Le ‘certificat de vaccine’ : un papier indispensable au XIXe siècle (1/2)

Bulletin du Ministère de l’Intérieur, 1907. Page 72. Gallica (BnF).

 

Le « pass(e) vaccinal » a-t-il eu des ancêtres en France ? Nous nous intéresserons ici au « certificat de vaccine » du XIXe siècle qui s’en approche par certains aspects. Si la vaccination antivariolique n’a pas été obligatoire en toutes circonstances au XIXe siècle, elle a été vivement encouragée : mesure après mesure, il a fallu en effet fournir un « certificat de vaccine » pour suivre scolarité et formations, faire son service militaire, et accéder à certains métiers. Le certificat est alors devenu un « papier » qui constituait parfois l’unique preuve d’identité que l’on pouvait spontanément produire. En revanche, il n’a pas pleinement atteint le but recherché par les législateurs et les médecins : parfois rédigé à la hâte ou falsifié, il constituait une preuve imparfaite de la vaccination et ne permettait pas non plus de savoir si la personne avait reçu l’indispensable rappel vaccinal. Il a donc été tout au long du XIXe siècle un élément central des discussions sur la vaccination obligatoire : comment en faire un auxiliaire précieux de l’obligation vaccinale ? Comment en améliorer forme et support ? Autant de questions que la loi sur l’obligation vaccinale de 1902 et son application n’ont qu’imparfaitement résolues, si l’on en croit “La ruée vers les vaccins lors d’une épidémie de variole en 1907” …

Pignat, “Nuance“, Le Journal amusant, 6 janvier 1929. Gallica (BnF).

Le certificat au cœur d’une semi-obligation vaccinale avant 1902

Extrait de Enrichissement de la langue française, dictionnaire de mots nouveaux… par J.-B. Richard, Paris, 1845. Gallica (BnF).

Au début du XIXe siècle, il est d’usage de parler de la « vaccine » (le terme « vaccination » est forgé plus tard par Pasteur, voir ici). Ce premier vaccin, qui succède au procédé de l’inoculation, permet de lutter contre la variole (ou petite vérole). Ses résultats sont indéniables, puisqu’il sauve des milliers de vies et diminue de manière significative  les handicaps liés à la maladie comme la perte de la vue. Grâce à lui, de moins en moins de visages portent les traces disgracieuses de la vérole : les gens dont les visages sont « grêlés1» subissent en effet de nombreuses moqueries telles que « moule à gaufres » ou « écumoire » (voir ici).

Très vite, la question de l’obligation vaccinale se pose en France, devant les ravages provoqués par la petite vérole parmi les non-vaccinés. Les médecins constatent bientôt que la revaccination est également nécessaire, environ tous les 10 ans. Mais l’obligation de la vaccination, puis de la revaccination, font débat, y compris au sein des scientifiques, notamment au nom des libertés individuelles, au point que l’obligation vaccinale pour toutes et tous contre la variole n’est finalement décrétée qu’en 1902. 

En réalité, dès le début du XIXe siècle, les autorités tentent de faire admettre à la population que la vaccination est indispensable tout en imposant différentes mesures qui la rendent difficilement contournable. Le Comité central de vaccine est fondé en 1800 et la Société pour l’extinction de la petite vérole par la propagation de la vaccine en 1804. Napoléon Ier demande que les soldats soient vaccinés, et la vaccination de son fils, le roi de Rome, en mai 1811 est un geste fort qui reprend celui de Louis XVI faisant inoculer le Dauphin2.

