Vaincre les épidémies entre 1900 et 1929 : isolement, masques, sérums ou vaccins – Partie IV. La ruée vers les vaccins lors d’une épidémie de variole (1907)

Le Journal amusant, 6 avril 1907. Gallica (BnF).

Dans les billets précédents1, nous avons constaté que les mesures prophylactiques (isolement, masques, etc.) prises contre les épidémies aux XIXe et XXe siècles ont pu être raillées voire même pour certaines boudées par la population. Le premier vaccin, celui employé contre la variole depuis le début du XIXe siècle, n’est devenu obligatoire pour toutes et tous qu’en 1902. Si l’on en croit la presse,  les autorités ont dû faire face en urgence à de très nombreuses demandes de vaccination ou de re-vaccination lors des épidémies : c’est le cas en 1907 lorsque la variole hémorragique (ou « variole noire ») provoque plusieurs décès …

« Naïveté», La Caricature, 25 mars 1899. Gallica (BnF).

 

Dans le dessin ci-dessus publié par La Caricature en 1899, une femme ne comprend pas qu’un tableau représente François Ier avec un visage intact. Elle  s’attendait à lui voir la figure couverte des marques de la vérole dont elle a appris que le monarque  était mort. Incarne-t-elle le stéréotype de l’oie blanche, « naïve » comme le suggère le titre au point de confondre variole ou syphilis ? Ou a-t-elle simplement mélangé deux rois de France (voir ci-dessous) ? Le dessin joue en tout cas sur la crainte, encore très présente,  de la variole, maladie qui laisse souvent des séquelles importantes – quand elle ne tue pas. Et pourtant, un vaccin efficace a été inventé dès la fin du XVIIIe siècle. Nous rappellerons dans ce billet comment on en a étendu l’usage en France au XIXe siècle avant la loi de 1902 qui met en place l’obligation de se faire vacciner et revacciner contre la variole. Puis nous découvrirons comment la « fièvre vaccinale » de 1907, à l’occasion d’une épidémie pourtant rapidement contenue, amusa les journalistes … et beaucoup moins le corps médical !

Vacciner et re-vacciner contre la variole en France : avant l’obligation de 1902

Désiré Langlumé, « Résultat de la petite vérole », Lithographie in Manuel pratique de vaccine à l’usage des jeunes médecins, Paris, 1821. Collection BIU Santé Médecine : 047933 (2). Open licence : https://www.biusante.parisdescartes.fr/histmed/image?02393

La variole (ou petite vérole – à ne pas confondre avec la grande vérole, ou syphilis) est une fièvre éruptive redoutée au XVIIIe siècle. Un cinquième environ des personnes qui la contractent meurent, les autres restent marquées physiquement : visages « grêlés », soucis ophtalmiques, etc. On lui attribue 10 % de la mortalité générale à cette époque. Bien que terrifiés par cette maladie, les Français accueillent avec réticences le « procédé de variolisation, importé en 1717 de l’Orient, qui consistait à inoculer une variole bénigne pour éviter une variole grave2. Les débats font rage pour ou contre l’inoculation (appelée aussi « insertion ») en France :

Ils engagent une série de questions qui gardent leur actualité de nos jours : quel droit avons-nous sur notre propre corps, ou sur celui d’un autre, un mineur par exemple ? est-il légitime de risquer de faire mourir quelqu’un pour le protéger d’une maladie qu’il pourrait ne jamais attraper ? en inoculant la variole, ne risque-t-on pas de donner d’autres maux à un sujet sain3?

Ces discussions ouvrent des réflexions plus larges sur le coût des épidémies en termes humains et économiques4. L’inoculation a « été le lieu d’une double prise de conscience parallèle, celle de l’importance, pour chacun, de la santé du corps social, celle de la contribution de tout individu à la force commune de la société5 ». L’Église catholique s’y oppose sous l’Ancien Régime mais Louis XVI, traumatisé par cette maladie qui a coûté la vie à Louis XV, se fait inoculer et ordonne l’obligation de l’inoculation à l’entrée des écoles militaires en 17866. Marie-Antoinette, bientôt imitée par la cour, porte le « pouf à l’inoculation » que lui crée la célèbre Rose Bertin, une coiffure tout en hauteur comportant de multiples symboles dont un serpent (la médecine) terrassant le monstre variolique7.

=> Cliquez sur les flèches ci-dessous pour feuilleter dans Gallica les Lettres de M. de La Condamine à M. le Dr Maty sur l’état présent de l’inoculation en France (1764)

À la fin du XVIIIe siècle,  Edward Jenner (1749-1823), médecin et naturaliste anglais, observe que les paysannes anglaises en contact quotidien avec les vaches ne contractent pas de forme sévère de  la variole. Développant son intuition, il suppose que ces personnes doivent être infectées par une forme de variole bovine (« variole de la vache » ou « variole vaccina ») et découvre la « variole vaccina » pour immuniser les patients, plus efficace et moins dangereuse que l’inoculation précédemment employée. Si cette paternité lui est parfois contestée, il est en tout cas indiscutable que les études de Jenner, traduites et vulgarisées par les médecins, sont à l’origine de la vaccination en France.

Découverte de la vaccine : notes rédigées par Chaussier, professeur à l’École de médecine.  Baltard, graveur. Éditeur : Se vend à Paris, chez l’auteur, rue Dominique, N° 238, mairie du 10.me Arrondissement.Gallica (BnF).

La « vaccine » devient  « l’inoculation à la mode » dans des populations urbaines et instruites (voir estampe ci-dessous). Un « Comité Central de Vaccine » fondé en 1801 à Paris, actif à partir de 1804, travaille d’arrache-pied pour mener des expérimentations, et étendre les vaccinations dans l’Empire8. Une estampe fort intéressante tourne en dérision le travail  de ce Comité (voir ci-dessous) qu’elle met aux prises avec un officier de santé parisien, le citoyen Tapp. Non seulement cette image oppose les anti-vaccination aux pro-vaccination, tout en montrant des indécis, mais elle identifie les vecteurs de la médiatisation positive ou négative de la vaccine, dans une mise en abyme puisque les estampes y jouent un rôle clé. Tapp tient en effet à la main une estampe anti-vaccine et traite ses collègues  – qui ont accroché au mur une estampe pro-vaccine – de charlatans. Le rôle des journaux dans la controverse est rappelé par la présence de La Gazette de France tandis que les médecins ont sous les yeux différents écrits et rapports9 venant de la France et de l’étranger en faveur de la vaccine.

« La Vaccine, Ou l’innoculation à la mode »: [estampe]. Sn, sd. Collection De Vinck (histoire de France, 1770-1871). Gallica (BnF).

L’Origine de la Vaccine : [estampe] Éditeur : A Paris chez Depeuïlle, Rue des Mathurins Sorbonne aux deux Pilastres d’Or. Collection De Vinck (histoire de France, 1770-1871). Gallica (BnF).

Sept contre un, ou le Comité de la Vaccine : [estampe] Éditeur : [s.n.]. Collection De Vinck (histoire de France, 1770-1871). Gallica (BnF).

Il s’agit du début  d’une véritable guerre de communication autour de la vaccine, à coups d’images10 et d’écrits11, qui ne cessera plus jusqu’à nos jours … Dans les estampes ci-dessous12, vous pourrez identifier par exemple des « dindonnés », vaccinés à l’aide d’un prélèvement opéré au niveau du cloaque des dindons (!) et donc dindons de la farce selon les opposants à la vaccination comme Tapp que l’on retrouve également dans l’une des images.

=> cliquez sur les images (estampes de la fin XVIIIe – début XIXe siècle) pour mieux les voir

Si Napoléon rend obligatoire la « vaccination » dans l’armée, la population est encore hésitante. Certains la plébiscitent, comme on vient de le voir, mais une partie du public prend peur devant cette nouvelle méthode qui utilise une transmission via les animaux13 … Dans la pièce facétieuse ci-dessous, un mari inoculé tous les jours par un médecin voit des cornes pousser sur son front, allégorie du mari trompé (l’image est très explicite puisque l’épouse tend subrepticement un étui à son amant) et non pas conséquence de la vaccine ! Ces cornes,  que l’on remarque dans différentes caricatures, sont aussi une allusion au caractère jugé  diabolique de la vaccine.

Pièce facétieuse : [estampe] : Admirable effet de la Vaccine. Éditeur : A Paris, chez Martinet, libraire, rue du Coq S.t-Honoré. Vers 1801. Gallica (BnF).

C’est de cette peur de devenir une vache (la minotaurisation) que se moquent plusieurs caricatures, même plus tard en 1870. Les Anglais aussi évoquent cette crainte de la transformation en animaux dont on a reçu la lymphe infectée lors de la vaccine …

=> cliquez sur les images  ci-dessous pour mieux les voir

La « vaccine » devient obligatoire pour les élèves scolarisés : requise pour les pensionnats dès 1809, elle est étendue aux autres établissements l’année suivante si l’on en croit les textes officiels. Ainsi Le Moniteur universel du 23 janvier 1811 se félicite du travail accompli par les Comités de vaccine, et loue l’effet des lettres pastorales d’évêques convainquant les curés « d’éclairer leurs paroissiens sur les avantages de la vaccine, de lever tous les doutes et même les scrupules religieux qu’ils pourraient avoir, d’employer en un mot tout ascendant de leur ministère pour les convaincre des avantages d’une méthode qui les conserve à leur prince, à leur famille, à leur religion ». Cette gazette contient également une lettre de Louis de Fontanes  qui conseille aux recteurs de refuser les élèves non vaccinés, et débute de la sorte :

M. le recteur, les bienfaits de la vaccine ne sont plus douteux. Toute l’Europe civilisée applaudit à cette heureuse découverte ; partout, on en recueille, on en bénit les fruits. Grâce au puissant génie qui nous gouverne, le fléau de la petite-vérole doit disparaître entièrement du sol français14.

En réalité, on manque alors de produits efficaces et/ou peu dangereux, de médecins compétents, de parents motivés et/ou convaincus15… Quelques accidents, dans le premier XIXe siècle, liés à des notions encore parfois balbutiantes sur les modes de contamination des maladies ou l’hygiène, contribuent à forger une méfiance durable contre la vaccination : en effet, on pratique pendant un temps la vaccination de bras à  bras, transmettant ainsi par l’occasion d’autres maladies comme la syphilis16. Suite à de nombreux travaux scientifiques, la décision est donc prise à la fin des années 1860 de sélectionner des « génisses vaccinifères » pour les « ensemencer »,  puis  prélever  la lymphe afin de l’inoculer aussitôt aux candidats au vaccin (voir ci-dessous un reportage très complet du Monde illustré en 1892). Cela explique la présence de vaches dans l’abondante iconographie des séances de vaccination contre la variole  (voir image du bandeau et images ci-dessous).

=> cliquez sur les flèches pour lire le document dans Gallica

 

=> Cliquez sur les textes et images ci-dessous afin de mieux les voir (attention, il y a bien une vache dans la troisième image…!)

Toujours vers 1870, on commence à expédier en province des tubes contenant la lymphe vaccinale rendue imputrescible par un ajout de glycérine. La responsabilité de la vaccination incombe désormais à l’Institut vaccinal.

Extrait du Rapport sur les vaccinations pratiquées en France /Comité central de vaccine, Paris Imprimerie royale, 1826. Gallica (BnF).

La plupart des médecins, des responsables politiques, bientôt rejoints par les Églises,  ne cessent  de répéter tout au long du XIXe siècle  que les bienfaits de la vaccination sont largement supérieurs aux soucis rencontrés. Les rapports du ministère de l’Intérieur indiquent rapidement un nombre croissant de vaccinés parmi les jeunes enfants  et un recul très net de la variole, grâce à une forte implication du corps médical (officiers de santé, sages femmes, etc.). L’œuvre de pédagogie est intense pour expliquer les avantages de la vaccination sur l’inoculation et combattre les préjugés de manière simple. Le témoignage, sous forme humoristique, des vaccinés est goûté. Le célèbre publiciste Timothée Trimm sacrifie par exemple à ce rituel en 187017. Les journaux, les manuels scolaires, les ouvrages pour les jeunes mères, les dictionnaires, etc., vantent avec un bel ensemble les bienfaits de la « vaccine ». Le Grand dictionnaire universel Larousse de 1890 consacre un long article aux anti-vaccinateurs mais pour mieux combattre leurs arguments18. En 1898, le Paris-Hachette publie toute une page sur la vaccination19. La presse populaire n’hésite pas alors à prendre position contre les adversaires de la vaccine. En 1880, Le Petit Journal consacre un long article au commentaire méthodique des arguments d’une brochure anti-vaccin et conclut :

Pères et mères de famille, ne vous en laissez pas conter. Le vaccin est un préservatif sûr de la petite vérole. Faites donc, sans hésitation, vacciner vos enfants. La prudence vous le commande, l’intérêt public l’exige20!

Paul David, « Choses du jour – la vaccination», Paris-Comique, 2 avril 1870. Musée Carnavalet. Mis en ligne par Paris-Musées, Open licence : CC.

 

Romans et caricatures constituent  une caisse de résonance pour ces préjugés, comme on peut le constater en recherchant par exemple « visage grêlé » dans Gallica, ou bien en regardant les dessins (voir plus haut et également ce billet) qui se moquent de la figure marquée du journaliste Louis Veuillot, lequel semble-t-il n’en garde pas rigueur aux dessinateurs32.

Paul David, [extrait de] « chose du jour – La vaccination» Paris -Comique, 2 avril 1870. Musée Carnavalet . Paris Musées. Open licence : CC.
À Paris, et dans les grandes villes, chaque nouveau foyer épidémique entraîne donc une série de (re)vaccinations racontées parfois avec ironie par les journaux nationaux ou régionaux. La Petite Presse évoque une « mode », un « délire » de vaccination en 1894 : « Sainte-génisse est promenée dans les rues de la capitale, avec tout son cortège, les loges de concierge, une simple courette quelquefois, servent de chapelle, et les sacrifices à la maladie commencent, chacun tend son bras nu (les vaccinateurs ne vaccinent à la fesse qu’à huis-clos) et chacun offre une gouttelette de son sang à la variole pour l’apaiser, pour la rendre moins brutale, moins cruelle33 ». En effet, les autorités ont alors l’idée de faire déplacer les vaccinateurs, accompagnés de la « génisse voyageuse34 », au plus près des foyers épidémiques, afin que les populations puissent facilement se faire vacciner et consentent aisément à l’opération. Le Journal s’en amuse et file  la métaphore du charivari, remplaçant le bœuf gras traditionnel que l’on promène lors du Carnaval par la génisse vaccinifère ….

L’imagier : L.D., « Images à l’instar d’Épinal – La bonne génisse ou : le Carnaval prophylactique», Le Journal, 18 janvier 1894.

 

Dès 1817, « le sieur Delarue, médecin à Montreuil, réclame une loi qui rende la vaccine obligatoire à tous les citoyens […] vu qu’une expérience incontestable a démontré les avantages de la vaccine, et que le gouvernement fait tous ses efforts pour la propager35 ». La proposition resurgit au gré des épidémies et/ou des travaux des médecins tout au long du XIXe siècle, relayée le plus souvent favorablement par la presse qui s’intéresse également aux décisions prises par les autres pays36.

Gazette gastronomique : moniteur de la table : paraissant le dimanche, 4 juillet 1880. Gallica (BnF).

L’acmé se produit en 1880. Le docteur Henry Liouville, député de la Meuse, présente une proposition de loi sur la vaccination et le revaccination : vaccination les six premiers mois suivant la naissance, revaccination tous les dix ans entre 10 et 50 ans, carnet de vaccination, etc37. Cette proposition, amendée par la Commission,  est examinée en mars 1881. Les débats sont vifs (à lire ici), et Liouville doit principalement défendre son projet contre Benjamin Raspail qui y voit une entrave aux libertés individuelles et contre le docteur Félix Hippolyte Larrey qui pèse de toute son autorité  scientifique et politique (rappelons que le deuxième baron Larrey a été le médecin de Napoléon III). Le débat est donc suspendu pour attendre l’avis de l’Académie de médecine, laquelle suite à de longues discussions38 tranche pour la vaccination obligatoire mais se montre plus hésitante quant à l’obligation de la revaccination. Entretemps, les antivaccinateurs, qui ont fondé une ligue internationale, multiplient les arguments contre le projet de Liouville. Le texte est finalement abandonné pour de multiples raisons :

Parmi les causes qui s’opposèrent à l’adoption de ce projet de loi, il faut reconnaître qu’une des principales fut l’impossibilité, qui existait alors, d’obtenir en quantité suffisante le vaccin nécessaire à l’ensemble des opérations. On devait encore, à cette époque, compter sur le vaccin humain, comme appoint très important, et tout le monde en redoutait les dangers. Les ressources pécuniaires étaient également insuffisantes pour réaliser une bonne organisation du Service vaccinal, et beaucoup de personnes espéraient que la nouvelle loi donnerait à ce service toute l’extension désirable39.

De manière épisodique, des hommes politiques et/ou médecins réclament toutefois à différentes instances des mesures ou du moins une réflexion sur la question de la vaccination obligatoire, comme cette riche et éloquente Enquête sur le vœu émis le 12 novembre 1888 pour rendre la vaccination obligatoire40. La presse, les manuels de vulgarisation, se font l’écho de cette réflexion, alimentée par le fait que plusieurs pays voisins ont déjà rendu la vaccination obligatoire.

L’Éducation nationale : journal général de l’enseignement primaire, 13 janvier 1889. Gallica (BnF).

Si la loi française ne rend pas la vaccination obligatoire en toutes circonstances au XIXe siècle, celle-ci est de fait exigée dans bon nombre de circonstances, du moins pour les garçons jusqu’aux lois Ferry sur l’obligation scolaire pour toutes et tous. En effet, un certificat de vaccination (puis de re-vaccination) est nécessaire pour s’inscrire à l’école et lors du service militaire, et pour bon nombre de concours. Les filles non scolarisées, les femmes de condition sociale modeste peuvent facilement échapper à  la vaccination : c’est le cas jusqu’en 1874 … des nourrices ! En réalité, ces arrêtés ont été parfois difficiles à appliquer. Par exemple, en 1888, un médecin des Vosges indique que dans son département la variole a touché 7500 personnes lors de l’épidémie de 1870 (dont, précise-t-il, 1700 sont mortes et 900 restées défigurées), mais que les familles sont pourtant peu disposées à la revaccination :

Malgré cela, les revaccinations scolaires n’ont pas eu lieu dans les Vosges. C’était fatal. Où était la sanction ? Le renvoi de l’élève. Quel instituteur aurait été assez audacieux pour dire à ses élèves âgés de plus de dix ans : « Pour être admis au maintien dans l’école, etc. , allez vous faire revacciner, et revenez avec un certificat médical. » Il aurait soulevé, de la part des parents des protestations sans nombre. Il devait reculer … et il a reculé … bravement.
Car, aux termes du règlement, ce n’était pas à lui qu’incombait le soin de le faire appliquer. Pour cela, il fallait trouver dans l’autorité supérieure du bon vouloir et une main ferme. Il fallait ne pas croire que les dispositions visées dans l’arrêté n’étaient rien moins qu’une simple formalité, mais il fallait aussi savoir que derrière elles se dressait une question d’hygiène publique, de police sanitaire de premier ordre. Le ministre l’avait compris ; les fonctionnaires, placés sous ses ordres, n’en étaient pas encore là41.

La thématique spécifique de la possible obligation du vaccin antivariolique accroît les tensions entre anti et pro-vaccination, notamment après les découvertes de Pasteur qui entraînent le sentiment qu’ il y a « trop de vaccins42 ». Elle touche en effet aux questions du corps, de la mort, des libertés et du libre-arbitre, des rôles respectifs de l’État et du corps médical, ce qui fait passer parfois le débat de départ (étendre la couverture vaccinale de la population au maximum afin d’éradiquer la maladie) à l’arrière-plan. Quelques médecins s’opposent à l’idée de la vaccination obligatoire, notamment à l’occasion des congrès de la ligue des antivaccinateurs43. En 1889, dans le Gil Blas, le docteur Ernest Monin reconnaît les bienfaits d’une vaccination variolique quand elle est d’origine animale, mais déclare :

Disons, tout d’abord, que nous approuvons pleinement le vœu que les congressistes se proposent de soumettre aux pouvoirs publics : liberté de la vaccination et de la revaccination, abolition de toute contrainte législative ou administrative à ce sujet. Comme toutes les Églises, la Science doit vivre séparée de l’État, et la reconnaissance d’une Église scientifique officielle est tout aussi nuisible à la paix sociale que celle d’une doctrine religieuse d’État. C’est du bill de la vaccine obligatoire qu’a surgi, d’ailleurs, la puissante Ligue anti-vaccinale anglaise, sous l’impulsion de W. Tebb et de madame la duchesse de Noailles. Il suffit, selon nous, qu’il y ait quelque chose à dire contre l’innocuité de la vaccine, pour faire repousser l’obligation de cette pratique44.

En 1902, les débats sur la vaccination obligatoire ne passionnent pas les journalistes. Une interrogation de Retronews de la fréquence dans la presse des expressions « vaccination obligatoire » ou « certificat de vaccination » semble confirmer que la thématique de la vaccination obligatoire a davantage intéressé à d’autres époques, même s’il faut interpréter les résultats avec prudence, en raison des possibles biais méthodologiques. Il est vrai que dans cette décennie, le mouvement antivacciniste s’affaiblit45.

Fréquence de l’expression « vaccination obligatoire » dans les journaux (1850-1970) numérisés par Retronews. Requête du 20 janvier 2021.
Fréquence de l’expression « certificat de vaccination » dans les journaux (1820-1970) numérisés par Retronews. Requête du 20 janvier 2021.

La loi du 15 février 1902  précise le principe de la vaccination obligatoire dans son article 6 : « La vaccination antivariolique est obligatoire au cours de la première année de la vie, ainsi que la revaccination au cours de la onzième et de la vingt et unième. Les parents ou tuteurs sont tenus personnellement de l’exécution de ladite mesure. » Un décret du 27 juillet 1903 pose les conditions dans lesquelles doivent s’opérer les séances de vaccination. Enfin, une circulaire  (qu’on peut découvrir ici) indique les modalités d’application de la loi (qui vaccine, qui doit être (re)vacciné, quel est le rôle des communes, comment doivent être établies les listes annuelles de vaccination, etc., etc.). Cette circulaire du 25 janvier 1907 est publiée en février, quelques jours avant qu’éclate une épidémie de variole noire à Dunkerque. On peut donc se demander dans quelle mesure sa lecture n’a pas contribué à l’agitation médiatique et abouti à des mesures disproportionnées en dehors du foyer épidémique initial…

1907 : alerte à la variole noire !

Caran d’Ache, « Le compagnon de voyage», Les Annales politiques et littéraires, 7 avril 1907. Gallica (BnF).

Le début de l’année 1907 connaît une épidémie importante de variole à Marseille, mise au-devant de la scène médiatique par Le Progrès de Lyon, ce qui provoque la colère du Petit Provençal : « Il raconte, en outre, qu’un vent de terreur et de mort semblait souffler sur notre ville, que les cafés étaient à peu près déserts et que les enterrements se faisaient aux premières heures du matin46! » Tout en minimisant les chiffres des décès, ce dernier  décide de dénoncer début mars le peu de mesures prises par les autorités et une « coupable inertie47 ». Ce contexte explique en partie la réaction rapide du gouvernement lorsqu’au même moment une épidémie de variole noire débute à Dunkerque. C’est sans doute aussi l’occasion pour les autorités nationales et locales de tester les dispositions de la loi de 1902, mais la vitesse et la démultiplication des informations semble les prendre de court. Toutes les décisions sont commentées, et parfois déformées par la presse : la population, encore plus effrayée, doute du bien-fondé des mesures arrêtées .

Fréquences des mots variole et vaccin dans la presse de 1900 à 1910, dans Retronews. Requête du 26 janvier 2021. On observe un pic important du mot variole en 1907.
Extrait de « La variole noire», Le Siècle, 16 mars 1907. Gallica (BnF).

Prenons l’exemple du Petit Parisien qui comme la plupart des journaux nationaux publie un premier article le 2 mars 1907 sur « la variole noire à Dunkerque – Trois décès – Les précautions sanitaires » en page 3. Le texte donne l’alerte mais se veut rassurant :

Le 6 février dernier, le vapeur Mira entrait au port, venant d’Oran, via Rouen, et débarquait un jeune matelot, Louis Davraut, qui était reconnu atteint de variole noire.
Le malheureux mourait quelques heures après à l’hôpital où il avait été transporté.
On aménagea aussitôt un bastion militaire, situé le long des fronts de mer, et quelques jours après, on y conduisait un infirmier, un marin anglais, un veilleur de nuit et deux religieuses, Mathilde Dilly, âgée de quarante-deux ans, Marie Grébert, âgée de trente et un ans. Les pauvres femmes sont décédées cette nuit, au bastion militaire. On signale un nouveau cas de variole en ville, dans la cité Jean-Bart, attenant à la caserne du 110e. Toutes les mesures sont prises pour enrayer le fléau. On vaccine les soldats, les agents de police et les employés des services communaux, et on invite les habitants à se faire également vacciner. L’entrée de l’hôpital est rigoureusement interdite aux familles des malades48.

Le 3 mars 1907, un texte court, mais situé en première page, résume les déclarations rassurantes du docteur André Chantemesse, inspecteur général des services sanitaires (1893‑1908), médecin reconnu pour son expertise (il a travaillé au « service de la rage » au laboratoire de Louis Pasteur) et missionné à Dunkerque. Il explique qu’il n’y a « aucune crainte à avoir », et conclut:  » nous possédons dans le vaccin le moyen certain de nous prémunir contre la variole noire49 ». Le 4 mars, le journal titre « La variole à Dunkerque – Une cabaretière atteinte – C’est la sixième victime », et sous-titre « Le Professeur Chantemesse qui est allé étudier sur Place les Moyens prophylactiques aptes à enrayer la Contagion reste optimiste50 ». Le 5 mars marque une accélération importante : « Deux nouveaux cas – Un nouveau décès – La population s’affole », avec un bémol en sous-titre : « Cependant, le Docteur Chantemesse espère que les mesures prises auront raison du terrible Fléau et surtout l’empêcheront de se répandre hors de son Foyer initial ». L’article décrit une situation de crise à Dunkerque : 3000 vaccinations la veille, « on vaccine partout ». On voit une communication officielle se mettre en place : le médecin, de retour à Paris, a rendu visite à Georges Clemenceau pour faire le point, puis répondu aux interviews en se voulant rassurant. Une photographie du médecin, l’air martial,  illustre d’ailleurs l’article.

Extrait de l’article « La variole noire à Dunkerque (…) », Le Petit Parisien, 5 mars 1907. Gallica (BnF).

Le 6 mars, Le Petit Parisien titre « Encore un décès, c’est le cinquième51, mais déclare dès le lendemain : « La contamination paraît enrayée ». L’envoyé spécial a pris les médecins en photographie devant le bastion où sont isolées les personnes contaminées. L’article met également en avant les mesures prophylactiques et le dévouement  héroïque du corps médical : le médecin vaccine sur le chemin de l’hôpital ; l’infirmier tout juste guéri de la variole demande à soigner les malades52. Toutefois, le 13 mars, à la page « dernière heure », se détache un titre alarmiste « La variole noire – Un cas mortel à Paris ». Le calme du directeur de l’hôpital concerné par ce décès indispose même le journaliste qui évoque des « déclarations très rassurantes – mais peut-être aussi tant soit peu singulières53 ». Les jours qui suivent, les nouvelles alarmantes – comme un nouveau décès attribué à la variole à Paris et le fait  que le général Picquart, ministre de la guerre demande par précaution une revaccination de toute l’armée -, alternent avec des statistiques rassurantes. Un nouveau cas, le 16,  est suivi de propos lénifiants : « Répétons-le le public, en tout état de cause, aurait tort de s’alarmer puisqu’il possède le moyen simple et pratique de s’immuniser, la vaccination54 ». C’est désormais la ligne directrice du journal qui publie le 18 un article louant « vaccination et revaccination55 ». Le cas du Petit Parisien est loin d’être isolé. On compte par dizaines les articles consacrés à « la variole noire à Dunkerque » en ce début du mois de mars 1907, donnant moult détails sur les victimes, les mesures prophylactiques, les particularités de cette forme de variole particulièrement impressionnante et de mauvais pronostic, etc.

=> Cliquez sur les images ci-dessous pour mieux les voir

Le Petit Parisien feint pourtant l’étonnement fin mars dans « La vérité sur l’épidémie de variole». Reprenant une communication du docteur Achille Kelsch à l’Académie, il indique :

Comment expliquer, en effet, la panique qui s’est emparée du public à la nouvelle de l’apparition de quelques cas de variole hémorragique à Dunkerque ? Les statistiques de ces dernières vingt années, dit M. Kelsch, démontrent de la façon la plus formelle que le nombre de personnes qui viennent se faire vacciner à l’Académie de médecine ne dépasse guère quatre ou cinq par jour. La semaine passée ce chiffre s’est élevé brusquement à 1,000 et 1,200, si bien que dans l’espace de quelques jours M. Kelsch et son collaborateur M. Camus ont eu à pratiquer un nombre fantastique de vaccinations. L’affluence du public était telle qu’à un moment il a fallu établir un service d’ordre. Et de jour en jour le courrier apportait des centaines de lettres contenant des demandes de vaccin auxquelles il était impossible de répondre.
Aujourd’hui tout est rentré dans l’ordre. Le public a compris qu’il y avait quelque exagération dans ses craintes et du coup son ardeur à se faire vacciner est tombée. M. Kelsch le regrette, car c’était là une belle occasion de faire reculer la variole pour des années et des années. Mais ce qu’il voudrait, c’est qu’au lieu de ces paniques irraisonnées et que rien ne justifie, le public comprenne une fois pour toutes l’intérêt qu’il a à se faire revacciner tous les cinq ans56.

« Une épidémie de vaccination » contre la variole en 1907

« La vaccination à l’Académie de médecine – La foule faisant la queue», L’Écho de Paris, 20 mars 1907. Gallica (BnF).

En 1900, dans Le Parisien, le Dr Vaissette signale que la peur de la variole  engendre une « épidémie de vaccination » et dénonce les dérives qui en résultent selon lui comme le mauvais état des génisses vaccinifères57 transportées de quartier en quartier. En 1907, l’expression « épidémie de vaccination » est reprise par les journaux qui l’attribuent à différents médecins, lesquels imputent quant à eux la panique devant la variole et la demande très importante de vaccins à  la presse.
On a vu plus haut que de retour de Dunkerque, le Dr Chantemesse rejoint directement Georges Clemenceau, ministre de l’Intérieur, président du Conseil et … médecin ! Dans la séance du 8 mars à la chambre des députés (qu’on lira ici), ce dernier accepte  une question du député Georges Berry, du groupe des républicains nationalistes, qui demande des mesures pour empêcher la propagation de la variole à Paris, dont le contrôle de la circulation des « forains58 », idée qui lui aurait été donnée par le Dr Étienne Lancereaux, ancien président de l’Académie de médecine. Clemenceau répond longuement, en s’appuyant sur le rapport du docteur Chantemesse qu’il commente. Chantemesse a analysé les causes de l’épidémie : mauvaise appréhension du cas initial, faute d’un corps médical suffisant sur place ; mesures initiales d’isolement mal appliquées (le dévouement des sœurs est signalé, mais leur non respect des précautions d’hygiène aussi – rappelons que la laïcisation et la professionnalisation des soins infirmiers sont alors mises en place non sans débats) ; etc. Avec son énergie coutumière, le Président du Conseil explique qu’il ne craint pas une extension de l’épidémie à Paris mais qu’il importe d’appliquer avec soin en de telles circonstances les mesures prophylactiques telles que l’isolement et notamment la vaccination et la revaccination prévues par la loi de 1902 qui restent parfois lettre morte. Enfin, lorsque des députés protestent en indiquant qu’il faudrait de l’argent pour appliquer lesdites mesures, Clemenceau leur répond qu’il leur incombait de voter le budget nécessaire en 190259… Repris sous une forme parfois partisane par les journaux, « l’incident » est souvent résumé à l’injonction (re)vaccinale, et non pas à l’appel au calme devant l’éventuelle contagion, ce qui contribue certainement à la fièvre vaccinale parisienne déclenchée par l’annonce d’un décès dans la capitale le 13 mars. Après coup, un journaliste de L’Humanité livre une analyse sans doute pertinente :

M. Kelsch, dans ces derniers jours, a pratiqué, à l’Académie de médecine, plus de 6.000 inoculations. Les demandes qu’il a reçues, dont plusieurs en termes rien moins que polis, sont innombrables. Dans tous les services de vaccination, c’est une ruée formidable. Chacun implore la piqûre préservatrice. Une page curieuse vient de s’ajouter à l’histoire de la vaccine. L’explosion d’un tel sentiment de crainte, un pareil affolement laissent supposer l’habituelle indifférence du public à l’égard de la vaccination. Au nombre de gens accourus, on juge la faible quantité de ceux qu’une vaccination précédente devait rassurer60.

