La lettre « aux Instituteurs et Institutrices » de Jean Jaurès (1888)

Lors de l’hommage national rendu à Samuel Paty, assassiné le 16 octobre 2020, des extraits de la lettre de Jean Jaurès aux Instituteurs et Institutrices (1888) ont été lus. Nous vous proposons de retrouver ce texte dans son intégralité.

=> Lire ici  le texte dans la version extraite de l’ouvrage Action socialiste (1899)

Jean Jaurès est né dans le Tarn en 1859 d’une famille de la petite bourgeoisie. Normalien, agrégé de philosophie, il est affecté au lycée d’Albi et donne aussi pendant quelques mois des cours à l’École normale d’instituteurs. Dès 1883, il est chargé de cours à la faculté de Toulouse, fonctions qu’il doit bientôt mettre en parenthèses, car il devient le plus jeune député de France en 1885, dans les rangs des républicains « opportunistes » :

C’est alors un admirateur de Jules Ferry et plus tard, devenu socialiste, il souligna toujours l’importance de son œuvre législative dans le domaine scolaire même s’il s’agissait à ses yeux d’une œuvre incomplète et paradoxale si elle ne s’accompagne de l’émancipation économique et sociale des classes populaires1.

Jules Ferry vient en effet de faire adopter une série de lois scolaires, comme la « loi du 28 mars 1882 sur l’enseignement primaire obligatoire », complétée par une circulaire aux instituteurs « concernant l’enseignement moral et civique ». Jamais Jaurès n’oubliera ce qu’il doit à l’école et à ses professeurs, ni ses premières fonctions. Il se préoccupe toute sa vie durant de la transmission des savoirs et des passeurs de connaissances que sont les enseignant(e)s, et se démarque progressivement de Ferry :

Apôtre de la paix, tribun du socialisme, député de Carmaux, fondateur de l’Humanité, grand historien … Ce sont sans doute les qualifications qui viennent le plus souvent à l’esprit quand on évoque Jean Jaurès et qu’on cherche à caractériser par une formule le sens général de sa vie et de son action. Mais il fut aussi, et tout d’abord, un « prof », un enseignant fier de son métier et très attaché à répondre aux questions matérielles et morales, comme on disait alors, que pouvait poser l’exercice de la profession2.

Dès 1887, Jaurès écrit des chroniques pour La Dépêche de Toulouse3, un quotidien qui a une audience importante de près d’un million de lecteurs4. « Aux Instituteurs et Institutrices » est un texte de jeunesse (en 1888, Jaurès a 29 ans) extrêmement ciselé, que ce soit du point de vue politique ou littéraire.

La Dépêche, 15 janvier 1888. Gallica (BnF).

Cette chronique porte la trace de lectures multiples (Condorcet pour l’éducation, Élisée Reclus pour la géographie, etc.), et d’un engagement professionnel solide d’enseignant. Ses grandes thématiques futures sur la question scolaire sont déjà présentes : la lecture pour toutes et tous, clé incontournable de l’accès au savoir ; la liberté pour les enseignants de constituer leur propre bagage intellectuel ;  la critique des méthodes d’enseignement par trop formatées, etc.

En juin 1892, Jaurès offre un autre grand texte à La Dépêche sur l’instruction morale à l’école dans lequel il définit la « morale laïque, c’est-à dire indépendante de toute croyance religieuse, et fondée sur la pure idée du devoir5 ».

En 1899, un choix de textes de Jaurès est édité par celui qui est alors encore son ami, Charles Péguy6 : « à la librairie Bellais, il publie un recueil de ses articles sous le titre d’Action socialiste (1899) où, dira-t-il, il engagea ses ‘dernières finances7‘ ». « Aux Instituteurs et Institutrices » y figure en bonne place, un choix qui n’étonnera pas de la part de Péguy qui forgera quelques années plus tard l’expression « hussards de la République8 »…

Jean Jaurès : [photographie de presse] / Agence de presse Meurisse. Gallica (BnF).

 

=> pour aller plus loin :

  • le dossier « la laïcité en questions » sur le portail classes.bnf
  • la page « la laïcité à l’école » sur le site éduscol du ministère de l’Éducation nationale, de la jeunesse et des sports
  • sur France Culture : « diversement interprétés, parfois difficilement appliqués, les principes de la laïcité font toujours l’objet de débats. Une sélection d’émissions pour comprendre son histoire, ses sources philosophiques et son actualité ».
  • le « Gallica vous conseille » sur Jean Jaurès

Citer ce billet : Agnès Sandras, "La lettre « aux Instituteurs et Institutrices » de Jean Jaurès (1888)," in L'Histoire à la BnF, 23/10/2020, https://histoirebnf.hypotheses.org/10211, [consulté le 02/12/2020].

  1. Catherine Moulin, « Repères biographiques », in De l’éducation [Anthologie]/ Jean Jaurès ; introduction de Gilles Candar ; postface de Guy Dreux et Christian Laval ; textes présentés par Gilles Candar et Catherine Moulin ; édition établie par Madeleine Rebérioux, Guy Dreux et Christian Laval. Paris, Éd. Nouveaux regards, Éd. Syllepses, impr. 2005. []
  2. Gilles Candar, « Le prof Jaurès », in Jean Jaurès, De l’éducation [Anthologie], op. cit. []
  3. Voir Jaurès  : l’intégrale des articles de 1887 à 1914 publiés dans « La Dépêche » / une édition dirigée par Rémy Pech et Rémy Cazals ; avec Jean Faury, Alain Boscus, Jean Sagnes… [et al.], Toulouse, Éd. Privat, « La Dépêche du Midi », 2009. []
  4. De l’éducation ; anthologie, op.cit. []
  5. Jean Jaurès, « L’instruction morale à l’école », La Dépêche, 8 juin 1892. []
  6. Péguy passera de l’admiration sans bornes à la haine pour Jaurès. Voir Christophe Prochasson, « Le miroir brisé : retour sur la relation Péguy-Jaurès », Cahiers Jaurès, 2015/3 (N° 217), p. 89-115. []
  7. Géraldi Leroy, « Péguy-Jaurès : bref essai de synthèse », Cahiers Jaurès, 2009/2 (N° 192), p. 51-64. []
  8. Charles Péguy, évoquant les jeunes normaliens et leurs uniformes, parle de « hussards noirs » puis de « hussards de la République »  – et non pas de « hussards noirs de la République »-  dans L’Argent publié par Les Cahiers de la quinzaine en 1913. Voir ici. []

Agnès Sandras

chargée de collections en histoire de France au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts


4 réflexions sur « La lettre « aux Instituteurs et Institutrices » de Jean Jaurès (1888) »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.