Les Animaux dans la Grande Guerre – Partie IV, «Trésors d’archives » et mémoire vive sur le web

 Les commémorations du Centenaire de la Guerre de 1914-1918 ont mobilisé de nombreux acteurs, et le large accès  en ligne à des documents  numérisés qui s’y rapportent, dont certains  issus de collections privées totalement inédites confiées par des particuliers à l’occasion des trois campagnes de la Grande Collecte organisée sur tout le territoire par le réseau des Archives de France, la Mission du Centenaire et la BnF, a permis un renouvellement sans précédent de l’historiographie du conflit.

Une partie des travaux  des particuliers, des associations, des historiens, des institutions, des journalistes, qui se sont penchés sur le sort des animaux dans le conflit, a laissé une trace en ligne. Cette information numérique variée est venue compléter, et souvent commenter, les fonds d’archives déjà constitués autour de la Première Guerre mondiale, et les témoignages de ses contemporains.

L’archivage du web français de la Grande Guerre1, même s’il ne peut être exhaustif2, a permis  de conserver un échantillonnage des  interventions d’aujourd’hui sur un aspect longtemps oublié du premier conflit mondial. Archivage précieux, car si certains billets ou dossiers sont encore disponibles sur le web, – ceux cités ici entre autres -, ils peuvent à tout moment changer d’adresse, ou disparaître de la Toile.

Après les billets consacrés aux « animaux de guerre », enrôlés officiellement ou non dans les armées (billet 1), aux  autres animaux dans la Grande Guerre (billet 2), à l’après-guerre et à l’historiographie récente qui remet en lumière leur présence et leur rôle fondamental dans le conflit (billet 3), ce quatrième et dernier billet se propose de présenter les grands axes du thème tel qu’il apparaît sur le net, et un large choix de sites, collectés ou non, qui s’y sont intéressés avant et pendant les commémorations du Centenaire3, en complément de ceux déjà présentés dans le parcours guidé « Mémoire et histoire de la Grande Guerre sur le web ». Enfin, nous reviendrons en particulier sur la campagne menée en 2018 par des associations de protection animale pour qu’un « devoir de mémoire » leur soit reconnu, aux côtés des hommes. Question délicate, qui commence à être mieux acceptée en France et au-delà, sans doute parce mieux renseignée aujourd’hui par l’histoire, et /ou autrement comprise.

Un thème inédit (ou presque) sur le net : les animaux, de l’histoire à la mémoire

Dans le cadre des célébrations officielles, les institutions chargées des commémorations ont préparé et accompagné de nombreuses manifestations, et labellisé « Centenaire » les initiatives remarquables. Des  expositions, des conférences, des ateliers pédagogiques se sont multipliés au fil des années de célébrations, et le site « Mission du Centenaire 14-18 » a été créé comme un espace de ressources, pour relayer et mettre en valeur l’information sur le programme commémoratif mis en place au niveau  local, national et international.

La population française s’est passionnée pour le sujet4, certains investissant même les outils du  numérique pour participer à des projets collaboratifs de grande ampleur.

Ballon militaire, vue prise de la nacelle : [photographie de presse] / [Agence Rol] : 1914. Gallica (Bnf).

Marginal encore pendant les commémorations, le thème des animaux dans la Grande Guerre, à l’origine surtout abordé par des historiens amateurs5 et des particuliers engagés, souvent associatifs, est de mieux en mieux relayé par la presse et les institutions impliquées dans le Centenaire, attirant l’attention du grand public. Il est dans le même temps de plus en plus légitimé par les travaux d’historiens professionnels et  certains courants novateurs de la recherche, et suscite l’intérêt d’associations comme l’Union nationale des combattants (UNC) ou le Souvenir français.    

La mise en lumière du rôle fondamental, des missions  et des souffrances des animaux, acteurs et  « héros oubliés » du conflit, constitue le principal point d’accroche des sites repérés dans le cadre de la collecte du web français de la Grande Guerre, et cette tendance se retrouve aussi à l’étranger6. La France n’est pas pionnière dans la redécouverte de cet aspect méconnu de la guerre7, mais elle y participe pleinement avant et pendant le Centenaire.

Croix de l’Ain. Supplément illustré de la semaine. (Belley) : 1916-06-04. Gallica (BnF).

L’iconographie, qui permet de mieux comprendre les situations vécues par les animaux, en interaction avec les hommes, est très présente dans les dossiers, billets et articles qui abordent ces sujets, et les ressources de Gallica, la bibliothèque numérique de la BnF et de bibliothèques partenaires, ont  été très largement exploitées, notamment les reportages illustrés de la presse du temps. Des cartes postales, des affiches, des photographies professionnelles ou personnelles, dont certaines issues des archives familiales numérisées et partagées via la Grande Collecte, documentent aussi les sites et les blogs, qui se citent les uns les autres en liens recommandés. Les archives militaires, ministérielles ou vétérinaires concernant les animaux qui n’ont pas été numérisées sont surtout connues et exploitées par les historiens et les centres d’archives.

Almanach illustré du Petit Parisien (Paris) : 1918. Page 113. Gallica (BnF).

Du site institutionnel au billet de blog, en passant par les forums, y compris militaires, de la presse en ligne à quelques sites marchands, toute la typologie de la Toile est représentée.  Certains blogs, sites ou dossiers sont plus généraux, d’autres se focalisent sur un animal, une mission ou un aspect de l’utilisation des animaux pendant la guerre : leur transport, les pathologies et les soins prodigués, etc. Les dossiers constitués sont principalement le fait d’acteurs patrimoniaux officiels, en prise directe avec des fonds d’archives, mais certains particuliers, historiens amateurs, ont aussi cherché à entrer finement dans le sujet, pour rendre aux « poilus » animaux leur place dans la mémoire collective du conflit.

Cet autre point d’accroche se dessine plus précisément à la fin du cycle des commémorations : très présentes  sur le net, des associations de protection animale, reprenant le flambeau de leurs prédécesseurs contemporains du conflit, réclament un geste mémoriel officiel en faveur des « animaux de guerre », comme de nombreux Poilus l’avaient souhaité. Leur campagne, bientôt soutenue par des intervenants reconnus, comme le Président du Souvenir français et l’historien Éric Baratay, veut rendre les « oubliés » d’hier visibles dans l’espace public.

