« Les filles de mémoire » : retenir les dates au XIXe siècle

Les filles de Mémoire ou le Mnémoniste, vaudeville de Dieulafoy et Gersin : costume de Vertpré (Finmerle). Eau-forte de  Carle. Paris, Martinet, 1807. Gallica (BnF)

Dans Bouvard et Pécuchet (édité de manière posthume en 1881), Flaubert bouscule gentiment les historiens du XIXe siècle. Au passage, il égratigne également les personnes qui s’évertuent à retenir les dates sans connaître la nature des événements correspondants, voire même sans certitude que les faits se soient produits et à la date supposée… C’est l’occasion pour lui de tourner en ridicule la science mnémotechnique.

Qu’est-ce que la mnémotechnie ? Comment l’a-t-on appliquée à l’histoire au XIXe siècle ? Le succès a-t-il été au rendez-vous auprès du grand public et des spécialistes de la pédagogie ?

Bouvard et Pécuchet : la déroute de la mnémotechnie

Bouvard et Pécuchet, déçus par l’archéologie, se tournent vers l’histoire:

Mais les événements s’embrouillèrent, faute de savoir les dates.

Heureusement qu’ils possédaient la mnémotechnie de Dumouchel, un in-12 cartonné, avec cette épigraphe : « Instruire en amusant. »

Elle combinait les trois systèmes d’Allevy, de Pâris et de Fenaigle […]

D’ailleurs, les dates ne sont pas toujours authentiques. Ils apprirent, dans un manuel pour les collèges, que la naissance de Jésus doit être reportée cinq ans plus tôt qu’on ne la met ordinairement, qu’il y avait chez les Grecs trois manières de compter les Olympiades, et huit chez les Latins de faire commencer l’année. Autant d’occasions pour les méprises, outre celles qui résultent des zodiaques, des ères et des calendriers différents.

Et de l’insouciance des dates, ils passèrent au dédain des faits1.

L’obsession des deux vieux garçons à structurer le monde qui les entoure permet à Flaubert de se moquer de la grande mode de la mnémotechnie, et plus largement du souci pédagogique qui amène certains auteurs à compliquer les choses. Dumouchel est présenté sous le jour ennuyeux d’un professeur de pensionnat :

Pécuchet […] conduisit Bouvard chez Dumouchel. Cet auteur (car il avait publié une petite mnémotechnie) donnait des leçons de littérature dans un pensionnat de jeunes personnes, avait des opinions orthodoxes et la tenue sérieuse. Il ennuya Bouvard2.

Lorsque Bouvard et Pécuchet décident d’instruire deux enfants en appliquant les méthodes éducatives à la mode, la question de la mémorisation revient encore :

Rien n’est stupide comme de faire apprendre par cœur ; cependant si on n’exerce pas la mémoire, elle s’atrophiera et ils leur serinèrent les premières fables de La Fontaine. Les enfants approuvaient la fourmi qui thésaurise, le loup qui mange l’agneau, le lion qui prend toutes les parts3.

Une dernière fois, Flaubert a l’occasion d’affirmer l’inanité de la mnémotechnie lorsque le petit Victor, confronté à la discipline historique, ne retient rien :

Victor confondait les hommes, les siècles et les pays. Cependant, Pécuchet n’allait pas le jeter dans des considérations subtiles et la masse des faits est un vrai labyrinthe.

Il se rabattit sur la nomenclature des rois de France. Victor les oubliait, faute de connaître les dates. Mais si la mnémotechnie de Dumouchel avait été insuffisante pour eux, que serait-ce pour lui !
Conclusion : l’histoire ne peut s’apprendre que par beaucoup de lectures. Il les ferait4.

Cette insistance est d’autant plus intéressante de la part de Flaubert que Dumouchel, pur personnage de fiction, n’a pas laissé une Mnémotechnie réelle. Pourtant Flaubert a compulsé un grand nombre de livres pour composer Bouvard et Pécuchet et les a cités correctement. La Mnémotechnie de Dumouchel et son sous-titre (« Instruire en amusant« ) relèvent donc des rares fausses « références patentes » de l’ouvrage5, ce qui permet vraisemblablement à son auteur de condamner de manière générique le genre de la mnémotechnie et certaines pédagogies dites amusantes. En revanche, il explicite ce qui lui paraît incongru dans les méthodes mnémotechniques en citant  trois expérimentations de Bouvard et Pécuchet, et  livre les noms bien réels  des auteurs incriminés :

