Le médaillon du Général Bonaparte par David d’Angers : un portrait républicain de Napoléon Bonaparte

Bonaparte, cheveux au vent, les traits énergiques, le regard puissant, se tourne vers le spectateur : David d’Angers, sur ce médaillon exécuté en 1838, donne à voir le portrait d’un héros déjà romantique, celui du jeune homme intrépide prêt à mourir pour la patrie et la liberté  (figure 1). Si le sculpteur s’est inspiré du célèbre tableau d’Antoine-Jean Gros, Le Général Bonaparte au pont d’Arcole, peint dès la fin 1796, dans les jours qui suivent cet épisode militaire1 (figure 2), il opère un ensemble de choix qui démontrent une profonde réélaboration de ce matériau de départ. Ces ajustements, dictés par la nécessité de redimensionner l’œuvre afin de l’adapter à un nouveau format, renvoient également à la volonté de l’artiste de développer un propos politique bien distinct.

Figure 1 : David d’Angers, Le Général Bonaparte, 1838, Bibliothèque nationale de France, département des Monnaies, médailles et antiques, n° d’inventaire D.118. Banque d’images de la BnF : voir ici.

En effet, David se concentre sur le visage et le col de l’uniforme de Bonaparte, masquant les éléments de contexte historique. Le peintre illustre avec force la fougue du jeune général républicain lors d’un épisode marquant de la première campagne d’Italie (1796-1797)2, alors qu’il enjoint à ses soldats de traverser le pont d’Arcole à sa suite. Au contraire, le sculpteur ne s’intéresse guère à l’événement, toute référence temporelle ou spatiale étant ainsi gommée : le sabre et l’étendard dans les mains du général, la fumée de la poudre et une partie du pont dans l’angle inférieur gauche de la peinture ont disparu du médaillon. Plus qu’aux nécessités de la transposition d’un support à un autre, ces écarts par rapport au modèle sont liés au projet-même de l’artiste : c’est l’homme qu’il entend cerner. Pour autant, les traits du tableau ne sont pas non plus repris servilement par David d’Angers. L’arcade sourcilière de Bonaparte est accentuée, le visage raccourci, le menton plus prononcé ; de trois-quarts sur le tableau, le visage est davantage tourné vers le spectateur sur le médaillon, presque de face. La force de caractère du personnage, déjà très sensible dans l’œuvre de Gros, est encore intensifiée par le travail de David3.

Figure 2 : Antoine-Jean Gros, Le Général Bonaparte au pont d’Arcole, 1796, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, n° d’inventaire MV 6314 et RF 271. Photo (C) RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Franck Raux. Voir ici.

 

Les médaillons de David d’Angers, un panthéon personnel

Le portrait de Bonaparte s’inscrit dans l’importante série des médaillons de David d’Angers, qui nous a légué une impressionnante galerie de portraits du Tout-Paris du début du XIXe siècle. Ce sont en effet cinq cents femmes et hommes de lettres, artistes, savants ou hommes politiques, contemporains du sculpteur qui sont représentés. Ces « visages du romantisme4 » adoptent généralement des caractères distinctifs forts : le personnage est représenté de profil, son nom inscrit à l’arrière de la tête, sur un médaillon dont les dimensions sont ordinairement comprises entre 12 et 20 centimètres. Ce format permet au sculpteur de mettre l’accent sur la forme du crâne : David d’Angers est en effet un adepte de la phrénologie, alors en vogue à Paris dans ces années. Selon cette doctrine, les facultés affectives et intellectuelles occuperaient des zones bien délimitées du cerveau ; les qualités des individus entraîneraient le développement de certaines zones plutôt que d’autres ; le cerveau imprimerait ces évolutions sur la boîte crânienne. En étudiant ainsi la forme d’un crâne, il serait donc possible de déterminer le tempérament d’un individu5. C’est la raison pour laquelle David d’Angers insiste pour faire poser ses modèles de profil, à l’instar de Victor Hugo (figure 3). Cependant, lorsque la séance de pose est impossible, David s’appuie sur un portrait préexistant, notamment en ce qui concerne les hommes politiques. En effet, le sculpteur choisit soigneusement les personnages qu’il souhaite représenter et qui constituent ainsi une forme de panthéon personnel. Il donne notamment la part belle aux artistes et aux hommes de lettres, qu’il fréquente assidûment et qu’il parvient donc généralement à convaincre de prendre la pose. Dans la catégorie des hommes politiques ou des penseurs, il se montre au contraire plus sélectif : grand admirateur de la Révolution et de la première expérience républicaine en France, David d’Angers privilégie les figures révolutionnaires, en particulier les députés de la Convention – par exemple, Joseph Cassanyes6, Jean de Bry7. Le sculpteur exécute également les portraits de Jean-Paul Marat8, Simon Bolivar9, Marc Guillaume Alexis Vadier10 ou Jean-Baptiste Kléber11 : s’il parvient pour les deux premiers à se procurer des portraits de profil, les deux autres illustrent la contrainte que ses convictions lui imposent pour cette catégorie de personnages, dont nombre sont décédés ou exilés. Il lui faut alors s’appuyer sur des tableaux, des dessins ou des gravures de l’homme dont il souhaite fixer les traits.

