À l’origine des manuels d’histoire de France

Si les manuels d’histoire au sens actuel du terme n’apparaissent qu’au XIXe siècle1, avec le développement d’une instruction publique peu à peu gratuite et obligatoire et la mise en place des premiers programmes scolaires2, la Bibliothèque nationale de France (BnF) rattache à cette famille d’ouvrages des éditions bien antérieures remontant pour certaines au XVIe siècle. Le fonds L39, dit « Histoires élémentaires »3, rassemble ainsi plusieurs milliers d’éditions consacrées à la vulgarisation de l’histoire de France, de 1563 à 1990 environ4. Ces ouvrages constituent d’intéressants témoignages sur le niveau de connaissances, l’approche pédagogique ou encore une certaine vision de l’histoire de France propre à chaque époque. Nous présentons dans ce billet trois titres représentatifs des collections antérieures à la Révolution française, le premier datant du tournant des XVIe et XVIIe siècles, le second publié au milieu du règne de Louis XIV, le troisième à la fin du règne de Louis XV.

L’Histoire de France, avec les effigies des rois

L’Histoire  de France, avec les effigies des rois, depuis Pharamond jusques au roy Henri IV à présent régnant, éditée en 1603 à Rouen chez Jean Petit5, est l’un des premiers exemples de ces histoires abrégées. Version mise à jour d’une édition parisienne de Jean Leclerc de 15856, cet ouvrage anonyme s’inspire de modèles remontant en fait au début du règne de Charles IX7. Le titre a visiblement rencontré un certain succès puisque il connaît, jusqu’en 1647, une dizaine d’éditions, à Paris, Rouen, Troyes et Lyon, signe d’une vraie diffusion nationale. On retrouve aujourd’hui ce titre dans de nombreuses bibliothèques publiques : à Amiens, Besançon, Lille, Nantes, Toulouse ainsi qu’à la bibliothèque de l’Institut et à la BnF.

Abregé de l'histoire des roys de France, avec les effigies depuis Pharamond jusques au roy Louys XIII. à present regnant.
Abregé de l’histoire des roys de France, avec les effigies depuis Pharamond jusques au roy Louys XIII. à present regnant. […] A Rouen, chez David Geuffroy, 1613. BnF, dép. Philosophie, histoire, sciences de l’homme, cote 8-L39-4
Long d’une centaine de feuillets, cet ouvrage fait débuter l’histoire de France avec l’arrivée des Francs en Gaule au Ve siècle. Le plan suit l’ordre chronologique des règnes : un portrait en médaillon du monarque régnant introduit chaque chapitre ;  s’ensuit, généralement sur un feuillet recto-verso, une brève présentation des principaux faits du règne et du caractère de chaque roi. Le style est lapidaire : la Saint-Barthélemy est abordée en seulement 2 courtes lignes (« le 24. Aoust l’Admiral [de Coligny] fut tué à Paris avec la plupart de ceux de la Religion. »).  Au fil des éditions, les faits plus récents ont été ajoutés, si bien que les règnes d’Henri IV puis de Louis XIII sont décrits avec davantage de détails : l’édition de 1603 consacre déjà un tiers de ses pages à Henri IV. Une autre édition rouennaise du même texte8, un peu postérieure puisque de 1613 (voir image ci-dessus), intègre même des documents très récents : l’arrêt du Parlement de Paris de 1610 condamnant à mort le régicide François Ravaillac, ou encore la description du carrousel donné en l’honneur du mariage du jeune Louis XIII avec l’infante Anne d’Autriche les 5, 6 et 7 avril 1612. Cette édition comprend également une spectaculaire gravure hors texte reproduisant l’assassinat d’Henri IV et les différentes étapes de l’exécution de Ravaillac. Imagine-t-on en 2017 un manuel d’histoire qui consacrerait un tiers de son contenu à la présidence de François Hollande et d’Emmanuel Macron ?

