Les pays baltes dans l’entre-deux-guerres : reconnaissance et indépendance au miroir de l’histoire

À l’occasion de la reprise du cycle de conférences Naissance d’un nouveau monde, consacré à l’Europe centrale dans l’entre-deux-guerres, ce billet vous invite à mieux connaître l’histoire des pays baltes, ainsi que leur situation politique, économique et culturelle entre les deux conflits mondiaux.

 

Carte de la Baltique (1940 – Gallica. BnF, Cartes et plans, GE C-15168)

I. Les pays baltes : nations sans pays ?
1. Du Moyen Âge au XVIIIe siècle : des peuples en quête d’autonomie
2. L’avènement des sentiments nationaux au XIXe siècle
3. De l’affirmation des consciences nationales au premier conflit mondial

II. L’indépendance au cœur de l’instable entre-deux-guerres
1. Conquérir l’indépendance politique
2. Crise économique et sirènes autoritaires
3. Une unité culturelle ?

Conclusion

Les pays baltes désignent l’Estonie, la Lettonie et la Lituanie, ensemble dont l’histoire est souvent peu connue, ou réduite à l’influence que ses imposants voisins ont pu exercer sur lui. Ordre Porte-Glaive puis teutonique, Suède, Pologne, Prusse, Empire russe, Allemagne nazie, URSS… de nombreuses puissances en ont dominé les populations, au point d’occulter la singularité, comme la richesse de leur identité.

Cette histoire conduit à s’interroger sur les dynamiques menant à la naissance de nouveaux pays en Europe, à questionner les modalités de reconnaissance de l’identité des minorités, comme la nature des pouvoirs les ayant subjugués. L’enjeu est en cela autant historique que culturel et démocratique.

I. Les pays baltes : nations sans pays ?

Les pays baltes occupent une superficie de 175 000 km², pour une population totale estimée à environ 6 millions d’habitants. La désignation habituelle de « baltes » renvoie à une évidente réalité géographique1 ; riverain de la mer Baltique à l’Ouest, ils ont pour voisins : à l’Est, la Russie, au Sud-Est la Biélorussie, au Sud-Ouest la Pologne, et l’enclave russe de Kaliningrad. Cette appellation de « baltes » est pourtant le fruit d’un long processus. Elle n’est devenue commune en Occident qu’à l’entre-deux-guerres.

1. Du Moyen Âge au XVIIIe siècle : des peuples en quête d’autonomie

Si certaines de ces terres ont commencé d’être habitées il y a 10 000 ans à la fin de la dernière grande glaciation, la présence des ancêtres des peuples baltes est attestée entre 3000 et 2500 avant J.-C. En Estonie, le nom employé le plus longtemps pour désigner la population fut Maarahvas, c’est-à-dire le peuple ou l’ethnie, du pays, des terres, ou de la campagne. Pour la Lettonie, différents peuples baltes (Coures, Sémigaliens…) et finno-ougriens (Lives) se sont vu rassemblés de gré ou de force au sein de la Confédération livonienne (1228-1561). Le peuple lituanien est quant à lui né de l’assimilation progressive de tribus baltes païennes (Samogitiens, Sudoviens…) et de rassemblements volontaires ou contraints autour de figures comme le roi Mindaugas (≈1203-≈1263) au sein du Grand-duché de Lituanie (1236-1795), dans le sillage de la dislocation de la Rus’ de Kiev fondée au IXe siècle.

La Lettonie au Moyen Âge (1895 – Gallica. BnF, Cartes et plans, GE D-14172). Livland im Mittelalter, par Karl von Lowis of Menar (1855-1930)

La souveraineté exercée par ces peuples a longtemps été impossible ou conditionnée à l’union à d’autres entités. L’Estonie et la Lettonie furent successivement sous le joug de l’Ordre Teutonique, du Danemark, de la Suède, de la Pologne, de la Russie, ces puissances étant elles-mêmes régulièrement en conflit. La Lituanie parvint pour sa part à résister à ces velléités impérialistes jusqu’au XVIIIe siècle, via le Grand-duché de Lituanie, l’Union de Pologne-Lituanie (1385-1569), et la République des Deux Nations (1569-1795) née de l’Union de Lublin. Entre 1655 et 1721, Les Guerres du Nord2 verront un nouveau partage de ces terres entre Prusse, Pologne, et Russie ; au détriment de la Suède.

Carte du Grand Duché de Lituaniae (1749 – Gallica. BnF, Cartes et plans, GE DD-2987). Jean Nieprecki (1719-1754) et Johann Tobias Mayer (1723-1762)

La Ligue hanséatique a permis aux villes baltes qui en faisaient partie (comme Tartu et Riga) d’exercer une autonomie rendue possible par la force de cette alliance politique et commerciale. Avec la perte progressive d’influence de la Hanse, les futurs pays baltes furent l’objet de conflits entre voisins de plus en plus puissants, avant d’être partagés tels des butins : l’État polono-lituanien entre la Russie, l’Autriche et la Prusse (XVIIe siècle), la future Lettonie (Livonie, Courlande) intégra l’Empire russe au cours de la Grande guerre du Nord (1710), et les provinces suédoises d’Estonie par le traité de Nystad (1721). Lors du troisième partage de la Pologne (1795), la Lituanie fut finalement rattachée à la Russie de Catherine II, ouvrant à cette dernière un accès aux ports de la Baltique.

Le siècle suivant est pour les peuples baltes, comme pour d’autres peuples composant les empires européens, une période d’aspiration à davantage d’autonomie.

