Les animaux dans la Grande Guerre – Partie III, Les « bêtes des tranchées », de la reconnaissance à la mémoire

Pour les hommes comme pour les animaux, la démobilisation ne marque pas la fin des épreuves. Le bilan humain de la Première Guerre mondiale est particulièrement désastreux en France, les pénuries persistent et il faut reconstruire. Des millions de soldats et de bêtes doivent être évacués des zones de combat pour retrouver la vie civile ; beaucoup de « poilus » à quatre pattes ou deux ailes voient leur parcours s’arrêter là. Pour les survivants, honorer les morts et commémorer batailles et victoire devient vite une priorité.

 « Soldats » (voir le billet 1) ou compagnons de misère (voir le billet 2), les animaux ont compté pour les hommes, et beaucoup d’anciens combattants, marqués par ce qu’ils ont vu et vécu à leurs côtés, souhaitent qu’un hommage leur soit rendu après la guerre. Pourtant les « bêtes des tranchées », d’abord associées par une part importante de la population française au souvenir des souffrances et des sacrifices imposés par la guerre, ont peu à peu disparu de la mémoire collective du conflit, jusqu’à la redécouverte récente de leur omniprésence, de leur rôle stratégique et de leurs « vécus oubliés1 ».

Pourquoi cet oubli, et comment les « chemins de mémoire » ont finalement conduit historiens amateurs et professionnels à rappeler leur importance, et à leur suite d’autres acteurs, institutionnels, associatifs ou particuliers, à l’approche des commémorations du Centenaire de la Grande Guerre, c’est ce que nous tenterons d’interroger dans un second temps.

De la reconnaissance à l’oubli

Ils sont commotionnés, ils sont meurtris et ils sont brisés,
Ils sont  blessés et déchirés lorsqu’ils tombent
Dans la grande fosse, mais ils sont fidèles et ils sont courageux,
Et ce sont des héros, tous et chacun.

Capitaine Theodore Girling, Héros silencieux, 1916

Pendant la guerre, de très nombreux soldats témoignent de leur reconnaissance pour leurs compagnons d’armes et de misère à plumes ou à poils, qui ont partagé dangers et souffrances, les ont ravitaillés, aidés à garder espoir, et sans qui souvent ils ne seraient pas revenus vivants des tranchées. Beaucoup espèrent qu’après la guerre un hommage digne de leur sacrifice leur sera rendu, aux côtés de leurs camarades morts sur les champs de bataille.

À la fin du conflit, les armées démobilisent hommes et  bêtes : en France, les équidés réquisitionnés sont rendus à leurs propriétaires, ceux qui ont été achetés sont vendus à des agriculteurs ou des industriels, ou cédés aux abattoirs. Seul un petit nombre reste dans l’armée, et très peu sont rapatriés dans leur pays d’origine, ce qui provoque d’ailleurs un scandale en Grande-Bretagne : l’Armée britannique, visée par une campagne des associations de protection animale qui dénoncent l’abandon de ses chevaux, vendus à des bouchers en France2, doit financer le rapatriement de 60 000 d’entre eux. De nombreux mulets et les « petits ânes d’Afrique » ne trouvent pas preneurs dans le civil et sont abattus, au mépris des services rendus.

Évacués vers les chenils centraux de l’armée, dans des conditions parfois épouvantables, les chiens de service connaissent des parcours divers : un petit nombre reste dans l’armée, les réquisitionnés ou prêtés à l’armée sont rendus à leurs propriétaires, d’autres ramenés à la fourrière ou confiés aux associations de protection animale, qui cherchent à les placer. Certains sont formés pour devenir guides d’aveugle ou tirer la carriole d’un mutilé de guerre. Dans certains cas, mascottes et « auxiliaires » gardent ou retrouvent un maître dans le civil, en France ou à l’étranger. Mais les peureux, rétifs, agressifs ou en mauvais état sont souvent abattus. Beaucoup, perdus ou abandonnés, errent seuls ou en groupe, et le spectre de la rage reparaît dans les publications municipales et vétérinaires, relayées par la presse humoristique.

« Le chien du tommy », Excelsior : journal illustré quotidien : informations, littérature, sciences, arts, sports, théâtre, élégances (Paris), 20 janvier 1919. Gallica (BnF).