« Les humbles serviteurs« , Excelsior : journal illustré quotidien : informations, littérature, sciences, arts, sports, théâtre, élégances. (Paris) : 1931-12-30. Gallica (BnF).

S’il peut paraître anecdotique, voire déplacé, car mettant « en concurrence » deux mémoires du conflit, l’humaine et l’animale, le thème des animaux dans la Grande Guerre est de fait à la croisée de nouvelles historiographies8 et de débats de société contemporains.

Dans nos sociétés occidentales de plus en plus sensibles à l’ « éthique de la sollicitude » et aux  souffrances animales, où les émotions font l’objet d’une historiographie nouvelle, le contexte exceptionnel, pour les hommes comme pour les bêtes, de la Grande Guerre, appelle une relecture des sources ayant trait à leurs interactions.

Pendant la guerre, « les témoignages montrent que les souffrances animales provoquent des émotions humaines, de la colère au désespoir en passant par la pitié », et influencent en retour les actes des « hommes émotionnés », écrit Éric Baratay en 20139. Parmi ces témoignages, celui de Maurice Genevoix, tout récemment entré au Panthéon, est bien connu. Beaucoup d’internautes se montrent sensibles à cet aspect d’un conflit totalement inédit par sa violence. La guerre a rapproché les animaux des soldats et des civils, pris ensemble dans l’enfer d’un conflit destructeur, « dévoreur » d’hommes et de bêtes, et nombre de documents d’archives, (re)découverts à l’occasion du Centenaire, laissent entrevoir des « vécus oubliés » qui font l’objet d’une attention nouvelle.

Almanach illustré du Petit Parisien (Paris) : 1918. Page 158. Gallica (BnF).

Le chapitre qu’Éric Baratay a rédigé pour le troisième volume de L’histoire des émotions10, publié en 2017, revient sur l’évolution du regard porté  dans la société française  sur l’émotion exprimée par certains face aux situations de maltraitance animale. Difficile à exprimer encore au XIXe siècle, le sentiment d’empathie pour les bêtes se libère au XX e siècle, et son expression passe progressivement  de l’individuel au collectif.

L’histoire des animaux, celle des « animaux de guerre » en particulier, est de mieux en mieux connue, et l’armée même tient aujourd’hui officiellement  compte de la notion d’ « animal welfare » dans son utilisation d’animaux « soldats »11, généralement admise comme encore nécessaire, mais discutée.

« Les bons apôtres de la paix », de Benjamin Rabier. Lectures pour tous : revue universelle et populaire illustrée. (Paris) : 1918-04-15. Gallica (BnF).

Ce contexte explique peut-être pourquoi les réactions de rejet, de désintérêt ou d’indignation face au sujet, d’élus sollicités  ou de particuliers, sont rares sur le net, et perceptibles « en creux » : on n’en trouve de trace que via les récits de leurs contradicteurs, et elles restent peu argumentées.

Parler des animaux permet d’intéresser un public jeune à l’histoire, mais donne également matière à penser, et à s’émouvoir aux adultes. À l’occasion du Centenaire français, c’est une « polyphonie des mémoires »12 assumée que ce sujet illustre aussi.

Panorama  du web français sur le thème des animaux dans la Grande Guerre

Parmi les institutions qui se sont mobilisées lors du Centenaire, les archives départementales et municipales ont joué un grand rôle, mettant notamment en ligne certains documents issus des archives personnelles et familiales numérisées pendant la Grande Collecte, et publiant parfois des présentations de ces sources inédites.

Quelques  sites d’archives départementales ont consacré aux animaux de la Grande Guerre de remarquables dossiers en ligne, recourant à différents choix éditoriaux mais animés  d’un fort souci de pédagogie.

En 2014, la direction de l’Action culturelle du Val d’Oise a monté une  exposition itinérante, « L’âne en guerre et autres animaux soldats ». Labellisée par la Mission du Centenaire, elle a donné lieu à une galerie virtuelle sur le site des archives du département, disponible sur le net dans son dossier « La Grande Guerre en images ». Comme le résume Arnaud Bazin, alors Président du Conseil général du Val d’Oise,  «  Parler des animaux soldats c’est aussi aborder l’histoire des hommes et des femmes qui vécurent des moments difficiles et douloureux. Cette approche vise à évoquer, de manière sensible et inédite, le quotidien du front et de notre territoire afin de transmettre la mémoire du premier conflit mondial aux plus jeunes, pour qu’ils en perpétuent à leur tour le souvenir. ».

Rappelant que « très longtemps  l’historiographie  a privilégié l’homme  à l’animal », le service éducatif des Archives départementales de la Marne a mis en ligne en 2016 un document intitulé « Les animaux dans la Grande Guerre » dans son dossier consacré à la Première Guerre mondiale. Accompagné d’images d’archives principalement locales, il évoque également le rôle du bétail et des mascottes.

Le très complet dossier des Archives départementales du Cher propose, lui, une documentation cliquable et téléchargeable variée constituée d’articles et de photographies de presse, de documents officiels, d’affiches, mais aussi de publicités de l’époque – parmi lesquels beaucoup d’inédits à découvrir, et quelques pépites. Fait rare, l’exposition virtuelle accorde une large place aux « animaux qui nourrissent et équipent le Poilu », aux animaux domestiques et sauvages, mais aussi au coq, « symbole de la nation13 », et aux dessins et caricatures animaliers, très familiers aux soldats comme aux civils de l’époque. Le grand nombre d’archives de presse de la sélection rappelle à quel point les animaux y ont très souvent été évoqués pendant le conflit, aussi bien en images que dans des articles parfois longs et fouillés.

Les ressources nouvelles réunies par les centres d’archives français pendant la Grande Collecte renseignent l’histoire locale autant que nationale, mais ne sont pas toujours dépouillées et indexées précisément, ce qui rend la recherche difficile pour le repérage des sources qui concernent les animaux : il reste beaucoup à y découvrir, ainsi que dans les nombreux fonds thématiques numérisés de bibliothèques patrimoniales14 ou d’archives privées sur la Grande Guerre.

