Automédone, cocherette ou cochonnette, un accès de fièvre satirique et machiste devant les premières femmes cochers ? (partie II)

Dans le billet précédent, nous avons vu que la simple évocation de femmes devenant cochers (ou cochères) à Paris a généré en 1906 et 1907 nombre de plaisanteries sexistes qui recyclaient entre autres les classiques stéréotypes sur la répartition des tâches entre femmes et hommes, et la prétendue incapacité féminine à embrasser certaines professions. Découvrons maintenant comment se sont déroulés les débuts des cochères et essayons de comprendre quel rôle elles ont pu jouer dans l’effervescence qui les a entourées. En effet, cette agitation se déroule principalement en période de Carnaval…

Le Pêle-Mêle, 21 avril 1907. Gallica (BnF).

Le feuilleton des cochères : chronique d’un désastre annoncé ?

Dans son article « Cochères parisiennes, le risque en spectacle », Juliette Rennes indique :

La diversité des risques auxquels se confronte « la femme-cocher » constitue l’un des fils directeurs des reportages et des récits qui la mettent en scène. Ces risques ont un genre : ils ne sont pas définis comme constitutifs du métier de cocher, mais comme tenant à une incapacité et vulnérabilité propres aux femmes. Une activité ordinaire pour un cocher est considérée comme un défi pour une cochère. Si elle relève ce défi, ses prouesses sont érigées en spectacle. Si elle échoue, le spectacle emprunte plutôt au registre burlesque, souvent entremêlé à la grivoiserie : la cochère subit ou provoque un accident, se révèle incapable de contrôler son cheval, confond échange professionnel et transaction sexuelle en cédant aux avances des clients. Que le registre du spectacle soit burlesque, grivois ou héroïque, son suspens repose en grande partie sur une mise à l’épreuve des capacités et incapacités attribuées aux femmes, et plus largement des normes de genre1.

La presse scande en effet les différents événements de la vie des futures cochères dans différents articles, lesquels sont parfois illustrés de photographies et de dessins qui mettent en scène le poids du regard, un regard masculin. Et ce sont des hommes qui dessinent, photographient, commentent des réactions masculines à la présence nouvelle de femmes dans une sphère traditionnellement réservée aux messieurs … Dans le dessin d’humour ci-dessous, un domestique juge de manière peu amène sa transgressive patronne qui veut conduire une automobile, établissant un parallèle avec les cochères : « Est-ce qu’elle voudrait s’entraîner afin d’être reçue cochère pour fiacres automobiles ? » Un petit garçon est ébahi devant ce spectacle inusité …

L’Éclat de rire, 1er avril 1907. Gallica (BnF).

L’ensemble constitue un feuilleton à la dramaturgie savamment réglée du risque et de l’échec conduisant inéluctablement à la disparition des femmes cochers. En effet, dès l’hiver 1907, les journaux déplorent (ou feignent de déplorer) de nombreux abandons liés aux malveillances des collègues ou du public, à la lassitude des cochères devant un métier difficile. La République française titre  « Les cochères s’en vont2», Le Soir signale que « Les ‘cochères’ se lassent3» tandis que Le Mémorial de la Loire et de la Haute-Loire indique « Deux échecs du féminisme – Les avocates – Les cochères4». Les uns comme les autres évoquent des causes qui ramènent évidemment au genre, aux classes sociales et à la sexualité. Les femmes cochères, souvent issues du peuple ou déclassées, retourneraient à leur condition par la grossesse ou y échapperaient provisoirement grâce à leurs charmes. Dans l’article qui suit, daté de juin 1908, on notera la métaphore de l’accident …

Le tout est appuyé par des statistiques visant à démontrer l’inconstance féminine. La République française indique « sur 40 cochères que nous avions, il y a quelques mois, il nous en reste aujourd’hui exactement 22 »,  et précise que deux femmes suivent les cours gratuits de l’Assistance aux animaux alors que lors des « précédentes séries, elles étaient toujours 10, 12, 15 et davantage6».