Figure 3 : David d’Angers, Victor Hugo, vers 1828, BnF, département des Monnaies, médailles et antiques, n° d’inventaire D.203. Banques d’images de la BnF, voir ici.

Le choix de David d’Angers, profondément républicain, d’intégrer Napoléon Bonaparte à sa galerie de portraits peut cependant paraître surprenant et mérite de revenir sur le contexte politique et sur le souvenir napoléonien du premier XIXe siècle. Il importe tout d’abord de réaliser ici, en suivant Sudhir Hazareesingh12, une distinction entre le mythe et la légende de Napoléon. Par mythe, il faut entendre la propagande pensée et produite par Napoléon Bonaparte lui-même, qui lui permet de construire puis d’entretenir l’image d’un personnage hors du commun, doué de qualités presque divines. Le tableau de Gros qui a servi de source d’inspiration pour le médaillon de David participe pleinement de cette écriture du mythe : en effet, la peinture a été exécutée dans les jours qui ont suivi l’épisode de la bataille du pont d’Arcole, à partir d’une esquisse approuvée par le général13. Au lieu de retranscrire l’ensemble d’une bataille assez complexe, Gros ne se concentre que sur un bref moment. Alors que le général Augereau, qui tente de contrôler ce point de passage, afin d’affronter les troupes autrichiennes, ne parvient pas à entraîner ses troupes derrière lui, Bonaparte s’empare de l’étendard et le plante au milieu du pont. Pour autant, le feu nourri des Autrichiens empêche de rendre l’opération concluante : bien loin « d’apprendre au monde qu’après tant de siècles Alexandre et César avaient un successeur14», Bonaparte est difficilement extrait de la bataille, tombe dans un marais et ne doit la vie qu’à l’intervention d’un aide de camp, Muiron, qui le protège de son corps et décède des balles qui étaient destinées au général. Il est finalement tracté hors de la boue dans laquelle il était à moitié enfoncé. C’est plus tard la découverte d’un gué par Masséna qui permet aux soldats français de traverser la rivière et de prendre l’armée autrichienne en étau. Dans les jours qui suivent, le mythe d’une action héroïque ayant permis la victoire est rapidement échafaudé, et la présence de Gros mise à profit dans cette optique15. Bonaparte pose pour le peintre, approuve l’étude16 que celui-ci lui propose avant d’exécuter le tableau. Si la bataille correspond donc bien à une victoire à laquelle l’action du général Bonaparte a certes contribué, sa représentation dans le tableau de Gros illustre bien la manière dont fonctionne la construction du mythe napoléonien, à travers la sélection d’une fraction de l’événement, la focale portée sur le seul personnage héroïsé de Bonaparte, le contrôle de l’image exercé par ce dernier.

La légende, au contraire, est un « phénomène beaucoup plus complexe et hétérogène, qui s’est spontanément développé en France après 181517 » . Avec la Restauration commence en effet un premier travail de mémoire sur l’ensemble de la période qui s’étend de 1799 à 1815. Sous le règne de Louis XVIII, en particulier lorsque Napoléon est encore en vie, la crainte d’un nouveau retour de l’Empereur après l’épisode des Cent-Jours, se traduit par une répression politique qui s’abat assez indifféremment sur les libéraux, les républicains et les bonapartistes, favorisant des rapprochements entre ces différents groupes, et en particulier les deux derniers. Cette relative proximité, qui peut paraître paradoxale, est cependant favorisée par deux facteurs : la faible consistance idéologique du bonapartisme, essentiellement structurée par le culte de l’homme providentiel, et par l’adoption de l’Acte additionnel à la constitution impériale en avril 1815, un amendement libéral qui permet à Napoléon de rallier à sa cause une partie de l’opinion républicaine et libérale, en particulier Benjamin Constant (figure 4).

Figure 4 : David d’Angers, Benjamin Constant, 1830, BnF, département des Monnaies, médailles et antiques, n° d’inventaire D.112. Banque d’images de la BnF, voir ici.

 

Bonaparte, portrait de l’homme en général républicain

Dans les années 1820 et 1830, la mémoire du despotisme impérial s’estompe donc. L’opposition aux Bourbons, puis à la Monarchie de Juillet, cimente au contraire des groupes, qui, loin de se concurrencer, concourent à critiquer le royalisme. Dans les milieux libéraux et républicains s’opère alors une forme de réhabilitation de Napoléon Bonaparte, avec une distinction entre d’une part « le bon Bonaparte » , le général républicain, le « roi du peuple » opposé aux Bourbons, « rois de la noblesse » , le fils de 1789 qui garantit l’abolition du régime féodal et l’avènement de l’égalité civile, et d’autre part le « mauvais Napoléon » , l’empereur autocrate et conquérant inlassable. Ces constructions, parfois divergentes voire contradictoires entre elles, sont portées par la légende populaire autant que par des individus aussi variés qu’Emmanuel de Las Cases dans le Mémorial de Saint-Hélène (figure 5) ou d’Adolphe Thiers18 dans son Histoire du Consulat et de l’Empire (1845-1862). Cette forme de dissociation permet d’expliquer que David d’Angers ait pu exécuter le médaillon du général Bonaparte, lui qui déclare, pour repousser la commande d’un monument à la reine Hortense, que « [son] opinion démocratique, religion de toute ma vie, a établi une barrière insurmontable entre la famille de Napoléon empereur et [ses] sympathies ». Il choisit ainsi une source d’inspiration qui date d’avant l’Empire, antérieure même au Consulat. En décontextualisant la scène, privée de l’arrière-plan de la bataille, il insiste moins sur l’héroïsme du général que sur la bravoure du soldat républicain, prêt à mourir pour la liberté. Du costume d’officier ne se donnent à voir que les feuilles de chêne, symbole lié à la république romaine et repris par la Ière République. Enfin, l’identification du personnage, « le général Bonaparte » , en gommant le nom de règne de Napoléon Ier, ne laisse la place à aucune ambiguïté.

Figure 5 : David d’Angers, Emmanuel de Las Cases, 1830, BnF, département des Monnaies, médailles et antiques, n° d’inventaire D.5. Banque d’images de la BnF, voir ici.

Sous la Restauration, l’opposition radicale entre les Bourbons et les bonapartistes fait de toute œuvre évoquant positivement le général républicain ou l’Empereur une preuve de sédition. Après la Révolution de Juillet, le pouvoir, d’abord soupçonneux face notamment à la gravure du masque mortuaire de l’Empereur par Luigi Calamatta en 1834 (figure 6), se montre progressivement plus conciliant. Louis-Philippe lui-même tente de récupérer l’aura napoléonienne : les guerres de l’Empire sont notamment pleinement intégrées parmi « toutes les gloires de la France » du musée de l’Histoire de France que le roi inaugure au château de Versailles en 1837. Trois ans plus tard, le régime organise le retour des cendres de Napoléon Bonaparte en France. La fin des années 1830 marque donc une période de concurrence des mémoires, entre une Monarchie de Juillet qui cherche à capter les succès de l’épopée militaire impériale, une opposition républicaine, qui, à l’instar de David d’Angers, met l’accent sur le petit caporal devenu général pourfendeur de rois et enfin des groupes bonapartistes qui peinent à s’imposer comme les héritiers d’un nom que l’opinion publique se dispute, pour mieux se l’approprier, à condition de pouvoir en livrer l’interprétation qui lui sied.

Figure 6 : Luigi Calamatta, Napoleone, 1834, BnF, département des Estampes et de la photographie, FOL-EB-46. Gallica (BnF).

Citer ce billet : Paul Froment, "Le médaillon du Général Bonaparte par David d’Angers : un portrait républicain de Napoléon Bonaparte," in L'Histoire à la BnF, 06/08/2021, https://histoirebnf.hypotheses.org/12147, [consulté le 20/09/2021].

  1. Le tableau, exposé au salon de 1801, est aujourd’hui conservé au musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, n° d’inventaire MV 6314 et RF 271. []
  2. Pigeard, Alain. Arcole : 15-17 novembre 1796, un pont vers la légende. Saint-Cloud, 2009. 1796-1797 : da Montenotte a Campoformio : la rapida marcia di Napoleone Bonaparte : [mostra organizzata dal Museo Napoleonico, Roma, 4 febbraio-27 aprile 1997] / catalogo a cura di Giulia Gorgone, Maria Elisa Tittoni. Roma : « L’Erma » di Bretschneider, 1997. []
  3. Napoléon : images et histoire, peintures du château de Versailles, 1789-1815 / par Yveline Cantarel-Besson,… Claire Constans,… et Bruno Foucart,… ; préf. de Pierre Arizzoli-Clémentel,… Paris, Réunion des musées nationaux, 2001. []
  4. L’exposition « David d’Angers, les visages du romantisme », sous le commissariat de Thierry Laugée et d’Inès Villela-Petit, s’est tenue à la BnF en 2011. Elle a permis de mettre en valeur le très important fonds que possède la bibliothèque, constitué par des dons d’environ 150 plâtres par l’artiste et par l’achat des tirages en bronze de la collection d’Achille Devéria. Cf. le catalogue de l’exposition, Thierry Laugée et Inès Villela-Petit, David d’Angers, les visages du romantisme, Paris, 2011. []
  5. Pour une histoire récente de la phrénologie, voir Le langage des crânes : histoire de la phrénologie / Marc Renneville. Paris : Éditions la Découverte, DL 2020 (nouvelle édition revue et augmentée). Consultable en salle C de la BnF : https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb46685954m. []
  6. Joseph (ou François) Cassanyes, (1758-1843), élu député des Pyrénées-Orientales à la Convention en 1792, vote l’exécution de Louis XVI en 1793. David d’Angers exécute son portrait en 1842. []
  7. Jean de Bry (1760-1834), député de l’Aisne à l’Assemblée législative, à la Convention et au Conseil des Cinq-Cents, vote l’exécution de Louis XVI en 1793. Il est immortalisé par David en 1832. []
  8. Jean-Paul Marat (1743-1793), célèbre journaliste, député de Paris à la Convention, est assassiné en 1793 par Charlotte Corday. David d’Angers sculpte son médaillon en 1830. []
  9. Simon Bolivar (1783-1830), général, révolutionnaire et homme politique sud-américain qui a mené à l’indépendance de nombreux pays d’Amérique du Sud. David dresse son portrait en 1832. []
  10. Marc Guillaume Alexis Vadier (1736-1828), député de Pamiers dès les Etats-Généraux, vote l’exécution de Louis XVI en 1793. David d’Angers le représente dès 1818. []
  11. Jean-Baptiste Kléber (1753-1800), général des guerres révolutionnaires. David exécute son portrait en 1831. []
  12. Sudhir Hazareesingh, La légende de Napoléon, Paris, 2005, traduction de The Legend of Napoleon, Londres, 2004, p.25 dans l’édition française. []
  13. L’histoire de Napoléon par la peinture / sous la dir. de Jean Tulard ; avec la collab. de Alfred Fierro et Jean-Marc Leri. [Paris], Belfond, 1991. After the Revolution : Antoine-Jean Gros : painting and propaganda under Napoléon / David O’Brien. University Park (PA) : The Pennsylvania state university press, cop. 2006. []
  14. Selon le célèbre incipit de Stendhal pour La Chartreuse de Parme. Voir ici. []
  15. Sur l’élaboration du mythe napoléonien dans ces années là : The genesis of Napoleonic propaganda, 1796 to 1799 / Wayne Hanley. New York : Columbia university press, cop. 2005. []
  16. Aujourd’hui conservée au musée du Louvre. []
  17. Sudhir Hazareesingh, La légende de Napoléon, op. cit., p.25. []
  18. Adolphe Thiers (1797-1877), historien et homme d’État, libéral et conservateur, rallié à la République en 1848. David d’Angers le représente vers 1830, en tant qu’acteur des Trois Glorieuses, mais les deux hommes entretenaient des rapports conflictuels. []

Paul Froment

chargé des collections de monnaies étrangères et par intérim des médailles au département des Monnaies, médailles et antiques

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.