Allevy transforme les chiffres en figures, le nombre 1 s’exprimant par une tour, 2 par un oiseau, 3 par un chameau, ainsi du reste. Pâris frappe l’imagination au moyen de rébus ; un fauteuil garni de clous à vis donnera : Clou, vis – Clovis ; et comme le bruit de la friture fait « ric, ric » des merlans dans une poêle rappelleront Chilpéric. Fenaigle [sic] divise l’univers en maisons, qui contiennent des chambres, ayant chacune quatre parois à neuf panneaux, chaque panneau portant un emblème. Donc, le premier roi de la première dynastie occupera dans la première chambre le premier panneau. Un phare sur un mont dira comment il s’appelait « Phar a mond » système Pâris, – et d’après le conseil d’Allevy, en plaçant au-dessus un miroir qui signifie 4, un oiseau 2, et un cerceau 0, on obtiendra 420, date de l’avènement de ce prince.

Pour plus de clarté, ils prirent comme base mnémotechnique leur propre maison, leur domicile, attachant à chacune de ses parties un fait distinct, – et la cour, le jardin, les environs, tout le pays, n’avaient plus d’autre sens que de faciliter la mémoire. Les bornages dans la campagne limitaient certaines époques, les pommiers étaient des arbres généalogiques, les buissons des batailles, le monde devenait symbole. Ils cherchaient, sur les murs, des quantités de choses absentes, finissaient par les voir, mais ne savaient plus les dates qu’elles représentaient6.

Ces expérimentations sont empruntées à trois auteurs de mnémotechnies les plus connus du XIXe siècle. Bien que s’appliquant potentiellement à toutes les disciplines, la mnémotechnie a trouvé un terrain de prédilection dans l’histoire, et plus particulièrement dans le laborieux  apprentissage des dates…

La résurgence de la science mnémotechnique au XIXe siècle

Mnémonie, mnémonique, mnémotechnique, sont synonymes pour les encyclopédies et dictionnaires du XIXe siècle. Le Grand dictionnaire universel du XIXe siècle : français, historique, géographique, mythologique, bibliographique… de Larousse (1866-1877) donne les définitions suivantes :

MNÉMONIE  […] Syn. de MNÉMOTECHNIE.

MNÉMONIQUE  […]  Qui a rapport à la mémoire […]  Qui a rapport aux moyens de faciliter les opérations de la mémoire […] Art de faciliter les opérations de la mémoire […] On dit aussi MNÉMONIE et MNÉMOTECHNIE.

MNÉMOTECHNIE […] Art de faciliter, par des moyens artificiels, les opérations de la mémoire.

Après avoir rapidement évoqué Simonide et Cicéron, et laissé totalement de côté le Moyen Âge, le Larousse résume ainsi l’histoire de la mnémotechnie :

Les jésuites, qui avaient trouvé un puissant levier de pouvoir dans l’éducation de la jeunesse, devaient logiquement se préoccuper de tous les moyens de faciliter les études.
Un des leurs, le Père Claude Buffier, publiait, en 1719, une Pratique de la mémoire artificielle, spécialement appliquée à l’histoire. De nos jours, en 1806, Grégoire de Feinaigle apportait d’Allemagne une méthode presque complète, qui recevait ses derniers perfectionnements, en 1826, d’un disciple de Destutt de Tracy, d’un novateur profond et tenace, Aimé Paris qui, avec Galin et Chevé, devait simplifier l’enseignement de la musique vocale. Entre temps, la Pologne et la Hongrie s’alliaient, dans les personnes deJazwinski et de Bem, pour proposer une autre solution du problème7.

Beaucoup plus complète sur le Moyen Âge et les Temps Modernes, l’Encyclopédie catholique : répertoire universel et raisonné des sciences, des lettres, des arts et des métiers, formant une bibliothèque universelle (1839-1848) se montre cinglante avec la mnémotechnie contemporaine (« art qui ne produit pas et n’a jamais produit de grands résultats »), et déplore un excès éditorial :

Il était destiné au XIXe siècle de voir cette science reparaître et vouloir même dominer sur toutes les autres par le grand nombre d’ouvrages qu’elle a produits, et dont la nomenclature ne serait ni moins longue, ni moins fastidieuse que celle des méthodes des XVIe et XVIIe  siècles8.

