« Big Léon » chez les Soviets

     Disparu il y a tout juste 25 ans, le 25 novembre 1995, Léon Zitrone était né en 1914 en Russie : « Je suis né au bord d’une route, non loin de Saint-Pétersbourg. Ma mère a accouché de moi quelque part au bord d’un chemin, situé dans une zone de combats entre les Blancs et les Rouges1».

Ce n’est pourtant pas à la recherche de son passé familial qu’il fit son premier voyage en URSS en 1959. Il allait simplement jouer dans un film de Marcel Pagliero, une coproduction franco-soviétique intitulée Vingt mille lieues sur la terre, avec comme acteur principal Jean Rochefort, auquel ni le tournage ni le film n’ont laissé un souvenir inoubliable :

Alors qu’en Union soviétique, Léon Garos cherche un ami attire plus de vingt millions de spectateurs, en France, Vingt mille lieues sur la terre endure un échec retentissant et dépasse tout juste les cinquante mille entrées à Paris en quatre semaines, après avoir vainement changé de titre au bout de quelques jours pour celui, jugé plus accrocheur, de … Durand chez Popov, faisant dire à Rochefort que « ça n’a rien changé, c’était toujours aussi nul2 ».

D’autres voyages auront lieu dans les années suivantes et Zitrone y trouvera matière à publier deux livres de choses vues et entendues en URSS : Léon Zitrone vous parle de l’U.R.S.S., interviews libres en Union soviétique, en 1960, et L’U.R.S.S. a bien changé ! Maintenant on peut y rire, en 1963. Ces deux livres sont les seuls consacrés entièrement à ses voyages en URSS, mais il en reparlera des années plus tard dans des livres de souvenirs où le point de vue sera parfois très différent.

Même s’il n’est pas encore à l’apogée de sa célébrité, Zitrone est déjà à cette époque un personnage connu. Il précise toutefois en préambule de son premier récit de voyage : « J’ai vu le pays avec les yeux et les réactions d’un Français moyen ». Car ce qu’il veut faire, c’est rencontrer l’homme de la rue, « M. Popoff, Soviétique moyen » : il maîtrise parfaitement le russe ce qui lui permet de parler directement aux personnes qu’il rencontre et « il a pu, grâce à sa connaissance du russe qui fut sa langue maternelle, recueillir de très nombreux témoignages sur la vie quotidienne actuelle des citoyens soviétiques » ainsi que le remarquait Le Monde dans son édition du 16 avril 1960. Cela n’allait a priori pas de soi : si Zitrone croit devoir préciser que les interviews sont « libres », cela sous-entend qu’elles ne le sont pas toujours…

À travers un immense pays

D’autre part, il n’est pas un simple touriste mais un travailleur qui séjourne plus longuement, et profite de ce que lui permet sa situation, notamment concernant la circulation en URSS :

Le fait que je fusse en U.R.S.S. pour travailler m’a sans doute permis d’aller dans des endroits où le commun des touristes ne va pas. Du début d’août à la fin septembre, je suis resté à Moscou en rayonnant à différentes reprises jusqu’à 140 km de la ville ; de la fin septembre à la mi-octobre, je me suis trouvé en Ukraine, notamment sur la mer d’Azov ; j’ai appris ainsi que cette mer d’Azov existait en réalité et qu’elle n’était pas simplement une manière moins brutale de prononcer, chez nous, l’interjection de Cambronne. À Jdanov, j’ai passé près de huit jours dans une des plus importantes usines de sidérurgie. Je n’y ai pas discuté des qualités secrètes de l’acier ukrainien, car c’eût été indiscret, mais j’ai longuement bavardé avec des ouvriers qui sont à juste titre l’une des fiertés de leur patrie. Après un court séjour à Rostov-sur-le-Don, ce furent une douzaine de jours dans une cité merveilleuse, Tbilissi, laquelle, bien que se trouvant déjà en Asie, est la plus « européenne » de toutes celles que j’ai vues.

Nous fûmes ensuite une bonne semaine sur les contreforts du Caucase, à Gourdjaani, où même le russe paraît être une langue étrangère. Plus loin encore, après avoir traversé des torrents impossibles, où nos voitures s’enfonçaient dans l’eau jusqu’à hauteur du marchepied, j’ai connu quelques villages de montagne, et notamment Schilda où l’on n’a pas encore l’électricité et où l’on entend, lorsque le soir est descendu sur une végétation rousse, brune, mordorée et fastueuse, les cris des chacals venus de la montagne. Peu d’Occidentaux y sont allés3.

