Les images ont parlé ! Mais qu’attendent-ils ?

Vous deviez deviner pourquoi ces gens attendaient sous un arbre1. Les différents indices donnés par la devinette (à (re)voir ici) convergeaient vers des châtaigniers et des marronniers à Paris et en région parisienne. La dernière image évoquait le printemps et comportait la date du 20 mars.

Si vous ne connaissiez pas l’histoire du « marronnier de la presse », une recherche dans Gallica par proximité des mots marronnier et mars amenait des centaines de résultats, contenant les expressions « marronnier du 20 mars », « marronnier des Tuileries », « arbre du 20 mars ».

Le marronnier des Tuileries était  un arbre dont on attendait au XIXe siècle la pousse des feuilles. Et ce très précisément le 20 mars ! Avance, retard, ponctualité de cet événement, faisaient tout aussi invariablement les délices de la presse.

Henri Gerbault, « Le marronnier du 20 mars est surmené, Le Journal amusant,  23 mars 1907. Gallica (BnF).

 

Le « marronnier » prit donc au fil des temps de plus en plus de consistance, chacun y allant de son explication sur la précocité de l’arbre et sa symbolique. À tel point qu’il devint une expression consacrée, comme l’explique un entrefilet approximatif du Petit Journal le 18 mars (comme il se doit) 1937 :

Il fut d’usage, durant de très longues années, de consacrer le 20 mars quelques lignes du fameux marronnier des Champs-Élysées qui fleurissait à cette époque.
Le marronnier n’existe plus ; il est mort de vieillesse ; mais les journalistes ont gardé son souvenir dans une expression de métier. Ils continuent d’appeler un « marronnier », ces petits articles au courant de la plume sur des événements qui reviennent à date fixe.
Mais ces « marronniers » eux-mêmes tendent à disparaître. La belle époque où l’on avait besoin de trouver des sujets pour alimenter le journal est bien morte. Trop d’événements sollicitent l’activité du reporter2.

En réalité, le marronnier a même inspiré de longs articles, ainsi que des images, souvent ironiques.

« Saisons », Le Journal pour rire, 7 janvier 1854. Gallica (BnF).

 

Les différents textes s’articulaient aussi autour de thématiques récurrentes : les raisons de cette pousse alors précoce des feuilles,  l’attente rituelle des badauds,  la localisation de l’arbre, les concurrents …

Le Tintamarre, 9 mars 1862. Gallica (BnF).

 

La lecture des dizaines d’articles consacrés au marronnier du 20 mars, même si certains de ces textes s’avèrent peu fiables, permet de constater que le marronnier du 20 mars semble avoir fait son apparition dans la presse des années 1830-1840. De l’« arbre du 20 mars », on passe au « fameux » (« célèbre », « historique »…) marronnier, localisé alors sans hésitations aux Tuileries, comme en attestent plusieurs guides touristiques, même si on doute parfois de son emplacement précis. Dans les années 1930, la visite au marronnier du 20 mars est plutôt évoquée comme une coutume ridicule, et plus personne ne connaît son emplacement : aux Tuileries ? Les gardiens ne savent pas l’identifier parmi les différents marronniers … Sur les Champs-Élysées ? Et pour cause, l’arbre est mort au début des années 1900, et son écorce arrachée par des collectionneurs (comme en atteste le cliché ci-dessous)! En 1911, on se résout à constater ce décès, non sans que la  Commission  municipale du Vieux Paris vote la prise d’une photographie. L’arbre est abattu à l’automne 1913.

« Le marronnier du 20 mars est mort ! »,  Excelsior, 17 octobre 1911. Gallica (BnF).

 

Les journaux ont multiplié les hypothèses sur la pousse précoce des feuilles de ce marronnier. Pour les royalistes, l’arbre s’était abreuvé du sang des gardes suisses tués lors de l’assaut des Tuileries en août 17923. Pour les Bonapartistes, le marronnier aurait salué la naissance du fils de Napoléon Ier puis le retour de l’empereur en 1815. Version plus tardive : l’arbre aurait été planté à l’occasion de la naissance du roi de Rome.