L’Encyclopédie catholique cite ensuite les courants anglais, allemand, français et polonais sans aller plus dans le détail9. Flaubert a donc identifié deux noms de la mnémotechnie les plus connus au premier XIXe siècle, Feinaigle et Pâris. Feinaigle (1760-1819) parcourt l’Europe pour donner des conférences sur l’art de la mnémotechnie. À Paris, il rencontre un accueil mitigé. Charles Nodier raconte :

Je me souviens d’avoir assisté fort jeune à une leçon de mnémonique ou mémoire artificielle, débitée dans le plus mauvais jargon imaginable, par un pauvre philosophastre allemand nommé Feinaigle. C’était aussi une découverte. Cette belle science, dont la surprenante nouveauté ne fut contestée par personne, coûtait deux louis d’or à chaque adepte. On l’aurait apprise en une heure et pour dix sous dans les bouquins triséculaires de Pierre de Ravenne, de Giordano Bruno, de Grattarol, de Paëp, et d’une douzaine d’autres dont le nom n’est ni plus ni moins recommandable aujourd’hui. Mais ce qu’il y a de plus étonnant, c’est qu’à de sottes formules près dont ce plaisant inventeur l’avait ridiculement surchargée, elle est tout entière dans le troisième livre des Rhétoriques de Cicéron ad Herennium, que les littérateurs de ce temps-là ne se souvenaient pas d’avoir vues au collège10.

Feinaigle propose deux procédés de mémorisation complémentaires assez complexes. Le premier repose sur une représentation spatiale et visuelle. La personne qui souhaite mémoriser des notions doit diviser l’univers en maisons, partager ces demeures en plusieurs pièces dont les parois sont subdivisées en 9 panneaux comportant chacun un emblème (tour, observatoire, canard…), le plancher équivalant au chiffre 10. J.-B. Salgues, qui semble avoir inspiré Flaubert, en rédige une version parodique :

Voulez-vous maintenant faire l’application de la même méthode à l’histoire de France, et vous souvenir de Pharamond ? le procédé est simple : vous revenez à votre première maison, à votre première chambre, à votre première paroi, à votre premier panneau, et enfin à votre observatoire. Regardez attentivement, vous n’y voyez rien; mais supposez que sur cet observatoire soit un phare, supposez que ce phare éclaire le monde ou un mont, n’avez-vous pas clairement Pharamond ? […] La chronologie de la première race est fort embrouillée : l’ordre et le nombre des rois dépend beaucoup du système qu’on adopte ; mais si le vôtre vous donne pour neuvième Chilperic, vous tombez encore sur le panneau du poêlon ; alors il faut supposer que l’on y traite Chilperic comme Enée, qu’on l’y fait frire; et comme Chilperic n’est pas disposé à se laisser frire sans rien dire, il s’écrie, j’y péris. Prononcez ce mot un peu à l’allemande ; vous aurez Chilperis, et de là à Chilperic il n’y a qu’un pas11.

Mnémonique, ou Art d’aider et de fixer la mémoire dans tout genre d’études et de sciences , suivant une nouvelle méthode,… par le professeur Grég. de Feinaigle. [s.n.], 18.. Gallica (BnF)

Le second procédé de Feinaigle repose sur un rapprochement visuel des chiffres et des consonnes (le 1 s’apparente à un T) ou  une association phonétique (le zéro ressemblant à une meule à aiguiser, donc à un son sifflant, correspond aux lettres Ç, S, X, Z). Il faut ensuite ajouter les voyelles pour reconstituer les mots.  Le tout se mémorise et se comprend grâce à la combinaison des deux systèmes (pièces, chiffres) et une phrase facile à retenir dans l’illustration qui suit :

  Traité de la mnémotechnie générale, ou L’art d’aider la mémoire appliqué à toutes les sciences (2e édition…) par M. Audibert Paris, Éditeur : l’auteur, 1844. Page 11. Gallica (BnF)

Feinaigle attire la satire, et ses démonstrations sont vite critiquées. Au théâtre du Vaudeville, dans Les filles de Mémoire ou le Mnémoniste (1807), vaudeville de Dieulafoy et Gersin, il est facilement identifiable sous les traits de « Fin Merle » (voir l’illustration plus haut : le costume de Fin Merle arbore les célèbres emblèmes de la méthode Feinaigle). Plusieurs chansons lui sont consacrées comme « Le marchand d’oubli » , et la « REQUÊTE  à  M. de Fenaigle, professeur de Mnémonique » (Air du vaudeville de l’Opéra Comique) :

Bien loin de prétendre blâmer,
Monsieur, votre belle doctrine,

Je suis prêt à vous proclamer
Le fils aîné de mnémosyne :

Vos souvenirs peints sur carton,
Sont, pour moi, d’un effet notoire…
Mais, de grâce, en France, à quoi bon
Avoir de la mémoire ?

Pour le protecteur sans crédit
Qui donne, à prix d’or, des paroles ;
Pour le charlatan sans esprit,

Qui nous vend des contes frivoles ;
Pour maints personnages fameux
Qui brillèrent dans notre histoire

Croyez-vous qu’il fût très-heureux
Qu’on eût tant de mémoire ?