Carte réduite de la Mer Noire / Gauttier, 1822. Gallica (BnF).

Mais c’est surtout en allant plus à l’est que son parcours se démarque de celui des touristes : il se rend à Omsk, « une énorme cité en plein développement. Lorsqu’on la survole de près, au moment de l’atterrissage, c’est une succession, sur plus de cinquante kilomètres, d’usines crachant feu et flammes dans la nuit, sur les deux rives du fleuve Irtych, ce qui vous donne une idée formidable du développement de l’Asie russe », et séjourne à Bratsk :

 En Sibérie, j’ai vécu dans une cité toute neuve, Bratsk. C’est  une ville surgie du néant, mais où, maintenant, une population qui va atteindre cent mille âmes, met en valeur un des barrages d’hydroélectricité les plus gigantesques du monde. Je me suis longuement promené par moins quarante degrés dans la neige sibérienne, me demandant par quel miracle les petits enfants  pouvaient y supporter si allègrement cette température. Il est vrai que là-bas tout est miracle, ou presque tout4.

Il y a effectivement vu ce que peu de touristes occidentaux ont pu voir à l’époque et, s’il est un Français moyen, Zitrone a parcouru un territoire beaucoup plus vaste que celui que visite le touriste ordinaire.

Dossiers pédagogiques de la radio-télévision scolaire. Premier cycle, 13.11.1967. Gallica (BnF).
Bratsk / Géorgie : agence Intourist. Recueils du Département Philosophie, histoire, sciences sociales de la BnF : 4-WZ-9172.

 

Zitrone, la vie quotidienne et le plan septennal

Toutefois les préoccupations qu’il expose durant ses voyages semblent bien être celles de « Français moyens », susceptibles donc d’intéresser ses nombreux lecteurs (si l’on en croit sa femme, le livre de 1960 eut un tirage de 100 000 exemplaires et lui permit d’acheter, « à trente-cinq kilomètres de Paris, une petite maison5»). Au premier rang de ces préoccupations, on trouve la nourriture, qui revient de façon quasiment obsessionnelle, à tel point que l’auteur lui-même précise : « J’ai l’air d’insister beaucoup sur ces questions de nourriture ; c’est que, pour les Français, un pays où l’on ne mange pas de la bonne cuisine est ipso facto un pays de sauvages6» avant d’indiquer dans son second livre : « J’ai longuement parlé de la cuisine soviétique dans mon premier livre, et je n’y reviendrai pas en détail7 ». Et s’il reconnaît aux Soviétiques certains mérites dans le domaine culinaire : « un peuple qui dès le matin peut déguster des tripes chaudes où nagent des aulx est un grand peuple », il reste cependant circonspect : « Je ne suis pas amateur de leur cuisine, et ça me gâche un peu mes séjours chez eux8».

Ce qui se révèle fascinant dans son approche de la nourriture, c’est l’obsession pour le prix de chaque ingrédient, donné en francs afin que le lecteur français puisse avoir un élément de comparaison. Ainsi, après avoir détaillé les revenus et les conditions de logement d’une famille, il énumère les ingrédients de leur petit déjeuner : « beurre (14 NF le kilo, mais excellent), confitures (de myrtilles, 4 NF le pot), képhir (0,40 NF seulement l’énorme bouteille), œufs au plat (0,30 NF l’œuf) ». Il fait de même chaque fois qu’il parle de nourriture ou qu’il mange, ne serait-ce qu’un en-cas : «  une tasse de thé : 5 sous ; trois œufs au jambon : 2,20 NF9», les énumérations de prix pouvant se poursuivre sur plusieurs paragraphes.

Il faut se rappeler qu’au moment où Zitrone voyage, l’URSS est en pleine période khrouchtchévienne et que le plan septennal 1958-1965 vient d’être lancé (à grand renfort de publicité, y compris en Occident) avec pour objectif de rattraper les États-Unis. Les documents donnent à l’avance, en les tenant comme certains, les chiffres de production qui seront atteints .

Prospectus. Recueil. Documents de propagande : URSS. Département Philosophie, histoire, sciences de l’homme (BnF) : 4-WZ-13344.
Prospectus. Recueil. Documents de propagande : URSS. Département Philosophie, histoire, sciences de l’homme (BnF) : 4-WZ-13344.

