Automédone, cocherette ou cochonnette, un accès de fièvre satirique et machiste devant les premières femmes cochers ? (partie I)

Bobèche, « Les Colignettes« , La Lanterne, 12 mars 1907. Gallica (BnF).

 

En 1907, des Parisiennes obtiennent pour la première fois le droit de devenir cochers, si elles satisfont à un examen jusque-là  réservé aux hommes. À la préfecture de police, un jury masculin décerne le diplôme après avoir vérifié que les impétrant(e)s connaissent l’art de soigner les chevaux, les itinéraires pour se rendre d’un lieu à un autre, les différentes manœuvres dont la plus technique est le remisage des voitures. Cette nouveauté ne manque pas de passionner les badauds et la presse. Au XIXe siècle, on s’est esbaudi devant les bas-bleus, les premières bachelières, avocates, doctoresses et les premières revendications féministes, on a transformé les révolutionnaires de sexe féminin en Vésuviennes (1848), en mégères pétroleuses (1871). C’est dire si des femmes qui embrassent une profession virile ont alors toutes les chances de subir des moqueries… Virile ? Le fait de conduire semble en effet d’hier à aujourd’hui cristalliser les stéréotypes de la domination masculine supposée sur les femmes1. Embrasser une profession jusqu’alors occupée par des hommes, conduire, véhiculer des gens, dresser des animaux,  paraît alors une transgression aux yeux d’une grande partie de la population. Dans ses différents travaux, Juliette Rennes a montré le caractère exceptionnel de l’épisode : des femmes ont pu forger le projet de devenir cochères « aux portes d’une corporation non-mixte dans laquelle ni les employeurs ni les féministes ne les incitaient à pénétrer », grâce à « la création, en mai 1906, de l’École des cochers et des charretiers, fondée par une petite société de bienfaisance, l’Assistance aux animaux […] branche dissidente de la plus ancienne et visible Société protectrice des animaux2 ». L’auteure a recensé  pour la seule période allant de novembre 1906 (première annonce de la préparation de l’examen de cocher par des femmes) à avril 1907 (seconde promotion de femmes cochers), plus de 200 articles, tout autant de cartes postales, des films et des objets. Nous nous intéresserons ici à l’accès de fièvre satirique qui a accompagné voire devancé ce barnum médiatique3. Humoristes, dessinateurs, journalistes en quête de bons mots, sont alors en très grande majorité des hommes. S’ils ne sont pas nécessairement phallocrates, ils n’ont pu le plus souvent s’empêcher de contribuer à une fièvre machiste, ou du moins d’en souligner les stéréotypes afin de complaire à un public friand (ou supposé friand ?) de ce type de blagues.

Quand le langage  est primordial : nommer les femmes cochers et … parler comme un cocher ?

La transgression de l’ordre établi est toujours stigmatisée par des néologismes. Les « femmes-cochers » n’y échappent pas, et les colonnes des journaux abondent en trouvailles plus ou moins sexistes. Dès le 9 novembre 1906, La Nouvelle République titre sur « Madame Automédon » et emploie les mots de cochère et femme-cocher4. L’Écho de Paris évoque « des amazones nouveau jeu5 ». Le 12 novembre, un article de La Dépêche, intitulé « Phaétone » se conclut de la sorte :

[…] devant l’envahissement des carrières par les femmes, il devient indispensable de compléter notre vieux dictionnaire. Nous manquons de féminins pour désigner les femmes professeurs, les femmes avocats, les femmes auteurs et un certain nombre d’autres. La femme cocher va s’ajouter à la liste. Serons-nous condamnés à dire la femme cocher quand nous avons le droit de dire la porte cochère ? J’en appellerais volontiers à l’Académie si elle n’allait comme un fiacre et n’en était encore qu’à la lettre A de son dictionnaire revu, corrigé et augmenté6!

La blague de la « porte cochère » occupe six mois durant les journaux, y compris les plus sérieux, et se décline parfois sous des formes  égrillardes.

Serginette, « Les chauffeuses« , Les Annales politiques et littéraires, 7 avril 1907. Gallica (BnF).

 

Sollicités par la presse, écrivains et académiciens répondent à la question « Comment les appeler ? Femmes-Cochers, cochères, cocheresses ou cocherelles7 ? » Selon Le XIXe siècle du 1er mars 1907, les femmes-cochers préfèreraient le tout simple « cochères8 ».

Draner, « Les gaités de la semaine« , Supplément du dimanche du Petit Journal, 17 mars 1907. Gallica (BnF).