Face à ce soi-disant échec, les journalistes sont partagés. Certains avouent s’être habitués à la présence des femmes cochers, d’autres regrettent qu’elles aient été souvent victimes d’agressions verbales voire physiques. Ce n’est d’ailleurs pas à ces femmes qu’ils semblent en vouloir précisément mais au symbole qu’elles constituent : selon nombre d’entre eux, cet accès à une nouvelle profession constitue une étape supplémentaire vers le féminisme.

Baer, Supplément de La Lanterne, 2 mars 1907. Gallica (BnF).

L’hyper-médiatisation de nouveautés transgressives

La médiatisation des femmes cochères se fait par la presse et des dizaines de cartes postales7. Les journaux présentent les premières postulantes (textes et portraits), prédisent qu’elles seront plus nombreuses dans les revues de fin d’année que dans les faits8, puis s’intéressent à leurs échecs successifs pour obtenir le diplôme de cocher du 18 décembre 1906 à février 1907.

=> cliquez sur les images de la galerie ci-dessous pour mieux les voir

En effet, le jury (composé d’un représentant de l’administration, de deux délégués des grandes compagnies de voitures, d’un délégué des loueurs, de délégués des syndicats et d’un représentant des cochers non syndiqués) tarde à admettre des femmes lors des épreuves théoriques qui se déroulent à la Préfecture de Police (voir billet précédent). Puis les admissibles ne parviennent pas  à satisfaire aux épreuves pratiques, notamment lors du remisage qui a lieu au Marché aux chevaux9. S’il n’existe pas de possibilité juridique d’empêcher les femmes de devenir cochers, la préfecture leur demande de surcroît de satisfaire à une enquête préalable de moralité10, ce qui n’est pas exigé pour les hommes. Les  journalistes s’en amusent, mais certains suggèrent bientôt que le jury ne veut pas recevoir de femmes dans la profession11

Première femme admise aux épreuves théoriques, Madame Dufaut, épouse d’un cocher, échoue lors du remisage en janvier, mais ne manquerait pas de caractère selon L’Éclair :

– Chez nous, on n’est pas des chiens ; mon mari n’arrive pas à gagner sa vie ; faut que je l’aide. Alors, cochère, c’est un métier où l’on est libre, indépendante. Pas de patron. Ça me va… Et puis, vous savez, l’année prochaine, je demande les palmes académiques.

— À quel titre ?

— Tiens ! parbleu ! Au titre… au titre féministe… N’ai-je point contribué à l’émancipation de la femme12 ?

Madame Lutgen, ex-comtesse du Pin de la Guérivière (voir prochain billet) échoue également lors du remisage. La presse s’intéresse à son chapeau à fleurs …

Ces divers épisodes génèrent une première série de dessins satiriques (voir billet précédent). Deux des candidates (Mesdames Dufaut et Charnier) sont enfin reçues   … le 11 février 1907, jour du lundi gras ! Il y a lieu de se demander si cette date est innocente. Les « jours gras » sont en effet un des temps forts du long Carnaval parisien : bals, fêtes travesties, promenade du bœuf gras, etc.

« Nous aurons des Femmes-Cochers« , Le Petit Parisien, 12 février 1907. Gallica (BnF).

Leur réception a donc lieu dans une atmosphère festive qui encourage le charivari mais aussi la transgression. Presse et photographes sont nombreux à suivre la première sortie des deux cochères (sur un itinéraire court, car elles n’ont pas encore le permis officiel) et s’intéressent à la foule, essentiellement masculine,  mi-hostile mi-amusée, qui les entoure.

=> Cliquez sur les images ci-dessous pour mieux les voir

Pendant les semaines qui suivent, les journaux évoquent régulièrement les premières femmes cochers qui sont bientôt une quarantaine. Quand ils en ont la possibilité technique, ils ajoutent un  portrait  au texte sous forme de dessin ou de clichés. Plusieurs éditeurs de cartes postales les photographient alors qu’elles conduisent leur voiture ou s’occupent de leur cheval : elles sont alors seules et le plus souvent nommées. Quand elles sont  occupées à des transgressions stéréotypées, censées répondre au comportement de leurs homologues masculins (attablées à des tables de café, buvant, fumant, jouant aux cartes), elles sont plutôt plusieurs et anonymes. Quelques cartes postales  plus suggestives ont eu recours soit à des femmes cochers soit à des figurantes. Ces différentes représentations inspirent les caricaturistes tant pour les silhouettes des cochères que pour les situations auxquelles elles peuvent être confrontées.

Outre la relation des cochères avec les hommes (clients, cochers, agents…) et une oscillation constante entre dénonciation d’attitudes masculinisées ou par trop féminines (voir billet suivant) pour une profession réputée virile, la presse polarise bientôt sur les accidents des cochères. Il faut dire que certains ne sont pas dus à la malchance mais à la malveillance de badauds ou d’autres conducteurs qui coupent volontairement la route des cochères, cisaillent leurs rênes, etc. Les récits de ces accidents, et parfois de leurs suites judiciaires, sont très ambivalents. Le courage des cochères qui ont réussi à maîtriser leurs chevaux que des collègues ont effrayés est loué, leur détermination à relever les injures de leurs collègues et à s’en plaindre auprès des autorités est soutenue, mais les titres ou les conclusions de ces articles sont parfois moqueurs. Quelques caricatures (voir ici) et cartes postales suggèrent quant à elles que la femme cochère ne peut maîtriser ou relever un cheval…

Dans cette frénésie de donner chair aux cochères, les journaux écorchent fréquemment les noms et les intervertissent parfois.  Sur la quarantaine de femmes évoquées par les journalistes, près de 30 n’ont pas cédé au tourbillon médiatique. Dans la douzaine dont on connaît le visage – principalement Mesdames Charnier Decourcelle, DufautLutgen, Moser, Véron, Mesdemoiselles  Dollet, Victoria et Blanche Étienne13, Vilain – en 1907, 5 sont davantage photographiées. Pour quatre d’entre elles, cela paraît plausible, car leur originalité stimule la curiosité : deux  sont les premières reçues, une  se présente comme une comtesse, une autre prépare en même temps son permis de conduire une automobile. La cinquième consent  à prendre des airs mutins sur les photographies, alors que les autres affichent au contraire des mines concentrées et sérieuses.

De la transgression au Carnaval

La question de genre hante les journalistes et les dessinateurs. Tantôt la cochère est représentée en quête de féminisation du métier (elle orne son « sapin » et fleurit son cheval), tantôt les hommes sont contraints de se féminiser à cause d’elles. Ce serait le cas de leurs maris (voir billet précédent) mais aussi de leurs collègues. Les journaux prétendent en effet que la mode amenant les clients à choisir des cochers féminins, certains automédons se déguiseraient en femmes cochers, astuce qui amuserait le public14

 

Henriot, « La semaine illustrée« , Le Petit Journal, 17 mars 1907. Gallica (BnF).

 

Au même moment, les scènes parisiennes commencent à proposer des dizaines de chansons15  et fantaisies parodiques mettant en scène les cochères16. Pour « La Revue du Centenaire» aux Variétés, Albert Brasseur campe une dame Collignon qui enseigne les trucs et astuces à sa fille qui veut devenir cochère. Le succès est immense dès les répétitions :

On annonce, au tribunal de Fémina, la cochère : c’est Brasseur. Un immense éclat de rire l’accueille, l’orchestre s’arrête, ses camarades l’applaudissent, et, jusqu’au fond de la salle, clairsemée de figurantes qui viennent attendre leur tour de monter en scène en observant les camarades, c’est une tempête de cris, de trépignements. Il faudra voir cet admirable fantaisiste en « femme-cocher ». La caricature poussée à ce point, c’est de l’art : imaginez une géante bon enfant, avec une plume balancée gracieusement sur le canotier de toile cirée, et le compteur en aumônière à la ceinture… Fausse poitrine, fausses hanches, robe claire… Hier, Brasseur était apparu en cochère réaliste, la trogne rougie par le vin, le vêtement sali par le tabac et les intempéries. On l’a trouvé trop vrai, on l’a prié d’égayer sa cochère. Et Brasseur a égayé ! Le costume n’est que faufilé après lui ; nous assistons là à une inspiration de premier jet ; c’est inénarrable17.

 

Yves Marevery, « Brasseur« , L’Intransigeant, 5 mars 1907.

Ces transgressions relèvent du charivari : après subi des épreuves initiatiques, les femmes cochers déclenchent des parodies. Or il semble que parmi nos cochères certaines ont parfaitement conscience de ces mécanismes et préfèrent les instrumentaliser, et les retourner contre les moqueurs. En effet, en 1907 lors de la traditionnelle fête de la Mi-Carême, qu’on appelle aussi « fête des blanchisseuses » à Paris, car on y élit la « reine des blanchisseuses », trois cochères ont les honneurs :  » À la fin de la cavalcade, après une vingtaine de chars, parmi lesquels on remarque en particulier le « char de Montmartre et du Chat-Noir » universellement applaudi, viennent les cochères, Mmes Decourcelle, Lutgen et Moser, avec un attelage garni de fleurs, et, grisées par les ovations de la foule des badauds, envoient des baisers dans toutes les directions18».

« La Mi-Carême de 1907« , Le Petit Journal, 8 mars 1907. Gallica (BnF).
« Les fêtes de la Mi-Carême« , Le Journal, 8 mars 1907. Gallica (BnF).

Les trois cochères conduisent donc des voitures ornées de  panneaux représentant  les cochers mâles qui resteraient désormais à la maison pour vaquer aux tâches dites traditionnellement féminines. Le Petit Parisien indique précisément à quoi correspondent ces panneaux :

Un peu plus loin, trois fiacres sont alignés au bord du trottoir. Sur les capotes sont accrochés des tableaux qui répondent à cette scie de café-concert :

Qu’est-c’ qui frait donc téter l’ gosse,
Si Titine n’était pas là ?

Les fiacres, ornés d’une profusion de cocardes et de banderoles, sont conduits par trois des nouvelles femmes cochères, dont une, Mme Decourcelles, jouit d’une certaine notoriété dans le quartier des Halles, où elle travailla longtemps.

Les tableaux représentent un cocher du « sexe fort » vaquant aux soins du ménage, écumant le pot et mouchant le marmot.
On s’amuse beaucoup et on brocarde ferme. Mais les cochères ont la langue bien pendue et ripostent avec vigueur.

On retrouve deux de ces cochères au Carnaval d’été de Calais, Mesdames Decourcelle et Moser conduisant à nouveau des voitures ornées de panneaux « montrant ce qu’il adviendra du sexe fort quand le féminisme aura complété ses conquêtes : Hommes-nourrices, Hommes-laveuses, Hommes-cuisinières19». Une carte postale au moins se fait l’écho de cette inversion charivarique. Les badauds ayant volontiers crié aux cochères « mais qui reprisera les chaussettes ? », Madame Moser est photographiée (voir ici) alors qu’elle reprise « les chaussettes de son mari » en attendant les clients !

Selon Le Journal du 5 juin 1907, les cochères viennent également applaudir une cochère parodique interprétée par Dranem (voir l’image mise-en-avant en haut de ce billet) à l’Alcazar.

Le Journal, 5 juin 1907. Gallica (BnF).

 

Ces cochères médiatisées disparaissent pour la plupart dès mars 1907, et n’ont guère résisté au temps circonscrit du Carnaval. Nous verrons dans le prochain billet que l’agitation autour des cochères a en partie été induite. Nombre d’acteurs ont en effet contribué très intensément à la mise en vedette des femmes cochères : journaux, éditeurs de cartes postales, revuistes, loueurs de voitures, etc.

Citer ce billet : Agnès Sandras, "Automédone, cocherette ou cochonnette, un accès de fièvre satirique et machiste devant les premières femmes cochers ? (partie II)," in L'Histoire à la BnF, 10/05/2021, https://histoirebnf.hypotheses.org/11870, [consulté le 21/09/2021].
  1. Juliette Rennes, « Cochères parisiennes, le risque en spectacle », Travail, genre et sociétés, 2016/2 (n° 36), p. 37-59. []
  2. L.M., « Les cochères s’en vont », La République française, 29 décembre 1907. []
  3. « Les ‘cochères’ se lassent », Le Soir, 26 décembre 1907. []
  4. Carl, « Deux échecs du féminisme – Les avocates – Les cochères », Le Mémorial de la Loire et de la Haute-Loire, 28 novembre 1907. []
  5. « Nos cochères », La France, 1er juin 1908. []
  6. L.M., « Les cochères s’en vont« , La République française, 29 décembre 1907. []
  7. Juliette Rennes, Femmes en métiers d’hommes, Cartes postales 1890-1930, préface Michelle Perrot, Saint-Pourçain-sur-Sioule, Éditions Bleu autour, 2013 []
  8. Voir par exemple A. Burgkly, « Les femmes peuvent-elles être cochers de fiacre ? », L’Éclair, 9 novembre 1906. []
  9. Sur l’école des cochers et les modalités de l’examen : voir Nemo, « L’École des cochers », Le Progrès de la Côte-d’Or, 13 mars 1906. []
  10. Voir Albert Dauzat, « Le premier cours pour les femmes cochers », La Liberté, 28 novembre 1906. []
  11. Voir par exemple Louis d’Hurcourt, « La jupe et le fouet », Gil Blas, 12 janvier 1907. []
  12. Édouard Lepage, « Les femmes cochers -Examen pratique », L’Éclair, 5 janvier 1907. Seul L’Éclair rapporte ces propos dont on peut se demander s’ils ne sont pas inventés de toutes pièces… []
  13. Trois sœurs Étienne, filles de cocher, se présentent aux épreuves, deux sont reçues. []
  14. Voir Le Figaro du 5 mars 1907, page 2. []
  15. Citons entre autres : « La Femme-cocher», Paroles de Louis Tournayre, musique de Emile Spencer, 1907 ; « La Cochère modèle – Chanson pour femme cochère», paroles de J. Badofski et d’ Azerigue, musique de J. Badofski, 1907 ;  « La Cochère et l’agent ! Chanson pour femme cochère», paroles de A. Jost, musique de E. Mercier, 1907 ;  « Ma petite Cochère ! Chansonnette», paroles de Hilger, musique de D. Berniaux, 1907 ; « La Cochère parisienne, Chansonnette», paroles de A. Mas, musique de Sune et Barrépat, 1907 ;  « Dans l’Sapin d’ une cochère», Paroles et musique de Roger de Beaumercy, 1907 ; « La Cochère parisienne. Chansonnette», Paroles de A. Ams. Musique de Suñe & Barrégat, 1907 ;   « Le Mari de la cochère ! Chansonnette», paroles de Daubas, musique de Émile Spencer ; etc. []
  16. « La Cochère parisienne» par Marius Réty, 1907 ; « Le Roman d’une petite cochère parisienne, fantaisie d’actualité»par Eugène Gervais, 1907 ; etc. []
  17. Sparklet, « Le trottoir roulant», L’Écho de Paris, 4 mars 1907. []
  18. « Le Cortège de la Mi-Carême« , Le Soleil, 8 mars 1907. []
  19. « Les fêtes de Calais », Le Grand écho du Nord de la France, 13 août 1907. []

Agnès Sandras

chargée de collections en histoire de France au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.