Abregé de l'histoire des roys de France, avec les effigies depuis Pharamond jusques au roy Louys XIII. à present regnant.
Abregé de l’histoire des roys de France, avec les effigies depuis Pharamond jusques au roy Louys XIII. à present regnant. […] A Rouen, chez David Geuffroy, 1613. BnF. dép. Philosophie, histoire, sciences de l’homme, cote 8-L39-4
Le public de cet ouvrage demeure difficile à cerner et comprend vraisemblablement tout autant un public adulte qu’un public plus jeune. Dans tous les cas, il est clair qu’il s’agit d’un public socialement très réduit, nobles, clercs et riches bourgeois lettrés :

  • aux alentours de 1600, le taux d’analphabétisme demeure encore élevé, y compris chez les notables. Paris fait figure d’exception avec, sur la rive gauche, c’est-à-dire le quartier de l’Université, 97 % des hommes et 54 % des femmes qui savent signer9.
  • surtout, le livre demeure un objet rare et coûteux. Le contexte de l’édition parisienne dans le second XVIe siècle traduit à la fois les progrès et les difficultés du temps : si l’édition vernaculaire se développe – la plupart de nos abrégés d’histoire sont en français -, les tirages demeurent modestes et la qualité générale des livres a tendance à se dégrader dans une économie durement frappée par les troubles des Guerres de religion. En tant que discipline, l’Histoire représente à peu près 10 à 15 % des titres édités, part qui bougera peu dans le premier XVIIe siècle malgré une augmentation considérable de la production livresque de 1600 à 165010.

Instruction sur l’histoire de France et romaine…

Parue à titre posthume vers 1684-1685,  l’Instruction sur l’histoire de France et romaine … de Claude Le Ragois11 s’impose pour sa part comme un véritable « best-seller » puisque de sa parution jusqu’au au XIXe siècle (la dernière édition augmentée date de 1882) plus de 150 éditions en seront très régulièrement publiées, à peu près partout en France. Une traduction en néerlandais est même réalisée en 1811, Louis Bonaparte étant alors roi de Hollande12. De très nombreux exemplaires de ce livre sont aujourd’hui présents dans les bibliothèques françaises, témoins des multiples corrections et continuations qui se sont ajoutées sur presque deux siècles13.

Claude Le Ragois, Instruction sur l'histoire de France et romaine
Claude Le Ragois, Instruction sur l’histoire de France et romaine, par demandes et par réponses…, Paris : A. Pralard, 1687. BnF, dép. Philosophie, histoire, sciences de l’homme, cote 8-L39-14

L’auteur, l’abbé Claude Le Ragois (décédé vers 1683) est le neveu de l’abbé Gobelin, confesseur de Madame de  Maintenon, et fut lui-même précepteur du duc du Maine : c’est à ce prince qu’est dédié l’Instruction sur l’histoire de France et romaine, pratique alors très répandue14.

Fondé sur le principe de questions et de réponses, très factuel, l’ouvrage de Le Ragois se distingue du titre précédent par un effort visible de pédagogie, signe qu’il s’adresse plus particulièrement aux enfants. Structuré lui aussi en une succession de courts chapitres consacrés aux règnes de l’histoire de France, il rassemble un abrégé de l’histoire romaine, un abrégé de géographie, un résumé des Métamorphoses d’Ovide, enfin des proverbes et sentences tirés des auteurs classiques ou modernes (italiens notamment), témoins du souci de parallélisme entre la Rome antique et le règne de Louis XIV.

Claude Le Ragois, Instruction sur l'histoire de France et romaine
Claude Le Ragois, Instruction sur l’histoire de France et romaine, par demandes et par réponses…, Paris : A. Pralard, 1687. BnF, dép. Philosophie, histoire, sciences de l’homme, cote 8-L39-14

Si elle ne s’interdit pas des critiques sur les règnes anciens, l’Instruction sur l’histoire de France poursuit bien davantage que le titre précédent un double objectif apologétique (l’illustration des vertus et mérites de Louis XIV : « Il a été de tous les règnes le plus auguste tant pour le nombre des victoires que pour l’abondance qu’il a procurée dans ses États, même pendant la Guerre … » (…) Dites-moi les belles qualités de cet invincible monarque ? Ce n’est pas dans un abrégé qu’on peut parler de ses conquêtes ou de ses vertus ; il possède lui seul toutes les qualitez héroïques que nous avons remarqué dans ses prédécesseurs et jamais Prince n’a été plus accompli… »15 ) et moralisant : à côté de l’abrégé proprement dit, la présence de citations des auteurs classiques permet de mettre en exergue les maximes à suivre dans la vie quotidienne. Tel est en effet le but principal de l’histoire au XVIIe siècle, particulièrement de son enseignement.