 

Au cours des fêtes de charité du 26 juin 1919, un défilé de « chiens revenus du front » est organisé à Paris au profit de la Croix Bleue française, et d’autres suivront. Un chien de guerre accompagne des soldats au Défilé de la Victoire le 15 juillet 1919, les unités canines et beaucoup de chevaux de cavalerie, animaux de prestige,  défilent aux côtés des hommes.

Beaucoup de pigeons rejoignent le civil, d’autres les colombiers militaires. En 1920, les « derniers pigeons de Verdun » sont présentés à l’Exposition d’aviculture du Grand Palais, à Paris : des diplômes et des « bagues d’honneur » sont distribués publiquement aux  vétérans  à plumes , photographiés devant un pigeonnier roulant. Le Petit Journal  du 22 juillet 1922 consacre un article aux  « Pigeons de guerre » et à leurs distinctions, bien différenciées de celles remises aux soldats… et la presse des anciens combattants parle encore d’eux en 1932.

« Le dernier pigeon voyageur du fort de Vaux », Le Miroir : entièrement illustré par la photographie (Paris), 15 février 1920. L’Argonnaute (La Contemporaine). Gallica (BnF).

 

Jenny l’éléphante et certaines mascottes exotiques finissent leurs jours au zoo, comme les lions Whisky et Soda, l’ourse Michka, et Hélène la cigogne. Le Journal des mutilés, réformés et blessés de guerre leur consacre un article le 3 novembre 1935, et salue la « doyenne des invalides de guerre », la britannique Henriette.

=> cliquez sur les images ci-dessous pour mieux les voir

L’heure est à la reconstruction, et il faut reconstituer le cheptel français, dans les régions libérées en particulier, rappelle un article de L’Agriculture nouvelle en décembre 1920.

À la mémoire de nos chevaux, je demande une grande pitié de notre cœur, égale dans la proportion de l’animal à l’homme, à celle que nous consacrons à nos soldats.

Henri Diffiné, maréchal des logis du 6e régiment de dragons, 19163.

L’armée française a peu décoré d’animaux pendant la guerre et ne leur dressera pas de mémorial après le conflit, malgré le souhait exprimé par de nombreux combattants, y compris des officiers. La démobilisation est longue et difficile pour les hommes, et les monuments aux soldats morts ne s’érigent pas sans quelques vives querelles. Ceux rendant hommage aux animaux ne sont pas prioritaires.

On parle pourtant dans la presse des monuments érigés ailleurs, jusqu’à la veille de la Seconde Guerre mondiale, et des projets français sont portés par des associations cynophiles et colombophiles, financés par des souscriptions. Mais tous n’ont pas vu le jour, les collectivités publiques françaises ne s’engageant pas toujours à leurs côtés. En 1926 par exemple, l’érection d’un  monument aux chiens de guerre au cimetière pour animaux d’Asnières  est annoncé – peut-être celui soutenu par l’Union nationale des combattants en 1923. Toutefois, les souscripteurs n’ont semble-t-il finalement pu y obtenir que la tombe de Mémère, « célèbre mascotte des chasseurs à pieds », quelques années plus tard4.

=> cliquez sur les images ci-dessous pour mieux les voir

En 1923, la Société du musée du cheval de Saumur  fait apposer dans une salle du château une plaque commémorative « Aux 1 140 000 chevaux de l’armée française morts pendant la guerre mondiale ». En 1929, une souscription des sociétés colombophiles finance celle du fort de Vaux, dédiée « Aux colombophiles morts pour la France et au pigeon de Verdun »,  le célèbre Vaillant. En 1936, c’est un monument que la Fédération nationale des sociétés colombophiles leur fait ériger à Lille. Quelques monuments aux morts remarquables représentent des animaux aux côtés de soldats, comme celui de Pagny-sur-Moselle, celui d’Arras ou celui de Sainte-Menehould.

À Chipilly, dans la Somme, c’est la 58e division d’infanterie britannique qui commande au sculpteur français Henri Gauquié un monument  représentant un artilleur embrassant son cheval agonisant5. Il est inauguré en 1922. L’effort mémoriel français n’est, lui, pas à la hauteur selon ceux qui espèrent des monuments pour les animaux…

=> cliquez sur les images ci-dessous pour mieux les voir

Solidarité pour les hommes, Justice pour les animaux.

Jules Bluzet, Le Petit Comtois,  19 février 19196.

Les conditions particulièrement difficiles de l’emploi des bêtes en temps de guerre ont joué en leur défaveur : pour les faire avancer malgré la peur et l’épuisement, les coups ont très souvent plu, sur les équidés en particulier. Certains soldats peu familiers du travail avec des animaux, ou habitués à les traiter durement, ont été amenés à conduire des chevaux ou des chiens  – parfois sans réelle formation, et sans y trouver leur compte. Des chevaux d’importation, achetés sauvages, sont débourrés et envoyés au front trop rapidement, après un voyage long et difficile par mer et par terre ; certains chiens, dressés sommairement pour renouveler en urgence les rangs des unités canines, sont séparés de leur instructeur, confiés à des maîtres successifs… Les exemples ne manquent pas de graves difficultés d’adaptation des « animaux soldats » aux attentes des troupes et aux contraintes extrêmement violentes subies lors des combats. L’insuffisance numérique des animaux avait de graves conséquences pour les hommes et les forces opérationnelles des armées, leurs résistances aussi. Dans ce contexte, des actes de négligence, voire de cruauté, ont existé, venant s’ajouter aux incessants problèmes de ravitaillement en fourrage, en ferrure pour les équidés, en produits vétérinaires, etc. Beaucoup d’animaux pourtant « utiles » sont morts faute de soins, de faim et de soif.

Après avoir dénoncé les maltraitances subies notamment par le bétail dans les parcs militaires et lors de leur transport vers les zones de front7, protestation prise en compte par le ministère de la guerre en 1915, les défenseurs des animaux comme Jules Bluzet espèrent en 1919 que la toute jeune Société des Nations va leur donner les moyens de promouvoir la « civilisation élevée et réfléchie » qu’ils appellent depuis longtemps de leurs vœux8, où plus de « bonté pour les animaux »  permettrait  l’avènement d’une société morale, juste et solidaire pour tous les êtres vivants.

Mais le contexte économique français désastreux et le climat politique européen agité ne se prêtent guère à des évolutions rapides de ce côté. Les anciens combattants eux-mêmes, partout présents et  très actifs, sont associés à un passé douloureux  dans la France des « années folles », qui veut sans doute tourner la page de la Grande Guerre. Beaucoup de soldats de retour dans la vie civile se taisent sur ce qu’ils ont vu et vécu pendant la guerre.

Les bêtes trouvent toutefois une place dans la littérature de guerre de tous les camps, pour partie ouvertement pacifiste, et des publications militaires, vétérinaires, de cynophiles et de colombophiles, reviennent sur leur rôle ou leurs pathologies pendant le conflit jusqu’au milieu des années 30. Georges Pineau , membre de l’Union fédérale des mutilés et anciens combattants9, consacre alors aux « animaux au front » quelques-uns des articles qu’il rédige sur la guerre dans le Journal des mutilés, réformés et blessés de guerre, en n’oubliant pas les indésirables : les totos et le cafard

=> cliquez sur les flèches ci-dessous pour feuilleter le journal (Journal des mutilés, réformés et blessés de guerre  : 3 juin 1934) dans Gallica

 

 La visibilité  des « poilus » animaux décroît ensuite peu à peu, sans doute parce que les « vétérans » identifiés  comme tels meurent, les autres ayant rejoint anonymement le monde du travail ou un foyer. Les transports, de moins en moins hippomobiles, ne laissent plus la même place au cheval après-guerre. L’agriculture aussi se mécanise, et les campagnes se dépeuplent, en particulier dans les années 30. Les mutations du monde rural éloignent  progressivement  les hommes des bêtes de travail et d’élevage, à un rythme différent selon les régions.

La Seconde Guerre mondiale qui éclate à la fin de la décennie, politiquement agitée en France et dans le monde, marque un tournant décisif : le « monde de 14 » n’est plus. Même s’il est à nouveau brièvement question des animaux de la Grande Guerre en 1939 et 1940 dans la presse, chevaux, chiens et pigeons reprenant du service, tout est prêt pour une longue période d’oubli des « bêtes des tranchées ».

Une nouvelle historiographie 

De fait,  le second conflit mondial va éclipser un temps l’intérêt que la Grande Guerre, et a fortiori ses « poilus » animaux, suscite parmi les chercheurs.

Des archives, comme celles concernant les chiens enrôlés par l’armée française, sont en partie détruites, égarées ou éparpillées ; la trace des « soldats » à quatre pattes ou deux ailes et des mascottes se perd. On se souvient plutôt du conflit comme d’une guerre mécanisée.

Absents  en tant que sujets d’étude pendant des décennies des publications universitaires consacrées en France  à la Première Guerre mondiale, les animaux sont oubliés des manifestations commémoratives du cinquantenaire de la Grande Guerre, en… 1968.

Dans son ouvrage Bêtes des tranchées, des vécus oubliés publié en octobre 2013 à l’approche des commémorations du Centenaire, l’historien Éric Baratay, spécialiste des relations homme-animal, explique que ce n’est justement qu’à partir des années 70-80, et surtout des années 2000, que des historiens amateurs s’intéressent aux animaux dans les guerres, soit globalement, soit en privilégiant une espèce.

« Pigeons de guerre », Marianne : grand hebdomadaire littéraire illustré (Paris), 8 novembre 1939. Gallica (BnF).

Sans doute moins contraints dans leur approche que les historiens professionnels, et sensibles à l’interrogation croissante qui s’exprime déjà sur la condition animale dans les sociétés occidentales, ils participent à la recherche, en pionniers. Dans les pays anglo-saxons, où des « animal studies » vont se mettre en place, et  à partir des années 90 en Belgique, en Allemagne, en Autriche, un peu en France mais surtout en Italie, des publications sur le sujet se multiplient10.

Certaines se focalisent sur la Grande Guerre, comme L’âne de gloire du Français Raymond Boissy, qui réunit des témoignages d’anciens combattants et de civils sur les ânes de Verdun, sujet totalement obscur jusqu’alors.

Croix de l’Ain. Supplément illustré de la semaine : 17 décembre 1916. Gallica (BnF).

 

Des internautes passionnés créent des sites internet dédiés11.

Mais c’est surtout War horse (Cheval de guerre),  un roman destiné à la jeunesse  publié en  1982 par  le britannique Michael Morpurgo, qui marque un regain d’intérêt. Il s’appuie sur le témoignage d’anciens combattants du Devon, et l’histoire du demi-sang Joey, précipité dans la guerre où son maître, le jeune Albert, s’engage pour le retrouver, a un grand retentissement public, d’autant qu’en 2011, Steven Spielberg l’adapte au cinéma. Intérêt qui perdure : fin 2019, le film a été rediffusé sur une chaîne de télévision publique, et un impressionnant spectacle vivant a terminé à Paris sa tournée mondiale, salué par la critique.

Les historiens professionnels se penchent à leur tour sur les questions posées par la présence animale dans les conflits, et des expositions sont organisées sur les animaux dans la guerre, à Londres en 2005, à Campbell en 2008, à Osnabrück en 2010. En France, l’historien Damien Baldin, auteur de plusieurs articles consacrés aux équidés dans la Grande Guerre, est commissaire en 2007 de l’exposition « La guerre des animaux, 1914-1918 », à l’Historial de la Grande Guerre de Péronne. Cette fois, c’est de ce conflit précis qu’il est question, et en 2010, le Musée royal de l’Armée et d’Histoire militaire de Bruxelles organise l’exposition « Chienne de guerre ! », dont  la presse française rend compte.

=> cliquez sur les images ci-dessous pour mieux les voir

Le mouvement est lancé : entre 2011 et 2018, plusieurs ouvrages d’historiens professionnels ou amateurs sont publiés12. Les travaux de doctorat de l’américaine Gene Tempest, et les recherches des vétérinaires militaires Roland Bruneau et Claude Milhaud se concentrent par exemple sur le rôle et le parcours des équidés. Ils analysent les archives vétérinaires et les documents militaires français qui les recensent et enquêtent sur ce que Claude Milhaud va finalement nommer « l’autre hécatombe » dans son ouvrage publié en 201713.

Avant et pendant les commémorations du Centenaire, institutions, particuliers et associations se mobilisent. Des expositions, des animations, des conférences, sont organisées, des émissions de radio, de télévision  et des documentaires réalisés, qui s’appuient cette fois sur le courant de recherche consacré aux animaux dans la Grande Guerre, et à leurs interactions avec les hommes.

« Le porridge de Windy », Journal des mutilés, réformés et blessés de guerre (Paris) : 6 septembre 1936. Gallica (BnF).

 

Les travaux d’Éric Baratay en particulier, qui s’intéresse notamment aux apports de l’éthologie pour tenter de reconstituer les parcours et les ressentis des animaux de la Grande Guerre, apportent un  éclairage original aux recherches des historiens professionnels sur le sujet.

Dans Le point de vue animal : une autre version de l’histoire, publié en 2012, puis dans Bêtes des tranchées, des vécus oubliés, en 2013, il place « les vécus animaux au centre du propos en inversant les approches », habituellement centrées sur l’humain, et expose sa conception d’une recherche « au point de rencontre de deux historiographies : celle qui commence à bâtir une histoire animale et celle de la guerre, qui propose d’écrire l’histoire de tous ses acteurs, soldats et civils, hommes et femmes, occidentaux et non-occidentaux, auxquels il faut ajouter hommes et bêtes14 ». Ces publications trouvent un écho dans la presse et les sites en ligne destinés à un public large, comme l’article de Catherine Vincent dans Le Monde en 2014, ou plus confidentiel, comme l’entretien accordé à la revue Ballast en novembre 2016, ou  l’article consacré aux chevaux de guerre publié par l’association Le Souvenir français, en décembre 2018.

Des livres pour la jeunesse, des bandes-dessinées sont publiées, des dessins animés et des jeux vidéo de qualité prennent des animaux de guerre pour héros ou protagonistes15.

Ces manifestations nourrissent à leur tour billets de blogs, articles en ligne dans la presse nationale et régionale, émissions de radio et de télévision disponibles sur le net, critiques littéraires, et même hashtags, comme #Animauxdeguerre, présenté dans la sélection du parcours guidé « Mémoire et histoire de la Grande Guerre sur le web ».

Le Centenaire aura fait une place, marginale encore mais bien relayée,  à ces « oubliés » de la Grande Guerre… et nombre d’internautes – particuliers engagés, associatifs ou membres d’institutions, historiens amateurs et professionnels, journalistes – ont participé en ligne à leur redécouverte.

« Le chien de quelques camarades de tranchée français », La Guerre illustrée (Londres) : janvier 1917. Gallica (BnF).

Le prochain billet proposera un choix de sites internet consacrés aux animaux dans la Grande Guerre – repérés dans le cadre de la collecte du web français des commémorations du Centenaire, ou restés hors collecte pour des raisons notamment techniques – et reviendra sur la campagne menée à cette occasion par des associations de protection animale pour qu’un devoir de mémoire soit étendu à ces « héros silencieux ».

 

=> Pour aller plus loin, on pourra lire et écouter entre autres :

– [Exposition. Péronne, Historial de la Grande guerre. 2007] : La guerre des animaux, 1914-1918 : [exposition, Péronne, Historial de la Grande guerre, 30 juin-25 novembre 2007], Péronne : Historial de la Grande guerre ; [Versailles] : Art + musées et monuments-[Artlys] ; Paris : [ADAGP], impr. 2007

– BARATAY Éric, Bêtes de somme : des animaux au service des hommes, [Paris] : Éd. Points, DL 2011

– BRUNEAU Roland, « Les équidés dans la Grande Guerre », Bulletin de la Société française d’histoire de la médecine et des sciences vétérinaires, volume 4, numéro 1, 2005, pp. 20-33

– MILHAUD Claude, « 1917-1918. La question des effectifs équins », Bulletin de la Société française d’histoire de la médecine et des sciences vétérinaires, 2012,  12, pp. 109-131.

                                   « Réflexions sur la perte de 1.140.000 équidés par les armées françaises »,  Bulletin de l’Académie vétérinaire de France, 2014, vol.167, N°3, pp. 263-276.

                                   1914-1918, l’autre hécatombe: enquête sur la perte de 1140000 chevaux et mulets, Paris : Belin, DL 2017

– DUBAR Monique, « Dans les romans de 1914-1918 les animaux aussi ont fait la guerre », in M. Finck, T. Victoroff, E. Zanin, P. Dethurens, G. Ducrey, Y.-M. Ergal, P. Werly (éd.), Littérature et expériences croisées de la guerre, apports comparatistes. Actes du XXXIXe Congrès de la SFLGC

– MICHALON Jérôme, « Les Animal Studies peuvent-elles nous aider à penser l’émergence des épistémès réparatrices ? », Revue d’anthropologie des connaissances, 2017/3 (Vol. 11, N°3), p. 321-349

Les Lundis de l’histoire, France culture, émission du 10 mars 2014, « Histoire des animaux, en paix et en guerre » : Michelle Perrot reçoit Damien Baldin et Éric Baratay

C’est tout naturel, France Inter, 2014 : Dorothée Barba reçoit Jean-Michel Derex , le 19 octobre sur « Le pigeon voyageur pendant  la Grande Guerre » , le 9 novembre  sur « Les ânes dans la Grande Guerre » , le 30 novembre sur  « Les mascottes dans la Grande Guerre », et le 14 décembre sur « Les chiens pendant la Grande Guerre »

– Conférence « Les animaux dans la Grande Guerre, des vécus oubliés » : Éric Baratay à la Bibliothèque des sciences et techniques de Clermont Université, 8 avril 2014

Ont été utilisés pour ce billet plusieurs articles ou billets en ligne empruntés à la collecte « Grande Guerre » des Archives du web de la BnF.

Citer ce billet : Patricia Hodiesne, "Les animaux dans la Grande Guerre – Partie III, Les « bêtes des tranchées », de la reconnaissance à la mémoire," in L'Histoire à la BnF, 10/11/2020, https://histoirebnf.hypotheses.org/10279, [consulté le 02/12/2020].

 

 

  1. Cette expression est utilisée par Éric Baratay : Bêtes des tranchées : des vécus oubliés, Paris, CNRS éd., impr. 2013. []
  2. L’hippophagie s’est très largement développée dans le pays depuis la fin du XIXe siècle, et les abattoirs français ont alors si mauvaise réputation que le Comité français pour la protection des chevaux de guerre, créé en 1917 pour encourager les soins aux chevaux réformés, se charge aussi de surveiller les pratiques des bouchers et des équarrisseurs. []
  3. Extrait de son Journal de guerre cité par Marc Flichy dans sa biographie, p. 69. []
  4. Dick et Rintintin, autres  « poilus » à quatre pattes célèbres, sont aussi enterrés là. []
  5. Probablement inspiré par une illustration célèbre de l’artiste italien Fortunino Matania. []
  6. Voir au  5 mars  la seconde partie de cette requête, adressée à tous les « hommes de conscience et d’honneur », et « en particulier au président Wilson ». Venu des États-Unis   en décembre 1918 afin de participer à la Conférence de paix de Paris, Woodrow Wilson venait d’y présenter, le 14 février, la Charte de la Société des Nations. Reçu en « libérateur », et « grand homme de paix », il représentait pour beaucoup de Français un immense espoir et de nombreux messages lui furent adressés. []
  7. Voir l’article du Petit Parisien du 20 décembre 1914, « L’alimentation de nos soldats ». []
  8. Déjà avant la guerre, ils dénonçaient les maltraitances infligées aux animaux domestiques via des études minutieuses et argumentées, et cherchaient à faire évoluer la Loi Grammont, qui les protège a minima depuis 1850. Jules Bluzet, Président du Comité d’application et de réforme de la Loi Grammont, section lyonnaise, avait publié en 1913 une enquête intitulée L’Enfer des bêtes. Les associations de protection animale poursuivent leurs efforts après le conflit. []
  9. Auteur en 1930 de la diatribe « Faisons un acte de contrition », dans laquelle il fustige avec humour l’oubli et le dédain dans lesquels les anciens combattants sont eux-mêmes tombés. []
  10. Sans doute à l’origine de ces questionnements, la notion d’ « animal welfare », plus large que sa traduction française de « bien-être animal », se développe depuis le XVIIe  siècle et se diffuse en Occident. En France aussi la place des animaux dans la société est en réalité débattue depuis longtemps : elle est l’un des enjeux majeurs  des débats révolutionnaires, comme l’historien Pierre Serna le rappelle dans son ouvrage Comme des bêtes : histoire politique de l’animal en Révolution (1750-1830), publié en 2017. []
  11. Voir prochain billet. []
  12. Voir la bibliographie du premier billet []
  13. L’évolution de leurs travaux est sensible dans les articles successifs qu’ils publient de 2005 à 2014 : voir la bibliographie en fin de billet. []
  14. Bêtes des tranchées, des vécus oubliés, p. 14. []
  15. Outre le film d’animation Sergent Stubby, an American hero,  citons Les héros volants, dessin animé diffusé en juin 2014 sur la chaîne de télévision pour enfants Gulli. Et pour les jeux vidéo, Soldats inconnus : mémoires de la Grande Guerre et  11/11 Memories retold, ou encore Bon vol, Cher Ami. []

Patricia Hodiesne

Gestionnaire de collections en histoire au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.