Ce phénomène n’est pas nouveau puisque une carte économique de l’URSS publiée en 1949 par le Ministère (français) des Finances et des Affaires économiques donnait les chiffres de production de 1950 : « À défaut de données précises pour les années récentes, nous avons cru devoir choisir pour terme de comparaison les chiffres prévus par le Plan pour 195010 », sans remettre en cause la validité de ces prévisions ou le fait qu’elles puissent ne pas être atteintes.

Zoom sur la légende de la carte Présidence du Conseil… Direction de la Documentation. Ministère des Finances et des Affaires économiques… Direction de la conjoncture. Carte économique de l’Union des Républiques Socialistes Soviétiques. 1 : 10.000.000 / Dressé et dessiné par Charles Guy 1949. Gallica (BnF).
Présidence du Conseil… Direction de la Documentation. Ministère des Finances et des Affaires économiques… Direction de la conjoncture. Carte économique de l’Union des Républiques Socialistes Soviétiques. 1 : 10.000.000 / Dressé et dessiné par Charles Guy 1949. Gallica (BnF).

Plus proche du voyage de Zitrone, le volume consacré à l’URSS par Jean Marabini dans l’étonnante collection « Petite planète » dirigée par Chris Marker, accorde en 1959 une large place aux futurs résultats du plan septennal :

Le plan septennal

(analyse de l’inventaire et des prédictions de Nikita Kroutchev [sic])

On augmentera d’ici 1965, d’environ 80 % la production industrielle. L’augmentation sera de 85 à 88 % pour la production des moyens de production et de 62 à 65 % pour la production des biens de consommation […] 147 millions de tonnes de pommes de terre seront récoltées, contre 86 millions en 1958. Les légumes seront enfin suffisants pour satisfaire la population. La production des fruits dépassera de 200 % celle de 1958, celle du raisin augmentera de 400 %11.

Si le terme « prédictions » peut laisser supposer une certaine ironie, aucune analyse contradictoire n’est cependant faite des chiffres annoncés.

De cette compétition, Zitrone se retrouve le témoin, ajoutant aux statistiques des témoignages directs, et il utilise la nourriture, comme un élément de comparaison, un signe de l’évolution et de la progression du pays. Ces comparaisons sont aussi faites, mais de façon moins insistante, avec le logement, le salaire, le prix et la qualité des vêtements, en s’appuyant notamment sur cette citation sans appel de Khrouchtchev en juillet 1963 : « Je promets que dans très peu de temps le slip soviétique sera à la hauteur du slip occidental12». Et si Zitrone met légèrement en doute les chiffres officiels de production de tissu, il nuance aussitôt : ils ont le « tout venant » mais manquent de qualité13. Il a, ainsi que le note sa femme, réussi « à démontrer [que l’URSS] progressait à pas de géants14».

Ainsi pour Zitrone, l’abondance alimentaire règne en URSS : « Les boutiques d’alimentation sont archicombles. La foule soviétique achète sans barguigner les produits les plus chers : vins fins, pralines fourrées, conserves de crabe, saumon. […] Je contemple cette foule qui s’y presse et suis heureux qu’elle puisse tant dépenser pour sa gourmandise15» ; le prix n’est donc pas un problème, comme il l’affirme en visitant un libre-service : « À mon dernier voyage, il n’y avait pourtant pas beaucoup de monde dans l’établissement. Les pessimistes diront que c’est parce que les prix étaient trop élevés. Je crois plutôt les Soviétiques sont tellement habitués à faire la queue qu’ils n’osent pas encore se rendre dans des magasins où on peut se servir soi-même16». Pourtant, quand il revient sur ses voyages du début des années 1960 quelques décennies plus tard, dans son autobiographie Big Léon, son point de vue n’est plus le même : « Les Russes sont d’une hospitalité radieuse, mais ils n’ont pas grand-chose  à offrir. On me montre comme un produit rare un saucisson et l’on m’en coupe deux rondelles17». Et si, dans une de ces généralités dont il use parfois, il affirme en 1960 que « le Soviétique est toujours impeccablement propre18», il écrit au même moment à sa femme : « je me suis retrouvé dans un pays de gens déguenillés, écrasés par la chaleur torride du mois d’août à Moscou […] découvrir, à chaque coin de rue, un retard de trente ans sur l’Occident, et que « russe » signifie « pauvreté », j’en demeure comme bancal19».

Zitrone et la politique

On a ici des exemples typiques du positionnement de Léon Zitrone face à l’URSS. Il précise en préambule qu’il n’est pas communiste : « Je ne suis pas communiste et je n’ai jamais fait de politique20». Cette simple déclaration liminaire indique le présupposé sinon du voyage du moins du récit qu’il en fait : raconter ce qu’on a vu au retour de l’URSS c’est forcément, comme dans les années 1930, prendre position sur l’expérience soviétique21. C’est pourtant, à la fin du second volume, une attitude qu’il se défendra d’avoir adoptée :

Moi, mon rôle n’est ni d’accuser ni de défendre. Non pas démontrer, mais se contenter de montrer. Je suis témoin ; j’ai vu ; je dis. D’ailleurs, je n’ai guère visité d’usines, ni discuté du Dogme, ni disséqué les statistiques des kolkhozes. Excusez-moi : je préfère que mon livre soit incomplet, mais je ne puis pas m’imposer de m’ennuyer. Je n’aime pas les grands trucs, les machins énormes. Bratsk, oui, bien sûr, ça coupe le souffle ; mais je ne parviens pas à l’aimer d’amour. Alors, j’ai souvent parlé avec les gens. La gigantesque Union Soviétique m’intéresse moins que M. Popoff, Soviétique moyen. Je l’ai interrogé ; il a répondu, souvent en prêchi-prêcha. Qu’y faire ? Puisque je vous dis que je ne veux pas le tuer pour le changer22!

Mais Zitrone ne remet pas en cause ce « prêchi-prêcha ». Simple naïveté ? Pas tout à fait…  Il ne se contente pas seulement de « montrer » ce qu’il voit : comme il le reconnaît au même moment en écrivant à sa femme ou plus tard dans ses mémoires, il a dans ces deux livres volontairement enjolivé la réalité.

Il cherche à prendre le contre-pied de l’image qu’on se fait de l’URSS dans les milieux non communistes (dont il fait partie) en Occident. Il ironise sur le contrôle des individus en URSS et l’image qu’on s’en fait en Occident : « Décidément, je suis déçu : en trois mois de séjour, je ne suis tombé sur personne qui appartînt à la police en civil23» ; [je suis] « toujours surpris quand des voyageurs, qui se prétendent « ordinaires », affirment avoir décelé, du premier coup d’œil, en U.R.S.S., des agents du contre-espionnage24» ; de même, la police « n’est pas bien terrible. Évidemment, il doit exister des services secrets, une police politique, des brigades de mœurs, comme dans chaque pays, et, à plus forte raison, dans un État très fortement hiérarchisé et centralisé25». Pas de corruption, pas de répression, une totale liberté de culte : « je n’ai donné ici que les impressions d’un voyageur de bonne foi : malgré l’athéisme dont se plaignent les hommes de Dieu, le culte est libre, quel qu’il soit, pratiqué au grand jour26». Bref, Zitrone, qui reste essentiellement sur le terrain de l’économie et de la vie quotidienne, ceux-là même qui sont mis en avance par la propagande soviétique, n’aborde pas les sujets qui fâchent, ou quand il les aborde, explique qu’on s’en fait une image totalement exagérée.

Il dénonce même, se lançant donc dans le débat politique, les idées reçues liées à l’influence de Maurice Thorez :

Je souligne, par parenthèse, que, contrairement à ce qu’ont insinué plusieurs de ses adversaires politiques, M. Maurice Thorez jouit, en U.R.S.S., d’une grande réputation, et que je me suis laissé dire, par des personnes bien placées, qu’on y tenait compte de tous ses avis27.