 

 

Andrieu, Bertrand [sous la direction de Denon, Dominique Vivant], “La vaccine”. Médaille de la Société centrale de la vaccine, 1804. Musée du Louvre, OAP 2462 – : https://collections.louvre.fr/ark:/53355/cl010455018 – 

Priée de soutenir la vaccination, la presse officielle en vante les succès. Le Journal de Paris en 1810 évoque par exemple les parents amenant leurs enfants au centre de vaccination de la rue du battoir-Saint-André-des-Arts et/ou réclamant des certificats (voir ici). Les autorités politiques, bientôt aidées par les Églises, louvoient entre obligations ponctuelles, récompenses et pédagogie par l’exemple. Ici, une prime est offerte aux nourrices qui font vacciner les enfants, ou aux chirurgiens pouvant fournir en 1825 une « liste authentique de cinquante vaccinations heureuses3». Là, les parents sont indemnisés s’ils acceptent qu’on prélève la lymphe vaccinale sur le bras de leur bébé pour l’injecter à d’autres nourrissons4. À l’inverse, à Troyes, les aides du bureau de bienfaisance sont supprimées pour les indigents qui n’ont pas fait vacciner leurs enfants. Le Journal de l’Aube, qui rapporte cet arrêté, conclut : « Ces arguments sensibles trouveront peut-être crédit là où la persuasion et le raisonnement seraient sans puissance5». Le préfet de Nancy innove :

À l’article des mesures administratives employées récemment par les autorités locales pour vaincre l’espèce d’antipathie que partout la classe ouvrière paraît éprouver pour la vaccine, nous avons remarqué l’idée singulière mais heureuse qu’a eue M. le préfet de Nancy de faire promener par toute la ville un aveugle qui venait de perdre les yeux à la suite de la petite-vérole : un crieur public l’accompagnait, et implorait pour lui la commisération du peuple en indiquant la cause de son malheur6.

Au cœur du dispositif imaginé par les gouvernements successifs du XIXe siècle (rendre la vaccination obligatoire sans que cela soit écrit en toutes lettres) se trouve le certificat de vaccine. En 1811, écoliers, collégiens, lycéens doivent apporter la preuve qu’ils ont eu la variole soit sous la forme d’un certificat médical, appelé par conséquent « certificat de vaccine » ou plus rarement « bulletin de vaccine », soit en montrant les marques laissées par la maladie. Louis de Fontanes, grand maître de l’université, écrit aux recteurs d’académie :

D’ici au 15 novembre prochain, tous les élèves pensionnaires et externes des lycées, des collèges, des institutions et pensions, des écoles secondaires ecclésiastiques, des écoles primaires dans les villes, devront justifier, par un certificat en bonne forme, ou qu’ils ont eu la petite vérole, ou qu’ils ont été vaccinés ; autrement, ils seront tenus de se faire vacciner sur-le-champ. En cas de refus, ils quitteront l’établissement, où ils ne pourront plus se représenter qu’ils n’aient satisfait à l’ordre prescrit. Si vous ne pouviez pas, d’ici à la fin d’octobre, obtenir le même résultat dans les écoles primaires des campagnes, vous feriez du moins tous vos efforts pour que la mesure dont il s’agit fut exécutée pour le mois de janvier prochain. Les élèves qui se seraient fait inoculer, et qui en justifieraient par un certificat authentique, seraient considérés comme ayant eu la petite-vérole. Cette mesure, M. le recteur, n’admet ni restriction ni délai. Vous voudrez bien me faire connaître ceux des chefs d’établissement qui, par négligence ou par mauvaise volonté, n’auraient qu’imparfaitement exécuté mes ordres7.

Peu à peu, la vaccination et son corollaire (la production du certificat en attestant), deviennent la condition nécessaire pour s’inscrire à des concours, postuler à certains métiers ou activités. Mais ces obligations touchent essentiellement les garçons, scolarisés jusqu’aux lois Ferry de 1881-1882 en nombre bien plus important que les filles, et qui font leur service militaire. Dans l’armée, la vaccination est rapidement imposée de peur d’épidémies qui anéantiraient les troupes en temps de guerre. La revaccination y devient la règle en 18578, et le livret militaire comporte des cases dédiées. Le médecin doit choisir entre les indications « variolé », « vacciné avec succès » ou « à vacciner », puis il doit obligatoirement (re)vacciner le nouveau conscrit (voir par exemple sur ce livret militaire en ligne la page 9, vue 6).

Non seulement, les jeunes femmes n’effectuent pas de service militaire, mais elles n’ont pas accès à la plupart des professions qui exigent alors le certificat de vaccine …

” Ordonnance qui organise les Écoles vétérinaires”, Château de Saint Cloud, 1er septembre 1825, in Recueil complet des lois et ordonnances du royaume à partir du 1er avril 1814. Année 1825 / … par M. Isambert. Gallica (BnF).
Gazette des théâtres : journal des comédiens, 28 février 1836. Gallica (BnF).

L’obligation vaccinale est exigée tardivement pour certaines professions pourtant exposées. Ainsi, en 1837 Le Temps dénonce le fait que si les externes et internes en médecine doivent produire un certificat de vaccination ou montrer leurs traces de petite vérole pour être admis, en revanche :

Par un oubli que nous ne saurions vraiment expliquer, on reçoit dans les hôpitaux et hospices de Paris, en qualité d’infirmiers, de garçons d’amphithéâtre, des gens de service, en un mot des individus qui aussi se rendent utiles, sans s’inquiéter s’ils présentent les conditions exigées des élèves externes et internes. Par suite de cette négligence, qui serait coupable si elle n’était involontaire, ces malheureux qui vivent sans cesse dans les salles de malades, qui approchent à toute heure de la journée et de la nuit la couche des infortunés admis et soignés dans les hôpitaux, qui, par conséquent, se trouvent placés dans toutes les conditions les plus favorables à la propagation d’un mal contagieux, voient se développer en eux des accidents qu’une simple précaution hygiénique aurait à tout jamais éloignés9.

Tout aussi surprenant, il faut attendre une loi de protection des enfants (dite loi Roussel), en décembre 1874, pour rendre la vaccination des nourrices obligatoire ! Pour autant, comme l’indique un rapport parisien de 1889 prônant la vaccination obligatoire pour toute la population, les nourrissons ne sont pas toujours protégés des contagions possibles, soit parce que leurs propres parents s’y opposent et demandent aux nourrices de fausses déclarations, soit parce que les enfants de certaines nourrices ne sont pas vaccinés10.

Le certificat de vaccine acquiert donc une valeur différente selon la classe sociale à laquelle on appartient. Il est un sésame indispensable, mais facile à se procurer auprès du médecin de famille, pour les enfants de la bourgeoisie qui grâce à lui accèdent à l’école et à des fonctions stables. À l’inverse sa non-possession génère des soucis croissants à ceux qui se déplacent à la recherche d’un toit ou d’un travail et que l’on soupçonne de véhiculer des maladies.

Entre vaccinés et non-vaccinés, le clivage social s’articule de plus en plus au cours du siècle autour de la possession du certificat. Des voix s’élèvent pour dénoncer le manque de vaccinations chez les ouvriers venus de province qui travaillent à agrandir la capitale sous le Second Empire11, ou chez les « ouvriers étrangers12», et demander que l’on exige d’eux des preuves de vaccination et/ou une vaccination immédiate. Une suggestion émise à l’Académie de Médecine en 1857 s’appuie d’ailleurs sur l’idée que le peuple doit consentir aux mêmes efforts que les couches sociales plus aisées …

Séance de l’Académie de médecine du 17 novembre 1857, La France médicale et pharmaceutique, 21 nov 1857. Gallica (BnF).

 

Le clivage social est patent lors des discussions de 1881 sur la vaccination obligatoire (voir le billet suivant). Le Soleil publie par exemple le rapport du docteur Bouchardat au Conseil d’hygiène parisien. Le médecin s’y émeut que les discussions autour de la loi Liouville ont été interrompues puis argumente en faveur de l’obligation vaccinale. Il indique qu’il faut exiger des ouvriers venus sur les grands chantiers parisiens qu’ils soient vaccinés et ajoute : « On est mal fondé d’invoquer le principe de la liberté individuelle, quand on fait courir des dangers certains aux habitants d’une ville à laquelle on vient demander l’hospitalité et du travail13».

Le certificat de vaccine : papier d’identité des gens modestes ?

Dans les faits, le certificat de vaccine semble avoir néanmoins joué le rôle d’un papier d’identité à la fin du XIXe siècle, voire même le seul possédé par les gens modestes. Rappelons qu’au début du siècle, l’administration napoléonienne a œuvré à une « rationalisation croissante des formes d’identification14» : « comme l’entrepreneur doit se munir d’une patente, l’ouvrier d’un livret, le soldat d’une feuille de route, chaque voyageur doit avoir un passeport15». Mais le passeport, nécessaire au début du XIXe siècle pour la circulation intérieure, tombe en désuétude avec les réseaux des transports ferroviaires qui rendent la circulation trop dense pour le contrôle des papiers d’identité16. Quant au livret ouvrier, obligatoire depuis 180317, il tombe en désuétude à partir de la décennie 1860 avant d’être abrogé en juillet 189018. Il est donc compliqué de prouver son identité à partir du milieu du XIXe siècle, et les Français recourent indifféremment aux titres qui le leur permettent : « beaucoup de gens utilisent les différents certificats que délivrent à cette époque les maires et les commissaires de police (certificats d’identité, de bonne vie et mœurs, de domicile) ou leur livret militaire, leur permis de chasse, leur acte de naissance ou leur livret de famille19».

Il n’est donc pas surprenant que les gens qui sont en déplacement, et n’ont pas prévu de montrer des documents  récents ou un précieux livret, produisent un « certificat de vaccine » dont leurs interlocuteurs semblent se satisfaire. Ainsi, un hôtelier orléanais « accommodant » aurait accepté le certificat de vaccination d’un des cinq adolescents de 11 à 13 ans qui auraient séjourné 6 jours chez lui en 188620. Les garnements, partis explorer le Val-de-Loire grâce à l’argent dérobé à un patron parisien, auraient été arrêtés par un gendarme à qui ledit papier n’aurait pas suffi. L’un des journaux21 qui rapporte le procès des « cinq aventuriers minuscules » indique : « on avait pris des papiers comme des voyageurs sérieux : actes de naissance et certificats de vaccine22».

  1. Voir Agnès Sandras, « ‘Grêlés’ et vaccination anti-variolique vus par la presse satirique entre 1840 et 1907», Ridiculosa (dossier “caricature et épidémies“, coordonné par Alain Deligne et Jean-Claude Gardes), janvier 2022. []
  2. Voir Thierry Lentz, “Vaccination : Napoléon déclare la guerre à la variole“, déc. 2020, site de la Fondation Napoléon. []
  3. Rapport du Comité de vaccine. Académie de Médecine. Séance générale extraordinaire du mardi 20 septembre 1825″, Le Globe, 24 septembre 1825. []
  4. Académie royale de médecine, “Rapport sur les vaccinations pratiquées en France“, Imprimerie royale, 1830. []
  5. Le Journal de l’Aube, 17 mars 1832. []
  6. Rapport du Comité de vaccine. Académie de Médecine. Séance générale extraordinaire du mardi 20 septembre 1825″, Le Globe, 24 septembre 1825. []
  7. Gazette nationale ou le Moniteur universel23 janvier 1811. []
  8. Voir les précisions sur cette revaccination données par le Dictionnaire encyclopédique des sciences médicales. Deuxième série, L-P. Tome septième, MER-MIL, Paris, Masson, 1874-1889. Page 144. []
  9. Le Temps, 7 août 1837. []
  10. Rapport annuel Adressé par M. LE PRÉFET DE POLICE à M. le président du Conseil, ministre de l’Intérieur, sur l’exécution, dans le département de la Seine, pendant l’année 1887, de la loi du 23 décembre 1874, relative à la protection des enfants du premier âge et, en particulier, des nourrissons”, Bulletin municipal officiel de la Ville de Paris,17 juin 1889. []
  11. Voir par exemple Le Siècle du 6 décembre 1870. []
  12. Voir par exemple les Rapports et délibérations du Conseil général de Seine-et-Marne en 1888, page 757. []
  13. “La variole à Paris – Rapport de M. Bouchardat”, Le Soleil, 27 septembre 1881. []
  14. Vincent Denis, « Administrer l’identité », Labyrinthe, 5 | 2000. []
  15. Ibid. []
  16. Voir Marie-Claude Blanc-Chaléard (dir.), Police et migrants : France 1667-1939, Presses universitaires de Rennes, 2015 ; Gérard Noiriel, « Surveiller les déplacements ou identifier les personnes ? Contribution à l’histoire du passeport en France de la Ie à la IIIe République », Genèses. Sciences sociales et histoire, vol. 30, no 1, 1998, p. 77-100 ; Johanna Daniel, “Les « passeports à l’intérieur » : quand il fallait un passeport pour voyager à travers son propre pays“, Carnet de recherches Isidore & Ganesh – Méthodologie et outils numériques en histoire de l’art, nov. 2020. []
  17. Voir Irène Delage, “LE LIVRET OUVRIER 1803-1890“, 2016, site de la Fondation Napoléon. On peut voir dans ce billet les photographies d’un livret ouvrier. []
  18. Voir Jean-Pierre Le Crom, “Le livret ouvrier : entre assujettissement et reconnaissance de soi“, in Yvon Le Gall, Dominique Gaurier, Pierre-Yannick Legal, Du droit du travail aux droits de l’humanité. Études offertes à Philippe-Jean Hesse, Presses universitaires de Rennes, pp.91-100, 2005 ; Jeanne-Marie Tuffery-Andrieu, “L’encadrement juridique du voyage ouvrier au xixe siècle“, in : Les formes du voyage : Approches interdisciplinaires, Presses universitaires de Strasbourg, 2010. []
  19. Pierre Piazza, “Septembre 1921 : la première « carte d’identité de Français » et ses enjeux“, Genèses, 2004/1 (no54), p.76-89. []
  20. Gazette des tribunaux – Un voyage d’agrément“, Le Figaro, 21 février 1886. []
  21. L’équipée est racontée en autant de versions différentes que de journaux dans lesquels elle est publiée ! Voir ici. Le certificat de vaccine y est tantôt montré comme suffisant, tantôt comme insuffisant pour constituer une preuve d’identité chez des mineurs… []
  22. Cinq aventuriers minuscules“, La Journée, 21 février 1886. []
  23. Jules Richard, “Les papiers !!“, Le Figaro, 5 janvier 1885. []
  24. Le Petit Moniteur universel, 19 avril 1885. Les détails donnés par les journaux permettent de retrouver l’acte de naissance du petit garçon : en effet, sa mère, journalière, a été fille-mère à 21 ans. []
  25. Lettre à un journaliste à l’occasion du procès-verbal de la Faculté sur la vaccine, Paris, 1825. []
  26. Le Constitutionnel, 13 juillet 1820. []
  27. Un bizet récalcitrant, “L’hôtel des haricots“, Le Charivari, 6 juin 1839. []
  28. Salmigondis“, Le Charivari, 11 juin 1839. []
  29. J. Lovy, “A propos de Jenner“, Journal amusant, 29 août 1857. []
  30. Académie des sciences“, Le Charivari, 9 novembre 1862. []
  31. Louis Véron, “La jeunesse aujourd’hui – de l’Instruction publique“, Le Constitutionnel, 17 septembre 1861. []

Agnès Sandras

chargée de collections en histoire de France au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.