2. L’avènement des sentiments nationaux au XIXe siècle 

Corollaire de l’autonomie, c’est peut-être plus encore la question de l’identité et de sa reconnaissance qui travaille en profondeur les peuples baltes. Questions économiques, politiques et symboliques s’enchevêtrent. En Estonie et Lettonie, l’abolition du servage au début du XIXe, l’éducation plus précoce du peuple, et peut-être la culture protestante parfois considérée comme plus favorable au développement économique3, nourrissent un éveil national qui ne provient pas tant des élites cultivées que d’un « modèle rhizomique de personnalités, petits groupes, journaux4».

En Lettonie, le Premier réveil national letton, est porté de 1850 à 1880 par le mouvement d’intellectuels des « Jeunes Lettons », opposés à la prévalence germano-balte sur la Livonie et le Gouvernement de Courlande, que cette domination soit économique, culturelle ou politique. Krišjānis Valdemārs (1825-1891) est l’une de ses premières figures. Juris Alunāns et Krišjānis Barons fondent pour leur part les journaux Mājas Viesis et Pēterburgas Avīzes ; Fricis Brīvzemnieks collecte quant à lui la musique populaire des dainas, littérature chantée traditionnelle lettone. Le premier festival de chant letton est organisé en 1873, Baumaņu Kārlis composant alors ce qui deviendra l’hymne national : « Dievs, svētī Latviju! » (Dieu bénisse la Lettonie !). En 1888, Andrejs Pumpurs publie Lāčplēsis, récit poétique qui deviendra l’épopée nationale.

En Estonie, le poème épique Kalevipoeg, publié en 1862 par Friedrich Reinhold Kreutzwald (1803-1882), met en scène le « fils de Kalev », héros mythique de la tradition orale dont l’histoire devient celle de l’âme du pays. Le premier festival national de chant se tient en 1869. Plusieurs figures politiques émergent, dont Friedrich Robert Faehlmann, Kristjan Jaak Peterson, puis Carl Robert Jakobson, Jakob Hurt, Johann Voldemar Jannsen. À l’image des questionnements identitaires traversant au même moment les peuples composant les empires ottoman et austro-hongrois, les « baltes » se voient progressivement comme des peuples à part entière, bien qu’il soit encore difficile alors de savoir ce que recouvre le fait de se dire « lituanien » ou letton »5. Le vocable évolue de manière impressionnante en Estonie : à partir de la seconde moitié du XIXe siècle, les Maarahvas deviennent les Eesti rahvas, le peuple estonien.

Oskar Kallis, Kalevipoeg laudu kandmas [Kalevipoeg portant des planches]. 1914. Art Museum of Estonia6.

La Lituanie est pour sa part impliquée dans deux révoltes polonaises contre l’autorité russe. Si les paysans sont affranchis du servage en 1861, seuls les livres publiés en lituanien translittéré en alphabet cyrillique sont autorisés à partir de 1864 ; les livres en polonais sont eux totalement interdits. Le lituanien est alors principalement parlé par le peuple et diffère selon les régions, l’élite lui préférant le polonais, puis le russe. Comme dans le reste de l’Europe, population et instruction augmentent, et l’on assiste à la formation d’une élite : Simonas Daukantas, Vincas Kudirka, Jonas Basanavičius… Souvent formées à l’étranger, des figures intellectuelles émergent. Romantisme et sentiment national se répandent, et trouvent d’influents porte-voix grâce aux nouveaux titres de presse, comme Aušra (1883-1904) et Varpas (1889-1905).

Jonas Basanavičius (1851-1927) en 1905 (1851-1927) en 1905 (coll. Musée national de Lituanie / Wikimedia)7

Les développements économiques et intellectuels ont conduit les peuples baltes à prendre conscience d’eux-mêmes, et permis aux élites de se reconnaître dans la culture populaire. Ceci fait dire à Julien Gueslin que « le combat culturel est gagné à la fin du XIXe siècle. L’individu ne se voit plus comme rattaché à tel ou tel duché, mais à un pays ».

3. De l’affirmation des consciences nationales au premier conflit mondial

Diverses forces sont en présence en Europe au tournant des XIXe et XXe siècles : Empire allemand, Empire d’Autriche-Hongrie, Empire Ottoman, ainsi que la France, l’Angleterre, l’Italie, l’Espagne, le Portugal, avec leurs empires coloniaux respectifs. Les causes de conflits ne manquent pas : sociales, politiques, religieuses, économiques… Les pays baltes, nations sans pays intégrées à l’Empire russe, sont de ce fait eux aussi concernés par l’embrasement mondial qui guette.

Le rapport qu’entretiennent les populations baltes avec l’Empire russe et le monde est complexe, à l’image des constellations d’appartenances qui font les empires. Les peuples baltes espèrent alors du pouvoir tsariste qu’il mette fin aux régimes féodaux et octroie davantage de liberté politique que dans le cadre d’une domination par la noblesse allemande8. Malgré des révoltes, les peuples pouvaient depuis 1795 espérer davantage d’équité en tant que citoyens de l’Empire russe. Las : après le soulèvement de 1863, le lituanien est interdit comme langue écrite, et la situation se dégrade à partir des années 1880 avec la politique de russification : en Estonie, des associations demandent en 1881 à Alexandre III l’introduction du zemstvo (du russe zemlia, « terre »), assemblée provinciale de gouvernement au pouvoir limité, et élue au suffrage censitaire : demande refusée. La Révolution russe de 1905 conduit les intellectuels à demander une réelle liberté de la presse, de réunion, de suffrage. À la suite de la Révolution de 1917, les terres où résidaient les Estoniens sont unies pour la première fois sous le Gouvernement autonome d’Estonie.

Alexandre III (1845-1894) – Empereur de Russie (Gallica. BnF, Estampes et photographie, FT 4-NA-238 (25))

Si les questions économiques sont centrales, la religion joue un important rôle du fait de l’impact des prêtres et pasteurs sur l’éducation du peuple. En Lituanie, le pouvoir tsariste favorise l’Église russe orthodoxe au détriment du catholicisme, traditionnellement prévalent : fermeture de monastères, interdiction de constructions d’églises, transfert de lieux de cultes au profit des orthodoxes, discrimination devant l’impôt sur base confessionnelle… En Lettonie (majoritairement protestante) et Estonie (traditionnellement luthérienne), la Russie favorise également l’orthodoxie. Le religieux est ainsi utilisé par le pouvoir tsariste pour tenter de détourner les identités baltes d’une affirmation de soi centrée sur la nationalité.

=> Cliquez sur les images de la galerie ci-dessous pour mieux les voir

Bübli ramat fe on keik fe jummala sanna…, Bible en estonien imprimée à Tallinn en 1739 par Jakob Joan Köler. « Dialecte esthonien de Revel-Tallinas » (BnF A-5496)

À la montée du pangermanisme à l’Ouest répond l’éventualité d’une cohésion slave à l’Est. Les peuples baltes voient se cristalliser une affirmation de leur conscience nationale, pris entre les feux de la noblesse germano-balte et la tentation d’un rapprochement avec le monde russe lui-même instable. Jaan Tõnisson, juriste proche des idées occidentales, lie identité du peuple et racines rurales. Au début du XXe siècle, Konstantin Päts (1874-1956), avocat opposé à l’élite germano-balte, se présente en porte-voix des couches populaires.

Jaan Tõnisson (1868-1941 ?). Gallica. BnF, Estampes et photographie, EI-13 (2825)

Dans le sillage de 1905, des grèves et manifestations d’une rare violence éclatent dans les pays baltes en quête de justice économique et de droits politiques : de nombreuses propriétés sont attaquées, une partie de l’aristocratie fuit. Après avoir autorisé l’usage de l’alphabet latin en Lituanie, ainsi que les langues locales dans l’éducation et promis des réformes, Nicolas II décrète la loi martiale en décembre 1905 : exécutions, exil ou déportation des dirigeants rebelles, interdiction de syndicats et journaux. La situation est d’autant plus complexe que la population de chaque pays est composée d’ensembles de différentes natures culturelles, sociales et politiques. Les mouvements émancipateurs gagnent en puissance, à l’image du Jaunā strāva (« Nouveau courant ») letton, ou de l’influence du poète et écrivain Jānis Rainis (1865-1929), figure du socialisme letton. Bien que le pouvoir tsariste parvienne à reprendre le contrôle, les pays baltes se trouvent au début du XXe siècle au seuil d’une indépendance inespérée jusqu’alors.

L’idée d’indépendance, au début du siècle, paraît n’être qu’un rêve illusoire est inaccessible pour des petites nations prises entre des empires. Mais, à l’aube de la Grande Guerre, les sociétés baltes possèdent, entre les populations sur place et celle dispersées dans l’Empire russe, un potentiel socioculturel et politique prêt à se manifester9. Julien Gueslin 

II. L’indépendance au cœur de l’instable entre-deux-guerres

Convoités par les empires allemand et russe, les pays baltes profitent du premier conflit mondial pour s’émanciper. D’abord inespérée, l’indépendance devient progressivement un objectif, avec pour enjeu de parvenir en parallèle à une stabilité politique, économique et sociale.

=> Cliquez sur les images de la galerie ci-dessous pour mieux les voir

C. Rivas, La Lituanie sous le joug allemand, 1915-1918 : le plan annexioniste allemand en Lituanie. Lausanne, Librairie centrale des Nationalités, 1918 (BnF 4-M-5931)

 

1. Conquérir l’indépendance politique

Si le XIXe siècle a fait émerger chez les peuples baltes de nouveaux imaginaires politiques, les pays correspondants n’existent pas encore au début du XXe siècle : au Sud, la Courlande, au centre le Gouvernement de Livonie, au Nord, une Estonie plus petite que l’actuelle ; tous trois sous domination russe. L’histoire s’accélère dans le mouvement d’une Europe précipitée vers la guerre. Malgré l’occupation de la Courlande et de la Livonie par les armées allemandes en 1915, les pays baltes déclarent leur indépendance en 1918 : la République de Lituanie est fondée le 16 février, d’Estonie le 24 février, et de Lettonie le 18 novembre 1918. Bien que le traité de Brest-Litovsk de mars 1918 attribue la souveraineté des pays baltes à l’Empire allemand, et malgré l’invasion par l’Armée rouge entre 1918 et 1920, cette indépendance est progressivement reconnue par les autres pays. La Lituanie intègre la Société des Nations en 1920, l’Estonie et la Lettonie l’année suivante.

Délégation lettone à la Société des Nations, 5 septembre 1927. Gallica. BnF, Estampes et photographie, EI-13 (1472)

Les pays baltes structurent leur indépendance politique et adoptent chacun leur première constitution : l’Estonie en juin 1920, la Lituanie et la Lettonie respectivement en août et novembre 1922. Avec la mise en place du suffrage universel, du multipartisme, et d’un régime parlementaire, le peuple espère alors accéder à la sphère politique, jusqu’alors avant tout contrôlée par la noblesse en lien avec les autorités russes. En Estonie, le Riigikogu, chambre parlementaire unicamérale, exerce d’importants pouvoirs exécutifs et judiciaires ;  il n’y a alors pas de président de la République mais un chef du gouvernement. Les initiatives publiques et référendums sont possibles. La constitution lettone est influencée par la Constitution de Weimar (1919), la constitution de la Suisse et la Troisième République française. La Lituanie s’inspire elle aussi d’autres constitutions occidentales ; elle affirme un parlement fort constitué d’une chambre unicamérale (le Seimas), et un président aux pouvoirs restreints.

=> Cliquez sur les images de la galerie ci-dessous pour mieux les voir

Revue Foi et vie revue de quinzaine, religieuse, morale, littéraire, sociale, 16 juin 1917, p. 240 et 241 (Gallica. BnF 4-Z-1270)

La nouvelle organisation de chaque État conduit à la mise en œuvre de lois sociales pour les couches populaires (répartition des terres, instruction publique). Le contexte économique d’après-guerre est favorable, en témoignent le développement urbain et l’exportation de matières premières agricoles et sylvicoles. Le risque pour ces nations nouvelles de dimension modeste est l’effondrement économique et politique. La diaspora balte joue un rôle important, que ce soit par l’intermédiaire d’un retour des élites au pays ou d’une aide financière. Alors que nombre d’États plus anciens doutaient de leur viabilité, ils prennent peu à peu part au concert des nations. J. Gueslin note par exemple qu’ils commencent à être désignés comme « pays » plutôt que « provinces »10, et cite Henri de Montfort selon qui ceux-ci « ont prouvé le mouvement en marchant ». Si les années 1920 sont ainsi marquées par une vitalité démocratique certaine, la crise de 1929 fragilise les pays baltes et les conduits vers des formes autoritaires de gouvernement, comme ailleurs en Europe.

=> Cliquez sur les images de la galerie ci-dessous pour mieux les voir

René Puaux, Portrait de la Lettonie, Paris, Plon, 1937 (BnF 8-M-25207)

2. Crise économique et sirènes autoritaires

La Grande Dépression advient dans un contexte politique instable. Le régime parlementaire, les alliances entre partis, les querelles entre les figures de la vie publique conduisent à de fréquents changements de gouvernement, comme en Estonie (21 entre 1920 et 1934) ou en Lettonie (13 entre 1922 et 1934). Le scrutin proportionnel conduit à des tractations complexes entre un grand nombre de partis. Comme dans le reste de l’Europe, l’antiparlementarisme se développe. Décembre 1926 : première semonce autoritaire en Lituanie, où l’armée porte au pouvoir Antanas Smetona (1874-1944). Il s’adjoint comme premier ministre Augustinas Voldemaras (1883-1942), chef du groupe fasciste des Loups de Fer (Geležinis Vilkas), avant de l’exiler en septembre 1929 pour instaurer une dictature. Un mois plus tard, le Jeudi noir du 24 octobre 1929 marque le début de la Grande Dépression. Effondrement du cours des matières premières et protectionnisme douanier favorisent un virage autoritaire des nationalismes baltes.

Antanas Smetona, président de la République de Lituanie, 1932. Gallica. BnF, Estampes et photographie, EI-13 (2949).

Le centre de gravité politique bascule également à droite en Estonie,où les gouvernements passent durant les années 1920 de la gauche non communiste aux partis centristes et agrariens. La Russie n’a pas renoncé à son ancienne sphère d’influence et appuie sans succès un coup d’État en décembre 1924. En interne, les mouvements politiques conservateurs gagnent en audience à la faveur de la crise économique. Très active, la Ligue des vétérans de la guerre d’Indépendance (Eesti Vabadussõjalaste Liit) demande un pouvoir présidentiel fort. Après l’échec de son référendum de juin 1933, le Parti populaire libéral et nationaliste de Jaan Tõnisson, perd la main suite au succès du référendum constitutionnel d’octobre, d’inspiration plus conservatrice. Une deuxième constitution entre en vigueur en janvier 1934, dans l’attente de l’élection d’un nouveau président en avril, dont elle doit renforcer les pouvoirs. Konstantin Päts, chef de l’Union des fermiers, très à droite sur l’échiquier politique, prend toutefois le pouvoir par la force en mars 1934, ouvrant l’« Ère du silence » : état d’urgence, parti unique, censure, et pas de réunion du Parlement avant 1938, année de proclamation de la troisième constitution estonienne.

Siège du Parlement d’Estonie (détail), 1928. Gallica. BnF, Estampes et photographie, EI-13 (2825)

La Lettonie est traversée des mêmes soubresauts politiques. Jānis Čakste (1859-1927), du Centre démocratique, exerce entre 1918 et 1927 la fonction de premier Président letton. Son parti marque progressivement le pas et l’instabilité gagne la chambre des représentants (la Saeima) du fait des coalitions successives : initialement dominant, le parti social-démocrate doit compter avec un parti agrarien fort, et des partis centristes fragmentés. Le virage autoritaire lituanien de 1926 galvanise les plus conservateurs ; Kārlis Ulmanis (1877-1942), Premier ministre, réalise un coup d’État le 16 mai 1934 : arrestations politiques, loi martiale, constitution suspendue (elle le restera jusqu’en 1993). S’il s’agit d’un régime autoritaire comparable à celui d’Engelbert Dollfuss en Autriche, il n’est pas pronazi : les Pērkonkrusts (Croix de Tonnerre) sont interdites dès 1934, leur leader Gustavs Celmiņš exilé trois ans plus tard.