[…]12.

Si Fenaigle transmet ses méthodes dans le plus grand secret à ses disciples,  ceux-ci ne tardent pas à les divulguer et à les transformer. Aimé Pâris (1798-1866), avocat, créateur d’une méthode de sténographie,  s’inscrit dans cette filiation. Il complexifie la méthode de Feinaigle mais l’explicite longuement et propose des exercices corrigés et graduels dans ses Souvenirs du cours de mnémotechnie (1830). Il préconise de trouver des mots équivalant aux sons qui correspondent  de manière préétablie à des chiffres, et aident par leur sens à mieux mémoriser l’ensemble d’une formule. Par exemple, dans ce système, sachant que le K correspond au 7, le L au 5 et le N au 2, la date 752 (fondation de Rome) correspond à la série de lettres  KLN. Par conséquent, Pâris termine sa phrase mnémonique sur la fondation de Rome par un mot correspondant phonétiquement à KLN et obtient: « Rome fut fondée à proximité de sept collines13 ». La troisième leçon (« Mnémonisation d’une série de souverains et de leur avènement au trône14 ») est encore plus complexe, Pâris donnant comme premier principe qu’il faut mémoriser des numéros de séries (places dans les dynasties) et les éventuels surnoms des rois… Il demeure toutefois extrêmement prudent quant à l’usage de sa méthode et souligne la différence entre mémorisation et enseignement :

On doit voir dans la variété des matières que j’ai traitées, non l’intention d’enseigner à chacun de mes souscripteurs, l’histoire, la botanique, la jurisprudence, les mathématiques, les langues, etc., mais celle de leur montrer, par des applications nombreuses, les ressources qu’on peut trouver dans l’emploi judicieux des procédés mnémotechniques15.

Bientôt la méthode dite polonaise fait également des adeptes. Le procédé de Jazwinski, ou « carré polonais », consiste à tracer un ou plusieurs carrés de cent cases correspondant aux siècles dont on veut retenir les dates. On y place ensuite des jetons à l’emplacement des dates choisies et on regarde longuement, à plusieurs reprises si nécessaire, le carré ainsi obtenu. Cette méthode, légèrement modifiée par le général hongrois Józef Bem (1794-1850), est adoptée par les écoles de la ville de Paris en 1843 sous le nom de « méthode mnémonique franco-polonaise » .

Tout au long du XIXe siècle, de nombreux auteurs combinent ces procédés ou en inventent d’autres encore.

Une production éditoriale intense autour de la mémorisation de la chronologie

Les moindres coûts d’impression,  la naissance de collections de vulgarisation, et la scolarisation croissante d’enfants et adolescents censés retenir des connaissances diverses, conduisent au grand succès des mnémotechnies généralistes,  dictionnaires mnémoniques, etc., au XIXe siècle. La plupart des disciplines ont bientôt leurs propres méthodes de mémorisation. L’apprentissage des dates, donc de chiffres à associer à des noms propres, étant particulièrement ardu, nombreux sont ceux qui y vont de leur recette. Le succès auprès du grand public ne se dément pas si l’on en juge par le grand nombre de mnémotechnies portant sur l’histoire et leurs rééditions successives. Pour s’en convaincre,  il suffit par exemple de mener la recherche dans le catalogue général de « mnemo* » (troncature permettant de trouver tous les mots débutant par « mnemo »), et de classer les résultats obtenus par date croissante.

Ou bien encore de mener une recherche avec les mots « dates », « histoire », dans les titres.

On obtient ainsi un première liste d’ouvrages traitant entre 1800 et 1850 de la mnémotechnique appliquée à l’histoire :

Histoire de France mnémonisée, précédée d’un traité de mnémotechnie en général, par A. Berbrugger, Seconde édition. Paris, Mansut fils, 1832.
La chronologie grammatique ou l’art de retenir facilement les dates, par J. P. P.-M. Lyon. F. Guyot, libr., 1832.
Histoire de France mnémonisée, par Albert de Montry, Bordeaux, chez les principaux libraires, 1834.
Nouvelle Mnémonique appliquée aux avènemens des rois de France au trône, par F.-H. Bayle. Marseille, impr. des hoirs Feissat aîné et Demonchy, 1839.
Les Deux yeux de l’histoire, ou Guide chronologique et géographique, par Édouard Wautier d’Halluvin. Paris, J. Bréauté, 1841.
Histoire de France en vers mnémoniques, par A. de Séjan. Paris, Girard frères, 1842.
Les Deux yeux de l’histoire, ou Guide chronologique et géographique, par Édouard Wautier d’Hallluvin. Paris, J. Bréauté, 1841. BnF, Département Philosophie, histoire, sciences de l’homme. Cote: G-30304.