[Album photographique du commandant vétérinaire Jean Dailly : photographies / Dailly, Jean]. 1914. Collection numérique : La Grande Collecte. Archives départementales de l’Aube. Gallica (BnF).

Les musées d’histoire de la Première Guerre mondiale se sont bien sûr impliqués : on trouve encore sur le net le dossier de presse de la première grande exposition consacrée en France aux animaux de 14-18 à l’Historial de Péronne, en 2007, et le Musée de la Grande Guerre de Meaux propose  un dossier documentaire sur les animaux, dont le focus sur les animaux devenus « stars »  dénote un usage nouveau des « biographies animales » introduites par Éric Baratay15. Le blog des actualités du Musée de l’Armée consacre aussi entièrement certains épisodes de sa série Animaux & guerres au pigeon, aux « totos », et au cafard (sous toutes ses formes) de la Grande Guerre…

De nombreuses expositions se sont tenues en régions avant et pendant les commémorations, relayées par différents acteurs sur le net. Certaines sont liées à des fonds locaux, comme celle organisée en 2016 à la bibliothèque du Point du Jour (5e arrdt) de Lyon, « Tous poilus, des bêtes et des hommes dans la Grande Guerre ».

D’autres se déclinent d’un territoire à l’autre : l’exposition « Chienne de guerre ! » organisée à Châlons en 2011 est l’adaptation « marnisée » de celle tenue à Bruxelles en 2010. Les archives départementales de la Marne, qui l’accueillent, la présentent sur leur site internet. En 2013, une autre version se tient à Suippes : Hervé Chabaud, rédacteur en chef  à L’Union/L’Ardennais, en parle dans son blog « L’Histoire en rafale », et l’association « Je me souviens de ceux de 14 » la présente en ligne. En 2014, on la retrouve à la Bibliothèque universitaire de Clermont, accompagnée d’une conférence d’Éric Baratay16.

De la même façon, l’exposition « Les animaux et la Grande Guerre », organisée au Muséum d’histoire naturelle de  Bourges en 2014, relayée par la presse locale, est reprise à Marseille en 2016, présentée par le site de la Mission du Centenaire.

Pages de gloire (Paris) : 1915-12-26.Bibliothèque numérique  L’Argonnaute (La Contemporaine). Gallica (BnF).

Des mairies, des médiathèques  et des musées municipaux, des centres culturels ont organisé ou accueilli expositions, conférences d’historiens professionnels ou amateurs (parfois itinérantes) et projections sur les animaux dans le conflit, et des vidéos ont parfois été mises en ligne pour diffuser ces interventions17.

À  Voiron dans l’Isère, c’est le Président de l’association d’anciens combattants UNC-Alpes  qui présente en 2019 la conférence  qui accompagne l’exposition « Héros oubliés » mise au point par l’éditeur Pierre De Taillac d’après l’ouvrage de l’historien Jean-Michel Derex, et l’UNC-AFN La Boissière de Montaigu a constitué un dossier sur les animaux dans le conflit sur son site internet.

Des classes ont travaillé sur le thème et mis en ligne le fruit de leurs recherches : au collège Maurice Genevoix de Châteauneuf-sur-Charente, qui développe l’utilisation d’outils numériques, des élèves ont enrichi leur billet d’une émission de webradio. Des chaînes Youtube proposent aussi des vidéos pédagogiques, comme « La classe de JJonet » sur « Les animaux de la Première Guerre mondiale », ou « Mamytwink » sur Cher Ami, « Le pigeon qui a sauvé la vie à 194 soldats ».

Croix de l’Ain. Supplément illustré de la semaine. (Belley) : 1916-08-20. Gallica (BnF).

En dehors du cadre officiel des commémorations du Centenaire, les particuliers qui évoquent les « poilus » animaux sur le web ne sont souvent pas des spécialistes, mais des internautes parfois aguerris, historiens amateurs, acteurs de la vie locale, amoureux d’un terroir, chercheurs d’un passé avant tout familial ou « touristes mémoriels » chevronnés.

Très différents  des sites institutionnels dans leur approche du sujet, les forums sur la Grande Guerre ont joué, très tôt, un rôle considérable de mise à jour et d’approfondissement de certains aspects du conflit, peu documentés ou mal connus du grand public, principalement pour une communauté ouverte à tous, mais de fait assez confidentielle, de passionnés. Parmi eux, l’incontournable et pointu « Forum Pages 14-18 » a consacré 12 pages de discussions à « Nos amies les bêtes et la Grande Guerre » entre 2006 et 2016. Devançant souvent la publication des ouvrages récents consacrés aux  animaux dans le conflit18, les membres du forum échangent documents et informations, souvent inédits, en lien avec le sujet examiné19. Les militaires aussi s’emparent du sujet, comme le montre la discussion du forum « Paras, bérets bleus, verts et rouges, tous unis ! », sur les chiens de guerre, en 2014.

Croix de l’Ain. Supplément illustré de la semaine. (Belley) : 1916-04-02. Gallica (BnF).

Quelques blogs ou sites personnels témoignent aussi d’un souci de recherche fine dans les documents d’époque : iconographie, textes et objets illustrent leur propos. On peut citer ici les articles très fouillés consacrés aux animaux du blog encore actif « Grande Guerre : territoriaux bretons et normands du 87 DIT »20. D’autres sont plus brefs, comme le site « Horizon 14-18 », qui  consacre une de ses parties aux animaux, et le blog « Animaux 14-18 », qui présente de courtes vidéos commentées.

En 2014, le Ministère des Armées annonce la parution de l’ouvrage de  Jean-Michel Derex, Héros oubliés : les animaux dans la Grande Guerre, à feuilleter sur le site de son éditeur et recommandé par Hervé Chabaud, et l’Université Lyon III Jean Moulin met « à la une » celui d’Éric Baratay, qui accorde de nombreux entretiens dans la presse et est très souvent cité en référence.

Les publications qui se sont multipliées entre 2010 et 2018 en France et à l’étranger21, et les diverses manifestations organisées, dont parlent la presse nationale et régionale, les sites d’actualités en ligne, les médias audiovisuels et les particuliers intéressés, ont permis au grand public d’être de mieux en mieux informé du rôle fondamental des animaux pendant le conflit, et sur le net de réagir via des commentaires en ligne.