Erreurs et croyances miraculeuses sont aussi présentes en bonne place dans l’ouvrage de Le Ragois : « Quelles armes portaient les rois de France : des crapaux ou quelque chose qui en avoit la figure » est-il dit des premières armes royales. Quant aux fleurs de lys, leur adoption par les rois est ainsi présentée : « Qu’arriva-t-il encore d’extraordinaire au temps de ce baptême [de Clovis] : les Fleurs-de-lys, qui sont les armes des rois de France, furent mises par un ange entre les mains d’un ermite »16 .

La multiplicité des éditions revues et augmentées au XIXe siècle permet d’approcher la manière dont les continuateurs ont essayé de prendre en compte les bouleversements politiques : à la question « quel est le gouvernement des Français ? », l’édition de 1696 répondait brièvement « C’est un gouvernement monarchique », plus loin défini comme « le gouvernement d’un seul ». À partir de 1816, les éditions proposent des formules plus complexes, comme « C’est une monarchie tempérée », et ajoutent parfois la référence aux lois constitutionnelles de l’État ou le rôle joué par les chambres des pairs et des députés. Dans certaines éditions publiées sous le Premier ou le Second Empire, Napoléon est présenté comme le fondateur d’une « quatrième race royale », appelée à succéder aux Bourbons. Sous la Restauration, on parle plutôt de l’ « usurpation » de  « Buonaparte »17. Les éditions du début du XIXe siècle font d’ailleurs référence à des accusations de partialité et à la difficulté de parvenir à un texte consensuel dans des temps particulièrement troublés…

Nouvelle histoire de France / par Le Ragois, continuée jusqu’à la présidence du maréchal de Mac-Mahon par M. Louis de Foris fils…, Paris : J. Moronval, DL 1876. La 36e édition, parue en 1876, a remplacé les maximes tirées des auteurs anciens par ces « Maximes de l’honnête homme ou de la sagesse » (P. 353).

La popularité de l’ouvrage n’empêche pas de virulentes critiques à son égard. En particulier, le système répétitif de demandes et réponses, qui structure l’ouvrage et ne change guère sur deux siècles, suscite dès le XVIIIe siècle des attaques féroces : « Ce n’est qu’un squelette aussi rebutant pour la sécheresse et la stérilité des idées que par la froideur, l’incorrection et la monotonie du style. Ceux qui ont continué cet abrégé ont imité parfaitement le premier auteur » écrit Le Moyne des Essarts18.  Il est vrai que l’alphabétisation, la scolarisation et l’édition ont fait des progrès importants au XVIIIe siècle et accru l’exigence des lecteurs19. Le XIXe siècle, lorsque l’école historique moderne se met en place, sera encore plus sévère : « Nous avons connu les livres d’avant, petites histoires élémentaires où se trouvaient les portraits des rois de France depuis Pharamond et des questions et réponses comme celles-ci : pourquoi Philippe le bel s’appelait-il ainsi ? Parce qu’il était d’un physique agréable. Nous avons pratiqué d’épouvantables manuels, où les auteurs s’ingéniaient à mettre le plus grand nombre possible de faits. »20.

La Méthode facile pour apprendre l’histoire de France est un ouvrage contemporain de Le Ragois. Il suit la même méthode de questions-réponses. Tout comme lui, il a un dédicataire, en l’occurrence Louis III de Bourbon-Condé (1668-1710), petit-fils du Grand Condé. Il intègre in fine un chapitre spécial « Portrait du roi » brossant un portrait flatteur de Louis XIV.