 

La question du langage est également centrale pour insister sur les différences entre hommes et femmes qui empêcheraient ces dernières de conduire. La presse et les revues imaginent des cochères au langage aussi fleuri que celui de leurs homologues masculins est réputé l’être9. Les futures cochères seraient donc obligées d’apprendre à jurer, ce qui est l’occasion de donner une image négative de l’enseignement reçu par ces femmes :

Le spirituel dramaturge Gaston Cronier, en quête de sujet, s’est subrepticement introduit à l’École préparatoire des femmes-cochers, et voici ce qu’il a sténographié pour les Annales :

LE PROFESSEUR. — Mesdames, nous en avons terminé avec la partie technique du cours. Je suis content de vous. Vous êtes, dès maintenant, capables de tenir en mains les rênes du char de l’État lui-même… Pour parfaire votre éducation, il ne me reste plus qu’à recommander à votre bienveillante sollicitude ces règles de politesse et de courtoisie qui sont, de toute éternité, le privilège de la corporation dans laquelle vous allez entrer. Je suis convaincu que vous ne ferez rien pour discréditer cette urbanité proverbiale. La langue française ne doit-elle pas ce mot : « urbanité », à une de nos plus importantes Compagnies de voitures ? Ainsi, par exemple, qu’un tramway en station vous barre la route, en quels termes le ferez-vous remarquer au wattman ?

UNE ÉLÈVE. — Tu ne vas pas bientôt démarrer, toi, avec tes voyageurs à quinze francs le cent ?

LE PROFESSEUR. — Bien… La formule manque peut-être un peu de vigueur ; mais ce n’est pas trop mal pour un début… Une famille de huit personnes, débarquant du train, manifeste le désir de s’empiler dans votre voiture. Vous lui dites aussitôt ?…

PLUSIEURS ÉLÈVES. — Est-ce que vous prenez ma bagnole pour un wagon à bestiaux ?

LE PROFESSEUR. — Très bien… Que répondez-vous au vieux monsieur qui sort du théâtre et vous propose timidement de le reconduire à Auteuil ?

UNE ÉLÈVE. — Tu ne m’as pas regardée…

UNE AUTRE. — T’as pas honte, à ton âge ?

LE PROFESSEUR. — C’est insuffisant.

UNE ÉLÈVE. — J’aimerais mieux t’embrasser mort.

LE PROFESSEUR. — C’est mieux.

UNE AUTRE ÉLÈVE. — Attends donc le rachat de l’Ouest…

LE PROFESSEUR. — Bien… Au client myope qui ne voit pas que vous êtes chargé et s’obstine à vous faire signe d’arrêter ?

PLUSIEURS ÉLÈVES. — T’as donc de la confiture dans les yeux ?…

LE PROFESSEUR. — C’est cela même… Au client qui vous hèle quand  l’heure de la manille a sonné et que les partenaires vous attendent ?

LES ÉLÈVES, en chœur. —. J’ vas relayer !

LE PROFESSEUR. — C’est parfait… Inutile de poursuivre cet interrogatoire. Je vois avec plaisir que votre éducation est très complète. Je n’ai plus rien à vous apprendre : vous serez des cochers sans peur et sans reproche10

Les futures cochères sont donc montrées dans plusieurs textes et dessins s’entraînant à proférer des jurons contre leurs chevaux ou leurs homologues masculins, comme si la féminisation d’un métier impliquait d’en adopter jusqu’aux travers (supposés).

=> Cliquez sur les images ci-dessous pour mieux les voir

Quand ce ne sont pas les cochers qui se voient obligés de calquer leur comportement sur celui de leurs nouvelles collègues …

Si les femmes se mettent à être cochers maintenant, il faudra que, nous autres, nous devenions polis avec les clients. Et c’est ça qui sera pas facile11.

Albert Guillaume, « Les ‘cochères‘ », Le Rire, 24 novembre 1906. Gallica (BnF).

Le féminisme supposé des cochères mis à mal

Si les mouvements féministes gardent le silence quant aux premières femmes-cochers12, beaucoup d’auteurs masculins supposent, ou feignent de supposer, que le combat féministe se cache derrière la volonté de conduire des fiacres. Le Gaulois du 15 novembre 1906 ironise : « le féminisme monte sur… le siège ! » Il évoque ensuite, le 1er décembre, « la dernière idée du féminisme ».