De nouvelles pistes de recherche apparaissent aussi, grâce notamment à l’archéologie de la Grande Guerre, en plein développement : en 2018, le réseau documentaire Nordoc’Archéo annonce une conférence organisée par le Centre interdisciplinaire de recherches archéologiques de la Somme sur l’apport de l’archéozoologie de la Grande Guerre, qui peut par exemple renseigner les chercheurs sur l’alimentation des soldats ou les pathologies animales sur le front.

Un des billets du blog de la Bibliothèque universitaire de Clermont  dédié à la commémoration du Centenaire le rappelle, l’animal a aussi été « un référent imaginaire ». Emblème et fétiche, il est omniprésent dans la caricature, les affiches, les cartes postales patriotiques, et  sur les insignes militaires. Certains existent encore, comme le cheval cabré repris par Enzo Ferrari.

Exposition des insignes des escadrilles au Trocadéro : le lapin jouant de la trompette du capitaine Vachon (39me escadrille) : [photographie de presse] / Agence Meurisse. (Paris). 1919. Gallica (BnF).

Il y  a beaucoup à dire sur le détail des différentes missions des animaux, leur évolution au cours du conflit, leur distribution géographique, les différentes « écoles » en matière de dressage et de rapport à l’animal, les soins vétérinaires et de maréchalerie, etc.

Lectures pour tous : revue universelle et populaire illustrée. (Paris): 1918-06-01. Gallica (BnF).

Le portail Wikipedia consacré à la Première Guerre mondiale, en complément de son article plus général sur les animaux dans le conflit, a dédié un « article de qualité » aux chevaux sur tous les fronts.

Pour le contexte français, les Archives du Pas-de-Calais résument en ligne l’opération de réquisition des chevaux lors de la mobilisation, et deux articles du site associatif «  Culture, histoire et patrimoine de Passy22»  détaillent celle des chevaux, et celle des mules et mulets de Passy,  rappelant  le rôle des équidés dans le conflit.

Dans un article en ligne de la revue Guerres mondiales et conflits contemporains, daté de  2007, l’historien Damien Baldin revient d’abord sur le rôle de la cavalerie française, « entre disparition et mutation » pendant la Grande Guerre. Un second article, publié dans la Revue historique des armées, étudie en 2008  « la contiguïté anthropologique entre le combattant et le cheval ».

Les images d’époque fournissent de précieux renseignements, et permettent parfois de confirmer, ou de mieux comprendre le témoignage de certains soldats. Le site d’information et de discussion de « L’attelage français » a mis en ligne dès 2012 de nombreuses cartes postales et photographies montrant cavaliers et attelages  en pleine action. Le blog « Pour ceux de 14 » s’appuie aussi sur de nombreuses images d’équidés (et de chiens) pour  mettre l’accent sur  les difficultés qu’ils rencontraient, leurs blessures, leur mort, et les soins vétérinaires reçus par certains.

On trouve sur le site « Héros de Forges-les-Eaux » des photographies des hôpitaux vétérinaires mis en place dans la commune par la Croix Bleue française et la Croix bleue britannique, et les articles de médecine vétérinaire en ligne sur le site de l’Association d’histoire de la médecine et des sciences vétérinaires, nous en disent plus sur les épidémies qui ont sévi pendant la guerre.

Petit âne d’Afrique avec son chargement pour le ravitaillement en première ligne : [photographie de presse] / [Agence Rol] : 1917. Gallica (BnF).

En souvenir des « petits ânes de Verdun » soignés dans l’unique hôpital créé pour eux en 1916 à Neuville-lès-Vaucouleurs, dans la Meuse, la commune a organisé  une collecte de dons via le site Fondation Patrimoine pour financer un projet de statue à leur mémoire23. Surmontant  la stèle installée à la fin des années 90, elle a été inaugurée en juillet 2016 – année du Centenaire de l’hôpital des ânes. Pour fêter cet événement, l’Association nationale des amis des ânes24, et la ville de Neuville-lès-Vaucouleurs ont organisé une animation, que le magazine d’information vidéo du web INUMAGINFO relaie, et que la blogueuse MamLéa a photographiée. Ce monument unique en France a inspiré un billet récent du blog « Lignes », qui s’interroge sur le sens des monuments aux « morts de tous bords », humains et animaux, « tous victimes du grand soubresaut de l’Histoire ».

« Présent, passé et futur sont toujours liés », « Le devoir de mémoire, c’est un devoir pour la paix et la liberté ! » conclut le billet sur les chevaux de la guerre du blog « Matin lumineux », en 2014.

Lectures pour tous : revue universelle et populaire illustrée. (Paris) : 1916-09-15. Gallica (BnF).

Plusieurs mairies désireuses d’organiser des expositions ont lancé des appels à la population pour des prêts d’archives familiales pendant les commémorations : certains documents qui illustrent le billet du blog de « Papou Poustache » consacré  aux équidés et aux chiens proviennent apparemment d’archives personnelles prêtées pour illustrer l’exposition tenue à la mairie d’Auzon, en Haute-Loire, qu’il évoque.

Les chiens aussi ont été mobilisés officiellement. Le site « Mémoires de guerre du Var » permet de consulter une circulaire adressée aux maires du département à ce sujet, et le blog « Les beaux dimanches » présente une sélection de cartes postales  et de photographies issues de  Gallica dans ses deux « notes » consacrées aux chiens dans la guerre.

La question du dressage intéresse aujourd’hui comme hier : un billet du blog de la Bibliothèque universitaire de Clermont présente les différentes approches et méthodes d’entraînement  des chiens de guerre, souvent considérés en France comme des « outils aux mains de l’homme » dans une conception encore « machiniste » de l’animal, opposée à celle, plus « sensualiste », des britanniques.

Les chiens de traîneaux amenés d’Alaska sur le front des Vosges en 1915 ont beaucoup intéressé leurs contemporains. Un article du site « Culture, histoire et patrimoine de Passy » détaille leur  parcours, et un film d’actualités tourné par la Section cinématographique de l’Armée pour être diffusé aux soldats et au public de l’arrière, que l’Établissement de communication et de production audiovisuelle de la Défense (ECPAD) a mis en ligne, les montre à l’entraînement. Deux autres films présentent les  différentes missions des chiens de guerre.