=> cliquer sur l’image ci-dessous pour voir dans Gallica ces légendes racontées de manière humoristique par Le Petit Journal du 22 mars 1891

La presse républicaine a donc guetté avec plaisir l’apparition par trop tardive des feuilles de « l’arbre bonapartiste », surtout sous le Second Empire.

Cham, « Croquis« , Le Charivari, 2 avril 1865. Gallica (BnF). Cette vignette est une allusion aux journaux (les « feuilles ») saisies par la censure.
« Chronique du jour« , Le Charivari, 19 mars 1866. Gallica (BnF).

Jouant sur la polysémie du mot feuilles (feuilles des arbres, mais aussi journaux), les caricaturistes, notamment Cham, ont dénoncé à chaque printemps la censure  de la presse, l’autorisation exigée pour la publication des journaux, etc.

=> Pour mieux les voir, cliquez sur les images de la galerie ci-dessous

Les journaux satiriques ont même imaginé différents stratagèmes des autorités politiques pour que les feuilles apparaissent le jour J… engrais spécifiques, feuilles peintes et accrochées discrètement la nuit, etc.

=> Pour mieux les voir, cliquez sur les images de la galerie ci-dessous

Les esprits pragmatiques ont quant à eux trouvé un puisard à proximité des racines, identifié une variété précoce et publié sur les arbres dont les feuilles avaient éclos avant celles du marronnier. Les légendes ont fini par se confondre : ici, ce sont les eaux grasses de la cuisine des cosaques qui  font prospérer le marronnier en 1814, alors que là ce sont les corps des cosaques enterrés aux Tuileries en 1815 qui le nourrissent …

Mais le marronnier des Tuileries a surtout séduit la population parisienne comme prétexte à se rendre dans un parc en une période printanière, à s’asseoir sur les fameuses chaises, à bavarder sous les premiers rayons du soleil. Une convivialité qui n’a pas non plus échappé aux crayons des dessinateurs ni à certains journalistes à la plume féroce …!

Cham, « Croquis« , Le Charivari, 2 avril 1865. Gallica (BnF).

 

Le « Messager du printemps » a été également salué par des allusions grivoises dans les textes et dessins de la presse satirique, entre allusions  à la pousse des bourgeons ou aux feuilles censées dissimiler la nudité des statues des Tuileries …

= > Pour aller plus loin :

Vous aimez les arbres, les fleurs et le printemps  ?

  • Le « Gallica vous conseille » sur les arbres et la page « l’herbier » (merisier, noisetier, bouleau, etc.)
  • Le « Gallica vous conseille » autour du printemps
  • La sélection « jardins » de Gallica : arts des jardins, horticulture, jardins célèbres
  • Sur ce carnet :

« Peindre l’arbre au Moyen Âge. Les herbiers enluminés de la Bibliothèque nationale de France »

« Les images ont parlé ! Où pouvait-on déjeuner dans un arbre au XIXe siècle ? »

 

  • On citera entre autres sur le marronnier des Tuileries :

Sur le site Histoires de Paris : « Le marronnier du 20 mars du Jardin des Tuileries »

Sur le site du Figaro : , « C’est le printemps ! parole de marronnier des Tuileries »

Citer ce billet : Blog Histoire, "Les images ont parlé ! Mais qu’attendent-ils ?," in L'Histoire à la BnF, 20/03/2021, https://histoirebnf.hypotheses.org/11547, [consulté le 16/04/2021].

 

 

 

  1. Vous retrouverez cette image ici dans Gallica. La légende – que nous ne pouvions vous donner dans la devinette ! – est : « Marronnier du 20 mars. – Le gendarme : eh ! le marronnier ? Sortez donc vos feuilles d’identité ? S.V.P. ? ». []
  2. Le Petit Journal, 18 mars 1937. []
  3. Voir par exemple, « Le marronnier du 20 mars« , Le Journal du dimanche, 25 janvier 1903. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.