=> Cliquez sur les images de la galerie ci-dessous pour mieux les voir

Village de Podbrodzie, environs de Vilnius, Lituanie (coll. Bibliothèques spécialisées de la Ville de Paris, Fonds Marcel Cerf, NN-010-0336 – © Marcel Cerf/BHVP/Roger-Viollet)

Les années 1930 sont donc marquées dans les pays baltes par la montée d’un « populisme agrarien » comme le qualifie Roman Krakovsky11. Il va de pair avec un antiparlementarisme croissant, qui rappelle celui qui traverse la France au même moment, culminant lors des manifestations parisiennes de février 1934, année des coups d’état estonien et letton. Les parlements marginalisés, quel est l’impact de ces politiques sur les minorités ethniques ou religieuses ? Comment comprendre l’identité des pays baltes durant l’entre-deux-guerres ?

3. Une unité culturelle ?

Dans les trois pays baltes, le nationalisme ayant conduit à l’indépendance est devenu le corollaire d’une conception davantage organiciste de la nation. L’identité de l’individu se définit progressivement par son appartenance à un peuple, à une culture dite « estonienne », « lettonne », « lituanienne ».

Le mouvement nationaliste a permis depuis le XIXe siècle la redécouverte progressive des cultures populaires baltes : costumes et artisanat12, arts graphiques13, chants traditionnels14, musique, coutumes15, contes et légendes. Dès les années 1920, les traditions locales sont valorisées par le politique, elles sont un élément majeur de la constitution d’une identité propre sur des terres qui n’avaient alors ni le nom, ni le périmètre des nations nées du monde issu des décombres de 14-18. Ceci n’empêche pas la naissance de mouvements artistiques dans chacun des pays baltes : en Estonie, Vérité et Justice, le grand roman réaliste publié par Anton Hansen Tammsaare de 1926 à 1933 marque les esprits, comme les poèmes de Betti Alver (1906-1989)16.

=> Cliquez sur les images de la galerie ci-dessous pour mieux les voir

H. de Chambon, Origines et Histoire de la Lettonie. Mercure universel, Lille, 1933. BnF 8-G-12427 (6). Poème de Kārlis Straubergs (1890-1962)

Mais valoriser les traditions permet d’affirmer une identité commune : musique, théâtre, littérature permettent aux habitants de s’unir par l’évocation d’un imaginaire populaire. On retrouve un mouvement similaire ailleurs en Europe, comme en Finlande où le Kalevala semble répondre au Kalevipoeg estonien, et en Suède, où la remise en lumière des musiques et danses traditionnelles par Nils Andersson peut faire écho à la valorisation du folklore balte.

=> Cliquez sur les images de la galerie ci-dessous pour mieux les voir

Série de 28 cartes postales de Lettonie, 1926 (cartes 5, 13, 27 – Gallica, BnF, Société de Géographie, SG WC-481)

L’enjeu n’est pas de retrouver, mais de créer une « réalité civilisationnelle » (J. Gueslin) nourrie de la réalité quotidienne des modes de vie traditionnels. Les individus comme les pays y puisent une source de fierté singulière et commune. Singulière, car les sphères linguistiques diffèrent : lituanien et letton sont des langues indo-européennes du groupe balte, l’estonien17 appartient au groupe finno-ougrien (Finlande et Hongrie)18 ; par ailleurs, la Lituanie est de tradition catholique, l’Estonie protestante, la Lettonie mêlée ; de plus, la Lituanie était pour des raisons historiques plus centrée sur le monde polonais jusqu’aux années 1930. Mais il y a également des points communs, en témoigne l’architecture hanséatique des capitales Riga et Vilnius, ou de Tartu (Estonie) et de Kaunas (Lituanie) :

Les “éveilleurs” lettons ne pouvaient avoir recours à un passé historique ou à une unité territoriale inexistants pour revendiquer leur autonomie, puis leur indépendance. Ils se tournèrent alors vers la culture, la langue et le folklore pour construire leur identité nationale. (…) Dans cette construction, les artistes ont utilisé cet héritage ancestral – en peinture, en sculpture, en architecture et dans les arts appliqués – jouant de ce fait un rôle éminent. Ce faisant, ils ont donné à voir la nation devenue État19. Suzanne Pourchier-Plasseraud

Chaque pays balte est ainsi traversé de dynamiques internes propres, mais trouvant des points de comparaison chez ses voisins. Ce mouvement, doublé d’une communauté d’intérêts afin de se défendre de leurs puissants voisins, permet la signature par les trois pays baltes de l’Entente baltique, le 12 septembre 1934. L’objectif du traité est de mettre en place approche commune et soutien mutuel en matière de politique étrangère. Quelle place dès lors pour les minorités dans le contexte de ces pays souhaitant construire de fortes communautés politiques à partir d’une identité populaire ?

=> Cliquez sur les images de la galerie ci-dessous pour mieux les voir

Vilnius, Lituanie. Brocante dans le quartier juif, 1938 (coll. Bibliothèques spécialisées de la Ville de Paris, Fonds Marcel Cerf, NN-010-0336 -© Marcel Cerf/BHVP/Roger-Viollet​)

L’histoire des pays baltes explique la diversité ethnique de leurs populations. Après la Première Guerre, l’Estonie compte parmi ses 1 100 000 habitants en 192220 : 87,6% d’Estoniens, près de 90 000 Russes (8,2%), 20 000 Allemands (1,7%), 7 900 Suédois, 4 600 Juifs, ainsi que des Lettons, Lituaniens, Polonais, Setos…

=> Cliquez sur les images de la galerie ci-dessous pour mieux les voir

Densité de population rurale en Estonie, 1922, in E. Kant, Problems of environment and population in Estonia. Tartu, 1934 (BnF 8-M PIECE-6427)

La Lettonie compte 1 840 000 habitants en 192521 : 73,4% de Lettons, 190 000 Russes (10,5%), près de 100 000 juifs (5,2%), 70 000 Allemands (3,8%), 50 000 Polonais (2,8%), ainsi que des Biélorusses, Roms, Lives… En 1923, la Lituanie est peuplée de deux millions d’habitants : 83,9% de Lituaniens, 154 000 Juifs (7,6%), 66 000 Polonais (3,2%), 50 000 Russes (2,5%), 29 000 Allemands (1,4), ainsi que des Biélorusses, Tatars, Roms… L’antisémitisme prend de l’ampleur dans les pays baltes comme ailleurs en Europe, surtout après la crise de 1929. Les Litvaks, communauté juive lituanienne (dont sont par exemple issus Marc Chagall et Emmanuel Levinas), sont  progressivement discriminés, puis subissent les exactions staliniennes (déportations), avant d’être presque entièrement exterminés par le régime nazi. En Lettonie, la fin des années 1930 marque le début de l’émigration juive, par crainte du contexte politique, puis les déportations, d’abord au Goulag soviétique, ensuite vers les camps de concentration. Pour ces deux puissances étrangères, les pays baltes sont vus comme de simples ressources, qu’il s’agisse des terres, de l’accès à la Mer baltique, ou des personnes qui les peuplent22.

Conséquence du protocole secret du Pacte germano-soviétique d’août 1939, l’Armée rouge envahit les pays baltes et la Lituanie cède le territoire de Memel à l’Allemagne. Ils deviennent officiellement des Républiques Socialistes soviétiques en août de l’année suivante, avant d’être annexés par les Nazis en juin 1941, puis de repasser sous contrôle russe en 1944. Comme ailleurs en Europe, les forces occupantes trouvent des relais parmi des réseaux collaborationnistes et s’appuient sur des polices auxiliaires locales, mais sont également confrontées à une résistance farouche. Présents dans les trois pays baltes, les Frères de la forêt23 en sont le plus emblématique exemple. Estonie, Lettonie et Lituanie recouvreront leur souveraineté le 6 septembre 1991.

Conclusion

L’identité de chaque peuple balte s’est forgée du Moyen Âge au XVIIIe siècle dans un contexte de dominations étrangères. Marqué à l’origine par une forte composante progressiste au niveau social et politique, le réveil des identités nationales du XIXe siècle a permis l’émergence d’une culture propre à chacun de ces pays en quête croissante d’indépendance. Si l’entre-deux-guerres a permis d’atteindre une première fois ce rêve, la double nécessité de construire des communautés politiques fortes, tout en devant adapter leur économie au contexte troublé, a conduit chacun de ces pays vers des pouvoirs autoritaires. L’indépendance collective a ainsi été synonyme de lourd tribut pour les libertés des individus et de minorités. S’ajoutent à cela les tragédies du joug nazi puis soviétique. De ce fait, les questions mémorielles sont dans les pays baltes, comme ailleurs, complexes et sensibles. Ceci rend le travail des historien.ne.s d’autant plus délicat et nécessaire.

Même s’ils sont souvent méconnus, les pays baltes ont toujours été partie prenante de l’histoire du continent. Leurs dynamiques internes sont un miroir des questions qui traversent l’Europe : qu’est-ce qu’un pays, une nation ? Quelle reconnaissance les minorités doivent-elles pouvoir y trouver ? Comment concilier libertés individuelles et collectives ? L’identité de l’individu peut-elle être plurielle ? Et celle des peuples ? Le parcours des peuples baltes vers l’indépendance pose la question des conditions de possibilités symboliques et matérielles d’une vie digne, à l’échelle de l’individu comme des groupes. Autant de questions qui animent aujourd’hui encore ces pays, l’ensemble du continent européen, et au-delà. Pour Julien Gueslin, ils sont en définitive « des périphéries, des marges, des carrefours » : des périphéries, car longtemps soumis à des puissances étrangères peu soucieuses d’émancipation ; des marges, car souvent regardés comme des espaces secondaires dont l’histoire pouvait se résumer aux conflits pour leur domination ; des carrefours, car terres de cohabitation entre différents peuples et minorités. Ils sont en cela des pays riches d’enseignements pour comprendre les dynamiques de l’identité individuelle, nationale et européenne.

Pour leur relecture et leurs conseils, un grand merci à Julien Gueslin, chercheur partenaire à l’UMR SIRICE (Paris I) et conservateur à La Contemporaine, ainsi qu’à Pascal Bonnard, maître de conférences à l’université Jean-Monnet-Saint-Étienne / Laboratoire Triangle.