Preuve supplémentaire de la perception de ce phénomène éditorial, le Catalogue de l’histoire de France prévoyait les subdivisions suivantes:  L39 (Histoires élémentaires), L40 (Histoire de France en vers) L41 (Mnémonique appliquée à l‘histoire de France) et L 42 (Jeux historiques).

Certains rédacteurs se sont fait une spécialité de la mnémotechnie appliquée à l’histoire, et leurs ouvrages ont rencontré le succès si l’on en croit le nombre de rééditions successives. C’est le cas du troisième auteur cité par Flaubert, Alcide Allevy, dont la méthode (l’allévytechnie) est pourtant fort complexe. Il l’applique à la géographie, à l’histoire de France, à l’histoire sainte, etc.

Les couvertures de ces ouvrages comportent les épigraphes suivantes : « Apprendre n’est rien, retenir c’est tout« , « Apprendre vite, retenir toujours« , « Instruire en amusant ». La dernière a donc été réutilisée par Flaubert pour la fictive Mnémotechnie de Dumouchel.

 

Histoire de Napoléon, accompagnée d’un tableau mnémonique des principaux évènemens de sa vie, par Mme L. de St-Ouën. Paris, A.-J. Dénain, 1833. 2e éd. Gallica (BnF)

En examinant les productions éditoriales autour de la mnémotechnique appliquée à l’histoire, il apparaît rapidement que ce ne sont pas des historiens qui ont produit ce type d’ouvrages. Plusieurs auteurs sont des personnes ayant l’expérience des institutions privées, des « boîtes à bachot » qui se donnent pour objectif avoué de faire retenir aux élèves les connaissances qu’il leur faudra réciter mécaniquement lors des examens. Citons par exemple :

Notons enfin la naissance en 1874 de La Mnémonie. Bulletin de la propagande pour la simplification et la vulgarisation des études historiques qui ne semble avoir dépassé deux numéros,  et  consiste en un bulletin publicitaire pour les méthodes de Félix Bernard.

La Mnémonie. Bulletin de la propagande pour la simplification et la vulgarisation des études historiques. Paris : [s.n.?]. BnF, Département Philosophie, histoire, sciences de l’homme. G-1880

Humoristes, historiens et pédagogues du XIXe siècle face à la  mnémotechnie appliquée à l’apprentissage des dates

Le Pêle-mêle : journal humoristique hebdomadaire, 9 mars 1902. Gallica (BnF)

Nous avons déjà noté l’amusement des parodistes lors des conférences de Feinaigle (voir plus haut). La mnémotechnie et les efforts de mémorisation inspirent les humoristes tout au long du XIXe siècle. Évoquant les décès de l’année 1846, le feuilletonniste Méry déclare: « La noire Clio, qui a butiné les épitaphes de cette Necropolis, n’a voulu conserver que les noms illustres, pour ne pas trop surcharger la mémoire de la postérité ; car, du train dont nous allons, nos neveux, après trois siècles, seront condamnés à une érudition formidable : il y aura derrière eux une nomenclature d’artistes et de noms illustres à briser le front mnémotechnique de M. Aimé Pâris16 ». Le théâtre n’est pas en reste. Citons entre autres Bébé, comédie en trois actes de MM. de Najac et Hennequin joué au Gymnase en 1877, dans laquelle Pétillon, répétiteur en droit,  « raconte comment il a inventé un système de mnémotechnie qui consiste à chanter les articles du Code sur l’air du Tra la la. À elle seule, cette scène vaut le voyage », conclut Pierre Véron dans Le Charivari du 13 mars 1877. En 1890, on fredonne « Mes défauts de mémoire, mnémotechnie-scie », et en 1894 est donnée une scène comique chantée,  Le Professeur de Mnémotechnie.

La mnémotechnie appliquée à l’histoire fait également rire. La plus connue des caricatures sur le thème de la mémorisation de chronologies  est  « la leçon d’histoire » de Daumier, publiée dans la série « Professeurs et moutards » (Le Charivari).  Diverses anecdotes mettent en scène des mnémonistes comme ce tricheur semblant capable de réciter des pages et des pages d’histoire grecque ou romaine, ou des élèves retenant que Jeanne d’Arc est née à Don Quichotte (pour Domrémy). Des méthodes mnémotechniques jouent même sur l’ambiguïté humoristique, comme les Drôleries illustrées mnémoniques d’histoire et de géographie, à l’usage des bachots et de tous les écoliers latins et pas latins par un homme sérieux  (Paris, librairie du « Petit journal », 1869).

