Vaincre les épidémies entre 1900 et 1929 : isolement, masques, sérums ou vaccins – Partie III. Le fiasco du masque (et de la voilette !)

Dans le précédent billet, nous avons vu que lors de la pandémie de grippe de 1918-1919 les médecins ont proposé le port d’un masque ou d’une voilette aseptique pour se prémunir de la contagion. Présentée avec maladresse, cette préconisation est d’autant moins acceptée que masques et voilettes renvoient à un imaginaire complexe et genré, comme nous allons le découvrir dans ce billet.

Les conseils du docteur“, Le Régiment, 26 mars 1919. Gallica (BnF).

À la fin de l’année 1918, à l’Académie de médecine comme à l’Institut Pasteur, les médecins sont persuadés, grâce à diverses observations et expérimentations, que le port du masque évite la plupart des contagions (voir ce billet). Sans doute désireux de faire connaître cette information au plus grand nombre, alors que la seconde vague de grippe frappe des millions de personnes, ils répondent à quelques interviews. Mais leur suggestion, à savoir le port du masque ou d’une voilette, est transformée par la presse humoristique (voir ce billet). Si le masque avait peu de chances, en raison des représentations qui lui étaient attachées (voir billet précédent), de rencontrer une franche adhésion, l’idée de la voilette lui porte un coup fatal.

Trouver la photographie de presse d’un Français portant le masque anti-grippe dans la rue reste très exceptionnel en 1918-1919. Les rares clichés de populations arborant des masques anti-grippaux proviennent alors des États-Unis ou de l’Angleterre, et sont publiés à titre quasi anecdotique, voire exotique, ne venant pas à l’appui d’articles. Il existe en revanche quelques dessins d’humour, dont la relative rareté s’explique par une diminution des publications de la presse satirique en cette période de guerre ou immédiat après-guerre, par le fait que les thématiques attractives ne manquent pas (sort des vaincus; difficultés d’approvisionnement ; etc.), et peut-être par la crainte d’une censure encore active au début de l’année 1919. Quatre types de protections du visage y sont visibles : le masque de tissu recouvrant le bas de la figure voire le visage en son entier hormis les yeux, le masque à gaz, la voilette et le masque de Carnaval. S’il s’agit d’amuser ou du moins d’interpeller les lecteurs, ces dessins répondent néanmoins aux fantasmes qui traversent la presse au rythme des préconisations médicales et de la façon dont la presse les répercute.

=> pour mieux les voir, cliquez sur les images ci-dessous

 

Le traumatisme du masque à gaz

Les gaz : [alerte aux gaz] : [estampe] / Jean Veber. 1918. Gallica (BnF).

En février 1919, le journal La Liberté proteste contre un major anglais qui proposerait un masque anti-grippal analogue au masque à gaz : “nous doutons fort que nos compagnes s’accommodent jamais de masquer d’une hure leurs agréables physionomies1”. Les médecins français n’ont semble-t-il pas prôné l’usage du masque à gaz contre la grippe. Toutefois, les différents modèles préconisés, protégeant nez, bouche et yeux ont pu évoquer aux Français un masque à gaz ou une cagoule, surtout dans le contexte de la fin de la Première Guerre mondiale.

Le masque à gaz a eu une importance considérable dès 1915 pour les soldats comme pour les populations civiles de zones proches des combats. Grâce à son “histoire illustrée des usages du masque2”, le Sans tabac ! du 8 septembre 1916 nous fournit des éléments intéressants sur la perception que peuvent avoir les soldats français de la fabrication des masques protecteurs contre les gaz, depuis les tissus qu’ils imprégnent eux-mêmes de liquides divers en 1915 aux multiples modèles bientôt proposés par l’armée3.

=> pour mieux les voir, cliquez sur les images ci-dessous

Les différentes nations ont travaillé d’arrache-pied pour améliorer le système d’alerte face aux gaz et confectionner des masques solides et étanches. Les gaz entraînent de nombreux décès, sans compter les hommes qui meurent à petit feu des lésions pulmonaires occasionnées4. Les masques font donc partie du paquetage obligatoire du poilu et sauvent des milliers de vies lorsqu’ils sont bien mis et employés à temps5. Les différentes armées tiennent à montrer qu’elles résistent parfaitement aux gaz adverses et que les masques n’entravent pas leurs actions. Tout en censurant les informations sur la composition exacte des masques afin que les ennemis ne s’en inspirent pas, les services des armées multiplient dès que possible les photographies montrant les soldats évoluant dans différentes situations, toujours prêts grâce à l’inspection des masques et à des systèmes d’alerte perfectionnés à se protéger. Les Français assimilent rapidement les masques à gaz allemands à des groins, trouvant ainsi matière à caricaturer leurs ennemis (les “Boches”) sous forme de porcs (de cochons…).

G. Pavis, “Bochonneries“, Le Journal, 16 juin 1915. Gallica (BnF).

 

Les journaux qui sont en mesure de publier des photographies, comme Le Miroir ou Excelsior, relaient abondamment ces clichés, des premiers masques en tissu italiens présentés de manière condescendante en 1915 aux véritables éléments d’armure des fabricants de gaz asphyxiants en 1918 … Il faut en lire les légendes, éléments importants de la propagande. Ainsi celle du 28 mai 1915, à la une d’Excelsior, est particulièrement parlante. Après avoir titré “il y a masque et masque”, le journal précise que les Français sont obligés par la “traîtrise des Allemands” à une “mascarade”, et que les Allemands garderont le masque “de la duplicité et du mensonge”. Nous sommes bien au cœur des usages polysémiques et carnavalesques du masque (voir billet précédent) … puisque une autre légende, typique du bourrage de crâne de la Première Guerre mondiale, nous indique que les “soldats se rient des gaz” (voir ci-dessous) !

=> pour mieux les voir, cliquez sur les images ci-dessous

Dans les zones de combats, les populations françaises doivent bientôt se protéger elles aussi des gaz ennemis. De nouvelles photographies sont donc publiées. Elles sont autant destinées à informer les villages concernés de la nécessité de mettre les masques qu’à faire entendre aux puissances ennemies que la population française ne craint rien, grâce à une entraide entre civils et soldats. Elles sont donc savamment mises en scène et étayées par des légendes lors de leur publication dans la presse.

