Aide à la recherche en histoire : partie 2 – sélection de ressources hors BnF

 

Comment se retrouver dans l’offre documentaire hors BnF et les outils disponibles en ligne ?

Après un premier billet présentant les ressources BnF pour la recherche en histoire, nous vous proposons un panorama de ressources hors BnF pour :

  • vous aider si besoin à définir votre projet de recherche ;
  • connaître les catalogues des bibliothèques nationales ;
  • cerner les multiples bibliothèques numériques existantes ;
  • repérer les ressources électroniques permettant d’accéder à des articles, des bases, etc., en ligne ; 
  • penser aux ressources proposées par différentes institutions ;
  • identifier les sites, réseaux sociaux, blogs, carnets de recherche en histoire susceptibles de vous intéresser.

Vous serez probablement amenés à compléter cette sélection, au gré de vos recherches et selon vos sujets d’étude.

Sommaire

Conseil n°1 : circonscrire son sujet et les ressources généralistes
Conseil n°2 : connaître les catalogues internationaux et nationaux
Conseil n°3 : penser aux ressources par thématiques ou périodes proposées par différentes institutions
Conseil n°4 : utiliser les sites, réseaux sociaux, blogs, carnets de recherche
Conseil n°5 : s’aider de plusieurs bibliothèques numériques
Conseil n°6 : penser aux articles et revues de recherche en ligne
Conseil n°7 : consulter les banques d’images en ligne
Conseil n°8 : n’hésitez pas à solliciter les bibliothécaires

Conseil n°1 : circonscrire son sujet et les ressources généralistes

Enseignant.e.s et bibliothécaires proposent de l’aide pour circonscrire votre sujet de recherche :

  • Histoire-Hypermédia (H-H) : réalisé par 4 universités québécoises, ce site très riche « propose un guide de formation à la recherche documentaire en histoire dans une bibliothèque de recherche», avec une aide pour définir votre sujet de recherche et trouver les ressources documentaires générales ou spécialisées existantes (par type de document ou par thématique).
Histoire – hypermédia, site Internet québécois d’aide à la recherche en histoire.

 

Aide à la recherche documentaire, par l’Université de Montréal (Canada).

 

  • Les séquences pédagogiques des bibliothèques universitaires de Paris 3 portant sur l’emploi du Sudoc, de Cairn, Persée, Jstor, Isidore, Zotero, et sur les mémoires et thèses.
  • Les pages Autoformations en ligne de la Bibliothèque Diderot de Lyon : avec en prime un quiz pour tester vos connaissances en recherche documentaire.

À noter :

  • de nombreuses bibliothèques universitaires proposent une aide à la recherche, et souvent des rendez-vous personnalisés.
  • Les bibliothèques municipales disposant d’un fonds patrimonial sont également à votre écoute pour toutes vos questions. Certaines développent des tutoriels en ligne pour vous aider à vous repérer dans leurs collections, comme la Bm de Lyon (aide à la recherche dans les collections, et plus précisément sur la Révolution ou le fait religieux).

Conseil n°2 : connaître les catalogues internationaux et nationaux

  • Worldcat, le catalogue mondial (First search) :
    • base de données bibliographiques permettant d’identifier les collections de plus de 15 000 bibliothèques dans plus de 100 pays ;
    • on trouve une présentation de Worldcat sur son site, et sur Wikipédia.
Page d’accueil de Worldcat, catalogue mondial.

 

Page d’accueil du Catalogue collectif de France (CCFr).

 

  • SUDOC (Système universitaire de documentation ; France). Catalogue collectif des bibliothèques et centres de documentation de l’enseignement supérieur et de la recherche :
    • plus de 10 millions de notices (livres, thèses, revues, ressources électroniques, documents audiovisuels, microformes, cartes, partitions…) ;
    • sont également référencées les collections de revues et journaux de 2000 établissements documentaires hors enseignement supérieur (bibliothèques municipales, centres de documentation…).
  • Portail Origène : donne accès simultanément aux catalogues de six bibliothèques catholiques (universités catholiques de l’Ouest, de Lyon, de Lille, Instituts catholiques de Paris, de Toulouse, ainsi que la Bibliothèque du Saulchoir).
  • Le KVK: Karlsruher Virtueller Katalog (Allemagne) : présentation. Le catalogue virtuel de Karlsruhe est un méta-catalogue permettant d’interroger simultanément 80 bases de données bibliographiques. Il comprend notamment tous les catalogues de bibliothèques en langue allemande et de nombreux catalogues internationaux, soit plus de 600 millions de livres et périodiques. 

Pour les recherches biographiques ou bibliographiques, il existe différents répertoires de noms propres, comme :

  • VIAF : Virtual International Authority File (voir ici la présentation du projet). Fichier d’autorité international permettant d’identifier les personnes ou les collectivités contenues dans les fichiers d’autorité d’autres institutions (dates de naissance, décès, différentes orthographes, homonymes…)
  • Idref (signifie « Identifiants et Référentiels) : moteur permettant de consulter les notices autorités traitées par l’enseignement supérieur en France (présentation du projet)

Conseil n°3 : penser aux ressources par thématiques ou périodes proposées par différentes institutions

   1. Les bibliothèques spécialisées

Des centres de ressources spécifiques relatifs à votre thématique de recherche peuvent exister.

À titre d’exemple, vous travaillez sur l’histoire…  :

Des bibliothèques et centres de recherche peuvent conserver des ressources peu connues.

À titre d’exemple, les éphémères peuvent facilement échapper aux chercheurs : tracts politiques, religieux, commerciaux, affiches, brochures, catalogues commerciaux, programmes d’événements…De nombreuses bibliothèques en conservent :

À noter : des éphémères se trouvent également conservés, parfois en très grand nombre, dans les bibliothèques municipales destinataires du dépôt légal imprimeur ; à la BnF, ils se trouvent dans deux fonds dits des recueils.

   2. Les archives 

Les Archives nationales, les archives départementales, d’institutions ou privées offrent des ressources précieuses. Vous trouverez de premiers éléments sur : 

Site Internet des Archives Nationales, page « Faire une recherche ».

 

À noter : il est possible de repérer des archives conservées par des bibliothèques, des institutions, des collectivités en se rendant directement sur leurs sites internet. Comme sur cette page des bibliothèques spécialisées de la Ville de Paris qui en présente les inventaires.

   3. Les musées 

Les musées proposent un large horizon de contenus en ligne.

À titre d’exemples :

Documents numérisés, Musée national de la Marine (Brest).

 

   4. Les instituts de recherche français à l’étranger 

Les ressources et bibliothèque des réseaux des Instituts français de recherche à l’étranger, dont :

   5. Les médias 

Côté médias, il peut être intéressant d’aller voir ce que proposent radios et télévisions publiques. À titre d’exemples :

Arte, séries documentaires en histoire accessibles en ligne.

 

   6. Synthèses

Ce carnet vous propose des synthèses sur les ressources intra et extra BnF concernant une période donnée, comme ici autour de la Commune de Paris, ou de l’histoire du livre à la période moderne.

Carnet de recherche « L’histoire à la BnF » : sélection de ressources disponibles en France sur la Commune de Paris (mars 2021).

 

Croiser ces éléments vous offrira un large panorama. Par exemple si vous travaillez sur l’histoire de l’esclavage :

Si vous travaillez sur la période contemporaine :

Conseil n°4 : utiliser les sites, réseaux sociaux, blogs, carnets de recherche

Les sites gouvernementaux proposent d’importantes ressources en ligne, comme le site Eduscol et ses ressources par disciplines ou la chaîne Canal-u, vidéothèque numérique de l’enseignement supérieur et de la recherche (présentation).

Le Collège de France propose de nombreuses leçons en ligne des titulaires des chaires d’histoire et d’archéologie.

Les associations professionnelles comme l’Association des Professeurs d’Histoire et de Géographie mettent régulièrement en ligne de nombreux éléments (actualité, bibliographies…).

Les carnets de recherche (voir le catalogue des carnets hébergés par la plateforme Hypothèses en OpenEdition), les blogs, les comptes Twitter et  Facebook de certains chercheurs donnent parfois accès à des informations qu’on ne trouve nulle part ailleurs : articles, bibliographies, iconographie… On peut découvrir et suivre des  projets personnels (comme le « German history maps ») ou collectifs (comme le site « LegendesCartographie »). 

 

Des bibliographies collaboratives existent, comme celle-ci, consacrée aux publications relatives à la Première Guerre mondiale, et permettant de découvrir par rebond l’existence de l’International Society for First World War studies.

Les associations de chercheurs sont également présentes en ligne, comme l’association Mnémosyne pour le développement de l’histoire des femmes et du genre ; il est possible de suivre les publications de sa revue Genre & Histoire (disponible en ligne) sur Twitter. On peut être amené à découvrir par rebond d’autres périodiques, comme le Journal of Northern Renaissance.

Compte Twitter du Journal of Northern Renaissance.

Les blogs constituent de précieuses ressources, comme Actuel Moyen Âge, également présent sur Twitter comme sur Facebook. Les réseaux sociaux aident à découvrir différents blogs liés à votre sujet d’étude. Par exemple le blog Cartographie(s) numérique(s), et sa carte interactive consacrée à la Commune de Paris.