L’Instruction sur l’histoire de France de Constant Le Tellier a fait l’objet de nombreuses rééditions jusqu’en 1850, ce qui montre le succès du modèle des questions-réponses et sa longue postérité. En réalité, il ne s’agit ni plus ni moins que d’une continuation du manuel de Le Ragois, dont le succès ne se dément pas, comme en témoignent les nombreuses rééditions « revues« , « corrigées« , « continuées » : la Nouvelle histoire de France de Le Ragois ci-dessous par exemple, est publiée presque deux siècles après la première édition…

Nouvelle histoire de France de Le Ragois… contenant la relation complète des événements qui ont précédé et suivi la guerre de 1870… Paris : Le Bailly, (s. d.). BnF, dép. Philosophie, histoire, sciences de l’homme, cote 8-L39-26 (I)

Éléments de l’histoire de France depuis Clovis jusqu’à Louis XV

Troisième et dernier exemple de ces anciens manuels, les Éléments de l’histoire de France depuis Clovis jusqu’à Louis XV, par M. l’abbé Millot, … publiés à Paris chez Durand en 176821  illustrent bien les progrès de la science historique et l’évolution des esprits au siècle des lumières.

Élémens de l'histoire de France, depuis Clovis jusqu'à Louis XV, par M. l'abbé Millot,...
Claude-François-Xavier Millot, Élémens de l’histoire de France, depuis Clovis jusqu’à Louis XV, par M. l’abbé Millot,… Paris : Durand neveu, 1768. BnF, dép. Philosophie, histoire, sciences de l’homme, cote 8-L39-42

Bien que suivant un plan chronologique identique mais plus imposant que les titres précédents – de 2 à 5 volumes selon les éditions, soit un bon millier de pages -,  ce manuel porte surtout un regard plus critique sur l’histoire et ses acteurs : Louis XI est qualifié de « prince parjure et méchant » ; la Saint Barthélemy est condamnée en tant qu’« effroyable boucherie », d’ « action exécrable qui n’avoit jamais eu & qui n’aura, s’il plaît à Dieu, jamais de semblable » ; Henri III est présenté comme un roi « fouillé de vices abominables »22. Autre innovation, les progrès des arts, des lettres et des sciences font désormais l’objet de courts résumés pour les règnes les plus importants comme ceux de François Ier, Louis XIII et bien entendu Louis XIV. Une place toujours plus importante est accordée aux faits récents, approche que Diderot recommandera quelques années plus tard à Catherine II23.

La préface de l’édition originale en 2 volumes souligne le souci de vulgarisation et le sens critique de l’auteur : proposer une histoire de France « à tant de personnes qui manquent de moyens et de loisirs pour s’y livrer », aller à l’essentiel,  « rendre les choses sérieuses assez agréables, assez intéressantes, pour qu’elles devinssent un plaisir », « répandre cet esprit philosophique dont le principal avantage est de dissiper les préjugés pernicieux et d’établir les idées justes, qu’on doit regarder comme la base du bonheur », combattre le fanatisme car « un zèle persécuteur et sanguinaire ne pouvoit se concilier avec l’esprit de l’Évangile ».

L’auteur, l’abbé Claude-François-Xavier Millot (1726-1785), est représentatif des gens d’Église sensibles au mouvement des Lumières : écarté de la Compagnie de Jésus pour avoir fait un éloge trop appuyé de Montesquieu, il n’en poursuivra pas moins une belle carrière comme grand vicaire de l’archevêque de Lyon, entrant à l’Académie française en 1777 et devenant en 1778 le précepteur du duc d’Enghien2425.

Par le large public qu’il vise et la recherche d’une synthèse historique critique,  cet ouvrage reflète les progrès de l’enseignement de l’histoire et la popularité de la discipline naissante au XVIIIe siècle : pionnier en la matière, le Père Buffier, professeur au collège Louis-le-Grand, a mis en place et pratiqué de 1710 à 1731 un enseignement de l’histoire par âge et niveau, appelé à un grand succès. Sans que l’on puisse parler de discipline au sens actuel, l’histoire s’est implantée dans bon nombre de collèges au XVIIIe siècle26 : Jésuites et Oratoriens se disputeront plus tard les mérites de ce développement27. Même dans les institutions féminines, l’enseignement de l’histoire, d’abord tenu à l’écart, s’est répandu sous la pression des temps et le goût du public28.