Zitrone et le pouvoir

Ici, la formulation « je me suis laissé dire, par des personnes bien placées » nous éclaire sur le fonctionnement de Zitrone : il n’est pas homme à s’insurger contre le pouvoir en place ni à critiquer ceux qui le détiennent. La notice nécrologique que lui consacra Le Monde le 28 novembre 1995 parle de « componction à l’égard des « puissants » » et rappelle que son collègue mais pas forcément ami, Claude Darguet, lui offrait tous les ans « un gilet rayé et une boîte de cirage ». Zitrone reconnaissait son refus de fâcher les puissants, notamment quand Kossyguine (qui avait veillé le cercueil de Staline en 1953), alors Président du Conseil des ministres de l’URSS après la mise à l’écart de Khrouchtchev en octobre 1964, lui demanda de ne pas poser de questions provocatrices sur sa longévité politique  : « J’en pris bonne note. Sauf dans les cas d’improvisation totale, je cherche à ne jamais incommoder mes interlocuteurs28». Il ajoute que  pour ne pas fâcher Kossyguine,  il censura aussi à sa demande des images peu flatteuses d’une chute. Zitrone gardera donc ses entrées auprès des représentants du pouvoir soviétique, au point d’acquérir une stature de soviétologue.

Léon Zitrone [Photographie mise en ligne sur Flickr par Paille le 25 novembre 2014. CCommons : CC BY-SA.]

Or, si l’on en croit Zitrone, l’Union soviétique est une grande puissance en même temps qu’un système dont chaque citoyen est un représentant, à l’unisson de ceux qui détiennent le pouvoir, du moins : « Le peuple soviétique est un grand peuple. Malgré ses paradoxes continuels, on peut le résumer assez facilement : il hait la guerre, il aime profondément ses dirigeants, il a confiance en eux, il est naïvement persuadé de la supériorité de son pays sur les autres dans la plupart des domaines29». Ce que lui confirme un citoyen soviétique : « Khrouchtchev sent le peuple, exprime toujours ce que le peuple pense, et chacun de nous se reconnaît en lui. Cet homme nous électrise par son intelligence et sa profonde compréhension de nos besoins et de nos aspirations. Bref, nous l’aimons comme un papa-gâteau30». Conclusion de Zitrone : ce que dit Khrouchtchev  « correspondait exactement à leur vérité de Soviétiques. Tout est là31! » Si ce monde n’est pas le sien, tous ceux qui y vivent sont heureux d’y vivre : c’est une grande puissance qu’il convient selon lui de respecter et de ne pas froisser.

La fascination de Zitrone pour les représentants du pouvoir se double dans le cas de Nikita Khrouchtchev d’un réel attrait pour le personnage ; Zitrone semble autant séduit par le pouvoir qu’il représente et la façon dont il le met en scène (« ses improvisations sont animées d’un souffle étonnant32») que par sa bonhommie apparente : il apprécie en effet  « les aspects « bon gros » » de « ce vieux Nikita des familles ». Khrouchtchev est « non seulement révéré, mais très aimé par le peuple. On lui doit des changements indubitables, un desserrement de l’étau stalinien, une fenêtre ouverte sur l’extérieur, une amélioration du standard de vie33».

Zitrone et le dégel

Zitrone est en effet un témoin direct du dégel et de ses progrès en quelques années, dont le titre et surtout le sous-titre du deuxième volume témoignent (L’U.R.S.S. a bien changé ! Maintenant on peut y rire) :

L’important, à mon sens, est que, de nos jours, les soviétiques puissent critiquer leur gouvernement à cœur ouvert, et quelquefois très vertement, sans crainte des moindres représailles. Il y a encore quelques années, même les « bonnes » ménagères auraient été embarquées dans un panier à salade, et amenées au commissariat » […]  À mes premiers voyages, si de telles critiques avaient été formulées, elles l’eussent encore été à voix basse, et en tournant dix fois la tête autour de soi pour repérer un danger possible34.

Certes, mais dans le compte-rendu de ses premiers voyages, Zitrone n’en disait rien : la peur d’indisposer, sûrement…

Le dégel, c’est bien sûr la déstalinisation et la rupture avec les « années de claustration dues au stalinisme intégral35» ; mais là aussi Zitrone semble nuancer et quand il évoque la surveillance des touristes par la police, il précise presque à contrecœur : « le stalinisme, il faut bien l’avouer, était enclin en soi à de tels procédés », avant d’ajouter que Béria fit beaucoup pour la mauvaise réputation de Staline  : « je n’ai entendu personne qui l’eût regretté, car on le rendait responsable de l’immense majorité des exactions commises par Staline durant les dernières années de sa vie36».

Mais le plus important est que la page est désormais tournée aux yeux des Soviétiques …

Si nous avons été un État policier, nous ne le sommes plus. Sous Staline, la délation sévissait ; dans le travail, on s’espionnait de service à service ; à certaines époques, c’en devenait insupportable. Ces temps sont révolus, fort heureusement d’ailleurs, sinon nous allions droit à l’espionnage des pères par leurs fils et des maris par leurs femmes37.