=> pour mieux les voir, cliquez sur les images ci-dessous

De nombreuses photographies d’animaux masqués accompagnant les soldats sur le front sont également mises en avant (sur les animaux dans la Grande Guerre, voir la série publiée par ce carnet). Il s’agit à la fois de démontrer que les animaux servent l’homme mais sont protégés, et de prouver à l’ennemi que les gaz n’ont aucun effet sur la défense des lignes de combats à laquelle les bêtes participent activement6. Il semblerait aussi que certains civils aient protégé leurs chiens par crainte des obus asphyxiants, comme le suggère un récit du Journal des débats en 19157 ou bien encore un entrefilet d’Excelsior sur les “toutous embusqués8.” Selon Le Siècle, les familles londoniennes équipent leurs animaux domestiques de masques à gaz, et les riches excentriques se procureraient des masques ornés de “pierres et métaux rares” adaptés à la physiologie de leurs chiens9.

=> pour mieux les voir, cliquez sur les images ci-dessous

Friands de nouveautés à railler, les humoristes s’emparent volontiers du thème du masque à gaz. Plusieurs dessins  établissent un parallèle avec les masques de Carnaval, la mascarade et autres bals masqués, en déclinant différents jeux de mots (voir le billet précédent). Un journaliste de La France qui raconte avoir vu un poilu français se livrer à une parade charivarique avec un masque à gaz allemand, lors du Mardi-Gras, dresse un parallèle intéressant avec “le masque sanitaire” que toutes et tous devraient porter selon lui : “haut les masques10!”.

=> pour mieux les voir, cliquez sur les images ci-dessous

 

Bientôt, le masque est ramené par le poilu du front à la maison, lors des permissions ou après l’armistice. La presse humoristique s’empare de cette nouveauté : selon les dessinateurs, les femmes font du masque un objet utile à la vie domestique, alors que pour les hommes le traumatisme des gaz n’est jamais loin. Plusieurs dessins (voir les exemples ci-dessous) proposent des réactions fortes aux bruits évocateurs d’alertes au gaz dans les tranchées, aux odeurs, ou à la simple évocation du mot “gaz”. Le masque à gaz y est genré : les femmes semblent souvent ignorer, voire minorer, le traumatisme vécu par leurs conjoints lors des combats. Les journaux français republient d’ailleurs des dessins étrangers allant dans le même sens, dont celui d’une Allemande qui trouve “gentil” son fiancé affublé d’un masque à gaz…

=> pour mieux les voir, cliquez sur les images ci-dessous

On notera aussi les terribles ravages occasionnés par la guerre sur les visages des combattants11. “Mutilés de la face”, “gueules cassées” sont autant de faces devenues des masques effrayants et/ou dissimulées par des masques, loin du “loup de dentelle” d’un aviateur mis en scène par La Baïonnette en 191612.

La préconisation du masque contre la grippe est répercutée par les journaux en octobre 1918, moins d’un mois avant l’armistice, à un moment où les gaz asphyxiants constituent toujours une menace. Il n’est donc pas surprenant qu’un dessinateur affuble des civils se rendant au cinéma (endroit qui figure parmi les lieux de contagion selon les mesures officielles – voir ce billet) de masques à gaz, au grand étonnement d’un poilu (voir le dessin ci-dessous). Dans un autre dessin, datant de 1929, les masques contre la grippe sont des masques à gaz pour les humains comme pour un chien13.

=> pour mieux les voir, cliquez sur les images ci-dessous

La voilette : hygiénique ou anti-hygiénique ?

 

François Coppée, [Extrait de] Intimités, Paris, A. Lemerre, 1868. Page 4. Gallica (BnF).

 

En proposant le port de la voilette contre la grippe, pour les femmes comme pour les hommes (voir ce billet), les médecins ont fait preuve de sens pratique à une période où les soucis d’approvisionnement peuvent rendre la confection de masques en gaze difficile. Ils ont voulu aussi, semble-t-il, gagner les plus coquettes au port d’une voilette aseptique et créer un effet de mode. Ce calcul ne tient pas compte des tiraillements de la société à la fin de la guerre : les femmes, du fait du départ au front de nombreux hommes, ont gagné en indépendance. Le retour à la voilette, même aseptique, n’est pas gage pour elles d’autonomie, non plus que de liberté sexuelle affirmée. La littérature du XIXe siècle abonde en récits masculins où la voilette est un élément d’érotisme pimenté de mensonges : premiers baisers échangés à travers une voilette ; femmes adultères rejoignant leurs amants à l’abri de leurs voilettes ; femmes laides ou défigurées cachant leurs traits pour plaire, etc. En comptant sur la coquetterie féminine pour adopter la voilette aseptique, les médecins usent d’un argument contreproductif dans une société où de plus en plus de femmes demandent à ne plus être cantonnées au sexe dit faible. La suggestion du port de la voilette pour les hommes est également illusoire : la voilette est trop genrée, dans une société qui n’admet pas encore que les femmes portent le pantalon…

 

Albert Guillaume, “Une mode pratique“, Le Rire, 26 octobre 1907. Gallica (BnF).

 De surcroît, ces médecins semblent oublier que la voilette a été la cible de leurs confrères depuis une vingtaine d’années. En 1899, un médecin allemand l’a accusée d’être à l’origine de plaques rouges sur le nez et les joues si elle n’est pas portée au-dessus du nez14. Puis c’est le baiser avec ou sans voilette qui est devenu polémique, déchaînant les passions. Les scientifiques alertent en effet sur les dangers microbiens des embrassades, et sont parfois accusés de vouloir priver les gens de leurs libertés. Dans Le Radical, un médecin qui s’élève en 1900 contre l’interdiction de cracher dans la rue, imagine le monde futur … avec des masques :

Donc, défense absolue de tousser, d’éternuer, de parler haut et de discuter. Que l’on ferme les théâtres, les salles de conférences, voire les derniers salons où l’on cause.