Comme le précédent, cet ouvrage connaît une belle prospérité et l’introduction à l’édition de 1823, parue à Paris chez Tardieu-Denesle, souligne toutes les qualités du livre, « les nombreuses demandes qu’on en fait à la librairie de la capitale » et le penchant de l’abbé Millot pour « l’esprit philosophique ». Napoléon Ier lui-même fut un lecteur de Millot durant ses études militaires au collège de Brienne et dut trouver un minimum d’intérêt à l’ouvrage puisqu’un document de 1808 rapporte : « Sa Majesté a chargé le Ministre de la police [Fouché] de veiller à la continuation de Millot »29.

Continuation de l’ouvrage de Milot, cet Abrégé de l’histoire de France de 1810 s’inscrit dans son temps via sa conclusion plutôt explicite :

« C’est principalement après une révolution comme celle dont nous venons d’éprouver les orages que l’on sent le besoin de s’instruire (…). Il n’y a point de repos, point de tranquillité sans une obéissance absolue au Monarque. (…) Après tant de révolutions, il nous fallait un nouveau Charlemagne pour ne pas devenir la proie de l’étranger. Les destinées de la France nous l’ont accordé. »

En guise de conclusion…

Au sein d’un corpus considérable, ces trois ouvrages reflètent la façon dont l’histoire pouvait être présentée et apprise au sein des classes sociales les plus aisées et mettent en lumière les progrès du sens critique et du souci de la vérité. Nous ignorons toutefois beaucoup sur leur utilisation : diffusion exacte, identité de leurs lecteurs, usages, réception, … Les changements politiques et scientifiques du début du XIXe siècle feront très vite apparaître de nouvelles exigences et de nouveaux ouvrages pour apprendre de manière plus critique l’histoire de France.

Pour aller plus loin

Annie Bruter. L’histoire enseignée au Grand siècle. Naissance d’une pédagogie. Paris, Belin, 1997.

Patrick Garcia, Jean Leduc. L’Enseignement de l’histoire en France de l’Ancien régime à nos jours. Paris, A. Colin, 2003.

Une histoire de l’école : anthologie de l’enseignement en France, XVIIIe-XXe siècle / sous la direction de François Jacquet-Francillon. Retz, 2010.

 

Citer ce billet : Fabien PLAZANNET, "À l’origine des manuels d’histoire de France," in L'Histoire à la BnF, 02/11/2017, https://histoirebnf.hypotheses.org/1221, [consulté le 25/11/2017].

 

