« En Pologne le roi règne mais ne gouverne pas » (Jan Zamoyski), démocratie nobiliaire et monarchie élective dans la République des Deux Nations

Dans ses Considérations sur le gouvernement de Pologne et sur sa réformation projettée, Jean-Jacques Rousseau s’étonne : « En lisant l’histoire du gouvernement de Pologne, on a peine à comprendre comment un État aussi bizarrement constitué a pu subsister si longtemps »

Au cours de la 23e édition des Rendez-vous de l’histoire à Blois en octobre 2020 de nombreux intervenants se sont penchés sur le thème « Gouverner ». Ce billet prolonge une communication prononcée lors de ces Rendez-Vous : regardons de près le mode de gouvernance singulier qu’a expérimenté la Pologne du XVIe au XVIIIe siècle.

 

Au seuil des temps modernes, on observe un peu partout en Europe une centralisation du pouvoir héréditaire et un renforcement du rôle des monarques. Richelieu et Mazarin permettent l’avènement de la monarchie absolue en France. Le despotisme éclairé triomphe un siècle plus tard en Prusse ou en Russie. Mais la Pologne opte pour une toute autre voie : une monarchie élective, au sein d’une démocratie nobiliaire, caractérisée par un pouvoir monarchique très limité et encadré par une législation et un parlement, la Diète (Sejm) contrôlée par la noblesse (szlachta). Le premier roi issu de la « libre élection » est français : il s’agit du duc d’Anjou, Henri de Valois (futur Henri III en France). Cet événement constituera un tournant dans les relations entre la France et la Pologne malgré son règne de très courte durée.  

Naissance de la République des Deux Nations  (Res Publica Utriusque Nationis)

En 1569, le Royaume de Pologne, appelé la Couronne, et le Grand-Duché de Lituanie signent un accord appelé « l’union de Lublin » qui constitue l’aboutissement d’une alliance entamée dès le XIVe siècle et qui regroupe les deux États en une seule entité. Cette grande puissance nommée « République des Deux Nations » s’étend sur un vaste territoire qui atteint au XVIIe siècle près de 1 million de km² (990000 km²). Elle englobe les territoires d’une grande partie de la Pologne actuelle, de la Lituanie, de la Biélorussie, de l’Ukraine, les extrémités occidentales de la Russie. D’autres régions lui sont inféodées : la Courlande et la Livonie (correspondant à la Lettonie et de l’Estonie d’aujourd’hui) ainsi que la Prusse Ducale.

Carte générale des Etats de la république polonaise, pour servir à l’intelligence du commencement du XVIIIe siècle et des expéditions de Charles XII , dressée par Léonard Chodzko, Paris, [18..]. Gallica (BnF).

 

Véritable creuset de peuples, de religions et de cultures, sa population compte entre 8 et 11 millions d’habitants. Elle se compose des Polonais, Lituaniens, Ruthènes (peuples slaves des territoires de la Biélorussie et d’Ukraine d’aujourd’hui), Allemands, Arméniens, Tatars, Karaïmes et Juifs. Ces derniers, après avoir été successivement chassés de différents pays de l’Europe occidentale, y ont trouvé refuge, jouissent de droits et de protections royales, et constituent à l’époque une des plus grandes communautés juives du monde. 

Au sein de cette société multiethnique et multiconfessionnelle cohabitent relativement en paix les catholiques, orthodoxes, juifs, karaïmes (adeptes d’un courant issu du judaïsme qui ne reconnaît que la loi écrite et récuse la loi orale), musulmans, luthériens et calvinistes. Une branche polonaise du calvinisme, les antitrinitaires, appelés aussi frères polonais ou ariens ou encore sociniens marquent fortement la culture polonaise en créant de nombreuses écoles et imprimeries. La Bible de 1563 traduite en polonais par les calvinistes et sociniens, dite de Brest-Litovsk ou Bible de Radziwiłł, du nom de son fondateur, figure parmi les éditions les plus précieuses.

Biblia swieta, tho iest, ksiegi Stárego y Nowego Zakonu, włas̄nie z zydowskiego, greckiego, y łácínskiego, nowo na polski iezyk z pilnos̄ćia y wiernie wyłozone. Drukowano w Brzesciu Litewskim [Bernard Wojewódka, 1563]. BnF, Réserve des livres rares : Cote : A-458.Cliché E. Walle.

L’agriculture constitue le principal secteur économique de la République des Deux Nations qui devient ainsi le plus grand producteur de céréales d’Europe au XVIe siècle. Cette concentration de l’activité économique sur l’agriculture favorise la noblesse qui obtient très tôt le droit exclusif d’acquisition des terres ce qui lui assure une domination sur les citadins et les paysans et par la suite, même sur le clergé.

La position de la noblesse (szlachta) et la démocratie nobiliaire 

En comparaison avec d’autres pays européens, les nobles en Pologne sont nombreux : ils représentent entre 6% et 8% de la population totale. En revanche, ils ne constituent pas un groupe économiquement homogène. En haut de la hiérarchie se trouvent de riches possesseurs fonciers appelés « magnats». Ce groupe restreint, environ une centaine de familles, très fortuné, possède des domaines extrêmement étendus, occupe les plus hautes charges de l’État, peut disposer de sa propre armée et vit dans des palais et résidences somptueuses. Le bas de l’échelle est formé par ceux qu’on nomme « gołota » c’est-à-dire des non propriétaires. Ces nobles appauvris sont parfois obligés de travailler chez les autres mais gardent leurs titres de noblesse. La noblesse petite et moyenne constitue le groupe le plus important au sein de cette catégorie sociale.

Malgré ces différences, la noblesse se distingue par le principe inhabituel d’égalité interne en matière des droits à la participation à la vie publique au niveau local et national. Ceci contribue à renforcer son poids politique ainsi qu’à forger une conviction profonde de son rôle particulier au sein de la société corroborée par le mythe de ses origines sarmates. Effectivement, les nobles sont persuadés de descendre de l’antique peuple des Sarmates, des tribus nomades originaires de la plaine qui borde la Mer Noire au nord. D’où le nom de la Sarmatie attribué parfois à la République des Deux Nations que l’on trouve dans certains écrits à l’instar de  Sarmatiae Europeae descriptio quae regnum Poloniae, Lituaniam, Samogitiam, Russiam, 1581 d’Alexandre Guagnini (153.-1614), militaire, gouverneur de Vitebsk et chroniqueur d’origine italienne.

Sarmatiae europeae descriptio quae regnum Poloniae, Lituaniam, Samogitiam, Russiam… complectitur, Alexandri Guagnini… cui, supplementi loco, ea quae gesta sunt superiori anno inter… regem Poloniae et magnum ducem Moschoviae breviter adjecta sunt, item genealogia regum Polonorum. Spirae : apud B. Albinum, 1581. BnF, Réserve des livres rares, M-1154. Cliché E. Walle.

Cette généalogie fantasmée se traduit dans le caractère oriental des habits, qui se distinguent par un long manteau garni de fourrure, appelé żupan, une large ceinture richement décorée, soutenant un sabre courbe d’apparat. Les moustaches et la coiffure sarmate (les cheveux rasés sur les côtés) sont d’autres marques d’appartenance à ce groupe social.

« Noble polonais » dans : [Types russes et polonais] par Carrick, William (1829-1878), photographe, 1860-1875. Gallica (BnF).

L’esprit sarmate imprègne aussi bien l’art de vivre que la pensée et les valeurs profondes telles que le courage, la fierté, l’hospitalité dont on trouve une vision colorée dans Les Mémoires de Jan Chryzostom Pasek (1636-1701), représentant de la petite noblesse au XVIIe siècle. Mais surtout cette culture sarmate exalte l’idée de la liberté, la liberté d’or (aurea libertas), comprise comme le droit de participer à la vie publique en référence à la Rome antique. La liberté, considérée comme le plus grand bien, constitue le principal facteur de l’égalité interne au sein de la société nobiliaire. Inspiré par le républicanisme romain et la démocratie athénienne, le vrai sarmate se doit d’être un citoyen actif, engagé politiquement, participant à la prise des décisions pour son pays.