La littérature destinée à la jeunesse a contribué elle aussi « à familiariser les jeunes lecteurs au rôle du chien de guerre » : un billet du blog de la Médiathèque Grand Troyes présente l’album Flambeau chien de guerre de l’illustrateur Benjamin Rabier, publié en 1916, et Éric Baratay lui a consacré un article en 2013.

Pour la petite histoire, les Archives départementales du Cher racontent celle de l’artilleur Louis Bedu et du chien Pataud, mascotte de son régiment, et une photo issue de la Grande collecte de novembre 2013, éditée en carte postale et adressée à sa famille par  le soldat Emile Renaud, artilleur, le montre accompagné de son chien.

Lectures pour tous : revue universelle et populaire illustrée. (Paris) : 1916-02-01. Gallica (BnF).

Dès 2012, le blog radioamateur « F5 IRO Freddy » poste un billet sur le rôle des pigeons dans les deux guerres mondiales, dont le texte reprend l’article Wikipedia sur la colombophilie militaire en y ajoutant des documents iconographiques, et un lien vers  l’article de référence de la Revue historique des armées de 2007, « Une brève histoire de la colombophilie ». En décembre 2020, il revient sur les pigeons soldats de 14-18 pour présenter l’ouvrage de Patrick Coiffier, qui vient de paraître.

En 2014, le blog de colombophilie « Coulon59 » consacre une rubrique complète, illustrée de nombreuses photos et de vidéos, au rôle du pigeon voyageur dans la Première Guerre mondiale, et celui de Pascal Cousin, disparu du net depuis sa collecte dans les archives en 2014, a été reproduit  sur le site de l’association qu’il préside  sous forme de pdf dans la rubrique « Des pigeons et des hommes ».

Le site de la Mission Centenaire propose en ligne une sélection de photographies issues des collections de la Médiathèque de l’architecture et du patrimoine sur la colombophilie militaire, et un film d’actualités de l’ECPAD montre  une unité colombophile  en action, à Jonchery-sur-Vesle, dans la Marne, en septembre 1917.

La Guerre mondiale : bulletin quotidien illustré. (Genève) : 1917-12-20. L’Argonnaute (La Contemporaine). Gallica (BnF).

Des « défis lecture » suivis activement  sur le net ont accompagné les commémorations du Centenaire :  dans le cadre du « Challenge 1% » lancé en 2014 par d’autres blogueuses, l’auteure du blog  « VivreLivre » distingue l’album de Stéphane Henrich sur un pigeon « soldat »,  Sylvestre s’en va-t’en guerre , « très bonne première approche de la Grande Guerre pour les plus jeunes ». Le même est recommandé par la blogueuse Laurette pendant le « Challenge Première Guerre mondiale 2016 »…  organisé par « VivreLivre » (qui vient d’en lancer un nouveau, « Première Guerre mondiale 2021 – De 14-18 à nous »).

Des sites marchands ont aussi contribué au web français de la Grande Guerre des animaux : le site d’événementiel historique « Les voyageurs du temps »  décrit la colombophile militaire dans son offre d’expositions sur les communications au front, et le site de presse en ligne « Helicomicro.com », spécialiste des drones,  détaille en 2014 l’invention et l’usage pendant le conflit des photographies aériennes prises par des pigeons voyageurs. Dans leurs missions de guerre,  les chiens et les pigeons voyageurs étaient aux yeux de leurs contemporains  aussi modernes que le téléphone25

Le tourisme mémoriel participe à la redécouverte des animaux dans la guerre via les quelques monuments commémoratifs qui ont pu leur être dédiés. Une page du site « Chemins de mémoire 14-18 », labellisé Centenaire,  du Comité régional de tourisme en Nord-Pas-de-Calais présente ainsi le monument « aux 20 000  pigeons morts pour la patrie » de Lille, édifié en 1936.

Le  compositeur et violoniste  Lucien Durosoir est devenu  soldat colombophile en 1917 ; une photographie issue de ses  archives de guerre montre son ami musicien et colombophile André Caplet en exercice. En 2006, le film Les fragments d’Antonin a pour héros un soldat colombophile, atteint des troubles psychiques nouveaux engendrés notamment par l’obusite.

Lectures pour tous : revue universelle et populaire illustrée. (Paris) : 1916-09-15. Gallica (BnF).

Le blog personnel « Eucalyptus eater – Ethical welfare and animal lifestyle » consacre un de ses billets aux «  Poilus oubliés de la Grande Guerre » en 2015, puis en 2017 aux mascottes, « autres acteurs de la Grande Guerre », citant en lien le remarquable dossier des « Grands méchants loups »,  « jeunes reporters de 9 à 16 ans qui n’ont peur de rien » franco-allemands.

Le site « 1914-1918 : Reims dans la Grande Guerre » a lui sélectionné un article de la presse locale consacré à l’ourse Michka. Mascotte russe  adoptée et médaillée de la Croix de Guerre par la République française, elle eut Mistinguett pour marraine de guerre, et l’Association du souvenir du corps expéditionnaire russe en France lui dédie aujourd’hui ses gazettes.

=> Cliquez sur les textes ci-dessous pour les lire

L’autre ourse mascotte célèbre de la Grande Guerre, Winnie, est l’héroïne d’une publication récente  destinée à la jeunesse, de la canadienne Lindsay Mattick26.  L’histoire de Winnie a aussi été adaptée pour la télévision en 2004.

Les animaux ont participé à l’effort de guerre national, sur les champs de bataille comme à l’arrière, en chair et en os mais aussi via les images : porte-bonheurs et mascottes amusantes, ils ont  aidé soldats et civils à « tenir ». On trouve sur le site Geneanet  un « billet de banque du poilu » sentimental à figures de cochon rose, de rat blanc et de « toto » protecteurs, et les misères du quotidien trouvent souvent leur reflet animal dans la presse humoristique  illustrée, largement accessible en ligne sur Gallica, comme de nombreux journaux de tranchées.

« Rintintin a la grippe espagnole », dessin de Marcel Capy. La Baïonnette. (Paris) : 1918-08-08. Ville de Paris / Bibliothèque historique, BHVP. Gallica (BnF).

Parce que les objets parlent aussi, le blog « Briquets-Poilus » montre des pièces insolites issues de l’artisanat de tranchées, dont certaines représentent des animaux, et le site « On ne passe pas ! » une boîte à grillons, utilisés pour détecter les gaz.

Enfin,  plusieurs articles se proposent de rétablir la vérité sur des faits impliquant des animaux : Éric Baratay examine le parcours d’un légendaire « Héros malgré lui. Le pigeon 787-15 (dit Vaillant) à Verdun » dans le 3e numéro de la revue électronique « L’Entre-deux », le site « Russia beyond » dément qu’une « trêve des loups » a eu lieu lors de la bataille de Tannenberg, en 1914, et le « fake off » du quotidien en ligne 20 minutes interroge une photographie virale sur les réseaux sociaux.

« Le Télé-Blague. Seul quotidien paraissant une fois par semaine ». Pages de Gloire. (Paris) : 1917-10-28. L’Argonnaute (La Contemporaine). Gallica (BnF).

 

« Tous Poilus ! » : la protection animale en campagnes

Déjà présente dans les billets ou articles dont les auteurs rendent hommage aux animaux de la Grande Guerre, la question complexe d’un  « devoir de mémoire » à étendre ou non aux « poilus » animaux est frontalement posée pendant les commémorations du Centenaire par des associations de protection animale, qui font campagne pour l’obtenir.

Un billet du blog « Hier et aujourd’hui »27 a rappelé en 2014 le rôle joué par les défenseurs des animaux pendant la guerre, et l’aide apportée par les associations britanniques à la France, notamment  pour organiser et financer les soins aux chevaux de guerre blessés.

Une photographie issue de la Grande Collecte renvoie aussi à leur action, de façon inattendue et cocasse : un groupe de soldats pose le 14 juillet 1919, au Défilé de la Victoire, à Paris, devant la formule slogan de la Ligue française pour la protection du cheval, « Soyez bons pour les animaux !28 », complétée pour l’occasion d’un contrepoint : « Mais pour les Boches, soyez chameaux29 »…

L’Intransigeant (Paris) : 1915/11/12. Gallica (BnF).

Dans l’entre-deux guerres, des associations de colombophiles et de cynophiles, et certains « amis des bêtes », réclament dans la presse des monuments rendant hommage aux « animaux de la guerre », mais très peu voient le jour en France30. Les  associations de protection animale continuent leur combat pour une Loi Grammont amendée. Il n’aboutit pas malgré le soutien de célébrités, comme  Benjamin Rabier, et d’hommes politiques comme le sénateur Louis Martin, et le médecin Émile Germain-Sée31, président de la Ligue de protection du cheval en 1926, primé en 1938 par l’Académie française pour son ouvrage L’animal dans la société devant la science, la philosophie, la religion – Essai de mise au point, publie dans le Mercure de France du 15 avril 1939 une longue tribune intitulée « Le grave et douloureux problème animal ».

=> cliquez sur les flèches du document ci-dessous pour le feuilleter dans Gallica

La Seconde Guerre mondiale éclate quelques mois plus tard, et comme le souligne l’historien Nicolas Offensdtadt   dans son article « La mémoire en chantiers », publié en 2008, elle éclipse d’abord la Première dans les représentations mêmes des anciens combattants des deux conflits. La parole et le témoignage des Poilus, pendant un temps du moins, n’a plus le même poids dans la société française, et les « poilus » animaux tombent dans l’oubli.

Mais  « La mémoire collective se construit toujours en fonction des enjeux du présent »32. La place des animaux dans l’espace public et privé est aujourd’hui un sujet de débat aux enjeux politiques, économiques et moraux, qui met en relation choix de société, émotion ressentie et mobilisation, individuelle ou collective, militante ou sympathisante.

Comme leurs prédécesseurs, les membres des associations de protection animale actuelles mènent campagne pour sensibiliser, informer et  mobiliser le grand public, de plus en plus sensible aux souffrances animales. Fédérées, elles investissent aujourd’hui souvent directement le champ du politique pour faire avancer leur cause, interpellant des élus sur le terrain comme sur le net.

Pendant l’élection présidentielle de 2012, la fondation 30 millions d’amis, avec d’autres associations de protection animale, a ainsi mené une campagne, pour faire modifier le statut des animaux dans le Code civil. Elles ont obtenu en 2015 qu’il passe de « biens meubles » à « êtres sensibles ».

En 2018, année du  centenaire de l’Armistice, elles se  joignent à la campagne lancée par l’association parisienne Paris Animaux Zoopolis (PAZ), « Rendons hommage aux animaux de guerre ».

Il s’agit cette fois de réclamer un hommage public et officiel pour les « animaux de guerre », et leur inscription dans la « mémoire de pierre », dont l’historien  Daniel Fleury rappelle en 2010 dans la Revue historique des Armées  qu’elle « subsiste souvent seule, les autres supports ayant cessé d’exister ».

Des monuments  en hommage aux animaux de la Grande Guerre ont été érigés dans les années 2000 dans les pays anglo-saxons, où la notion d’ « animal welfare » et les « animal studies » sont nées33 : un grand mémorial à Londres, en 2004 ; à Canberra, en 2012 – ce qui ne paraît pas toujours suffisant, même outre-Manche. À Pozières dans la Somme, un mémorial a été  inauguré en juillet 2017, mais à l’instigation de l’Australian war animal memorial organization

Pointant le fait qu’« à Paris, il n’existe aucun monument ou plaque commémorant la participation et le sacrifice des animaux de guerre », l’association PAZ en fait sa « bataille culturelle », qui va se révéler riche en rebondissements.

Grâce à une recherche dans des fonds d’archives, elle identifie les sites parisiens  en lien avec les animaux de la Grande Guerre, et sollicite des élus pour qu’un mémorial,  des stèles, ou des plaques commémoratives « Histoire de Paris » rappellent à ces endroits symboliques le rôle qu’ils ont joué aux côtés des hommes.

=> Cliquez sur les images de la galerie ci-dessous pour mieux les voir

Elle adresse en avril 2018 une demande à l’adjointe chargée de la mémoire et du monde combattant de la Mairie de Paris et à la Ministre des Armées, et un courrier collectif à la Maire de Paris, en mai.

Sans succès, mais la campagne fait déjà parler d’elle sur la Toile. L’association L214, très médiatique, participe à la campagne en mettant  en ligne un document en direction des plus jeunes sur son site pédagogique.

En juin, Serge Barcellini, Président du Souvenir français34, salue une initiative qui « concrétise la découverte par les historiens [d’une] tragédie animale oubliée » et « apporte un soutien plein et entier à ce beau projet mémoriel » dans un courrier à la Maire de Paris.

Deux élus convaincus présentent en juillet un vœu au Conseil de Paris, retoqué. L’association lance alors une pétition en ligne sur la plateforme  « mes opinions.com », s’exprime sur son compte Twitter, et les hashtags #AnimauxDeGuerre et #DevoirDeMémoire offrent une tribune aux différents acteurs engagés à leurs côtés, via un réseau social très populaire.

En septembre, l’État ayant confirmé que les projets de monument relèvent bien de la Mairie de Paris, des  élus parisiens issus d’autres groupes politiques déposent à leur tour des vœux. Le Conseil de Paris les accepte cette fois, annonce qu’un groupe de travail va être formé pour déterminer la forme et l’emplacement d’une stèle commémorative, et la ville met même en ligne un dossier sur les animaux « héros de l’ombre de la Première Guerre mondiale », qui renvoie entre autres références au site de Paris Animaux Zoopolis .

De nombreux articles de presse s’intéressent à la campagne, et forte de ses soutiens, Paris Animaux Zoopolis organise en octobre 2018 au Musée de l’Armée  la conférence d’Éric Baratay sur « Les animaux dans la Grande Guerre », avec pour intervenants Serge Barcellini et la philosophe Florence Burgat,  – labellisée Centenaire.

10 septembre 1915 aux Invalides les voitures offertes par le Touring-club de France, servant au transport d’eau potable [pour les soldats au front] : [photographie de presse] / [Agence Rol] : 1915. Gallica (BnF).

Le groupe de travail mis en place par la Mairie de Paris n’a pas donné de réponse depuis, et aucune stèle n’est encore installée dans la capitale. Mais l’association reste mobilisée : sa présidente a présenté la campagne sur un site canadien engagé en 2019, et organisé un Facebook live le 11 novembre 2020  qui revient sur ses étapes, ses acquis, mais aussi ses attentes.

D’autres communes de France sont favorables à un effort mémoriel dédié aux animaux, dans les guerres en général, ou dans la Grande Guerre en particulier : la ville d’Yerre, dans l’Essonne, a apposé une plaque commémorative pour les animaux morts durant les conflits de l’histoire en 2018, et celle de Briançon, dans les Hautes-Alpes, a  inauguré le 11 novembre 2019 une stèle portant la mention « Nos héros oubliés, 1914-1918 ».

Les mouvements de protection animale nationaux et internationaux ont aussi une histoire, largement méconnue mais de plus en plus investie par la recherche. Le président de l’association d’ornithologie AERHO, Didier Lapostre, historien de formation, a travaillé sur le mouvement  français et lui a consacré un  blog. En novembre 2018, il présente à la Mairie du 5e arrondissement de Paris la conférence  « Destins mêlés des soldats et des animaux, des compagnons d’armes sur le front d’Orient durant la Grande Guerre », encore visible sur le net, et son association commande au sculpteur VIRGIL une stèle commémorative, inaugurée en février  2019 à Paris, au Grand Palais. Là précisément où les « derniers pigeons de Verdun » ont été présentés aux Parisiens en 1920

« Chien (caricature) : (appartenant à Mr Réalier Dumas) » : [photographie de presse] / Agence Meurisse. 1915. Gallica (BnF).

La multiplication des sources et leur accès simplifié sur l’internet est un réel atout pour la recherche, mais comme le rappelle Éric Baratay, il faut les croiser pour interroger aussi bien leur pertinence que notre (re)lecture des informations qu’elles apportent. Au-delà des controverses, documents d’époque et recherches contemporaines, dans leur diversité, font ressurgir tout un monde méconnu et complexe, qui probablement a encore beaucoup à nous apprendre de la Grande Guerre, et d’une « histoire des animaux » dans leurs interactions avec les hommes, mais aussi pour eux-mêmes – en cours d’élaboration.

Citer ce billet : Patricia Hodiesne, "Les Animaux dans la Grande Guerre – Partie IV, «Trésors d’archives » et mémoire vive sur le web," in L'Histoire à la BnF, 22/01/2021, https://histoirebnf.hypotheses.org/11124, [consulté le 02/03/2021].

–> Pour aller plus loin, on pourra lire et écouter entre autres :

La guerre de 14-18, exposition virtuelle de la BnF mise en ligne en 2014 en lien avec l’exposition   Été 1914. Les derniers jours de l’ancien monde sur le site François-Mitterrand

ARISTIDE-HASTIR Isabelle et MARGUIN-HAMON Elsa, « La Grande Collecte 1914-1918 aux Archives nationales », In Situ, 25, 2014

VIDAL-NAQUET Clémentine (prés.), La Grande guerre des Français à travers les archives de la grande collecte, Paris : Comme un éditeur, DL 2018 (à feuilleter ici)

DELUERMOZ  Quentin, FUREIX  Emmanuel, MAZUREL  Hervé et OUALDI  M’hamed, « Écrire l’histoire des émotions : de l’objet à la catégorie d’analyse », Revue d’histoire du XIXe siècle, 47, 2013

VEISSIER  Isabelle, MIELE  Mara, « Petite histoire de l’étude du bien-être animal : comment cet objet sociétal  est devenu un objet scientifique transdisciplinaire ». INRA Productions Animales, Paris: INRA, 2015, 28 (5), pp.399-410

CARRIÉ  Fabien, TRAÏNI Christophe (dir.), S’engager pour les animaux, Paris : PUF, 2019

 

En langues étrangères :

VAN EMDEN Richard, Tommy’s ark : soldiers and their animals in the Great War , London : Bloomsbury Publishing, 2010

FABI Lucio, Il bravo soldato mulo : storie di uomini e di animali nella Grande Guerra, Milano : Mursia, cop. 2012

PÖPPINGHEGE Rainer, Tiere im Ersten Weltkrieg. Eine Kulturgeschichte, Berlin : Rotbuch Verlag, 2014

VARNAVA Andrekos, Serving the empire in the Great War : the Cypriot Mule Corps, imperial loyalty and silenced memory, Manchester : Manchester University Press, 2017

MOORE Lucinda, Animals in the Great War : rare photographs from wartime archives, Barnsley : Pen & Sword military, 2017

WYNN Stephen and WYNN Tanya, Animals in the Great War, Barnsley : Pen & Sword military, 2019

FLYNN Jane, Soldiers and their horses : sense, sentimentality and the soldier-horse  relationship in the Great War, New York : Routledge, 2020

Ailleurs sur le web :

Site du Centenaire italien : « Animali nella Grande Guerra »  

Exposition virtuelle sur le site de la Radio Télévision Belge francophone : « L’histoire des animaux dans la Grande Guerre pour éclairer celle des hommes ! »

Blog du National Museum of American history :  « How did animals (even slugs) serve in World War I? »

Site de l’Imperial War Museum britannique« Top tips for managing your carrier pigeons  »

Site du Canada’s Great War album : « Animals in war »

Süddeutsche Zeitung, 20 avril 2014 : « Tiere im Ersten Weltkrieg » (en 2 parties)

Blog « The Observation Post: South African modern military history » : « Jackie; the South African baboon soldier of World War One »

 

 

 

  1. Présenté ici en 2017, alors que la collecte était encore en cours. Lire ici le compte-rendu du premier travail de recherche effectué sur le corpus constitué à cette date par le labex Les passés dans le présent. En 2018, l’ouvrage collectif Le web français de la Grande Guerre : réseaux amateurs et institutionnels est venu couronner le projet. []
  2. Pour des raisons techniques notamment. []
  3. L’ url des sites collectés permet de les retrouver dans les Archives de l’internet. La liste de toutes les url collectées sur la Grande Guerre est consultable depuis le site data.gouv.fr : choisir la liste des sites sélectionnés par le département Philosophie, histoire, sciences de l’homme. []
  4. Plusieurs décennies plus tôt pour certains amateurs ; intérêt souvent lié à une histoire familiale ou locale, et rattaché aux yeux de certains historiens à une « fièvre mémorielle » bien française… Sur les « rapports complexes entre histoire et mémoire », lire par exemple le discours prononcé en novembre 2000 par l’historien Laurent Wirth. []
  5. Les tout  premiers sites s’intéressant aux animaux dans la guerre datent des années 90 (voir le billet 3). La majorité a sans doute disparu de la Toile, mais on en trouve quelques traces dans les « Incunables », sites des années 1996 à 2000 sauvegardés et consultables via les Archives du web Labs, dans des captures de sites de l’année 2000 notamment : sur le rôle des chevaux de la cavalerie française lors de la manœuvre d’Uskub (capture du 25 mai : http://archivesinternet.bnf.fr/20000525043917/http://bmlisieux.com/inedits/cavale09.htm ; le site était récemment encore sur le web vivant), ou le rôle des pigeons voyageurs dans la Grande Guerre  – capture du 3 mai d’un site de colombophilie disparu depuis : http://archivesinternet.bnf.fr/20010425180525/http://home.nordnet.fr/~djtaquet/pages/historique.htm. []
  6. Voir la bibliographie. []
  7. Voir le billet 3. []
  8. Voir le billet 3. []
  9. Bêtes des tranchées, p. 278. []
  10. « S’émouvoir des animaux », p. 165-181. []
  11. Voir à ce sujet la 2e partie, pages 18-19, du dossier en ligne  sur « Les animaux dans les  guerres » constitué en 2018 par la Fédération nationale André Maginot. La 1ère partie est ici. []
  12. Marc Vigié, op. cit. []
  13. À  ce titre très présent sur les monuments aux morts du conflit, avec l’aigle. []
  14. Voir par exemple  la présentation de la collection « A l’épreuve de la Grande Guerre » numérisée sur OVERNIA. []
  15. Voir son ouvrage Biographies animales : des vies retrouvées, publié en 2017. []
  16. Voir le billet 3. []
  17. Pour des raisons techniques, les vidéos n’ont souvent pas pu être collectées. []
  18. Voir la bibliographie du billet 1. []
  19. Voir aussi les fils de discussion sur  « les chiens des Poilus », le  chien de guerre  et la colombophilie militaire, entre 2009 et 2020. Sur les pratiques des membres du forum, lire ici l’analyse de Philippe Chevallier, réalisée dans le cadre d’une enquête qualitative sur les usages de Gallica menée en 2013. []
  20. Son article « Aux chevaux morts pour la France » est cité dans le parcours guidé mis en ligne en octobre 2019. []
  21. Voir la bibliographie. []
  22. Il figure dans le parcours guidé de la Grande Guerre dans la thématique « Sciences et techniques au service de la guerre » pour un article consacré aux communications. []
  23. La page, maintenant inaccessible, est  consultable dans les Archives du web : http://archivesinternet.bnf.fr/20191101035852/http://www.fondation-patrimoine.org/les-projets/statue-a-la-memoire-des-anes-a-neuville-les-vaucouleurs. []
  24. Fondée par Raymond Boissy, auteur en 1992 de L’âne de gloire, voir le billet 3. []
  25. Éric Baratay. []
  26. Publiée en 2015 en version originale. []
  27. Cité dans le parcours guidé pour un autre billet. []
  28. Voir le billet 1. []
  29. Le cliché numérisé est consultable en ligne en accès réservé après création d’un compte personnel sur le site du domaine départemental Pierres Vives. []
  30. Voir billet 3. []
  31. Auteur en juillet 1915 de l’article « Croix Bleue & Croix violette », voir le billet 1. []
  32. Maurice Halbwachs, La Mémoire collective, 1950. []
  33. Voir billet 3. []
  34. Voir billet 3 []

Patricia Hodiesne

Gestionnaire de collections en histoire au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.