Le site Ménestrel vous propose de nombreuses sources, travaux et références en ligne. Les associations d’historien.ne.s donnent accès à de nombreuses ressources, comme la Société des Historiens Médiévistes de l’Enseignement Supérieur Public et sa bibliographie continuellement enrichie.

En plus du Moyen Âge, le site Passion médiéviste s’intéresse à l’Antiquité et à l’époque moderne ; il propose également des podcasts, tout comme de nombreux autres sites, tel que Paroles d’histoire, ou Storiavoce.

Storiavoce, Web radio consacrée à l’histoire.

 

Twitter donne accès à des éléments singuliers, comme ce fil dédié aux Compagnons de la libération, celui-ci à l’histoire visuelle de l’Union soviétique.

Des institutions publient régulièrement sur les réseaux sociaux pour présenter leurs collections, comme le Musée du Louvre que l’on peut suivre sur Twitter comme sur Facebook.

Les bibliothèques de la Ville de Paris ont présenté différentes ressources autour de la Commune de Paris, dont des collections peu connues ou à visée pédagogique.

En croisant ces sources, vous pouvez accéder aux informations en ligne sur une même thématique.

Vous travaillez par exemple sur la Révolution française ?

Des projets de présentation visuelle de l’histoire sont également en ligne, comme Visualising History, ou l’histoire globale en frise chronologique et en mappemonde interactive proposée par la World digital library.

Mappemonde interactive permettant d’identifier des événements historiques, par la World digital library.

 

Et bien sûr, les chaînes historiques sur Internet sont un moyen ludique et pédagogique d’approfondir vos connaissances. En voici une sélection :

  • Asclépios, par Jérémy Descoux (cardiologue) : chaîne d’histoire de la médecine ;
  • Avides de recherche, chaîne du magazine Mondes Sociaux (université de Toulouse) présentée par Léa Bello ;
  • C’est une autre histoire, par Manon Bril (docteure en histoire contemporaine) ;
  • L’histoire nous le dira, par Laurent Turcot (professeur en histoire à l’Université du Québec à Trois-Rivières, Canada) ;
  • Histony, par Antoine Resche (docteur en histoire) ;
  • Nota Bene, par Benjamin Brillaud (passionné d’histoire) ;
  • Parlons Y-stoire, par Baptist Cornabas (professeur d’histoire en collège) ;
  • Passé sauvage, par Clothilde Chamussy (titulaire d’un Master en archéologie) : vulgarisation scientifique en archéologie, anthropologie et d’histoire ;
  • Les Revues du Monde, par Charlie Danger (passionnée d’histoire) : archéologie, histoire et anthropologie.

Conseil n°5 : s’aider de plusieurs bibliothèques numériques

De nombreuses bibliothèques nationales ou municipales disposent d’une bibliothèque numérique : Rosalis pour Toulouse, Nutrisco pour le Havre, Rotomagus pour Rouen, Pireneas pour de la Communauté d’agglomération Pau Béarn Pyrénées (en voici une liste non exhaustive)… La Ville de Paris dispose également d’une bibliothèque numérique avec des ouvrages d’histoire sous droits (sur abonnement).

Vous trouverez ici une liste de bibliothèques numériques. En voici quelques exemples :

  • Europeana : plus de 53 millions d’objets numériques. Interface de recherche rendant les œuvres accessibles via la bibliothèque numérique de l’institution ayant assuré sa numérisation et sa mise en ligne (bibliothèques, musées…). 
Europeana, bibliothèque numérique européenne.

 

  • The European Library (voir sa présentation) : donne accès aux collections de 48 bibliothèques nationales, ainsi qu’aux collections de grandes institutions de recherche européennes.

Bibliothèques numériques à l’étranger :

Page d’accueil de la Deutsche digital bibliothek.

 

  • Internet Archive : bibliothèque numérique donnant accès à des livres, films et à 115 milliards de pages Web archivées, ainsi qu’à une Open library.
  • Hathi Trust : bibliothèque numérique mettant en commun le contenu de 60 bibliothèques numériques d’universités des États-Unis et d’Europe.
  • Frantext : base de données permettant de faire des recherches simples et complexes sur les textes d’un corpus IXe / XXIe (5 500 références, soit 254 millions de mots).

Bibliothèques numériques pouvant concerner d’autres supports que le livre :

  • Le programme Bibliothèques virtuelles humanistes : agrège plusieurs types de documents numériques :
    • une sélection de fac-similés d’ouvrages de la Renaissance numérisés en Région Centre et dans les établissements partenaires ;
    • la base textuelle Epistemon, qui offre des éditions numériques en XML-TEI ;
    • des éditions numériques de manuscrits littéraires et de documents d’archives du XVIe siècle.

Pour les périodiques :

Audiovisuel : l’INA (Institut National de l’Audiovisuel) propose une aide à la recherche.

Des ressources en ligne agrègent des documents ou archives anciennes au sein de bibliothèques numériques thématiques :

 

Enfin, la BnF et ses partenaires internationaux valorisent leurs patrimoines partagés : Pologne, Amérique du Nord, Brésil, Chine, Japon, Vietnam, bibliothèques d’Orient).

Conseil n°6 : penser aux articles et revues de recherche en ligne

Pour les ressources en histoire spécifiquement, on peut consulter entre autres :

  • ISIDORE : moteur de recherche permettant l’accès aux données numériques des sciences humaines et sociales (SHS). Ouvert à tous, il rend accessibles des données en accès libre (open access).
  • Cairn : portail web regroupant des publications francophones en sciences humaines et sociales (voir sa présentation).
Portail Cairn, publications francophones en SHS.

 

  • Persée : portail donnant accès à de nombreuses revues dans le domaine des sciences humaines et sociales.
  • OpenEdition : inclut quatre plateformes de publication et d’information en sciences humaines et sociales :
  • HAL (Hyper Articles en Ligne) : plateforme en ligne destinée au dépôt et à la diffusion d’articles de chercheurs publiés ou non, et de thèses, émanant des établissements d’enseignement et de recherche français ou étrangers, des laboratoires publics ou privés. L’accès aux données est libre, mais pas nécessairement leur utilisation ou réutilisation.
HAL, plateforme de dépôt et diffusions d’articles de chercheurs.

 

  • À noter : des ressources moins connues en France peuvent être consultées, comme Bielefeld Academic Search Engine (Bielefeld University Library), qui propose plus de 150 millions de documents issus de plus de 7 000 archives ouvertes et dépôts institutionnels (Faq).

Parmi les revues de recherche en histoire en ligne :

Note : de nombreuses ressources électroniques payantes sont accessibles gratuitement depuis la BnF et/ou à distance.

Conseil n°7 : consulter les banques d’images en ligne

  • L’Histoire par l’image (Ministères de l’Éducation nationale et de la Culture) : destiné en priorité aux professeurs de l’enseignement secondaire et à leurs élèves, il s’intéresse à la période 1643-1945 à travers les œuvres d’art et les documents iconographiques qui s’y rapportent. 
  • POP : Plateforme Ouverte du Patrimoine : près de 3,7 millions de notices documentant les biens culturels : peintures, sculptures, architectures, objets d’art, photographies, enluminures ; propriétés publiques ou privées ; biens conservés dans les musées de France ou les bibliothèques ; Monuments historiques.
  • Agence photo RMN – Grand Palais : agence de la Réunion des Musées nationaux et du Grand Palais, en charge de la valorisation et la diffusion des collections conservées dans les musées nationaux de France.

Conseil n°8 : n’hésitez pas à solliciter les bibliothécaires

Pour toute question, n’hésitez pas à écrire directement à la bibliothèque vous intéressant. Vous pouvez également utiliser les services de question-réponse à distance :

  • Eurékoi : réseau constitués de 600 bibliothécaires représentants une cinquante de bibliothèques en France et en Belgique ;
  • Ubib.fr : service de question-réponse en ligne proposé par une vingtaine de BU métropolitaines ;
  • Questions ? Réponses ! de l’Enssib (École nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques) : questions relatives aux bibliothèques ou la documentation.
  • Pour mémoire, à la BnF :

Le service histoire est rattaché au département Philosophie, histoire, sciences de l’homme (site François Mitterrand-Tolbiac).

La BnF vous accueille sur 5 sites (TolbiacRichelieu, l’Arsenal, l’Opéra, ainsi que la Maison Jean Vilar d’Avignon). Ses collections sont conservées et communiquées par 14 départements au sein de la Direction des collections. Les ressources peuvent donc être localisées dans différents lieux. Un nombre croissant d’entre elles est progressivement mis en ligne.

Un grand merci aux collègues, chercheuses et chercheurs ayant enrichi de leurs relectures ce billet.

Retour au sommaire

Citer ce billet : Yann Kergunteuil, "Aide à la recherche en histoire : partie 2 – sélection de ressources hors BnF," in L'Histoire à la BnF, 07/10/2021, https://histoirebnf.hypotheses.org/12229, [consulté le 26/10/2021].

L’image du bandeau est un détail de la troisième projection de la Cosmographie universelle, selon les navigateurs tant anciens que modernes, par Guillaume Le Testu, 1555 (collection BnF).

Yann Kergunteuil

chargé de collections Histoire de l'Europe centrale, Europe du Nord, Asie, au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.