Dès la fin du XIVe siècle, les nobles acquièrent des privilèges concédés par les rois successifs en récompense de leur soutien. Dès cette époque, la haute noblesse participe à l’élection du roi sous la dynastie des Jagellons. Il ne s’agit alors que d’une formalité, la véritable « libre élection » sera introduite après l’extinction de cette famille.

En dehors du monopole pour l’acquisition des terres, la noblesse est exonérée de la majorité des taxes. Elle jouit d’inviolabilité personnelle. Le roi ne peut édicter de nouvelles lois, instaurer de nouvelles taxes ni convoquer une mobilisation de masse sans son consentement.

Elle gère toutes les affaires locales en participant activement aux réunions de nobles d’un territoire donné appelées les diétines (sejmiki). Au cours de ces assemblées régionales sont également désignés les délégués qui vont assister la diète générale c’est-à-dire le parlement.  

C’est à la Diète générale (sejm walny) que sont votés les lois, les impôts, la levée et la taille de l’armée, les traités et les déclarations de guerre ainsi que les alliances politiques et militaires. La Diète constitue l’organe décisionnel suprême de l’État qui progressivement limitera les pouvoirs du roi.

Le point clé du système politique de la République des Deux Nations est le liberum veto, principe d’unanimité instauré au milieu du XVIIe siècle. Chaque mesure proposée devant la Diète (Sejm) doit être adoptée à l’unanimité. Comme tous les nobles sont égaux, il suffit qu’une voix s’élève en criant « liberum veto » (« j’interdis librement, je m’oppose librement ») pour entraîner un arrêt immédiat de la session en cours. Utopique dès le départ, ce principe aura avec le temps des effets pernicieux sur le fonctionnement du pays.

Ainsi les diétines régionales, les diètes générales et le liberum veto forment le fondement et  la base de la démocratie nobiliaire : c’est pourquoi la République des Deux Nations est appelée également la République nobiliaire.

En tant que garant du maintien, de la stabilité, de la continuité de la démocratie nobiliaire, le roi cependant reste un élément indispensable de l’État mais selon la formule de Jean Zamoyski «Rex regnat et non gubernat » (le roi règne mais ne gouverne pas).

En 1572, la mort sans descendant de Sigismond II Auguste, le dernier roi de la dynastie des Jagellons, provoque une vive crise.

Portrait de Sig. Auguste, roi de Pologne, fait d’après nature en 1561 par C.S. dans : Catalogue de l’album photographique polonais [Image fixe] : tiré de la collection d’Antoni Oleszczynski […] et dédié à Deotyma, photographié par Coudrette, Paris, 1862. Gallica (BnF).

L’interrègne devient une réalité alors que n’existent pas encore les procédures pour faire face à une telle situation et la noblesse craint que cette situation puisse conduire à l’effondrement de la République des Deux Nations. Son premier objectif est de maintenir l’unité d’un État multi-ethnique et multi-confessionnel. Depuis l’établissement de la dynastie des Jagellons au XIVe siècle les rois sont en théorie élus. Mais il s’agit d’une simple formalité qui confirme la succession au sein de la même famille. Faute de candidat Jagellon, il faut élire un nouveau monarque. Pour ce faire, il convient d’abord de déterminer la méthode de l’élection, et de se prémunir de tout viol des principes de la « liberté d’or » par le nouveau souverain. 

Monarchie élective

Pour la noblesse, il faut garantir le maintien des privilèges et, si possible, en gagner de nouveaux. Il s’agit également de préserver la tolérance religieuse, et de se prémunir des décisions arbitraires du roi ou de la nécessité de faire la guerre.

Un accord est trouvé entre les magnats, la noblesse et le clergé. Il est décidé que :

 

  1. le rôle de l’interrex, c’est-à-dire de celui qui exercerait le pouvoir pendant l’interrègne, est assuré par le primat de Pologne (chef de l’Église catholique polonaise), à ce moment-là le primat Jakub Uchański (1502-1581)
  2. Le pouvoir exécutif dans les territoires est assuré par les assemblées régionales des nobles dites confédérations des nobles (konfederacje szlacheckie kapturowe) qui se chargent de l’ordre public, de la défense de l’État, d’établissement des tribunaux pour rendre la justice
  3. La paix religieuse dans le pays est garantie par la Confédération de Varsovie, un acte juridique adopté par la Diète de la convocation le 28 janvier 1573 qui garantit durablement l’égalité et la liberté de religion à toutes les confessions 1.
  4. Grâce à l’implication de Jan Zamoyski, grand admirateur de la République romaine, et de ses Institutions, il est décidé que le roi est élu par la noblesse au suffrage direct et universel, élection viritim. Tous les nobles peuvent y participer à l’exclusion des femmes, Chaque noble disposant d’une voix.
  5. L’élection royale se déroule en trois sessions spéciales de la Diète : de convocation, d’élection (ou électorale) et de couronnement.

Stanisław Karnkowski, le Grand Secrétaire de la Couronne, évêque de Włocławek, qui a participé à la préparation de la première élection libre décrit ces principes dans son traité De modo et ordine electionis novi regis,1573.

De modo et ordine electionis novi regis, apud Varsaviam, anno Domini 1573 habitae rationeque eligendi reges Poloniae… Stanislai Karnkowski, archiepiscopi Gnesnen, etc. ad Martinum Cromerum, episcopum Varmiensem, epistola, [1573]. Gallica (BnF).

Par ailleurs, chaque roi nouvellement élu est tenu de respecter les Pacta conventa et les articles henriciens (artykuły henrykowskie) du nom du premier roi élu Henri de Valois, qui constituent un ensemble d’engagements entre le monarque et la « nation polonaise », en réalité la noblesse.

Dans ce contrat le roi déclarait : « Si Nous faisions quoi que ce soit (que Dieu l’empêche) contre les lois, libertés, privilèges et coutumes, Nous déclarons que tous les citoyens des deux nations sont libérés de leur obligation d’obéissance et de leur foi envers Nous. »

Une fois toutes ces règles établies, la noblesse cherche un candidat au trône dans les cours européennes. Gaspard de Tende (1618-1697), Français qui a vécu en Pologne et a été intendant de la cour du roi, observe dans sa Relation historique de la Pologne, 1686 signé sous le pseudonyme de Sieur de Hauteville :

Les Polonais élisent ordinairement un Prince étranger pour leur roi parce qu’ils ont de la peine à se soumettre à ceux que la fortune a rendu égaux en naissant. Ils disent qu’une partie de leur bonheur consiste dans la liberté qu’ils ont d’élire tel Prince qu’ils veulent. Mais cette grand liberté est souvent la cause de leurs divisions.

Tende, Gaspard de (1618-1697). Relation historique de la Pologne contenant le pouvoir de ses rois, leur élection, & leur couronnement, les privileges de la noblesse, la religion, la justice, les moeurs & les inclinations des Polonois ; avec plusieurs actions remarquables. Par le Sieur de Hauteville. 1686. Gallica (BnF).

L’élection du roi de Pologne a des répercussions sur la politique européenne, car elle devient un sujet de rivalité entre les Valois et les Habsbourg. Parmi les candidats au trône de la République des Deux Nations, on trouve : l’archiduc Ernest  d’Autriche, fils de l’empereur Maximilien II ; Henri de Valois, alors duc d’Anjou (frère de Charles IX roi de France) ; Jean III Vasa, roi de Suède et beau-frère du dernier Jagellon, et enfin le tsar de Russie Ivan le Terrible.

En France, Catherine de Médicis, la reine Mère, régente durant toute la minorité de son deuxième fils, Charles IX, cherche un trône pour son fils préféré, Henri, alors duc d’Anjou. L’idée de le placer sur le trône de Pologne lui aurait été suggérée par Jan Krassowski, un nain arrivé de Pologne à la cour de France à l’âge de 15 ans, connu aussi sous le pseudonyme de Domino ou de petit Polacron. D’origine noble, érudit, polyglotte, doté d’une vive intelligence il est devenu rapidement le favori de la reine mère et a su utiliser ses talents pour défendre la candidature d’Henri auprès de la noblesse polonaise. Le Nain politique, roman historique, publié en 1826 par Mme la Comtesse de Choiseul-Gouffier, née Comtesse de Tisenhaus relate cet épisode.

Choiseul-Gouffier, Sophie de,née Ctesse de Tisenhaus. Le Nain politique, roman historique. Paris : C. Gosselin, 1826. 4 tomes. Gallica (BnF).

Plus proche de nous, Le nain du roi de Pologne, roman de Beata de Robien publié en 1994 développe le même sujet.

Du point de vue de Catherine de Médicis, une élection du duc d’Anjou n’aurait que des avantages : elle mettrait un terme à la rivalité entre Henri et son frère Charles IX, et éloignerait Henri de France, lui évitant de s’impliquer davantage dans les guerres contre les huguenots.

La candidature française ne rencontre pas un enthousiasme unanime parmi les nobles polonais attachés à la liberté religieuse et méfiants en raison de l’implication du candidat français dans les guerres contre les protestants. Le souvenir du massacre de la Saint-Barthélemy est encore très frais dans les mémoires.

C’est Jean de Monluc (1508-1579), évêque de Valence et diplomate hors pair, accompagné par Jan Krassowski et son secrétaire Jean Choisnin (1530 ?-158 ?) qui se rend en Pologne pour soutenir la candidature d’Henri de Valois devant la Diète. Le Département des Manuscrits de la BnF conserve de nombreux documents relatifs à ces négociations et on trouve leur récit dans les Mémoires de Jean Choisnin ou Discours au vray de tout ce qui s’est faict et passé pour l’entière négociation de l’élection du roy de Polongne, publiés dans la Collection complète des mémoires relatifs à l’histoire de France en 1823.

Mémoires de Jean Choisnin ou Discours au vray de tout ce qui s’est faict et passé pour l’entière négociation de l’élection du roy de Polongne. (Collection complète des mémoires relatifs à l’histoire de France ; 38). Paris : Foucault, 1823. Gallica (BnF).

Grâce à l’habileté diplomatique de Jean de Montluc et au soutien de Jan Zamoyski (1542-1605) le puissant chancelier et hetman de la Couronne, Henri est élu roi de Pologne et Grand-Duc de Lituanie le 11 mai 1573.

Collection du maréchal de Noailles, dite improprement: Suite de la Collection Dupuy. XXVI Contrats et cérémonies de mariages de rois et princes (XVe-XVIIe siècles). — « Diverses pièces de la négotiation faicte en Poulogne pour faire eslire roy de Poulogne Mr Henry de Valois, qui depuis fust roy de France Henry III » (1573). Gallica (BnF).

En août 1573 une grande délégation polonaise composée de dix ambassadeurs et plus de deux cents gentilshommes est envoyée en France pour aller chercher le nouveau roi. Dans Henri de Valois et la Pologne en 1572, publié par le marquis de Noailles en 1867, on trouve la description suivante de la délégation polonaise.

Noailles, Emmanuel H. V. Henri de Valois et la Pologne en 1572. T. 2, p. 354 / par le marquis de Noailles. 1867. Gallica (BnF).

Jan Zamoyski, qui en fait partie, prononce une brillante allocution, L’Oraison du seigneur Jean de Zamoscie, où il loue les richesses du nouveau royaume et les qualités du futur roi.  

Stanislai Carncovii, episcopi wladislaviensis, Ad Henricum Valesium, Poloniarum regem des., panegyricus. Parisiis : apud M. Vascosan, 1574. Gallica (BnF).

De nombreux panégyriques glorifient le nouveau roi dont celui de Stanislaw Karnkowski (1526-1603), le Grand Secrétaire de la Couronne, évêque de Włocławek.

Stanislai Carncovii, episcopi wladislaviensis, Ad Henricum Valesium, Poloniarum regem des., panegyricus. Parisiis : apud M. Vascosan, 1574. Gallica (BnF).

L’intéressé lui-même n’est pas pressé de se rendre dans ce pays lointain, mais il y est obligé. Il fait ses adieux à la France en décembre 1573 et arrive à Cracovie en février 1574, accompagné par une cour nombreuse.

Hadamard, Auguste (1823-1886), Henri de Valois, duc d’Anjou partant pour la Pologne : [estampe]. Tamisier. Graveur. Gallica (BnF).

Le 21 février 1574, à 23 ans, il est sacré roi de Pologne et Grand-duc de Lituanie dans la cathédrale du Wawel à Cracovie.

Portrait de Henri III, en buste, de 3/4 dirigé à gauche, dans une bordure ronde sur laquelle on lit : Henricus III. D. G. Fran. et Pol. Rex Christianis :: [estampe], [s.d.]. Gallica (BnF).

La rencontre des deux cultures s’avère compliquée. Les mœurs libres du roi, son style vestimentaire, ses bijoux et le port de perles aux oreilles paraissent extravagants et étranges aux yeux des Polonais. Le jeune roi, de son côté, s’étonne des mœurs polonaises, et est terrifié par le climat rigoureux de son nouveau royaume dont, par ailleurs, il ne connaît pas la langue.

Henri passe son temps entouré d’un cercle restreint de courtisans français, il s’implique peu dans les affaires de son nouveau royaume où son pouvoir est limité même s’il ne signe finalement pas les articles henriciens. Il ne tient pas son engagement d’épouser Anna Jagiellonka, sœur du dernier roi Jagellon, son aînée de 28 ans.

Au bout de quelques mois de règne à peine, Henri apprend le décès de son frère, Charles IX, roi de France, disparu le 30 mai 1574.  Il fuit alors la Pologne pour s’installer sur le trône de France qui lui revient de droit. Les nobles polonais se lancent à sa poursuite et le laissent partir après avoir obtenu la promesse de revenir rapidement. Ils comptent longtemps sur le retour du roi mais finissent par se rendre à l’évidence. Henri de Valois n’a pas été officiellement détrôné, il garde d’ailleurs toujours son titre de roi de Pologne et grand-duc de Lituanie.

Le bref passage d’Henri de Valois sur le trône de Pologne et notamment les circonstances extraordinaires de sa fuite restent présents dans la mémoire polonaise.

De nombreuses œuvres littéraires et artistiques polonaises évoquent ces événements  telle l’Ode I, Au roi Henri de Valois séjournant en France (Oda I. Do króla Henryka Walezego bawiącego we Francji) du poète Jan Kochanowski (1530-1584) ou encore le tableau La fuite de Henri de Valois de Pologne du peintre Artur Grottger (1837-1867) (Ucieczka Henryka Walezego z Polski, 1860, Musée National de Varsovie). Le roman d’un jeune auteur Jędrzej Napiecek, Król, który uciekł (Le roi qui a fugué) publié en 2019 montre combien cette thématique passionne toujours les Polonais.

Paradoxalement ce règne éphémère, pas forcément bien perçu des Polonais, constitue un véritable tournant dans les relations bilatérales entre les deux pays qui ne vont que s’accroître au fil du temps.

Henri de Valois est le premier roi issu de la « libre élection » dont les principes sont fixés à la fin du XVIe siècle et  appliqués jusqu’à la fin du XVIIIe siècle. Sur onze rois élus on compte seulement quatre Polonais (Michał Korybut Wiśniowiecki (1669-1673), Jean III Sobieski (1674-1696), Stanisław Leszczyński (1706-1709 et 1733-1736) et Stanisław August Poniatowski (1764-1795).

Dès la deuxième moitié du XVIIe siècle, le système politique de la République des Deux Nations, basé sur la démocratie nobiliaire et la libre élection du roi, montre ses faiblesses.

Le principe d’unanimité, le liberum veto contribue à l’apparition de la corruption.  Les grands seigneurs soudoient souvent les petits nobles afin qu’ils votent selon leurs intérêts.

Consciente des dangers du liberum veto, la noblesse tente en vain de le modifier au milieu du XVIIe siècle mais préfère s’accommoder d’un peu de corruption, plutôt que d’installer une monarchie absolue.

Le pays tombe ainsi progressivement dans l’anarchie, paralysé par les intérêts particuliers de la noblesse. Il devient une proie facile pour ses voisins qui attisent ses divisions internes.

Ni les tentatives de réforme, décidées par la Grande Diète (17881792), ni la proclamation de la Constitution du 3 mai 1791 (première en Europe) ne peuvent empêcher l’un des plus grands drames de l’histoire polonaise : le démembrement du pays entre ses puissants voisins : la Russie, la Prusse et l’Autriche au cours de trois partages (1772, 1793, 1795). Le dernier roi élu, Stanisław August Poniatowski (1764-1795), assiste impuissant à la disparition complète de l’État polonais suite au troisième partage. La Pologne ne recouvrera son indépendance qu’en 1918…

Le système politique de la République des Deux Nations, unique en son temps, a d’abord fait sa fortune, avant de contribuer à sa chute. C’est du moins ainsi qu’il est souvent perçu par l’historiographie.

De nombreux auteurs français s’y sont intéressés et notamment : le théologien protestant Théodore de Bèze (Du droit des magistrats sur leurs subjets : traitté tres necessaire en ce temps pour advertir de leur devoir, tant les magistrats que les subjets), philosophe  et magistrat Jean Bodin (Les six livres de la République de J. Bodin), Montesquieu (De l’esprit des lois), Voltaire (plusieurs pamphlets et entre autres : Discours aux confédérés catholiques de Kaminiek en Pologne par le major Kaiserling) et Jean-Jacques Rousseau (Considérations sur le gouvernement de Pologne et sur sa réformation projettée), etc.

Aujourd’hui le regard des historiens sur ce régime est plus nuancé. Outre ses faiblesses, on pointe également ses acquis comme l’étendue des libertés politiques et individuelles de ses citoyens. De même, la noblesse formait le plus grand corps électoral de l’Europe moderne. Par ailleurs les Polonais ont su éviter dans leur histoire les régicides, les guerres de religion et les guerres civiles.

La République des Deux Nations a connu des périodes de grands désordres politiques, voire d’anarchie et finalement a disparu en tant qu’État. 

Son système politique demeure néanmoins, malgré ses imperfections, une tentative unique dans l’Europe moderne d’établir une démocratie, fût-elle nobiliaire.

=> Pour aller plus loin, consulter :

 

Citer ce billet : Elisabeth Walle, "« En Pologne le roi règne mais ne gouverne pas » (Jan Zamoyski), démocratie nobiliaire et monarchie élective dans la République des Deux Nations," in L'Histoire à la BnF, 10/05/2021, https://histoirebnf.hypotheses.org/11903, [consulté le 15/06/2021].

 

 

 

 

 

  1. Acte inscrit sur la liste Mémoire du monde de l’UNESCO []

Elisabeth Walle

Chargée de collections en langue et littérature polonaises et en slavistique au département Littérature et art, coordinatrice scientifique de la bibliothèque numérique France-Pologne

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.