particulièrement associé à la notion d’histoire culturelle, dont il était l’un des plus grands spécialistes5 ». Il concevait cette histoire culturelle, « à la  manière d’Alain Corbin, non pas comme un domaine mais comme une démarche6 » :

Ces récits de crimes y sont étudiés en tant que représentations formées à une époque donnée, ouvrant à l’étude des perceptions et des sensibilités d’une société. En l’espèce, constatant l’absence d’une explosion réelle du crime vers 1900, Dominique Kalifa voit dans cette fascination journalistique pour les faits divers l’indice d’un abaissement du seuil de tolérance face aux atteintes portées aux corps, dans une société où la violence tendait justement à diminuer7.

Théâtre des Menus-Plaisirs… Le Crime. Drame en 5 actes de MM. Albin Valabrègues et Bertol-Grévil… Éditeur : imp. Lévy ([Paris]), 1882. Gallica (BnF).

Cette « plongée dans l’histoire du crime, des bas-fonds, de la transgression […] portée par une vision novatrice de l’histoire8 » le conduisit à s’interroger tour à tour sur la police privée (Naissance de la police privée, 2000), le crime (Crime et culture au XIXe siècle, 2005), le bagne (Biribi, 2009), les bas-fonds (Les Bas-fonds, 2013), l’érotisme (Paris. Une histoire érotique, d’Offenbach aux Sixties, 2018). Il poursuivit en parallèle son analyse de la culture de masse  (La Culture de masse en France, 2001) et du rôle et de l’histoire de la presse (co-direction de La Civilisation du journal en 2011).

Au-delà de cet aspect plaisant, ses ouvrages portent l’ambition forte, pleinement réalisée, d’une histoire indissociablement culturelle et sociale : les représentations ne sont pas des images qui flottent au-dessus des sociétés, elles sont produites par des acteurs sociaux bien identifiés à un moment donné, et elles irriguent puissamment en retour les sociétés où elles sont produites. Elles agissent. On ne partait pas au bagne de Biribi sans porter avec soi une image de Biribi. Cette intrication du réel et de l’imaginaire ajoute une complexité au travail de l’historien, à laquelle Dominique Kalifa s’est montré de plus en plus attentif9.

A Biribi / paroles et musique de Aristide Bruant (Paris),1891. Illustrateur : Steinlen, Théophile Alexandre (1859-1923). Gallica (BnF).

Attentif aux enquêtes, sous leur forme les plus diverses, dont il avait fait une de ses sources, Dominique Kalifa se passionnait pour « la manière dont se fait l’histoire, et la manière dont elle s’écrit […] au centre de ses préoccupations10 ». En 2001, il rédigeait avec Philippe Artières Vidal, le tueur de femmes : une biographie sociale, un essai expérimental à partir d’extraits d’archives. En 2009, il offrait comme quatre autres historiens sa version du Dossier Bertrand à partir d’archives. Enfin, très récemment, il dirigeait Les noms d’époque : de « Restauration » à « années de plomb » (2019) déjà évoqués plus haut.

Cette liste n’est pas exhaustive. Fantômas (Tu entreras dans le siècle en lisant Fantômas, 2017), et bien d’autres ouvrages sont tout aussi marquants.

Le Petit journal Parti social français, 3 novembre 1933. Gallica (BnF).

Ce « subtil amateur de mystères nous a sciemment laissés face au plus grand d’entre eux11 ». Il avait quelques jours plus tôt salué la mémoire de Jean-Claude Farcy, et son considérable travail sur l’histoire rurale et l’histoire de la justice de la France des XIXe et XXe siècles.

On aura à cœur d’écouter sur France Culture les hommages rendus à Dominique Kalifa et les émissions qu’il avait enregistrées autour de ses ouvrages et de lire sur Retronews son interview sur « Des grands boulevards aux terrasses de café : plongée dans le vieux Paris érotique », et surtout de le (re)lire…

Citer ce billet : Agnès Sandras, "Disparition de Dominique Kalifa (12 septembre 2020)," in L'Histoire à la BnF, 21/09/2020, https://histoirebnf.hypotheses.org/10058, [consulté le 22/10/2020].

 

  1. Anaïs Kien, « L’historien du crime et des bas-fonds Dominique Kalifa a écrit la fin de son histoire« , Le Journal de l’Histoire, France Culture, 14/09/2020. []
  2. Dominique Kalifa, « Les noms d’époques – La genèse des « chrononymes«  », Site Herodote.net. []
  3. Florent Georgesco, « L’historien Dominique Kalifa, spécialiste des imaginaires sociaux, est mort à l’âge de 63 ans », Le Monde, 13 septembre 2020. []
  4. Christophe Prochasson Christophe. L’encre et le sang. Récits de crimes et société à la Belle Époque. In: Vingtième Siècle, revue d’histoire, n°53, janvier-mars 1997. pp. 177-178. []
  5. Pierre Karila-Cohen, « La mort de l’historien Dominique Kalifa », Le Monde, 14 septembre 2020. []
  6. Ibid. []
  7. Ibid. []
  8. Quentin Deluermoz et Hervé Mazurel, « Dominique Kalifa, la fascination de l’envers », Libération, 17 septembre 2020. []
  9. Pierre Karila-Cohen, « La mort de l’historien Dominique Kalifa », op. cit. []
  10. Claire Devarrieux, « Mort de Dominique Kalifa, historien et fidèle contributeur de «Libération» », Libération, 13 septembre 2020. []
  11. Sylvain Venayre, « Dominique Kalifa est mort », L’Histoire, 14 septembre 2020. []

Agnès Sandras

chargée de collections en histoire de France au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts


2 réflexions sur « Disparition de Dominique Kalifa (12 septembre 2020) »

  1. Enorme perte ! Quel dommage : L’historiographie est en deuil!
    merci pour cette évocation d’un esprit brillant qui restera toujours vif. Stefan

  2. Une grande reconnaissance à qui sait présenter et mettre en valeur quelque aspect de l’Histoire, source précieuse de connaissance de l’Humanité en tant qu’humanisme.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.