Claudin, « Féminisme », Supplément du dimanche du Petit Journal, 6 décembre 1906. Gallica (BnF).

Un parallèle est dressé entre les premières femmes avocates et les cochères. Anticipant les résultats des premiers examens, Les Annales politiques et littéraires juxtaposent ainsi avocates et cochères dans un montage photographique intitulé « Les progrès du féminisme ».

« Les progrès du féminisme en France« , Les Annales politiques et littéraires, 25 novembre 1906. Gallica (BnF).

 

SL. Forton, « L’émancipation de la femme« , Supplément illustré du Petit-Comtois, 30 juin 1907. Gallica (BnF).

Il s’agit  pour la presse de montrer que dans toutes les couches de la société et dans des métiers intellectuels ou plus physiques, les femmes ambitionnent d’égaler les hommes. Mais de manière plus sous-jacente, le parallèle est établi entre la prise de parole des unes et des autres : les avocates qui plaident13, les cochères supposées adopter des propos grossiers. Les unes comme les autres sont soupçonnées de vouloir tout conduire jusqu’au « char de l’État », ce qui rejoint une tradition de blagues selon lesquelles les femmes conduiraient (régenteraient)  en réalité la vie des hommes.

=> Cliquez sur les images ci-dessous pour mieux les voir

Gill Baer, par exemple, sans représenter la femme-cocher, propose en revanche, au moment maximal de l’effervescence autour des cochères, des conductrices qui usent de leurs charmes pour régenter les hommes, y compris au sommet de l’État

 

Gil Baer, « Conductrice« , La Lanterne, 16 mars 1907. Gallica (BnF).

Le dessinateur Lemot fait même dire à une cochère revendicatrice, plantée crânement devant un membre du jury : « En voilà des questions ! Mais nos ministres pour conduire le char de l’État ne passent pas des examens aussi durs que les nôtres pour conduire de simples sapins14! »

Les propos sexistes se déchaînent, de manière violente ou feutrée. Lors de toute tentative des femmes d’accéder à des fonctions masculines, la majeure partie de la presse a alors pour habitude de produire des textes soulignant que les hommes vont devoir prendre en charge les tâches domestiques (voir à la fin de ce billet le dessin de Mirande paru dans Le Journal amusant du 19 janvier 1907),  parce que leurs épouses n’auront plus le temps de s’occuper du foyer et que le travail féminin générera le chômage masculin. Ces plaisanteries, qui ont débuté avec la représentation des Vésuviennes en 184815, ont connu une réactivation importante avec les premières femmes doctoresses.

 

Léon Valbert, « Tout ce qu’il y a de raids !!! – Revue de l’année 1907″, Jean qui rit, 29 décembre 1907. Gallica (BnF).

 

Dans L’Écho de Paris du 7 mars 1907, Franc-Nohain tente de comprendre l’hostilité qui entoure les cochères : « nous ne sommes pas « mûrs » pour ces formes aiguës, agressives du féminisme » plaide-t-il, arguant qu’avec « les cochères, il [le féminisme] descend dans la rue, il se matérialise, il prend, pour la première fois,  une forme populaire16 ».

À ces femmes qui transgressent les normes, les journalistes et dessinateurs prédisent bien des difficultés. La première serait que la galanterie française s’accommoderait mal de leur laisser remplir des fonctions peu féminines. Il s’agit de renvoyer la conductrice à sa place traditionnelle, dans la voiture, et de mortifier la femme du peuple face au bourgeois ou à l’aristocrate attentionné. Des articles avertissent également les cochères qu’à l’inverse elles risquent bien des déboires si elles font des courses tard la nuit, dans des quartiers mal famés.

=> Cliquez sur les images ci-dessous pour mieux les voir

La seconde difficulté retenue par les satiristes est d’ordre physiologique. Déjà opposée aux femmes lorsqu’elles avaient décidé de faire de la bicyclette17, elle est reprise pour les cochères : auront-elles la force de maîtriser leurs chevaux, de les relever s’ils chutent ? Comment feront-elles en cas d’envie pressante ? Comment concilier ce métier avec grossesse et allaitement ?

=> Cliquez sur les images ci-dessous pour mieux les voir

 

La caricature égrillarde de la cochère

L’idée de la femme conductrice, porteuse d’un fouet,  excite les fantasmes des caricaturistes. Certains dessins sont néanmoins ambivalents et ridiculisent plutôt la concupiscence masculine.

Radiguet, « Les femmes-cochers« , Le Rire, 1er décembre 1906. Gallica (BnF).

Le plus souvent, les dessinateurs scindent l’univers des cochères en deux groupes, selon la représentation très stéréotypée et sexualisée des femmes alors en vigueur. La cochère âgée est corpulente, engoncée dans des vêtements peu seyants, mais elle comprend les propos lestes, voire surinterprète les situations scabreuses.

=> Cliquez sur les images ci-dessous pour mieux les voir

A contrario, la jeune cochère, supposée être fraîche et célibataire, doit selon ces dessins supporter plaisanteries et gestes salaces. Son costume, qui comporte la culotte que revêtent également les cyclistes féminines, semble permettre les situations équivoques. Pourtant caricaturée comme une femme qui transgresse les règles en adoptant un métier masculin, la cochère caricaturée ne s’autorise pas (ou n’est pas autorisée ?) à protester contre des comportements masculins déplacés, et ce d’autant plus qu’à la domination de genre s’ajoute la domination de classe. Au contraire, quelques caricatures suggèrent même que la cochère, en choisissant une profession réputée pour sa trivialité, peut en adopter les codes, y compris sexuels.

=> Cliquez sur les images ci-dessous pour mieux les voir

 

Dans le prochain billet, nous verrons comment les journaux ont retracé les premières semaines d’activité des femmes cochères parisiennes et nous intéresserons au Carnaval de 1907 pendant lequel les nouvelles « ductrices » ont occupé une place de choix. Nous découvrirons en particulier une singulière comtesse devenue cochère, Marie Lutgen,  qui semble avoir joué un rôle important dans l’agitation médiatique de 1907, entre protection des animaux et féminisme.

Citer ce billet : Agnès Sandras, "Automédone, cocherette ou cochonnette, un accès de fièvre satirique et machiste devant les premières femmes cochers ? (partie I)," in L'Histoire à la BnF, 27/04/2021, https://histoirebnf.hypotheses.org/11774, [consulté le 17/10/2021].

=> Pour aller plus loin, outre les travaux déjà cités plus haut sur les premières femmes-cochers, voir sur ce carnet : Yann Kergunteuil, « Écrire l’histoire des femmes : quelles ressources à la BnF ? », 2021

  1. Voir le rapport 2016 du Sénat en ligne : « Sur les femmes et l’automobile : un enjeu de lutte contre la précarité, d’orientation professionnelle et de déconstruction des stéréotypes ». []
  2. Juliette Rennes, « Cochères parisiennes, le risque en spectacle », Travail, genre et sociétés, 2016/2 (n° 36), p. 37-59. []
  3. Voir sur Retronews l’écho de presse de Marina Bellot : « La première femme cochère de France, événement inouï pour les Parisiens ». []
  4. L. M. , « Madame Automédon », La Nouvelle République, 9 novembre 1906. []
  5. L’Écho de Paris, 9 novembre 1906. []
  6. Griff, « Phaétone« , La Dépêche, 12 novembre 1906. []
  7. « Comment les appeler ? Femmes-Cochers, cochères, cocheresses ou cocherelles  ?», L’Éclair, 22, 23 et 24 février 1907. []
  8. G. de Vorney, « Vieux mot nouveau », Le XIXe siècle, 1er mars 1907. []
  9. Un nombre important de caricatures met alors régulièrement en scène les grossièretés verbales des cochers. []
  10. « Les Échos de Paris », Les Annales politiques et littéraires, 25 novembre 1906. []
  11. « Le féminisme monte … sur le siège », Le Gaulois, 15 novembre 1906. []
  12. Juliette Rennes, op. cit. []
  13. Les premières avocates comme Jeanne Chauvin ont été admises en 1900. Voir ce que pouvait dire par exemple Léo Claretie en 1907 sur les avocates dans L’École des dames. []
  14. Lemot, « Revue de la semaine », La Croix de l’Aube, 25 janvier 1907. Le sapin est une « voiture de place tirée par un cheval« . []
  15. Voir Laura S. Strumingher, « Les Vésuviennes : les femmes-soldats dans la société de 1848 », in La Caricature entre République et censure : L’imagerie satirique en France de 1830 à 1880 : un discours de résistance ? [Philippe Régnier, dir.], Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1996. []
  16. Franc-Nohain, « Hue et dia ! », L’Écho de Paris, 7 mars 1907. []
  17. Voir Hélène Virenque, « Les petites reines du bitume », Blog Gallica, 2018. []

Agnès Sandras

chargée de collections en histoire de France au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.