POUR ALLER PLUS LOIN

A. Monographies

En français :

  • Julien Gueslin, La France et les petits états baltes : réalités baltes, perspectives françaises et ordre européen : 1920-1932, 2007, 625 p. Disponible en ligne sur HAL.
  • Pascal Bonnard, Le gouvernement de l’ethnicité en Europe post-soviétique : minorités et pouvoir en Lettonie. Dalloz, 2013, 434 p. (permalien)
  • Suzanne Champonnois, François de Labriolle, Dictionnaire historique de la Lettonie. Éd. Armeline, 2005, 313 p. (2005-264806)
  • Philippe Meyer, Baltiques : histoire d’une mer d’ambre. Perrin, 2013, 502 p. (2013-415408)
  • Jean-Pierre Minaudier, Histoire de l’Estonie et de la nation estonienne. L’Harmattan, 2007, 402 p. (2007-255567)
  • Yves Plasseraud (dir.), Histoire de la Lituanie : un millénaire. Éd. Armeline, 2009, 507 p. (2010-33858)
  • Suzanne Pourchier-Plasseraud, Les arts de la nation : construction nationale & arts visuels en Lettonie, 1905-1934. Presses universitaires de Rennes, 2013, 377 p. (permalien)
  • Pascal Orcier:
    • La Lettonie en Europe : atlas de la Lettonie. Zvaigzne ABC, 2005, 219 p. (permalien)
    • Les recompositions territoriales dans la région de la Baltique orientale: Finlande, Estonie, Lettonie, Lituanie. Thèse de doctorat en géographie soutenue à Lyon en 2009, 447 p. (4-SG-3227)
  • Frank Tétart, Géopolitique de Kaliningrad : une île russe au sein de l’Union européenne élargie. PUPS, 2007, 478 p. (permalien)

 En anglais :

  • Anu Mänd, Marek Tamm, Making Livonia – Actors and Networks in the Medieval and Early Modern Baltic Sea Region. Routledge, 2020 (2020-245483)
  • John Hiden, The Baltic states and Weimar Ostpolitik. Cambridge university press, 1987 279 p. (permalien)
  • John Hiden et Martyn Housden, Neighbours or enemies?: Germans, the Baltic and beyond. Rodopi, 2008 (2009-197300)
  • John Hiden et Patrick Salmon. The Baltic nations and Europe: Estonia, Latvia and Lithuania in the twentieth century. Longman, 1994, 227 p. (permalien)
  • John Hiden et David J. Smith, Ethnic diversity and the nation state: national cultural autonomy revisited. Routledge, 2012, 165 p. (05 SMIT e)
  • Aleksander Loit (dir.), National Movements in the Baltic Countries during the 19th Century. Almqvist och Wiksell, 1985, 572 p. (8-M-43981 (2))

En allemand :

  • Ulrich Kronauer, Aufklärer im Baltikum: europäischer Kontext und regionale Besonderheiten. Winter, 2011, 263 p. (2019-55211)
  • Raivis Bičevskis (dir.) Baltisch-deutsche Kulturbeziehungen vom 16. bis 19. Jahrhundert : Medien, Institutionen, Akteure.
    • Band I, Zwischen Reformation und Aufklärung (2019-89802)
    • Band II: Zwischen Aufklärung und nationalem Erwachen (permalien)

B. Périodiques

Géré par le Bureau de la presse étrangère du Ministère de la guerre, revue de presse des journaux de la Suède, Finlande, Estonie. Le journal Postimees est par exemple dépouillé dans le n° 218 (11 octobre – 5 décembre 1930 (permalien)

  • Hansische Geschichtsblätter. Köln, Wien, Böhlau (ISSN 0073-0327) (permalien)

C. Statistiques / recensements

Bureau de statistique de la Lettonie, statistiques du travail, 1930 (BnF 4-M-4254

 

  • Bureau de statistique de la Lettonie, Valsts statistiskā pārvalde. Darba statistika 1928. g. [-1930. g.]Sastādījis, J. et V. Salnais. [Statistique du travail 1928 [-1930]…], Riga, 1930-1931 (4-M-4254)
  • ​​Bureau statistique de la Lettonie, Valsts statistikā pār-Valde. Tautas veselebas statistika 1927 [Statistique de l’hygiène publique 1927-[1929]], Riga, 1928-1930 (4-M-4255
  • V. Salnais et A. Maldups, Lauksaimniecības skaitīšana latvijā 1929 [“bureau de statistique de l’État. Recensement agricole en Lettonie en 1929”], Riga, 1930, 11 fascicules. (4-M-4256 (1-8BIS))
  • Institut international d’agriculture, Le premier Recensement agricole mondial. Rome, Institut international d’agriculture, 1932-1939, 39 fascicules. Estonie (fasc. n°2), Lettonie (n°7) Lithuanie (n°10) – (8-GW-562 (1))
  • Bureau central de statistique de l’Esthonie, Eesti Riikline Statistika… Tallinn, 1924 [« résultats du recensement de 1922 pour toute la République esthonienne »] (8-SG-4464)
  • La population de Latvia suivant les nationalités, selon les recensements de 1917… et de 1897… Recensement letton, document cartographique, 1920 (GE F CARTE-2191)

 D. Autres bibliothèques

E. Articles en ligne

    • Sur Cairn
      • Vincent Dautancourt, « Les minorités russes en Estonie : unité et diversification », in Hérodote, 2008/1 (n° 128), p. 73 à 85 (permalien). Sur les minorités russes et russophones en Estonie depuis 1991.
      • « L’espace baltique, Isthme russo-européen ? », Le Courrier des pays de l’Est, 2005/2 (n° 1048) (permalien)

F. Entretiens, expositions

G. Arts graphiques

H. Documentaires

    • Épisodes de l’émission d’Arte, Le dessous des cartes:
      • « Kaliningrad : une enclave russe en Europe » (janvier 2020)
      • « Mer Baltique, la Méditerranée du Nord » (novembre 2013)

I. Musique

L’image mise en avant provient de ce dossier sur la Lettonie

Citer ce billet : Yann Kergunteuil, "Les pays baltes dans l’entre-deux-guerres : reconnaissance et indépendance au miroir de l’histoire," in L'Histoire à la BnF, 02/01/2021, https://histoirebnf.hypotheses.org/10701, [consulté le 31/07/2021].
  1. Sur l’origine du terme mer ou pays « baltique », un lien possible avec le vieil allemand belt (« ceinture »), dérivé de balteus en latin, renverrait à la comparaison effectuée par Adam de Brême (XIe s.) comparant cette mer à une ceinture traversant les terres : « Balticus, eo quod in modum baltei longo tractu per Scithicas regiones tendatur usque in Greciam » (Adami Gesta Hammaburgensis, p. 161 – ligne 8). []
  2. L’expression « Guerres du nord » renvoient à plusieurs conflits ayant eu lieu entre 1554 et 1721. []
  3. Max Weber, L’éthique protestante et l’esprit du capitalisme, 1904-1905 (numérisé sur le site : Les classiques des sciences sociales). []
  4. Julien Gueslin, « Kaléidoscope balte : aux origines de trois cultures nationales », in Âmes sauvages. Le symbolisme dans les pays baltes, Paris, Musée d’Orsay, 2018, p. 33. []
  5. Pour davantage d’éléments, voir : Juhan Kahk, « “Peasants” Movements and National Movements in the History of Europe », in Aleksander Loit (dir.), National Movements in the Baltic Countries during the 19th Century, Stockholm, Almqvist och Wiksell, 1985, p. 15 sq.. Merci à Pascal Bonnard pour cette référence. []
  6. Pastel. Également disponible  sur Europeana. Pour davantage d’éléments sur la peinture balte : http://www.graphiste-webdesigner.fr/blog/2017/01/la-peinture-balte-du-xxe-siecle-a-nos-jours/ (consulté le 24/12/2020). []
  7. Voir également sur Gallica : La Revue diplomatique : politique, littérature, finances, commerce international, déc. 1926, p. 8. []
  8. Les pays baltes, des siècles d’histoire. Entretien avec Julien Gueslin, animé par Marielle Vitureau. Musée d’Orsay (26 mai 2018). []
  9. Julien Gueslin, « Kaléidoscope balte : aux origines de trois cultures nationales », in Âmes sauvages. Le symbolisme dans les pays baltes, Paris, Musée d’Orsay, 2018, p. 38 . []
  10. Pour le cas français, voir Julien Gueslin, « Un premier pas vers l’Europe ? L’opinion française et la question de l’« européanisation » des États baltiques dans les années 1920 », in Relations internationales, 2006/2 (n° 126), pages 51 à 65 (disponible en ligne sur Cairn). []
  11. Voir la conférence de Roman Krakovsky : Le populisme en Europe centrale et orientale, une réponse à la crise de modernisation ? []
  12. Voir les collections ethniques du Musée national de Lituanie. []
  13. Voir l’exposition Âmes sauvages. Le symbolisme dans les pays baltes (Musée d’Orsay 10 avril – 15 juillet 2018). Catalogue de l’exposition, et vidéo de présentation en ligne. Voir également les collections d’art letton du Musée national de Lettonie. []
  14. De nombreux enregistrements de chants traditionnels de chacun des pays baltes sont disponibles via les Archives de la parole de Gallica (rechercher par exemple « chant Lettonie » dans la bibliothèque numérique ou dans le catalogue général ; dans ce dernier, spécifier au besoin « Enregistrements sonores » dans la colonne à gauche de l’écran, dans la catégorie « Nature de document »). []
  15. Contes et fabliaux de la vieille Lithuanie, par Oskar V. de L.-Milosz, Paris, 1930. Disponible sur Gallica. []
  16. Kuus eesti luuletajat [Six Estonian poets], Tänapäev, 2002, 179 p. (891.95 A k – texte anglais en regard). []
  17. Gallica vous invite à écouter le conte populaire estonien Tulas. []
  18. Sur le rôle de la langue et des lettres dans la construction d’une identité tel que pouvant être perçu à l’orée de l’entre-deux-guerres, le courrier des lecteurs de La Guerre mondiale : bulletin quotidien illustré donne la parole à « une voix de Courlande » le 10 août 1915. []
  19. Suzanne Pourchier-Plasseraud, Les arts de la nation : construction nationale & arts visuels en Lettonie, 1905-1934, Presses universitaires de Rennes, 2013, 377 p. []
  20. Source : https://www.miksike.ee/docs/lisakogud/tolerants/vahemused/vahemused_tekst.htm. Consultée le 23/12/2020. []
  21. Source : http://www.roots-saknes.lv/Ethnicities/ethnicities_statistics.htm. Consultée le 23/12/2020. []
  22. Carte de la Lettonie en 1930. Sur la considération des pays baltes comme simple pourvoyeurs de ressources : Goulag : une histoire soviétique, par N. Werth (…), Seuil, 2019 (disponible à la BnF) ; et la série documentaire liée (Kuiv Productions, ARTE France). []
  23. Peter Duffy, Les frères Bielski : la véritable histoire de trois frères qui défièrent les nazis, sauvèrent mille deux cents Juifs et bâtirent un village dans la forêt, Paris, France Loisirs, 2005. []

Yann Kergunteuil

chargé de collections Histoire de l'Europe centrale, Europe du Nord, Asie, au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.