Vaincre les épidémies entre 1900 et 1929 : isolement, masques, sérums ou vaccins – Partie II. Masque ou voilette ?

En 1918, le corps médical préconise le port du masque ou de la voilette contre la grippe espagnole. Une telle incitation était-elle naïve ou simplement maladroite ? Dans l’imaginaire collectif, le masque comme la voilette renvoyaient en effet aux fantasmes les plus variés. De surcroît, le traumatisme des masques à gaz était très présent. Cette communication ratée a peut-être  contribué à détourner les Français(e)s de ce moyen de protection contre la grippe de 1918 à 1929 … voire plus tard !

Dans le précédent billet, j’ai évoqué les mesures prophylactiques prônées par les scientifiques contre la grippe espagnole en 1918-1919 en attendant des traitements efficaces et/ou sérums et vaccins. Isolement et masques faisaient partie des préconisations. Plusieurs photographies datant de cette période ont circulé récemment sur Internet à la faveur de la pandémie de Covid-19 : elles montrent des gens portant des masques dans l’espace public, et peuvent donner à croire que de nombreuses nations ont usé de ces protections en 1918-1919. Mais en réalité, le masque a été imposé et porté dans peu de pays (et de surcroît seulement dans quelques zones de ces États) à cette période. En France, en 1918-1919, le masque  a pu séduire une partie du corps médical, étonner et faire rire le grand public grâce à une tentative de pédagogie des caricaturistes, mais il n’a pas été obligatoire en dehors de l’univers hospitalier.

« Infirmier portant le masque en gaze contre la grippe », La Nature : Revue des sciences et de leurs applications, 1918. Base Medica : https://www.biusante.parisdescartes.fr/histmed/image?04565 Open licence.

À la lecture de la presse entre 1919 et 1929, on peut même déceler une sourde hostilité française au port du masque protégeant des microbes. Elle prend racine au XIXe siècle, se confirme lors de la pandémie de 1918-1919 et trouve pleinement son essor en 1929, lors d’une nouvelle épidémie de grippe. Les écrits scientifiques des médecins, les articles et dessins publiés par les journaux permettent de reconstituer les mécanismes fort complexes et plus ou moins conscients du manque d’adhésion au port du masque. En proposant de lutter contre la grippe avec des masques et/ou des voilettes, les médecins ont ouvert une véritable boîte de Pandore : l’imaginaire des contemporains autour des masques et des voilettes était en effet d’une grande richesse.

Un imaginaire du masque effrayant ou rassurant sur fond de Carnaval

 

Pour les Français de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle, le masque est associé à des représentations diverses, le plus souvent dans une tension douloureuse entre effroi et rire, mensonge et charivari, séduction et rejet. Plusieurs pages du Grand Dictionnaire Larousse (1866-1877) sont consacrées aux masques, ce qui en dit long sur la polysémie et la richesse du terme.

12-3-12, Mi-Carême [préparation des personnages de Carnaval] : [photographie de presse] / [Agence Rol]. Gallica (BnF).

Les masques sont symboliques de la mort (masques funéraires, masques mortuaires), de l’altérité et de la dissimulation. Au début du XXe siècle, les gens aisés se passionnent pour les collections de masques « exotiques », ou de masques antiques, pendant que la littérature populaire décline à l’envi le thème du masque.

=> cliquez sur les images de la galerie ci-dessous pour mieux les voir

 

Liés au Carnaval, les masques sont des éléments fondamentaux de travestissements charivariques qui permettent d’endosser dans un temps délimité une autre identité sexuelle, sociale, etc. Le Carnaval, et autres fêtes où l’on se masque, font rire des autres, de la nouveauté, de ce que l’on trouve extravagant ou insupportable, et sont donc étroitement surveillés par les autorités politiques et/ou religieuses depuis le Moyen Age et parfois interdits.

Dictionnaire des connaissances générales utiles à la gendarmerie (6e édition) / par M. L. Amade, et pour la partie administrative, par M.Corsin,…Paris, H. Charles-Lavauzelle,1886. Gallica (BnF).

 

Masques, maladies et épidémies sont liés dans l’imaginaire. Sensibles aux altérations du visage en cas de transformations hormonales (masque de grossesse), de maladies (masque dit sclérodermique, etc.), de traces laissées définitivement par des maladies (par exemple masque de la « petite vérole » appelé « masque grêlé ») ou de colorations évoquant la mort prochaine (masque bleu ou vert des cholériques), médecins et artistes les dépeignent. Louis Veuillot, par exemple, critique catholique dont le visage est profondément marqué par la petite variole, est en butte aux plaisanteries des caricaturistes (voir la galerie ci-dessous), et son visage grêlé volontiers transformé en masque…

=> cliquez sur les images de la galerie ci-dessous pour mieux les voir

Il semble que les médecins ont pensé dès le Moyen Age, voire dès l’Antiquité, à se prémunir de la contagion de maladies comme la peste en adoptant des mesures prophylactiques comme masque, costumes et produits divers1.

.=>  cliquez sur les images de la galerie ci-dessous pour mieux les voir

Objets de méfiance ou de plaisanterie, ces protections auraient fini par symboliser la maladie. Dans le même temps, les épidémies ont été personnifiées et diabolisées, sous les traits de squelettes porteurs de faux, de monstres verdâtres ou noirâtres, ou bien encore de personnages déguisés en voyageurs inoffensifs …

=>  cliquez sur les images de la galerie ci-dessous pour mieux les voir

L’arrivée du choléra à Paris en 1832 en plein début du Carnaval a marqué durablement l’imaginaire. De nombreux textes (chansons, articles de presse, etc.) contemporains sont habités par deux réactions : douter de la réalité de l’épidémie à venir puis venue ; se défendre d’avoir peur par l’humour et/ou des conduites à risque. Le 1er avril 1832 par exemple Le Figaro publie un article sur « la mort du choléra». Le rire prophylactique y est à l’honneur : « Riez du choléra, plus de choléra ». La réalité de l’épidémie y est mise en doute, attribuée aux calculs politiques et marchands, les chiffres de la mortalité sont contestés. La seule vertu de ces « bruits de choléra » serait, selon l’auteur, d’avoir permis désormais davantage d’hygiène dans les rues2. Il termine son texte par une anecdote : « des ouvriers pour faire respecter un de leurs camarades plongé dans le sommeil de l’ivresse, ont attaché sur lui un écriteau portant ces mots : Mort du choléra3! »

 

=>  cliquez sur les textes et images de la galerie ci-dessous pour mieux les voir

Le texte qui a sans doute le plus marqué les mémoires s’étend sur de nombreuses pages d’un roman populaire d’Eugène Sue très lu (voir sur ce carnet « le Charivari, le choléra et la grippe entre 1832 et 1870»), Le Juif errant (1844), qu’on trouve en feuilletons dans de nombreux journaux jusque dans les années 1920. On y voit les gens déguisés s’amuser et ironiser avant d’être brutalement fauchés par l’épidémie. La résistance qu’on opposa soi-disant en 1832 au choléra par l’humour des caricatures et chansons, voire par la gouaille populaire, devient un topos que la presse brandit à chaque nouvelle menace épidémique. En 1897, un journaliste l’emploie encore :

L’Europe est menacée, paraît-il, de la peste bubonique. Quelle belle occasion pour les chroniqueurs et les chansonniers de retrouver la verve railleuse, la satire mordante avec lesquelles leurs devanciers accueillirent le choléra morbus à ses apparitions sur notre vieux continent.

Bérard dans ses Cancans, Philippon dans sa Caricature, Villemot dans sa Vie à Paris, et le grave Constitutionnel lui-même ne voulant en rien le céder au Charivari, et Justin Cabassol, et Léon Gozlan, comme le rappelle M. B.-H. Gausseron, piquent le monstre d’épigrammes, de couplets amusants sous lequel il finit par succomber et fuir !

Ou peut-être eut-il peur ? Villemessant, en effet, lui avait adressé ce cartel :

Évitons de le fréquenter, soit ; mais ne nous interdisons pas toute société sous prétexte d’éviter la mauvaise compagnie. Que si maintenant don choléra se tenait pour offensé de notre dire, nous nous mettons entièrement à sa disposition. Qu’il nous envoie deux témoins et nous irons sur le terrain échanger deux coliques.

Je ne sais pas si le rire désarme : en tout cas il rassure. Nos chroniqueurs n’auront pas moins de gaieté que leurs prédécesseurs si le microbe montre les cornes4.

Caricatures, chansons, articles de presse, déguisements de mascarades, usent en tout cas volontiers de la dérision face à la maladie tout au long du XIXe siècle. La « grippe russe » ou « influenza » de 1889-1890, qui a fait 250 000 morts en Europe selon des estimations récentes, est aussi accueillie par des bravades. Les symptômes sont minorés dans une chanson, (« atchi ! atcha! » – voir ci-dessous), chanson dont le Monde illustré nous dit le succès (voir ci-dessous) ; la ronde des médecins et pharmaciens trop heureux de l’aubaine autour de la quinine et de l’antipyrine, menés par trois squelettes réjouis, reprend dans une caricature les codes iconographiques des danses macabres5… Même si l’hôpital Beaujon doit dresser une tente pour les malades qui affluent, on continue à fredonner « l’influenza, tout l’monde l’a6 ! »

=> cliquez sur les textes et images de la galerie ci-dessous pour mieux les voir

Les médecins et hygiénistes du XIXe siècle partagés quant à l’utilité du masque prophylactique

C’est donc dans un rapport particulier de la population aux épidémies et à l’efficacité des traitements médicaux que le corps doctoral tente de conseiller des mesures prophylactiques, bien qu’il ne soit pas toujours appuyé par des mesures administratives (voir le billet précédent de cette série). Ils ont aussi à lutter contre les stéréotypes que nous venons d’évoquer : la panique est d’autant moins maîtrisable qu’elle est dissimulée par la bravade … Une estampe datant probablement des années 1860-1870 nous renseigne sur ce curieux mélange. Les véritables consignes données par l’Académie des Sciences pour lutter contre le choléra cohabitent sur l’imprimé avec une représentation terrifiante et une chanson de bravoure contre l’épidémie, « le choléra mis en fuite par le drinn, drinn » (voir ci-dessous).

Instruction sur le Choléra publiée par l’Académie des Sciences : [estampe] Éditeur : Paris, Imp. de Lacour et C.e, rue Soufflot, 11. Sd. Gallica (BnF).

 

Sans maîtriser parfaitement les mécanismes des contagions, quelques médecins, constatant dans la seconde moitié du XIXe siècle que le port du masque protégeait de certaines contaminations, ont œuvré à en proposer des modèles efficaces et le plus souvent à en préconiser l’usage. Le docteur Henrot de Reims a par exemple longtemps travaillé dans une indifférence quasi générale, voire les sarcasmes (voir le billet précédent). Ce n’est que pendant la Première Guerre mondiale, à l’occasion des recherches menées sur les masques à gaz, qu’il peut revenir sur ses différents travaux devant l’Académie de médecine : masque contre la diphtérie dans les années 1870, masque contre le paludisme, etc7. L’utilisation de protections prophylactiques contre la grippe en 1918 contraint l’Académie à une amende honorable très feutrée8 à l’endroit de ce pauvre Henrot. D’autres médecins se sont également penché au XIXe siècle sur la nécessité de masques pour les nombreux ouvriers travaillant au milieu de poussières hautement dangereuses. Les masques se sont lentement améliorés, avec des systèmes de filtres et une étanchéité plus grande.

=> cliquez sur les textes et images de la galerie ci-dessous pour mieux les voir

 

Les médecins ont mis du temps à s’entendre sur l’utilité du masque pour eux-mêmes et encore plus pour la population civile. En 1884, à l’occasion d’une épidémie de choléra, le docteur Émile Decaisne livre au Monde illustré un article très ambigu sur les masques et les microbes. Il reconnait l’efficacité des masques mais redoute leur retentissement sur le moral des populations voire même un effet contre-productif.

E. Decaisne, « Les masques contre les microbes« , L’Univers illustré, 16 août 1884. Gallica (BnF).

 

Le masque évoqué par Émile Decaisne est peut-être le masque antiseptique du docteur Georges Houdoux dont on trouve trace dans quelques publicités en 1884. La première publicité s’appuie sur le sérieux médical début août et indique qu’il s’agit d’un « petit appareil, construit sur les données scientifiques de M. Pasteur, de Lister et de toutes les illustrations médicales », qui a « pour but de filtrer l’air, de le débarrasser de tous les germes ou microbes et de ne laisser arriver aux poumons qu’un fluide absolument sain et vivifiant », vendu en pharmacie. Il « se porte dans la rue, en voiture, en chemin de fer […] permet de soigner les cholériques sans aucun danger et d’habiter sans péril les appartements qu’ils ont occupés ». La seconde est pragmatique : elle indique que le port du masque évite de fuir les villes contaminées ; l’objet est décliné en taille adulte homme ou dame (8 francs) et en taille enfant pour 6 francs9. La troisième essaie de répondre à des résistances d’ordre esthétique (voir ci-dessous)…

Dans son feuilleton de l’Union médicale, Paul Dubray est très réservé quant au port de ce type de masques, qu’il met au rang des différentes panacées anticholériques inventées par les marchands, comme le cuivre :

Des fabricants ingénieux ont offert des masques anticholériques dont on a pu voir l’image sur les murs, mais dont l’usage ne paraît pas s’être répandu au gré des inventeurs. On ne se représente pas bien ce déguisement destiné à tromper le microbe, qui aurait bravé les masques comme il a bravé les quarantaines, pour pénétrer en Italie. Un masque serait rationnel si l’on pouvait le porter pendant des mois entiers, sans une minute d’interruption ; mais il faudrait toujours le retirer pour manger, ou le soulever de temps à autre pour se moucher, pour éternuer ; alors, plus de sécurité, car, dans ces courts instants, l’entrée ne serait plus interdite aux microbes, et il en pénétrerait assez pour rendre illusoire la plus rigoureuse soumission au masque antiseptique10.     

Ainsi en 1888, lors du vote d’une loi sur l’épandage des eaux d’égout, Pasteur et un autre microbiologiste, Victor-André Cornil, s’affrontent. Le second déclare même devant les députés :

Cependant, si nous réfléchissons que, d’après les données de l’hygiène, il faudrait ne jamais boire de lait frais, de lait qui n’ait pas été bouilli, ni d’eau sans l’avoir fait filtrer à travers un filtre, — et encore un filtre Chamberland, car les autres laissent passer toutes sortes de microbes, — il faudrait ne jamais manger de beurre frais, ni de salade, ni de fruits poussés par terre, comme la fraise, ni de fruits sans les peler. On devrait, par exemple, s’abstenir de manger une prune, une cerise tombée par terre ; pour être sage encore, il ne faudrait jamais marcher dans la rue sans avoir sur le visage un masque d’ouate stérilisée.

» Voilà les règles de l’hygiène.

» Certainement nous professons que telle est la meilleure manière de se protéger contre les micro-organismes ; mais, en vérité, si l’on s’astreignait à vivre ainsi, l’existence ne serait plus tenable ! » (Sourires.)

— On en mourrait ! a répliqué M. Marius Martin11.

On sent toujours une réaction de défense, lorsqu’en 1889 le Congrès de la Tuberculose propose des mesures prophylactiques. Dans le Bulletin de l’Académie nationale de médecine, G. Colin (d’Alfort) présente une communication affirmant que le Congrès a exagéré la contagiosité à la campagne, et conclut ironiquement que ce dernier n’a plus qu’à « remettre à la mode le masque antique, bourré de parfums, à préconiser les filtres de coton à l’entrée de toutes les cavités naturelles12 ». 

Pourtant, les différentes expériences se sont enrichies avec l’épidémie de peste mandchoue de 1911 qui a rendu le masque incontournable. C’est aussi à cette occasion que la presse généraliste publie pour la première fois des photographies de masques protecteurs, ce qui confère à ces objets une valeur de modernité et de progrès. Il semblerait même que le refus du port du masque par une partie de la population malade en Mandchourie pousse les journalistes à d’autant plus valoriser le masque comme synonyme de modernité ! Le docteur Félix Régnault, médecin et anthropologue, propose dans Le Journal du 9 novembre 1911 une analyse anthropo-historique sur « Les costumes préservateurs de la Peste et du Choléra » qu’il termine par une pirouette désabusée : « Nos méthodes prophylactiques, dont nous sommes si fiers, ne sont que du vieux neuf. Cette coïncidence nous prouve une fois de plus que la science confirme parfois les données de l’empirisme13».

=> cliquez sur les textes et images de la galerie ci-dessous pour mieux les voir

En médecine, le masque est auréolé d’un prestige supplémentaire au début du XXe siècle, car il fait ses preuves lors des opérations chirurgicales. Pourtant, lorsqu’en 1918 le port du masque s’impose devant la violence de la pandémie de grippe, rares sont les Français qui l’adoptent, alors que cette mesure est mise en place dans quelques pays comme les États-Unis (côte Ouest), le Japon, des grandes villes anglaises et australiennes. Un ensemble de raisons explique la réticence des Français (voir aussi le prochain billet), mais la communication des médecins semble avoir été maladroite : sans conditionner la défiance vis-à-vis du port du masque, elle a manqué sa cible.

De la science à la mode : masque ou voilette contre la grippe (1918-1919)

Le 27 octobre 1918, alors que la pandémie de grippe espagnole connaît une seconde vague, Le Petit Journal s’indigne contre le peu de réactivité de la population dans un article intitulé « le masque protecteur contre la grippe » (voir ci-dessous). Il donne les conclusions du Professeur Fernand Bezançon, rappelle les succès enregistrés par le masque prophylactique en médecine et suggère le port pour tous d’un masque ou d’une voilette14.

En effet, parmi les mesures prophylactiques proposées en octobre 1918 par le corps médical, et en particulier Hyacinthe Vincent, le masque figure en bonne place15. Le docteur Émile Marchoux, de l’Institut Pasteur, préconise quant à lui le port d’un masque ou d’une voilette pour se protéger de la contagion. Ses propos sont rapportés par L’Éclair du 20 octobre (voir ci-dessous) avec la volonté très nette de faire réagir l’opinion. Mais la partie pédagogique du titre (« La grippe pourrait disparaître en cinq jours… ») est gommée par un raccourci trop provocant (« … si hommes et femmes portaient des voilettes »). Le médecin semble avoir plutôt parlé de « voile léger » ou de « voilette » (petit voile) avec des guillemets, par opposition à un masque plus difficile à porter. En focalisant l’attention des lecteurs dès le titre sur la voilette, puis en déclarant que « la grippe actuelle pourrait cependant disparaître en quelques jours, quatre ou cinq au maximum, si tous, hommes, femmes et enfants, bravant un ridicule imaginaire, portaient non point un masque mais une simple voilette… », Richard Arapu, le journaliste, renforce la portée ambiguë de son titre au détriment des dires du docteur Marchoux.

Clément Vautel, célèbre publiciste du Journal (voir le billet précédent), ne laisse pas passer cette occasion d’ironiser si facilement sur une mesure prophylactique. Il répond à la proposition quelque peu transformée de Marchoux en imaginant comment il pourrait proposer à des hommes connus d’utiliser leur célébrité et leur respectabilité au service de la voilette….

Clément Vautel, « Mon film« , Le Journal, 21 octobre 1918. Gallica (BnF).

Ces deux articles scellent en partie le sort du masque pour le public qui lit la presse. En effet, le masque est ainsi rejeté du côté du travestissement charivarique et du Carnaval en suggérant une transgression sexuée dans un contexte (la fin de la guerre) où la virilité est sacralisée et l’émancipation féminine redoutée par bien des hommes. La voilette pour tous heurte d’autant plus que la voilette est aussi parfois synonyme de dépravation.

D’autres médecins essaient alors une communication plus scientifique. Le professeur Vincent et le docteur Lochon démontrent fin octobre devant l’Académie que les postillons des grippés sont infiniment moins contagieux s’ils portent un masque. Ce constat est relayé par plusieurs journaux,

En février 1919, Marchoux propose à nouveau une communication sur « la prophylaxie de la grippe par le port d’un masque » à l’Académie de médecine. Il insiste sur le fait que les malades doivent rester chez eux, et souligne que «l’éternuement, la toux, la parole même suffisent à ce rôle distributeur et dans toute réunion, mondaine ou autre, il est habituel de rencontrer au moins une personne qui inonde ainsi de virus tous les assistants ». Revenant sur les railleries qui ont accompagné sa proposition d’octobre, et le peu de succès des recommandations du docteur Vincent, il essaie d’analyser et de balayer les réticences. Il assure que ce masque est plus facile à porter que le masque à gaz (« on s’imagine volontiers une sorte de groin analogue à ceux qui, pendant la guerre, ont été en usage contre les gaz ») et que d’autres peuples, comme les Japonais le portent sans être irrespectueux, puisque dit-il, ils l’ont même arboré aux funérailles de l’empereur. Puis il passe à l’argument esthétique :

Il n’embellit pas qui le porte, dira-t-on. Je fais confiance à nos modistes et à nos couturiers ; ils trouveront vite le moyen d’en faire un ornement. Il y a une douzaine d’années, les femmes ne sortaient pas sans voilette. Les réseaux dont elles se couvraient le visage n’étaient peut-être pas un écran très efficace, mais on fabrique aujourd’hui des tissus à très petites mailles et d’une finesse arachnéenne.

Enfin, le docteur Marchoux termine sur le rôle pédagogique des médecins qui doivent porter le masque et ainsi servir de modèles. La proposition est votée par l’Académie de médecine16.

Ce n’est que le 27 octobre 1919, dans la crainte d’une nouvelle vague de grippe, qu’un journal grand public se décide à publier à publier une photographie de l’expérience avec les plaques et les masques évoquée un an plus tôt devant l’Académie. Le titre est cette fois fédérateur et sans ambiguïté (voir ci-dessous).

Docteur François Helme, « Défendons-nous contre la grippe« , Le Journal, 27 octobre 1919. Gallica (BnF).

 

Cette pédagogie simple, avec des illustrations binaires, qui évite soigneusement le mot de voilette et  évoque les masques de cape et d’épée pour stimuler le lectorat, vient trop tard. Lors de l’épidémie de grippe de 1929, les mêmes fantasmes autour du masque resurgiront. Nous verrons en effet dans un prochain billet que les injonctions du corps médical ne se sont pas seulement heurtées, en 1918, aux enjeux esthétiques et genrés liés à la voilette pour tous les sexes, mais à d’autres tabous, à l’origine d’une volée de dessins humoristiques contemporains… et d’un échec dramatique, entre 1918 et 1929, de la vulgarisation des principaux outils prophylactiques, si ce n’est dans quelques milieux très privilégiés.

« Dis-moi comment tu te soignes« , La Vie parisienne, 16 novembre 1918. Gallica (BnF).

 

Citer ce billet : Agnès Sandras, "Vaincre les épidémies entre 1900 et 1929 : isolement, masques, sérums ou vaccins – Partie II. Masque ou voilette ?," in L'Histoire à la BnF, 24/12/2020, https://histoirebnf.hypotheses.org/10485, [consulté le 15/01/2021].

 

  1. Voir sur le blog Gallica, « Les grandes épidémies en France » par Alina Cantau, « La peste à Marseille en 1720 » par Luc Menapace et « La quarantaine vue du lazaret » par Pierre-Louis Verron. []
  2. « La mort du choléra« , Le Figaro, 1er avril 1832. []
  3. Ibid. []
  4. Paul Desachy, « Les miettes de la semaine« , Le XIXe siècle, 29 janvier 1897. Le texte de Villemessant date en réalité de 1854, on peut le lire dans Le Figaro ici. []
  5. Voir Jean Stouff, « Danses macabres ou danses des morts« , sur Biblioweb. []
  6. Sur l’influenza de 1890, voir Frédéric Vagneron, « Une presse influenzée ? Le traitement journalistique de la pandémie de grippe « russe » à Paris (1889-1890)« , Le Temps des médias, 2014, 23(2), 78-95. []
  7. Voir par exemple « H. Henrot, « Respirateur à ouate contre les gaz et les poussières infectieuses ou toxiques« , Bulletin de l’Académie nationale de médecine, 1915. Page 553. []
  8. Bulletin de l’Académie nationale de médecine, séance du 15 octobre 1918. Page 326. []
  9. Le Petit Marseillais, 1er août 1884 et 10 août 1884. []
  10. P. Dubray, « Causerie médicale« , L’Union médicale, août 1884. []
  11. La Semaine vétérinaire, 23 décembre 1888. []
  12. « Sur la prophylaxie de la tuberculose », Bulletin de l’Académie nationale de médecine, 20 août 1889. []
  13. Docteur Félix Régnault, « Les costumes préservateurs de la Peste et du Choléra« , Le Journal, 9 novembre 1911. []
  14. « Le masque protecteur contre la grippe« , Le Petit Journal, 27 octobre 1918. []
  15. Journal de médecine et de chirurgie pratiques : à l’usage des médecins praticiens, 25 octobre 1918, page 790. On peut voir le masque de Broquet ici sur le site de l’Institut Pasteur. []
  16. Émile Marchoux, « La prophylaxie de la grippe par le port d’un masque« , Bulletin de l’Académie nationale de médecine, Séance du 12 février 1919. []

Agnès Sandras

chargée de collections en histoire de France au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts


Une réflexion sur « Vaincre les épidémies entre 1900 et 1929 : isolement, masques, sérums ou vaccins – Partie II. Masque ou voilette ? »

  1. Merci pour cette enquête très instructive qui nous rappelle fort judicieusement que science et imaginaire se partage notre vie individuelle ou collective

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.