Désormais on ne pourra plus sortir que la bouche blindée d’un masque antiseptique. La coutume en est adoptée déjà par un certain nombre de personnes que l’on voit se promener dans les rues, la figure gracieusement coupée en deux par ces obturateurs hygiéniques.

C’est la fin du baiser, proscrit d’ailleurs dans quelques villes, pour cause de salubrité, au pays distingué de la boxe et des « shake-hands15”.

En 1913, les hygiénistes anglais s’opposent à nouveau à la voilette qui provoquerait des fatigues oculaires et serait d’autant plus nocive qu’elle ne serait pas nettoyée tous les jours. Il n’est pas un journal qui n’évoque l’affaire du “filet à microbes”. Francis de Miomandre, de La Vie parisienne, attribue même à cette nouvelle offensive hygiéniste un retour en force de la voilette16 ! Le Gil Blas titre par exemple sur “La voilette proscrite», avec un intéressant article d’Émile Faguet qui fait de la voilette un indicateur du consentement féminin aux relations sexuelles …

Érotisée, sexuée, présentée tantôt comme un instrument d’autonomie tantôt comme un moyen d’asservissement des femmes, la voilette ne laisse aucun journaliste indifférent17. Elle constitue un accessoire coûteux, réservé aux femmes de la bourgeoisie et de l’aristocratie, au point que, certes par dérision, une commune de La Creuse suggère en 1902 un impôt sur la voilette. Sa préconisation, en 1918-1919, paraît donc d’une grande maladresse, même s’il se trouve en 1919 des journalistes pour déclarer que le masque n’a pas remporté d’adhésion car il met “la coquetterie des Parisiennes à une trop rude épreuve18” et suggérer des voilettes fabriquées par les modistes.

Si quelques femmes ont utilisé leur voilette de manière aseptique en 1918-1919, cela est passé quasi inaperçu. La Vie parisienne s’amuse d’ailleurs en mars 1919 à publier une “Invocation à la voilette” (voir ci-dessous). Interrogées sur les usages de la voilette, des femmes auraient proposé les explications (coquetterie, infidélité…) que nous avons vues plus haut. Seule la dernière aurait répondu : “Je mets une voilette parce que ça arrête les microbes, sans blague19”.

=> cliquez sur les flèches ci-dessous pour voir texte et images dans Gallica

 
La Vie parisienne, journal léger, est d’ailleurs une des rares feuilles à s’intéresser régulièrement à la question de la voilette contre la grippe qui lui permet des allusions grivoises et/ou machistes …
 
=> cliquez sur les images et textes ci-dessous pour mieux les voir

 

Quant à la voilette pour les hommes, je ne l’ai pas trouvée ailleurs que dans un dessin du Pêle-Mêle (voir ci-dessous) qui bénéficie d’une légende détaillée afin que les lecteurs en comprennent la portée. Ce dessin permet d’identifier la signification d’une image du même auteur quelques semaines plus tôt, dans laquelle un fromage s’étonne qu’une femme porte la voilette parfois dénommée “cage à mouches” (voir ci-dessous). Les dates de ces dessins correspondent en effet aux deux appels du Docteur Marchoux en faveur de la voilette hygiénique (octobre 1918 et janvier 1919) : dans le second, S. d’Alba représente la voilette aseptique telle qu’elle doit être portée selon les préconisations prophylactiques, c’est-à-dire serrée au bas du cou.
 
=> pour mieux les voir, cliquez sur les images ci-dessous

Le destin du masque de tarlatane en 1918-1919

 

Les journaux reprennent les conclusions des médecins et/ou les décisions des conseils d’hygiène départementaux. Le masque de tarlatane (synonyme de gaze, laquelle souffre de sa quasi homophonie avec le gaz…) est préconisé pour les malades et ceux qui les approchent, ainsi que dans les lieux où la population est nombreuse.

Extrait de “La grippe – Notice présentée par le docteur L. Raynaud à la séance du Conseil d’hygiène du département d’Alger du 27 novembre 1918 et approuvée par cette Assemblée”, Les Nouvelles, 5 décembre 1918. Gallica (BnF).

 

Par qui et où le masque est-il porté, même si cela n’a pas été immortalisé par des clichés ? Les articles de presse laissent entendre que la voilette a davantage été utilisée par les femmes qui en possédaient déjà, alors que le masque n’a guère été porté par peur du ridicule :

Il y a des gens impressionnables qui se promènent avec des tampons dans les oreilles et le nez : ces tampons d’ouate enferment une graisse légère combinée avec un peu de chlorure de méthyle. D’autres personnes portent la voilette, très épaisse sur la bouche. Chacun se gare comme il peut en disant : la grippe court, ne nous trouvons pas sur son chemin. La méfiance règne : dans les voitures publiques, on échange des regards tant soit peu hostiles ; on ne se tourne pas les uns vers les autres ; on a des gestes d’isolement, on garde le mouchoir sur le visage ; si l’on ne porte pas le masque, c’est qu’on ne l’ose point20.

Il n’est pas rare de voir le même journal répercuter les conseils médicaux et publier un article tournant le masque en dérision. L’efficacité du masque est rarement mise en question, mais son port est discuté, pour diverses raisons : symbole de peur dans une période où le courage face aux soldats ennemis et aux difficultés diverses est survalorisé ; manque d’esthétique ; évocation d’instruments d’oppression ou de torture comme le bâillon ou la cagoule. Quant à la voilette, elle est à plusieurs reprises associée à l’orientalisme et/ou à l’exotisme, sous forme de clichés négatifs :

Il faut citer également M. Oudart en dieu Pan, Andrée Divonne en Éros et une danseuse exotique, Djamil Anick, qui dansa, pour le plaisir de tous, vêtue d’une petite voilette pour se protéger sans doute de la grippe21.”