Drôleries illustrées mnémoniques d’histoire et de géographie, à l’usage des bachots et de tous les écoliers latins et pas latins, par un homme sérieux [Hèle]. Paris, librairie du « Petit journal », 1869. BnF, Département Philosophie, histoire, sciences de l’homme. Cote: G-24407.
Drôleries illustrées mnémoniques d’histoire et de géographie, à l’usage des bachots et de tous les écoliers latins et pas latins, par un homme sérieux [Hèle]. Paris, librairie du « Petit journal », 1869. BnF, Département Philosophie, histoire, sciences de l’homme. Cote: G-24407.

La condamnation des « mnémotechnies », tout au long du second XIXe siècle, provient d’un travail conjoint des historiens, des hommes politiques et des pédagogues qui craignent les effets pervers d’une mémorisation sans réflexion et sans éducation. En 1835, Saint-Marc Girardin s’élève contre les procédés de mémorisation à la mode dans un débat à l’Assemblée nationale :

Aujourd’hui aussi bien, il faut le dire, la plupart des systèmes tant prônés dans de magnifiques prospectus, ne sont que de la pure mnémotechnie. C’est la mémoire mise à la place du travail. II est facile d’obtenir de brillans résultats avec de la mémoire. J’ai moi-même interrogé des enfans, et j’étais étonné de leurs réponses. Sur les questions les plus difficiles de la géographie comparée, ils ne se trompèrent pas d’un mot. Mais comme leur mémoire seulement était exercée et que leur intelligence n’était pas développée, ils oubliaient bientôt tout ce qu’ils avaient appris. Je sais qu’on se plaint que le système de nos écoles est rétréci, qu’il date d’autrefois, qu’il faut le changer; on parle de progrès, de civilisation, grands mots qui servent de raison à ceux qui n’en ont pas. Mais croit-on de bonne foi que l’esprit des enfans soit comme un sac élastique où l’on peut entasser sans danger les connaissances les plus immenses. Croyez-le bien, l’esprit des enfans a une capacité certaine et mesurée : il déborde quand vous voulez l’élever au dessus de son niveau naturel. Mon système, Messieurs, ce que je veux, c’est la spécialité des connaissances, c’est dans la spécialité qu’est la force, une chose bien apprise fait un esprit bien plus fort que je ne sais combien de choses apprises par la mémoire et au bout des lèvres17.

Cette réflexion gagne bientôt la presse qui, le plus souvent, aborde la question sous le jour humoristique déjà évoqué. Le bachelier, ou l’élève plus jeune, en train d’apprendre sans réfléchir et noyé par la force d’évocation des images mnémotechniques, est souvent convoqué :

On lui fait apprendre à la fois quinze théorèmes de géométrie, — qu’il doit réciter mot à mot, — mais qu’il n’est pas tenu de comprendre, — et on lui enseigne l’histoire par les procédés mnémotechniques. —Vous ne connaissez pas la mnémotechnie? — C’est une superbe chose, allez. — L’inventeur vous démontre d’une façon tout à fait lumineuse que vous aurez toutes les peines du monde à retenir que Pharamond régnait en 420, et qu’il vous sera plus facile de vous souvenir de cette phrase : « Un dieu sur un phare tient une urne électorale ».  — D’après lui, le mot phare vous rappelle, — pourvu que vous le sachiez, — le nom de Pharamond, et l’R, l’N et l’E d’urne, ayant une valeur numérique de convention, équivalent à 420, —c’est infiniment plus simple, — comme vous le voyez, — que de retenir bêtement des dates et des faits. — Une fois au courant de la chose, —on comprend tout de suite que fil veut dire Philippe, poireau Pyrrhus,  char Charles, etc.; mais il faut se mettre au courant… Il existe une trentaine de ces méthodes, et elles se vendent18.

Il faut de longues décennies avant que les réformes de l’enseignement donnent une place moins centrale à la mémorisation sans accompagnement réflexif, que de nouvelles méthodes pédagogiques émergent et que les enseignants soient formés à les appliquer. Dans Le Siècle, en 1864, Edmond Texier se réjouit du rapport du ministre de l’Instruction publique Victor Duruy , car « le baccalauréat n’était plus l’épreuve du savoir ni de l’intelligence, mais un exercice de mnémotechnie19 ». Dans La Justice du 4 juin 1880, Camille Pelletan évoque une nouvelle réforme de l’enseignement annoncée, et fustige l’enseignement de l’histoire contemporain :

L’histoire se borne à une sèche nomenclature de dates et de noms propres. Comme le cerveau d’un homme ne peut pas garder l’amas desséché de tous les chiffres et de tous les noms de l’histoire personnelle, les rares élèves qui veulent briller dans cette partie se bourrent, par des moyens mnémotechniques, de tous les faits précis relatifs à quelques points particuliers, Les concours deviennent une loterie. Suivant que l’on tombe sur un des points qu’on a appris huit jours à l’avance, ou sur un de ceux qu’on ignore, on est récompensé, ou on échoue. Un an après, la mémoire a rejeté tout ce fardeau artificiel de noms et de dates, et l’on ne connaît plus même les points qu’on a étudiés20.

La réforme de 1883 préconise en effet  de ne pas « accabler la mémoire par une foule de dates ou de noms de rois peu importants » et de privilégier « l’exposition orale, sommaire et attrayante21 ». Connaissance historique et mémorisation des dates sont désormais distinctes, et un renversement s’opère :

Pourquoi apprend-on l’histoire? — C’est une question que l’on fait bien souvent dans les écoles. Vous ne trouvez aucune utilité à vous entasser dans la mémoire une suite de faits et de dates qui vous intéressent peu. Mais il ne faut pas voir dans l’étude de l’histoire le plaisir banal de savoir ce que d’autres ont fait avant nous, l’histoire est un des plus puissants auxiliaires de l’enseignement, mais à condition que l’un cherche à en tirer tous les profils qu’elle peut fournir. Et ils sont nombreux; l’étude de l’histoire sert à la fois à préparer l’enfant au rôle politique qu’il jouera comme citoyen; elle forme son jugement; elle est un enseignement de morale, en déroulant devant lui l’histoire de l’humanité; enfin, elle développe la mémoire22.

L’élève  est désormais convié à  « lire un livre d’histoire comme il lirait un roman23 », et à ne plus « débiter sa leçon tout d’une haleine24 ». Chargé par Ferdinand Buisson de rédiger l’article « Mnémotechnie » de la seconde édition du  Dictionnaire de pédagogie, James Guillaume indique en 1911 qu’il « est rare que la mnémotechnie rende de véritables services ». Prenant l’exemple de la dynastie capétienne, il souligne :

Que faut-il donc faire pour arriver à retenir les noms des quinze premiers Capétiens? Le seul procédé qui nous paraisse recommandable, c’est une étude plus complète de l’histoire de France du dixième au quatorzième siècle : quand l’esprit se sera familiarisé suffisamment avec les détails de cette période historique, qu’il y aura voyagé dans tous les sens et se sera complu à en considérer les divers aspects, la mémoire possèdera, de façon à ne plus pou voir les oublier, les noms et l’ordre de succession des rois, sans qu’injonction spéciale lui ait été faite de les retenir 25. »

Pour autant, il semble également que nombre d’éducateurs, eux-mêmes formés à la mnémotechnie, ont continué à employer des méthodes reposant sur ces systèmes. Dans son Bulletin de la propagande pour la simplification et la vulgarisation des études historiques (voir plus haut), Félix Bernard produit en 1874 des témoignages d’enseignants et cite des extraits de journaux laudatifs, pris dans des journaux conservateurs comme Le Siècle, L’Univers ou La Patrie. L’emploi de la mnémotechnie en histoire devient en cette seconde moitié du XIXe siècle un thème de débat sur la place publique :

Vous savez sans doute ce qu’on appelle, en matière d’éducation, la mnémotechnie. C’est un ensemble de procédés destines à faciliter, par des moyens artificiels, les opérations de la mémoire. Autrefois, on usait et même l’on abusait, pour l’éducation des enfants, des procédés mnémotechniques. On peut même dire que la mémoire était à peu près la seule faculté que l’on exerçât véritablement chez l’enfant. On lui faisait apprendre par cœur, en toute matière, le plus de choses possible, quitte à les lui faire comprendre plus tard. Avait-on tort? Ce n’est pas absolument démontré. La mémoire, chez l’enfant, est la faculté par excellence, celle qui fonctionne sans fatigue, la seule peut-être qui ne se développe pas en vieillissant. Je pense donc qu’on faisait bien d’exercer surtout la mémoire des enfants, tant que la mémoire était chez eux la faculté prédominante, quitte à exercer leur raisonnement, quand la faculté de raisonner avait pris le dessus. Aujourd’hui, la mnémotechnie paraît être un cas pendable, comme jadis la bigamie26.

Pour aller plus loin (liste non exhaustive):

Sur Bouvard et Pécuchet et les historiens/ l’histoire:

Michel Winock, « L’histoire dans Bouvard et Pécuchet« , Revue Flaubert, n° 15, 2017 | Bouvard et Pécuchet, roman et savoirs:
l’édition électronique intégrale des manuscrits. Colloque de Rouen, 7-9 mars 2013. Numéro réuni par Yvan Leclerc.

On trouvera également de nombreuses références dans cette bibliographie sur Bouvard et Pécuchet établie par Yvan Leclerc (Centre Flaubert) et sur le site du Centre Flaubert.

On pourra consulter la « Bibliothèque » du site d’édition des « dossiers documentaires de Bouvard et Pécuchet »: http://www.dossiers-flaubert.fr/bibliotheque.php?view=auteurs1.

Enfin, le blog Gallica vient de consacrer un ensemble de billets à « Flaubert dans tous ses états ». L’un de ces billets porte plus spécifiquement sur « Bouvard et Pécuchet : les historiens du XIXe siècle bousculés ».

Sur l’usage de moyens mnémotechniques en histoire :

On consultera enfin avec profit le site de l’Institut français de l’Éducation.
Citer ce billet : Agnès Sandras, "« Les filles de mémoire » : retenir les dates au XIXe siècle," in L'Histoire à la BnF, 25/10/2017, https://histoirebnf.hypotheses.org/1115, [consulté le 25/11/2017].
  1. Gustave Flaubert, Bouvard et Pécuchet : oeuvre posthume. Paris, A. Lemerre, 1881. Page 154. []
  2. Ibid. Page 11. []
  3. Ibid. Page 352. []
  4. Ibid. Page 363. []
  5. Voir Stéphanie Dord-Crouslé, « Donner comme vraies des indications bibliographiques fausses : construction concertée et glissements incontrôlés dans Bouvard et Pécuchet », Revue Flaubert, n° 15, 2017 | Bouvard et Pécuchet, roman et savoirs. []
  6. Gustave Flaubert, Bouvard et Pécuchet : œuvre posthume. Paris, A. Lemerre, 1881. Page 155. []
  7. Ibid. []
  8. Encyclopédie catholique : répertoire universel et raisonné des sciences, des lettres, des arts et des métiers, formant une bibliothèque universelle. []
  9. Ibid. []
  10. Charles Nodier, « De la perfectibilité de l’homme et de l’influence de l’imprimerie sur la civilisation », Revue de Paris, 1830, tome XX. []
  11. J.-B. Salgues, « MNÉMONIQUE., ou MÉMOIRE ARTIFICIELLE- Existe-t-il des secrets propres à donner de la mémoire à ceux qui n’en ont pas? », Des erreurs et des préjugés répandus dans les diverses classes de la société. Tome 3. Troisième édition, revue et corrigée. Paris, Foucault, 1823-1830. []
  12. Chansonnier français, ou Étrennes des dames. Paris, chez Caillot, imprimeur-libraire, 1808. P. 181 []
  13. Aimé Paris, Souvenirs du cours de mnémotechnie. Paris, chez l’auteur, 1830. Page 13 []
  14. Ibid. Page 27. []
  15. Ibid. Page 17. []
  16. Méry, « La Croix de Berny », La Presse, 17 janvier 1847. []
  17. « Chambre des députés, séance du 29 mai », Journal des débats politiques et littéraires, 30 mai 1835. []
  18. Henri Couvez, « Comment on devient bachelier », Le Figaro, 17 janvier 1856. []
  19. Edmond Texier, « Revue hebdomadaire », Le Siècle, 4 décembre 1864. []
  20. Camille Pelletan, « La réforme de l’enseignement », La Justice, 4 juin 1880 []
  21. « Pédagogie et méthodologie pratiques – Comment faut-il entendre l’application du nouveau programme », Le journal de l’enseignement primaire, 31 mars 1883. []
  22. « Pédagogie et méthodologie pratiques – L’enseignement historique », Le journal de l’enseignement primaire, 3 juillet 1886. []
  23. « Pédagogie et méthodologie pratiques – L’enseignement historique », Le journal de l’enseignement primaire, 24 juillet 1886. []
  24. « Pédagogie et méthodologie pratiques – Des facultés mnémotechniques », Le journal de l’enseignement primaire, 11 décembre 1886. []
  25. Nouveau Dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire, publié sous la direction de F. Buisson. Paris, 1911. NB, la première édition ne comportait pas d’article « mnémotechnie ». []
  26. Simplice, « Causerie », La Petite Gironde, 12 juin 1894. []

Agnès Sandras

chargée de collections en histoire de France au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts

Une réflexion au sujet de « « Les filles de mémoire » : retenir les dates au XIXe siècle »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *