Les images ont parlé ! Pourquoi ces ânes redoutaient l’arrivée des beaux jours …

Vous deviez trouver où et pourquoi des ânes devenaient particulièrement récalcitrants à l’arrivée des beaux jours.  Différents indices (voir ici) vous aidaient à trouver la solution. À commencer par des images de cerisiers et d’équidés, et la vue d’une des retraites de Jean-Jacques Rousseau … mais laquelle ? Le portrait du connétable Anne de Montmorency (que certains journaux satiriques du XIXe siècle surnommaient « Âne de Montmorency ») devait vous mettre définitivement sur la voie.

Les environs de Paris / par Louis Barron,… ; ouvrage ill. de cinq cents dessins d’après nature par G. Fraipont, et accompagné d’une carte en couleur. Paris, 1886. Gallica (BnF).

La «  cerise de Montmorency » a été particulièrement réputée dès le XVIIIe siècle. Il faudrait plutôt dire les cerises. Il semble en effet qu’en mai-juin, on cueillait des cerises à Montmorency, comme dans nombre de villages autour de Paris, et que vers le 15 juillet on pouvait enfin goûter à la vraie cerise dite de Montmorency, une griotte.

Recueil des plus beaux fruits cultivés en France… : pomologie française. Tome 2, par A. Poiteau. Langlois et Leclercq, Paris, 1846. Gallica (BnF).

On appréciait particulièrement cette dernière pour son goût après transformation : dans des sirops (voir ici), gâteaux (voir ici), glaces (voir ici), ou à l’eau-de-vie (voir ici), etc.

Mais la variété avait un faible rendement : vendue à prix fort à Paris, elle a rapidement été cultivée par les particuliers ou des producteurs d’autres régions dès que les chemins de fer ont permis le transport des fruits à une plus grande échelle1.

Pelcocq, « Petite physiologie de la cerise« , Le Journal amusant, 4 mai 1864. Gallica (BnF).

.

« Marchande de bouquets de cerises.  Un sou la livre la Montmorency« , Cris de Paris : [estampe] par Carle Vernet (1758-1836), sn, sd. Gallica (BnF).

À Montmorency, si la cerise éponyme a décru dès la moitié du XIXe siècle, la culture de cerisiers s’est maintenue jusqu’à la Première Guerre mondiale, car elle était devenue une manne touristique.

[Extrait de] Carte cantonale de la forêt et de la vallée de Montmorency… par A. Ponsin…, 1850. Gallica (BnF).

Montmorency était un lieu de villégiature estivale recherché depuis le XVIIIe siècle, alors en pleine campagne, et proche du lac d’Enghien. Son calme, les charmes de la nature environnante (la forêt de Montmorency dont une belle châtaigneraie), attiraient de nombreux hôtes de marque dont Jean-Jacques Rousseau. Le philosophe avait d’ailleurs la réputation d’aimer les cerises locales. Au XIXe siècle, les Parisiens viennent explorer le village, profiter de la vue sur la vallée,  découvrir l’ermitage de Rousseau, la forêt et la campagne environnante.

Dès 1846, le chemin de fer de la Compagnie du Nord dessert Enghien-les-Bains : des fiacres permettent alors de monter le coteau de Montmorency.

[Extrait de] Carte cantonale de la forêt et de la vallée de Montmorency… par A. Ponsin…, 1850. Gallica (BnF).

En 1864, une petite ligne, disparue aujourd’hui,  est créée entre Enghien et Montmorency.

Enghien-les-Bains, guide-annuaire, 1911. Page 12. Gallica (BnF).

De nombreuses maisons de plaisance sont construites dans la vallée de Montmorency, une partie de la forêt est découpée et lotie. Dès le milieu du XIXe siècle, des promeneurs regrettent les paysages d’autrefois. L’endroit, très fréquenté, n’a plus le charme des folles équipées des étudiants et des grisettes.

« Les lilas de Romainville et les cerises de Montmorency« , Le Charivari, 16 mai 1842. Gallica (BnF).

Les guides touristiques enregistrent également un changement de regard sur Montmorency :

La demeure de Rousseau fut habitée ensuite par Grétry ; «d’autres maisons furent construites près de là, et ont changé l’aspect de cette colline si chère au philosophe genevois. Les orages des derniers siècles et l’envahissement des constructions modernes ont respecté bien peu le vieux Montmorency. […] ce qu’on ne saurait ravir à Montmorency, c’est le charme de ses promenades, l’ombrage de ses bois, les richesses de sa vallée, les magnifiques points de vue de son coteau. Aussi tous les environs sont-ils couverts de maisons de campagne dont la proximité du chemin de fer du Nord, qui traverse la vallée dans toute sa longueur, augmente le nombre chaque année.

Les habitants campagnards, qui finiront par être en minorité dans leur pays, ont approprié la culture du sol aux débouchés que leur offre ce contact continue avec la population parisienne.
Les fruits, et particulièrement les cerises, ainsi que des légumes que le terrain produit abondamment et  en excellente qualité, sont pour eux l’objet d’un commerce important et lucratif2.

Désormais, les touristes du dimanche proviennent selon la presse satirique d’une petite bourgeoisie plus avide de se promener sur des ânes et de se « goberger » de cerises que d’admirer les paysages chers à Rousseau.  Dimanche après dimanche, aux beaux jours, ils déjeunent dans les arbres de Robinson (voir ce billet), canotent à Asnières, Bougival ou Nogent, cueillent les lilas de Romainville, prennent les « trains de plaisir » (voir ce billet)…

=> Cliquez sur les flèches ci-dessous pour feuilleter dans Gallica « les derniers beaux jours », une histoire en vignettes de Gédéon, racontant l’équipée d’un couple de plumassiers parisiens à Montmorency…

Provinciaux et étrangers, qui connaissent Montmorency  pour l’ermitage de Rousseau ou pour les pages que lui consacrent de nombreux romans populaires comme ceux de Paul de Kock, affluent également…
Le Guide à Paris : journal-indicateur des étrangers et des visiteurs / [gérant Paul Genay] , Paris,  1881. Gallica (BnF).

Les ânes deviennent bientôt la spécialité touristique emblématique de Montmorency, avec les cerises. Loués à la halle (à la gare à la fin du siècle),  ânes et chevaux permettent de se rendre dans la campagne environnante. On  nomme les ânes  « cerisiers » , car ils ont aussi servi à transporter les paniers de fruits jusqu’à Paris. Ils sont en principe paisibles …

Alphabet des récréations enfantines, par A. Des Tilleuls, Paris, Bernardin-Béchet, 1875. Gallica (BnF).
Chevauchés par des touristes peu expérimentés, qui les frappent parfois durement, les ânes de Montmorency acquièrent plutôt la réputation de faire choir les clients et de s’en revenir tranquillement sans eux. Dessins et textes de la presse se font ainsi l’écho de la revanche  d’animaux maltraités et mal nourris sur des touristes en quête de sensations …
L’Album : journal des arts, des modes et des théâtres, 17 nov. 1821. Gallica (BnF).
L’ Anomanie : [estampe] : ou les plaisirs de Montmorancy ([État avec la lettre]) / C. Naudet f. 1821. Gallica (BnF).
Pelcocq, « Petite physiologie de la cerise« , Le Journal amusant, 4 mai 1864. Gallica (BnF).

 

La cueillette des cerises, thématique érotique, et les promenades dans la campagne de couples illégitimes,  se conjuguent pour faire également des promenades à Montmorency un prétexte à une littérature et des images plus grivoises.

Pelcocq, « Petite physiologie de la cerise« , Le Journal amusant, 28 mai 1864. Gallica (BnF).

Ainsi par exemple Joseph Grignet se retrouve-t-il obligé d’épouser Elisa Brisemiche parce que la fugue de leurs ânes au fond des bois en plein orage apparaît compromettante3

Les « ânes de Montmorency » connaissent aussi la consécration dans les spectacles. En 1874, ils sont le thème d’une scène comique musicale : « Hue ! Cadet ! Ou les ânes de Montmorency ! », paroles de E. de Richemont, musique de Jules Javelot. Ils font l’objet d’un tableau de La Mère Gigogne, pièce en 5 actes, 10 tableaux, mêlée de chant, par MM. Beauvallet et V. Koning, musique nouvelle de MM. Diache, Coedès et Chautagne, représentée au Château d’eau le 5 février 1875. Une douzaine d’ânes sont sur la scène, d’après un compte-rendu qui souligne que le tableau rencontre un grand succès. « Les Ânes de Montmorency ! » Duetto, paroles de Gil, musique de Alfred d’ Hack, est joué en 1889… Après la Première Guerre mondiale, il n’ y a plus d’ânes dans la vallée de Montmorency, réquisitionnés pendant le conflit (voir la série de billets sur les «  animaux dans la Grande Guerre») et passés de mode …

 

=> Pour aller plus loin en ligne :

  • Le site du Musée Jean-Jacques Rousseau de Montmorency. Le musée propose actuellement une exposition consacrée aux « Arts, Lettres et Fêtes à Montmorency »
  • Photographie des ânes de Montmorency : ici (Musée d’Orsay)
  • La Rubrique « Forêt de Montmorency » sur le site Journal de François
  • Le site Valmorency, site de l’Association pour la promotion de l’histoire et du patrimoine de la vallée de Montmorency
  • Tester dans la recherche avancée de Gallica, la « recherche géographique » : voir ici le résultat pour « Montmorency – rayon 5 kilomètres » qui nous permet de continuer notre promenade entre Enghien et Montmorency …
  1. Voir Pierre Antoine Poiteau, « La cerise de Montmorency » in Recueil des plus beaux fruits cultivés en France… : pomologie française, Paris,  Langlois et Leclercq, 1846. []
  2. Paris et ses environs : guide méthodique et raisonné, Paris, G. Barba, 1855. []
  3. Henri Le Verdier, « Une partie d’ânes« , Nouvelle Bourgogne, 17 mai 1914. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.