S’ils ne sont pas suffisamment nombreux pour en tirer des conclusions, on notera que les deux exemples de port du masque développés dans la presse concernent des femmes. Ces cas sont narrés avec stupéfaction, voire avec hostilité, et sont très connotés. Dans le premier, Albert Chiché raconte avoir rencontré une “femme muselée”, une Anglaise qui promenait son chien (non muselé) en découvrant Arcachon. Le journaliste convainc la jeune femme d’enlever son masque tant l’air marin est pur, la complimente sur sa jolie bouche … et souligne qu’elle semble avoir plus peur de la grippe pour elle-même que de la rage pour autrui 22 ! Sur la même page, un article intitulé “Masques et voilettes” commence par indiquer que le “remède est pire que le mal”, car “Excelsior nous a montré des dames anglaises, munies d’une petite muselière porcine du plus fâcheux effet […]  les Parisiennes préféreront toujours la mort à cette disgrâce”. Puis il suggère de stimuler la coquetterie féminine en demandant aux modistes de fabriquer des voilettes, et use et abuse des clichés orientalisants23… Dans un autre genre, L’Heure et Oui dépeignent une dame d’un certain âge porteuse d’un masque …

Hier, dans une église de Paris, une foule considérable se pressait. Assurément, ce que, dans le langage officiel, on appelle une agglomération. Or, il faut, nous disent, à défaut des lois, les prophètes, éviter avec soin les agglomérations… Comment faire pour honorer désormais le Seigneur, Dieu des Armées ?

Une dame entra. Elle avait un certain âge et, sur la figure, le petit masque de gaze recommandé par toutes les autorités qui sont compétentes en ces matières, ou qui font semblant. On la regardait avec une certaine stupeur. Elle ne semblait pas y faire attention. Car on peut prier tous les jours le Seigneur de vous accorder une sainte mort, et n’avoir aucune envie de mourir ! Néanmoins, il faut un certain courage pour se promener ainsi en public, remarque Oui, et le plus vaste détachement des choses de ce monde pour affronter ainsi, dans un temple, les Parisiens – et les Pharisiens24.

Une semaine plus tard, un journaliste de L’Oeuvre reprend cet épisode et le développe en réfléchissant à l’idée d’un masque généralisé :


Imaginez ceci : le mensonge des visages humains recouvert par des masques immobiles ; plus de sourires aimables et perfides ; plus de mines faussement apitoyées à quoi se laisse prendre la naïveté des cœurs en désarroi ; plus de mines faussement bienveillantes à quoi se laisse prendre la candeur des âmes abandonnées […] Portons le masque, qui rétablira la véritable égalité parmi les citoyens inégaux en âge et en beauté, qui réparera le désavantage dont souffrent aujourd’hui les hommes timides, les femmes laides, les vieillards, et tous ceux et toutes celles qui sont inhabiles dans l’art de feindre25.

Le troisième exemple (voir ce précédent billet) narré par les journaux concerne un enfant. Là encore, le cas est rapporté à l’aune d’un jugement socio-politique puisqu’il s’agit d’un petit garçon des beaux quartiers.  L’entrefilet de L’Avenir (“le gosse à la cagoule“) est repris par L’Humanité (“l’héritier“).

En octobre 1918 comme en mars 1919, certains journaux tentent de convaincre la population de la nécessité de porter le masque. L’Évènement reprend par exemple les arguments pro et anti-masques pour terminer sur un appel à la raison :

Oh ! Pas un masque de fer ! Ni même le masque contre les gaz de nos soldats, cagoule aussi esthétique qu’inconfortable. Je ne vois pas les spectateurs d’une répétition générale ou les voyageurs du Métro affublés de groins de porc. Mais les jolies odalisques des arts orientaux, pour sortir dans la rue, se voilent jusqu’aux yeux dans une mousseline blanche. Que dis-je ? Nos Parisiennes n’ont-elles pas déjà leur voilette de dentelles ? Il ne serait même pas nécessaire d’en étendre l’usage aux deux sexes, le sexe laid et barbu se contentant d’une mentonnière, comme en portaient les Incroyables du temps du Directoire.

Ainsi l’air expiré serait tamisé au bord des lèvres et des narines par une gaze légère, dans laquelle les progrès de la chimie auraient secrètement incrusté une poudre microbicide.

Ça n’empêcherait pas les amoureux de s’embrasser, à leurs risques et périls, dans le doux mystère du tête à tête. Mais cela empêcherait des bavards incongrus de venir nous parler bouche contre bouche. Le candidat aux élections retirerait son bâillon pour pérorer sur l’estrade. Il le remettrait pour demander à chaque électeur en particulier sa voix, mais une voix aseptisée.

Vous souriez ? Vous trouvez cette proposition fantaisiste, vous promettant bien de n’en rien faire, et de traiter le danger de la grippe par le mépris ? Oui, comme continuent à cracher par terre ceux qui méprisent la tuberculose… Et la tuberculose et la grippe nous enlèvent plus de Français en un an que la guerre ne le fait en quatre26.

L’Heure du 26 février 1919 insiste (“Portons le masque – c’est le moyen d’éviter la grippe”) et se gausse de ce “public, en vérité, bien léger, et qui, par crainte d’être ridicule, préfère se laisser assassiner par les pneumocoques et tous les agents microbiens qu’expulsent les sujets malades qui toussent, éternuent à l’envi dans les tramways, les autobus et les métros27”…

Le masque paraît donc avoir été peu usité en France dans la rue ou les lieux publics si l’on en juge par l’absence de photographies de personnes portant le masque anti-grippal, et à l’inverse les innombrables photographies ou dessins de presse mettant en scène des fêtes de liesse en novembre 1918 ou des files d’attente liées aux restrictions, dans lesquelles les gens ont le visage non protégé (voir ci-dessous). De la même manière, plusieurs dessins humoristiques suggèrent bien que la peur de la contagion est forte, mais pour autant les gens ne portent pas de masques dans ces représentations, même les médecins en visite chez des grippés (voir ci-dessous et les images de ce précédent billet)… Il semblerait d’ailleurs que certains ont publiquement pris position contre le port du masque comme le docteur Georges Hayem, président sortant de l’Académie de médecine, qui déclare selon le journal La Croix que si l’efficacité du masque est avérée, il en déconseille pour autant l’usage au corps médical pour ne pas effrayer les malades qui se croiraient pestiférés et parce que le dédain des risques est un “des titres de noblesse” de la profession28! Un médecin anonyme déplore quant à lui qu’on en arrive à préconiser le port de la “cagoule”, et voit “une ironie macabre dans les conquêtes de la civilisation29”.

=> pour mieux les voir, cliquez sur les images ci-dessous

Conscients de la communication maladroite que constitue l’idée du masque ou de la voilette pour tous telle que l’ont préconisée Vincent et Marchoux (voir ce précédent billet), certains médecins tentent de la formuler différemment auprès du grand public. Le docteur François Helme (qui travaille avec Vincent au Val-de-Grâce) essaie dans Le Temps de donner un rôle moteur à “nos compagnes” et loue leur “ingéniosité” qui devrait leur permettre de fabriquer des masques alliant coquetterie et hygiène30. Le docteur Toulouse emploie une pédagogie intéressante. Célèbre pour avoir entre autres “disséqué” la personnalité de Zola dans une Enquête, vingt-cinq ans plus tôt, le psychiatre n’hésite pas à mettre sa réputation de spécialiste du naturalisme et de la scatologie31 au service du masque et de la voilette :

Pourquoi les femmes ne porteraient-elles pas au dehors et notamment dans les agglomérations, dans les tramways et le métro, une voilette double à trame excessivement serrée ? Il est certain que cela offrirait une protection suffisante dans la plupart des cas.

On pourrait très facilement étendre ce moyen de préservation à tous les enfants, et je ne vois d’ailleurs pas pourquoi — si cela redevenait nécessaire — les hommes n’en feraient pas autant. La guerre nous a habitués à tant de précautions insolites, il ne serait pas plus ridicule de porter, dans certains cas, une voilette contre la grippe qu’un masque contre les gaz asphyxiants ou bien de descendre la nuit à la cave pour éviter les projectiles aériens.

Mais il y aurait quelque chose de plus simple encore pour protéger efficacement tout le monde. J’ai dit que les gaz expirés étaient chargés de germes, mais pratiquement à la condition que l’individu tousse ; car, sans cela, il y a peu de chances que le germes soient projetés hors des voies respiratoires. Si donc chacun — quand il est enrhumé — s’habituait à tousser ou éternuer dans son mouchoir, porté constamment à la main, il ne pourrait, au début d’une grippe, contaminer ses voisins.

La protection est donc très aisée et seulement affaire de bonne volonté. Si chacun voulait sincèrement s’y prêter, le mal renaissant serait vite circonscrit ; et, dans cette modification de nos habitudes, l’hygiène publique trouverait en tout temps largement son compte.

C’est pourquoi je m’adresse à tous. Je voudrais aussi apprendre aux gens qu’il est aussi indécent et dangereux de tousser à l’ air libre que de satisfaire ses besoins en public. Si la grippe nous apprenait à être propres, nous aurions tiré un grand bien d’un grand mal32.

La photographie, que tous les journaux sont loin de pouvoir alors utiliser, joue un rôle important. Elle permet de montrer qu’ailleurs les populations civiles portent le masque. Titres et légendes sont également importants, soit qu’ils affichent une distanciation moqueuse soit qu’ils fassent montre de pédagogie. Ainsi Excelsior rapporte les préconisations prophylactiques du docteur Vincent le 25 octobre 191833. Puis le journal offre en janvier une première photographie – mais en page 5 – dont le titre joue classiquement sur l’idée d’épidémie (voir ce billet) et la légende sur la crainte de la maladie (comprendre : les Américains sont moins courageux que les Français face à la grippe).

Excelsior, 7 janvier 1919. Gallica (BnF).

En février, Excelsior s’intéresse aux Londoniens et change de ton (voir ici). Certes, il est question encore de “mode”, d’«étrange mascarade” mais le titre général (“Les Londoniens portent un masque pour se préserver de la grippe espagnole”) est factuel, les trois photographies et leurs titres pédagogiques : le ridicule est vite oublié (“la mode nouvelle n’étonne même plus”) et le masque n’est pas inconfortable (“le masque n’empêche pas de parler”). La possibilité d’obliger la population à porter un masque anti-grippe est en effet rarement abordée, et toujours sous l’angle étranger. Quelques journaux reprennent au début du mois de février 1919 une dépêche indiquant que “le gouvernement de la Nouvelle-Galles du Sud a rendu obligatoire le port du masque : sept cent mille masques devront être fabriqués avant lundi”, et précisant que les contrevenants seront arrêtés, mais ils ne commentent pas cette information34. Fin février, L’Intransigeant, L’Indépendant des Basses-Pyrénées, Le Progrès de la Somme, etc., donnent un même entrefilet qui évoque la “mesure radicale” prise par le gouvernement australien, le “grand nombre de condamnations pour infraction à l’arrêté” et indique : “En Angleterre, on n’en est pas encore là, mais les journaux mènent une ardente campagne en faveur du port du masque35”. Sans doute une telle obligation a-t-elle semblé inconcevable aux autorités françaises qui n’adoptent pas de décret en ce sens, dans le contexte de la fin de la guerre. Le Matin du 28 février 1919 publie une photographie de joueurs de base-ball californiens masqués non sans titrer “Un pays où la loi s’occupe de l’hygiène”. Le Monde illustré, qui a déjà montré “les infirmières américaines confectionnant des masques contre la grippe», publie aussi la photographie des sportifs californiens en indiquant que de “grandes précautions sont prises” et que le masque de mousseline “est d’un usage courant”. La presse est donc en train d’amorcer un virage en faveur du port du masque, mais la grippe commence à décroître alors que le Carnaval survient !

Le Matin, 28 février 1919. Gallica (BnF).

 

 

Le triste Carnaval de 1919 et ses quelques masques anti-grippe …

Durant la guerre, les réjouissances du Carnaval ont été interdites. Elles le sont encore en 1919, à Paris au moins, y compris serpentins et confettis pour raison d’hygiène … La Presse déplore :

Et si l’on aperçoit quelques masques dans les rues, ce ne sera que sur les visages de personnes sévères et inquiètes qui, à l’imitation des Californiens, auront recouru à ce moyen pour se soustraire aux atteintes du microbe de la néfaste grippe. Et, ce ne sera pas gai36.

La troisième vague de grippe, au moment-même du Carnaval (voir ce billet) active les parallèles entre les différents types de masques, et renforce l’idée que porter un masque anti-grippe peut relever de la mascarade. Le Petit Journal publie un dessin très significatif : nous tenons enfin un homme masqué … mais il est tellement borné qu’il refuse d’ôter son masque afin de laisser le barbier officier !

Luc Cyl, “Et l’on dit qu’il n’y aura pas de mascarade cette année !…“, Le Petit Journal, 28 février 1919. Gallica (BnF).

Jean Aubray s’indigne dans La Liberté contre ces masques “qui ne sont pas drôles”, “la grimace salutaire et raisonnable37”. Le caricaturiste Albert Guillaume s’élève quant à lui, dans un dessin compliqué dont la lecture se fait à plusieurs niveaux (voir ce billet), contre ce “carnaval prophylactique” de 1919 où les autorités interdisent confettis et serpentins au lieu d’imposer les masques anti-grippe … Quant à l’Intransigeant, il propose … le port du masque à gaz !

 

Nos échos“, L’Intransigeant, 1er mars 1919. Gallica (BnF).

L’acmé est atteint avec un journaliste qui, accompagné d’un ami, se joue de l’interdiction des masques en portant … un masque contre la grippe en pleine période du Carnaval ! Ce sont les deux seuls civils français de sexe masculin portant un masque anti-grippe et de surcroît photographiés que l’on trouve dans la presse, à ma connaissance. Très préparée, leur promenade dans Paris est largement commentée par les passants en tant que jeu carnavalesque, comme les y invitent les inscriptions semi-fantaisistes des masques (“le boche est vaincu alors que la grippe ne l’est pas” / “masquez-vous les uns les autres – l’essayez (sic) c’est l’adopter”). Néanmoins, ce type de manifestation, qui permet d’inscrire le masque anti-grippe dans l’espace public, a une fonction pédagogique (voir ce billet). Elle permet déjà de raconter (donc d’énoncer) puisqu’elle donne lieu à un long récit dans L’Oeuvre du  28 février 1919 où curieusement le journaliste se présente seul, masqué dans les règles puisque le masque lui aurait été fourni par le docteur Vincent, et porteur de deux pancartes avec les inscriptions déjà citées. L’ article de L’Oeuvre indique que le masque anti-grippal est matière à plaisanterie, mais laisse entendre que les auteurs des réflexions sur le port du masque manquent d’ouverture d’esprit. Puis Le Rire raconte les faits de manière encore plus humoristique, ce qui lui permet de se montrer plus offensif : se moquant de “la peur d’avoir peur”, il conseille à ceux qui peuvent servir de modèles de porter le masque, de Clemenceau aux maîtresses de maison, en passant par les acteurs de théâtre38… Une photographie des deux masqués est également donnée dans L’Éclair avec une mise en page qui en dit long sur l’ambiguïté qui entoure le port du masque : le titre est pédagogique (“la protection contre la grippe”) mais la légende rappelle que le masque anti-grippal a été arboré un “dimanche gras!”.

=> pour mieux voir le document dans Retronews, cliquez sur l’image ci-dessous

 

Le masque (et la voilette !) contre la grippe de 1929 : toute une pédagogie à reprendre

 

Le Matin, 21 février 1929. Gallica (BnF).

En 1929, la France connaît à nouveau une épidémie de grippe sévère. Le port du masque est alors loin de constituer une évidence, ce qui confirme qu’il n’avait guère été utilisé en dehors des hôpitaux dix ans plus tôt. On retrouve les mêmes plaisanteries et la même méfiance qu’en 1919 vis-à-vis de ce moyen prophylactique…

Radiguet, “Gare la grippe“, Le Journal amusant, 6 janvier 1929. Gallica (BnF).

Si le professeur Vincent est mort, le docteur Marchoux reprend la lutte pour le masque et la voilette, sans guère modifier sa communication.

La prophylaxie de la grippe par le port du masque“, Les Cahiers de la santé publique : hygiène, hygiène publique, hygiène et médecine sociale, 25 février 1929. Gallica (BnF).

 

Le docteur Marchoux n’est donc guère épargné. Dans la caricature ci-dessous, en tenue d’académicien, il oppose un dérisoire masque de Carnaval … à un grippé qui s’est déjà soi-disant soigné par du rhum (voir ce billet) et projette des gouttelettes respiratoires (dites de Flügge) car son masque est mal mis (et pour cause…).

C. Limecoq, “Le Professeur Marchoux combattant la grippe par des masques“, Le Mouvement sanitaire, 1929. Gallica (BnF).

Le Journal amusant décrète que “Marchoux est un bienfaiteur de l’humanité”, car le masque rend la vie “plus belle, plus gaie, plus pittoresque, plus riche d’imprévus39”. Dans Paris-Soir, Bernard Gervaise conteste les observations rapportées par le docteur Marchoux puis ironise. Les thématiques du Carnaval et des gaz sont toujours présentes :

Le port du masque présente de multiples avantages tant individuels que collectifs. Gracieux, il nous embellit, burlesque, il fait rire l’honorable société, repoussant ou terrible, il nous assure l’aisance des coudes dans le métro. Et quel pittoresque jovial il confère aux foules, aux assemblées ! Imaginez ce que sera une séance à la Chambre quand nos six cents députés et nos quatorze ministres auront chacun un masque !

Enfin, il faut tout prévoir, le masque antigrippe peut rendre d’autres services infiniment plus précieux. La prochaine guerre ne sera-t-elle pas la guerre des gaz ! À la première alerte, il nous suffira de remplacer l’huile goménolée par telle autre cochonnerie immunisante dont l’Académie de Médecine nous indiquera, j’espère, la composition en temps utile40!

Plusieurs publicistes brodent sur la proposition du docteur Marchoux de confier la confection des masques aux couturières afin de stimuler la coquetterie féminine. Dans Le Petit Journal, Jean Lecoq suggère le retour aux “tourets de nez”, ou loups de satin41.

Extrait de “Ah ! qu’il fait froid !” de Rosemonde Gérard,  Le Petit Journal, 24 février 1929. Gallica (BnF).

Le docteur Henry Thierry, inspecteur général des services techniques d’hygiène de Paris, entraîne le Conseil d’hygiène de la Seine à préconiser le port du masque protecteur ou de la voilette épaisse dans les transports et lieux publics fréquentés42. Il confie au Matin ne pas se faire d’illusions sur le port du masque par les hommes (établissant un parallèle avec le masque à gaz) mais espère que les femmes porteront la voilette, “sauvegarde contre le TOUSSEUR” dans le métro43.

Comme en 1918-1919, le masque fait parler mais n’est pas porté. Ainsi Jean-Bernard, dans Excelsior indique en février 1929 à propos de la Belgique et de la France :

Évidemment, il n’y a que la foi qui sauve. Officiellement, le ministre de l’Hygiène d’ici a donné des conseils et préconise, comme le docteur Marchoux, de l’Institut Pasteur, le port de la voilette. C’est peut-être très efficace, mais un fait demeure incontestable, c’est qu’à Paris personne ne suit ce conseil. Il en est de même à Bruxelles. Je n’ai pas vu une seule voilette, ni sur le visage des hommes ni sur celui des femmes44… 

 On voit donc à nouveau des photographies prises à l’étranger, avec ce même mélange de titres et légendes plus ou moins favorables au port du masque. Le journal La Liberté montre des travailleurs ukrainiens portant des “masques à grippe” (sic) semblables à des masques à gaz 45” … Ci-dessous le titre d’un cliché, pris en Angleterre, indique une mesure “contre la grippe” mais la légende évoque des “bâillons”…

Le Populaire, 3 février 1929. Gallica (BnF).

De la même manière, la question centrale et éminemment politique du Carnaval resurgit. Dans le journal de Clemenceau, L’Homme libre, Jacques Barty donne un article sur “le Carnaval … en prison“…

Jacques Barty, “Le Carnaval en prison“, L’Homme libre : journal quotidien du matin, 14 février 1929. Gallica (BnF).

L’échec du masque semble avoir été une fois encore lié en partie à la communication sur la voilette. Dans Les Nouvelles littéraires, artistiques et scientifiques, Germaine Beaumont ironise :

Une autre surprise de la saison, ce sera peut être de nous ramener la voilette. La voilette est décrétée de salut public. Elle est antigrippale. Elle arrête le microbe au passage. Elle te le prend, elle te l’étrangle, elle te l’étend raide mort sur le pavé. II fut prophétique le poète qui recommanda, à travers la voilette, le premier baiser46.

Un correspondant du Chicago Tribune and the Daily News, donne d’ailleurs un article le 18 février 1929 intitulé “How To Stop This Flu Epidemic ? Wear Masks, French Doctor Urges». Il y explique les propos du Dr Marchoux, raconte le peu d’enthousiasme des Français, et relate la fièvre caricaturiste devant la voilette. L’article est orné du dessin d’humour publié par L’Écho de Paris le 17 février 1929. Or ce dessin synthétise parfaitement dix années de doutes et de rires autour des masques anti-grippe. Le contrôleur du métro, affublé du masque à gaz (allemand ?) est regardé de manière hostile par des hommes, des femmes et des enfants, tous masqués, mais de manière très différente : simples bandeaux de gaze, masques de Carnaval, cagoules … mais pas de voilette !

L’Écho de Paris, 17 février 1929. Gallica (BnF).

 

Le masque prophylactique contre la grippe s’est donc d’autant plus difficilement inscrit dans l’imaginaire français que les médecins ont eu une communication trop genrée et élitiste, essayant de convaincre une Parisienne stéréotypée (coquette et frivole), en oubliant (ou en le prenant en compte maladroitement) le traumatisme des millions d’hommes qui avaient porté le masque à gaz et le sort des campagnes. Les journaux ont souvent renchéri, comme Paris-Soir qui titre en mars 1929: “Madame reporterez-vous voilette ? et vous, Monsieur masque protecteur?” Mais la grippe a pu s’attaquer à toutes et tous en 1918-1919, et dans une moindre mesure en 1929, sans être arrêtée par des masques ni des voilettes protecteurs, boudés par les Français …

La grippe en fantaisies“, L’Intransigeant, 6 janvier 1933. Gallica (BnF).
Citer ce billet : Agnès Sandras, "Vaincre les épidémies entre 1900 et 1929 : isolement, masques, sérums ou vaccins – Partie III. Le fiasco du masque (et de la voilette !)," in L'Histoire à la BnF, 24/12/2020, https://histoirebnf.hypotheses.org/10733, [consulté le 01/12/2021].

Dans les deux prochains billets, nous verrons que la vaccination (contre la variole noire de 1907 puis contre la grippe) a également suscité des réactions partagées …

= > Pour aller plus loin

  • On peut lire entre autres sur la question du masque en temps d’épidémie :

Sur ce carnet : “Isolement et port du masque : la pédagogie de la caricature“, 9 avril 2020

Sur le blog Gallica : Nejma Omari, “Sortez masqués ! Histoire médiatique du masque de protection“, 12 mai 2020

Sur Retronews : Rachel Mazuy, “Contre la « grippe espagnole », le monde se couvrait de masques“, 18 mai 2020

Frédéric Vagneron, « Le masque épidémique », in Pierre Singaravélou et Sylvain Venayre (dir.), Une histoire du monde par les objets du XVIIIe siècle à nos jours, Fayard, 2020

Sur le site japantimes, une histoire illustrée du masque aseptique au Japon : https://www.japantimes.co.jp/news/2020/07/04/national/science-health/japans-history-wearing-masks-coronavirus/

Sur le site et le blog des Archives nationales américaines, des documents sur l’emploi des masques pendant la pandémie de 1918-1919 : https://www.archives.gov/exhibits/influenza-epidemic/ et https://prologue.blogs.archives.gov/2020/04/15/wear-a-mask-and-save-your-life-the-1918-flu-pandemic/

  • Le département Sciences et techniques de la BnF a réalisé en avril 2020 une bibliographie sélective sur les épidémies depuis 1900, à consulter ici

 

  • Et pour les amateurs d’images humoristiques sur les épidémies : Sic transit pestilentia (Contagious historical images for the pandemically confined)

  1. Échos“, La Liberté, 1er février 1919. []
  2. Étude sur le masque“, Sans tabac ! organe aimablement rosse du 66e d’infanterie, 8 septembre 1916. []
  3. Pour en savoir plus sur les masques à gaz : voir Luce Lebart, “Mascarade tragique et guerre chimique  https://lejournal.cnrs.fr/nos-blogs/la-saga-des-inventions/mascarade-tragique-et-guerre-chimique“, août 2019. []
  4. Voir sur Retronews, Pierre Ancery, “1915 : comment l’infâme « guerre chimique » fut inventée“, 2019. []
  5. Voir Pour sa santé. Ce qu’un poilu doit savoir par le Docteur Henri Chatinière, page 101. []
  6. Voir par exemple le chapitre “Protection des animaux” de la Notice sur l’instruction à l’intérieur pour la protection contre les gaz asphyxiants, Paris, 1918. []
  7. Y., “Les deux masques“, Le Journal des débats, 19 juin 1915. []
  8. Les toutous embusqués“, Excelsior, 9 octobre 1915. []
  9. Masques pour chiens“, Le Siècle, 6 octobre 1915. []
  10. Louis Marsolleau, “Masques“,  La France, 5 mars 1919. []
  11. Voir sur Retronews: “C’était à la une ! L’appel aux dons pour les gueules cassées“, en partenariat avec la Fabrique de l’histoire – France Culture, 2018 ; et Pierre Ancery, “« La Greffe générale », le journal écrit par les mutilés du visage‘, 2018. []
  12. Curnonsky, “Le loup de dentelle“, La Baïonnette, 24 août 1916. []
  13. Plusieurs photographies de chats et chiens masqués contre la grippe ont en effet circulé aux États-Unis en 1918-1919 – voir par exemple ici. Pour certaines d’entre elles, il s’agit sans doute d’une mise en scène humoristique. []
  14. Henri de Parville, “Revue des sciences“, Le Journal des débats politiques et littéraires, 30 novembre 1899. []
  15. Dr P. Drack, “Trop d’hygiène !“, Le Radical, 16 janvier 1900. []
  16. Francis de Miomandre, “Voilettes”, La Vie parisienne, 22 novembre 1913. []
  17. Voir par exemple, Suzanne Davène, “Fantaisies sur la voilette“, Bonsoir, 2 mars 1919. []
  18. Le Gaulois, 9 mars 1919. []
  19. La bouquetière, “Invocation à la voilette“, La Vie parisienne, 22 mars 1919. []
  20. Une Marseillaise, “Chronique parisienne“, Le Petit Provençal, 27 octobre 1918. []
  21. G. de P., ” Première au théâtre Édouard VII – Daphnis et Chloé, ou la leçon d’amour“, Le Journal, 10 novembre 1918. []
  22. Albert Chiché, “Une femme muselée“, L’Avenir du bassin d’Arcachon : le grand journal du bassin…, 9 mars 1919. []
  23. Émile, “Masques et voilettes“, L’Avenir du bassin d’Arcachon : le grand journal du bassin…, 9 mars 1919. []
  24. La voilette protectrice“, L’Heure, 31 octobre 1918. Cette brève reprend la brève de Oui, le même jour, intitulée “le masque à gaze“… []
  25. G. de La Fouchardière, “Sous le masque“, L’Oeuvre, 6 novembre 1918. []
  26. Maurice de Waleffe, “Prenons garde à la grippe“, L’Évènement, 14 octobre 1919. Sur les Incroyables et les Merveilleuses du Directoire voir ce billet de Pierre Ancery sur Retronews. []
  27. “Portons le masque”, L’Heure, 26 février 1919. []
  28. B. Latour, “L’épidémie de grippe“, La Croix, 26 mars 1919. []
  29. Lazarille, “La cagoule“, L’heure, 31 octobre 1918. []
  30. François Helme, “Encore quelques réflexions sur la grippe“, Le Temps, 31 octobre 1918. []
  31. Voir Agnès Sandras, « La folie de l’Enquête : Zola disséqué », Fabula / Les colloques, Séminaire “Signe, déchiffrement, et interprétation”, 2008 []
  32. Docteur Toulouse, “À propos de la grippe“, La Dépêche, 17 mars 1919. []
  33. Henri Simoni, “La lutte contre la grippe“, Excelsior, 25 octobre 1918 []
  34. L’Homme libre, 7 février 1919. []
  35. Le masque contre la grippe“, Le Progrès de la Somme, 27 février 1919. []
  36. La Presse, 28 février 1919. []
  37. Jean Aubray, “Mon p’tit Bleu“, La Liberté, 27 février 1919. []
  38. Le Rire, 15 mars 1919. []
  39. Bernard Gervaise, “Les gaîtés de la semaine“, Le Journal amusant, 6 janvier 1929. []
  40. Bernard Gervaise, “Des masques !”, Paris-Soir, 22 février 1929. []
  41. Jean Lecoq, “Les échos“, Le Petit Journal, 22 février 1929. Sur ces tourets de nez, voir Nancy Oddo, “Le Masque“, Carnet de recherches Lit&res, sd. []
  42. Pour prévenir la grippe le conseil d’hygiène de la Seine préconise le port du masque“, Le Matin, 3 mars 1929. []
  43. Ibid. []
  44. Jean-Bernard, Excelsior, 17 février 1929. []
  45. La Liberté, 19 février 1929. []
  46. Germaine Beaumont, “Le voile de Tanit“, Les Nouvelles littéraires, artistiques et scientifiques, 16 mars 1929. []

Agnès Sandras

chargée de collections en histoire de France au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.