  1. Le terme de manuel apparaît pour la première fois dans le Manuel de l’histoire du moyen âge de C.-O. Des Michels, paru en 1825. []
  2. La notion de programme est introduite dans une circulaire de 1820 établissant des « programmes de cours » cf. Patrick Garcia, Jean Leduc. L’Enseignement de l’histoire en France de l’Ancien régime à nos jours, Paris, A. Colin, 2003. []
  3. Voir notre précédent billet sur le Catalogue de l’histoire de France. []
  4. L’un des derniers ouvrages intégrés dans cet ensemble est la 2e édition de la Petite histoire de la France au XXe siècle d’Antoine Prost, parue chez Armand Colin en 1992. À la BnF, les manuels scolaires reçus au titre du dépôt légal connaissent deux traitements différenciés : les manuels des filières générales sont décrits comme des monographies et trouvables à la pièce dans le catalogue général ; les manuels des filières technique et professionnelle sont conservés dans le fonds dit des Recueils où ils sont très sommairement décrits. Pour trouver ces derniers au catalogue, le plus efficace est de croiser, dans une Recherche avancée, les données *WZ dans le champ « Dans toute la notice » et le nom de la maison d’édition (ex. *Belin) dans le champ « Données éditoriales« . Pour localiser plus aisément les manuels scolaires, voir le guide de recherche en bibliothèque Manuels scolaires français. []
  5. Cote BnF 8-L39-3. []
  6. La BnF conserve la 3e édition de 1596 : Abbrege de l’histoire Franc̜oise, avec les Effigies des Roys, depuis Pharamond Jusques au Roy Henry IIII. tirees des plus rares & excellentz Cabinetz de la France. Par H.C. Edition troisiesme reveuë & augmentée de nouveau. A Paris, Par Jean Le Clerc, rue S. Jean de Latran, à la Salemandre. M. D. LXXXXVI. Avec privilege du Roy. []
  7. Brunet, Jacques-Charles. Manuel du libraire et de l’amateur de livres. T1, p. 14. []
  8. Cote 8-L39-4. []
  9. Histoire générale de l’enseignement et de l’éducation en France. Perrin, 2003 . T. 2, pp. 303-314. Pierre Chaunu écrit toutefois que c’est « au début du XVIIe siècle que se situe la mutation de l’aptitude à signer. Elle indique un tournant qui se place dans la seconde moitié du XVIe siècle. Car c’est au XVIe siècle que la majorité des testataires du premier XVIIe siècle ont appris à lire et à écrire ». []
  10. H.-J. Martin, « Classements et conjonctures » in Histoire de l’édition française ; 1 / sous la dir. d’Henri-Jean Martin et Roger Chartier, Promodis, 1983. Tome 1. p. 429 et suivantes []
  11. Cote BnF 8-L39-14 pour la seconde édition de 1687. []
  12. De Geschiedenis van Frankryk… Amsterdam, Doorman, 1811, in-12. Cote BnF L39-28. []
  13. Voir le Catalogue collectif de France qui recense environ 250 exemplaires dispersés sur presque tout le territoire. []
  14. À la même époque, d’autres abrégés d’histoire importants sont dédiés au Grand Dauphin : en 1664, Claude Oronce Finé de Brianville dédie à ce prince son Abrégé méthodique de l’histoire de France ; l’historien François Mézeray fait de même en 1668 pour son Abrégé chronologique ou Extrait de l’histoire de France. []
  15. Claude Le Ragois, Instruction sur l’histoire de France et romaine. Paris : A. Pralard, 1687. p. 168. []
  16. Ibid. p. 15. []
  17. Claude Le Ragois, Louis de Foris. Instruction sur l’histoire de France. Paris, Moronval, 1824. P. 244 et 258. []
  18. Nicolas-Toussaint des Essarts, Les Siècles littéraires de la France, 1800 []
  19. À titre d’exemple : « en 1786-1790, années sur lesquelles porte le second sondage de Maggiolo [enquête réalisée sous la IIIe République sur l’alphabétisation en France de 1686 à 1820, sur la base des registres paroissiaux], 37 % des Français signent l’acte de leur mariage alors qu’ils étaient seulement 21 % un siècle plus tôt. » cité par Histoire générale de l’enseignement et de l’éducation en France. Perrin, 2003. T. 2, pp. 458-459. []
  20. Ernest Lavisse, Un ministre : Victor Duruy, Paris, A. Colin, 1895 []
  21. Cote BnF 8-L39-42 []
  22. Tome 2, pp. 52, 180-183, 194-195. []
  23. «Je crois qu’il faudrait commencer l’étude de l’histoire par celle de sa nation (…). Il ne faut pas commencer par des faits surannés et qui nous sont indifférents mais par des choses plus certaines et qui nous touchent de près », Denis Diderot. Plan d’une université pour le gouvernement en Russie, 1775. []
  24. Hoefer, J.C.F. Nouvelle biographie générale, Paris, 1852 []
  25. Marie-Antoinette possèdera d’ailleurs dans sa bibliothèque un exemplaire des Éléments de l’histoire de France de l’abbé Millot. []
  26. Marie-Madeleine Compère, Dominique Julia. Les collèges français. 2, Répertoire France du Nord et de l’Ouest : 16e-18e siècles, Paris, CNRS-INRP, 1988. []
  27. Paul Lallemand, Histoire de l’éducation dans l’ancien Oratoire de France, 1888 ; F. de Dainville, L’Éducation des Jésuites, Paris, Éditions de Minuit, 1978. []
  28. H. Jacquemin. Livres et jeunes filles nobles à Saint-Cyr (1686-1793). Presses de l’université d’Angers, 2007. []
  29. Correspondance de Napoléon Ier publiée par ordre de l’empereur Napoléon III. Paris, Plon, 1864, XVI, p. 489. []

Fabien PLAZANNET

Directeur du département Philosophie-Histoire-Sciences de l'homme à la Bibliothèque nationale de France

More Posts

Une réflexion au sujet de « À l’origine des manuels d’histoire de France »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *