Les images ont parlé ! Qui est cet étrange personnage ?

Vous deviez deviner quel étrange personnage, à l’étroit dans sa redingote, arborant  sur sa tête verte piriforme un masque doté d’un long nez, moustachu et coiffé d’un chapeau à cocarde, déclenchait les quolibets en plein Carnaval.

Les trois indices vous conduisaient au roi  Louis-Philippe, maintes fois représenté en poire par les caricaturistes. En recherchant dans Gallica, l’expression « en pâtissier, en saltimbanque, en chien, en sangsue », vous découvriez en effet cet extrait de L’Éducation sentimentale :

Frédéric prenait la Maréchale à son bras ; et ils flânaient ensemble dans les rues. Elle se divertissait de rosettes décorant toutes les boutonnières, des étendards suspendus à toutes les fenêtres, des affiches de toute couleur placardées contre les murailles, et jetait ça et là quelque monnaie dans le tronc pour les blessés établi sur une chaise, au milieu de la voie. Puis elle s’arrêtait devant des caricatures qui représentaient Louis-Philippe en pâtissier, en saltimbanque, en chien, en sangsue1.

Quelques pages plus tôt, Flaubert évoquait un billet de Deslauriers à Frédéric en février 1848 : « La poire est mûre2 « .

On sait grâce à divers travaux comment l’idée vint aux caricaturistes de représenter le monarque sous la forme d’une poire afin de contourner la censure. Un procès intenté à Philipon vit le caricaturiste démontrer aux Assises combien la tête du roi inspirait la « croquade », terme dont l’ambivalence (croquer c’est dessiner, mais aussi ingérer) se prêtait fort bien à la portée régicide de la situation3 …

Croquades faites à l’audience du 14 nov. (Cour d’assises) : [estampe] Auteur : Philipon, Charles (1800-1862). Lithographe Éditeur : [s.n.][s.n.]. Gallica (BnF).

Dès lors, les dessinateurs inventèrent  bien  des sorts funestes à la poire royale, et saturèrent l’espace iconographique de ce type de représentation, au point que toutes et tous, à défaut pour beaucoup d’entre eux d’avoir vu les dessins, en connaissaient au moins la symbolique.

Le cauchemar de la poire : [estampe] Auteur : Casati, Alexandre (18..?-18..? ; peintre). Lithographe Éditeur : À Paris chez Aubert, 1833. Gallica (BnF).
Le soleil de Juillet qui l’avait trop mûrie et dorée, en avait fait une Poire grasse, l’orage de Février la fit Poire molle, ce qui prouve qu’elle n’était pas de conserve : [estampe] Éditeur : Lith. Prodhomme, 89 rue du Temple. Gallica (BnF).

La poire était devenue une « espièglerie », un signe de ralliement et de rébellion, tracée ici sur les murs par des enfants, reproduite là en bois dans un jeu de massacre, évoquée dans les courriers personnels, les discussions ou les journaux4.

La poire est devenue populaire ! : [estampe] Auteur : Travies de Villers, Charles Joseph (1804-1859). Lithographe Éditeur : Chez Aubert, galerie véro dodat Date d’édition : 1833. Gallica (BnF).

La célèbre composition du Charivari du 27 février 1834, restituant une sentence prononcée contre lui sous forme de calligramme piriforme en 1834, contribue sans doute à sceller le destin des insolentes poires. Une loi de 1835, suite à un attentat contre le roi, autorise à réprimer désormais « tout dessin, toute lithographie, toute gravure injurieuse pour le roi, les chambres ou le gouvernement ».

Le Charivari, 27 février 1834. Gallica (BnF).

Selon Victor Hugo, le roi aurait toutefois considéré la poire avec humour. Le romancier raconte à propos des gamins de Paris l’anecdote suivante :

Quelquefois ce moucheron — c’est ainsi qu’il se qualifie lui-même — sait lire ; quelquefois il sait écrire, toujours il sait barbouiller. Il n’hésite pas à se donner, par on ne sait quel mystérieux enseignement mutuel, tous les talents qui peuvent être utiles à la chose publique: de 1815 à 1830, il imitait le cri du dindon; de 1830 à 1848, il griffonnait une poire sur les murailles. Un soir d’été, Louis-Philippe, rentrant à pied, en vit un, tout petit, haut comme cela, qui suait et se haussait pour charbonner une poire gigantesque sur un des piliers de la grille de Neuilly ; le roi, avec cette bonhomie qui lui venait de Henri IV, aida le gamin, acheva la poire, et donna un louis à l’enfant en lui disant : La poire est aussi là-dessus 5.

« Le roi acheva la poire« , dessin de Gustave Brion in Les Misérables de Victor Hugo, Paris, Hetzel et Lacroix. Fonds de l’Heure joyeuse, Ville de Paris.

Le dessin que nous vous proposions d’identifier relève également d’une confrontation du monarque à sa caricature et a une portée singulière. En temps d’inversion carnavalesque, le roi devenu poire doit pour se singulariser choisir un déguisement qui ne trompe pourtant personne. Aisément identifiable, il est donc  en proie aux quolibets scatologiques des gamins… gamins qui ne seraient autres que la personnification des caricaturistes6 !

« Oh ! c’te tête ! Ah ! la chianlili ! ah ! la chianli ! » [estampe]. Auteur : Casati, A.. Éditeur : On s’abonne chez Aubert. Gallica (BnF).

=> Pour aller plus loin, on pourra entre autres lire :

Robert FOHR, « Louis-Philippe vu par Daumier », en ligne sur le site L’Histoire par l’image

Fabrice ERRE, Le règne de la poire  : caricatures de l’esprit bourgeois de Louis-Philippe à nos jours, Seyssel, Champ vallon, 2011

Le « Gallica vous conseille » sur la poire et le poirier et le Gallica vous conseille » sur le roi Louis-Philippe.

Citer ce billet : Blog Histoire, "Les images ont parlé ! Qui est cet étrange personnage ?," in L'Histoire à la BnF, 16/10/2020, https://histoirebnf.hypotheses.org/10163, [consulté le 02/12/2020].

 

 

 

 

  1. Gustave Flaubert, L’Éducation sentimentale, Paris, Chapentier, 1880. []
  2. Gustave Flaubert, op. cit.  Voir Takashi Kinouchi, « La mémoire des images dans L’Éducation sentimentale », Flaubert, 11 | 2014. []
  3. Pour en savoir plus sur le procès et la genèse de ces croquades lire en ligne : Le Men Ségolène. Gravures, caricatures et images cachées : la genèse du signe du roi en Poire. In: Genesis (Manuscrits-Recherche-Invention), numéro 24, 2004. Formes. pp. 42-69. []
  4. Pour en savoir plus, lire en ligne : Erre Fabrice, « Le « Roi-Jésuite » et le « Roi-Poire » : la prolifération d’« espiègleries » séditieuses contre Charles X et Louis-Philippe (1826-1835) », Romantisme, 2010/4 (n°150), p. 109-127. []
  5. Victor Hugo,  Les Misérables,  Paris, J. Hetzel et A. Lacroix, page 323. []
  6. Pour en savoir plus lire en ligne Amélie de Chaisemartin, « Le regard du caricaturiste donné en modèle dans les romans et les caricatures de presse de la monarchie de Juillet« ,  Actes du Congrès de la Société des Études Romantiques et Dix-neuviémistes consacré à « L’Œil du XIXe siècle en 2018. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.