Différents journaux ont en effet conseillé à leurs lecteurs de se faire vacciner. Si La Croix reste relativement sobre en titrant « La variole noire à Paris – Un nouveau cas — Il n’y a pas lieu de s’inquiéter — Mais il est prudent de se faire vacciner61 », d’autres journaux sont plus alarmistes. C’est le cas en particulier du Matin qui orchestre savamment sa propre publicité. Le 14 mars, dans un article intitulé « La variole est à Paris- Faites-vous vacciner »,  le docteur Kelsch  indique qu’il n’a pas encore constaté d’augmentation notoire des vaccinations à l’Académie de Médecine, et qu’il conseille à la population de se « faire vacciner à outrance ». Il indique du reste qu’il vient de revacciner son entourage62. L’injonction « faites-vous  vacciner! » est désormais quotidienne dans les colonnes du journal, photographies à l’appui.

« L’institut de vaccine animale, rue Ballu»,  Le Matin, 17 mars 1907. Gallica (BnF).

Le Matin indique également avec assiduité les administrations dont le personnel a été vacciné en son entier : préfecture de Paris, ministère de l’Intérieur, postes, etc. Les autres journaux se font l’écho aussi de vaccinations massives, au Sénat, à la chambre des députés, etc.

Radiguet, « On vaccine !», Le  Rire, 30 mars 1907. Gallica (BnF).

Puis Le Matin organise la vaccination de son propre personnel :

Épidémie de variole ? On ne sait plus. Mais épidémie de vaccin, certainement. Tout le monde, à Paris, craignant d’être mal protégé par les vaccins antérieurs, veut se faire à nouveau immuniser. On compte 75 000 vaccinations par jour. Au Matin, hier soir, une génisse limousine a prêté son concours. Une heure après, tout le personnel, rédaction et administration, avait subi les salutaires piqûres de l’éminent docteur Saint-Yves Ménard63.

Les jours suivants, Le Matin ouvre une salle de vaccination gratuite, avec des horaires séparés pour les hommes et les femmes, après le travail. L’article, comme son illustration, reprennent le topos des jeunes et jolies femmes qui se feraient  vacciner pour préserver avant tout leur visage des marques varioliques.

« Le ‘Matin’ vaccine» Le Matin, 23 mars 1907. Gallica (BnF).

Très rapidement, entre crainte de l’épidémie, injonctions médicales et médiatiques, la population cherche massivement à se faire vacciner. L’Écho de Paris consacre sa première page au phénomène le 20 mars 1907. Le médecin et chroniqueur Raoul Blondel déclare qu’il n’y a pas d’épidémie à Paris, que le risque est minime et indique : « Ce qu’il y a, me disait un académicien, c’est une épidémie de vaccination. C’est une véritable folie. Mais comme le public ne se revaccine que quand il a peur, et que sans cela nous n’obtiendrons jamais qu’il pense à se faire revacciner tous les sept ans, ainsi qu’il convient, laissons faire ; c’est toujours cela de gagné pour l’hygiène publique64.  Sur la même page, une photographie (voir plus haut) confirme que la foule est nombreuse et vient à l’appui d’un reportage caustique de Gérard Bauër intitulé « La Course au Vaccin ou comment après une heure et demie d’attente, on n’est point vacciné à l’Académie de médecine ». Dans ce texte, sont décrits des « ouvrières », des « travailleurs »,  « des femmes du peuple [qui] s’en vont, le visage renfrogné, pestant contre l’administration et traînant au bout de leurs bras raidis des enfants morveux et pleurnichards65». La Patrie offre pourtant dans son reportage (voir le dessin ci-dessous) un aréopage de femmes  dont les tenues ne sont pas celles d’ouvrières …

« Une séance de vaccination: le docteur Kelsch opérant » [Académie de Médecine], La Patrie, 18 mars 1907. Gallica (BnF).

Selon les différents reportages, la fièvre vaccinale de 1907 entraîne même un clivage important entre les classes sociales les plus défavorisées qui trouvent parfois porte close quand elles se rendent dans les centres dédiés, faute de vaccins en nombre suffisant,  et les plus favorisées qui obtiennent grâce à leur entregent et monnaie trébuchante des séances de vaccination privées. Dans La Liberté, Édouard Lepage raconte sa quête échevelée pour trouver la statue de Jenner, et, plus prosaïquement le vaccin salvateur. Le troisième pharmacien qu’il sollicite lui conseille d’aller à la source, c’est-à-dire l’Institut de vaccine (voir la photographie ci-dessus), un organisme privé,  qui est le seul autorisé à produire le vaccin. Lepage se livre alors à une violente diatribe :

Il sourit et me répond qu’on fait ce qu’on peut, qu’on n’est pas des bœufs, ni même des génisses,  qu’il n’est pas obligé d’avoir du vaccin et que si j’y tiens absolument, je n’ai qu’à aller en puiser à la source même, c’est-à-dire à l’Institut de Vaccine. Allons-y ! La rue. Le numéro. M’y voici. Une foule de clients stationne sur le trottoir. Une autre foule de clients a envahi la boutique — est-ce bien la boutique que je dois dire ? Et toutes ces foules réclament du vaccin. Et voici qu’il n’y a plus de vaccin. Plus de vaccin, grand Dieu ! Dans le fort de l’épidémie, en pleine variole noire ! Il n y a plus de vaccin. Et pourtant, il y en a encore, il y en a même de trop ! Il y en a dans de gros tubes, de quoi vacciner 100 personnes d’un coup — et ce tube-ci coûte 20 francs — de quoi vacciner 50 personnes — et ce tube-là coûte 10 francs. 20 francs ! 10 francs ! Peste ! Un monsieur très bien mis, qui a son automobile à la porte, débourse un petit louis, séance tenante, emporte le tube à cinquante personnes et, par ce geste coûteux, ravit à 49 personnes, qui attendent, le droit de se faire vacciner. Pourquoi la source du vaccin est-elle à ce point tarie ? Pourquoi l’Institut de vaccine ne s’est-il pas procuré suffisamment de petits tubes pour débiter le vaccin au détail au lieu de le solder en vrac ? Pourquoi l’État, le gouvernement, l’Académie de médecine, l’Institut Pasteur, Qui-de-droit, en un mot, — sitôt l’apparition de la variole, qu’il n’a pas su ou n’a pas pu empêcher de franchir les grilles de l’octroi, — n’a-t-il pas avisé aux mesures nécessaires pour ne pas manquer de vaccin ? On vous crie : « Faites-vous vacciner ! Faites-vous vacciner ! » Et pour se faire vacciner, on ne trouve de vaccin nulle part, ni dans les instituts, ni chez les docteurs, ni chez les pharmaciens de première classe66!

Plusieurs journaux évoquent même des séances de vaccination mondaines en guise de five o’clock tea. Le romancier Paul Acker raconte qu’une maîtresse de  maison a convié un jeune et beau médecin dont la présence inhabituelle intrigue ses invitées :

Il était là pour vacciner ces dames et ces messieurs. On se récria bien un peu, mais le docteur décrivit avec tellement d’horreur les ravages de la variole, et exposa si lumineusement que deux petites piqûres de rien du tout préservaient de cet affreux mal, que les dernières hésitations tombèrent. Au reste, beaucoup trouvaient admirable cette surprise ; elles étaient de celles à qui il faut toujours du nouveau, n’en fût-il plus au monde. Cette transformation du banal five o’clock tea en five o’clock vaccin leur paraissait merveilleuse. Délicatement, le docteur vaccina. Il vaccina quelques retardataires sur le bras, toutes les autres sur la jambe. Une jeune femme qui ne voulut rien savoir dut s’enfuir sous les lazzis, les reproches et les rires : on la taxa de poseuse. Quand la cérémonie fut finie, on but ensuite, pour se remettre, un peu de thé, un peu de chocolat et un peu de porto 67.

Radiguet, « On vaccine !», Le Rire, 30 mars 1907.Gallica (BnF).

 

Le Fin de siècle du 14 avril évoque une « épidémie adorablement parisienne », un « passe-temps […] délicieusement mondain68». La Vie parisienne consacre également un long article humoristique  à « la mode du vaccin69 ». Dans la même revue, un dessin présente deux jeunes élégantes, le bras qui a reçu la piqûre savamment drapé (voir ci-dessous), trop fières de pouvoir se déclarer vaccinées.

L. Métivet, « Dernier cri », La Vie parisienne, 6 avril 1907. Gallica (BnF).

Pourtant, dès le début de l’épidémie, les vaccins manquent à Dunkerque, et la responsabilité des autorités est pointée. La ruée parisienne vers les vaccins se généralise au moins aux grandes villes françaises, et entraîne çà et là une pénurie. Les médecins se réjouissent néanmoins de la (re)vaccination :

Du colonel à l’apprenti tapin, tous les soldats de France ont été revaccinés. Ce sont les cas de variole de Dunkerque qui ont amené le ministre de la guerre à prendre cette mesure excellente. — Il y a, comme nous le disait hier en riant un docteur saint-quentinois, une épidémie certaine en ce moment, mais c’est une épidémie de vaccination. Les médecins n’y suffisent plus et les tubes à vaccin font prime : on n’en trouve plus. À la caserne, cela se fait… militairement et il est entendu qu’à la troisième inoculation, ça doit prendre : c’est le règlement70!

De cette épidémie vaccinale, bien des enseignements ont sans doute été tirés, plus ou moins officiellement. Le Journal des Débats évoque tour à tour « un trac populaire », « une panique sans fondement », « une folie de vaccination », une « fièvre vaccinante »,  mais pense que cette « contagion de l’épouvante » a eu le mérite de pousser les gens à se faire vacciner71. Cette opinion est partagée par Les Annales politiques et littéraires du 7 avril 1907 qui indiquent dans « le trac variolique » :

Les conséquences en ont été heureuses, car tout le monde n’hésita pas à se faire vacciner. Et ce fut une sauvegarde non seulement individuelle, mais collective. On n’eût pu inventer un meilleur moyen de vaincre l’inertie et l’indifférence du public vis-à-vis de la vaccination72.

L’ affolement passé, L’Éclair entend tirer le bilan des semaines pendant lesquelles variole et vaccine « ont fait couler des flots d’encre » et dénonce le manque d’asepsie des vaccinations faites à partir de vaches promenées selon lui dans la poussière par des cochers aux mains sales qui opèrent eux-mêmes les prélèvements73. Plus encore, quelques journaux croient savoir que l’épouvante a été fabriquée de toutes pièces par quelques-uns de leurs confrères et des médecins complaisants afin de renflouer l’Institut de vaccine !  L’Événement dénonce le « Trust du vaccin » et indique : « Or, ce fléau était imaginaire. Hélas ! Nous fûmes tous victimes d’une fumisterie fantastique.  À l’heure actuelle il est parfaitement acquis que la terrible (!!!) épidémie a été un coup ingénieusement monté par un médecin habile et un grand journal son complice74 ». C’est aussi le cas du Progrès de la Somme qui termine son article en déplorant : « Le malheur, c’est qu’aujourd’hui que le « truc a été débiné », — personne ne croira plus aux épidémies, même quand elles seront sérieuses75 ». Sans aller jusque-là, plusieurs journaux indiquent que la presse a largement contribué à l’affolement général. Le rapport dressé par l’Académie de médecine après l’épidémie rapporte aussi que la presse a joué un rôle non négligeable. Ce psychodrame de 1907 révèle un rapport désormais nouveau entre médecins et médias : comme le souligne Pierre Darmon, si jusque-là les médecins pouvaient espérer faire passer des messages pédagogiques, désormais les journaux introduisent « le germe de l’anarchie dans l’administration de la médecine », préférant « les fulgurances de l’angoisse76 ». Ajoutons que certains médecins, mesurant mal les effets d’une hyper-médiatisation naissante, se sont prêtés au jeu de la panique.

La vaccination érotisée par la caricature entre 1870 et 1907

Carlo Gripp, « La vaccination», Paris-Comique, 2 avril 1870. Musée Carnavalet. Paris Musées. Open licence : CC.

La presse satirique et les dessins comiques illustrant parfois la presse généraliste sont aussi un indicateur du climat particulier entourant la fièvre vaccinale de 1907. Variole et vaccination véhiculent bien des fantasmes autour du corps féminin, comme on l’a déjà entrevu. La variole est par excellence la maladie que les femmes coquettes et/ou légères ne veulent pas contracter, selon des écrits … masculins ! La littérature naturaliste renforce encore cette vision, en y ajoutant le poids du châtiment. Nana meurt atrocement défigurée par la petite vérole de 1870. En écrivant, à la toute fin du roman, « Et, sur ce masque horrible et grotesque du néant, les cheveux, les beaux cheveux, gardant leur flambée de soleil, coulaient en un ruissellement d’or. Vénus se décomposait. Il semblait que le virus pris par elle dans les ruisseaux, sur les charognes tolérées, ce ferment dont elle avait empoisonné un peuple, venait de lui remonter au visage et l’avait pourri77 », Zola marque un parallèle fort entre petite et grand vérole (la syphilis).

Nana / [par Emile Zola], [éd. ill. par André Gill, Bertall, G. Bellenger,… [et al.], 1882. Page 449. Gallica (BnF).

Si Nana a contracté la variole en allant voir son enfant malade, Madame Hermet, sous la plume de Maupassant, ne souhaite pas prendre de risques. Aussi se prémunit-elle par toutes sortes de désinfectants et préfère-t-elle regarder à travers une vitre son fils agonisant. Sa culpabilité trop insupportable la rend folle et elle croit désormais être elle-même couverte de pustules78. La vaccination, gage de protection contre la défiguration et la mort, est a contrario investie par les dessinateurs comme une scène pleine de vie et promesse de jouissance. Les séances de vaccinations collectives, qui mélangent parfois dans l’urgence des hommes et des femmes, contraints de se dévêtir un peu, sont l’objet de fantasmes, tout comme la vaccination privée où le médecin peut voir la peau nue de sa patiente (rappelons que les médecins procédaient alors encore aux auscultations à travers les vêtements). C’est sur ce type d’ambiguïté que joue le récit « Un monsieur qui suit les femmes » : on apprend que le suiveur est un monsieur qui, refusant le vaccin directement issu de la vache, a choisi une jeune femme lui paraissant saine pour lui demander une vaccination de bras à bras …79. Les fantasmes sont redoublés par le fait que les futures vaccinées exigent parfois que l’inoculation soit pratiquée à des endroits peu visibles, afin de pouvoir exhiber des bras parfaits.

=> Cliquez sur les images ci-dessous pour mieux les voir

Cette coquetterie est soulignée à diverses reprises par des commentaires  méprisants :

Quelle joie de montrer son joli bras blanc et ce petit coin de poitrine poudrederizée à souhait… On badine, on plaisante, on fait des mots risqués, des équivoques croustilleuses, on a même un peu le trac80.

À partir de 1870, avec l’avènement de feuilles plus légères, voire coquines comme l’on disait alors, et une censure moins sévère, la vaccination devient prétexte à des scènes légères ou grivoises. Ce regard masculin (les caricaturistes du début du XXe siècle sont des hommes) propose une vision fantasmée et stéréotypée de la femme qui doit être de préférence jeune, jolie, déshabillée et de peu de vertu face à des médecins (ou des hommes jouant au docteur) :

Au lieu d’orchestre, sur une estrade, une vache mugissante : le ranz des vaches ; au lieu de chef d’orchestre, pas le moindre prince de Broglie, un simple docteur, brandissant une lancette. La vache fournit, en même temps, le lait du thé et le vaccin. Admirable simplification ; lunch et pharmacie ; et, si l’on n’a pas le bras trop engourdi, on peut finir par un petit bridge. Voilà certainement une distraction qui fera plaisir aux froussards et aux honnêtes voyeurs. En effet, les dames qui se décollètent et montrent leurs bras jusqu’à la fourrure, n’aiment pas beaucoup à déshonorer le galbe pur de leurs biceps par des cicatrices, comme le vieux maréchal de Rantzau qui n’avait plus «d’entier que le cœur». Alors, elles préfèrent se faire opérer à la jambe ou à la cuisse. Hé ! hé ! la soirée qui se corse et devient vraiment intéressante. Pas de vaccin, pas de cuisse ! Le docteur aura des moments si agréables qu’il opérera comme un oculiste, c’est-à-dire à l’œil, et les invités, outre la joie de ne pas être avariolés, n’auront pas assez d’yeux pour contempler ce joli point de vue, qui fera couler dans leurs veines non seulement le sérum sauveteur, mais de chaudes effluves d’amour. On vaccinera sur un volcan. Ah ! La jambe81!

En 1907, les dessinateurs comprennent vite qu’ils ont affaire non pas à une véritable épidémie mais à une fièvre de vaccins qu’ils peuvent blaguer. Alors que la rare iconographie des séances de vaccination reste volontairement prude (voir plus haut) pour ne pas effaroucher les lecteurs de la presse généraliste, les caricaturistes invitent quant à eux les lecteurs des revues satiriques à découvrir le caractère privé et charnel des vaccinations.  L’intimité physique de la vaccination (qu’elle soit collective ou individuelle)  est souvent montrée dans ces dessins comme une situation ambigüe voire une invite sexuelle autorisant la réaction égrillarde.

=> Cliquez sur les images ci-dessous pour mieux les voir

À l’inverse, les quelques dessins humoristiques évoquant les hommes et la vaccination les montrent habillés, dans des situations viriles (l’escrime) ou bien exhibant de gros biceps (voir plus haut).

=> Cliquez sur les images ci-dessous pour mieux les voir

Il n’est donc pas surprenant, au terme de cette fièvre vaccinale et érotisée, de trouver dans La Chronique amusante du 6 avril 190782 une doctoresse masculinisée (« Laure Hippilante »), tout droit sortie de la tradition des bas-bleus,  qui mène des recherches pour composer le microbe de la longévité. Au fantasme des jeunes femmes écervelées et sans pudeur offertes aux vaccins répond celui, alors récurrent dans les caricatures et les romans, de la doctoresse que sa volonté d’embrasser une profession jusqu’à peu réservée aux hommes asexue ou masculinise. La série de dessins  laisse même entendre que son peu de féminité réside dans sa conception de la recherche, relevant davantage de la cuisine ou de la sorcellerie que de la science ! Néanmoins, son microbe de la longévité permettrait de se passer des vaccins déjà inventés et à venir…

=> Cliquez sur les images ci-dessous pour mieux les voir

La fièvre vaccinale de 1907 a permis aux autorités et aux médecins  de constater que l’obligation (re)vaccinale contre la variole n’était pas suivie d’effet et que la peur était visiblement un moteur plus puissant que l’obligation83. Les effets de la médiatisation de la prise de parole des médecins, déjà visibles lors des épidémies de choléra à la fin du XIXe siècle, ont pris une acuité particulière lors de cette crise.

« La vaccination obligatoire« , Le Matin, 22 août 1907. Gallica (BnF).
=> Pour aller plus loin, outre les articles et ouvrages déjà cités (voir les notes ci-dessous),  on pourra consulter entre autres :
– la bibliographie élaborée par le Département Sciences et techniques de la BnF : « Épidémies depuis 1900 – Retour sur l’émergence de nouvelles maladies aux XXe et XXIe siècles« 
– les différentes émissions en podcast de France Culture qui ont porté sur la variole et/ou le vaccin
– les différentes émissions en podcast de France Inter, comme :
* Le vif de l’histoire : Les résistances aux vaccins
Citer ce billet : Agnès Sandras, "Vaincre les épidémies entre 1900 et 1929 : isolement, masques, sérums ou vaccins – Partie IV. La ruée vers les vaccins lors d’une épidémie de variole (1907)," in L'Histoire à la BnF, 05/02/2021, https://histoirebnf.hypotheses.org/11052, [consulté le 02/03/2021].

  1. Voir cette série et les billets de la série humour et épidémies []
  2. Voir Alina Cantau, « Les débuts du vaccin (piqûre de rappel), Blog Gallica BnF, janvier 2013. []
  3. Catriona Seth,  « L’inoculation contre la variole : un révélateur des liens sociaux« , Dix-huitième siècle, 2009, 41(1), 137-153. []
  4. Voir « De la petite vérolle au XVIIe siècle au cancer aujourd’hui : ce que peuvent apporter les mathématiques« , conférence avec Dominique Barbolosi, professeur de mathématiques à Aix-Marseille Université (AMU), membre de l’UMR INSERM 911, équipe CRO2 (Recherche en Oncobiologie et Oncopharmacologie) et coordonnateur de l’équipe SMARTc : Simulation & Modelling : Adaptive Response for Therapeutics in Cancer, faculté de médecine-pharmacie de Marseille – BnF, 2016. []
  5. Catriona Seth,  « L’inoculation contre la variole : un révélateur des liens sociaux« , op.cit. Voir aussi Grégoire Chamayou, « L’inoculation, expérience de masse », dans : , Les corps vils sous la direction de Grégoire Chamayou, Paris, La Découverte, « Poche/Sciences humaines et sociales », 2014, p. 97-138. []
  6. Voir Séverine Parayre, « L’entrée de l’éducation à la santé à l’école par la prévention (XVIIIe-XIXe siècles) », Recherches & éducations, 3| septembre 2010. []
  7. Cette coiffure est décrite par la comtesse d’Adhémar dans ses Souvenirs en 1836. Nous n’en avons pas trouvé jusqu’ici de représentation, si ce n’est celle largement postérieure imaginée par Paul Manceau à voir ici. Un des followers de Frédéric Manfrin (service histoire, BnF) nous signale également cette autre représentation imaginaire dans Le Journal amusant du 9 octobre 1909. []
  8. H. Bazin, « Les membres du Comité Central de Vaccine, une poignée d’hommes qui ont bien mérité de leur patrie, et même de l’humanité« , Académie nationale de médecine, 2001. Le rôle du Comité central est repris par l’Académie royale de médecine, fondée en 1820. []
  9. L’attitude de Tapp est racontée par le Journal de Paris du 15 avril 1801. Ces caricatures sont évoquées dans « Documents concernant la vaccine « , Société de médecine vétérinaire, 1906 et « Estampes sur la vaccine« , Collection De Vinck.. 4, Napoléon et son temps : Directoire, Consulat, Empire / Bibliothèque nationale, Département des estampes ; [réd.] par Marcel Roux, Paris, 1929. []
  10. Voir Jean-Baptiste Fressoz, « Le vaccin et ses simulacres : instaurer un être pour gérer une population, 1800-1865 », Tracés. Revue de Sciences humaines, 21 | 2011. []
  11. Voir par exemple La vaccine , poème qui a remporté le prix proposé par la Société d’émulation de Cambrai, en décembre 1809, par M. Antoine-Marie Gauthier-Désiles,Paris, Michaud frères, 1810. Cette ode-fleuve à Jenner est suivie de longues notes précises tournant en dérision des écrits antivaccinistes. []
  12. Voir également Pierre-Yves Beaurepaire, « La vaccine en voyage« , L’Histoire par l’image, avril 2020. []
  13. Voir « Vaccination : histoire d’une défiance française« , entretien de Xavier Mauduit, producteur de l’émission « Le Cours de l’histoire », le 7 mai 2020 avec Laurent-Henri Vignaud, historien,  maître de conférences d’histoire moderne à l’université de Bourgogne, et co-auteur avec Françoise Salvadori d’ANTIVAX. La résistance aux vaccins du XVIIIe siècle à nos jours, paru en janvier 2019 aux éditions Vendémiaire. []
  14. Gazette nationale ou le Moniteur universel, 23 janvier 1811. []
  15. Voir Séverine Parayre, « L’entrée de l’éducation à la santé à l’école par la prévention (XVIIIe-XIXe siècles) : », Recherches & éducations, op. cit. []
  16. Voir par exemple :  De la vaccine et de la supériorité de la vaccination animale : mémoire lu à la Société impériale de médecine de Marseille, le 11 décembre 1868 / par le Dr Rougier,…, Marseille, 1869 ; Guide du vaccinateur : les deux vaccins, vaccin d’enfant, vaccin de génisse, Paris, 1881 ; Hygiène de la variole : vaccination et revaccination : dangers des vaccinations de bras à bras / Dr V. Cougit,…, Toulon,  1890. []
  17. Timothée Trimm, « Timothée Trimm vacciné« , Le Petit Moniteur universel, 14 mars 187O. []
  18. Article « anti-vaccinateurs« , Deuxième supplément au Grand dictionnaire universel Larousse, 1890. []
  19. « Vaccination« , Paris-Hachette, 1er janvier 1898. []
  20. Jean Frollo, « Le vaccin, Le Petit Parisien, 6 avril 1880. []
  21. Dr Brochard, « Les non croyants« , Le Petit Moniteur universel, 23 avril 1882. []
  22. La Nation, 15 mai 1896. []
  23. « Glorieux anniversaire / LE CENTENAIRE DE LA VACCINE / L’histoire d’un remède. — Un bienfaiteur de l’humanité. — Reconnaissance universelle » , La Presse, 14 mai 1896. []
  24. Paul Ginisty, « Autour d’un centenaire« , Le Petit Marseillais, 21 mars 1896. []
  25. Voir Alexandre Sumpf, « Pasteur héros de la santé publique« , Histoire par l’image, 2020. []
  26. Voir l’entretien de Laurent-Henri Vignaud, historien,  maître de conférences d’histoire moderne à l’université de Bourgogne (co-auteur avec Françoise Salvadori d’ANTIVAX. La résistance aux vaccins du XVIIIe siècle à nos jours, paru en janvier 2019 aux éditions Vendémiaire) avec Marina Bellot sur Retronews : « Antivax »​ : l’histoire mouvementée de la vaccination depuis trois siècles« , 2019. []
  27. Gérard Jorland, « La variole et la guerre de 1870 », Les Tribunes de la santé, 2011/4 (n° 33), p. 25-30. DOI : 10.3917/seve.033.0025. []
  28. Voir par exemple Gabriel Désert, « Une catastrophe démographique : la variole en Basse-Normandie.1870-1871« , Hors-série des Annales de Normandie. Recueil d’études offert en hommage au doyen Michel de Boüard – Volume I. 1982. Pp. 191-211. []
  29. Les conclusions de ce comité sont reprises par divers journaux. Voir par exemple : « La Variole« , La Presse, 20 juin 1870. []
  30. Dr Tant-Pis, « A bas la vaccine !« , Gavroche, 25 juin 1870. []
  31. Voir le Dictionnaire argot-français et français-argot / Georges Delesalle, préface de Jean Richepin, Paris, 1896. []
  32. Voir Jules Claretie, « La vie à Paris […) Nadar et l’écumoire« , Le Temps, 13 avril 1883. []
  33. Dr Vaissette, « Chronique« , La Petite Presse, 13 janvier 1894. []
  34. « Vaccination et revaccination« , Les Annales politiques et littéraires, 12 novembre 1893. []
  35. Gazette de France, 25 décembre 1817. []
  36. Voir par exemple l’analyse de L’Univers illustré du 14 août 1880 sur l’examen d’un projet de loi anglais tendant à assouplir l’obligation vaccinale. []
  37. « Proposition de loi tendant à rendre obligatoires la vaccination et la revaccination, présentée par M. Henry Liouville», 20 mars 1880. Impressions : projets de lois, propositions, rapports, etc. / Chambre des députés. []
  38. Cinq séances selon un récit caustique du Voltaire à lire ici. []
  39. M.L. Camus, « La vaccine à l’Académie de Médecine (1820-1920)« ,  Bulletin de l’Académie nationale de médecine, 1920. []
  40. Rapport de M. le Dr Joseph Massot,… ; Comité central d’hygiène publique et de salubrité des Pyrénées-Orientale, 1891. []
  41. « La revaccination obligatoire dans les écoles et l’arrêté ministériel du 20 Décembre 1888 », Bulletin des syndicats des médecins de France et de l’Union des syndicats, 1890. P. 340. []
  42. Maurice Dancourt, « Trop de vaccins« , Le Charivari, 12 février 1889. []
  43. Voir Reinert P., « Petite histoire des ligues antivaccinales« , Médecine Thérapeutique Pédiatrie, 2016 []
  44. Dr E. Monin, « Propos du docteur – Au sujet du congrès antivaccinal« , Gil Blas, 3 septembre 1889. []
  45. Voir Françoise Salvadori et Laurent-Henri Vignaud, Antivax – La résistance aux vaccins du XVIIIe siècle à nos jours, Paris, Vendémiaire, 2019. []
  46. « La variole à Marseille« , Le Petit Provençal, 1er mars 1907. []
  47. Jean Rozays, « La variole à Marseille« , Le Petit Provençal, 2 mars 1907. » []
  48. « La variole noire à Dunkerque – Trois décès – Les précautions sanitaires« , Le Petit Parisien, 2 mars 1907. []
  49. « La variole noire« , Le Petit Parisien, 3 mars 1907. []
  50.  » La variole à Dunkerque – Une cabaretière atteinte – C’est la sixième victime», Le Petit Parisien, 4 mars 1907. []
  51. « Encore un décès, c’est le cinquième», Le Petit Parisien, 6 mars 1907. []
  52. « La contamination paraît enrayée», Le Petit Parisien, 7 mars 1907. []
  53. « La variole noire – Un cas mortel à Paris», Le Petit Parisien, 13 mars 1907. []
  54. « La variole noire», Le Petit Parisien, 16 mars 1907. []
  55. « Sur la variole – Vaccination et revaccination – Il faut se faire vacciner tous les cinq ans», Le Petit Parisien, 18 mars 1907. []
  56. « La vérité sur l’épidémie de variole« , Le Petit Parisien, 27 mars 1907. []
  57. Dr Vaissette, « Chronique», Le Parisien, 10 décembre 1900. []
  58. Le terme « forain » désigne les marchands des foires mais aussi les personnes étrangères. Voir ici la définition du CNRTL. []
  59. Séance du 8 mars 1907. Journal officiel de la République française. Débats parlementaires. Chambre des députés : compte rendu in-extenso. []
  60. « Académie de Médecine – Une épidémie de vaccine », L’Humanité, 27 mars 1907. []
  61. « La variole noire à Paris – Un nouveau cas — Il n’y a pas lieu de s’inquiéter — Mais il est prudent de se faire vacciner», La Croix, 16 mars 1907. []
  62. « La variole est à Paris- Faites-vous vacciner», Le Matin, 14 mars 1907 []
  63. Le Matin, 21 mars 1907. []
  64. Dr Raoul Blondel, « A l’Académie de Médecine – la variole», L’Écho de Paris, 20 mars 1907. []
  65. Gérard Bauër, « La Course au Vaccin ou comment après une heure et demie d’attente, on n’est point vacciné à l’Académie de médecine», L’Écho de Paris, 20 mars 1907. []
  66. Édouard Lepage,  « Propos de variole», La Liberté, 21 mars 1907. []
  67. Paul Acker, « Épidémie de vaccination», Gil Blas, 26 mars 1907. Dès le lendemain, le même journal publie une chanson comique intitulée « le thé vaccin« . []
  68. « Échos», Le Fin de siècle, 14 avril 1907. []
  69. Gabriel Timmory, « La mode du vaccin», La Vie parisienne, 30 mars 1907. []
  70. « La santé du soldat», Journal de la ville de Saint-Quentin et de l’arrondissement, 24 mars 1907. []
  71. Henri de Parville, « La variole noire – Contagion de l’épouvante (…)», Le Journal des Débats politiques et littéraires, 4 avril 1907. []
  72. Henri de Parville, « Le trac variolique», Les Annales politiques et littéraires, 7 avril 1907. []
  73. Docteur Véritas, « Variole noire et vaccine – La vaccination de « génisse à bras » est dangereuse et antiscientifique», L’Éclair, 3 avril 1907. []
  74. « Le ‘trust’ du vaccin», L’Événement, 17 avril 1907. []
  75. Le Carquois, « Fléchettes», Le Progrès de la Somme, 31 mars 1907. []
  76. Pierre Darmon, La longue traque de la variole, Paris, Perrin, 1986. Page 385. []
  77. Émile Zola, Nana, Paris, G. Charpentier, 1880. Page 524. []
  78. Guy de Maupassant, « Madame Hermet», Gil Blas, 18 janvier 1887. []
  79. Vicomte de Challans, « Un monsieur qui suit les femmes», La Presse, 9 juin 1880 []
  80. « Échos», Le Fin de siècle, 14 avril 1907. []
  81. Snob, « Les potins de Paris», Le Rire, 30 mars 1907. Le mot « avariolés » est un jeu de mot entre variolé et « avarié », c’est-à-dire contaminé par la syphilis ou grande vérole. []
  82. Moloch, « Nouvelles de la science», La Chronique amusante. BnF, Département Philosophie, histoire, sciences de l’homme. FOL-LC13-347. []
  83. Sur l’obligation vaccinale, voir Murard, Lion, and Patrick Zylberman. “Éducation ou contrainte : la vaccination antivariolique en France à la Belle Époque« ,  History and Philosophy of the Life Sciences, vol. 17, no. 1, 1995, pp. 31–53. []

Agnès Sandras

chargée de collections en histoire de France au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.