…comme à ceux de Zitrone : « En U.R.S.S. (et je demande pardon d’aller contre une opinion très répandue), la critique et l’auto-critique sont faites à des fins constructives38 ».

Le dégel, Zitrone le voit et le veut aussi dans les relations internationales39, malgré la crise de Cuba et les relations tendues avec la Chine. Il insiste beaucoup sur le désir de paix prôné par l’URSS et qui est un des éléments qui permettent de comprendre son point de vue sur l’URSS. Il écrit ainsi en 4ème de couverture de L’U.R.S.S. a bien changé :

Le peuple soviétique est un grand peuple. Et le peuple soviétique désire la paix… Ces deux idées me sont toujours présentes à l’esprit lorsque je parle de l’U.R.S.S.40.

Il a saisi l’esprit du temps et compris lors de ses voyages ce qu’était le dégel, tant sur le plan intérieur que sur le plan international, et son bilan sera proche de celui qu’on pourra établir au moment de la mise à l’écart de Khrouchtchev en 1964 : « l’URSS a pris un peu d’air41».

Un monde nouveau en construction

Si l’URSS a bien changé, elle reste toujours un monde en construction. L’avenir radieux promis par le plan septennal, comme le montre l’imagerie de la propagande, est au cœur des propos des interlocuteurs de Zitrone qui croient tous en des jours meilleurs, si possible pas trop lointains. Un ouvrier dans une usine déclare « Quand nous regardons le chemin déjà parcouru, nous sommes très fiers. Quand nous regardons en avant, nous sommes sûrs que nous travaillerons de toutes nos forces pour la prospérité de notre pays42» ; un lycéen prédit « … d’ici quinze ou vingt ans, nous atteindrons le communisme, et ce sera le bonheur ! »; Galia, qui travaille sur le barrage hydroélectrique, raconte : « Un jour, j’ai lu qu’à Bratsk on créait un monde. Une force m’y poussa. Si l’U.R.S.S. crée un monde, me disais-je, il faut que j’en sois ». Certains font preuve de davantage de détachement :

Content de la vie ?

– Oui, mais vivement le Communisme. On travaillera moins, on gagnera plus43…»

Zitrone résume la teneur des propos qu’il a entendus un peu partout, notamment à Omsk et à Bratsk en Sibérie, lui qui a pu aller plus à l’est que beaucoup d’autres touristes : « Le Soviétique construit un monde nouveau, met en valeur un pays gigantesque44».

Conclusion

Mais doit-on croire Zitrone et les témoignages qu’il rapporte, lui dont la sincérité a pu être prise en défaut ? Il n’a semble-t-il pas voulu froisser une grande puissance et garder de bons rapports avec  les représentants du pays qui pouvaient lui être utiles dans sa carrière de journaliste. Il  se souviendra dans son autobiographie d’une bonne critique dans la presse soviétique de son premier livre : « L’auteur est un journaliste indubitablement bourgeois ; mais il a essayé, avec bonne volonté, de comprendre notre pays, nos mœurs, nos citoyens ; souvent, il y est parvenu45 ».

Au moins, si cela ne renseigne pas de façon impartiale sur l’état d’esprit en URSS, cela nous renseigne, le dégel aidant, sur la façon dont l’URSS est désormais perçue par une partie (même si elle n’est pas communiste) de l’opinion occidentale. Car Zitrone le répète,  ce monde, bien qu’il  l’admire, n’est pas le sien : « Voyez : je dis « ma » maison ; « ma » fille ; « mon » Paris. Eux pensent autrement : « notre pays, nos efforts, notre travail ». Toujours le nous de la Majesté collective, et d’ailleurs assommante ; c’est sans doute la raison pour laquelle, passé un moment, je m’ennuie à l’Est ; je déteste qu’on m’englobe ; je ne supporte pas qu’on pense en mes lieux et place46». Et si les statistiques et la bureaucratie soviétique l’impressionnent, on sent bien que tout ça ne l’émeut guère, et qu’il reste trop étranger. Toutefois,  il voit un pays qui progresse et ne veut pas en donner une vision négative qui pourrait ternir son image auprès de ses lecteurs. Ce qu’il retient de positif en URSS, c’est essentiellement son évolution économique : pour Zitrone, l’URSS progresse en se rapprochant d’un modèle occidental. Dans le commentaire final de ses récits de voyage, il a cette réflexion qui n’est pas sans condescendance : « L’URSS a changé en bien, puisqu’elle nous comprend mieux47 ».

=> Pour aller plus loin on pourra entre autres lire, écouter ou regarder …

 Ouvrages de Léon Zitrone :

Léon Zitrone vous parle de l’U.R.S.S. Interviews libres en Union soviétique, Del Duca, 1960

L’U.R.S.S. a bien changé ! Maintenant on peut y rire…, Éditions mondiales, 1963

Big Léon : autobiographie, Hachette : Carrère, 1989

Sur la vie quotidienne en URSS :

Froment-Meurice, Gabrielle, La Vie soviétique, Presses universitaires de France, coll. Que sais-je ?, 1970

Smith, Les Russes : la vie de tous les jours en Union soviétique (traduit de l’américain par Maud Sissung, France-Marie Watkins, Jeanne-Marie Witta), Hachette, 1976

Zakharova, Larissa, S’habiller à la soviétique : la mode et le dégel en URSS, CNRS, coll. Mondes russes et est-européens, 2011

Sumpf, Alexandre, De Lénine à Gagarine : une histoire sociale de l’Union soviétique, Gallimard, coll. Folio. Histoire, 2013

Quelques ressources audiovisuelles :

 

  • Sur le site de l’INA :

La vidéo d’un voyage en URSS en  1969 : https://www.ina.fr/video/I13331226/voyage-en-urss-moscou-et-saint-petersbourg-video.html

Le bilan des années Khrouchtchev : https://www.ina.fr/video/AFE86000091/depuis-11-ans-le-krouchtchevisme-video.html

Une sélection de vidéos qui montrent l’étendue de la palette du présentateur / animateur qu’était Léon Zitrone : https://www.ina.fr/personnalites/leon-zitrone/, avec notamment une interview de Brejnev https://www.ina.fr/video/CAF91003946/depart-de-monsieur-brejnev-a-orly-video.html  et une intervention au journal télévisé : https://www.ina.fr/video/CAA7700683301/declaration-brejnev-video.html

Citer ce billet : Bertrand Tassou, "« Big Léon » chez les Soviets," in L'Histoire à la BnF, 24/11/2020, https://histoirebnf.hypotheses.org/10334, [consulté le 21/09/2021].

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  1. Léon Zitrone, Mesdames, Messieurs, au revoir ! Paris, Hachette-Carrère, 1995, p. 13. Si la chronologie de la guerre civile russe se trouve un peu bousculée, il faut reconnaître que la dramaturgie gagne à une telle présentation. []
  2. Jean-Philippe Guérand, Jean Rochefort : prince sans rire, Paris, Robert Laffont, 2017, p. 134 []
  3. Léon Zitrone, Léon Zitrone vous parle de l’U.R.S.S : Interviews libres en Union Soviétique, Paris, Del Duca, 1960, p.9. []
  4. Léon Zitrone, L’U.R.S.S. a bien changé. Maintenant on peut y rire…, Paris,  Éditions mondiales, 1963, p. 11. []
  5. Laura Zitrone, Mon mari Léon Zitrone, Monaco, Éditions du Rocher, 1972, p. 94. []
  6. Léon Zitrone, Léon Zitrone vous parle de l’U.R.S.S : Interviews libres en Union Soviétique, op. cit., p. 285. []
  7. Léon Zitrone, L’U.R.S.S. a bien changé. Maintenant on peut y rire…, op. cit., p. 204. []
  8. Ibid., p. 303. []
  9. Léon Zitrone, Léon Zitrone vous parle de l’U.R.S.S : Interviews libres en Union Soviétique, op. cit., p. 192. []
  10. Présidence du Conseil… Direction de la Documentation. Ministère des Finances et des Affaires économiques… Direction de la conjoncture. Carte économique de l’Union des Républiques Socialistes Soviétiques. 1 : 10.000.000 / Dressé et dessiné par Charles Guy. []
  11. Jean Marabini, URSS, Paris Seuil, 1959, collection Petite planète, p. 186. []
  12. Léon Zitrone, L’U.R.S.S. a bien changé. Maintenant on peut y rire…, op. cit., p. 62. []
  13. Sur la question de la mode soviétique et de son rapport à l’Occident, voir Larissa Zakharova, S’habiller à la soviétique : la mode et le dégel en URSS, CNRS, coll. Mondes russes et est-européens, 2011. []
  14. Laura Zitrone, op. cit. p. 95. []
  15. Léon Zitrone, L’U.R.S.S. a bien changé. Maintenant on peut y rire…, op. cit. p. 195. []
  16. Ibid., p. 238. []
  17. Léon Zitrone,  Big Léon : autobiographie, Paris, Hachette, 1989, p. 326. []
  18. Léon Zitrone, Léon Zitrone vous parle de l’U.R.S.S : Interviews libres en Union Soviétique, op. cit., p. 185. []
  19. Laure Zitrone, op. cit., p.93. []
  20. Léon Zitrone, Léon Zitrone vous parle de l’U.R.S.S : Interviews libres en Union Soviétique, op. cit., p. 7. []
  21. Voir Bertrand Tassou, « André Gide et le tourisme en Union Soviétique », Blog L’Histoire à la BnF, 2019. []
  22. Léon Zitrone, L’U.R.S.S. a bien changé. Maintenant on peut y rire… , op. cit., p .309. Zitrone, quoi qu’il en dise, a cependant consacré de nombreuses pages à la mise en valeur du territoire sibérien. []
  23. Léon Zitrone, Léon Zitrone vous parle de l’U.R.S.S : Interviews libres en Union Soviétique, op. cit. , p.276. []
  24. Léon Zitrone, L’U.R.S.S. a bien changé. Maintenant on peut y rire…, op. cit. , p. 90. []
  25. Ibid., p. 89. []
  26. Ibid.,  p.112. []
  27. Léon Zitrone, L’U.R.S.S. a bien changé. Maintenant on peut y rire…, op. cit.,  p. 278. []
  28. Léon Zitrone,  Big Léon : autobiographie, op. cit., p. 340. []
  29. Léon Zitrone, Léon Zitrone vous parle de l’U.R.S.S., op. cit. []
  30. Ibid. []
  31. Léon Zitrone, L’U.R.S.S. a bien changé. Maintenant on peut y rire…, op. cit. , p. 150. []
  32. Ibid., p. 150. []
  33. Léon Zitrone, Léon Zitrone vous parle de l’U.R.S.S : Interviews libres en Union Soviétique, op. cit., p. 279. []
  34. Léon Zitrone, L’U.R.S.S. a bien changé. Maintenant on peut y rire…, op. cit., p. 39. []
  35. Léon Zitrone, Léon Zitrone vous parle de l’U.R.S.S : Interviews libres en Union Soviétique, op. cit., p. 253. []
  36. Léon Zitrone, Léon Zitrone vous parle de l’U.R.S.S : Interviews libres en Union Soviétique, op. cit., p. 109. []
  37. Léon Zitrone, L’U.R.S.S. a bien changé. Maintenant on peut y rire…, op. cit., p. 92. []
  38. On peut se demander ce que Zitrone, peu enclin à critiquer les puissants, aurait écrit s’il avait voyagé en URSS du temps de Staline … []
  39. Notons qu’il ne parle jamais des rapports de domination qu’entretien l’URSS avec les autres pays du bloc de l’Est. []
  40. Léon Zitrone, L’U.R.S.S. a bien changé. Maintenant on peut y rire…, op. cit. []
  41. Depuis 11 ans, le « krouchtchevisme », archives INA, 1964. []
  42. Léon Zitrone, Léon Zitrone vous parle de l’U.R.S.S : Interviews libres en Union Soviétique, op. cit., p. 201. []
  43. Léon Zitrone, L’U.R.S.S. a bien changé. Maintenant on peut y rire…, op. cit., p. 73. []
  44. Léon Zitrone, Léon Zitrone vous parle de l’U.R.S.S : Interviews libres en Union Soviétique, op. cit., p. 287. []
  45. Léon Zitrone,  Big Léon : autobiographie, op.cit., p. 332. []
  46. Léon Zitrone, L’U.R.S.S. a bien changé. Maintenant on peut y rire…, op. cit., p. 305. []
  47. Ibid.,  p. 310. []

Bertrand Tassou

Bertrand Tassou est conservateur au département Philosophie, histoire sciences de l'homme à la BnF, chargé de collections en géographie.

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.